LA MÉTHODOLOGIE DE NOTRE ÉQUIPE DE RECHERCHE (AULD, WOODARD, ROCHETTE) INVENTERA SERA CELLE DU CHAMP CONSTELLAIRE AUX ÉTIQUETTES AUSSI ONÉRIQUES (GAELLE) QUE MULTIVERS… AU SENS OÙ LA FORCE D’ATTRACTION ABDUCTIVE DESSINANT DES RÊVES BIG BANG SURGISSANT DES FEUX D’ARTIFICE DES HOLOGRAMMES SYNTHÉTIQUES (MARLENE LA JARDINIÈRE, MICHEL LE CONCIERGE, PIERROT VAGABOND) PROVOQUERONT À LA FOIS TOUT ÉVACUATION HORS DU CADRE ONÉRIQUE DES ATTRIBUTS ESSENTIELS… LAISSANT FLOTTER , TELLES LES PEINTURES DE ROTHKO UN ÉTAT D’IMAGINATION DES PLUS PURS….

À SUIVRE…

Pierrot vagabond céleste

AU PAYS OEUVRE D’ART DE L’IMAGINATION PURE, LA MARCHE DU VAGABOND CÉLESTE SOUS LE FLOTTEMENT DU CHAMP CONSTELLAIRE AUX ÉTIQUETTES ÉBLOUISSANTES (ONTOLOGIE, QUALIAS ET MULTIVERS) APRIOSENT LA LUMINESCENCE DU SENS EN SOI DANS LE RAPPORT VIVANT NOUÉ PAR TOUT RÊVE BIG BANG DANS SA NON-TRICHERIE À LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART… PORTÉ PAR LE 2.7K? D’UN BIG BANG MULTIVERS QUI PRÉCÈDE ET CONSTITUE LA BEAUTÉ DU MONDE DÉJÀ PARADIGMATIQUEMENT EXPRIMÉE PAR LE CANTIQUE DES CANTIQUES DE LA BIBLE

Le sens en soi reliant lumineusement le multivers et ses dimensions qualiennes précèdent l’humain comme le monde précède la naissance et la mort de la personne humaine œuvre d’art.

Comment ne pas être émerveillé devant les étiquettes de la naissance et de la mort, qui sous la puissance cosmogonique du champ constellaire multivers de la non-tricherie, redessinent leur position des deux côtés de la rive héraclienne du devenir.

Le rêve big bang descend la rivière qui monte pendant que sur les berges, des feux de camps de naissances éruptives tracent un arc-en-ciel avec les morts de l’autre rives qui se dévoilent sous forme de braise…

Les qualias sont dans les feux de joie des naissances d’une rive tout autant que dans les braises des feux de cendre qui soupirent.

Le vagabond céleste, dans sa marche pour serrer la main des rêveurs, ne fut que sens parce que non-sens… si je prends soin de l’univers, Est-ce que l’univers va prendre soin de moi?

C’est en dormant certains soirs dans les cimetières du Québec que j’en arrivai à faire la paix avec le point d’interrogation, source œuvre d’art de l’algorithme social: wow-t=2.7k?

Toute personne humaine œuvre d’art sur terre devient point d’interrogation saluant bien humblement le point d’exclamation que constitue la beauté du monde.

Et en ce sens, l’archétype hologrammique de Michel le concierge, Marlene la jardinière et Pierrot vagabond sont des sculptures d’enchantement de l’errance poétique protégeant la personne humaine de l’errance fantomatique autant qu’ontologique.

Il n’y a de phénomène que dans le noumène de l’objet qui rêve parce l’objet cherche à fuir l’objectivation des catégorisations de la déchéance du souci.

à suivre…

www.wow-t.com

LE MÉMOIRE D’ISABELLE MATHIEU (2018) «CORPS-À-CORPS: RÉALISATION D’UN CORPUS D’OEUVRES PERFORMATIVES ET INSTALLATIVES CONFRONTANT LA FIGURE DE L’ARTISTE À CELLE D’UNE PUGILISTE»….. MAINTENANT PUBLIÉ SUR LE SITE DE L’UQAM

Corps-à-corps : réalisation d’un corpus d’oeuvres performatives et installatives confrontant la figure de l’artiste à celle d’une pugiliste

Mathieu, Isabelle (2018). « Corps-à-corps : réalisation d’un corpus d’oeuvres performatives et installatives confrontant la figure de l’artiste à celle d’une pugiliste » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en arts visuels et médiatiques.

Résumé

Mon travail s’appuie sur l’approche kinesthésique. Le texte d’accompagnement de ce mémoire-création se veut une œuvre en soi, incisive et circonscrite par une oralité littéraire. Ce texte présente le concept de l’Arthlétisme qui en résulte en réunissant l’art et la boxe par le biais d’un projet de synthèse divisé ici en quatre parties, digne d’une bataille épique. Le premier chapitre révèle la prise de conscience graduelle ayant fait surgir les questions existentielles, philosophiques et politiques des paramètres de ma principale question : est-ce que la boxe est un art ? Il prend la forme d’un récit s’articulant autour de seize propositions artistiques élaborées dans le but de réactualiser la notion du pugilat. Le deuxième chapitre constitue une analyse critique comparative entre l’œuvre chorégraphique KOK de Régine Chopinot et l’essai sociologique Corps et âme : carnet ethnographique d’un apprenti boxeur de Loïc Wacquant. Il a pour but de redéfinir la notion de l’arène en la réinventant tout en réfléchissant à la notion de corps-archive. En contrecoup, le troisième chapitre brosse le portrait d’une entrevue décrivant les conditions sociales et culturelles de ma production artistique ayant pour objectif de réactualiser la notion de combattant (e). Le quatrième chapitre, quant à lui, introduit l’œuvre finale de ce mémoire-création. Il s’agit d’une manœuvre d’immixtion intitulée La Rose Blanche intégrant la peinture, la performance et le collage. En somme, l’Arthlétisme se verra être une pédagogie philosophique et politique mettant en perspective l’art et la boxe confondus aux principes qui les justifient ainsi caractérisés par l’aphorisme théorique Le ring est le tableau que j’habite. Ce mémoire-création s’adresse notamment à l’œuvre de Théodore Géricault, The Boxers/Les boxeurs (1818), dont je questionne encore les poings croisés de ses protagonistes, puisque tels qu’ils sont représentés, ils demeurent contraires à l’origine des mouvements pugilistiques. ____________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : sport, arthlétisme, boxe, corps-à-corps, pugiliste, ring, tableau, athlète, artiste, acte, chorégraphique, performatif, installation, collage, manœuvre.

Type:
Mémoire accepté

Informations complémentaires:
Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l’auteur.

Directeur de thèse:
Doyon, Hélène

Mots-clés ou Sujets:
Arts et sports / Boxe dans l’art / Féminisme et art / Femmes dans les sports / Art de performance / Installations (Art) / Collage (Art) / Mémoires et thèses de création

Unité d’appartenance:
Faculté des arts > École des arts visuels et médiatiques

Déposé par:
Service des bibliothèques

Date de dépôt:
10 janv. 2019 08:40

Dernière modification:
10 janv. 2019 08:40

Adresse URL :
http://archipel.uqam.ca/id/eprint/12052

Modifier les métadonnées (propriétaire du document)

1: COMMENT L’INVENTION D’UN ARCHÉTYPE HOLOGRAMMIQUE PEUT BOULEVERSER LE FONDEMENT ONTOLOGIQUE QUALIEN DE LA RÉALITÉ JMULTIVERS PAR L’ÉMERGENCE AU COEUR MÊME D’UN RÊVE BIG BANG D’UNE INFINITUDE DE RÊVES BIG BANG ÉNIGME MÊME DU MULTIVERS, DANSE ORCHESTRÉE DE LA BEAUTÉ DU MONDE ENTRE LA PERSONNE HUMAINE OEUVRE D’ART ET LA MULTI-ÉTHICITÉ DES HOLOGRAMMIES MULTIVERSIBLES

Que d’années…. que d’années à questionner l’énigme-présence d’une méréologie (le rapport architectonique entre le tout et la partie) dont toute personne humaine œuvre d’art s’invente comme le bijou rêvant de la beauté du monde.

Quand j’ai quitté la scène de la calèche après avoir chanter «la quête de Jacques Brel», je ne savais pas que la route serait si poïétique…. Mademoiselle Marie à Victoriaville, un 1000 pages (Monsieur 2.7k?) pour me retrouver squatter à la librairie recyclo-livres de Victoriaville.

Et soudain un soir… je lis la biographie de Frank Scott qui parle du pays œuvre d’art… et je pars à partir de l’invention hologrammique synthétique du vagabond céleste pour vagabonder le Canada avec une question…

SI JE PRENDS SOIN DE L’UNIVERS, EST-CE QUE L’UNIVERS VA PRENDRE SOIN DE MOI?

Et je pars à la recherche de rêveurs… j’écris 100 chansons pour en faire des portraits… Et me voilà maintenant à 70 ans à ouvrir un champ de recherche sur le rapport entre l’ontologie, les qualias et le multivers…

La nano-citoyenneté-planétaire, la vie personnelle œuvre d’art, les quatre questions de la vie personnelle œuvre d’art, le rêve big bang….

j’ai 70 ans…

 

à suivre…

 

DANS LE CHAMP CONSTELLAIRE DE L’ONTOLOGIE QUALIENNE DU MULTIVERS…. TOUTE PERSONNE HUMAINE OEUVRE D’ART SE FAIT SI PETITE QU’ELLE EN DEVIENT , TELLE UNE ROSE DANS UN CHAMP, UNE LARME DE JOIE SUSPENDUE DANS LE COEUR D’UN OU D’UNE RÊVEUSE BIG BANG PARCE QU’ON A PRIS SOIN DE SON RÊVE SANS INTÉRÊT PERSONNEL CACHÉ

De ce temps-ci, je reçois des événements de synchroni-vie-té comme si un scientifique avait enfin accès au décryptage des plis du 2.7k lui permettant de lire le multivers qualien précédant tout big-bang œuvre d’art.

Je relis mon carnet de notes… j’y vois une phrase de Gaelle qui me dit et je cite… «LE CONCEPT DU PAYS OEUVRE D’ART» ouvre les portes de l’univers…. Je relis une phrase d’Isabelle qui me dit et je cite… «quand Simon vient te voir, il te ramène des qualis de l’univers».

Ce matin, comme tous les matins, Michel le concierge cogne à ma porte… je me lève pour notre conseil d’administration de la créativité… et sur son mur de bureau… notre formule, notre algorithme social «WOW-T=2.7K?» au-dessus d’une terre vue de l’espace, gracieuseté de la nasa… et Michel de dire… «EN CONTEMPLANT L’IDÉE D’UN PAYS OEUVRE D’ART PAR LA FORMULE, wow-t=2.7k?, cela apaise…..

à suivre…

JEUDI LE 17 JANVIER 2019… CE SERA LA FÊTE DE MON TRÈS TRÈS GRAND AMI ET PARTENAIRE DE RECHERCHE MICHEL LE CONCIERGE

Cet homme est d’une telle grandeur….. Un amour œuvre d’art pour sa compagne Marlene qui dépasse la mesure au quotidien par sa bienveillance, son respect et son assiduité.

Michel est réellement au service du rêve de Marlene… Et Marlene le lui rend bien…

Je me sens si honoré de les côtoyer au quotidien… Chaque matin quand Michel, quand Michel cogne à la porte de la salle de couture où je dors dans l’inquiétude pour mes proches, je bénéficie d’un partenaire de recherche d’une grande intelligence synthétique, d’une grande bienveillance du cœur…

Très cher Michel
bonne fête…..

ton invention de la philosophie d’en bas par les aphorismes du carnet du concierge marquera l’histoire

Pierrot
ton tout dévoué

SIMON M’A DEMANDÉ CE QUE JE PENSAIS DE JOHANNE ROUSSY, FEMME-CARIBOU SCULPTEURE DE SEPT-ILES

et moi de lui répondre…

Déjà un monument de la 8eme île cette Johanne….

Marc Fafard, sa compagne et Johanne sont en train de faire l’histoire par leur engagement social innovateur et cela depuis tellement d’années…

Très chère Johanne…
ton rêve pour une société plus juste est depuis toujours
intense, gigantesque et créatif….

gardez le focus gagne
vous allez y arriver

Salutations à Marc et sa famille

Pierrot vagabond

SALUT SIMON GAUTHIER, MON AMI… LE PÈRE DE JUSTINE LAVOIE DE LA TUQUE S’APPELLE LUC LAVOIE, SON MÉTIER EST CHAUFFEUR D’AUTOBUS…. J’AI FAIT TROIS CHANSONS SUR LUI… J’IMAGINE QUE TU PEUX LE RETRACER PAR FACEBOOK…. VOICI LES TROIS CHANSONS

mERCI D’ÊTRE PASSÉ AU BUNKER DE L’AMITIÉ SIMON

ET D’Y AVOIR APPORTÉ TA BUCHE

POUR CHAUFFER LE POÊLE DU PAYS OEUVRE D’ART

 

PIERROT AU NOM DE MARLENE ET MICHEL

——————–

QUAND T’AS RIEN T’AS TOUTE

9 février 2009 – 22 h 54 min

AddThis Sharing Buttons
Share to FacebookShare to TwitterShare to ImprimerShare to EmailShare to Plus d’options…

REFRAIN 1

quand t’as rien t’as toute
c’est ben épeurant
c’est ben effrayant

t’as même l’amour d’une p’tite fille
une enfant d’9 ans
qui t’trouve amusant

a dit à son pere
c’te vieuxmonsieur-là
c’est un itinérant

y est pas pareil comme les autres
lui y a juste 5 ans
pis moé
chu sa maman d’9 ans

COUPLET 1

quand Justine
débarque de l’autobus
pis qu’a rentre dans l’restaurant

on dirait qu’est la seule qui comprend
que derrière ma guitare
il n’y a que du vent

qui charrie des feuilles perdues
entre l’automne et le printemps
pour que mes yeux deviennent pour elle
de très beaux flocons blancs

qui tombent lentement
sur un sourire d’enfant
d’enfant

émerveille

COUPLET 2

quand Justine
prend ma tête dans ses bras
puis qu’elle la sert très très très fort

on dirait
qu’est la seule qui comprend
que derrière ma guitare
le père Noël attend

que tous les sapins soyent montés
que tous les enfants soyent couchés
que les cadeaux soyent allumés
pas loin d’la cheminée

où maman Justine pis moé
on souriera aux enfants
aux enfants

émerveilles

REFRAIN FINAL

quand t’as rien t’as toute
c’est ben épeurant
c’est ben effrayant

t’as même l’amour d’une p’tite fille
une enfant d’9 ans
qui t’trouve amusant

a dit à son père
c’est le père Noel
notre itinérant

quand son beau grand traîneau blanc
montera vers le ciel
je s’rai pour toujours

sa maman d’amour
sa maman d’9 ans
sa maman Noël

Pierrot
vagabond céleste

——————

MON AMI LE PEINTRE

COUPLET 1

mon ami le peintre
mon ami le peintre

Luc Lavoie
du lac à beauce

tout le Québec
un jour saura

que t’es un vrai
un immense
coloriste
secret

REFRAIN

à moi les murs
la terre m’abandonne

toute ta peinture
me révolutionne

ta signature
enflamme la mienne
au bout d’mon écriture

ta signature
enflamme la mienne
au bout d’mon écrtiture

COUPLET 2

à 20 ans
le peintre cézanne
savait déja

qu’après sa mort,
il serait reconnu

comme le plus grand
du 19ème siècle

quand il eut du succès
à la fin de sa vie

dans une exposition
tenue à Paris

il resta
bien sagement

dans son village
chez lui

COUPLET 3

à 20 ans
le vagabond que je suis
savait déjà

qu’après sa mort
il serait reconnu

comme l’un des plus nus
du 21ème siècle

avec les mains tendues
vers son doux créatreur

dont les mots disparus
ont fait danser les heures

en marchant tendrement
entre deux océans

la porte du paradis
celle des petits enfants

FINALE

Ozias Leduc
serait fier de nous

mon génial ami Luc

car ma vie disait-il
est mon unique
aventure

Pierrot
vagabond céleste

——————-

16 ANS D’AVENTURES

COUPLET 1

une ière neige sur le lac
un pic bois qui passe en ami
un chien qui marche sur la galerie
deux hommes qui parlent de la vie

une peinture sur le mur
l’homme se lève
me rappelle l’essentiel

sa peinture date de 16 ans
l’homme avait déja 38 ans
était amoureux fou d’une femme
qui tenait dépanneur, corps et âme

pendant que lui
d’un autobus
était chauffeur de vie

travaillait pour
Chevrette transport La Tuque
avait hâte a la fin de semaine
tiens ben ta tuque

rêvait du cap de la madeleine
mais le dépanneur ferme si tard
toute la semaine

en attendant
monte chez son frêre en haut
avec toiles et pinceaux

REFRAIN

sur sa toile
des arbres, des billots et de l’eau
qui dansent l’amour
comme la chute entraêne tout su l’tableau

quand on contrôle pu rien
c’est qu’y a des matins
où l’amour doux
c’est trop fou

quand on contrôle pu rien
c’est qu’y a des matins
où l’amour doux
c’est trop fou

COUPLET 2

y a pu de neige sur le lac
ou est le pic bois mon ami
le chien est en bas d’la galerie
l’homme est dehors avec un sac de voyage

sa vieille peinture
reste sur le mur
avec toute sa magie

un grand amour
c’est tellement fort
que leur ière fille s’appelle Pascale
une ado de 15 ans qui mord
la vie comme à son ier bal

pendant qu’sa soeur
Justine 9 ans
sourit aux étoiles

la femme se meurt d’un cancer
l’homme a finit par jeter sa dernière bière
il doit monter à Trois-Rivières
il sera bientôt père et mère

sa vieille peinture
su l’mur le rassure
sur 16 ans d’aventrures

REFRAIN FINAL

sur sa toile
des arbres des billots et de l’eau
qui dansent l’amour
comme la chute entraîne tout
su l’tableau

quand on contrôle pu rien
c’est qu’y a des matins
où l’amour pur c’est trop dur

quand on contrôle pu rien
c’est qu’y a des matins
où l’amour pur
c’est trop dur

Pierrot
vagabond céleste

——————-

POUR GAELLE (DU BUNKER ISABELLE, GAELLE ET PIERROT) LE PAYS OEUVRE D’ART?… C’EST UN ÉTAT DE GRÂCE DANS UN ÉTAT D’IMAGINATION ABSOLUE….

Quand j’ai raconté à mes partenaires de recherche, Marlene la jardinière et Michel le concierge, ma soirée d’hier dans le bunker de l’UQAM (Isabelle, Gaelle, Pierrot), à notre conseil d’administration de la créativité de ce matin) comment les intuitions d’Isabelle et de Gaëlle m’avait comme pris de court…. ils ont comme célébré l’originalité de leurs démarches respectives (Isabelle et Gaelle)…

Pour faire une histoire courte…. je suis arrivé dans le bureau de Gaelle à l’UQAM en dialogue avec Isabelle comme un enfant heureux….. Je venais d’ouvrir un nouveau champ de recherche, moi un vieux chercheur de 70 ans.

Et moi qui suis toujours trop prudent, j’ai comme laissé tombé ma garde… Je leur ai dit

JE TRAVAILLE SUR L’ONTOLOGIE QUALIENNE DU MULTIVERS…

Et Isabelle avec son tempérament de feu de rebondir immédiatement…

C’est quoi pour toi l’ontologie?
c’est quoi pour toi le quali?
c’est toi pour toi le multivers?

Et moi, incapable de répondre, de m’en tirer avec une anecdote…. pirouette habituelle d’un vieux chercheur trop heureux de ne pas savoir ni de ne pas intuitionner…

Et là… je laisse tomber totalement ma garde en leur disant… Vous savez, depuis 7 ans maintenant, Simon Gauthier fait le spectacle du vagabond céleste à travers le monde… puis une à deux fois par année… on se voit… Simon filme… on revisite les concepts et Simon retravaille la forme de son récit philosophique..

Isabelle de dire à Gaelle… As-tu vu passer la même chose que moi? et Gaelle de dire …oui… et là je me sens échec et mat… Isabnlle de dire… c’est ça tes qualis… avant tu le faisais à travers tes spectacles… tu prenais soin du rêve des gens par la scène… maintenant tu le fais par Simon… tu n’as jamais quitté tes qualis..

Je suis décontenancé…

 

Je dis…. notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) nous avons le rêve d’une formule (algorithme social) qui fait le tour du monde traversant pays, langues religions races, pour soulager l’humanité et donner espérance à la personne humaine….. par la nano-citoyenneté-planétaire par wow-t=2.7k?

——————

Et Gaelle de dire: Je nous vois parfois tous les trois…. marchant avec à la place de notre tête le concept de notre vie…. Moi c’est la raison cosmétique, Isabelle l’arthlétisme et toi Pierrot c’est le pays œuvre d’art?

Et moi de dire… le pays œuvre d’art?

 

et Gaelle de dire… oui votre concept majeur n’est ni votre formule, ni votre nano-citoyenneté-planétaire, mais votre pays œuvre d’art….

et Gaelle d’ajouter… il y a trois semaines, j’écoutais Michel le concierge parler du pays œuvre d’art sur ses videos… puis je me suis endormie dans le bureau…. et en me réveillant… je me dis… MAIS JE SUIS EN TRAIN DE VIVRE LE PAYS OEUVRE D’ART

Et Isabelle qui n’en manque jamais une de dire… C’est quoi pour toi le pays œuvre d’art Gaelle?

et Gaelle de dire:

et je l’ai noté sur mon carnet…

UN PAYS OEUVRE D’ART…
C’EST UN ÉTAT DE GRÂCE
DANS UN ÉTAT D’IMAGINATION PURE….

————–

Et moi de raconter à Marlene et Michel la force incroyable d’isabelle et de Gaelle pour déshabiller intellectuellement le vieux chercheur…

Et MIchel le concierge de dire… Gaelle et Isabelle ont raison…. et Michel d’avancer un aphorisme dont il a le secret… pour appuyer cette définition du pays œuvre d’art…

PREND N’IMPORTE QUEL DIRIGEANT
DE LA PLANÈTE QUI A TOUS LES POUVOIRS
DU MONDE DONT CELUI DE VIE ET DE MORT
SUR LES CITOYENS

PLANTE-LE AU MILIEU DE LA MISÈRE HUMAINE
S’IL EST SEUL
ON LE VERRA LUI-MÊME
DONNER DE L’EAU
À QUI EN A PLUS BESOIN QUE LUI

—————-

j’aime le thème du multivers parce qu’il invite le chercheur en moi à la plus haute forme de l’imagination pure pour tenter d’approcher la terre promise universelle et transhistorique de l’ontologie par le biais d’une essence-croyance que j’appelle quali…

Et Gaelle de dire… je me demande le rapport entre nos trois recherches… la raison cosmétique, l’arthlétisme et le multivers?….

et c’est sur cette question que nous nous sommes quittés…

Pierrot vagabond