All posts by Pierrot le Vagabond Chercheur

APRÈS «LE PAYS OEUVRE D’ART?» ET « LA PELLE JAUNE», MICHEL LE PHILOSOPHE-PROGRAMMEUR-CINÉASTE-CONCIERGE SOUMETTRA SON TROISIÈME DOCUMENTAIRE «PHILOSOPHIE, LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE» AU FESTIVAL INTERNATIONAL DU DOCUMENTAIRE DE MONTRÉAL EN 2018.

Notre conseil d’administration de la créativité de ce matin fut vraiment rafraîchissant. Nous devions filmer nos nouvelles avancées conceptuelles mais hier soir, Michel a visionné le tape pour voir s’il n’y traînait pas un vieil enregistrement qu’on aurait oublié.

Effectivement, nous avions une heure (tournée en octobre)… et Michel de me dire… «NOUS SOMMES VRAIMENT LES TROUS NOIRS DE LA PHILOSOPHIE» et je pense que ce tape devrait servir de fondement au prochain documentaire.

Marlene étant du même avis, cela m’a rendu très heureux car Michel représente pour moi ce que j’ai vu de plus intelligent de la philosophie vue d’en bas.

J’oserais ajouter que nous sommes une espèce de trou noir de la philosophie, dans le sens du dictionnaire des concept philosophiques de Michel Blay à l’item UTOPPIE

utopie
p.817

1- Récit d’un voyage imaginaire dans un monde meilleur
2; Ce monde en lui-même.

Avec le dialogue sur la meilleure forme de gouvernement de l’Utopie, dont le livre second décrit en détail l’organisation de la vie communautaire des habitants D’UNE ÎLE IMAGINAIRE qui se présente comme UN CONTRE-MODÈLE AUX MONARCHIES du début du XV1 s., More créant, en plus du mot lui-même, UN GENRE LITTÉRAIRE, UN PROCÉDÉ PHILOSOPHIQUE, UN NOUVEAU PHILOSOPHÈME.

Si la réception du terme a évolué, l’utopie, COMME GENRE PHILOSOPHICO-LITTÉRAIRE, enrichie de perspective scientifique ( avec la nouvelle Atlantide de Bacon), historique (au x111eme et x1Xeme s. ) et critique (au xxeme s.) présente une relative continuité, DANS SES THÈMES ET DANS SA CONSTRUCTION,

On a donc pu en dégager des invariants (fermeture, différence avec le monde connu, gestion communautaire) et mettre en évidence, par l’analyse structurale des textes utopiques, l’agencement des différents niveaux de discours, l’importance de la notion d’espace et le mode fictif d’application d’une théorie sociale.

«exercice mental sur les possibles latéraux» (R. Ruyer). L’UTOPIE CONSTITUE UNE MÉTHODE PHILOSOPHIQUE QUI SE CARACTÉRISE PAR LE RECOURS À L’IMAGINATION, par « des expériences contre-factuelles» (B. Goodwin), par un effort de reconstruction rationnelle de la société.

D’un côté, l’utopie reste ancrée dans le texte délibérément ouvert de l’Utopie. De l’autre, par-delà ses recherches de sa définition (le contenu, la forme, la fonction) elle est comprise comme l’expression générale «de l’aspiration du mieux-être» (R.Levitas) .

L’utopie, qui désigne la « CONJONCTION DE LA PHILOSOPHIE OU DU CONCEPT AVEC LE MILIEU PRÉSENT» (Gilles Deleuze) peut jouer un grand rôle DANS LA PENSÉE POLITIQUE ET MÉRITE D’ÊTRE PRISE AU SÉRIEUX.

Sur Google
www.wow-t.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

LES QUATRE QUESTIONS DE LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART CONSTITUENT UNE TRANSDUCTION (DANS LE SENS DE GILBERT SIMONDON) D’UN PROCESSUS D’INDIVIDUATION OPÉRANT UNE STRUCTURATION ÉMERGENTE RELIANT FORME, INFORMATION ET POTENTIELS ÉNERGÉTIQUES DU CHAMP, DANS UNE PHILOSOPHIE QUI TIENT PLUS DE LA SOIF COSMOLOGIQUE D’UNE QUESTION PRIGINAIRE QUE D’UNE CONCEPTION DU MONDE À PIÈGE IDÉOLOGIQUE.

les récentes découvertes cosmologiques métissées à des milliards de téléphones intelligents provoque un réseautage nano-moderniste d’un cosmopolitisme invitant à de nouvelles inventions algorythmiques pour donner une voix politique inouie à la nano-citoyenneté-planétaire.

Dans ce contexte d’un 21eme siècle projeté cosmologiquement hors de la post-modernité, la transduction risque de devenir un concept-clé de la rhyzomatisation des quatre questions de la vie personnelle œuvre d’art, fondement même de la nano-modernité globalisée autour des droits nano-universelles de la personne individuelle.

1: Quel est ton rêve?

2: Dans combien de jours?

3: qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?

4: Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

De là la possibilité d’une transduction sociétale par les 125 justes de la nano-citoyenneté-planétaire en contre-pouvoir éthique et esthétique invitant les monarchies nucléaires à sortir de l’état de nature hobbien par une cinquième question qui implique la survie même de l’espèce éco-humaine

5: COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

 

sur Google… www.wow-t.com

LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE CONSTITUE UN PROJET ALGORYTHMIQUE D’UNE TRÈS GRANDE VALEUR PROSPECTIVE COMPTE TENU DU FUTUR CENTRE D’EXCELLENCE MONDIALE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLE QUI SERA FONDÉ À MONTRÉAL AUTOUR DU GÉNIE DU DIRECTEUR SCIENTIFIQUE DU MILA…. YOSHUA BENGIO

LE DEVOIR
ARTICLE DU 17 JANVIER 2018

L’intelligence artificielle québécoise aura pignon sur rue à Montréal

16 janvier 2018 |Éric Desrosiers | Actualités économiques

Le secteur de l’intelligence artificielle québécois concentrera ses forces vives, tant en recherche fondamentale qu’en expérimentation technologique et commerciale, et en financement et développement d’entreprises.

Photo: iStock
Le secteur de l’intelligence artificielle québécois concentrera ses forces vives, tant en recherche fondamentale qu’en expérimentation technologique et commerciale, et en financement et développement d’entreprises.

Le secteur de l’intelligence artificielle québécois disposera d’un « centre d’excellence mondial » à Montréal où se concentreront ses forces vives tant en recherche fondamentale qu’en expérimentation technologique et commerciale, et en financement et en développement d’entreprises.

« Nous sommes actuellement dans le peloton de tête dans le monde en intelligence artificielle, mais pour rester dans la course, il va falloir faire des choses différemment parce qu’on n’aura jamais les capitaux des Chinois ni des Américains », a déclaré lundi le coprésident du comité d’orientation pour la création de la grappe québécoise en intelligence artificielle, Pierre Boivin, lors d’un grand forum stratégique sur le sujet organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM).

La solution qui a été trouvée, a-t-il annoncé, est de lui donner pignon sur rue dans « un centre d’excellence mondial nouveau modèle » disposant de plus « d’un demi-million de pieds carrés » en ville où se retrouveront 160 chercheurs de l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal (MILA) de l’Université de Montréal, ainsi que leurs collègues de l’Université McGill.

S’ajouteront une vingtaine de laboratoires d’entreprises de toutes tailles ainsi que plusieurs autres compagnies oeuvrant en intelligence artificielle (IA), comme Element AI, fondée entre autres par la star du domaine, le directeur scientifique du MILA, Yoshua Bengio. Le monde de la finance sera également présent, la Banque Royale ayant même déjà réservé des locaux.

Inspirée d’expériences similaires en Ontario et dans les centres universitaires américains du MIT, à Boston, et de Stanford, à San Francisco, l’idée est de créer un écosystème favorisant la collaboration entre tous ces acteurs, a expliqué le président et chef de la direction de la firme d’investissement Claridge et ancien président de l’équipe de hockey Canadien. « Ça, ça va nous permettre de faire mieux et de faire plus vite qu’ailleurs au monde. »

Apprendre des erreurs du passé

Conscient de court-circuiter une future annonce plus officielle, Pierre Boivin s’est justifié par le fait qu’il ne fallait pas laisser passer la chance offerte par un événement auquel assistaient plus de 850 représentants des secteurs des affaires, de la recherche et des médias, dont au moins une centaine d’acteurs du milieu déjà associés au projet.

Le projet a enchanté son hôte. « C’est une excellente nouvelle », a déclaré au Devoir le président et chef de la direction de la CCMM, Michel Leblanc. Selon lui, l’idée a plus de chances de succès que l’ancien programme du gouvernement du Québec de Cité du commerce électronique.

« Avec la Cité du commerce électronique, on avait choisi un lieu en se disant qu’ils attireraient des gens de l’industrie. Cette fois-ci, il s’agit de donner un lieu favorisant les synergies à des centres de recherche, des entreprises et d’autres acteurs qui existent déjà et dont plusieurs sont même des leaders mondiaux dans le domaine. »

Organisé en plein Quartier de l’innovation, qui va du quartier Griffintown à celui de la Petite Bourgogne dans le sud-ouest de la ville, le forum sur l’IA de lundi a été à la fois l’occasion de redire combien le Québec et sa métropole sont aux avant-postes du secteur dans le monde, mais aussi l’ampleur des défis qui les attendent s’ils veulent s’y maintenir. Plusieurs intervenants ont dit espérer que le prochain géant mondial du secteur soit québécois.

Un Google québécois

« Le pire risque que l’on court est la complaisance », a prévenu d’entrée de jeu la ministre de l’Écononomie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade.

Les représentants de géants de l’informatique et d’Internet, tels que Google, Amazon, Microsoft, IBM, Ubisoft et Thales, sont venus expliquer que l’une des principales raisons qui les ont amenés à venir s’installer au Québec est son réservoir de talents ainsi que sa capacité d’en attirer de l’extérieur.

Mais pour avoir ses propres champions mondiaux, le Québec ne doit pas seulement compter sur l’aide des multinationales étrangères, a averti Yoshua Bengio.

Les entreprises québécoises devront développer leur « agilité, leur créativité et leur vitesse de réaction ». Elles devront aussi apprendre à courir des risques. « De ce côté, je nous trouve franchement un peu mous au Canada. »

Les entrepreneurs québécois, comme les investisseurs qui les appuient, devront aussi muscler leur niveau d’ambition, estime Pierre Boivin. C’est-à-dire viser le sommet, à l’instar des CGI et autres Couche-Tard du Québec, plutôt que de profiter de la première occasion venue de vendre l’entreprise et de toucher le pactole.

—————
POUR LA PREMIÈRE FOIS DANS L’HISTOIRE DE L’HUMANITÉ, UNE JARDINIÈRE, UN CONCIERGE ET UN VAGABOND, AU NOM DE LA PHILOSOPHIE PLUS QUE DEUX FOIS MILLÉNAIRE, PAR L’INVENTION DE LA NANOCRATIE, DÉCLARE UNIVERSELLE LA NOUVELLE SÉPARATION DES POUVOIRS ENTRE LES NANO-PLANÉTAIRES QUI NE MANGENT PAS À LEUR FAIM ET LES MONARCHIES NUCLÉAIRES.

IL EST PLUS QUE TEMPS QUE L’HUMANITÉ NANO-CITOYENNE SE LÈVE DEBOUT PARTOUT SUR LA PLANÈTE TERRE POUR DIRE: NON À L’INJUSTICE, NON À LA PRÉCARITÉ, NON À L’EXCULSION DES RICHESSES. LA NANOCRATIE C’EST LA NANO-CONSCIENCE-PLANTAIRE EN MARCHE VERS UN MIEUX VIVRE POUR TOUS ET TOUTES.

————

LE RÊVE BIG BANG
C’EST LA VALEUR DE L’IMPOSSIBLE
DANS SON SURGISSEMENT ORIGINEL
LE PLUS 2.7K
AU SENS OÙ
LE SOI DU POUR-SOI NÉANTISANT
ATTEINT
UNE EUMÉTRIE CHORÉGRAPHIQUE
MANIFESTANT L’INVU
DE LA PLUS ÉPIQUE
TRANSLUCIDITÉ
NON-THÉTIQUE
DU POUR-SOI COSMOGRAPHIQUE
DE LA CONDITION HUMAINE

————
————-

TITRE DU DOCTORAT DE L’ÉQUIPE DE RECHERCHE (AULD, WOODARD, ROCHETTE) …….. «WOW-T=2.7K?» CODE SOURCE ARCHITECTONIQUE DE LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART À LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE.

—————

CHAPITRE 1
LE WOW (LE RÊVE BIG-BANG)

A) SON HISTORIQUE.

B) SON PASSAGE ARCHITECTONIQUE
de l’ESPRIT hégélien au DÉPASSEMENT Heideggerien au PROJET Sartrien comme fondement conceptuel au RÊVE BIG BANG menant à l’invention des quatre questions de la vie personnelle œuvre d’art

C) SON ILLUSTRATION EMPIRIQUE
archivée sur une période de 20 ans par le rêve big bang de l’archétype hologrammique de Pierrot vagabond de la beauté du monde À TRAVERS SES OEUVRES, SES CHANSONS, UN DOCUMENTAIRE (mon ami Pierrot, le dernier homme libre), un spectacle filmé du conteur international Simon Gauthier (le vagabond céleste) et UN BLOG… en quête poïétique des quatre questions de la vie personnelle œuvre d’art :

1: Quel est ton rêve?
2: Dans combien de jours?
3: Qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
4: Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

menant à une cinquième question
concernant l’espèce humaine vue de l’espace:

5: COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

D) BIBLIOGRAPHIE
l’allégorie de la caverne (Platon)
l’éthique à Nicomaque (Aristote)
l’éthique (Spinoza)
la critique de la raison pratique (Kant)
la phénoménologie de l’esprit (Hegel)
l’être et le temps (Heidegger)
l’être et le néant (Sartre)
l’évolution créatrice (Bergson)
Monsieur 2.7k (Pierrot vagabond)

———–

CHAPITRE 2
-T, (LA NON-TRICHERIE) (dans le sens de la mauvaise foi sartrienne)

A) SON HISTORIQUE

B) CONCEPT ARCHITECTONIQUE
la non-tricherie, absente des œuvres de Hegel et de Heidegger, constitue un ancrage fondamental de l’esquisse de la nouvelle théorie des émotions de Jean-Paul Sartre PAR SON CONCEPT DE MAUVAISE FOI.

c) SON ILLUSTRATION EMPIRIQUE
archivée sur une période de 10 ans par la non-tricherie du rêve big bang de l’archétype hologrammique de Michel concierge de la beauté du monde, dans son rêve big-bang (son amour pour Marlene) à travers SES CHANSONS, ses deux documentaires: LE PAYS OEUVRE D’ART? ET LA PELLE JAUNE? en plus d’extrait de videos sur plus de 150 heures d’archives visuelles et sonores où sont exprimés ses aphorismes de la philosophie d’en bas EN MODE DE CONCEPTUALISATION.

D) BIBLIOGRAPHIE
esquisse d’une nouvelle théorie des émotions (Sartre) autobiographie (Margaret Sangers) autobiographie (peace pilgrim) autobiographie (Nelson Mandela) le comte de Monte-Cristo (Dumas)

————
CHAPITRE 3
2.7k (LE BRUIT DE FOND DU BIG-BANG DE L’UNIVERS)

A) HISTORIQUE

B) L’ANALOGIE ARCHITECTONIQUE
entre le rêve big bang d’une personne humaine et le big-bang rêve de l’univers, par un rapport imaginatif du 2.7k dans une vie personnelle comme dans le cosmos.

C) SON ILLUSTRATION EMPIRIQUE
archivée sur une période de 10 ans par le personnage archétype hologrammique de Marlene la jardinière de la beauté du monde, ses jardins, et sa vie personnelle œuvre d’art dans son rêve big-bang de prendre soin de cette beauté du monde.

d) BIBLIOGRAPHIE
l’homme qui plantait des arbres (Giono)
critique de la faculté de juger (Kant)
le code secret de l’univers (Bogdanov)
———
CHAPITRE 4
? ( ou le paradigme d’une proposition falsifiable) (le concept paradigmatique du point d’interrogation de la formule étant une invention philosophique de Michel le philosophe-cinéaste-concierge)

A) HISTORIQUE (l’histoire du constructivisme russe au constructivisme radical du 21eme siècle comme mode de recherche scientifique autant que stratégique au niveau des droits nano-citoyens-planétaires.

B) SON RAPPORT ARCHITECTONIQUE
à la création d’une chaire de recherche d’un consortium universitaire pour inventer la nano-citoyenneté-planétaire en 3 ans par le biais d’une fondation.

C) SON ILLUSTRATION EMPIRIQUE
par le mode de fonctionnement archivé sur une période de 10 ans, de la création étapique de notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) , le wow unanime devenant graduellement le mode de mise en forme méthodologique conduisant à une invention paradigmatique éco-philosophique-politique (la nano-citoyenneté-planétaire dans sa forme éthique-esthétique-cosmologique: wow-t=2.7k?).

D) BIBLIOGRAPHIE
Léviathan (Hobbes)
l’esprit des lois (Montesquieu)
le contrat social (Rousseau)
théorie de l’agir communicationnel (Habermas)
la justice comme équité (Rawls)

CONCLUSION OUVERTE

La question de Montesquieu du 18eme siècle: Que faut-il inventer pour que tous les gouvernements de la planète fonctionnent un peu mieux (la séparation des pouvoirs) devenant au 21eme siècle ( que faut-il inventer pour que le pouvoir nano-citoyen-planétaire constitue un contrepoids obligeant les états à une éthique-esthétique planétaire avec des règles du jeu PROFITANT À TOUTE L’ESPÈCE HUMAINE (la nano-citoyenneté-planétaire).

Peut-on y arriver en 3 ans par un consortium d’universités financé par une ou plusieurs fondations dédiées à la démocratie nano-citoyenne-planétaire?

LA PHILOSOPHIE DU 21EME SIÈCLE,
POUR NOTRE ÉQUIPE DE RECHERCHE
(AULD, WOODART, ROCHETTE)
PREND LE PARI QUE LE DROIT UNIVERSELLE
DE LA NANO-PERSONNE-HUMAINE-PLANÉTAIRE
PASSERA PAR L’IMAGINATION CONSTRUCTIVISTE
DANS DES INVENTIONS AU SERVICE DE LA RAISON ET DE LA SENSIBILITÉ
PERÇUES D’UN OBSERVATEUR DE L’ESPACE
DANS SA CAPSULE SPATIALE
COMME UN ART NANO-ÉCO-PO;LIQIQUE
DE LA BEAUTÉ DU MONDE
LA NATURE ÉTANT VUE COMME UN ART
TEL QU’EXPRIMÉ PAR KANT
DANS LA CRITIQUE DE LA FACULTÉ DE JUGER

Vu de l’espace, d’une capsule spatiale, les 250,000 conseils municipaux de la planète terre dessinent géographiquement, QU’IMPORTE LE NOMBRE D’HABITANTS, VILLE PAR VILLE, VILLAGE PAR VILLAGE, une structure permettant au hasard objectif bien géré par des algorithmes puissants, d’inventer UNE CONSCIENCE PLANÉTAIRE DES 125 JUSTES à la hauteur des aspirations de l’espèce humaine, autant éco-politiquement que cosmologiquement.

Cette intuition 4…. m’apparaît très opérationnelle au sens où, comme je le suggère à notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette)

CE PREMIER TIRAGE AU SORT FAVORISE D’ABORD UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART PAR CONSEIL MINICIPAL, QUE CE SOIT VILLE PAR VILLE OU VILLAGE PAR VILLAGE,

pouvant par la suite, DANS UN DEUXIÈME TIRAGE AU SORT, de l’élection des 125 justes, faire voter à leur tour leurs communautés réciproques dont les frontières sont reconnues universellement par le recensement officialisé sur lequel pourra s’appuyer les LGORITHMES pour gérer toute tricherie potentielle.

De là l’importance qu’un consortium de chaire universitaires de démocratie puisse, appuyé par financièrement par des fondations libres de toute ingérence étatique, orchestrer en toute justice et équité,

LA VOIX NANO-CITOYENNE-PLANÉTAIRE DU 21EME SIÈCLE, À TITRE DE CONTRE-POUVOIR PLANÉTAIRE AUX LUTTES ENTRE LES ÉTATS, SUICIDAIRES POUR L’ESPÈCE HUMAINE PARCE QUE NUCLÉAIREMENT ARMÉES.

sur Google
WOW-T.COM

Marlene A. jardinière de la beauté du monde
Michel W. concierge de la beauté du monde
Pierrot V. vagabond de la beauté du monde

LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE, LES QUATRE QUESTIONS DE LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART… DANS L’ANGLE VIVANT DU DERNIER LIVRE DU PHILOSOPHE FRANCIS WOLFF (LES TROIS UTOPIES CONTEMPORAINES) OÙ L’INDIVIDUALISME AMBIANT DU 21EME SIÈCLE TENTE DE S’ÉCLAIRER PAR LE COSMOPOLITISME

ARTICLE DU DEVOIR
16 JANVIER 2018

Pour Francis Wolff, l’utopie d’un tout fait de la somme de ses parties

Pour Francis Wolff, l’individualisme ambiant peut s’éclairer dans le cosmopolitisme

16 janvier 2018 |Fabien Deglise | Livres

Dans son livre, le philosophe Francis Wolff s’interroge: et si le cosmopolitisme était en quelque sorte l’utopie du XXIe siècle?

Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir
Dans son livre, le philosophe Francis Wolff s’interroge: et si le cosmopolitisme était en quelque sorte l’utopie du XXIe siècle?

C’est le drame du présent mis en lumière par l’instant. À l’heure des résolutions et des états prospectifs commandés par les débuts d’année, l’humain est-il encore capable de rêver son avenir en société ? Difficilement, juge le philosophe français Francis Wolff, qui constate l’incapacité de ses contemporains à croire au bien et au salut commun. Trop d’individualisme ? Trop de peurs et de déceptions ? La seule utopie qui semble leur rester prend ses racines dans les replis et l’affirmation d’une pureté identitaire qui exclut forcément les autres, estime-t-il.

Or, à trop être centré sur soi, le tout formé par chaque individualité n’arrive plus à être visible, même si toute cette diversité qui refuse de se voir façonne sans doute, selon lui, l’utopie du XXIe siècle la plus folle, mais la plus réaliste : le cosmopolitisme, cette idée d’être où la singularité de chacun, liée à un lieu, n’empêche pas d’être en contact avec l’universalité du monde.

Photo: Marie Clavier CC

Le philosophe Francis Wolff

L’utopie cosmopolitique, « qui n’a le soutien ni des financiers ni des opinions publiques », est « la plus réaliste » aujourd’hui, écrit-il dans Trois utopies contemporaines (Fayard), ouvrage dense et fascinant qui cherche à redonner au présent sa capacité de se projeter dans un avenir plus éclairé. Outre le cosmopolitisme, le transhumanisme et l’animalisme forment ce trio d’imaginaire mis au service du collectif que décrypte l’auteur. « L’utopie cosmopolitique […] est fondée sur une antique conviction philosophique : nous autres humains ne sommes ni des dieux ni des bêtes, mais des animaux parlants vivant dans des Cités — pour le pire et pour le meilleur. » Des animaux qui dans leur pessimisme ambiant peinent à croire au mieux et se contentent surtout en ce moment du moins mauvais.

« Le présent n’est plus porteur d’avenir », lance au téléphone le professeur de philosophie à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm à Paris. Il est l’auteur de Pourquoi la musique ? en 2015 et de Notre Humanité. D’Aristote aux neurosciences en 2010. « Nous ne croyons plus au bien parce que nous avons pris conscience qu’il était hors de portée et que l’élimination du mal ne finirait jamais. » Les utopies politiques du passé, celles des Lumières, celle de Thomas More, qui a vu le jour il y a 500 ans exactement cette année, ont « mené au pire », dit-il. « Elles ne nous font plus rêver aux lendemains comme hier, repliés que nous sommes sur notre aujourd’hui et sur nous-mêmes », ajoute-t-il dans les pages de son essai.

Le revers du confort

Le déficit de crédibilité qu’inspire le Bien, l’ordinaire d’une politique qui a « étouffé le sentiment d’appartenance collective » et le règne des droits individuels devenus synonymes d’intérêts particuliers expliquent en partie cette impasse. Aujourd’hui, le citoyen, l’animal social qu’est l’humain sait très bien ce qu’il rejette — « les injustices, les misères, la corruption, l’humiliation, l’arbitraire, la ségrégation, la répression », détaille Francis Wolff —, mais en ignorant ce à quoi il aspire. À l’image d’un enfant gâté qui a trop d’attention, il ne sait pas ce qu’il veut, mais sait ce qu’il ne veut pas. « C’est le revers du confort des sociétés de droit dans lesquelles nous vivons », dit-il, sociétés où la victoire de l’autonomie individuelle, magnifiée par la technologie entre autres, sur la puissance des États ne permet plus d’envisager d’autre idéal.

Cette absence de rêves ne serait toutefois que transitoire, croit Francis Wolff. « Ce n’est pas une condition de la modernité », dit-il en parlant du triomphe du moi qui nourrit actuellement les courants populistes et les nationalismes haineux. Et, tout en nous disant « condamnés à l’individualisme », il fait planer l’espoir de voir cet individualisme s’éclairer à l’avenir pour faire avancer les utopies contemporaines : le transhumanisme, l’expression d’un « je » cherchant à s’affranchir des limites de la nature et de la mort, l’animalisme, celle d’un « je » voulant s’affranchir des frontières entres les espèces, et surtout le cosmopolitisme, ce « je » faisant monde dans une Cité, loin des frontières artificielles et de leur état civil qui séparent et divisent les humains.

« Le cosmopolitisme est un dépassement du politique qui n’est possible que dans l’individualisme », dit le philosophe en rappelant cette idée de Kant d’un droit qui règle le rapport des citoyens avec le monde, au-delà du droit international ou du droit des États. « Dans un monde où l’on se définit de moins en moins par nos appartenances collectives et de plus en plus par notre possibilité de les dépasser par une appartenance au monde, c’est une utopie qui met le commun au diapason des intérêts particuliers. »

Un appel en somme à cesser de croire que l’on est seul au monde pour se mettre à penser que l’on est tous du même monde, un monde utopique, conclut-il, mais qui reste le plus porteur d’un avenir moins sombre que celui bien sombre que se raconte en ce moment le présent.

Trois utopies contemporaines

Francis Wolff, Fayard, Paris, 2017, 180 pages

———-
SUR GOOGLE
WWW.WOW-T.COM

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

COTOYER AU QUOTIDIEN UN COUPLE QUI S’AIME SINCÈREMENT DEPUIS PLUS DE 35 ANS REPRÉSENTE L’EXPÉRIENCE PHILOSOPHIQUE LA PLUS ÉMOUVANTE DE MA VIE

Je dis souvent à Marlene et Michel que la vie de couple est une vocation. La liberté à deux est une danse philosophique d’une grande beauté. Comme Brassens avec Jeanne et Marcel, je me sens une personne humaine complète parce que je peux me consacrer à l’universalité de ma vocation de chercheur dans la chaleur d’une amitié sans faille d’un couple exceptionnel , qui plus est sont mes partenaires de recherche sur la nano-citoyenneté-planétaire.

Je pars tôt, je rentre très tard, je consacre mes journées à prendre soin méthodologiquement de quelques étudiantes et étudiants en maîtrise et doctorat.

Toute ma vie de grand-père de la beauté du monde s’y ancre. Vagabonder la connaissance universitaire du même «voyager léger» que je pratique sur les routes du Canada.

Prendre soin des rêveuses et des rêveurs en ensemençant le pays œuvre d’art du 21eme siècle par les quatre questions de la vie personnelle œuvre d’art:

1: Quel est ton rêve?
2: Dans combien de jours?
3: Qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
4: Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

Tout cela pour qu’un jour la cinquième question unisse l’humanité nano-citoyenne

COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

sur Google

www.wow-t.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

«LA MAGNA CARTA DE 1215» EST L’EXEMPLE PARFAIT D’UN ÉVÉNEMENT HORIZON ISSU D’UNE SÉRIE D’ACCIDENTS DYNASTIQUES…. CE QUE SERA AU 21EME SIÈCLE LE MANIFESTE NANO-CITOYEN-PLANÉTAIRE COMME LE FUT DELUI DE L’ART ABSTRAIT DE KANDINSKY (LA SPIRITUALITÉ DANS L’ART) AU 2OEME SIÈCLE…. WOW-T=2.7K? PASSERA D’AXIOMATIQUE COSMOLOGIQUE À FONDEMENT POÉTIQUE DE LA THÉMATIQUE DE LA FAIM SUR TERRE

POUR LA PREMIÈRE FOIS DANS L’HISTOIRE DE L’HUMANITÉ, UNE JARDINIÈRE, UN CONCIERGE ET UN VAGABOND, AU NOM DE LA PHILOSOPHIE PLUS QUE DEUX FOIS MILLÉNAIRE, PAR L’INVENTION DE LA NANOCRATIE, DÉCLARE UNIVERSELLE LA NOUVELLE SÉPARATION DES POUVOIRS ENTRE LES NANO-PLANÉTAIRES QUI NE MANGENT PAS À LEUR FAIM ET LES MONARCHIES NUCLÉAIRES.

IL EST PLUS QUE TEMPS QUE L’HUMANITÉ NANO-CITOYENNE SE LÈVE DEBOUT PARTOUT SUR LA PLANÈTE TERRE POUR DIRE: NON À L’INJUSTICE, NON À LA PRÉCARITÉ, NON À L’EXCULSION DES RICHESSES. LA NANOCRATIE C’EST LA NANO-CONSCIENCE-PLANTAIRE EN MARCHE VERS UN MIEUX VIVRE POUR TOUS ET TOUTES.

————

LE RÊVE BIG BANG
C’EST LA VALEUR DE L’IMPOSSIBLE
DANS SON SURGISSEMENT ORIGINEL
LE PLUS 2.7K
AU SENS OÙ
LE SOI DU POUR-SOI NÉANTISANT
ATTEINT
UNE EUMÉTRIE CHORÉGRAPHIQUE
MANIFESTANT L’INVU
DE LA PLUS ÉPIQUE
TRANSLUCIDITÉ
NON-THÉTIQUE
DU POUR-SOI COSMOGRAPHIQUE
DE LA CONDITION HUMAINE

————
————-

TITRE DU DOCTORAT DE L’ÉQUIPE DE RECHERCHE (AULD, WOODARD, ROCHETTE) …….. «WOW-T=2.7K?» CODE SOURCE ARCHITECTONIQUE DE LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART À LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE.

—————

CHAPITRE 1
LE WOW (LE RÊVE BIG-BANG)

A) SON HISTORIQUE.

B) SON PASSAGE ARCHITECTONIQUE
de l’ESPRIT hégélien au DÉPASSEMENT Heideggerien au PROJET Sartrien comme fondement conceptuel au RÊVE BIG BANG menant à l’invention des quatre questions de la vie personnelle œuvre d’art

C) SON ILLUSTRATION EMPIRIQUE
archivée sur une période de 20 ans par le rêve big bang de l’archétype hologrammique de Pierrot vagabond de la beauté du monde À TRAVERS SES OEUVRES, SES CHANSONS, UN DOCUMENTAIRE (mon ami Pierrot, le dernier homme libre), un spectacle filmé du conteur international Simon Gauthier (le vagabond céleste) et UN BLOG… en quête poïétique des quatre questions de la vie personnelle œuvre d’art :

1: Quel est ton rêve?
2: Dans combien de jours?
3: Qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
4: Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

menant à une cinquième question
concernant l’espèce humaine vue de l’espace:

5: COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

D) BIBLIOGRAPHIE
l’allégorie de la caverne (Platon)
l’éthique à Nicomaque (Aristote)
l’éthique (Spinoza)
la critique de la raison pratique (Kant)
la phénoménologie de l’esprit (Hegel)
l’être et le temps (Heidegger)
l’être et le néant (Sartre)
l’évolution créatrice (Bergson)
Monsieur 2.7k (Pierrot vagabond)

———–

CHAPITRE 2
-T, (LA NON-TRICHERIE) (dans le sens de la mauvaise foi sartrienne)

A) SON HISTORIQUE

B) CONCEPT ARCHITECTONIQUE
la non-tricherie, absente des œuvres de Hegel et de Heidegger, constitue un ancrage fondamental de l’esquisse de la nouvelle théorie des émotions de Jean-Paul Sartre PAR SON CONCEPT DE MAUVAISE FOI.

c) SON ILLUSTRATION EMPIRIQUE
archivée sur une période de 10 ans par la non-tricherie du rêve big bang de l’archétype hologrammique de Michel concierge de la beauté du monde, dans son rêve big-bang (son amour pour Marlene) à travers SES CHANSONS, ses deux documentaires: LE PAYS OEUVRE D’ART? ET LA PELLE JAUNE? en plus d’extrait de videos sur plus de 150 heures d’archives visuelles et sonores où sont exprimés ses aphorismes de la philosophie d’en bas EN MODE DE CONCEPTUALISATION.

D) BIBLIOGRAPHIE
esquisse d’une nouvelle théorie des émotions (Sartre) autobiographie (Margaret Sangers) autobiographie (peace pilgrim) autobiographie (Nelson Mandela) le comte de Monte-Cristo (Dumas)

————
CHAPITRE 3
2.7k (LE BRUIT DE FOND DU BIG-BANG DE L’UNIVERS)

A) HISTORIQUE

B) L’ANALOGIE ARCHITECTONIQUE
entre le rêve big bang d’une personne humaine et le big-bang rêve de l’univers, par un rapport imaginatif du 2.7k dans une vie personnelle comme dans le cosmos.

C) SON ILLUSTRATION EMPIRIQUE
archivée sur une période de 10 ans par le personnage archétype hologrammique de Marlene la jardinière de la beauté du monde, ses jardins, et sa vie personnelle œuvre d’art dans son rêve big-bang de prendre soin de cette beauté du monde.

d) BIBLIOGRAPHIE
l’homme qui plantait des arbres (Giono)
critique de la faculté de juger (Kant)
le code secret de l’univers (Bogdanov)
———
CHAPITRE 4
? ( ou le paradigme d’une proposition falsifiable) (le concept paradigmatique du point d’interrogation de la formule étant une invention philosophique de Michel le philosophe-cinéaste-concierge)

A) HISTORIQUE (l’histoire du constructivisme russe au constructivisme radical du 21eme siècle comme mode de recherche scientifique autant que stratégique au niveau des droits nano-citoyens-planétaires.

B) SON RAPPORT ARCHITECTONIQUE
à la création d’une chaire de recherche d’un consortium universitaire pour inventer la nano-citoyenneté-planétaire en 3 ans par le biais d’une fondation.

C) SON ILLUSTRATION EMPIRIQUE
par le mode de fonctionnement archivé sur une période de 10 ans, de la création étapique de notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) , le wow unanime devenant graduellement le mode de mise en forme méthodologique conduisant à une invention paradigmatique éco-philosophique-politique (la nano-citoyenneté-planétaire dans sa forme éthique-esthétique-cosmologique: wow-t=2.7k?).

D) BIBLIOGRAPHIE
Léviathan (Hobbes)
l’esprit des lois (Montesquieu)
le contrat social (Rousseau)
théorie de l’agir communicationnel (Habermas)
la justice comme équité (Rawls)

CONCLUSION OUVERTE

La question de Montesquieu du 18eme siècle: Que faut-il inventer pour que tous les gouvernements de la planète fonctionnent un peu mieux (la séparation des pouvoirs) devenant au 21eme siècle ( que faut-il inventer pour que le pouvoir nano-citoyen-planétaire constitue un contrepoids obligeant les états à une éthique-esthétique planétaire avec des règles du jeu PROFITANT À TOUTE L’ESPÈCE HUMAINE (la nano-citoyenneté-planétaire).

Peut-on y arriver en 3 ans par un consortium d’universités financé par une ou plusieurs fondations dédiées à la démocratie nano-citoyenne-planétaire?

LA PHILOSOPHIE DU 21EME SIÈCLE,
POUR NOTRE ÉQUIPE DE RECHERCHE
(AULD, WOODART, ROCHETTE)
PREND LE PARI QUE LE DROIT UNIVERSELLE
DE LA NANO-PERSONNE-HUMAINE-PLANÉTAIRE
PASSERA PAR L’IMAGINATION CONSTRUCTIVISTE
DANS DES INVENTIONS AU SERVICE DE LA RAISON ET DE LA SENSIBILITÉ
PERÇUES D’UN OBSERVATEUR DE L’ESPACE
DANS SA CAPSULE SPATIALE
COMME UN ART NANO-ÉCO-PO;LIQIQUE
DE LA BEAUTÉ DU MONDE
LA NATURE ÉTANT VUE COMME UN ART
TEL QU’EXPRIMÉ PAR KANT
DANS LA CRITIQUE DE LA FACULTÉ DE JUGER

Vu de l’espace, d’une capsule spatiale, les 250,000 conseils municipaux de la planète terre dessinent géographiquement, QU’IMPORTE LE NOMBRE D’HABITANTS, VILLE PAR VILLE, VILLAGE PAR VILLAGE, une structure permettant au hasard objectif bien géré par des algorithmes puissants, d’inventer UNE CONSCIENCE PLANÉTAIRE DES 125 JUSTES à la hauteur des aspirations de l’espèce humaine, autant éco-politiquement que cosmologiquement.

Cette intuition 4…. m’apparaît très opérationnelle au sens où, comme je le suggère à notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette)

CE PREMIER TIRAGE AU SORT FAVORISE D’ABORD UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART PAR CONSEIL MINICIPAL, QUE CE SOIT VILLE PAR VILLE OU VILLAGE PAR VILLAGE,

pouvant par la suite, DANS UN DEUXIÈME TIRAGE AU SORT, de l’élection des 125 justes, faire voter à leur tour leurs communautés réciproques dont les frontières sont reconnues universellement par le recensement officialisé sur lequel pourra s’appuyer les LGORITHMES pour gérer toute tricherie potentielle.

De là l’importance qu’un consortium de chaire universitaires de démocratie puisse, appuyé par financièrement par des fondations libres de toute ingérence étatique, orchestrer en toute justice et équité,

LA VOIX NANO-CITOYENNE-PLANÉTAIRE DU 21EME SIÈCLE, À TITRE DE CONTRE-POUVOIR PLANÉTAIRE AUX LUTTES ENTRE LES ÉTATS, SUICIDAIRES POUR L’ESPÈCE HUMAINE PARCE QUE NUCLÉAIREMENT ARMÉES.

sur Google
WOW-T.COM

Marlene A. jardinière de la beauté du monde
Michel W. concierge de la beauté du monde
Pierrot V. vagabond de la beauté du monde

KARIM BENYEKHLEF DE L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL… LE CHERCHEUR LE PLUS PRÈS DE L’INVENTION DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE DE NOTRE ÉQUIPE DE RECHERCHE (AULD, WOODARD, ROCHETTE)

Karim Benyekhlef
Professeur titulaire
Directeur, Laboratoire de cyberjustice
Titulaire, Chaire LexUM en information juridique

Karim Benyekhlef est professeur à la Faculté de droit de l’Université de Montréal depuis 1989. Il est détaché au Centre de recherche en droit public depuis 1990 et en a assuré la direction de 2006 à 2014. Il a assuré la direction du Regroupement stratégique Droit, changements et gouvernance, regroupant une cinquantaine de chercheurs, de 2006 à 2014. Il fut aussi directeur scientifique du Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM) de 2009 à 2012. Il assure actuellement la direction du Laboratoire de cyberjustice, qu’il a fondé en 2010. Le Laboratoire de cyberjustice a obtenu en 2015 le Prix Mérite Innovation du Barreau du Québec. Il est titulaire de la Chaire de recherche LexUM en information juridique depuis octobre 2014. Il est membre du Conseil scientifique et du Conseil d’orientation du Cérium. Il a reçu en 2016 la distinction Advocatus Emeritus (Avocat émérite) du Barreau du Québec.

Membre du Barreau du Québec depuis 1985, il a exercé au sein du ministère fédéral de la Justice de 1986 à 1989. Ses champs d’enseignement et de recherche sont le droit constitutionnel (droits et libertés de la personne), le droit international, le droit des technologies de l’information, la théorie et l’histoire du droit. Karim Benyekhlef a fondé en 1995 la revue juridique électronique Lex Electronica, la toute première revue juridique en ligne en langue française.

Il est également l’instigateur des premiers projets de règlement en ligne des conflits (Projet CyberTribunal, 1996-1999, eResolution, 1999-2001, ECODIR, 2001). Il assure la direction du Laboratoire sur la cyberjustice dont les travaux visent à accroître et faciliter l’accès à la justice. Il dirige une équipe internationale composée d’une trentaine de chercheurs de plus 23 institutions universitaires au Canada, aux États-Unis, en Australie et en Europe : «Repenser le droit processuel : Vers une cyberjustice», projet financé par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) dans le cadre du programme des Grands travaux de recherche concertée (GTRC). Il a également participé à l’élaboration de programmes de bonne gouvernance en Afrique et dans les Caraïbes (Agence canadienne de développement international, Nations-Unies et Commission européenne).

Il est l’auteur, avec le professeur Fabien Gélinas de la Faculté de droit de l’Université McGill, de l’ouvrage paru en 2003 aux Éditions Romillat (Paris) Le règlement en ligne des conflits. Enjeux de la cyberjustice. Il a également publié en 2008 aux Éditions Thémis Une possible histoire de la norme. Les normativités émergentes de la mondialisation. Cet ouvrage a obtenu le Prix de la Fondation du Barreau du Québec en 2009. Une deuxième édition de cet ouvrage a paru en 2015. Il a dirigé, en 2013, un collectif Gouvernance et risque. Les défis de la régulation dans un monde global, et, en 2014, Les secrets du droit, publiés aux Éditions Thémis. Il a récemment dirigé, avec les professeurs Jane Bailey, Jacqueline Burkell et Fabien Gélinas, l’ouvrage eAccess to Justice paru en 2016 aux Éditions Les Presses de l’Université d’Ottawa (disponible en accès ouvert ici : http://www.ruor.uottawa.ca/handle/10393/35566).

SUR GOOGLE

WWW.WOW-T.COM

Marlene jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

AU 20EME SIÈCLE, BERGSON DÉCLARA DIEU «CONSTRUCTION SOCIALE» … AU 21EME SIÈCLE, CETTE CONSTRUCTION SOCIALE EST DEVENUE UN HORIZON D’ÉVÉNEMENTS IMPRÉVISIBLE TELLEMENT LES NOUVELLES DÉCOUVERTES COSMOLOGIQUES SONT ÉBLOUISSANTES D’ÉNIGMES INASSOUVIES

Michel Blay
dictionnaire des concepts philosophiques
Larousse
p.216
extrait

DIEU

Les épicuriens comme les stoïciens considèrent que Dieu constitue UNE PRÉNOTION que possède tout homme, AVANT TOUTE CULTURE RELIGIEUSE PARTICULIÈRE, mais cela n’empêcheévidemment pas la diversité DES FIGURES DE DIEU créées ou analysées par la philosophie, au point que l’on peut dire que CETTE FÉCONDITÉ est supérieure à celle des religions elle-même.

L’ÊTRE SUPRÊME

Si Dieu est toujours supérieur à l’homme, plus puissant et plus complet que lui, les points communs entre l’ensemble de ses figures s’arrêtent à peu près là: certains dieux sont créateurs, d’autres non. iL PEUT MÊME Y AVOIR PLUSIEURS GÉNÉRATIONS DE DIEUX DONT LA PRÉÉMINENCE DÉPEND DE LEUR CONTACT PLUS OU MOINS DIRECT AVEC LA MATIÈRE ET LE SENSIBLE.

Dans le Timée de Platon, le demiurge qui modèle le monde n’est ainsi qu’un dieu inférieur par rapport au Bien, qui lui délègue le soin de façonner l’univers. De même, cet exemple montre que certains dieux sont transcendants et d’autres immanents, les deux caractéristiques accueillant des degrés divers, selon qu’ils sont confrontés à la matière en l’organisant ou qu’ils demeurent radicalement séparés. Cette alternative permet souvent aussi de distinguer entre des dieux personnels (le Dieu des monothéistes) et des dieux impersonnels ( le dieu spinoziste ou l’être suprême des déistes), ces divinités s’identifiant alors souvent à la nature elle-même.

Mais chaque conception du divin permet, en fait, DE SAISIR L’ENSEMBLE D’UN PROJET PHILOSOPHIQUE.

Chaque philosophe insiste sur tel ou tel attribut de son dieu, au regard de ses thèses propres, qu’il entend ainsi étayer.

Le dieu caché et tout puissant de Pascal, n’est pas le dieu sage et rationnel de Malebranche.

Parallèlement, selon les facultés que le philosophe convoque pour en parler, on voit se constituer des DIEUX DU SENTIMENT (Rousseau) ou de la raison (Leibniz), des dieux que l’on contemple (néoplatonisme, mystiques rhénane et espagnole) ou que l’on déduit par analogie avec le créé(Saint Thomas D’Aquin).

On peut d’ailleurs lire, au travers des conceptualisations du divin, une évolution des autres concepts et valeurs de la philosophie, soit qu’elles les fondent, soit qu’elles les reflètent……

sur Google
www.wow-t.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

L’INVENTION DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE, C’EST PROVOQUER L’ÉMERGENCE DIFFÉRANTIELLE (DERRIDA) D’HORIZONS D’ÉVÉNEMENTS RELIÉS À LA DIGNITÉ DE L’HUMANITÉ HOLOGRAMIQUE AU PRINCIPE COSMOLOGIQUE ANTHROPIQUE DE LA VUE DE LA TERRE DE L’ESPACE ET DE SA NANO-CONSCIENTISATION SUR SIMPLE APPLICATION DE MILLIARDS DE TÉLÉPHONES CELLULAIRES DANS LE GLISSEMENT DES RAPPORTS DE FORCE ENTRE LES NANO-CITOYENS ET LES ÉTATS

Les horizons d’événements nano-planétaires seront au 21eme siècle les résultantes constructivistes radicales inspirées par la formule «WOW-T=2.7K?».

Prendre soin de la beauté du monde par un rêve big-bang architectonisé par les quatre questions de la vie personnelle œuvre d’art, c’est en fait passer d’une dogmatique de la condition humaine passive à une dialectique de la question ontologique traversant l’ontique de l’ustanciliation des étants pour accéder à un rapport plus authentique menant à une éco-responsabilité plus créatrice.

Tout doit tourner d’abord autour de la problématique de la faim dans le monde.

LE DROIT DE MANGER À SA FAIM EST LE PREMIER DROIT DES DROITS NANO-CITOYENS-PLANÉTAIRES.

Tout horizon d’événements se doit d’en marquer l’urgence.

sur Google

www.wow-t.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

«wow-t=2.7k?» … FORMULE PHILOSOPHIQUE DU 21EME SIÈCLE FAISANT APPEL AU PRINCIPE COSMOLOGIQUE ANTHROPIQUE COMME INTUITION FORTE D’UNE CONSCIENCE NANO-PLANÉTAIRE À PARTIR D’UNE VUE DE LA TERRE VUE DE L’ESPACE

Michel Bray
Dictionnaire des concepts philosophiques
Larousse
p.164
extrait

Il semble que le point de rencontre de notre rapport vécu au monde et de la science de l’Univers se situe au niveau DE LA NOTION DE PRÉSENCE, sans retomber pour autant dans l’impasse bergsonnienne de la simultanéité non relativiste. Si les notions de présence et de présent renvoient nécessairement à une observation, c’est que LA COSMOLOGIE ne peut en faire pour autant l’économie.

C’est d’ailleurs ce que montre de façon exemplaire, l’appel récent au «PRINCIPE COSMOLOGIQUE ANTHROPIQUE», qui met en jeu la relation entre l’homme et l’Univers pour fixer des contraintes déterminées à la question DES CONDITIONS INITIALES DE LA FORMATION DE L’UNIVERS.

En schématisant (car ce principe a reçu plusieurs formes faibles ou fortes), LE PRINCIPE ANTHROPIQUE revient à penser que l’Univers doit être constitué de telle façon que la cosmologie, les cosmologistes et les hommes existent; ce qui ne serait pas le cas selon n’importe quel modèle cosmologique, pourtant compatible avec les lois actuelles de la physique.

LE PRINCIPE ANTHROPIQUE accorde donc UNE PLACE DÉTERMINANTE À LA PRÉSENCE DE LA VIE ET DE L’HOMME DANS L’UNIVERS, ce qui implique un certain état de développement des amas galactiques, de la galaxie, des étoiles et des planètes, au sein duquel ILS RÉUSSISSENT À ÉMERGER.

C’est donc le retour d’une certaine forme DE TÉLÉOLOGIE en cosmologie, puisque le principe anthropique assume au moins «UNE FONCTION RÉGULATRICE» comme dirait Kant.

Autrement dit, les astrophysiciens ont à modéliser un Univers présentant des propriétés telles QUE LA PRÉSENCE DE LA VIE ET CELLE DE L’HOMME PUISSENT AINSI ÊTRE TIRÉES

Jean Seidengart

———–
sur Google

www.wow-t.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde