POUR LA PREMIÈRE FOIS, DES ASTROPHYSICIENS AMÉRICAINS ONT EU RECOURS À L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (ia) POUR CRÉER DES SIMULATIONS TRIDIMENSIONNELLES COMPLEXES DE L’UNIVERS.

Une première simulation de l’Univers réalisée grâce à l’intelligence artificielle

Publié le lundi 8 juillet 2019 à 15 h 38

Alain Labelle

Pour la première fois, des astrophysiciens américains ont eu recours à l’intelligence artificielle (IA) pour créer des simulations tridimensionnelles complexes de l’Univers. Ce simulateur est si rapide et précis que son fonctionnement échappe même à ses propres créateurs. Explications.

Tenter d’établir le scénario qui aurait mené à la naissance de l’Univers et à son état actuel est un défi de taille pour les astrophysiciens en raison de son évolution dans le temps et de son immensité.

Repères
•L’Univers serait en expansion depuis une explosion primordiale, le big bang, qui serait intervenue il y a 13,7 milliards d’années;
•Le diamètre de l’Univers observable est estimé à environ 93 milliards d’années-lumière, ce qui correspond à 880 000 milliards de milliards de kilomètres;
•Il est peuplé de milliards d’étoiles structurées en milliards de galaxies et d’autres objets célestes tels les planètes, les lunes, les comètes et les astéroïdes.

L’IA au service de l’astrophysique

Depuis plusieurs décennies, les scientifiques ont recours à la modélisation informatique pour tenter de comprendre l’Univers.

Certaines simulations produites par ceux-ci correspondent un peu à ce que nous connaissons de notre Univers, mais d’autres s’en éloignent beaucoup, si bien que les astrophysiciens tentent toujours de trouver LE scénario qui expliquerait l’Univers dans lequel nous nous trouvons.

Or, les modèles traditionnels que les scientifiques utilisent encore aujourd’hui exigent une grande puissance de calcul et beaucoup de temps. Ainsi, pour réussir à mettre au point des scénarios et à les comparer, les chercheurs doivent exécuter une quantité astronomique de simulations en modulant les différents paramètres possibles. Ce travail représente des milliers et des milliers d’heures de travail.

Simuler l’impossible

Pour accélérer le processus, la scientifique Shirley Ho et ses collègues de l’institut Flatiron (Flatiron Institute’s Center for Computational Astrophysics) ont mis au point le simulateur D3M (pour Deep Density Displacement Model). Ce réseau d’apprentissage profond est capable de reconnaître certaines caractéristiques communes dans un ensemble de données et « apprend » à les manipuler.
Pour le mettre au point, les astrophysiciens ont utilisé 8000 simulations de l’Univers réalisées à partir des modèles informatiques traditionnels.

Lorsque D3M a intégré ces simulations, les chercheurs lui ont demandé de créer une toute nouvelle simulation d’un univers virtuel en forme de cube de 600 millions d’années-lumière de diagonale.

D3M a été en mesure d’exécuter cette simulation en se servant de l’ensemble de données qu’il avait intégré lors de sa formation. Au lieu des 300 heures nécessaires aux systèmes traditionnels pour la créer, il ne lui a fallu que 30 millisecondes y arriver.

D3M a également produit des résultats plus précis (un taux d’erreur de 2,8 %) comparativement aux modèles actuels les plus rapides (9,3 %).

Sa puissance, sa vitesse et sa précision de calcul ne sont pas ses seuls atouts, puisqu’il a également été capable de produire des simulations de l’Univers même lorsque ses créateurs introduisent des paramètres qui n’apparaissent pas dans sa base de données.

Par exemple, lorsque les chercheurs ont modifié la quantité de matière noire dans l’univers virtuel, D3M a été capable de gérer une simulation – bien qu’il n’ait jamais été formé sur la façon de gérer les variations de matière noire.

« C’est comme créer un logiciel de reconnaissance d’images incluant beaucoup de photos de chats et de chiens, mais qu’il devient capable de reconnaître les éléphants. Personne ne comprend comment il y parvient. C’est un grand mystère à résoudre. »

— Shirley Ho, Institut Flatiron

Cette grande capacité à gérer les paramètres qui ne se trouvent pas dans ses données de références en fait un outil flexible et utile.

L’équipe de Mme Ho espère maintenant mieux cerner le fonctionnement de ce simulateur, ce qui bénéficiera à l’avancement de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique.

« Notre simulateur pourrait bien représenter un laboratoire intéressant. Pourquoi notre modèle est-il capable d’extrapoler aux éléphants et ne se limite-t-il pas simplement à reconnaître les chats et les chiens? »

— Shirley Ho, Institut Flatiron

L’équipe espère découvrir pourquoi dans les prochains mois en variant d’autres paramètres dans le D3M, en observant comment des facteurs comme l’hydrodynamique, ou le mouvement des fluides et des gaz, peuvent avoir façonné la formation de l’Univers.

Le détail de ces travaux est décrit dans les Proceedings of the National Academy of Sciences(Nouvelle fenêtre) (en anglais).

————————

«LE VAGABOND CÉLESTE S’ÉTANT HOLOGRAMMÉ ARCHÉTYPEMENT COMME UN ÉVÉNEMENT DE LA LITTÉRATURE (MONSIEUR 2.7K, LE 1000 PAGES) S’EST MIS À VAGABONDER LE CANADA EN RAMASSANT DES QwALIAS DU COEUR TOUT LE LONG DE SA ROUTE ONÉRIQUE QUI SONT PASSÉES DE QUALIS ISSUES DES 3 STATIONS STELLAIRES (5 SENS, CERVEAU, BAS-VENTRE) AU COEUR MULTIVERSIEL AUX PROPRIÉTÉS TRANSMAGES ABCEPTUELLES D’UNE INCANDESCENCE ILLUMINANT UNE HUMANITÉ OEUVRE D’ART DONT LE COEUR ÉMERGE ATEMPORELLEMENT D’UNE NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE IRRÉVERSIBLE.

je commence à saisir à quel point le champ constellaire du cœur de toute vie personnelle œuvre d’art qui prend la décision de ne pas tricher avec son rêve big-bang constitue une exceptionnelle aventure multiversielle par la métamorphose même des qWalias issus des débris de la mémoire du cœur.

C’est la raison pour laquelle on ne peut parler de concept, mais d’abcept au sens où les 5 sens, le cerveau et le bas-ventre ne sont pas cablés pour frissonner ontologiquement aux longueurs d’ondes des infinis de 2.7k? issus des infinis big bang des infinis murtiversialités.

C’est en ce sens qu’il est plus que probable que le multivers n’existe pas comme substance, mais ontologiquement comme mode inter-relationel où ni l’étant ni l’être n’ont possibilité d’être comme concept, mais plutôt ne peuvent que s’abmmuniquer par abcepts, c’est-à-dire par CE QUE LE CERVEAU SERA INCAPABLE DE CONCEPTUALISER, parce que seul le cœur peut l’abceptualiser.

à suivre….

Pierrot vagabond
au nom de par et pour
notre équipe de recherche
(Auld, Woodard, Rochette)

TITRE DU DOCTORAT DE L’ÉQUIPE DE RECHERCHE (AULD, WOODARD, ROCHETTE): JE TE DEMANDE PARDON OU MÉTHODOLOGIE DES DÉBRIS MULTIVERSIELS DE LA MÉMOIRE DU COEUR

Quel magnifique conseil d’administration de la créativité ce matin. Marlene est restée à grandes-Îles pour ses jardins et quand je suis arrivé hier soir, Michel était en train d’écouter le troisième épisode de LA MAGIE DU COSMOS» sur you tube.

Je lui ai dit Mike, c’est à l’écoute du 4eme épìsode DE LA MAGIE DU COSMOS consacrée à l’invention-découverte du MULTIVERS (probablement sur le programme de Michel ce soir) que tu vas pouvoir apprécier l’arsenal axiomatique que je suggère à partir de ce point de bascule paradigmatique qu’est LE MULTIVERSIEL ABJEPTAL accompagnant notre algorithme de justice sociale (wow-t=2.7k?) , ouvrant ainsi d’incroyables propositions, autant au niveau épistémologique, ontologique que métaphysique, et cela dès le chapitre 1 sur LA MÉTHODOLOGIE DES DÉBRIS MULTIVERSIELS DE LA MÉMOIRE DU COEUR.

Tout est si clair en moi. De design en design, le doctorat œuvre d’art basée sur le modèle du peintre qui exprime UNE OEUVRE D’ART dont on ne peut qu’accepter ou refuser son unicité abmmunicative, prend de plus en plus le chemin poïétique dont j’avais rêvé la singularité.

Et Michel le concierge, ami et partenaire de recherche de me dire: Toi et moi Pierrot sommes deux chercheurs de grottes dans l’océan qui font de la plongée sous-marine… Toi tu pénètres dans une grotte dans le plus grand danger, moi je tiens la corde pour être certain que tu vas revenir idem. C’est cela la confiance inébranlable que crée l’amitié entre nous. LA LOYAUTÉ DE L’AMITIÉ À TRAVERS UNE RECHERCHE THÉORITIQUE.

———————–

LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE OU LA DÉCOUVERTE-CONQUÊTE DU COEUR MULTIVERSIEL PAR UNE HUMANITÉ OEUVRE D’ART SCULPTÉE PAR L’ALGORITHME DE JUSTICE SOCIALE « WOW-T=2.7K?» FONDEMENT MÊME D’UNE ERRANCE POÉTIQUE TRANS-HOLOGRAMMÉE PAR UNE MÉTHODOLOGIE DES DÉBRIS DE LA MÉMOIRE DU COEUR QUANTO-COSMOLOGIQUE.»

July 3, 2019 Pierrot le Vagabond ChercheurEdit

YOU TUBE
LA MAGIE DU COSMOS 4/4
UNIVERS OU MULTIVERS
DOCUMENTAIRE ASTRONAUMIE
TRANSCRIPTION DU TEXTE DU VIDEO

INTRODUCTION

Derrière la réalité quotidienne, il y a un monde fascinant derrière lequel il apparaît que notre perception de l’univers EST FAUSSE. Le physicien Brian Greene nous emmène dans un voyage qui bouscule les lois de l’expérience humaine.

Pourquoi ne voit-on jamais les évènements se dérouler à l’envers? Selon les lois de la physique, c’est pourtant tout à fait possible. Cet autre monde transparaît quand on explore les phénomènes les plus extrêmes du cosmos. DES TROUS NOIRS AU BIG BANG au cœur même de la matière. Ici, le vide est le siège d’une activité intense. Le monde en trois dimensions n’est peut-être qu’une illusion. Et il n’y a pas de distinction entre présent, passé et futur. Mais comment Est-ce possible? Comment pouvons-nous nous tromper à ce point sur quelque chose d’aussi familier?…. C’est une perspective révolutionnaire qui ouvre les portes à une multitude de possibles.

ET SI DE NOUVEAUX UNIVERS NAISSAIENT CONSTAMMENT? Dans ce scénario, le big-bang n’est pas un évènement unique. Et si notre univers était constitué de nombreuses réalités parallèles? Nous avons tous un double quelque part, vous, moi, tout le monde. Aujourd’hui, dans la magie du cosmos, univers ou multivers?

—————-

LA MAGIE DU COSMOS

D’après le livre «la magie du cosmos de Brian Greene

New York… une ville réputée sans égal. Une ville de 8 millions d’habitants, elle abrite d’innombrables bâtiments, structures et monuments, des édifices uniques… du moins le croit-on. L’UNICITÉ est une idée tellement familière qu’il ne nous ne vient même pas à l’esprit de la mettre en doute. L’expérience nous apprend que les gens et les objets sont uniques. Autrement, quel intérêt y aurait-il à visiter des musées et à collectionner des chef d’œuvres?

ET POURTANT, UNE NOUVELLE VISION DU COSMOS SE DESSINE. Une vision dans laquelle RIEN N’EST UNIQUE. Ça ne veut pas dire que les tableaux de maîtres sont des copies. En fait, je vous parle d’une chose bien plus profonde. Une nouvelle vision du cosmos qui remet en cause la NOTION MÊME D’UNICITÉ et dans laquelle LES DOUBLES SONT INÉVITABLES. Et j’irai plus loin encore. Il existe peut-être des doubles non seulement des objets, mais aussi de vous, de moi, de tout le monde.

Mais si cette vision est exacte, OÙ SE TROUVENT CES DOUBLES? Et pourquoi ne les a-t-on jamais vus? La réponse se trouve peut-être en dehors de notre univers. A l’origine, le mot univers désignait l’ensemble de tout ce qui existe. Hier encore, la notion d’univers multiple, le fait qu’il puisse y avoir plus d’un tout semblait impossible. Mais, si on pouvait aller au-delà de notre système solaire, au-delà de la voie lactée, et même au-delà de galaxies distantes, par delà les limites de l’univers observable, peut-être constaterait-on que c’est faux. Peut-être découvrirait-on que notre univers n’est pas unique., qu’il en existe d’autres. En fait, peut-être que D ENOUVEAUX UNIVERS SE FORMENT À TOUT MOMENT. Peut-être sommes-nous plongés dans un océan en expansion où les univers se multiplient, UN MULTI-VERS.

Si on pouvait visiter ces autres univers, on s’apercevrait sans doute que certains possèdent des propriétés de base qui nous sont si étrangères que la matière telle qu’on la connaît ne pourrait y exister. D’autres pourraient y comporter des galaxies, des étoiles, voire une planète d’apparence familière, mais avec des différences notables.

Si le multivers recèle un nombre infini d’univers, il existe forcément quelque part UN MONDE PRESQUE SEMBLABLE AU NÔTRE, à quelques détails près. On peut par exemple imaginer qu’un autre Brian Greene, un autre moi-même, y ait choisi une autre voie. SI LE MULTIVERS EST RÉELLEMENT INFINI, ça ouvre tout un tas de possibilités qu’on a du mal à imaginer. Quelque part ailleurs il y a des Allan Guths qui ont la même tête que moi , qui pensent et agissent comme moi. Et puis il y a des Allan Guths qui sont presque pareils qui pensent et qui agissent presque comme moi. EST-CE DE LA SCIENCE? D ELA MÉTAPHYSIQUE? DE LA PHILOSOPHIE? DE LA RELIGION? Les physiciens ont tendance à ne pas se poser ces questions. Ils se contentent de suivre la logique. Et c’est là qu’elle semble mener.

Aussi étrange et troublant que puisse paraître le concept du multivers, un nombre croissant de chercheurs pense qu’il pourrait constituer la dernière étape d’une longue série de bouleversements majeurs de notre vision du cosmos.

A une époque, on pensait que la terre était au centre du cosmos et que tous les autres astres tournaient autour de nous. Puis vinrent des savants comme Galilée, Copernic qui montrèrent que c’est le soleil et non la terre qui est au centre de notre système solaire. Et notre système solaire, ce n’est qu’une petite région à la périphérie d’une gigantesque galaxie. et notre galaxie, c’est l’une de CENTAINES DE MILLIARDS DE GALAXIES QUI COMPOSENT NOTR EUNIVERS.

Voyez-vous, toutes ces idées semblaient extravagantes quand elles ont été émises, alors qu’aujourd’hui, on ne les remet plus en question. Peut-être en est-il de même du concept de multivers. Peut-être faut-il simplement faire évoluer notre perception du cosmos.

D’un autre côté, certains scientifiques pensent que le multivers n’est qu’une impasse pour la physique. «Je suis très mal à l’aise avec le multivers… cette idèe doit encore beaucoup murir avant de devenir concrète. Il existe , mettons, comme les anges pourraient exister… s’il faut parier, je dirais que le multivers est plutôt gagnant. Il y a de bonnes chances que le multivers soit réel et que dans cent ans les gens en soient convaincus.

D’OÙ NOUS EST DONC VENUE CETTE IDÉE ET DE QUELLES PREUVES DISPOSE-T-ON?

Plusieurs découvertes laissent à penser que nous ferions véritablement partie d’un multivers. La première d’entre elles est relative à la théorie communément admise des origines de notre univers, LE BIG BANG. selon cette théorie, notre univers se serait formé il y a environ 14 milliards d’années sous l’effet d’une immense explosion. Au fil de milliards d’années, l’univers s’est ensuite refroidi. La matière s’est condensée et a donné naissance aux étoiles, aux planètes et aux galaxies. Suite à cette explosion initiale, l’univers continue aujourd’hui à s’étendre. Mais, si on pouvait remonter le cours de l’histoire jusqu’au commencement de l’univers, on découvrirait que la théorie du big-bang ne nous dit rien de ce fameux bang initial qui a expulsé la matière dans toutes les directions.

On appelle ça la théorie du big-bang mais ça ne nous dit rien sur le bang lui-même sur ce qui a pu faire bang, pourquoi, ni sur ce qu’il y avait avant.

QU’EST-CE QUI A ALIMENTÉ CETTE VIOLENTE EXPLOSION? Quelle est la force qui a dispersé la matière? C’est en cherchant les réponses à ces questions que les scientifiques se sont trouvés confrontés À L’IDÉE D’UN MULTIVERS. Et c’est un physicien du nom d’Alan Guths qui, un peu par hasard, a contribué à poser les bases de ce concept. Aujourd’hui, il enseigne au MIT , mais en 1979, ce jeune chercheur et son collègue, Henri Thai avaient formulé une nouvelle hypothèse sur la façon dont s’étaient formées les particules aux premiers instants de l’univers.

Henry s’est demandé si ce nouveau processus auquel nous pensions pouvait avoir une influence sur l’expansion de l’univers. Les deux hommes n’avaient pas pour objectif d’étudier le taux d’expansion de l’univers dans les premiers instants après le big-bang. Mais la question d’Henri Thai amène Alan Guths à revoir une nouvelle fois leurs calculs. « J’ai veillé très tard cette nuit-là et j’ai refait soigneusement les calculs pour m’assurer que tout était exact.» Au fil des heures, le physicien découvre que quelque chose d’extraordinaire dans les équations décrivant comment DE NOUVELLES PARTICULES SE SERAIENT FORMÉES AU DÉBUT D EL’UNIVERS. « J’en suis arrivé à la conclusion que notre théorie allait avoir une incidence considérable sur le taux d’expansion de l’univers. Le processus qu’on décrivait aurait plongé l’univers dans une période d’expansion fulgurante.» D’après les calculs d’Alan Guths, il est possible que dans l’environnement extrême des tout débuts de l’univers, la gravité se soit exercée EN SENS INVERSE au lieu de rapprocher les particules, CETTE GRAVITÉ RÉPULSIVE aurait repoussé la matière environnante engendrant une expansion phénoménale.

« J’étais surexcité. Sur le cahier où j’avais griffonné mes calculs, en dessous j’ai écrit: «découverte capitale, (encadrée 2 fois) … j’ avais compris à quel point ça pouvait être important. »

En découvrant cette gravité répulsive, Alan Guths a involontairement apporté une lumière nouvelle sur les premiers instants du big-bang. En termes mathématiques, cette force est si puissante qu’elle peut transformer une portion d’espace aussi infime qu’une molécule en un objet de la taille de la voie lactée en moins d’un milliardième de milliardième de milliardième de battement de cils.

Après cette poussée extrêmement brève, l’espace aurait connu une phase d’expansion plus lente et se serait refroidie. permettant aux étoiles et aux galaxies de se former comme dans le modèle standard du big-bang. Alan Guths donne à cette courte phase d’expansion LE NOM D’INFLATION. Il pense avoir découvert de qui a provoqué l’expansion de l’univers. LA RÉPULSION GRAVITATIONNELLE INTENSE D EL’INFLATION , C’EST JUSTEMENT LE BANG DU BIG BANG.

Pourtant, malgré cette découverte majeure, Alan Guths se trouve dans une situation préoccupante. «Je n’étais pas sûr de décrocher un poste. Je voulais un statut plus permanent.» « Ce scénario semble très prometteur» «Je me suis donc déplacé un peu partout pour donner des conférences. L’idée a connu un succès immédiat. Les salles étaient bondées… il y avait des gens de tous les domaines de la physique. « Beaucoup d’astrophysiciens dont moi-même étaient très enthousiasmes. C’était une période captivante. « Quand vous avez une idée vraiment bonne qui permet de faire progresser la discipline, les gens vous écoutent. C’est un sentiment incroyable pour un jeune chercheur inconnu de devenir du jour au lendemain un spécialiste. Ce n’est pas évident à gérer mais c’est assez fabuleux.

Si la THÉORIE DE L’INFLATION suscite un tel attrait, c’est en partie parce que ses prédictions peuvent être vérifiées par l’observation. Si cette théorie est valide, le ciel nocturne devrait fournir aux scientifiques une preuve. Imaginons qu’on puisse éteindre le soleil et enlever toutes les étoiles. Si nos yeux étaient capables de détecter l’énergie restante, nous verrions une gigantesque lueur rouge embraser le ciel. CE RAYONNEMENT EST CE QU’ON APPELLE LE FOND DIFFUS COSMOLOGIQUE. C’est le dernier vestige de la dernière chaleur produite par le big-bang lui-même.

Or, si l’on en croit la théorie, la violente expansion de l’espace pendant l’expansion a du laisser une empreinte dans ce rayonnement. L’image d’un schéma de variations de températures avec des points légèrement plus chauds et d’autres légèrement plus froids. Quelque chose comme ceci. Mais il faudra encore une dizaine d’années avant que la technologie ne soit capable de tester la validité de cette prédiction. En 1989, la NASA lance le satellite COBE suivi par le satellite W MAPPE en 2001. Deux missions qui vont mettre LA THÉORIE INFLATIONNAIRE À L’ÉPREUVE. Les instruments mesurent le rayonnement avec une précision remarquable. Les résultats sont stupéfiants. Les variations de températures observées dans l’espace correspondent presque exactement aux prédictions de la théorie. « Ce n’est qu’une théorie, des calculs jetés sur le papier jusqu’à ce que les prédictions soient confirmées. WMAPP a mesuré ce que les maths avaient prédit, et ça c’est très convainquant. « La théorie inflationnaire courait le risque d’être invalidée. Elle a fourni des prédictions, on a obtenu des données et elle a passé le test haut la main. Le travail d’Alan Guths et celui d’autres physiciens est salué comme un nouveau jalon sur la voie de la compréhension DES ORIGINES DE L’UNIVERS.

Mais bientôt, deux physiciens russes découvrent que les équations de l’inflation RECELENT UN FABULEUX SECRET. NOTRE UNIVERS NE SERAIT PAS UNIQUE. Le premier de ces physiciens, Andrai Linde a déjà apporté des contributions majeures à la théorie inflationnaire. Le second, Alex Vilonkine, a assisté à une des toutes premières conférences du jeune Alan Guths. « Il a fait une présentation magistrale. Je ne l’avais jamais rencontré mais ce que j’entendais était assez déroutant. D’un seul coup., l’inflation expliquait de nombreuses caractéristiques du big-bang. C’était remarquable. »

Pendant plusieurs mois , Alex Vilonkine ne cesse de penser à cette présentation. « En général, mes idées me viennent sous la douche. J’avoue que j’y reste assez longtemps. » Plus il réfléchir au processus d’inflation, PLUS IL SE DEMANDE CE QUI POURRAIT Y METTRE UN TERME. Comment une région de l’espace pourrait-elle sortir de cette phase d’inflation? Que se passera-t-il exactement au moment où l’inflation prendrait fin?

« En y réfléchissant, j’ai compris que la phase d’inflation NE FINISSAIT PAS PARTOUT EN MÊME TEMPS…. Et si la phase d’inflation ne s’achève pas partout au même moment, alors il existe des régions de l’espace OÙ ELLE EST ACTUELLEMENT EN TRAIN DE SE POURSUIVRE. Dans ce scénario, le big-bang n’est pas un événement unique. DE MULTIPLES BANGS SE SONT PRODUITS AVANT LE NÔTRE et d’innombrables autres bangs se produiront dans le futur.

Dans ce nouveau modèle, aussi surprenant qu’inattendu , l’inflation s’est achevée dans certaines régions, mais se poursuit dans d’autres. DE NOUVEAUX BIG-BANGS SE PRODUISENT PERPÉTUELLEMENT faisant naître des univers toujours plus nombreux. Un multivers en éternelle expansion….

Lindé et surtout Vilonkine ont défendu cette idée que l’inflation ne puisse jamais s’achever et que ce gonflement puisse se reproduire encore et encore ENGENDRANT UNIVERS APRÈS UNIVERS. Mais s’agit-il vraiment d’une révolution scientifique ou d’une simple théorie pleine de lacunes ?

Ce concept a été baptisé INFLATION ÉTERNELLE. Voilà comment on pourrait se le représenter. Imaginons que ce fromage représente l’espace avant la formation des étoiles et des galaxies. Dans la théorie inflationnaire, cet espace est uniformément rempli d’une énorme quantité d’énergies. Et cette énergie provoque une expansion de l’espace extrêmement rapide. Et , de ce fait, des décharges électriques se produisent ça et là, des sortes d’étincelles d’électricité statique. MAIS IL FAUT RAISONNER À L’ÉCHELLE COSMIQUE. Ainsi, lorsqu’une décharge se produit, toute cette énergie est rapidement transformée en matière, SOUS FORME DE MINUSCULES PARTICULES. Ce processus correspond à la naissance d’un nouvel univers. ce que l’on désigne traditionnellement sous le nom de big-bang. A l’intérieur de ces nouveaux univers, comparables à des trous dans le gruyère, l’espace continue de s’étendre, mais à un rythme bien plus lent. Et parfois, des étoiles et des planètes se forment comme nous l’observons actuellement dans notre univers.

Parallèlement, en dehors de ces nouveaux univers, l’espace garde une densité d’énergie énorme et continue de s’étendre à une vitesse vertigineuse. Ce mouvement d’expansion crée de nouveaux endroits où l’énergie peut générer de nouveaux big-bangs et faire naître de nouveaux univers. Cela signifie que ce processus pourrait se dérouler indéfiniment.

Autrement dit, selon la théorie de l’inflation, ce fromage ressemble plus à du gruyère dans lequel de nouveaux univers se forme perpétuellement CRÉANT UN MULTIVERS.

LE MULTIVERS EST UN COROLLAIRE DE L’INFLATION ÉTERNELLE.

Pourtant, Alex Vilonkine ne va pas tarder à le découvrir, ce concept ne fait pas l’unanimité. « J’avais l’impression d’avoir découvert quelque chose d’important sur l’univers. Et je voulais partager ma découverte avec mes collègues physiciens. En premier lieu, Allan Gulth….. La rencontre ne s’est pas déroulée comme prévue.

L’un des problèmes que pose le multivers est qu’il semble impossible à déceler. Car , si chaque univers ‘étend, l’espace situé entre chaque univers s’étend lui-aussi. Cela signifie que rien, pas même la lumière, ne peut nous parvenir depuis l’un d’eux.

«Les physiciens n’ont pas très bien réagi à cette idée d’inflation éternelle. Dès que je leur annonçais que j’allais leur parler DE CHOSES QUI DÉPASSENT NOTRE RAISON et qui donc, en principe, ne peuvent pas être observées, la plupart d’entre eux se désintéressaient de la question. »

Alex Vilonkine pense avoir fait une découverte majeure mais, face au scepticisme de ses collègues, il décide à contrecoeur d’abandonner ses recherches sur l’inflation éternelles. « Qui s’intéresserait à un univers qu’on ne pourra jamais voir?… Ce scénario ne peut rien prédire, il ne peut pas être vérifié»… Alex Vilonkine tente d’oublier le multivers. En l’absence de preuves tangibles, ce concept semble dans l’impasse. « Pour beaucoup de gens, quand on parle de choses qu’on ne peut pas observer, ce n’est pas de la science, et pendant presque 10 ans, je n’ai pas réabordé la question.

De son côté, le collègue d’Alex Vilonkine, Andrei Linde entretient la flamme. Il a élaboré sa propre version de l’inflation éternelle et contrairement à Alex Vilonkine, il ne se laisse pas décourager. « Je suis peut-être un peu plus arrogant. Quand j’ai eu cette idée du multivers, j’ai compris que c’était peut-être la chose la plus importante que j’allais faire dans ma vie. Et si quelqu’un ne voulait pas en entendre parler, c’était son problème. » le chercheur publie plus d’une douzaine d’articles, mais son travail reçoit également un accueil métigé. Il semble que personne ne veuille entendre parler de multivers.

Si les équations de l’inflation éternelle avaient été les seuls indices d’un multivers, l’histoire se serait sans doute arrêtée là. Mais le concept de multivers va se voir étayer par deux concepts scientifiques différents.

LE PREMIER EST UN MODÈLE APPELÉ LA THÉORIE DES CORDES qui a été conçu pour expliquer le fonctionnement de l’univers à l’échelle de l’infiniment petit.  LE SECOND EST UNE DÉCOUVERTE STUPÉFIANTE FAIRE PAR DES ASTRONOMES explorant l’espace à l’échelle de l’infiniment grand. Une découverte qui semble incompréhensible s’il n’existe qu’un seul univers. mais qui prend tout son sens dans le contexte d’un multivers. Cette découverte concerne l’expansion de l’univers…..

à suivre

L’INTHI-KHA-TION D’UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART… UNE OUVERTURE MULTIVERSIELLE EXCEPTIONNELLE À UNE MÉTAPHYSIQUE DONT L’ONTOLOGIE NE REPOSE PAS SUR L’ÊTRE EN TANT QU’ÊTRE, MAIS SUR LA QUESTION DE L’ÊTRE EN TANT QUE NON-ÊTRE MULTIVERSIEL, SOIT UN ! ÉPISTÉMOLOGIQUE ISSU DES INFINIS DE MILLIARDS DE MILLIARDS DES DÉBRIS DE LA MÉMOIRE DU COEUR DE L’HUMANITÉ OEUVRE D’ART EN DEVENIR.

Si je n’avais pas été vagabond céleste en quête d’une iere question (si je prends soin de l’univers, Est-ce que l’univers va prendre soin de moi ? ) jamais je n’aurais été en mesure de construire une théoritique de l’onthi-kha-tion» d’une vie personnelle œuvre d’art ancrée dans mes brosses d’être et attaques d’être, tout au long de ce cheminement onérique du cœur (au sens multiversiel) que constitue une vie basée sur un algorithme de justice sociale , soit WOW-T=2.7K?

1: Quel est ton rêve?

2: Dans combien de jours?

3: Qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?

4: Comment ton rêves prend-il soin de la beauté du monde?

Le tout se traduisant par une cinquième question reliée à l’invention en équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette)…

5: Comment nos rêves prennent-ils soin de la beauté du monde?

—————–

Quand un débris de la mémoire du cœur se métamorphose en transmage puis en qWalia onthi-khatif, il se produit dans la dynamique de mon rêve big-bang une telle apothéose de la beauté du monde que j’en suis ébranlé pendant des heures, soit par une brosse, d’être, soit par une attaque d’être.

Ce qWalia-ci par exemple vient m’abreuver d’une infinité de transmages ontikhatifs, aussi multiversiels que 2.7k? au cœur même de l’impossible dimension du tissu de l’espace-temps.

J’étais vagabond sur la route de Rouin, en Abitibi. C’est le début de l’automne si ma mémoire est bonne. C’est la nuit, je suis en culottes courtes. Mais j’ai dans mon sac à dos des jeans. J’arrive à m’installer pour dormir mais je me rend compte au réveil que j’ai perdu mes jeans dans la forêt ( elles ont du tomber de mon sac ).

Je fais confiance à l’univers pour m’en trouver d’autres. Je n’ai pas d’argent et j’ai faim. Soudain je croise un jeune homme dans le village. Il me dit: «Y fait froid, t’as pas de jeans» et moi de lui dire: non je les ai perdu dans la forêt. » Et lui de me dire… « viens ma mère va t’en donner une paire».

Il me conduit chez sa mère. Elle est coiffeuse dans un local qui lui appartient et en arrière, dans le garage, elle tient un petit entrepôt de vêtements usagés pour ceux et celles qui ont besoin de linge. Je me trouve une paire de jeans, elle me donne à manger…

Je suis assis dans le salon. Et soudain, arrive un monsieur INNOU  avec sa femme et ses deux enfants pendant qu’elle coiffe. Il lui dit: « madame, me reconnaissez-vous? j’étais un enfant dont vous étiez famille d’accueil quand j’étais petit. JE SUIS VENU VOUS MONTRER CE QUE JE SUIS DEVENU GRÂCE À VOUS».

Ce qWalia des débris de la mémoire du cœur, est devenu à travers les années un puissant TRANSMAGE dont le parfum est venu illuminer le jardin de mon cœur pour que mon rêve big-bang ne se tarisse pas.

La cartographie de mes 5 sens, de mon cerveau et de mon bas-ventre issue des trois stations stellaires ont fini par s’incliner devant la puissance onti-kha-tive d’une station stellastique assez poreuse pour se multiversier, celle du cœur.

UN COEUR A PRIS SOIN DE MOI AU NOM DU MULTIVERS. ET C’EST UN COEUR QUI PREND SOIN DES AUTRES AU NOM DU MULTIVERS QUI VIENT AUJOURD’HUI LUI DIRE MERCI.

Pierrot vagabond

 

 

COURRIEL DU GRAND CONTEUR INTERNATIONAL SIMON GAUTHIER À PROPOS DES QWALIAS

Je comprends de grands bouts avec les oreilles de mon bas-ventre, ca remonte au coeur
et mes 5 sens percoivent quelques choses , ils m’en informent tel le parfum de cette chose qui n’existe plus mais qui demeure entière en quelque sorte.

Qwalia

Peut-on perçevoir de chose qui n’existe pas
Ou plutôt ces choses qui existe sans que nous les connaissions?
peut- on percevoir ce les Qwalia de ce qui n’est pas encore arrivé, est-ce possible?

Car nous sentons les Qwalias dans le moment présent
et nous pouvons également ressentir l’onde qwalia de ces choses qui n’existe plus mais que notre coeur cerveau, bas-ventre , 5 sens percoivent. donc de l’ordre du passé.

Pouvons nous sentir les parfums des qwalias avenir?

En communion vagabondage de la connaissance avec toi

Sim
——————-

RÉPONSE-COURRIEL DE PIERROT VAGABOND

Très cher Simon,

ce matin dans le métro, après une nuit entière à déposer mon corps au sein du multiversiel, donc dans la matrice du cœur multiversiel, j’écrivais dans mon cahier-exploratoire ceci:

LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART PAR LA NON-TRICHERIE ONTI-KHA-TIVE PERMET D’ACCÉDER À LA FONCTION AB-MMUNICATIVE DU COEUR MULTIVERSIEL.

En arrivant au 24 heures informatique où j’ai établi les quartiers généraux du vagabondage de la connaissance, je reçois ton courriel.

Et soudain, tout le champ constellaire de ma vie personnelle œuvre d’art par lequel mon rêve big-bang est devenu un magnifique chêne sous le multiversiel de la beauté du monde, je sens scintiller toute la force d’un de mes abjepts ( un abjepts est une forme multiversielle du concept en forme de ? et de ! dont les attributs essentiels sont flottantes, tels des débris de la mémoire du cœur croisant des qWalias de la mémoire de la non-tricherie-ontikhative.

Au Moyen-âge, le terme de COMMUNICATION était d’abord défini par le terme D,EX-COMMUNICATION, la communication étant l’importance donnée à ce que l’on communique plutôt aux relations entre ceux et celles qui communiquent qu’importe ce qu’ils communiquent. ON NE POUVAIT DONC COMMUNIQUER N’IMPORTE QUOI. La communication était donc une prison sociale faite de croyances, de conventions, de morales du vivre-ensemble et tout était fait à l’intérieur de la prison de l’ex-communication.

L’IN-COMMUNICATION fut initiée par Pythagore qui divisait par un drap blanc ce qui allait aux initiés (connaissance ésotérique à l’intérieur du drap blanc) et aux non-initiés (ce qui allait exétoriquement à l’extérieur du drap blanc).

Puis, avec la république des lettres (le père Mersenne, Descartes,…) il fut ppratiqué ce que Léo-Strauss l’auto-centure ésotérique à l’intérieur même d’une œuvre destinée au grand public, pour éviter les affres geolistiques de la communication dans ses bornes ex-communicatives.

Ce n’est qu’avec les connaissances issues de la physique quantique et de la néo-cosmologie reliée au multivers ( inflation éternelle, théorie des cordes, matière noire) qu’est apparue la possibilité épistémologique de concevoir L’AB-MMUNICATION à la suite des brillantes intuitions de Peirce au sujet à la fois de l’abduction ET DE LA NOUVELLE VISION DES QUALIS.

QU’EST-CE QUE L’AB-mMUNICATION? c’est une ab-duction multiversielle à la vitesse wow-t=2.7k? parce que l’ab-munication (dont une relation sans contnu communicationnel) n’est possible que dans le champ du cœur dont la porosité quanto-cosmologique sort du piège de l’âme-corps parallelliste (Spinoza), l’âme-pensée/, corps/étendue (Descartes) , l’âme éternelle du Un et le corps porteur de gradation spirituelle (Plotin) l’âme des idées universelles et le corps mnémotique (Platon) et enfin l’âme issue du ier moteur (Aristote)

La notion de Dieu étant mise entre parenthèse par la science quanto-cosmologique , évitant aussi le piège spinozien du Dieu substance et de la personne humaine modale.

Tout ce préambule pour tenter une iere hypothèse à ta question.

Dès que l’on sort de la communication (ex-communication) reliée aux trois stations stellaires (5 sens, cerveau bas-ventre) et que l’on quitte par pure porosité quant-cosmologique l’in-mmunication reliée à l’ésotérisme défensif, pour pénétrer par le biais de la vie personnelle œuvre d’art à L’AB-MMUNICATION) les qualis de la mémoire du corps (souvenirs de toutes sortes parcourant en se déformant les 5 sens, le cerveau et le bas-ventre sous forme de désirs, d’imagination d’entendement de sensibilité de raison ou de jugement et que l’on se trouve QUANTIQUÉ OU MÊME KANTIKÉ PAR LE CHAMP CONSTELLAIRE DU COEUR, seuls les qWalias de la mémoire du cœur deviennent visibles, QU’ILS SOIENT PASSÉS, PRÉSENTS OU FUTURS. (sous forme de synchro-ni-vie-té, entre autres).

L’AB-MMUNICATION en un certain sens , c’est la relation cœur à cœur sans besoin de communication ou d’in-mmunication reliés aux trois autres stations stellaires (5 sens, cerveau ou bas-ventre)

ET L’ON NE PERCOIT PAR LE COEUR STELLASTIQUE QUE CE QUE L’ON NE VOIT PAS PAR LES 3 AUTRES STATIONS STELLAIRES (5 sens, cerveau et bas-ventre).

LES QWALIAS , perceptibles uniquement par la non-tricherie (wow-t=2.7k?) ontokhative rend multiversielle toute l’abjeptivation des quWalias et c’est sans doute là le secret même du cantique des cantiques de la bible comme des mystiques qu’on appellait les illuminés dans la iere moitié du 17eme siècle (le père Coton, Surin, Alzares, Thérèse d’Avila, Jean de la croix)

Ce qu’ils appelaient Dieu n’étant peut-être que le cœur multiversiel des quWalias d ela non-tricherie.

De là ma hâte d’aller à La Tuque avec mon cahier-dessin partir à la recherche des qWalias enfouis dans les plis de mon enfance provenant des non-tricheries de mon père…. elles ne sont sans doute plus là, mais le parfum multiversiel doit y être encore.

Pierrot vagabond…. ton céleste.

MOT DU COEUR DE L’AMI LOUIS ALARY

Re: merci pour cette belle soirée du coeur Louis

6 juill. à 17 h 48
ImprimerMessage brut

Louis Alary <louisalary@gmail.com>

À : Pierrot Rochette <rochettepierre@yahoo.ca>

Lever les yeux de mon téléphone… pour t’apercevoir Pierrot fut un immense cadeau de la vie hier
40 ans plus tard, nous rencontrer et parler, seul à seul, comme on n’a jamais pu le faire.
C’est un peu renaître en prenant, comme je l’ai dit hier, “un raccourci vers le bonheur”.
Prendre le temps d’écouter vraiment, tendre l’oreille et nous raconter nos vies.
Ce fut vraiment 4 heures de pur et de grand bonheur, de wows !
Bonne soirée Pierrot et à bientôt par courriel…
Coucou Maureen et Michel ! On se recroise bientôt aussi dans l’allée des wows

Votre ami Louis

LE MULTIVERS, PARAMÉTRÉ PAR TROIS VARIABLES ( L’EXPANSION ÉTERNELLE, LA THÉORIE DES CORDES ET LA MATIÈRE NOIRE) RÉÉVALUERA À PARTIR DU PRINCIPE ANTHROPIQUE DE BRANDON CARTER ET DU PRINCIPE D’ABDUCTION DE PEIRCE LA PERTINENCE DES NOTIONS DE COMMUNICATION ET D’INMUNICATION VERSUS LA NOTION RELIÉE AUX QWANTAS DE L’ALGORITHME DE JUSTICE SOCIALE «WOW-T=2.7K?» EN APPROFONDISSANT LA NOTION D’AB-MUNICATION, AU SENS OÙ L’APPAREIL ABCEPTUEL MÊME DES DÉBRIS MULTIVERSIELS DE LA MÉMOIRE DU COEUR PRÉSUPPOSE UN CABLAGE AU-DESSUS DE CE QUE PERMET EN CE MOMENT LE PARADIGME STELLAIRE DES 3 AUTRES STATIONS (LES 5 SENS, LE CERVEAU ET LE BAS-VENTRE).

le ier chapitre (100 pages) sur la méthodologie des débris multiversiels de la mémoire du cœur prend forme peu à peu autour de la révaluation de la notion de concept (concept, incept et abcept) et la notion de communication (communication étant un terme relié au moyen-âge versus l’ex-communication), l’in-mmunication ( terme relié à la peinture au sens de partage laboratoire ésotérique d’expression léo straussienne) et l’ab-mmunication inspirée de l’abduction de Peirce (terme relié aux dysfonctions du cablage entre les fonctions stellaires des trois stations ( 5 sens, cerveau et bas-ventre) versus la fonction de porosité multiversielle des débris qWaliens de la mémoire du cœur, consolidant par biais d’un arsenal axiomatique, une rétroaction de la définition de ce que seraient les qualis reiées aux fonctions des 3 ieres stations.

LA DÉCOUVERTE SCIENTIFIQUE DU MULTIVERS servira de point d’appui archimèdien dans une réécriture ontologique, épistémologique et métaphysique de la valeur poétique d’une méthodologie mettant l’accent sur les débris multiversiels de la mémoire du cœur et ses conséquences sur la non-tricherie et la vie personnelle œuvre d,art dans l,’ab-cept d’un champ constellaire au rêve big-bang lui aussi multiversiel.

à suivre…

COURRIEL DE L’ÎLE AUX COUDES DE MON AMI LE GRAND CONTEUR INTERNATIONAL SIMON GAUTHIER SUITE À SON RÉCIT PHILOSOPHIQUE «LE VAGABOND CÉLESTE»

Simon Gauthier <simondufleuve@gmail.com>
À : pierrot rêveur <rochettepierre@yahoo.ca>

Allo Pierrot , les ami.e.s de l’iSLe-aux-Coudres ont pleuré de joie de ce beau moment ensemble. De nos retrouvailles et de ces QWALIA que nous avons tous vécu indépendanemment de part nos rencontres mutuelles

SIM

Compagnon de l’impossible
je marche dans ma paire de bottes, et j’avance bien!

à bientôt

—————–

réponse-courriel de Pierrot

quelle joie d’avoir de tes nouvelles ami…. de mon monastère de l’impossible, 15 heures par jour à penser la nano-citoyenneté-planétaire au cœur de notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) à explorer une vision multiversielle des paramètres de toute vie personnelle œuvre d’art

Bonne suite à ta route

Pierrot vagabond,
ton céleste

LA MÉTHODOLOGIE DES DÉBRIS MULTIVERSIELS DE LA MÉMOIRE DU COEUR (ZONE POREUSEMENT BRANCHÉE SUR LE QUANTO-COSMOLOGIQUE ) NOUS INCITE À INVENTER DES NOTIONS AXIOMATIQUES FONDATRICES AUTRES QUE « COMMUNICATION» «CONCEPTS» OU «SYLLOGISMES» POUR PEU À PEU IMAGINER « L’AB-MUNICATION » «L’AB-CEPT» ET « L’AB-LOGISME» COMME CONSÉQUENCES D’UN DOCTORAT OEUVRE D’ART SUCCÉDANT ÉPISTÉMOLOGIQUEMENT À CE QUE PEIRCE AURAIT APPELÉ UN DOCTORAT ABDUCTIF OU PROBABILISTE PAR SÉRENPIDITÉ PROBABILISTE.

De la même manière que dans son évolution actuelle, le cerveau du chien n’est pas cablé les mathématiques, le cerveau de la personne humaine n’est pas encore cablée pour comprendre le multivers. En ce sens, l’os est pour le chien ce que le ciel est pour les croyants…. une nourriture tristement cablée autant que tragiquement ac-cablante, parce que croyance intolérante des croyances des autres.

De là…

… la précarité de toute méthodologie pré-paradigmatique… surtout parce qu’il s’agit d’investiguer philosophiquement, ontologiquement,  métaphysiquement autant qu’épistémologiquement ces nouvelles notions scientifiques  de physique quanto-cosmologiques, découvertes  reliées à…  l’expansion éternelle, la théorie des cordes, la matière noire…  la somme corrélaire conduisant mathématiquement une grande partie de la communauté scientifique  à la potentialité sérenpidative DE LA RÉELLE EXISTENCE D’UN MULTI-VERS .

EN CONSÉQUENCE DE QUOI…

L’arsenal axiomatique de notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) reposera sur l’invention constructiviste radicale d’une équation de toute vie personnelle œuvre d’art:

WOW-T=2.7K?

Le 2.7k?

étant le bruit de fond cosmologique du big- bang de l’univers et le «?» témoignant de l’infinie probabilité de l’infinie milliards de milliards de big bang possibles, faisant surgir en ABCEPTS, PAR AB-MUNICATION ( c’est à dire par les débris multiversiels du cœur quanto-cosmologique) des ab-logismes (reposant sur une énigmatique théorie du jeu de l’intri-khation onti-kha-tive de milliards de rêves big-bang.

Le fil d’or des 100 pages du chapitre méthodologique de notre doctorat (Auld, Woodard, Rochette) dont le titre est : JE TE DEMANDE PARDON OU UNE MÉTHODOLOGIE DES DÉBRIS MULTIVERSIELS DE LA MÉMOIRE DU COEUR, m’apparaît en ce moment devoir s’architectoner par une symphonie de néologismes AB-CEPTUELS évitant le piège d’un univers aristotélicien CONCEPTUEL ET COMMUNICATIF PAR SYLLOGISTISME ARGUMENTATIF,  face aux nouveaux défis de l’énigme cablante d’un multivers en forme de COEUR OEUVRE D’ART.

Au conseil d’administration de la créativité de ce matin, j’introduisais à mon ami et partenaire de recherche Michel le concierge L’AB-JEPTATION DE L’AB-MUNICATION D’UN AB-LOGISME… ou la sérenpidité reliée à la synchroni-vie-té MULTIVERSIELLE doit défier l’impuissance du cablage des 5 sens, du cerveau et du bas ventre (régions stellaires du corps-tissu d’espace-temps… en pariant sur le champ stellastique quanto-cosmologique du cœur dont la porosité harmonique est accentuée grâce à la décision de ne pas tricher par toute personne humaine conoquée par sa vie personnelle œuvre d’art, en marche ab-chorale vers une HUMANITÉ OEUVRE D’ART MULTIVERSIELLE.

LA QUÊTE DES QWALIAS, RELIÉE PAR UN FIL D’OR DE LA NON-TRICHERIE au chemin des débris multiversiels de la mémoire du cœur m’apparait le seul dans l’état actuel de nos abductions de l’in-connaissance  dont le cablage quanto-cosmologique rend poroseusement plausible le défiance d’un tissu de l’espace-temps intri-ké ONTI-KHA-TIVEMENT.

Que le tout  des recherches de notre équipe (Auld, Woodard, Rochette)  vienne un jour à donner la main à ces milliards d’enfants-errants-fantomatisés pourque la nano-citoyenneté-planétaire fasse respecter leur droit inaliénable à une vie personnelle œuvre d’art par un rêve big-bang au battement de cœur multiversiel.

Pierrot vagabond

au nom de, par et pour notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette)

L’ÉTONNANTE LETTRE XXX1V DE SÉNÈQUE À LUCILIUS…. UN PUR DÉLICE INTELLECTUEL RELIÉ À L’AMITIÉ CONCEPTUELLE

LETTRE XXXIV.

Encouragements à Lucilius.

Je grandis, je triomphe, et secouant les glaces de l’âge je me sens réchauffé chaque fois que ta conduite et tes lettres m’apprennent combien tu t’es dépassé toi-même, car dès longtemps tu as laissé la foule derrière toi. Si l’agriculteur est charmé quand ses arbres se couronnent de fruits ; si le berger prend plaisir à voir multiplier son troupeau ; s’il n’est personne qui n’envisage comme siens les progrès physiques de l’enfant qu’il a nourri, que penses-tu qu’éprouve l’homme qui a fait l’éducation d’une âme, qui l’a façonnée tendre encore et qui la voit tout d’un coup grande et forte ? Eh bien ! je te revendique, moi : tu es mon ouvrage. Aux dispositions que je t’ai reconnues, j’ai mis sur toi la main, t’encourageant, te pressant de l’aiguillon : et impatient de toute lenteur, je t’ai poussé sans relâche ; je le fais encore aujourd’hui, mais déjà j’exhorte un homme en pleine course, qui me renvoie les mêmes exhortations. Tu me demandes ce que je veux de plus ? Il y a beaucoup d’accompli. De même, en effet, qu’avoir commencé c’est avoir fait moitié de la tâche entière40, comme on dit ; en morale aussi pareille chose a lieu, et un grand point pour être bon est de vouloir le devenir. Et sais-tu qui j’appelle bon ? Celui qui l’est d’une manière parfaite, absolue, celui que nulle violence, nulle nécessité ne rendrait méchant. Voilà l’homme que je prévois en toi, si tu persévères et redoubles d’efforts, si tu parviens à ce que tes actions comme tes paroles s’accordent toutes et se répondent, frappées au même coin. Elle n’est pas dans la droite ligne l’âme dont les actes ne concordent pas.

Pierrot vagabond