All posts by Pierrot le Vagabond Chercheur

JE PRENDS LE PARI QUE …LE LABORATOIRE DES RÊVES DE NUIT …. CONSÉQUEMMENT À LA DIVISION DE LA CONSCIENCE HUMAINE EN TROIS CHAMPS CERVICAUX…. CELUI DES SENTIMENTS ET ÉMOTIONS RELIÉS À L’INSTINCT, CELUI DE LA LOGIQUE RELIÉ À L’IMAGINATION ET LE CHAMP NUCLÉAIRE… RELIÉ AU RÊVE DE JOUR ET AU RÊVE DE NUIT

se module en rêves de nuit d’abors perceptibles dans leur champs morphologiques abs-matériaux propres… dans des contenus passant d’absurdes cauchemardesques à des concensus d’enchantements avs-ceptuels suivant les lois mêmes de la physique quantique.

JE PRENDS LE PARI QU’IL EXISTE TROIS FORMES ET FONCTIONS DU CERVEAU DANS UNE PERSONNE HUMAINE ….. LE CERVEAU NUCLÉAIRE OU QUANTIQUE BRANCHÉ SUR LE RÊVE DE VIE POUR DES PROBLÉMATIQUES D’INTER- MÉTAPHYSIQUE ……MODULANT… LA NUIT COMME LE JOUR… DANS NOS RÊVES DE NUIT COMME DANS NOS R^VES DE JOUR… ET LE CERVEAU DES SENTIMENTS DONC DES ÉMOTIONS BRANCHÉ SUR L’INSTINCT POUR RÉSOUDRE DES PROBLÉMATIQUES D’INTER-SUBJECTIVITÉS …. ET LE CERVEAU DE LA RAISON BRANCHÉ SUR L’IMAGINATION ET L’INTUITION POUR RÉSOUDRE DES PROBLÉMATIQUES D’INTER-CONNECTIVITÉS CATÉGORITIELLES..

15 novembre 2020 …..27 JOURS AVANT LA FIN DES DEUX PIERROTS ...

Le rêve de nuit comme le rêve de jour… se comporte comme matière et longueur d’onde ….

Le rêve de nuit, quand on dort … tire sa source de matière ….  en majeure partie me parait-il … des artéfacts de la mémoire vive …  issus  du cerveau des sentiments et des émotions ….  branchés sur l’instinct ….  pour faciliter le passage de la matière à la longueur d’onde …..  dans les noeuds de résolution de problématiques d’inter-subjectivités…. ce qui se scénarise la plupart du temps par des hiéroglyphes dont la dramaturgie énigmatique nous forcent à nous éveiller, comme si on vivait … soit un mauvais film, soit un cauchemard.

Le rêve de nuit, quand on dort, tire … plus rarement… sa source de matière… des artéfacts de la mémoire vive… issus du cerveau de la logique et de la raison branché sur l’imagination et l’intuition dans le but de résoudre des problématiques d’inter-connectivités … donnant comme résultat des rêves gagnants avec des concepts d’une grande luminosité résolutive… ce qui se scénarise la plupart du temps par un sentiment de bien-être et de joie de vivre… comme si on vivait un bon film dont le happing ending nous appartient.

Mais que se passe-t-il quand on dort la nuit et qu’on prend le pari qu’il existe une troisième forme et fonction du cerveau … LE CERVEAU NUCLÉAIRE OU QUANTIQUE-COSMOLOGIQUE … BRANCHÉ SUR LE RÊVE DE VIE POUR DES PROBLÉMATIQUES D’ABS-TER-MÉTAPHYSIQUE ?

Se pourrait-il que l’abs-mergence de cette forme et fonction du cerveau humain nous donne accès aux lois même de la physique quantique ( l’incertitude, la superposition, l’effet de tunnel, l’intrication ou non-localité, la décohérence) façonnant notre vie sous forme d’une épopée rêvée entrelacée de brosses d’être et d’attaques d’être?

—————-

————————

—————————–

À partir de ce pari des trois cerveaux et des conséquences sur la sorte de rêves de vie et la sorte de rêves de nuit, je vais donc tenter de compiler un archivage de mes rêves en fonction de cette catégorisation avs-xistentielle

Je viens de vivre et un rêve gagnant suivi de  la résolution de ma tension abs-tuelle …  existence-abs-xistence
Le rêve qui m’a permis d’y arriver est le suivant… Je marche et je suis un formateur d’agents secrets qui doivent un jour protéger des personnes importantes sur terre… Je marche avec lui pendant qu’il enseigne, je cours avec lui et lui dis qui je suis… un chercheur… qui veut connaître son rêve…
Finalement je  perds le formateur mais je monte sur une colline et je m’asseoie en face d’une luxueuse villa ou cet homme vit avec ses enfants… Il est heureux…  une immense baie vitrée… nous sépare…

Je me revire de bord il y a une vue formidable sur un immense terrain de soccer. Le formateur me dit qu’il est heureux, qu’il a tout ce que la vie lui a permis … mais sa femme est malade, quand on la touche son corps crache du sang…Il m’invite à entrer… On parle… le formateur possède le secret de mes recherches…
Puis soudain Gaelle et Arnaud arrivent… puis les èlèves de l’agent secret. … Mais Gaelle tombe follement amoureux de cet homme professeur d’agent secret… elle mange seule en bas… elle est ivre d’amour… Arnaud et moi tentons de la sortir de là mais impossible… elle revient… elle déclare son amourà l’homme qui lui déclare le sien… le formateur en parle à sa femme qui crache du sang …  la dame est d’accord … Il revient  Gaelle et son professeur d’agents secrets  dansent, valsent en chantant leur amour.
Je suis heureux pour eux deux…
tellement heureux que soudain mon cerveau me dit à peu près ceci… et je me lève immédiatement pour noter le tout.
Il existe trois formes de cerveaux… le cerveau des Émotions et des sentiments  (lymphatique) relié aux instincts… celui que posséde ton chat et tous les animaux  .. le cerveau rationnel et logique celui que possède un humain en surplus de son cerveau lymphatique issu des prémisses animales de son évolution.
Et LE CERVEAU NUCLÉAIRE celui que possède les trans-humains de la ière génération cerveau qui déclenché par des brosses d’être et des attaques d’être chez les précurseurs …(ex. François d’Assise, Margaret Sangers….)et qui permet le raccordement d’un rêve de vie aux lois de la physique quantiquepar des exploits éthiques de non-tricherie  issu du renversement de la pyramide de Maslow (wow-t=2.7k?) ….. mais qu’au 2iieme siècle tout humain sur terre pourra déclencher  par les4 questions de la vie personnelle oeuvre d’art….

Quel est ton rêve?  Dans combien de jours? Qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve? et Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

—————–

 

LES TROIS CERVEAUX ET LES TROIS RÊVES DE NUIT PENDANT QU’ON DORT…

Je viens de me réveiller… longue nuit de contemplation et de gestation
sur les trois cerveaux et leurs caractéristiques

le cerveau des sentiments et des mémotions reliés aux instincts et leurs problématiques
de subjectivité….. le cerveau des logiques et des cat.gories reliées aux problématiques
d’interconnectivité et le cerveau nucléaire relié aux problématiques d’intersynchronivités reliée aux problématiques
du rêve … J’expérimente la nuit les trois sortes de r^ves pendant qu’on dort
reliés aux trois sortes de cerveaux comme des artéfacts de dissolutions de la m.moire vive
en mémoire dure….

PIERROT

REMARQUABLE COMMENTAIRE DE MON AMI ARNAUD CHAUCHOID À PROPOS DES MES DERNIÈRES AVANCÉES QUANTIQUES

Salut Pierrot,

Moi ce que j’aime dans tout ça c’est la poésie dégagée par les nouveaux concepts et expressions comme ‘’barrière de potentiel’’ (ma préférée). Si le rêve comme matière et longueur d’onde se comporte comme objet (ou abject) quantique on peut s’amuser à imaginer toutes sortes de transposition dans le langage et la théorie des différents termes utilisés par l’approche quantique. Cela transposé à ta théorie du rêve quantique on a par exemple : ‘’ Le rêve est un quantum traversant une barrière de potentiel existentiel /absistenciel ‘’ . Ou encore la vie est un Qubits qui superpose deux états possible d’être que rêve ou absence de rêve départage.
La synchronivité serait alors un phénomène d’intrication de quantas de rêve sympathiques. LA synchronicité un état d’intrication de quantas d’existence identiques. La poésie reviendrait à observer la fixation d’un état particulier de synchronivité non déterminée car finalement une autre synchronivité aurait était également possible à un autre moment du temps et de l’espace. Une autre rencontre, intrication disruptive (micro-événement) de poussières de rêves était possible !
‘’fais wow sur ton rêve, ne triche pas et le bruit de fond onde de radio de l’univers big bang te fera vivre des micro-événements de nature quantique.’’
Ta conclusion me fait revenir à : ‘’Et au commencement était la parole’’. Il y a une intuition biblique assez juste ici car la ou l’univers rejoint le rêve c’est probablement dans leur nature commune qui ne peut exister sans un univers de mots qui donne corps à la conscience de soi et permet une pensée. Le bruit de fond de l’univers c’est un rêve devenue matière et ondulation quantique. Son intrication avec le rêve est peut être liée à cette origine commune d’un univers comme verbe devenu matière et vice versa. Ce qui est bien c’est qu’on ne le saura jamais et comme dit tout bon Rochettien ”c’est pas grave !”

Porte toi bien…

Arnaud

LE CERVEAU NUCLÉAIRE ….

Pierre Rochette - Conférencier professionnel - Orizon

CHÈRE  CLAIRE…

Je viens de vivre et un rêve gagnant suivi de  la résolution de ma tension abs-tuelle …  existence-abs-xistence
Le rêve qui m’a permis d’y arriver est le suivant… Je marche et je suis un formateur d’agents secrets qui doivent un jour protéger des personnes importantes sur terre… Je marche avec lui pendant qu’il enseigne, je cours avec lui et lui dis qui je suis… un chercheur… qui veut connaître son rêve…
Finalement je  perds le formateur mais je monte sur une colline et je m’asseoie en face d’une luxueuse villa ou cet homme vit avec ses enfants… Il est heureux…  une immense baie vitrée… nous sépare…

Je me revire de bord il y a une vue formidable sur un immense terrain de soccer. Le formateur me dit qu’il est heureux, qu’il a tout ce que la vie lui a permis … mais sa femme est malade, quand on la touche son corps crache du sang…Il m’invite à entrer… On parle… le formateur possède le secret de mes recherches…
Puis soudain Gaelle et Arnaud arrivent… puis les èlèves de l’agent secret. … Mais Gaelle tombe follement amoureux de cet homme professeur d’agent secret… elle mange seule en bas… elle est ivre d’amour… Arnaud et moi tentons de la sortir de là mais impossible… elle revient… elle déclare son amourà l’homme qui lui déclare le sien… le formateur en parle à sa femme qui crache du sang …  la dame est d’accord … Il revient  Gaelle et son professeur d’agents secrets  dansent, valsent en chantant leur amour.
Je suis heureux pour eux deux…
tellement heureux que soudain mon cerveau me dit à peu près ceci… et je me lève immédiatement pour noter le tout.
Il existe trois formes de cerveaux… le cerveau des Émotions et des sentiments  (lymphatique) relié aux instincts… celui que posséde ton chat et tous les animaux  .. le cerveau rationnel et logique celui que possède un humain en surplus de son cerveau lymphatique issu des prémisses animales de son évolution.
Et LE CERVEAU NUCLÉAIRE celui que possède les trans-humains de la ière génération cerveau qui déclenché par des brosses d’être et des attaques d’être chez les précurseurs …(ex. François d’Assise, Margaret Sangers….)et qui permet le raccordement d’un rêve de vie aux lois de la physique quantiquepar des exploits éthiques de non-tricherie  issu du renversement de la pyramide de Maslow (wow-t=2.7k?) ….. mais qu’au 2iieme siècle tout humain sur terre pourra déclencher  par les4 questions de la vie personnelle oeuvre d’art….

Quel est ton rêve?  Dans combien de jours? Qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve? et Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?
Et je me réveille…. pour noter le tout et je lis ton merveilleux courriel de créatrice et d’amoureuse à mon égard.
wowwwww

Claire quand même

—————-

Claire Bergeron — Wikipédia

 

Comme notre vie est belle…

Cher Pierre,

Je viens de terminer ma création de ce matin… un feu d’artifice de mon imaginaire! Et j’ai déjà hâte à demain…

De plus, je te sens à mes côtés…quel délice!

À mon réveil, il m’arrive souvent de remercier la vie de ce précieux cadeau qu’elle nous a fait, à toi et moi…

Bonne journée, mon tendre amour.

Claire

23 AVRIL 2023… LE RAPPORT ENTRE LES LOIS DE LA PHYSIQUE QUANTIQUE ET L’ABS-VÉNEMENT

October | 2021 |

Je commence à mieux saisir métaphysiquement l’enjeu, l’audace méthodologique du vagabondage pour mieux imaginer la révolution épistémologique qui se joue dans l’abs-tuition des lois de la physique quantique dans les abs-véments de la vie quotidienne… le tout comme fil d’or fondement du doctorat des rêveurs équitables…

Je pars de 10 exemples de micro-événements quantiques … le manuscrit de Claude Henri Grignon, le manuscrit d’Harry Potter, le manuscrit de Becket et sa rencontre avec Riopelle …. le rêve de Robert Lepage à Québec, le rêve de Guy Laliberté,  le rêve de Margaret Sanger aux Etats-unis,  les rêves de Zola et Cézanne  ….. ceux tragiques de  Van goh et Gutenberg… …. …. …. ….. ….. …… ….. ….. . EN LES COMMENTANT DE FAÇON QUANTIQUE …

Puis j’entre dans mes rencontres avec mes rêveurs pour voir dans leur récit si ils ou elles ont noté dans leur vie des abs-vénements, des micro-événements de nature quantique … qui ont eu une importance inouie sur leur parcours de rêveurs multi-dimentionnels.

—————-

Le QUANTIQUE représente une nouvelle industrie et plusieurs pays y investissent massivement, notamment la Chine avec plus d’un milliard de dollars pour son Laboratoire national des sciences de l’information quantique. Au Québec, le MEI propulse le Québec Quantique qui se développe en grande partie à l’Institut quantique de l’Université de Sherbrooke (INTRIQ). Tentons ici d’y voir plus clair et examinons quel rôle peut jouer le quantique dans les systèmes intelligents.

Nous sommes actuellement au cœur même de ce qui est appelé la deuxième révolution quantique. Tâchons de nous situer à travers les moments forts de cette théorie et essayons de la comprendre, malgré le fait qu’elle soit plutôt contre-intuitive. Puis, veillons à entrevoir son implication parmi les objets intelligents qui nous entourent.

I. LES DEUX RÉVOLUTIONS QUANTIQUES
A) LE QUANTIQUE 1.0

Considérée comme étant disruptive et contre-intuitive, la physique quantique nous a tout d’abord amené à repenser l’infiniment petit. Le quantum, signifiant littéralement combien en latin, désigne alors la plus petite mesure indivisible.

Ces unités ou quanta, en physique, sont utilisées par exemple, pour mesurer l’énergie, la quantité de mouvements ou encore la masse. Pour décrire les ondes lumineuses, on parlera de photon. C’est le fameux quantum de lumière à l’origine des procédés au laser et notamment de l’optique quantique.

La première révolution quantique est venue apporter de nouvelles lois physiques, permettant de mieux comprendre le monde microscopique des atomes. Elle a, depuis, fait place à la mécanique quantique.

Pourquoi parle-t-on maintenant d’une deuxième révolution ?

B) LE QUANTIQUE 2.0

La deuxième révolution quantique va utiliser ces nouvelles lois physiques pour développer des technologies inédites et fait apparaître, entre autres, l’informatique quantique. La plus petite unité indivisible, le quantum, ne sera pas le bit, équivalent au chiffre binaire (1 ou 0)mais plutôt le QubitCe dernier, comprend simultanément la binarité des unités 1 et 0.

Une superposition de plusieurs états en même temps, allant au-delà du binaire, permet de sauter les étapes dites classiques, en informatique, et ainsi d’accélérer le calcul. Par cette promesse de grande vitesse, nous pouvons imaginer le potentiel incroyable des ordinateurs quantiques qui sont alors appelés superordinateurs ou supercalculateurs.

La vitesse des ordinateurs fait rêver, mais elle ne représente qu’un des aspects de l’impact du quantique. Les systèmes quantiques, par exemple, sont capables de simuler le comportement précis des molécules et ouvrent de nouveaux champs de recherche en biochimie.

C) DES IMPACTS POUR L’IA

On peut aussi se demander comment les principes quantiques sont utilisés dans l’apprentissage-machine. Comme cet apprentissage fonctionne selon un processus statistique, nous avons de bonnes raisons de croire que le quantique apportera de nouvelles réponses. Un algorithme quantique d’apprentissage-machineutilisant une méthode probabiliste, aurait alors la capacité d’identifier des connexions autrefois impossibles à discerner.

La cybersécurité liée à cette théorie constitue un autre enjeu. On soupçonne le quantique de pouvoir décrypter rapidement des informations hautement sécurisées. C’est pourquoi, aujourd’hui, la National Security Agency cherche à construire un ordinateur quantique capable de déchiffrer la plupart des types de cryptages.

II. POURQUOI LES PRINCIPES QUANTIQUES SONT-ILS CONTRE-INTUITIFS ?
A) L’EFFET DE TAILLE QUANTIQUE OU LA QUANTIFICATION

Avec le quantique, que mesure-t-on exactement ?

« Mesurer un objet quantique, c’est jeter un pont entre deux mondes situés à des échelles différentes et obéissant à des logiques différentes. »

Michel Brune, Pour la Science.

Les théories quantiques supposent que l’énergie émise par un atome lors d’une transition entre plusieurs états excités peut être quantifiée. Mais le verbe quantifier prend ici un sens bien particulier et on doit le replacer dans l’infiniment petit.

Il y a quantification lorsqu’on attribue un certain quantum à un phénomène mesurable comme l’espace, les mouvements électroniques ou les ondes.

B) L’INCERTITUDE

L’univers théorique du quantique est un univers probabiliste. C’est un monde d’infinies possibilités, mais également un monde flou auquel nous ne sommes pas habitués.

Un quantum peut avoir simultanément plusieurs états. Nous avons vu que le Qubit peut comprendre à la fois l’état du bit 1 et celui du bit 0. Aussi, pour chaque état quantique parfaitement spécifié, il existe toujours au moins une mesure dont les résultats sont parfaitement certains, et simultanément au moins une mesure dont les résultats sont aléatoires.

« Tout ce qui m’importe est que la théorie prévoie correctement le résultat d’une expérience. »

Stephen Hawking

Les notions de hasard sont donc intrinsèquement présentes dans cette théorie et nous semblons loin d’un monde déterministe où tout serait déjà prévu sous l’égide de la « Providence ».

C) LA SUPERPOSITION

C’est le principe de superposition qui permet l’effet de simultanéité. On suppose avant tout qu’un événement peut se réaliser de multiples façons. Ensuite, on admet que ces différentes façons, ou manières d’être, sont des états impossibles à discerner.

L’interprétation quantique sera alors en mesure de superposer simultanément ces différents états pour les comprendre. C’est ce principe de superposition qui permet, entre autres, l’accélération dans le calcul mathématique.

D) L’EFFET DE TUNNEL

A priori, le tunneling est une sorte d’aberration. C’est la capacité pour un quantum, un électron par exemple, de se trouver dans un espace inattendu.

On dit alors que le quantum franchit une barrière de potentiel, normalement infranchissable. Le quantum (ou l’objet quantique) ne possède pas suffisamment d’énergie pour franchir cette barrière, mais le fait tout de même.

On peut penser à un mur qui se comporterait comme une onde pouvant ainsi être traversée. Ce mur serait assez mince, ou encore il vacillerait d’une telle manière, qu’on puisse en saisir plusieurs côtés en même temps.

L’effet de tunnel permet donc à un élément de sortir d’un système ou d’y entrer en le laissant intact. C’est un effet contre-intuitif, mais il nous laisse imaginer toutes sortes de situations de téléportation.

E) L’INTRICATION OU NON-LOCALITÉ

Des systèmes peuvent être intriqués de sorte qu’une interaction, en un endroit du système, a une répercussion immédiate, en d’autres endroits.

Ce principe permet donc d’émettre des corrélations autrefois impossibles. L’état du système est alors une superposition simultanée de toutes ces corrélations.

F) LA DÉCOHÉRENCE

Le principe de décohérence suppose qu’un système quantique ne doit pas être considéré comme isolé, mais en interaction constante avec un environnement aléatoire. Le simple fait d’éclairer un phénomène change son état. Or, ces interactions sont tellement complexes qu’elles en deviennent incohérentes.

Ce principe, qui souhaite rattacher la physique quantique à la physique classique, tente d’expliquer pourquoi certains états quantiques superposés disparaissent au niveau macroscopique.

CONCLUSION

Si on revient rapidement sur les concepts du quantique, on comprend à quel point cette théorie peut être contre-intuitive. L’approche probabiliste ébranle notre façon de concevoir la réalité. Elle semble manquer de fondements, ou d’assises et plus précisément d’ontologie.

« Il n’y a pas de monde quantique. Il y a seulement une description physique abstraite. »

Niels Bohr, physicien danois de la mécanique quantique.

Le savant Bohr continue ainsi : « Il est erroné de penser que la tâche de la physique est de découvrir la façon dont la nature existe. La physique concerne ce que nous pouvons dire de la nature ». Un constat susceptible d’ébranler nos consciences.

De plus, la superposition nous éloigne du cartésianisme qui nous conduisait d’une chose simple à l’autre. L’effet de tunnel nous fait penser à de la magie car la matière traverse certains murs. Puis, la non-localité, nous amène à tenter de concevoir des dimensions parallèles. Enfin, la décohérence nous plonge dans un monde où rien n’est stable et tout est en mouvement. Autant de paramètres qui brouillent notre manière de concevoir le monde, car nous ne sommes pas habitués à cette impression de flou en science.

Que penser alors de l’utilisation du quantique dans l’apprentissage machine ? On peut s’attendre à beaucoup d’innovations. On en constate déjà pour des tâches « allant de la classification, à la génération de distributions ou encore à la détection d’anomalies », selon l’Institut quantique (IQ) de l’Université de Sherbrooke.

BILBIOGRAPHIE

Blais, Alexandre; Introduction à l’information quantique; Équipe de Recherche en Physique de l’Information Quantique, EPIQ, 2002.

Borrelli, François; Proposition de stratégie en technologies quantiques pour le Québec, NUMANA, 2021.

Brune, Michel; La frontière classique-quantique, Pour la Science, 1999.

Dowling, Jonathan P.; Milburn, Gerard J.; Quantum Technology: The second Quantum Revolution; Quantum Computing Technologies Group, Section 367, Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, California, USA; Department of Applied Mathematics and Theoretical Physics, University of Cambridge, UK; Centre for Quantum Computer Technology, The University of Queensland, Australia.

Esfeld, Michael; L’ontologie de la physique quantique, Université de Lausanne.

Haroche, Serge; Les algorithmes quantiquesChaire de Physique quantique, College de France, 2002.

Kung, Johny; Fancy, Muriam; Une révolution quantique : Rapport sur les politiques mondiales en matière de technologies quantiques; CIFAR, 2020.

Millette, Valérie ; Quantique et intelligence artificielle au Québec : l’UdeS au cœur des perspectives prometteuses, Université de Sherbrooke, usherbrooke.ca, 2020.

Québec Quantique; Les technologies quantiques, quebec-quantique.ca.

QuTech; National Agenda on Quantum Technology: The Netherlands as an international centre for Quantum Technology, 2019.

p.s.

j’ai cru bon d’envoyer ce texte à David

car tout mon vagabondage fut un pari inoui
de renverser radicalement la pyramide de Maslow
pour voir si les lois du rêves pouvaient être déchiffrables
quantiquement et applicables pour n’importe qui…  qui décide de ne pas tricher avec son rêve de vie… les 4 questions m’apparaissant un déclencheur du point de bascule entre l’existence et l’absxistence… comme on l’a vu avec ta coiffeuse et son mari et comme David travaille sur le pourquoi et comment le vendreje me suis dit que cela pouvait  être utile à de futurs dialogues.
merci de croire en moi, Claire
p.s.

Je crois que je touche enfin à la question de fond… est-il possible de rencontrer mon milliardaire uniquement p;ar une éthique à la hauteur des lois de la physique quantique et si oui, comment en consigner les faits?… Je me retrouve avec l’âme même de l’ïle de l’éternité de l’instant présent plus de 25 ans plus tard

J’entreprends ma journée

tendresse réellement profonde

Pierrot

 

9: L’ÉCRIVAINE AU K-OEUR D’OR … CLAIRE BERGERON (www.clairebergeron.com) … LA MARCEL PAGNOL DE L’ABITIBI …. COURRIEL À CLAIRE …

Tous les livres de Claire Bergeron | Achat papier et numérique

Chère Claire

Ce soir, nous sommes le 13 mars 2023.

Le 15 août 2021, je t’écrivais mon ier courriel à la suite de ta ier phrase sur ton site web qui disait ceci: «Je veux vivre ma vie comme j’aimerais la lire quand sera venu le temps de me souvenir.»

À titre de philosophe, j’y ais vu abs-tuitivement un programme de vie résumant les quatre livres de Paul Ricoeur théorisant l’épopée que constitue une vie humaine lorsqu’on lse la raconte.

Et dès ce moment , ce qui m’a fasciné, c’est de découvrir au fur et à mesure de nos échanges épistolaires numériques (après avoir lu tes 12 livres) que la grandeur de ton oeuvre n’était pas uniquement reliée à la qualité de tes intrigues, à la précision de ta contextualité historique comme  au scintillement d’un romantisme  d’écriture, mais encore plus étonnamment soulevée par les aphorismes témoignant d’une sagesse personnelle de vie à la hauteur d’une grand-maman amoureuse de la condition humaine malgré les failles, le tout découlant d’une très grande compassion éthique envers soi-même et les autres.

Mais au fur et à mesure de tes courriels, ce que j’ai noté aussi, c’est qu’on retrouvait aussi toutes ses belles qualités du k-oeur dans tes rapports quotidiens avec ta famille, tes enfants et tes petits enfants. La femme dans sa vie privée était d’une très grande harmonie avec l’écrivaine dans son intimité avec son lectorat.

Dans l’histoire de la littérature, dans l’histoire du roman, l’on voit rarement une telle convivialité entre la vie privée et la pratique d’un métier public.  Chez toi, le havre de paix que tu cultives avec tes proches est en parfaite symbiose avec le fil d’or de ta plume. Et c’est peut-être là le secret de cet amour que te porte ton lectorat… L’in tuition de s’adresser à une personne hautement éthique autant dans sa vie personnelle que dans son oeuvre.

Quand je relis sur mon blogue-journal (et cela avec ta permission) les courriels que tu m’as envoyé à travers nos échanges, ce que je me rends bien compte, c’est que le jour ou la bonne personne tombera là-dessus, elle portera dorénavant …  sur ton oeuvre littéraire …  un regard en majeur ….  parce qu’elle aura eu accès au secret de la sauce de ta plume. (soit ton éthique dans ta vie privée, dans tes relations humaines comme dans le sens de la didactique en éthique … au coeur de l’aspiration au grand amour qui navigue voile au vent ou contre vent tout au long de tes récits). Le tout étant solidement magnifié dans le fil d’or de tes aphorismes.

De là, pour moi, cette formule qui te décrit comme L’ÉCRIVAINE AU K-OEUR D’OR … LA MARCEL PAGNOL DE L’ABITIBI.

Tu fais de l”abitibi ce que Marcel Pagnol a fait de Marseille… UNE COMMUNAUTÉ LOCALE À VALEUR DE RÉCIT UNIVERSEL… PARCE QU’IMMENSÉMENT HUMAINE DANS LA MOINDRE DE SES FAILLES COMME DE SES ASPIRATIONS  À L’IMPOSSIBLE QUÊTE D’UN GRAND AMOUR À JAMAIS INASSOUVI TOUT AU LONG DES SÉISMES DE TA DRAMATURGIE.

Marcel Paglol a accordé à sa vie de famille la même importance que toi à la tienne… et même le tournage de ses films réunissait sa gagne autour d’une partie de pétancle.

Nos échanges de courriels que je rends public aujourd’hui m’apparaît essentiels à la juste réception de ton oeuvre littéraire parce que ton lectorat  a désormais accès à la luminosité de ta personne, que l’on ne pouvait que deviner tout au long de chacun de tes livres.

Ce dévoilement de notre échange de courriels au public rend hommage à ce havre de paix que tu es devenue autant pour ta famille, tes enfants, tes petits enfants  que pour ton lectorat.

Et c’est parce que je t’ai vécu aux ieres loges que je peux témoigner de ce que j’appelle dans ta personnalité un véritable stradivarius du sentiment au service de la bienveillance à la condition humaine sous et par les imaginaires de ta plume.

On n’a qu’à te rencontrer dans un kiosque ou l’autre de différents salons du livre pour rapidement en conclure… te découvrir c’est t’adopter

Pierrot, ton complice de vie

8- L’ÉCRIVAINE AU K-OEUR D’OR … CLAIRE BERGERON (www.clairebergeron.com) … LA MARCEL PAGNOL DE L’ABITIBI …. CORRESPONDANCES

Sous le manteau du silence eBook de Claire Bergeron - EPUB | Rakuten Kobo  Canada

8: cLAIRE bERGERON ÉCRIVAINE

PresseMedias

8: PIERROT VAGABOND

—————-

—————

cher Pierre,

J’ai pris rendez-vous avec Marina, le 14 décembre vers 14 heures, pour une visite à sa mère, Huguette. La vieille dame, heureuse de notre visite, nous a invité à un après-midi de chant chorale, dont son gendre fait partie, dimanche le 4 décembre. Comme tu ne seras pas là, j’ai décliné, en la remerciant… sans toi, je n’y voyais aucun intérêt.

Pour ma part, je me suis plongé dans mon nouveau roman… et je l’avoue, avec une joie immense. Mes personnages prennent vie… de plus en plus, il y aura du monde à la maison… et dans notre lit…

Ce week-end toutefois, je vais réviser une dernière fois le livre de David. Il veut l’envoyer à Michel Ferron, des Éditions Un monde différent, mardi prochain, dans l’espoir qu’il puisse arriver en librairie en 2023…

Le 17 ou le 18 décembre, il y aura les Noëls d’Antan, à Ste-Rose. J’ai accepté un 2 heures de ventes de mes romans, à une table fournie par l’organisation.

Tu m’as dit : « Je serais prêt à tout abandonner pour la réussite de mon œuvre… sauf ma relation avec toi. » C’est un message d’une incroyable profondeur de sentiment… pour un homme qui, il y a quelques mois à peine, doutait de l’amour véritable… Une constatation précieuse de ta part, qui me fait chaud au cœur… Dans mes temps libres, et même en travaillant… je pense à nous…

—————–

J’ai enfin trouvé mon ancrage à la bibliotheque municipale e bon bureau…. yessssss je peux enfin fonctionner le matin pour le traité des abs et le pm pour la lecture j’y ai mon portable. le wi fi

Pierrot

—————

cher Pierre,

Ça me réjouit que tu aies trouvé un bureau à la bibliothèque municipale de Sherbrooke… comme mes mots sont quelque part sur une étagère, j’aurai l’impression de veiller sur toi… même lorsque tu es au loin…

Tendre bise.

Claire

—————–

 

————-

comme j’apprécie ta présence amoureuse dans ma vie à sa juste valeur du cœur l est 3 h. du matin…J’ai transfér.émon petit bureau dans la pièce ou je dors par terre…. l’effet wow est là. Gaelle peut continuer à danser dans notre chambre… l”absterface est respecté comme elle est dans un nuit et jour pour ses examens je peux maintenant fermer ma porte et t’écrire entre 2 sommeils de contemplation

bon réveil Claire

Pierrot

—————

—————-

Cher Pierre,

Cette nuit une ritournelle flottait dans mes pensées… le refrain de cette tentative de chanson… alors cet avant-midi, après mon travail sur le livre de David… j’ai écrit les mots ci-joints, qui me sont en partie venus au cours de mon insomnie…

Je ne connais rien aux règles de la composition d’une chanson…

Je prends tout de même le risque que tu ne te moques pas trop de mon essai… de toute façon, je sais que mes mots vont rejoindre ton cœur… ils sont un aveu de l’amour que j’éprouve pour toi…

Bon, je prends le risque…

Tendre bise.

Claire

—————

Je t’aime mon homme

Je t’aime mon homme

Toi le dernier

Dessiné dans mes rêves

Tendrement espéré

Une vie, en somme

Je t’aime, mon homme

Dans les milliards d’étoiles

Des rendez-vous manqués

D’un cœur arquant ses voiles

Au flot d’une destinée

Perdue sur la toile

De mes rêves envolés

Je t’aime mon homme

Toi le dernier

Dessiné dans mes rêves

Tendrement espéré

Une vie, en somme

Je t’aime, mon homme

Un paisible soir d’été

Dans la douce fraîcheur

Un mot, un enchantement

Vot’ plume sur mon écran

Ensorcela mon cœur

Précieux cadeau d’une fée

Je t’aime mon homme

Toi le dernier

Dessiné dans mes rêves

Tendrement espéré

Une vie, en somme

Je t’aime, mon homme

L’amour est privilège

Dans le creux de tes bras

Mon cœur contre ton cœur

Savoure nos doux ébats

Sculpté par la blancheur

De nos cheveux de neige

Je t’aime mon homme

Toi le dernier

 

Dessiné dans mes rêves

Tendrement espéré

Une vie, en somme

Je t’aime, mon homme

Je t’aime, mon homme

—————-

et bien Claire, t’as vraiment tous les talents….

un texte splendide….

vraiment,,,,

Je ne sais si à mon tour j’aurai le talent

d’y adjoindre une mélodie

à suivre dans la semaine du 8 décembre

&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

:)))))))))))))))

)))))))))))))))))))))))))

——

otre restaurant pour clients à plumes…

omme tu vois… il est très fréquenté…
Les services se succèdent à une vitesse folle… il y a une file d’attente dans l’arbre voisin…

Claire Bergeron

—————–

owwwwwwwwwwww

c’est magnifique ton chat va avoir besoin d’un psychiâtre:)))))) cette nuit j’ai travaillé sur la notion d’abs-cès donc sur ces dynamiques non réglées du passé que nos rêves transforment en urgence pour nous réveiller quand le corps est en dessous du mode survie automatiqueabs-cès dans le sens du rêve de vie qui dissout les rêves de nuit quand j’arriverai dans notre ontimité tu seras probablement dans ta créativité et la mienne qui fait l’apprentissage de son ancrage temporel ici (matin écriture, p.m.lecture, nuit contemplation sera bien rodée pour danser avec la tienne

Pierrot

 

________

comme ton survol de traité des abs prépare bien notre venue chez Michel et Marlene c’est fascinant mais tu es encore 2 coups d’avance… dans ce doctorat je tenterai d’illustrer la différence entre la philosophie d’en bas (la pelle jaune) et la philosophie d’en haut (le vagabond céleste de simon gauthier par le pays oeuvre d’art?

merciiiiiiii

journée totalement réussie entre écriture, lecture et contemplation dans laquelle je passerai la nuit

Je t’aime

Pierrot

bonne nuit  :)))

—————–

Bon matin, Pierre,

Ma docteure vient de me dire que tous mes examens donnent d’excellents résultats. Elle a jouté qu’avec mon cœur qui a pris un meilleur rythme… et qui de plus, est en amour, je devrais vivre en parfaite santé jusqu’à 100 ans… WOW! Toi et moi avons de belles années devant nous…!!!

Profite du soleil… j’ai hâte de te revoir.

Claire

——————–

yessssssssssssssssss pour ton coeur de mon côté le rythme de création du traité des abs bénéficie des derniers ancrages d’interface… Dans ma petite chambre du fond ou je dors par terre Je me sens en harmonie avec les efforts doctoraux de gaelle et quand à la bibliotheque… je me suis trouvé une petite salle fermée consacrée à la généalogie ou il n’y a presque jamais personne la nuit mon plancher pour la contemplation j’ai d’ailleurs travaillé sur l’abs-chronivitéce rythme temporel sera donc très simple à transposer dans notre intimité amoureuse

bien hâte de te voir

je continue ma journée

Pierrot

———————-

 

 

——————

Je travaille fort en ce moment… le dernier sprint pour mon roman à paraître… le PDF à revoir… c’est incroyable autant de détails…

Ce n’est pas un hasard, si les Éditions Druide ont aussi bonne réputation… il faut avouer, bien humblement, qu’ils ne signent que les meilleurs écrivaines/écrivains…

Cette nuit, seule dans mon lit, j’ai revu le refrain de la chanson : Je t’aime mon homme, que j’ai composé pour toi… un humble cadeau d’anniversaire pour mon si cher amour… de ton écrivaine au cœur d’or…

Quel dommage que je n’aie pas tous les talents… pour moi, composé une mélodie, c’est comme vouloir traduire ma chanson en mandarin…

Dans la sérénité

La paix de nos vieux jours,

Je t’aime, mon homme, je t’aime

Toi le doux, le dernier

Mon ultime rêve d’amour

Je t’aime mon homme, je t’aime

Si mes mots t’inspirent… nous pourrons aussi les peaufiner ensemble… peut-être qu’une inspiration de mélodie viendra visiter ton cœur… et ton imaginaire…

Je t’aime.

Vivement demain!

Claire

Je t’aime mon homme

Dans la sérénité

La paix de nos vieux jours,

Je t’aime, mon homme, je t’aime

Toi le doux, le dernier

Mon ultime rêve d’amour

Je t’aime mon homme, je t’aime

Dans les milliards d’étoiles

Des rendez-vous manqués

D’un cœur arquant ses voiles

Au flot d’une destinée

Perdue sur la toile

De mes rêves envolés

Dans la sérénité

La paix de nos vieux jours,

Je t’aime, mon homme, je t’aime

Toi le doux, le dernier

Mon ultime rêve d’amour

Je t’aime mon homme, je t’aime

Un paisible soir d’été

Dans la douce fraîcheur

Un mot, un enchantement

Ta plume sur mon écran

Ensorcela mon cœur

Précieux cadeau d’une fée

Dans la sérénité

La paix de nos vieux jours,

Je t’aime, mon homme, je t’aime

Toi le doux, le dernier

Mon ultime rêve d’amour

Je t’aime mon homme, je t’aime

L’amour est privilège

Dans le creux de tes bras

Mon cœur contre ton cœur

Savoure nos doux ébats

Sculpté dans la blancheur

De nos cheveux de neige

Dans la sérénité

La paix de nos vieux jours,

 

Je t’aime, mon homme, je t’aime

Toi le doux, le dernier

Mon ultime rêve d’amour

Je t’aime mon homme, je t’aime

—————

on est dedans Claire cette nuit j’ai bossé sur un nouveau concept du traité des abs celui de ABS-MILIEU INTÉRIEUR DU LANGAGEvraiment ta créativité comme la mienne est en feu

yessss pour demain ta chaNson est magnifique nous verrons bien si un refrain en surgira:))) j’entreprends ma journés

bonne suite à la tienne

Je t’aime

Pierrot

—————-

Je prends le pari que les 4 questions de la vie personnelle oeuvre d’art basées sur la valeur métaphysique u   ….? …. commun aux 4 questions …. aura la même importance opérationnelle pour le prix Nobel de la paix que le micro crédit le fut pour le prix Nobel de l’économie …..

Ma question de départ étant

qu’est-ce qu’un ?

J’en suis à construire mon argumentaire à propos du passage de l’utopie  métaphysique, à l’utopie poétique conduisant à l’utopie politique de la nano-citoyenneté planétaire..sur terre:))) par l’étude quantique d’une question quelle qu’elle soit, c’est-à-dire du fondement ontologique du point d’interrogation lui-même:))))))

merci d’être si intelligente tu me permets d’avancer plus que tu ne penses:)))

Pierrot

—————–

L’armature architectonique de laquestion de doctorat prend formevoici mon texte de ce matin suite à ma nuit de travail

14 décembre 2022

Les 30 livres de Michel Meyer en problématologie constituent la réponse dans différents champs de la connaissance à la question suivante : qu’est-ce qu’une question? …. Le doctorat des rêveurs équitables reposent  sur une question plus radicale qui n,a été rendue possible que par les avancées foudroyantes de la physique quantique… et la question est la suivante : qu’est-ce qu’un point d’interrogation (2) .

La question de Meyer serpente l’histoire de la pensée qui peut se diviser en 3… la question de l’êtres ches les grecs, celle de Dieu au Moyen âge et celle du sujet dans la pensée contemporaine… la problématologie étant la science de la question comme fondement en soi de toute recherche que ce soit celle de l’être, de dieu ou du sujet… dans ses différents champs dont celui de la science…

Mais le point d’interrogation lui-même comme objet de recherche différent de celle de la questionh même de Meyer est au centre même des lois de la physique quantique dans sa bascule face à la réalité dure… De là le passage de la logique à celle de l’untuition de Pointcarré ou celle de l’abduction de Peirce ou même celle de la synchronivité de Yung.

La question… qu’est-ce qu’un point d’interrogation fut en fait aussi précursée par les recherches de Gaston Bachelard sur les fondements poétiques et rêveuses de la science elle-même.

De là le point d’interrogation des rêveurs équitables conduisant aux 4 questions qui elles-même effectuent le passage de la poétique à l’utopique et de l’utopique au politique par la création de la nano-citoyenneté-planétaire, rejoignant ainsi le voile d’ignorance de John Rawls dans la mise en forme d’une vision quantique de la politique des droits sur terre.

De là le traité des abs qui invente une lanque quantique du rêve de vie venant du k-oeur prenant le pari que le ? abductif est le même pour tout ce qui est conscient, y compris le multivers lui-même.

Pierrot

—————–

Bonjour Marie-Thérèse,

Ça fait plaisir de voir que toi et Normand êtes remis de vos problèmes de santé!

Vous avez accompli un travail formidable dans l’organisation de la soirée du 5 novembre. Pierre et moi, de même que mon fils et son épouse, sommes revenus ébahis devant la réussite, à tous les points de vue, de ce bel hommage à Simon Gauthier, un homme qui tenait une place irremplaçable dans vos vies à tous.

Pierre et moi nous nous apprêtons à vivre notre premier temps de Fêtes en amoureux… que de joies en perspective. Il m’arrive de croire que notre rencontre à tous les deux est née de la magie d’une fée… un vœu que cette dame imaginaire a probablement prononcé en se penchant sur nos berceaux… et qui malheureusement s’est égaré dans le temps… l’important, c’est que ce vœu, d’un amour impossible et merveilleux, enrubanné d’une immense tendresse, ait retrouvé son chemin jusqu’à nos cœurs…

Chère Marie-Thérèse, je te souhaite, à toi et tous ceux que tu aimes, un temps des Fêtes dans la tendresse et l’amour.

Une grand câlin, à toi et Normand!

Claire

——————-

Coucou Pierrot,

J’aime beaucoup ce texte et la force d’impression que la question “qu’est-ce qu’un point d’interrogation?” laisse à l’esprit. Le chemin que tu traces entre les êtres, Dieu et le sujet est intéressant. Mon commentaire si tu veux le mien serait ceci : si tu entends placer ce développement d’idées temporelles dans la méditation sur votre question de recherche, il faut que tu nous dises comment ces 3 moments ont résolu ou la question, qu’est-ce qu’il en ont fait synthétiquement parlant? ( Pour que tu prennes la peine de les citer). Idem pour Bachelard ( bien que je n’en soit pas sûre). L’intérêt pour nous serait de savourer la fulgurance d’une découverte propre à vous rêveurs équitables sur la question du point d’interrogation. La question à se poser ici serait donc: qu’avez vous résolu?

J’ose penser que la réponse de trouve dans votre équation du cœur. Il faudrait resserrer la pensée autour de votre intuition fondamentale. Et balayer le trop de références. Ce serait mon commentaire cher ami. J’aime beaucoup. Quelque chose semble s’être déplacé dans ta pensée. Elle est plus mobile.

Gaëlle

—————–

Pour répondre?… à ce sujet ?… qui n’est pas de mes affaires pantoute…Attention !… le “?” point d’interrogation … dit autrement “question mark”…Symbole ? dessin ? Le penseur de Rodin ? Convention ?… qui nous signale … Ici… on s’interroge !…Le Pays Œuvre d’Art ?… Représente une interrogation… Ici on s’interroge !…T’en rappelles-tu Pierrot. Quand le “?” m’est survenu ?…Je cherchai une façon de ne pas se faire éradiquer par notre proposition.Nous avons décidé de n’affirmer rien… mais de s’interroger sur la vie personnelle œuvre d’art ?…Le ” ? ” est notre police d’assurance pour l’avancement perpétuel du sujet en question:”Le Pays Œuvre d’Art ?… On pourra toujours essayer de le dénigrer, mais la majorité verra clair dans son objectif : La beauté du monde…On affirme rien, mais… on propose le Pays Œuvre d’Art ?…J’ai pas pu résister de placer mon grain de sel…

A+ Mike

——————

e termine à l’instant ma période de créativité… comme s’est merveilleux la passion! Et je t’aime passionnément… n’est-ce pas divin? Je te joins la couverture de mon roman à paraître en février 2023…

Bon réveil à toi!

Tendresse.

Claire

—————–

je em couche enfin:))))bon réveil Claire comme on est chanceux de saimer

Pierrot

—————

—————-

Cette relation me va très bien également… elle me permet de vivre l’ennui de tes bras… de ta chaleur…

C’est l’hiver du cœur… sans toi…

 

David est passé cet après-midi, en coup de vent, pressé, alors que moi, je faisais du casse-tête… pour me remettre les cadeaux pour les filles à Isabelle. Demain, Rosalie termine ses cours, ou son examen, à midi, elle va donc venir me chercher, et nous irons ensemble à l’aéroport. Notre vole est à 17h45. Ce qui veut dire que nous quitterons la maison vers 15 heures… tu as raison, même en m’éloignant vers Calgary, je vais rester tout près de toi… puisque maintenant, tu vis dans mes pensées…

 

Bonne fin de journée, Pierre!

Je t’aime!

Claire

—————-

Claire Bergeron mer. 21 déc. 09:22 (il y a 1 jour)
Très cher Pierre, Plus de 1000 mots ce matin… mes personnages sont de plus en plus ancrés dans mon imaginaire… à tout hasard, j’apporte mon portable à Calgary.

Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>

mer. 21 déc. 12:15 (il y a 22 heures)
À Claire

 

salutations à ta gagne:))))

Je viens d’arriver chez Isabelle… il est 1h15…. Mais pour moi, il est 3h15….
Je te raconte demain…
Tendresse dans le froid… il fait -35…
Claire

———

Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>

06:16 (il y a 4 heures)
À Vidéotron

etre profondément présent à l’autre malgré la distance voilè ce que mon coeur a la joie de nous offrir bon réveil Claire;()))))

Pierrot

———–

Bon matin, Pierre,

Je me suis levée pour dire bonjour à Isabelle avant qu’elle parte au travail… et attirée, bien sûr, par l’appel du café. Mais comme personne n’est levée, et que je m’endors, je vais me recoucher…

Alors je bois mon café en ta compagnie….

Hier, notre vol a décollé de Montréal avec 3 heures et quart de retard. À peu près le temps que ça prend pour nous rendre à Calgary. Rosalie et moi en avons profité pour aller souper… et ensuite… aiguiser notre patience. Moi dans mes pensées… et Rosalie en textant avec un certain Jacob Van Oorch… j’oublie la suite… qui est supposément très gentil avec elle… ils ont les mêmes cours à McGill… Je te raconterai leur rencontre… qui n’est pas un hasard, mais un rendez-vous…

Puis en arrivant à Calgary, Kevin nous attendait dans le stationnement… alors que nous, nous attendions nos valises. Il faisait tellement froid, – 35, mais moins 45 avec le facteur éolien, que les manutentionnaires ne pouvaient pas décharger les bagages d’un coup… ils devaient aller se réchauffer. Une heure et demie à patienter… encore là, vieillesse est plus conciliante que jeunesse…

Mon café est terminé, les yeux me ferment… je retourne me blottir sous les draps… sans ta chaleur…Bonne journée… tu es avec moi, à l’ombre des montagnes… un Chinook est attendu dans les prochains jours… la température devrait grimper dans le 25 degrés…

Claire

——————-

 

 

J’avance Claire….

 

Gaelle travaille métaphysiquement sur la question suivante… JE PEUX-IL CONNAÎTRE? et moi je bosse par le traité des abs

sur la question suivante ; QU,EST-CE QU,UN POINT D’INTERROGATION MÉTAPHYSIQUEMENT?

 

Il est certain que cette relation accordéon ou nos deux rythmes de création s’harmonisent brillamment ajoute de la profondeur

à ma recherche doctorale vers le prix Nobel qui s’articule de plus en plus dans le scénario suivant:

 

salutations à ta gagne

et bon séjour à Calgary

 

Pierrot

 

LA QUESTION DU DOCTORAT DES RÊVEURS ÉQUITABLES EST NÉE LE 5 JUILLET 2016

 

 

———- Forwarded message ———
De : Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>
Date: jeu. 22 déc. 2022 à 11:12
Subject: Re: Amour et Vie a repris vie
To: Michel La Brosse <michel.labrosse456@gmail.com>

 

5 juillet 2016

1348 .. (DOCTORAT) LE PAYS OEUVRE D’ART?…. TITRE DU DOCTORAT…

LE POINT D’INTERROGATION SYMBOLISANT LE SUJET, LA QUESTION ET LE PLAN DE LA PROBLÉMATIQUE D’UN PAYS CONCEPTUALISÉ COMME UNE OEUVRE D’ART.

July 5, 2016 Pierrot le Vagabond Chercheur

DOCTORAT
TITRE
Le pays œuvre d’art?

SUJET
de la vie personnelle œuvre d’art
au pays œuvre d’art
par la nano-démocratie

QUESTION
Comment
la vie personnelle œuvre d’art
peut-elle mener
au pays œuvre d’art
par la nano-démocratie

———-

PLAN DU DOCTORAT

1- INTRODUCTION

2- GÉNÉALOGIE DE LA PROBLÉMATIQUE

  1. a) le thème de l’errance
    dans la civilisation occidentale
  2. b) nouvelle théorie de l’errance
    – fantomatique
    – axiologique
    – poétique
  3. c) trois idéaux-types issus de l’errance poétique
    – la vie personnelle œuvre d’art
    – le pays œuvre d’art
    – la nano-démocratie

3- LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART

  1. a) ier idéaltype
    conséquence de l’errance poétique
  2. b) hypothèse structurale
    de toute vie personnelle œuvre d’art
    quatre questions constructivistes
    – Quel est ton rêve?
    – Dans combien de jours?
    – qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
    – en quoi ton rêve
    prend-il soin de la beauté du monde?
  3. c) analyse comparative
    de trois vies personnelles œuvre d’art

– Marcel Duchamp
et la création
d’attributs essentiels types
sous l’étiquette vie personnelle
œuvre d’art

– Margaret Sanger
et l’application systématique
d’attributs essentiels types
sous l’étiquette vie personnelle
œuvre d’art

– Charles Darwin
et la question de la part active
de l’univers (synchronicité)
dans le dynamique
d’une vie personnelle œuvre d’art
(wow-t=2.7k)

  1. e) laboratoire conceptuel documenté
    du concept de la vie personnelle
    œuvre d’art sur une période de 8 ans
    – Marlene la jardinière
    – Michel le concierge
    – Pierrot le vagabond chercheur

4- LE PAYS OEUVRE D’ART

5- LA NANO-DÉMOCRATIE

6- CONCLUSION

—————–

——————————

EN DÉCEMBRE 2022 …. CETTE QUESTION DE DOCTORAT S’EST ÉCLAIRCIE DANS SA FORMULATION LA PLUS SYNTHÉTIQUE … TOUT EN S’EXPRIMANT MAINTENANT EN MOINS DE MOTS AVEC  PLUS DE VISION PROGRAMMATIQUE INTRINSÈQUE:

qu’est-ce qu’un point d’interrogation ….  (?=?) métaphysiquement ….. ?

J’en suis à construire mon argumentaire à propos du passage de l’utopie  métaphysique, à l’utopie poétique conduisant à l’utopie politique de la nano-citoyenneté planétaire..sur terre…. par l’étude quantique d’une question quelle qu’elle soit, c’est-à-dire du fondement ontologique du point d’interrogation lui-même:))))))

—————–

L

PREND N’IMPORTE QUEL DIRIGEANT
DE LA PLANÈTE QUI A TOUS LES POUVOIRS
DU MONDE DONT CELUI DE VIE ET DE MORT
SUR LES CITOYENS

PLANTE-LE AU MILIEU DE LA MISÈRE HUMAINE
S’IL EST SEUL
ON LE VERRA LUI-MÊME
DONNER DE L’EAU
À QUI EN A PLUS BESOIN QUE LUI

Michel le concierge, le carnet du concierge, aphorismes

——————

—————–

——————-

COURRIEL DE LA MÉTAPHYSICIENNE GAELLE ETEME DOCTORANTE EN RECHERCHE CRÉATION À L’UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

Gaëlle Étémé – Le corps comme texte: jugement de goût et hégémonie culturelle (6 mars 2015) – YouTube

Le temps c’est mourir, créer à l’envers (360° Video) – YouTube

Coucou Pierrot,

J’aime beaucoup ce texte et la force d’impression que la question “qu’est-ce qu’un point d’interrogation?” laisse à l’esprit. Le chemin que tu traces entre les êtres, Dieu et le sujet est intéressant. Mon commentaire si tu veux le mien serait ceci : si tu entends placer ce développement d’idées temporelles dans la méditation sur votre question de recherche, il faut que tu nous dises comment ces 3 moments ont résolu ou la question, qu’est-ce qu’il en ont fait synthétiquement parlant? ( Pour que tu prennes la peine de les citer). Idem pour Bachelard ( bien que je n’en soit pas sûre). L’intérêt pour nous serait de savourer la fulgurance d’une découverte propre à vous rêveurs équitables sur la question du point d’interrogation. La question à se poser ici serait donc: qu’avez vous résolu?

J’ose penser que la réponse de trouve dans votre équation du cœur. Il faudrait resserrer la pensée autour de votre intuition fondamentale. Et balayer le trop de références. Ce serait mon commentaire cher ami. J’aime beaucoup. Quelque chose semble s’être déplacé dans ta pensée. Elle est plus mobile.

Gaëlle

—————–

Pierrot

comment vis-tu les lendemains de ta finale en propédeutique?

Gaelle

———–

SALUT GAELLE

JE TRAVAILLE SUR LE PASSAGE DE LA QUESTION DE L’ÊTRE … À L’ÊTRE DE LA QUESTION …… PAR LE PASSAGE DE LA QUESTION COMME PROBLÉMATIQUE  DE MEYER AU POINT D’INTERROGATION DES RÊVEURS ÉQUITABLES … COMME L’EXPRESSION MÊME DES LOIS DE LA PHYSIQUE QUANTIQUE COMME FORME ABS-XISTENTIELLE DE LA RÉALITÉ DURE:)))))

ON ROULE:)))

—————

COMMENTAIRE DE PIERROT

LE PLAN DE MATCH EST QUE GAELLE TERMINE SON DOCTORAT, QU’ELLE DEVIENNE LA DIRECTRICE DE THÈSE DES RÊVEURS ÉQUITABLES… QUE LE DOCTORAT SOIT DÉPOSÉ DANS LA CRÉATION DE SON OBSERVATOIRE DU MERVEILLEUX ET QUE FINALEMENT UN COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LES DIMENSIONS DU RÊVE NON SEULEMENT ACCUEILLENT DES CHERCHEURS À TRAVERS LE MONDE, MAIS QUE MICHEL LE CONCIERGE Y CHANTE SA CHANSON – MANIFESTE… JE TE DEMANDE PARDON…. POUR SE CONCLURE PAR LA CRÉATION DE LA NANO-CITOYENNET-PLANÉTAIRE AVEC LA COMPLICITÉ DE L’INSTITUT D’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE DU QUÉBEC

PIERROT

========

STRATÉGIE

VAIS-JE M’INSCRIRE UN JOUR À L’UNIVERSITÉ POUR LE DOCTORAT DES RÊVEURS ÉQUITABLES?

APRÈS AVOIR VAGABONDÉ LEPAYS, PUIS 4 UNIVERSITÉS,TOUT EN ANIMANT DURANT 16 ANS DES CONSEILS D’ADMINISTRATION DE LA CRÉATIVITÉ LE MATIN DE 6 H. AM À 7H. AM AVEC MARLENE ET MICHEL …..

IL ME SEMBLE QU’UN SCÉNARIO POSSIBLE SERAIT QUE JE M’INSCRIVE DANS UNE UNIVERSITÉ … SANS DOUTE À L’UNIVERSITÉ LIBRE DE bRUXELLESPOUR BÉNÉFICIER EN PHILOSOPHIE D’UN DIRECTEUR DE RECHERCHE SPÉCIALISÉ DANS L’OEUVRE DE MICHEL MEYER TOUT EN AYANT GAELLE COMME DIRECTRICE PRINCIPALE PARCE QU’ELLE CONNAÎT INTIMEMENT TOUS LES TENANTS ET ABOUTISSANTS DE MES RECHERCHES ABDUCTIVES EN MÉTAPHYSIQUE.

À SUIVRE…

————————

——————

Cher Pierre,

Je viens de lire ton texte…Je sens à quel point tu avances! J’apprécie ta structure… c’est agréable pour moi d’être aux premières loges de ce qui s’annonce une finale sublime…

Claire

———–

consacrée à la métaphysique de gaelle en vue de sa rentrée de janvier il me semble que nos rituels vont être un vrai délice du jour de l’an

je t’aimne bon réveil Claire :))) quelques blogues témoignant de la quête de la question du point d’interrogation

en 2017 et 2018 :)))

1445 .. (2.7K) … 23 octobre 2016 ARCHIVES DU BLOG WWW.LEPAYSOEUVREDART.CA

 POURQUOI «2,7K ?…» … POUR CONCEPTUALISER ANALOGIQUEMENT AUTANT QUE CONSTRUCTIVISMEMENT LA DIFFÉRENCE ENTRE UN DÉSIR ET UN DÉSIR BIG BANG COMME DÉFINITION D’UN RÊVE D’UNE BEAUTÉ ET D’UNE INTENSITÉ COSMOLOGIQUE

October 23, 2016 Pierrot le Vagabond Chercheur

Je prends l’exemple de la mère de Gaelle, une haitienne… elle est infirmière à Montréal.. en fin de carrière elle vit un big bang intérieur… elle décide de tout quitter pour ouvrir un orphelinat à Haiti. Cela fait donc 18 ans maintenant qu’elle vit quotidiennement un BIG BANG BASÉ SUR LA NON-TRICHERIE AVEC UN RÉSIDU DE BEAUTÉ COSMOLOGIQUE QUI DANSE EN DEDANS D’ELLE.

Quand Michel le concierge fait le serment à sa belle-mère de prendre soin du rêve de Marlene, il vit un big bang d’une grande beauté, qui fait de lui pour lui-même un homme d’honneur. cE BIG BANG AMOUREUX POUR MARLENE A FAIT DE SA VIE UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART.

WOW-T=2.7K est donc une formule qui dit à peu près ceci… fais wow sur un rêve, ne triche pas et tu risques de vivre un big bang existentiel, analogique autant que constructiviste avec comme résidu (le bruit de fond cosmologique de ton rêve en dedans de toi, un sentiment de plénitude malgré les épreuves…. UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART.

DE LÀ…. LE POINT D’INTERROGATION
WOW-T=2.7K ?

le point d’interrogation, c’est SUGGÉRER, INVITER, UNE PERSONNE HUMAINE À EXPÉRIMENTER l’hypothèse pragmatique que ce que la formule annonce pourrait t’arriver, dans la foulée du pragmatisme américain, si tu fais wow sur un rêve et que par la suite tu ne triches pas avec ton rêve… de là LE MOT TRICHERIE(S) AU PLURIEL ET NON AU SINGULIER.

« TOUTE PERSONNE QUI APPELLE ET PROCLAME LA GUERRE DOIT OBLIGATOIREMENT ÊTRE LA IERE EN AVANT AVEC SA FAMILLE». «MERCI POUR TA DISPONIBILITÉ… VOICI MAINTENANT TOUTES TES MÉDAILLES AU CAS OU ON NE TE REVOIE PAS».

Michel le concierge, le carnet du concierge.

——————

——————————

1446 …..25 OCTOBRE 2016

1446 .. (PROBLÉMATOLOGIE)                    25 OCTOBRE 2016 …..

LE PASSAGE DE «2.7K» COMME LOI COSMOLOGIQUE RATIONELLE À «2.7?» COMME LOI NANODÉMOCRATIQUE RAISONNANTE PASSERA PAR LA PROBLÉMATOLOGIE, PHILOSOPHIE TRIBUTAIRE DE TROIS CHERCHEURS DE L’UNIVERSITÉ DE BRUXELLES: DUPRÉEL, PERELMAN ET MEYER

October 25, 2016 Pierrot le Vagabond Chercheur

——-

Mon merveilleux partenaire de recherche, Michel le concierge m’est précieux parce qu’il sait poser la question qui tue.. La dernière ressemblait à celle-ci: Comment vas-tu faire pour faire passer 2.7 k qui est une loi cosmologique à une autre loi «2.7k?» qui se veut analogique et nanodémocratique?

Et ma réponse passe par une nouvelle philosophie issue d’une succession de trois chercheurs (Dupréel, Perelman et Meyer) qui s’appelle
LA PROBLÉMATOLOGIE.

L’argumentaire que je suggererai à notre équipe de recherche (Auld,Woodard, Rochette) reposera sur le passage d’un champ conceptuel rationnel à propos d’une notion (2.7K) à un champ conceptuel raisonnable (2.7k?) dans lequel le point d’interrogation joue un rôle majeur.

EN CONSÉQUENCE DE QUOI

Je retourne à la bibliotheque de l’UQAM sur semaine parce que tous mes livres en PROBLÉMATOLOGIE y sont et je reparcourerai toutes les œuvres des trois chercheurs de l’université de Bruxelles qui ont cette merveilleuse caractéristique d’avoir été formés l’un par l’autre.

DUPRÉEL FUT LE MAÎTRE DE PERELMAN QUI FUT LE MAÎTRE DE MAYER.

——————-

—————————-

1448 ….. 26 OCTOBRE 2016

1448 .. (POINT D’INTERROGATION) 26 OCTOBRE 2016

 UNE DES RÉSULTANTES DU LA PROBLÉMATOLOGIE DANS LA CRÉATION DU CONCEPT DU «PAYS OEUVRE D’ART?»…C’EST LA VALEUR INOUIE DU POINT D’INTERROGATION QUI CONFÈRE AU CHAMP CONCEPTUEL LE DYNAMISME D’UN CHAMP DE FORCE EN PHYSIQUE QUANTIQUE

October 26, 2016 Pierrot le Vagabond Chercheur

Michel le concierge et moi n’avions aucune idée de cette nouvelle philosophie du trio historique (Dupréel, Perelman , Meyer). LA PROBLÉMATOLOGIE.

J’ai mémoire d’un  certain matin de créativité, que nous n’avons malheureusement pas filmé, avoir dit à Michel… « LA SEULE CHOSE QUI DEMEURE DE L’HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE C’EST LA QUESTION NUE COMME DANS LE TABLEAU DE Gauguin D’OÙ VENONS-NOUS? QUI SOMMES-NOUS? OÙ ALLONS-NOUS?»

Et Michel le concierge, avec sa brillance intuitive synthétique de répondre… Pierrot.. il faut donc mettre un point d’interrogation au titre de mon documentaire «LE PAYS OEUVRE D’ART?…»

D’ailleurs, un des objectifs de notre recherche philosophique fut d’imaginer quatre questions qui permettraient à toute personne humaine sur terre de faire œuvre d’art avec sa vie personnelle…

Cela prit plusieurs années à les dessiner… surtout la quatrième:))))

1- QUEL EST TON RÊVE?

2- DANS COMBIEN DE JOURS?

3- QU’AS-TU FAIS AUJOURD’HUI POUR TON RÊVE?

4- COMMENT TON RÊVE PREND-IL SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

Ce qui nous a amené à dessiner la cinquième question pour bien illustrer l’émergence de la NANODÉMOCRATIE CITOYENNE PLANÉTAIRE..

5- COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

en conséquence de quoi

J’estime que la recherche en écophilosophie politique de l’équipe (Auld-Woodard-Rochette) constitue la deuxième vague du champ conceptuel de l’équipe historique (Dupréen-Perelman,Meyer), celle de la problématologie sous sa forme champ de force écophilosophique et politique.

————

LE CONCEPT DE NANODEMOCRATIE
COMME…..
UN UNIVERS PARALLELE À PARTIR DE
L’ETIQUETTE DE NANO ( LA PLUS PETITE CELLULE
DEMOCRATIQUE SUR TERRE)

QU’EST-CE QUE LA NANODEMOCRATIE?

Une nano-démocratie instaurant, PAR TIRAGE AU SORT, une assemblée constituante de 125 vies personnelles œuvre d’art pourrait-elle constituer le prélude au surgissement du premier pays œuvre d’art sur la planète terre?

MODELISATION THÉORIQUE

  1. A) Imaginons un site web genre Google map où sont identifiés toutes les villes et tous les villages de la planète, sans exception.
  2. B) Imaginons que quatre questions y sont posées dans toutes les langues, au désir de chaque vie personnelle œuvre d’art.
  3. a) Quel est ton rêve?
    b) dans combien de jours
    c) qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
    d) En quoi ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?
  4. C) Imaginons que dans chaque ville et dans chaque village de la planète, une invitation est lancée à toute vie personnelle œuvre d’art intéressée à ces quatre questions pour que se constitue une assemblée constituante mondiale à réfléchir sur la conséquence des quatre questions sur l’éco-système du mieux vivre ensemble,…. soit UNE CINQUIÈME QUESTION qui se définirait de la façon suivante….
  5. D) En quoi NOS RÊVES prennent-ils soin de la beauté du monde?
  6. E) Imaginons que qu’importe le nombre de vies personnelles œuvre d’art qui s’inscrivent dans chaque ville ou chaque village, UN PREMIER TIRAGE AU SORT SÉLECTIONNE UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART PAR VILLE ET UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART PAR VILLAGE.
  7. F) Imaginons que sur toutes ces villes et villages de la planète entière qui sont maintenant représentés par une vie personnelle œuvre d’art, UN DEUXIÈME TIRAGE AU SORT SÉLECTIONNE 125 de ces vies personnelles œuvre d’art…. en vue d’une RENCONTRE PLANÉTAIRE.
  8. G) Imaginons que ces 125 vies personnelles œuvre d’art se réunissent à tous les quatre ans pour LES OLYMPIQUES DE LA JUSTICE COMME ÉQUITÉ SUR TERRE, en assemblée constituante et cela en direct sur internet accessible à la planète entière.
  9. H) Imaginons que….. la question….EN QUOI NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE? devienne soudainement, selon notre hypothèse forte, l’actualisation pragmatique du voile de l’ignorance de John Rawls.
  10. I) Imaginons qu’une fois l’assemblée constituante des 125 vies personnelles œuvre d’art terminée, un premier vote soit pris par chaque vie personnelle œuvre d’art sélectionné comme représentant chacune des villes et chacun des villages…. SUR UNE QUESTION DE FOND touchent à la justice comme équité comme paramètre de la beauté du monde.
  11. J) Imaginons qu’une fois LE PREMIER VOTE TENU, UN DEUXIÈME VOTE soit tenu par chaque conseil municipal de chaque ville et chaque village auprès de la population entière… et cela partout sur la planète terre.

EN CONSEQUENCE DE QUOI

K- Il n’est pas difficile d’imaginer que l’émergence d’une conscience citoyenne planétaire autour de la question EN QUOI NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?… puisse instaurer une pression éthique nano-démocratique invitant chaque état à cheminer vers une gouvernance qui respecte la modélisation planétaire d’une théorie de la justice et de l’équité au point d’en faire
un jour DES PAYS OEUVRE D’ARTS DIGNES DE LEUR CITOYENS VIES PERSONNELLES OEUVRE D’ART.

L- La priorisation des errants fantomatiques accompagnant l’éthisation des errants axiologiques, pour mieux faire de chaque humain un errant poétique face à son rêve personnel, la liberté reliée aux 5 questions de la vie personnelle œuvre d’art deviendrait enfin accessible à chaque personne humaine, tel un droit inaliénable inscrit en annexe à charte des droits de l’homme à l’ONU.

M– objectif:
nouvelle conscience éthique-esthétique
planétaire en vue de la réforme des états
pays œuvre d’art par la masse critique
nano-numérique des vies personnelles œuvre
d’art, éco-philanthropes de l’espace-monde.

————–
7- CONCLUSION (OUVERTE FINALE)…15 PAGES

L’implantation planétaire de la nano-démocratie pourrait être la condition éco-philanthropique nécessaire à l’émergence d’un premier pays œuvre d’art sur la planète terre, rêve universel potentiel d’une masse critique-citoyenne-numérique de vies personnelles œuvre d’art sous l’inspiration d’une cinquième question dont l’énoncé serait le suivant:

– retour sur les quatre questions
menant à la cinquième question
éco-philanthrope de l’espace-monde:
-COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

——–

————————

1450 .. 28 OCTOBRE 2016                                «LE «?»» DES QUATRE QUESTIONS DU «PAYS OEUVRE D’ART?» DONNENT UNE PRÉSÉANCE PROBLÉMATOLOGIQUE à L’ÊTRE DE LA QUESTION SUR LA QUESTION DE L’ÊTRE.

October 28, 2016 Pierrot le Vagabond Chercheur

Le «?» est universel…. De donner quatre questions aux être humains comme fondement d’une vie personnelle œuvre d’art présuppose que la réponse n’a aucune importance.

Les quatre questions sont en fait un prétexte pour donner toute la dimension au ? dans l’aventure d’errance poétique que chaque humain vit sur la planète terre….

La nanodémocratie constitue en fait UN POINT D’INTERROGATION PLANÉTAIRE qui prend conscience de la hiérarchie des réponses comme systèmes de valeurs CONVENTIONNELS ET INTERCHANGEABLES QUI SE FONT PASSER POUR VÉRITÉ ONTOLOGIQUE POUR PROTÉGER LE PROCHAIN LUNCH.

En ce sens, même l’existentialisme de Sartre fait d’un projet une idéologie alors que le big bang d’un rêve ne peut reposer que sur un POINT D’INTERROGATION EXISTENTIEL pour qui la réponse n’est et ne sera toujours qu’un obstacle limitatif argumentionnel de la raison syllogistique ou scientifique.

VIVRE ÉPIQUEMENT C’EST PEUT-ÊTRE HABITER UN POINT D’INTERROGATION AU COEUR DE L’ERRANCE POÉTIQUE COSMOLOGIQUE MÊME…

un vagabond céleste, c’est un point d’interrogation qui vagabonde les réponses avec le sourire ironique de Socrate interrogateur, sans la fraude des sophistes qui se font payer comme nos professeurs de réponses dans le système universitaire.

Lire des livres pour mieux les fuir
car toute réponse est d’abord infiniment toxique pour la beauté de toute question…. la beauté du monde.

S’il n’y avait pas l’être de la question, nous serions englués dans la question de l’être car la beauté du monde est d’abord la beauté de la question du monde et non de son essence.

——————-

——————————

1452 .. 30 OCTOBRE 2016                «WOW-T=2.7K?…» ÉMERGE DE TROIS DISCIPLINES CONCEPTUELLES…. LA PROBLÉMATOLOGIE (MICHEL MEYER), LA PHILOSOPHIE DE LA MÉCANIQUE QUANTIQUE (MICHEL BITBOL) ET L’ÉCOPHILOSOPHIE POLITIQUE (BRUNO LATOUR)

October 30, 2016 Pierrot le Vagabond Chercheur

«Wow-t=2.7k?… » sera la formule synthétisant la dynamique nanoquantique de trois concepts multicontextuels… LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART?, LE PAYS OEUVRE D’ART?, ET LA NANODÉMOCRATIE OEUVRE D’ART?…

Le plus important dans la formule «wow-t=2.7K?…) est la primauté accordée à la question, au point d’interrogation considérant toute réponse quelle qu’elle soit comme une position constructiviste personnelle émergeant grâce au métissage de trois disciplines centrées sur la question.. LA PROBLÉMATOLOGIE, LA PHILOSOPHIE DE LA SCIENCE QUANTIQUE ET L’ÉCOPHILOSOPHIE POLITIQUE.

Et c’est en ce sens que notre équipe de recherche (Auld-Woodard-Rochette) représente un module universitaire en soi….

Etant pluricontextuelle (un concierge, une jardinière, un chercheur vagabond), nous pouvons chacun préciser le glossaire de la question selon notre contextualité,  tout en évitant de stratifier le cadre conceptuel conduisant à une réponse  inutilement préséante à la question…

1-QUEL EST TON RÊVE?
2- DANS COMBIEN DE JOURS?
3-QU’AS-TU FAIS DE TON RÊVE AUJOURD’HUI?
4- COMMENT TON RÊVE PREND-IL SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

DE LÀ, LA  BELLE QUESTION NANOCOSMOLOGIQUE COMME MACROCOSMOLOGIQUE SOUS FORME DE FORMULE-LABORATOIRE….

WOW-T=2.7K

—————-

————————

1787 .. 6 SEPTEMBRE 2017 (MICHEL CONCIERGE) «LA COLÈRE EST LE FONDEMENT DE LA JUSTICE?» DIXIT MICHEL LE PHILOSOPHE-CINÉASTE-CONCIERGE

September 6, 2017 Pierrot le Vagabond Chercheur

Michel, Marlene et moi travaillons sur le glossaire de la nouvelle multitude. Je suis impressionné de la joie de vivre de notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette).

Pendant que Michel à 66 ans travaille comme concierge industriel, ce qui lui permet une contribution majeure par des aphorismes directement constructivistes de la philosophie d’en bas, moi je poursuis les lectures pour creuser verticalement (historiquement) comme horizontalement (systémiquement) la connaissance culturelle précédant nos interrogations sur chaque étiquette glossairique.

En ce moment, je suis en train de lire un 1000 pages d’histoire de la philosophie politique pour réfléchir sur LA JUSTICE.

Ce matin, Michel a lancé un superbe aphorisme:

« MOI JE DIS QUE L’ARMÉE LA PLUS FORTE
UN JOUR SERA CELLE DE TOUS LES RECLUS»

Et moi de dire
C’est vraiment la colère de la philosophie d’en bas.

Et Michel de dire

«LA COLÈRE EST LE FONDEMENT DE LA JUSTICFE?»

Marlene s’est levée, nous avons fait validé le tout par son wow… puis nous sommes partis chacun de notre côté pour nos occupations sociétales.

——————–

1831 .. 5 octobre 2017 (RÊVONS) INTUITION 12: « WOW-T=2.7K » OU L’INTRICATION ALGORITHMIQUE DE LA PHYSIQUE QUANTIQUE-COSMOLOGIQUE ET LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE PAR LA BEAUTÉ DU MONDE OBJECTIVE UNIVERSELLE ISSUE DU RÊVE BIG-BANG COMME SA RHYZOMATISATION PAR LA NON-TRICHERIE AU FONCEMENT MÊME DE TOUTE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART.

October 5, 2017 Pierrot le Vagabond Chercheur

Une phrase extraordinaire de mon ami Michel le philosophe-cinéaste-concierge inventée lors de notre conseil d’administration de la créativité de notre groupe de recherche (Auld, Woodard, Rochette), ce matin 6h.15 am.

QUAND TU TRICHES
C’EST COMME SI TU ÉTAIS
SUR L’OCÉAN
ET QUE TU ARRÊTAIS
DE NAGER.

Ce qui m’a amené à réfléchir à tant de fausses philosophies parochiales de l’histoire de la pensée ignorant scandaleusement un axiome issu d’une tricherie historiale, historique autant que trans-systémique comme trans-historique  qui pourrait s’énoncer comme ceci:

COMMENT PEUT-ON OSER PARLER
DE L’AUTHENTICITÉ DE LA CAVERNE DE PLATON
QUI CONCERNENT QU’UNE TRÈS FAIBLE PARTIE
DES 20,000 HOMMES LIBRES d’ATHÈNES, ALORS QUE 350,000
ESCLAVE CROUPISSAIENT DANS L’ERRANCE FANTOMATIQUES CHAÎNES MÊME  DE L’ INAUTHENTICITÉ DE LEUR DÉSESPOIR DE VIVRE LIBREMENT SUR TERRE?

En ce sens, AU 21EME SIÈCLE, toute nano-théorie-planétaire doit viser à inventer, à proposer un chemin universel de la beauté du monde objective universelle par quatre simples questions de la vie personnelle œuvre d’art, FAISANT PASSER LA CONDITION HUMAINE DE L’ERRANCE FANRTOMATIQUE-AXIOLOGIQUE À L’ERRANCE POÉTIQUE POUR TOUS.

1: Quel est ton rêve?
2: Dans combien de jours?
3: qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
4: Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

Le tout menant à une nano-citoyenneté planétaire dont l’algorithme à décoder se retrouve sous la formule élégante (wow-t=2.7k), formule de la beauté du monde objective universelle à s’approcher par essai, erreur et falsifiabilité (Popper).

5: comment nos rêves prennent-ils soin de la beauté du monde?

NOTRE ÉQUIPE DE RECHERCHE
TRAVAILLE SUR L’INTRICATION
ENTRE LES LOIS DE LA PHYSIQUE QUANTIQUE-COSMOLOGIQUE ET CELLES DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLAN;ÉTAIRE, DONT LA RHIZOMATISATION CONDUIT À L’ÉMERGENCE PLANÉTAIRE DE LA COMPLEXITÉ DE LA BEAUTÉ DU MONDE OBJECTIVE UNIVERSELLE.

Le pouvoir attractif universel de la non-tricherie semble coder dans ce qu’on ressent comme beauté qualitative objective universelle.

CELA IMPLIQUE DONC
UNE CROISSANCE ILLIMITÉE
DE LA BEAUTÉ D MONDE
DONT LE CONCEPT
DU VOILE DE L’IGNORANCE DE JOHN RAWLS
TÉMOIGNE MÉTHODOLOGIQUEMENT.

Comme le dit si magnifiquement David Deutsh dans sa terminologie de la page 390

l’esthétique étant défini comme PHILOSOPHIE DE LA BEAUTÉ, l’élégance peut l’être comme la beauté des explications, des formules mathématiques etc. ce qui fait de l’élégance

UN GUIDE HEURISTIQUE VERS LA VÉRITÉ.
Le besoin de créer de la beauté objective pour permettre à des personnes différentes de communiquer.

RÉSUMÉ
DAVID DEUTSH
P.390-391
EXTRAIT

« Il existe en esthétique des vérités objectives. L’argument classique sur lequel il ne peut y en avoir est UN VESTIGE DE L’EMPIRISME. Les vérités esthétiques sont reliées aux vérités factuelles par le biais DES EXPLICATIONS, et aussi par le fait que des interrogations sur l’art peuvent émerger des situations et faits physiques. TOUS LES HUMAINS TROUVENT LES FLEURS BELLES, alors qu’elles ont évolué selon une logique sans lien apparent avec une recherche de beauté. L’EXISTENCE DE CRITÈRES DE BEAUTÉ CONVERGENTS résout le problème de la création DES SIGNAUX INTER-ESPÈCES-difficiles-à-simuler, LORSQUE L’INSUFFISANCE DES CONNAISSANCES PARTAGÉES ne permet pas à priori cette création.

———–

Il est lumineux de s’imaginer que, grâce à l’invention du téléphone intelligent, il sera bientôt possible, village par village, ville par ville de mettre en marche la nano-citoyenneté-planétaire par simple tirage au sort.

Ainsi, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, le concept DU VOILE D’IGNORANCE» de John Rawls pourra être expérimenté concrètement, permettant une séparation des pouvoirs innovatrice entre les états et les nano-citoyens-planétaires.

1: Quel est ton rêve?
2: Dans combien de jours?
3: Qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
4: Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

5: COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

———–
Le nombre d’abonnés au téléphone mobile dans le monde
Le nombre d’abonnés au téléphone mobile dans le monde 7,4 milliards d’abonnements mobiles étaient souscrits à fin 2016, selon les estimations de l’International Telecommunication Union, pour un taux de pénétration de 99,7%.
Dans le monde à fin 2016, ce sont près de 7,4 milliards d’abonnements mobiles qui étaient souscrits, soit quasiment la totalité de la population mondiale, selon les estimations de l’International Telecommunication Union. Cela correspond ainsi à un un taux de pénétration de 99,7%. 5,8 milliards de ces abonnements ont été souscrits dans des pays en développement.

Le marché approche la saturation : la croissance des abonnements n’est plus que de 2,2% par an (contre 2,6% entre 2014 et 2015 par exemple). Elle est surtout due aux pays en voie de développement (hausse de 2,5% en 2016)

————–

1847 .. 26 octobre 2017                        (POINT D’INTERROGATION) DE «WOW-T=2.7K ?…» UNE INVENTION DE MICHEL LE PHILOSOPHE-CINÉASTE-CONCIERGE QUI DONNE À LA FORMULE PHILOSOPHIQUE DE LA BEAUTÉ DU MONDE UN ÉLÉMENT FALSIFIABLE (POPPER) EN PARFAITE CONCORDANCE AVEC LES EXIGENCES DE LA RECHERCHE PHILOSOPHIQUE AU 21EME SIÈCLE

October 26, 2017 Pierrot le Vagabond Chercheur

Quel beau conseil d’administration de la créativité encore ce matin. Pendant que je buche passionnément sur des œuvres fondatrices de la portion large extérieure au cadre théorique du doctorat de notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette), Michel le soir après son travail utilisant ses talents d’esprit de synthèse, de graphiste et d’informatitien, passe ses soirées une après l’autre à réfléchir sur l’application concrète de toute cette recherche poïétique s’étalant maintenant (en ce qui a trait à notre équipe) sur une période de 10 ans.

Quand je suis arrivé hier soir, Michel était en train de souper avec Marlene et sur l’écran de son ordinateur, il y avait son design du prochain site web: Un petit film de la nasa de la terre en mouvement (dont la nasa donne une permission planétaire de reproduction) sur lequel était inscrit notre formule:

WOW-T=2.7K ?

J’étais fasciné. Cela me rappelait le long cheminement. La notion de rêve qui venait de mon grand-père et de mon père, celle de la non-tricherie qui venait de la façon dont mon père pratiquait don métier d’artiste avec sa trompette.

Puis mon arrivée dans la vie de Gérard où je suis arrivé avec un wow sur son rêve et devant la preuve qu’il ne trichait pas, je lui ai dis que j’y contribuerais. Ces quatre ans de recherche à la librairie alternative, dans un nuit et jour au tableau vert à partir nous avons publié une série de livres.

Puis, un fois les livres publiés (où à trois on signait le wow- la tricherie)surgit le besoin d’une formule comme celle d’Einstein.

Notre discussion ce soir-là au tableau vert permit d’abord de créer wow-t=g.2 (g2 voulait dire un génie en expansion) que Gérard transforma en wow-t=g3 (génie au cube).

Mais j’étais habité par des concepts que je n’arrivais pas à orchestrer: comme le pays œuvre d’art (Frank Scott), la vie privée œuvre d’art et les trois questions du pays œuvre d’art.

Un long vagabondage à la recherche des rêveurs du pays me fit rencontrer un physicien à qui j’exposai mon intuition: le big bang a produit un bruit de fond de l’univers: 2.7k. il s’agit peut-être d’une onde radio qui influe sur la synchronicité (Jung) quand une personne humaine ne triche pas.

J’avais déjà écrit Monsieur K, mon 1000 pages roman philosophique dont je transformai le titre en MONSIEUR 2.7K.

Le physicien m’encouragea à continuer les recherches. J’arrivai chez Michel et Marlene et là, à partir de nos discussions, le glossaire se précisa: la vie personnelle œuvre d’art au lieu de la vie privée œuvre d’art, la nouvelle multitude( Michel), et une quatrième et une cinquième question pour la vie personnelle œuvre d’art, puis cette invention de Michel qui m’apparait aujourd’hui tellement fondatrice: LE FAMEUX POINT D’INTERROGATION. qui rend plausible et vérifiable la formule

WOW-T=2.7K?

QUE DE CHEMIN INTELLECTUEL PARCOURU

Les 10 dernières années me firent parcourir comme vagabond la théologie catholique et protestante (à la cafeteria de l’oratoire St-Joseph), la sociologie et la phénoménologie (à la bibliotheque Bronfman de l’université de Montréal) l’histoire de l’art à la bibliotheque de l’UQAM, la science politique à la bibliotheque de Concordia, la philosophie socio-politique à la bibliotheque de l’université Mc Gill. Tout ça en harmonisant mes efforts avec les créations de sites web de Michel (www.reveursequitables.comlepaysoeuvredart.com, le paysoeuvredart.ca), 150 heures de prises de camera archivées plus une poïétique quotidienne sur l’histoire de notre créativité, plus les documentaires de Michel dont LE PAYS OEUVRE D’ART? ET LA PELLE JAUNE?

ET CE DOCTORAT QUI S’HARMONISE INTELLECTUELLEMENT GRÂCE À LA FORCE ÉQUITABLE QUE LE WOW NOUS DONNE  SANS TRICHER « si les trois ne font pas wow à un concept, pas question de ne pas refaire nos devoirs)

Grâce aux talents de programmeur, de graphiste et d’esprit synthétique de Michel, aux bons jugements qui sait déceler le point aveugle de toute argumentation de Marlene, et à l’assiduité de mes lectures au nom de l’équipe, notre doctorat prend peu à peu une forme internet.

Je disais à Michel ce matin que je verrais bien le doctorat sur internet avec des petits carrés ici et là dans le texte dans lequel on verrait en pesant dessus l’archétype hologrammique du concierge nano-citoyen-planétaire témoigner, le tout tiré des archives filmées depuis 10 ans.

——————-

——————–

1869 ….. 17 NOVEMBRE 2017

1869 .. 17 novembre 2017                (FRANK SCOTT) AU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE LA CRÉATIVITÉ DE CE MATIN, MARLENE ME DEMANDAIT: ENTRE TON ROMAN INITIATIQUE «MONSIEUR 2.7K» ET LA FORMULE DE NOTRE ÉQUIPE DE RECHERCHE «WOW-T=2.7K?…», QUEL EST LE LIEN?…. ET JE LUI AI RÉPONDU…. «LA NOTION DU PAYS OEUVRE D’ART DE FRANK SCOTT» DIXIT PIERROT VAGABOND

November 17, 2017 Pierrot le Vagabond Chercheur

«MONSIEUR 2.7K»

INTRODUCTION

Voici l’histoire de Monsieur K… , prisonnier numérique K…ui s’évade d’Internet après avoir
franchi 1000 pages dématérialisées de débrits de bitts… Son rêve, marcher la fraîcheur
existentielle de la beauté du monde sans le boulet de l’information enchaîné à l’un de ses pieds,
enfin libéré de 1000 pages de placenta ayant permis l’accouchement d’un vagabond céleste.
MONSIEUR
2.7K
(www.reveursequitables.com/presse/monsieur2.7k) 1000 pages téléchargeables gratuitement sur internet

————

EXTRAIT (p.245))
”au coin du feu”
de l’oeil ”K”…UI ECOUTE
HISTOIRE DE MA VIE…
MarieLolaMiel,
Suite…
lue numériquement
par votre “K”…anteur (e)
fichier “Kp3″

”Les filles trop intellectuelles font peur aux garçons dit ma mère….. tu vis ”K”…omme si tu étais au ”K”K”K”…ouvent. Sors de chez toi, va danser ! Ce n’est pas normal de lire du matin au soir, de passer la nuit à écouter de la poésie, d’en lire encore le matin sans même aller dormir … Il y a autre chose dans la vie.

Les mâles sont trop machistes et incultes pour qu’ils soient minimalement intéressants yeux d’une fille libre lui répondis-je.
Je rêve d’une relation égalitaire intellectuellement fidèle et sexuellement libre à la Dora Russel (The right to be happy,1927)
et Bertrand Russel (Free man worship,1903) à la Simone de Beauvoir (le deuxième sexe,1949) et Jean-Paul Sartre ( le mur, 1939) à la Mariann Scott ( la murale de la faculté de médecine à Mc Gill) et F.R. Scott (le poème Credo, 1952)

Le poème ”Credo” dit mon père?

”The world is my country
the human race is my race
the spirit of man is my God
the futur of man is my heaven”
Franck Scott, Université Mc Gill

J’aimerais bien lire son livre de poésie, Miel.

C’est de la poésie politique comme je rêve d’en écrire un jour mais sous forme de roman. Franck Scott est ce professeur de droit ”K”…onstitutionnel de l’université Mc Gill venu au cegep donner une ”K”…onférence. Non seulement est-il poète mais il a fondé le CCF (coopérative Commonwealth Federation), a agi à titre de ”K”…onseiller dans les trois plus importantes ”K”…auses de l’après-guerre en matière de droits civils au ”K”…anada: l’affaire Roncalli, l’affaire de la loi du cadenas et surtout l’affaire Lady Chatterly où,5 contre 4, les juges anglicans opposés aux juges catholiques romains ont établi que l’oeuvre n’était pas pornographique. Scott fut membre de la commission Laurendeau-Dulton

Il est à l’aube du concept de société juste
comme projet politique…

Sa compagne, Mariann Scott, est peintre abstrait. Ils sont mon idéal de couple: amoureux l’un et l’autre de la liberté de l’autre et l’un par pure passion d’une vie créatrice. C’est en ces termes que madame Scott décrit leur relation : entente et amour libre dans le respect de l’autre.

—-
AUTRE EXTRAIT DE MONSIEUR 2.7K (p.263-264)

À mon dernier jour de détention, je reçus la visite de monsieur Frank Scott, au nom de la ligue des droits de l’homme de Montréal, avec qui j’avais longuement échangé après sa dernière
conférence à l’université de Montréal.

Cet homme, âgé de plus de 70 ans et marchant à l’aide d’une canne, après m’avoir offert un service d’aide juridique au prisonnier me dit avec un clin
d’oeil complice :

” Vous savez mademoiselle, la politique est l’art de faire des artistes. Vous ne vous en êtes peut-être pas aperçue mais un jour l’histoire de ce pays pourrait bien mentionner l’esthétisme créateur de votre geste social… quoique…il sera toujours plus majestueux.. aux yeux de cette même histoire de passer par la réforme du droit plutôt que par la l’ignorance de la force. Question d’éducation, d’instruction et d’esthétisme.”

L’esthétisme ? lui dis-je?

Si un jour, on veut dessiner l’âme d’un pays par une nouvelle ”K”…onstitution, il faut penser l’état ”K”…omme une oeuvre d’art.

Ma définition de la poésie n’est pas tellement
différente de ma ”K”…onception de la vie : ”K”…réer quelque chose de nouveau et de vrai. Toute vie est ”K”…réation: la poésie est une ”K”…réation au moyen du langage. L’exploration des limites du monde intérieur de l’humain et du monde ”K”…ui l’entoure. Une sorte de”K”…ontemplation ombilicale, à partir de l’intérieur du poème, vers sa propre structure dynamique et centrale. La politique m’apparaît donc une vision créatrice de la société et en ce sens, vous venez de poser un magnifique geste d’artiste social.

Si vous décidez de choisir l’université Mc Gill pour la suite de vos études universitaires, je pourrais faire en sorte que vous obteniez une bourse au département d’études “K”…anadiennes françaises
où il est possible que j’ enseigne cette année.

Juste avant de quitter, monsieur Scott ajouta: ”Vous savez Mademoiselle, le premier objectif de l’action politique m’apparaît l’individu et son développement afin ”K”…ue le potentiel inhérent à chaque personne dotée d’un tempérament artistique ou ”K”…réatif soit pleinement susceptible d’être mis en valeur. Bonne chance et vous n’avez qu’à passer au 451 de l’avenue Clarke si vous avez besoin de conseil ou d’aide… Mariann et moi vous accueilleront avec
plaisir.”

  1. Scott me laissa un exemplaire de Jacob Burkhardt ”La civilisation de la Renaissance en Italie” où il est démontré ”K”…ue les états-cités italiens de cet âge d’or étaient ”K”…onçus comme des oeuvres d’art.

Il était donc possible d’être une artiste politique?

Cette pensée ne cessera de me rendre euphorique jusqu’à ce jour.

On me libéra deux semaines avant terme.

—-

monsieur 2.7k
extrait
p.273

Rappelez-vous de cette phrase de M. Franck Scott: celui ou celle qui découvrira la conséquence logique des deux prémisses, soit la primauté du droit individuel et l’Etat-Providence, dessinera l’Etat ”oeuvre d’art” du 21ième siècle. Avec 30 ans de recul, je réalise que le ”K”…amp SteRose où je me trouvai un travail d’été en juin 1973 représenta pour moi une partie intuitive de la solution que je rationaliserais en ce premier août 2003, de la façon suivante….

———–
p.276

Je passai plusieurs fois au 431 rue Clark à Montréal m’entretenir avec monsieur Scott et sa
compagne Mariann. J’étais subjuguée par l’idée de l’état oeuvre d’art. Devant ma passion d’artiste à
dessiner l’avenir de mon pays Scott me dit soudain:
”L’état oeuvre d’art du 20ième siècle est constitué d’une part de la primauté du droit (Kant) sur la force comme de l’individu versus la communauté et d’autre part, de la primauté de l’état-providence
(Beverridge) sur les multinationales autant que sur la langue, la religion la race ou l’ethnie. Celui ou celle qui découvrira la conséquence logique des deux prémisses, soit la primauté du droit et l’état Providence dessinera l’état oeuvre d’art du 2ième siècle. Mais comme vous le savez sans doute, qui parle d’oeuvre d’art parle aussi d’histoire de l’art. Peut-être devriez-vous aussi chercher dans cette direction ? Peinture, littérature, sculpture… Même l’histoire des religions part du fait que celle-ci pourrait se conceptualiser comme une mosaïque de systèmes poétiques et politiques.
Mais, lui dis-je, comment, sur quel sujet et avec qui faire ma maîtrise dans un tel flou?….
———
p.369-370
extrait

Les animateurs-chansonniers étaient devenus des plus habiles à ”K”…réer des explosions de joie à l’intérieur du St-Vincent et cela soir après soir. Chaque chansonnier, ”K”…omme le torero face au taureau, avait développé son style. Menaud se ”K”…ontentait de plus en plus de rechercher le passage de la fissure du temps à travers le talent d’animer de ses confrères.

Marcel Picard, plutôt chansonnier-animateur
qu’animateur chansonnier possédait l’art
poétique d’être immobile à chanter du Brassens ou du Guy Béart, avec pour seul outil d’animation le rythme lent mais ensorcelant de ses doigts sur la guitare. ”K”…omment arrivait-il à faire monter les gens sur les tables sans même bouger ni faire le moindre effort et à les faire descendre avec cette légèreté ahurissante tout en chantant des textes poétiques? Certes il y avait le personna”K”…ui dépassait l’art de chanter sur la scène et ça c’était magique, absolument magique.

Pierre David, pur animateur-chansonnier
tressaillant le ”K”…ôté dur et novateur du style
courbait le temps sans même s’imaginer ”K”…ue ce talent fut inné en lui. Il attaquait en nuances,
ensuite en ”K”…ontrastes, puis il explosait lui-même
de joie entraînant la salle dans une folie de vivre dont lui seul avait le secret.

Et il y avait Jos Leroux, animateur ou chansonnier, jamais les deux à la fois. Ce ”K”…ui lui donnait un charme primitif. Parfois le douanier Rousseau, Parfois fauve comme les premiers Matisse. Le p’tit gros sur deux pattes, qui forçait, suait, criait, pour ”K”…ue les clients embarquent. Et il ne lâchait jamais la pression de peur qu’ils débarquent. Alors chez lui, oubliez les ”K”…ourbes. Tout le monde en haut puis ça presse. Il lui arrivait de brûler sa salle. Mais il la rallumait avec passion pour ”K”…u’elle atteigne à nouveau l’orgasme de foule.

Michel Woodart, le troubadour romantique, de son côté, telles les peintures allemandes de Friedrich, passait par la délicatesse, le charme et la tendresse. Même répertoire, même façon de monter les gens debout sur les tables, mais avec une palette de nuances illustrant la bonté ”K”…ui surgissait de ses yeux. Il avait toujours l’air de dire merci au public de lui donner la chance de pratiquer le plus beau métier du monde : animateur poétique de foule.

Et tous les autres…..

———–

1870 .. 18 novembre 2017 (FRANK SCOTT) FUT POUR PIERRE-ELIOTT TRUDEAU CE QUE FUT LOUIS- MCHENRY HOWE POUR ELEANOR ROOSEVELT ET LE PRÉSIDENT FRANKLIN ROOSEVELT….. UN HUMBLE MENTOR EXCEPTIONNEL

November 18, 2017 Pierrot le Vagabond Chercheur

le 28 janvier 1968
lettre de Franck Scott à PierreEliot
Trudeau
Cher Pierre,
Je ne suis pas, comme vous le savez, un partisan libéral. je suis convaincu que si la CCF et
le NPD remportaient davantage de succès électoraux, on pourrait aplanir bien des difficultés au ”K”…anada. Les exigences légitimes du ”K”…uébec pour un partenariat plus équilibré avec le ”K”…anada auraient certainement été déjà reconnues. Mais en dépit de ma position, je tiens profondément à ce ”K”…ue le parti libéral se dote aujourd’hui du meilleur chef possible. Celuici doit être prêt à défendre une nouvelle conception du ”K”…anada et à inspirer confiance, c’est-à-dire, n’avoir rien à voir avec les vieux politiciens du Parti libéral. Surt

…——-

Bon matin, Pierre,

Un doux réveil ce matin… Quelques mots de toi… qui me promettent un délice de fin d’année. Le message d’une lectrice :

Nadia Rochefort

Message
Bonjour Claire,
J’aimerais vous dire que vous êtes mon auteure préférée. Vos romans sont captivants du début à la fin sans longueur.
Ayant lu tous vous romans, j’aimerais savoir si il y en a un autre que va sortir prochainement ou si vous êtes en écriture
Merci encore pour vos œuvres !

Et un joli cadeau : Une invitation en bonne et due forme, au Salon du livre de l’Abitibi qui se tiendra à Rouyn-Noranda, en 2023.

Je savoure.

Ce midi, nous avons un brunch dans la famille de Kevin… ses parents seront présents. J’ai hâte de les revoir. Éloïse est malade, la grippe, elle ne quitte pas le sous-sol, et hier soir, Kevin n’a pas soupé avec nous… un frisson grippal. J’espère qu’il ira mieux ce matin… Je fais tout ce que je peux pour me protéger… je me fie surtout sur mon étonnant système immunitaire…C’est agréable de voir ta complicité avec Gaëlle dans ses avancées.

Bon vendredi de tempête!

Douceurs.

Claire

—————–

c’est quand même exceptionnel cette relation si chaleureuse que ton lectorat te porte Claire… et cette invitation au salon du livre de l’Abitibi… vraiment une grande année 2023 s’annonce ici c’est le silence cathédrale nous bossons chacun à nos doctorats… bien hâte de  vivre la suite dans nos rituels

déguste….je le fais aussi ça sert à ça une relation  accordéon symphoique

Pierrot

—————

Une anecdote d’amour… savoureuse…

Bon matin, cher Pierre,

Hier, lors de notre brunch chez la sœur de Kevin, les grands parents Trigg, Murray, 91 ans et Doris, 93 ans, étaient présents. Je les ai connus il y a 30 ans, alors qu’ils étaient fringants, au tout début de la soixantaine. Aujourd’hui, ils sont recroquevillés au fond de leur fauteuil; Doris est un peu absente, mais Murray est toujours très allumé… présent pour les deux. Un beau très vieux couple.

À un certain moment, Doris a demandé une tasse de café, ce que l’une de ses filles s’est empressée de lui apporter, mais Doris ne l’a pas trouvé assez sucré. Jonah, un petit-fils s’est levé pour aller à la cuisine chercher le sucrier. Pendant ce temps, Murray fouillait dans sa poche de chemise, ce qui a fait rire Kevin et les autres.

— Dad, est-ce que tu penses trouver du sucre dans ta poche? a demandé Kevin, ce qui a fait rire l’assemblée.

Jonah a déposé le sucrier devant sa grand-mère, au moment où Murray extirpait de sa poche de chemise deux petits sachets de Splenda, un substitut du sucre, en disant :

— Doris est diabétique, alors j’ai toujours avec moi des sachets de Splenda. Elle aime le café sucré… et comme elle doit limiter le sucre…

L’assemblée s’est tue, émue…

Isabelle m’a chuchoté à l’oreille :

— J’ai bien de la difficulté à imaginer Kevin en faire autant.

Je lui ai répondu :

— Nous n’aurions pas pensé ça de Murray, il y a 30 ans… ton tour viendra, et j’en suis certaine, Kevin sera là…

Voilà pour ma savoureuse anecdote!

Ici tout va bien. Hier soir, j’ai cuisiné une bûche de Noël, pour enseigner comme faire à Joséphine… la dernière que j’en avais cuisiné une, ça doit bien remonter à 40 ans… Aujourd’hui, elle et moi, nous devons faire des biscuits en pains d’épice pour fabriquer une petite maison… Joséphine a fait le plan…  et ce soir, ce sera un souper en famille, en attendant la venue du père Noël… Je me souviens de l’époque où le 24 décembre nous allions répandre du gruau avec des petits brillants autour de la maison : le gruau pour les rennes, et les brillants pour que le Père Noël voit la maison dans l’obscurité, du haut du ciel…

Pour le souper de Noël, le 25 décembre, Murray et Doris nous ont invité à aller avec eux à leur résidence, ce sera sûrement un moment très agréable, tranquille, comme je les aime.

En attendant de te revoir, je pense à nos souvenirs ensemble… qui commence à s’accumuler joliment… et ça met de la joie au cœur…

Bonne veille de Noël à toi, et aussi à Gaëlle.

Tendre bise.

Claire

——————

quelle plume tu as Claire… si près des affects et si battements de coeur pour qui te lit… c’est un don Ici la Noel se passe dans le silence cathédrale d’une recherche intense et heureuse… les rituels de tension vers une pensée internationale en métaphysique sont solidement établis de part et d’autres…

Cette nuit Gaelle m’a exposé en 15 minutes les tenants et aboutissants de son doctorat comme si elle était pour la iere fois devant sa directrice…sa question, ses enjeux, la hiéarchie des argumentaires de son architectonie  sont d’une très grande maturité intellectuelle…Je lui ai suggéré quand même d’accompagner le toutpar un glossaire préliminaire car les néologismes y abondent même si on peut en saisirla substance dans le dybamique même de son intrigue énigmatique,…Je lui ai suggéré aussi d’enregistrer chaque rencontre avec sa directrice car… comme elle lui a dit la dernière fois son travail consistera d’abord à lui trouvé un jyry et une co direction CAPABLE DE LA LIRE….

——————

puis à mon tour je lui ai exposé les tenants et aboutissants de ma métaphysique ontikhative… Puis nous avons fait tous les deux le pari de nos rêves réciproques… elle Princeton et moi le prix Nobel de la paix…le tout est enregistré sur son portable:))))

—————

ce sera donc un Noel consacré à nos oeuvres réciproques… J’en suis à une partie fascinante… ou j’établis par mots clés les différentes métamorphoses du surgissement de l’idée même du traité des abs…

bien hâte de te revoir au jour de l’an

joyeux Noel à toute ta gagne:)))

AB

Définition

(28 mai 2022) étymologiquement …. le AB , c’est le K-OEUR …. élément central de la personne humaine …. poétiquement, le ab …c’est la matrice du CHAMP K-ONSTELLAIRE ou le k-oeur humain se réinvente sous une EUPHORIQUE D’AGRÉGATS  costumés de RÊVONS .

Discursif de base

Définition

b \ab\ masculin

  1. (Mythologie égyptienne)Cœur, élément central, partie de l’âme humaine.
  • Spécialistes de l’observation, du sondage de la richesse de l’univers, et de la recherche du savoir, les Égyptiens ont dégagé de cet univers 9 éléments constitutifs de la personne humaine à savoir : Le Kat, le Sahu, le Ab, le Ka, le Ba, le Khaibit, le Khu, le Sekhem, le Ren. Voyons à présent point par point la signification et l’importance de chaque élément.
    […]
    Le 
    Ab : c’est l’élément central de la personne humaine, c’est le cœur, muscle noble, siège de la vie et du comportement moral c’est-à-dire source du bien et du mal, élément fondamental de la vie humaine.— (Messack Pock, Conception africaine de l’homme, in Nathanaël Ohouo (éditeur), Dieu et l’homme : éléments d’anthropologie pour chrétiens et églises d’Afrique, Éditions CLÉ,

Selon un des sens du dictionnaire…. il est dit que …. le ab …. c’est l’élément central de la personne humaine, c’est le K-œur, muscle noble, siège de la vie et du comportement moral c’est-à-dire source du bien et du mal, élément fondamental de la vie humaine.

Ajoutons cependant que …dans le glossaire K-onstellaire du traité des abs …. (Un AB, poétiquement , c’est …aussi …. un champ constellaire de ABS …..   à partir duquel le K-OEUR HUMAIN  se ré-invente sous une euphorique d’agrégats costumés de RÊVONS ….ou ….le même  ….. AB ….. sous forme intriquée de ABS se métamorphose de MÊME en MÊME (dans le sens de Dawkins) ….  sous des costumes D’ABS-SENS CRIBLÉS D’ABSOLUS) …. dans le grand bal masqué de L’ABS-POÉSIE de L’ABS-XISTENCE MULTIVERSIELLE HUMAINE.

L’abduction (Peirce) se caractérise particulièrement par l’importance donnée au ? (point d’interrogation) précédant hiérarchiquement l’importance donnée à la question….

Tant qu’on N’ENSEIGNERA PAS…. aux doctorants à être des peintres de chef d’œuvre de leur pensée abstraite, qu’on ne séparera pas la guidance méthodologique du respect incontournable de l’évolution abductive de la problématique, on ne pourra aspirer à des doctorats d’invention… DES PEINTRES OEUVRE D’ART DE LA PENSÉE ABSTRAITE NE S’ÉPANOUISSENT QUE DANS ET PAR LA PENSÉE ABDUCTIVE RESPECTÉS DANS LE FIL D’OR DE LEUR PROBLÉMATIQUE.

Depuis plus de 12 ans maintenant, notre équipe de recherche multi-contextuelle (Marlene la jardinière, Michel le concierge et Pierrot vagabond-chercheur) réfléchissons à cette question en ***MISANT*** (Michel) sur l’opérationnalité d’UNE INVENTION JAILLISSANT DE L’INTUITION, telle que définie par le mathématicien Pointcarré, métamorphosée en ABDUCTION par Peirce pour être finalement orchestrée en CONSTRUCTIVISME RADICAL par Lemoigne.

LES NOTIONS DE TRICHERIE ET DE NON-TRICHERIE seront déposées paradigmatiquement comme deux axiomes fondateurs de notre argumentaire, et cela au sens où trois questions secondaires en découleront nous semblent-t-ils, nécessairement…

MES CENT CHANSONS FURENT DES HOLOGRAMMES EN ACTION QUI TÉMOIGNENT DES TROIS LOIS DE L’ARCHITECTONIE DU CHAMP CONSTELLAIRE DE TOUTE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART, CODÉES DANS L’ALGORITHME DE JUSTICE SOCIALE (WOW-T=2.7K?)… CES TROIS LOIS ÉTANT… L’ONTI-K-ATION, L’INTRI-K-ATION ET LA RE-K-OHÉRENCE… LE TOUT PRODUISANT UN CERVEAU FRACTAL MULTIVERS SOUS MODE DE BROSSES D’ÊTRE ET D’ATTAQUES D’ÊTRE

Le grand mathématicien Pointcarré , dans sa méthode de la science en 1908 ne pouvait être plus clair: toute découverte est crée par la logique comme toute invention jaillit de l’intuition pure…. Pointcarré, étant un ami de Bergson et de William James, remit sa formule de l’intuition (qu’il imposa d’ailleurs à l’académie française de l’époque comme un item de son dictionnaire en échange de son admission, remit un exemplaire de son livre non réédité depuis à James qui créant le pragmatisme avec Peirce (qui en colère signan plutôt le pragmaticisme), intuition à partir de laquelle Peirce inventa L’ABDUCTION (intuition à la puissance K)….. Et voilà que cette nuit, vint dans mon demi-sommeil l’abduction-intuitive sous forme d’un plan de match….. 1) Toute ON-TI-KE DE L’EXISTENCE ne peut vivre autre chose que l,errance fantomatique (dominé) ou l’errance axiologique (dominant)

Toute décision de ne pas tricher avec SA LIBERTÉ OEUVRE D’ART conduit nécessairement à l’errance poétique par l’émergence soudaine d’un champ constellaire permettant non seulement la serre d’où nait un rêve big-bang, mais la métamorphose de la forêt des désirs en cordes antitropiques se vivant sous les trois lois même de toute vie personnelle œuvre d’art en marche vers son rêve big-bang: la loi de l’onti-k-ation, la loi de l’intri-k-ation et la loi de la ré-k-ohérence…

De ces trois lois découlent nécessairement LES BROSSES D’ÊTRE ET LES ATTAQUES D’ÊTRE que l’on retrouve dans la littérature mystique, du cantique des cantiques de la bible en passant par les illimunés de la iere moitié du 16eme siècle (le père Coton, le père Surin, le père Alvarez, Thérèse d’Avila, Jean de la croix, Marguerite Bourgeois) jusqu’aux mystiques laics du 20 eme siècle (Mandela, Sangers, Martin Luther King, Gandi)…

Le vagabond céleste, dans sa marche onérique d’une question à l’univers (si je prends soin de l’univers, Est-ce que l’univers prend soin de moi?) à une question -SONGE posée au multivers (si je prends soin du multivers, Est-ce que le multivers va prendre soin de moi) ……………. au ?/! point d’interrogation à l’écoute du point d’exclamation multiversien et de tout rêve big bang dont la masse critique est un…..et des rêves big bangs infinis-un   du multivers,

inventée fractalement comme des confétis dans un ciel de fête…

PAR LES 100 CHANSONS DU VAGABOND CÉLESTE (ARCHÉTYPE HOLOGRAMMIQUE MULTIVERS) …………   DES SLIDES-SONGES …… DEVENANT AINSI LA CLÉ-ARCHITECTONIQUE DES TROIS LOIS D’UN CHAMP QUANTIQUE DE TOUTE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART PEINTE SUR MA ROUTE. (ONTI-K-ATION, INTRI-K-ATION, RE-COHÉRENCIATION…

Mes chansons ne furent jamais des chansons… mais des laboratoires, des trous de vers paradigmatiques entre l’onti-ke et l’onti-k-ation des quatre questions de toute vie personnelle œuvre d’art.

1: Quel est ton rêve?

2: Dans combien de jours?

3: qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?

4: comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

Le tout menant à la cinquième question, propédeutique à l’invention de la nano-citoyenneté-planétaire

5: Comment nos rêves prennent-ils soin de la beauté du monde?

Pierrot vagabond, au nom , par et pour notre équipe de recherche, (Auld, Woodard, Rochette)

————–

Journal de bord 2023

MÉTHODOLOGIE DE L’ONTIKHATION //// IDÉES ÉTERNELLES (PLATON) ////  SCHÈME ///// CHAMPS K-ONSTELLAIRES ///// OBJETS IMPOSSIBLES DE MEINONG //// ABJET ////// ÉTIQUETTE ///// CONCEPT //// ABCEPT ///// INTUITION //// ABDUCTION ///// ABS-MMUNICATION //// TRAITÉ DES ABS /////

—————

2973… 23 AVRIL 2019,

CE QUE PLATON CROYAIT ÊTRE DES IDÉES ÉTERNELLES… N’ÉTAIENT FINALEMENT QUE DES SCHÈMES SIGNÉS DE DIFFÉRENTES FORMES DE CHAMPS CONSTELLAIRES SURGISSANT DE LA DÉCISION DE TOUTE PERSONNE HUMAINE DE NE PAS TRICHER AVEC SA LIBERTÉ DE FAIRE DE SA VIE UNE OEUVRE  D’ARTAU SERVICE D’UNE HUMANITÉ OEUVRE D’ART EN DEVENIR

APRIL 23, 2019 Edit

Notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) fonderons notre doctorat sur une invention épistémologique, soit ce que nous dessinerons comme UNE MÉTHODOLOGIE DE L’ONTI-K-ATION.

Dans notre vision d’une épistémologie nano-constructiviste (au sens des incertitudes liées au monde quantique même) nous avancerons le principe que le passage de la tricherie à la non-tricherie correspond au passage de l’onti-k-e à l’onti-k-ation.

C’est en ce sens que LA DÉCISION DE NE PAS TRICHER, définie comme le respect en soi de la liberté de faire de sa vie personnelle une œuvre d’art au service de l’humanité œuvre d’art en devenir… provoque le jaillissement D’UN CHAMP CONSTELLAIRE.

LE JAILLISSEMENT D’UN CHAMP CONSTELLAIRE trace la minorisation graduelle des deux formes de l’errance onti-k-e (l’errance axiologique des dominants, l’errance fantomatiques des dominés)  hologrammant une forme onérique-constructive  d’une errance en mode d’onti-k-ation, soit L’ERRANCE POÉTIQUE (rêveurs et rêveuses big bang).

Un champ d’une errance poétique se dit CONSTELLAIRE parce qu’il en-corde les désirs conflictuels (la théorie des cordes) de façon à provoquer par la dynamique de trois lois quanto-cosmologiques ( la re-k-ohérence, l’intri-k-ation et la syn-k-roni-vie-té) l’émergence d’un rêve big bang porteur des 4 questions propédeutiques à toute vie personnelle œuvre d’art.

1: Quel est ton rêve?

2: Dans combien de jours?

3: Qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?

4: Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

Lois du champ constellaire à partir desquelles notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) a inventé un algorithme de justice sociale (wow-t=2.7k?) qui, dès que crypté par l’institut d’intelligence artificielle du Québec, par une application disponible sur des milliards de téléphones intelligents, pourra permettre LE SOULAGEMENT DE LA MISÈRE, CONDITION HUMAINE  DE CENTAINES DE MILLIONS D’ENFANTS MOURANT DE FAIM OU DE BLESSURES DE GUERRE…

soit, l’invention de la nano-citoyenneté-planétaire , 2 assemblées des justes (125 hommes et 125 femmes) se penchant sur la cinquième question de toute vie personnelle œuvre d’art:

COMMENT NOS RÊVE SPRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

Pierrot vagabond

au nom, par et pour notre équipe de recherche, Auld, Woodard, Rochette

————–

2977… 28 AVRIL 2019,

UN PHILOSOPHE INITIE, UN PROFESSEUR DE PHILOSOPHIE ENSEIGNE…. LA DIFFÉRENCE ENTRE LES DEUX, LE DRAP BLANC DE PYTHAGORE

APRIL 28, 2019

Il y a deux sortes de connaissances: la connaissance exotérique qui s’enseigne sous forme de programme (sujet, objet, projet) , et une connaissance ésotérique , qui initie à devenir maître de rien mais peintre du tout universel (soit ce que les initiés vivent sous forme de L’ABJET), fondement même de l’abduction destructiviste de toute connaissance stratifiée et de la perroquetterie qui en découle).

L’histoire dit que Pythagore ne permettait à aucun enseigné de franchir le drap blanc en arrière duquel une voix (parfois la sienne mais surtout celle de ses initiés) enseignait… et cela pendant 5 ans…
L’enseigné n’ayant droit qu’au professeur de philosophie et des bribes de son savoir EXOTÉRIQUE.

Mais dès que l’enseigné franchissait le drap blanc, il devenait initié.. SOIT INITIÉ AU SILENCE DES PEINTRES DE LA PENSÉE ABSTRAITE ABDUCTIVE COMMUNIANT ÉSOTÉRIQUEMENT AUX ABJETS… soit des inventions pures uniques ;a chaque peintre des harmonies mathématiques.

—————
J’utilise une posture burlesque comme une forme de drap blanc quand je veux séparer par un drap blanc ce qui va à l”exotérique comme ce qui va à l’ésotérique.

Ce qui me permet l’anonymat pour inventer le vocabulaire-peintre de ma langue…

ex:

LA MÉTHODOLOGIE DE L’ONT–KHA-TION

LA BLOGUÏÉTIQUE,

LES TRANSMAGES

LA RECOHÉRENCE DU MULTIVERS

LA DÉSÉMERGENCE DES FORMES ÉCONDUITES

LES RÊVONS

LA TRANSMUANCE D’UN RÊVE BIG BANG

Au fond, mon doctorat ne portera que l’armature d’une langue ésotérique, les billots de la rivière St-Maurice devenant des débris de mémoire culturelle servant de bouées de sauvetage impossible à de millions d’enfants-errants-fantomatisée qui coulant au fond de l’on-ti-KE parce que l’ONTI-KHA-TION par la nano-citoyenneté planétair en’a pas encore été inventée.

Dans ce doctorat par notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) par leur amour œuvre d’art, tel un arc-en-ciel au dessus de la rivière, des videos transmagés ancrés dans l’ésotérique de chaque rive ( l’archétype hologrammique de Marlene la jardinière à gauche et l,archétype hologrammique de Michel le concierge à droite) se métamorphosent…

EN KHA-MERANCE… recohérisées multiversisés de rêvons sous forme d’errance poétique faisant de la rivière des billots fantomatisés, l’espérance d’une humanité œuvre d’art en devenir.

A cause de l’amour œuvre d’art arc-en-ciel, la rivière St-Maurice coule en moi comme je coule en elle sous le cri de Munch des millions d’enfants qui se meurent de faim ou de blessures de guerre, comme Van Goh s’écroulait de tristesse en peignant le ciel étoilé quantique-cosmologique, le chapeau de paille serpenté de chandelles au frémissement ontologique universel.
————–
Je me rappelle, je dormais dans la cave de recyclo-livres depuis 4 ans pour résoudre l’équation du pays œuvre d’art (wow-t=g.3 , celle de Gérard Cadieux)…

Un matin, on vient me voir…il manquait un prof de philo au cegep… on me demandait de venir enseigner la même semaine… J’avais faim, épuisé, mais pour moi passer de philosophe à prof de philo me semblait un scandale… Je n,avais pas fait tout ce chemin d’initiation de brosses d’être et d’attaques d’être pour en arriver à cette perroquetterie insignifiante d’un programme gouvernemental insipide…

J’Écrivis un courriel pour dire que j’avais horreur d’u n cours, si peu préparé soit-il préparé… les étudiants n’avaient qu’à aller sur internet.. tou ts’y trouve de nos jours… pas besoin de cours pourr vivre la liberté de philosopher, et surtpout pas besoin de professeurs qui sacrifient la recherche philosophique fondamentale du peu de philosophe qui reste en eux.

————–

«ÉCRIS COMME SI TU ÉTAIS SEUL DANS L’UNIVERS ET QUE TU N’EUSSES RIEN À CRAINDRE DE LA JALOUSIE ET DES PRÉJUGÉS DES HOMMES… OU BIEN TU MANQUERAS TON BUT» PRÉFACE DES ÉDITIONS COMPLÈTES DES OEUVRES PHILOSOPHIQUES DE LA MELTRIE

June 14, 2017 Pierrot le Vagabond ChercheurEdit

J’adore cette citation de La Meltrie (contemporain de Diderot) qui malgré tout eut besoin d’écrire une œuvre polémique destinée à frayer la voie à une théorie.

Toute théorie est constituée d’un prosélytisme déguisé et bien camouflé par un axiome qui finit par se faire passer grâce à un arsenal logique pour un a priori fondateur.

De là l’importance de l’anonymat d’une recherche aléatoire accompagnée par une méthode de lecture analogique où toute l’architecture de la pensée repose sur la pensée constructiviste matérialiste logique d’un château de sable d’un enfant inondé d’amplitude sur le bord de la mer de son jeu igné de la raison même d’un univers en feu.

La nano-citoyenneté-planétaire est une simple trace rhyzomique d’un vieux monsieur dans le fil d’or issu de l’énigme même du cantique des cantiques illuminé par une amitié inouie entre une jardinière, un concierge et un vagabond dans leur infrastructure archétype hologrammique de la condition humaine vécue dans un optimisme que n’aurait pas renié Shawfestbury.

Les fautes de Français pour moi, ce sont des fautes orchestrées contre les peintres pompeux du langage formel. Il faut se méfier des formulations trop lisses, des argumentaires trop logiques, des intuitions trop assagies.

Être à ce point heureux qu’on ne vise qu’une mort aussi paisible que celle d’Épicure. Et que surtout rien ne reste qu’une étiquette ou deux (la nano-citoyenneté planétaire et la nano-modernité par exemple) qui voyage à la vitesse rhyzomique du téléphone intelligent pour les enfants de cette planète terre en quête d’errance poétique pour leur droit inaliénable à une vie personnelle œuvre d’art.

——————

 3279, 23 juin 2019

QUELLE NUIT SOMPTUEUSE OÙ DES ABDUCTIONS FONDATRICES POSENT DE NOUVEAUX AXIOMES AU SENS DE LA VIE … AU SENS OÙ… CE SENS DE LA VIE SERAIT RELIÉ AU PASSAGE À TRAVERS LE CORPS (LABORATOIRE OEUVRE D’ART) PAR L’ENTRÉE DES QUALIAS À LA SORTIE DES MÊMES QUALIAS EN QU-W-ALIAS (W=WOW-T-2.7K?)… c’EST EN CE SENS QUE LA MÉTHODOLOGIE DES DÉBRIS DE LA MÉMOIRE DU COEUR CONVOQUE PAR LA DÉCISION DE NE PAS TRICHER À UN COEUR MÉTHODOLOGIQUE D’INTRIK-H-ATION ONTHI-K-E D’ANCIENS DÉBRIS DE MÉMOIRE EN BEAUTÉ DU MONDE PAR LA CINQUIÈME QUESTION DU PAYS OEUVRE D’ART: COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

June 23, 2019 Pierrot le Vagabond Chercheur

J’ai vécu une nuit de recherche tout à fait inspirante. Je comprends Kant pour qui chaque moment de sa journée était vécu en fonction de son invention de concepts révolutionnaires. Il mangeait toujours la même chose, se réveillait toujours à la même heure, prenait toujours sa promenade dans le même jardin. Un nuit et jour drastique, discipliné et en même temps féérique.

Ce 6000 pages de bloguïétique m’a permis une longue maturation enrichie par un trialogue au quotidien (Marlene la jardinière, Michel le concierge et Pierrot vagabond)

Depuis plusieurs mois, J’avais pris comme axiome fondateur de ma vie de chercheur-vagabond le devoir de considérer mon cerveau comme un ASTRONAUTE FLOTTANT DANS L’INFINI DE MON CORPS».

Puis j’y ai ajouté le fait qu’à tous les deux heures, je promène mon cerveau comme on promène son chien parce que MON CERVEAU EST LE MEILLEUR AMI DE L’HOMME.

Mais cette nuit, j’ai vu clairement que le laboratoire d’errance poétique qu’est devenu mon corps par un Everest du moins que rien ( je ne nourris plus mon corps en ce moment que par 2 tranches de pain par repas et une banane et de l’eau) fait en sorte que tous les mouvements de ce corps pendant que je dors est effectué en vue de créer sans me réveiller… à tous les 4 mouvements, mon bras tombe sur mon stylo UQAM et mon cahier où je griffonne quelques signes pour me rappeller de continuer à explorer conceptuellement sur ces abductions surgissantes de ma joie d’être un chercheur.

Je dors sur une sorte de lit constitué de 4 pattes et une planche (parce que sur une planche, un corps, comme un poulet sur un grill) n’a pas le choix de tourner… J’ai entre mes bras une espèce d’oreiller dur et rond, mon corps est bien enveloppé dans un sleeping… et ma nuit se vit comme un lieu géographique de recherche quanto-cosmologique.

Au sens où, je fonctionne selon les paramètres de la physique quantique (intrik–ha-tion, décohérence, recohérence, théorie des cordes, mondes multiversiels) , de notre algorithme de la justice sociale (wow-t=2.7k?» en symphonie planétaire (2.7k?, synchroni-vie-té et nano-citoyenneté-planétaire)

De là l’événement de cette nuit… LE PASSAGE LABORATISÉ DES QUALIAS (inscrits à l’entrée de la méthodologie des débris de la mémoire du cœur) aux QWALIAS ( inscrits à la sortie de la méthodologie du cœur réinventant par des débris de mémoire la mémoire multiversielle de la cinquième question du pays œuvre d’art: «COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?»

En conséquence de quoi, je saisis un peu mieux maintenant pourquoi je veux retourner, après notre doctorat (Auld, Woodard, Rochette) à La Tuque sur les lieux de mon enfance à dessiner les qwalias de mon enfance tracés par mon ppère Roger Rochette qui a toujours refusé DE TRICHER AVEC SON RÊVE.

à suivre…

Pierrot vagabond-chercheur (Auld, Woodard, Rochette)

Nous avons discuté d’un projet avec David, ce soir.
Je t’en parle plus tard…
Tu as raison… le meilleur pour nous est à venir.
Douceur.
Bonne nuit!
Claire

Claire Bergeron

—————-

la grande joie d’être un chercheur dévoué à son oeuvre métaphysique

Chère Claire

Depuis que je suis arrivé à Sherbrooke , j’ai parcouru la ville, ses cafés, ses lieux publics, ses bibliothèqyues… afin de trouver ce lieu ou je pourrais reproduire mon local sans fenêtre de l’uqam ou je pourrais me consacrer à la recherche hors temps, hors réalité hors servitude…. Ce qui était exceptionnel, c’est que je pouvais y passer la nuit comme le jour… le local étant ouvert nuit et jour.

J’avais emprunté la carte d’étudiant d’Alexis … que j’avais accompagné dans sa maîtrise dont je te livre ici quelques extraits ou il parle de mon errance poétique comme vagabond céleste:)))

————-

LES FORMES AXIOLOGIQUE, FANTOMATIQUE ET POÉTIQUE DE L’ERRANCE À L’ŒUVRE DANS LES FILMS DE FERNAND BÉLANGER

Lemieux, Alexis (2016). « Les formes axiologique, fantomatique et poétique de l’errance à l’œuvre dans les films de Fernand Bélanger » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en communication.

 

LE MÉMOIRE DE MAÎTRISE D’ALEXIS LEMIEUX[1] ENFIN NUMÉRISÉ AU SITE SUIVANT:

http://www.archipel.uqam.ca/8538/1/M14188.pdf
extrait p.3

L’historique de l’errance, et des errants axiologiques, fantomatiques et poétiques, se représente sous des figures d’errance qui ont traversé les siècles : Comme Ulysse et le mythe grec qu’il a incarné, les personnages légendaires tels que le chevalier errant (11-12eme siècle) et le juif errant (au 16eme siècle). Puis les personnages fictifs d’œuvres littéraires comme Don Quichotte (Cervantes 17eme siècle) Robinson Crusoé (Defoe 18eme siècle), Goldmund (Hesse, 20eme siècle). Puis ont existé des êtres religieux, qui ont potentiellement vécu une errance ascétique, comme l’ermite François d’assise (12eme-13eme siècle) au moyen-âge, suivi de son successeur l’ermite Ignace de Loyola (15eme-16eme siècle) et le vagabond-conteur Jean de la Fontaine (17eme siècle). Puis apparaît la modernité au 19eme siècle avec ses poètes et ses philosophes errants tels que Henry David Thoreau (1817-1862), Friedrich Nietzsche (1844-1900) et son personnage Zarathoustra (ainsi parlait Zarathoustra) et nul autre qu’Arthur Rimbaud (1854-1891). Il y eut aussi ces voyageurs qui ont vécu des moments d’errance sans avoir fait de leur vie une errance prolongée ou perpétuelle: Alexandra David-Neel (1868-1969), Nicolas Bouvier (1929-1998) et Serge Daney (1944-1992).

Plus près de nous au Québec et au Canada, il y eut des générations d’errants après l’arrivée des colons en Nouvelle-France. Quelques figures de l’errance sont à considérées parmi les coureurs des bois: les personnages historiques dont le fameux cartographe David Thompson (1770-1857) et son parcours impressionnant, «les canadiens errants» exilés ou déportés en Australie ou ailleurs sur des îles inconnues, les vagabonds comme le survenant ou le quêteur officiel de tous les villages de la province, les peintres québécois errants: Ozias Leduc, Paul-Emile Borduas et Jean-Paul Riopelle parmi d’autres, le «clochard céleste» tel que Jack Kerouac (1922-1969, le robineux de Montréal et son confrère itinérant, et «le vagabond céleste» comme Pierrot Rochette (1949- ), un allumeur de rêves. Toutes ces figures de l’errance au cours de l’évolution de l’humanité ont participé à la richesse et à la différence de la personne humaine à travers les frontières, les géographies, les histoires, les pays, les cultures, les disciplines, les types de déplacement et les formes d’intelligence multiples de nos congénères errants …..

—–
extrait p.48…

L’errance poétique, c’est l’itérare qui « gagne » sur l’errare dans le sens qu’il s’agit de la racine proéminente et qui a le plus grand potentiel de croissance. L’errance poétique est par la profondeur de la quête qui prend souvent la forme d’un voyage initiatique (intériorisé il peut prendre la forme d’une errance immobile) ou vécu dans l’espace par le biais du déplacement inhérent à un but ou à une quête. La racine ITERARE (elle très souvent positive) parvient à faire du sens et à dynamiser la vie d’une personne. Elle est appelée à la réalisation et à la concrétisation d’un projet ou d’un rêve. Elle apporte de l’équilibre dans un monde désordonné ou chaotique ou la racine ERRARE DE L’ERRANCE est de plus en plus courante. Il y a plusieurs individus qui ont réalisé de type d’errance positive : Paul-Emile Borduas, Pierrot Rochette, Mylène Paquette.

Les expressions « errance axiologique », «errance fantômatique» et «errance poétique» ont pris naissance dans le cadre de nos discussions avec Pierrot Rochette , au cours des deux dernières années. Durant ces moments de partage, nous avons abordé le thème de l’errance sous différents angles.

L’APPORT DE PIERRE ROCHETTE SUR LE PLAN DE NOS RÉFLEXIONS THÉORIQUES EST INDÉNIABLE, NOTAMMENT SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RACINES « ERRARE » ET « ITÉRARE ».

Lors de notre première rencontre, au MUSO situé à Salaberry-de-Valleyfield, où nous travaillions au mois de mai 2013, Pierrot Rochette s’est enthousiasmé pour notre thème de l’errance par sa pratique du vagabondage. Quant à nous, notre curiosité portait sur ses errances.

Par la suite, nous nous sommes rencontrés à Montréal, notamment à l’UQAM et en périphérie. Le site CENTERBLOG.NET retrace une portion considérable de nos correspondances qui font état de nos échanges théoriques. Ces échanges théoriques demeurent accessibles en ligne sur ce site (nous possédons une copie manuscrite de ces correspondances).
——-
extrait p.51

Le quatrième chapitre de notre étude porte sur le concept « d’errance poétique ». Et nous ferons surtout référence aux lettres de Paul-Emile Borduas et des écrits de Gilles Lapointe qui suggèrent l’errance de Borduas. Puis nous ferons un aparte sur l’errance de Pierrot Rochette qui est, selon nous, UN PARFAIT ERRANT POÉTIQUE…….

————
extrait p.123…

Les peintres québécois Jean-Paul Riopelle, Paul-Emile Borduas, et Ozias Leduc sont des exemples de créateurs ayant vécu une errance poétique par l’aventure trépidante de leur projet artistique. De la même manière qu’eux, l’errant chansonnier poète Pierrot Rochette a fait de sa vie vacillante une errance-quête (mercredi 22 avril 2015, information du nord Ste-Agathe,17) ponctuée de passages et d’arrêts, une danse de la marche, « pour vivre sa vie

[1] (ERRARE/ITÉRARE) (Étiquette tirée du précis glossairique de ce doctorat)

Dans le blogue du ier mars 2015, (www.surmonter la dépression.centerblog.net /26/citations/ de/nelson/mandela) Nous écrivions : COMMENT J’AI RENCONTRÉ ALEXIS : J’étais vagabond avec mon bâton, mon sac à dos et ma guitare, je crois. Et je suis passé à Valleyfield devant le musée régional. Alexis était là sur le trottoir avec une collègue (Jeanne), faisant une promotion intelligente de ce musée auprès de la population passante. Je lui ai dis que je vagabondais depuis 6 ans pour un doctorat. (C’était il y a deux ans).  Il m’a dit qu’il travaillait pour sa maîtrise en cinéma sur le thème de l’errance dans le corpus de production des films de son oncle Fernand Bélanger. Je suggérai que nous travaillions ensemble sur une réflexion argumentative de calibre universitaire. Il m’invita à la cinémathèque québécoise où durant près d’un mois, il présenta les œuvres cinématographiques de son oncle, sous le thème de l’errance.

Et c’est là que je me suis rendu compte que tout ce qu’Alexis argumentait au sujet de l’étiquette   «errance» ne correspondait absolument pas à ce que j’avais vécu dans mon vagabondage. Nous avions donc une confusion sur l’étiquette et ses attributs (que j’avais déjà notées et au colloque de l’uqam sur l’itinérance, où j’étais le seul errant présent et dans les différents dictionnaires, encyclopédies et œuvres bibliographiques).

Et c’est là qu’Alexis et moi, systématiquement et passionnément, nous nous sommes interrogés sur le pourquoi de cette confusion. De longues heures à commenter nos lectures, jusqu’à ce que par hasard, je découvre Dominique Berthet et les racines de l’errance (errare/itérare). Mais nous nous sommes vite rendus compte que cette présentation statique rajoutait de la confusion.

Tout en analysant les films de son oncle, Alexis et moi nous nous rendions bien compte que, dans chacun de ses films, il y avait une part d’errare et une part d’iterare, MAIS JAMAIS DANS LA MÊME PROPORTION. Et c’est cette minutieuse analyse qui nous a conduit à dynamiser l’errance en trois sortes de dynamiques possibles : L’ERRARE SUPÉRIEUR À L’ITÉRARE (FANTOMATIQUE …….. L’ERRARE ÉGAL À L’ITERARE (AXIOLOGIQUE) …. L’ITERARE SUPERIEUR À L’ERRARE (POÉTIQUE).

Là où nos deux recherches se séparent en des champs de questionnements complémentaires mais différents, c’est que d emon côté, je me suis rendu compte que l’errance pouvait être attribuée à toute personne humaine sur terre, à cause de sa naissance et de sa mort … DONC NOUS SOMMES TOUS ET TOUTES DES ERRANTS ET DES ERRANTES PLANÉTAIRES.

Mais bien plus, trois questions reviennent depuis l’homme des cavernes : QUI SOMMES-NOUS ? D’OÙ VENONS-NOUS ? OÙ ALLONS-NOUS ? Les questions unissent fraternellement, les réponses désunissent a-socialement. De là le passage des errances esclavagistes (fantomatiques/axiologiques) à l’errance de liberté poétique par les quatre questions de toute vie personnelle œuvre d’art : 1) Quel est ton rêve? , 2) Dans combien de jours?, 3) qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?, 4) Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

—————– 

————————- 

———————————- 

Me voilà donc enfin ancré …. Une chance que c’est pas ouvert jour et nuit… car je reprendrais ce rytmpe de recherche qui m’a tant rendu heureux:)))))

p.s

tu sais comme j’aime David…. qui m’apparaît de plus en plus être le diamant de ton amour pour les tiens…..

Bien hâte de vous revoir tous les deux

Pierrot

—————

 

cet après-midi David à expédié notre manuscrit à Michel Ferron, PDG des Éditions Un monde différent. Ce dernier lui à répondu dans l’heure qu’il en avait lu plusieurs pages, et que ça lui paraissait exceptionnel…
Il a promis de lui en donner des nouvelles sous peu.
Je te tiens au courant.
Bonne soirée,
Claire

————–

Tes massages…

ai une petite douleur dans l’épaule droite depuis deux jours… tes massages me manquent.
Claire

————

Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>

mar. 17 janv. 18:21
À Claire, moi

encore une fois tu es pile dans la stratégie

j,entendrai quelques jour

et je te soumettrai ma réponse

avant de l’envoyer…

 

notre couple passe avant tout

—————-

c’est la fête à Michel Woodard aujourd’hui

————–

les massages sont un rituel essentiel dans notre épopée amoureuse Claire

bien hâte de reprendre le tout

—————-

Cet après-midi David à expédier notre manuscrit à Michel Ferron, PDG des Éditions Un monde différent.
Ce dernier lui à répondu dans l’heure qu’il en avait lu plusieurs pages, et que ça lui paraissait exceptionnel…
Il a promis de lui en donner des nouvelles sous peu.
Je te tiens au courant.

 

wowwwwwwwwwwww

wowwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwww

wowwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwww

 

2023 va être une année fantastique

 

Gaelle vient de terminer une présentation pour une expoisition dans une galerie

d’art directement en rapport avec son doctorat

 

vraiment… tout roule

je t’aime

 

Pierrot

————-

Je suis à organiser notre croisière à Hawaï pour l’été prochain.

Nous partirons du 9 août au 20 août…

La croisière est du 12 au 19 août, mais avec David, nous avons décidé de passer 3 jours à Honolulu avant de prendre le bateau…

Ça m’enthousiasme!

Quels beaux moments à venir avec David et Édouard…

 

Tu es dans mes pensées.

Douceur.

Claire

—————

autant quand j,arrive dans notre épopée amoureuse, je suis un teflon convaincu de la qualité de notre rituel autant quand je retourne à Sherbrooke, je revisite le nuit e tjour, hors temps, hors réalité hors servitude… consacré nuit et jour à un rêve fou… un doctorat conduisant à la nano-citoyenneté-planétaire:)))

 

J’ai vraiment trouvé mon ancrage en bibliothèque… Il ne reste plus que 9 jours avant notre séquence de lenteur…

 

Je co nti nue à bosser

je t’aime

 

Pierrot

 

————-

Cher Pierre,

Je reviens de voir Édouard jouer au hockey, et dans quelques minutes nous partons pour St-Jérôme voir la compétition de patin d’Evangeline.Je vais revenir coucher chez moi… alors je t’écris à mon retour à la maison.

Je  t’aime.

Claire

————–

Très cher Pierre,

Je suis rentrée chez moi à 9 heures ce soir, et je n’avais pas soupé… j’ai mangé un gruau avec des noix et de atacas, et me voilà prête à aller au lit.

Ce soir, j’ai l’âme… non, j’ai le corps à la tendresse…Il me semble que ce serait délicieux de pouvoir me glisser dans tes bras, contre ton corps chaud, sentir tes mains si douces sur ma peau nue…Tu vois, je parlais de nous laisser des empreintes qui nous donnent le goût de revoir l’autre… C’est acquis… j’ai un désir de toi, bien ancré dans ma mémoire sensuelle…  Le plus merveilleux, c’est de savoir que ces moments d’une tendre intimité nous serons bientôt redonnés…

Merci d’être toi… et de m’aimer autant…

Je t’aime.

Claire

—————

 

Ce soir, je lisais ton livre : L’île de l’éternité de l’instant présent.

Le passage suivant m’a fasciné… ramenant à ma mémoire un poète qui cherchait une oreille unique…

Bonne nuit, cher Pierre!

« Renaud n’a jamais été à la recherche
Des fascinantes tu sais
Il m’avait d’ailleurs donné ce surnom
À plusieurs reprises…
Non il cherche une muse.
C’est l’homme d’une seule femme
Qui passe de femme en femme
Parce que seule la muse peut lui permettre
D’être poète vingt-quatre heures par jour
Sept jours par semaine
Sans que, comme femme, elle se sente
Menacée ou incommodée.
La fascinante nourrit son imaginaire
La muse apaise l’homme.
Car, m’a-t-il souvent répété
C’est en apaisant le quotidien
Dans une vie paisible avec sa muse
Qu’il est possible de faire exploser
La réalité pour atteindre la poésie
À chaque seconde. »

Claire Bergeron

———–

Je suis content que tu lises ce roman après la lecture il sera plus facile de parler de Marlene Dietriech et l’ange bleu

bonne nuit Claire

j’entre en travail intellectuel

Pierrot

je t’aime

————

Cher Pierre,

Je viens tout juste de déposer ma plume… Cette nuit, l’intrigue de mon roman valsait dans ma tête… il me semblait que quelque chose manquait.Au réveil j’avais trouvé… un prologue pour mettre mes lecteurs en appétit de la suite…Quel bonheur j’ai eu ce matin à orchestrer cette mise en bouche…

Ce week-end, je parlais de notre relation avec David… il est vraiment heureux de cette bulle d’amour et de création, que nous avons créé juste pour nous deux, et au cœur de laquelle nous trouvons tellement de bonheur.

Le savoir content de ce bel amour qui nous unit, me rassure… son bénédiction à mes entiments a de l’importance à mes yeux.

Bonne journée,

Claire

————-

t

—————

Quand je parle de bagages, je veux dire ta générosité, ta grandeur d’âme, ta sensibilité… et bien sûr, ta sensualité!
Tendresse.
Claire

———–

Cher Pierre,

Je ne sais pas si tu as un manuscrit de ton roman… dont je trouve les textes magnifiques.Hier après-midi, à temps perdu, j’ai construit les deux premiers chapitres, dans le style que j’utilise pour mes romans…Je te joins mon travail, pour te donner une idée…Je crois que ça vaudrait la peine, quand tu seras à Sainte-Rose, que tu y insère les autres chapitres…

Bonne journée à toi que j’aime!

Claire

—————-

chère amoure

J’arriverai donc chez toi en ayant rempli mon agenda de chercheur durant 3 semaines.

Le doctorat de Gaelle étant arrivé avec sa directrice dans sa séquence bibliographique par catégories afin de lui permettre de clarifier l,argumentaire de sa problémentique…pour le semestre d’été … je profiterai de ce coaching …. pour fiaire avancer institutionnellement et paralllement … le doctorat des rêveurs .équitables…sur la question du ? en métaphysique et de ses conséquences en philosophie politique… par la mise en arguments de la nano-citoyennet.-planétaire par les 4 questions du pays oeuvre d’art.

Mon glossaire étant terminé ….. j’entreprendrai donc chez toi  à partir d’un plan de match soumis par la directrice de Gaelle …. la même sorte de semestre de recherche

bonne journée pour toi avec ton frère

je t’aime

Pierrot

—————

Très cher Pierre,

Hier, chez David, Carole a beaucoup regretté de ne pas faire ta connaissance… tous sont émerveillés de me savoir en amour. Ils étaient tellement convaincus que j’avais fermé à jamais la porte de mon cœur…

Avec Daniel et Joanne, ce fut une soirée des plus fructueuses, nous avons trouvé le titre de mon roman en cours d’écriture. Je te le donne sous le sceau du secret : Sur les ruines de sa vie

Également, ce matin, ils viennent de me confirmer qu’ils viendront au Salon du livre de Québec. Nous partagerons donc avec eux de précieux moments… et je sens que cette année, le soleil brillera de tous ses feux!

Dans nos vies, cher Pierre, je sens que le bonheur est au rendez-vous… pour demain… et pour les années à venir…

Je t’attends avec tendresse.

Claire

—————

e qui est extraordinaire de la relation accordéon, c’est qu’elle permet de témoigner par écrit le degré d’authenticité d’une relation….

wowwwww demain on pourra le faire de vive voix

Je t’aime

 

Pierrot

————-

SUR LES RUINES DE SA VIE

raiment… un titre magnifique

bravo je suis en bibliotheque les heures s’écoulent dans la paix de l’âme

bonp.m. Claire

tendresse

Pierrot

————–

et moi, je viens de me lever de ma sieste, en compagnie de monsieur Ming… il ne sait pas, pauvre minou, que demain il perdra sa place…
Le grand dilemme de ma vie est choisir entre maintenant ou après souper… pour aller prendre mon bain… ma vie est vraiment compliquée…. Là où je n’hésite pas… c’est dans la beauté des sentiments que j’éprouve pour un vagabond, un voleur… de cœur… je l’aime!
Claire

Claire Bergeron

————

Hier, j’avais fait du pouding chômeur, pour mon souper avec Daniel… il en reste… beaucoup.

Claire Bergeron

—————

vraiment…. le party des papilles Claire j,ai bien hâte d’arriver:)))

Pierrot

————-

je suis en bibliothèque parfaitement ancré à terminé mon cycle x=c’est peut-être cela que révèle une véritable relation amoureuse le parfait confort avec sa vie affecgtive en harmonie avec celle de l’autre

bonne suite à ta journée

Pierrot

————–

Cher Pierre

Je pense que ce qui nuit le plus aux relations amoureuses, c’est que les partenaires cherchent davantage à recevoir qu’à donner…leur satisfaction avant celle de l’autre… le succès de l’autre menace leur égo…ses absences sont perçues comme des occasions d’infidélité…leur monde s’obscurcit quand celui de l’autre s’éclabousse de lumièreCe qui revient à dire que les êtres humains en général manquent de confiance en eux… et que l’égocentrisme détruit souvent le bonheurD’où la beauté de ton « x » = le parfait confort de sa vie affective en harmonie avec elle de l’être aimé…Cela rejoint ton texte, écrit il y a longtemps :

« C’est l’homme d’une seule femme
Qui passe de femme en femme
Parce que seule la muse peut lui permettre
D’être poète vingt-quatre heures par jour
Sept jours par semaine
Sans que, comme femme, elle se sente
Menacée ou incommodée. »

Un texte qui, selon moi, peut aussi se déclamer au féminin : c’est la femme d’un seul homme… etc…

J’ai hâte à demain…

Claire

—————-

Cher amour,

Voici les suggestions pour nos différents rendez-vous. Tu reviens samedi le 4 mars, et tu repars mardi le 14 mars. Ensuite, tu reviens le 23 ou le 24 mars, pour le Salon du livre de Trois-Rivières, où nous irons les 25 et 26 mars. Puis tu repars le 31 mars, pour revenir le 13 ou le 14 avril, pour le Salon du livre de Québec, où nous irons avec Daniel les 15 et 16 avril. La suite est à ajuster…

Bon retour à Sherbrooke.

Je t’aime.

Claire

—————-

chère amoure quelle belle  épopée nous vivons je te réécris plus tard:))))

Pierrot

————

pour notre st-valentin, pour nos salons du livre elle me dit que c’est un cadeau que nous méritons amplement tous les deux que cet amour paisible bonne nuit chère ange

j’entre en contenplation

Pierrot:)))

—————–

C’est beau… chère ange…

Édouard vient d’arriver de son soccer… il a demandé si tu étais là…
Il a dit: on va t’avoir à nous pour deux semaines… c’est cool…
Il m’a enlevé sa tablette et m’as mis la télé…
Puis il m’a fait un gros câlin… Je l’attends pour un devoir de math à terminer…

Je t’aime… tellement…
Bonne contemplation.
Claire

—————

S

Cher toi,

 

À me fenêtre, il y a une belle tempête de neige… comme nous les aimons toi et moi… à cause du doux réconfort d’être ensemble, réconfortés par la chaleur de nos cœurs amoureux…

Tu as raison… nous sommes habités par un « nous » qui jamais ne nous quitte… et c’est délicieux… comme de la tarte au sucre, du pouding chômeur, du chocolat ou du yogourt glacé… sans variation sur ta glycémie…

Je pense à toi… si agréablement!

Claire

—————–

Il est 11 h.30

je viens de quitter Simon à sa galerie tu dois être couché mais je suis si heureux de penser que je suis habuté par nous même quand je suis en mode d’enchevêtrement des abs-vénements dans ma route vers le pris Nobel

tendresse

Pierrot

—————

Je vais à ma prise de sang je te réécris p.m.

tendresse

Pierrot:)))

——————

‘ai dormi tout le l.m. dans la joie d’aimer et de se savoir aimer je reprends ma journée de travail…

Pierrot

tendresse absolue Claire

j’espère que t0ut va bien de ton côté :)))

——————

Je t’aime  et n’oublie pas c’est pour la vie

Pierrot

—————-

Tu es présent dans chacun de mes battements de cœur…

Je t’aime.

Claire

—————

Cher amour,

Quand le soleil est à ma fenêtre, comme ce matin, ton absence se fait sentir davantage…La luminosité du jour me porte à rêver de nos balades à venir, quel merveilleux printemps nous partagerons, cette année. D’abord à Trois-Rivières, puis à Québec… et chez moi, dans notre nid d’amour…Une belle matinée à écrire…

Dans la vie, quand on aime et que l’on se sait aimer… le temps devient complice de douceur et de tendresse… complice de nos œuvres… complice de joie dans la création…

Bonne journée ensoleillée.

Je t’aime.

Calire

——————

ce que je peux aimer ton  authenticité dans e domaine des sentiments Clairede mon côté, je bosse jour et nuit dans ce doctorat en sachant que ce que nous vivons l’un pour l’autre est quotidiennement dans l’excellence… autant dans la distance que dans l’intimité.

J

Je t’aimme

 

j’entre dans ma journée de travail

 

Pierrot

——-

 

 

tu es bien en moi Claire

solidement et affectueusement

 

j’ai passé une journée bien ancrée dans bergson et sa notion d’intuition

versus la temporalité

 

je me prépare à une nuit de contemplation

qui commencera tôt

 

j’avance

 

bien hâte de te revoir

je t’aimme

 

Pierrot

————-

Cher Pierre,

Il fait froid sans toi… je dois utiliser ma doudou électrique…

Heureusement, il y a ta rose… je compte les pétales qui tombent, comme les jours qui nous séparent…

Tu es dans mes pensées… dans mon cœur…
Claire

Claire Bergeron

—————–

Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>

dim. 19 févr. 21:58 (il y a 10 heures)
À Vidéotron

tu es vraiment un stradivarius du sentiment

chère amoure tu es unique:))) je travaille sur l’abs-tuition en ce moment notre intimité des sens me semble tellemenT oeuvre d’art dors bien je serai bientôt là pour remplacer ta couverture électrique:)))))

Pierrot

—————-

 

Bon matin, Pierre,

J’attends le photographe du Journal de Montréal, ce matin… alors je prépare les lieux, et moi-même…

 

 

7- L’ÉCRIVAINE AU K-OEUR D’OR … CLAIRE BERGERON (www.clairebergeron.com) … LA MARCEL PAGNOL DE L’ABITIBI …. CORRESPONDANCES

Tous les livres de Claire Bergeron | Achat papier et numérique

7: CLAIRE BERGERON ÉCRIVAINE

ARCHIVES…. ITEM DU GLOSSAIRE…. PIERROT VAGABOND |

7-PIERROT VAGABOND

——–

Re : la sécheuse a rendu l’âme

tout va bien aller

jarrive

Pierrot

—————

wowwwwwwwwwwwww… la queen is … enfin…. coming ……

 

mar. 30 août 09:21 (il y a 2 jours)
Je suis tellement fier de toi vive ton doctorat Pierrot—————Yeah!!!! (Gaelle)—————Chère ClaireJe suis en transit avec une demie heure de temps de qualité ici au terminus Berri …. Je repense à ses 10 jours… la vie m’a accordé le cadeau d’une complice d’oeuvre avec une intelligence supérieure, une sensibilité hors norme et surtout une éthique organisante pour sa descendance ….. impressionnante…de doigté.Comme je te disais ce matin …. jamais mon éthique personnelle n’aurait permis à ma pauvreté poétique d’accepter d’entrée en relation avec une dame à l’argent poétique réservé à l’amour de celles et ceux qu’elle aime si je n,avais pas ressenti que l’intimité avec mon oeuvre métaphysique passait par une intimité avec une personne oeuvre d’art. de qualité.Mais je compte bien t’emmener au prix Nobel avec moi ….Car mon éthique de vie est basée sur le gagnant gagnant:)))) Comme tu le sais déjà … que nos corps  voyagent par nos k-oeurs… voilà qui est énigmatique pour moi….mais bon… comme mon traité des abs est basé sur le k-oeur… j’accepte que lek-oeur me dévoile ses symphonies:))))Merci de m,accompagner dans la prise en bienveillance du rêve de Gaelle… sans doute parfois… mes courriels seront de nature infiniment plus profonds et visionnauires que les 6 fichiers échangés… mais je pense que l’exceptionnel nous attend au quotidien.bonne séquence accordéon dans la mise en danse de ta créativité d’écrivainePierrot.—————-c’est drôle Claire …. tu es tellement présente en ce moment ….que … je suis en train de développer…. une vraie passion à distance de l’ensemble de ta personnalitémerfciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiPierrot——————

Cher Pierre,

Ma maison est encore remplie de toi… mon cœur aussi… Tellement que ce soir, il m’est impossible d’organiser mes idées… de saisir l’essentiel… Je ne sais pas par où commencer… tellement nous avons vécu des moments merveilleux… Je t’aime, tu es présent dans mes pensées… Je vais dormir, envelopper de souvenirs… faute de tes bras et de ton corps…

Je te reviens demain…

Tendre bise.

Claire

—————–

cher havre de paix

Je te reviens plus tard demain soir Ce ne fut pas simple cette rentrée universitaire pour Gaelle prise entre ses règles, sa santé prévaire, sa crise d’angoisse la sécheuse brisée et sa pêur de ne pas y arriver On aurait dit un mélange de Rosalie et d’Éloise:))))) elle était à l’université… 2 cours de suite… une pluie abondante pas de parapluie et pas de ticket d’autobus…..

——————–

Par chance, je suis arrivé reposé et mentaslement disponible grâce à toi Elle a 2 cours demain …. elle doit arriver à 8 hé moi je vais réunir les derniers documents pour mon rendez-vous à l’aide alimentaire à 1 h.30 puis faire le nécessaire pour bien l’accueillir créer avec Gaelle de nouveaux rituels devant la lourdeur de son agenda pour arriver à ses A plus…

Tu me rends très heureux

à plus tard:)))

Pierrot..

—————–

suite de courriels en relation avec notre déclaration amoureuse commune

Claire et moi faisons un agréable voyage en Alberta

je te donne des nouvelles à mon retour:)))))

Pierrot

désolé… je viens d’avoir la chance de me connecter à Internet

——

-la vie fait parfois de magnifiques cadeaux… qu’il nous est impossible de refuser Claire et moi avons été convoqués à un rêve que nous n’attendions pas… Nous sommes devenus profondément amoureux l’un de l’autre …

Pierrot

——————

COURRIEL DE NORMAND

Wow! Magnifique Vivez donc de bonheur en réalisant ce rêve grandiose.

Soyez heureux

Normand

————–

Oui normalement, un dernier détail à vérifier et puis c’est bon. J’ai essayé de négocier l’exemption d’un cours avec ma participation au programme de littérature numérique Qc-Mexique, mais la directrice de mon département n’a même pas daigné me répondre. Je continue mon chemin, je me dis que ce sera bientôt fini. Bonne nouvelle du côté des Explorations Scientifiques avec Le Chantier de l’imprimerie: je devrais rencontrer bientôt les panélistes! C’est dans mes projets que je tire ma force.

————

Cher Pierre,

Ce matin je me suis levée heureuse, à 5h30, prête à commencer la révision des chapitres que m’avait fait parvenir mon éditrice. Ces chapitres ont été écrits l’automne dernier, alors que je commençais avec toi un échange épistolaire… Quelque chose m’a fait sourire… – et te fera sûrement sourire aussi, – dans ses notes, Anne-Marie a souligné que j’utilisais trop souvent le mon tendresse… elle me suggérait de varier…

Il y a un petit soleil à ma fenêtre, sur un fond de ciel gris… je revois en pensée notre merveilleuse odyssée du mois d’août…

Le 18 août, après ta performance à Trois-Pistoles, tu es arrivé chez moi affichant un immense sourire, visiblement ravi de me revoir… et j’avoue que je l’étais tout autant. Après avoir soupé d’un pâté chinois et de pouding chômeur – le menu que tu m’avais suggéré – nous avons commencé une partie de scrabble, qui est demeurée inachevée; et qui l’est toujours au moment d’écrire ces lignes… Au coucher, j’avais prévu t’inviter dans mon lit, seulement au réveil, le lendemain… mais tu m’as devancé, en suggérant de t’y glisser le soir même, sous prétexte de me parler de ce qui avait fait échouer tes mariages… Mais voilà que sur l’oreiller, ta tête effleurant la mienne, tu as plutôt suggéré de me faire un massage du dos… dans une position que j’ai adorée, soit dit en passant… puis tu as regagné ta chambre en m’invitant à te rejoindre le lendemain, à l’aube, ce que j’ai eu plaisir à accepter, en allant me blottir dans tes bras au petit matin…

Le 19 août, une journée de repos paisible, toute en douceur… suivie d’une soirée mémorable… Il fallait se coucher tôt, puisque nous devions nous lever à 3h45 de la nuit, notre vol vers Calgary étant très tôt en matinée… Pudiquement installé dans mon lit, tu as suggéré un autre massage, dans une position nouvelle… qui t’a fait découvrir mes seins… une partie de mon corps qui a rejoint tes fantasmes et fait renaître en toi des désirs oubliés… Ici, afin de sauvegarder la pudeur de nos échanges épistolaires, j’évite la description des gestes qui ont suivi… toujours est-il que lorsque tu as regagné ta chambre vers minuit, tu avais mis fin, avec enthousiasme, à de nombreuses années d’une chasteté délibérément choisie…

À la suite de cette inoubliable soirée, le lendemain matin, 20 août, notre attente à l’aéroport a été un moment de pure joie… il y avait déjà dans nos yeux des étincelles de bonheur. Isabelle, Éloïse et Joséphine sont venus nous accueillir à l’aéroport de Calgary avec beaucoup de gentillesse, avant de nous emmener à la maison et te faire découvrir leur milieu de vie. Tu as connu Kevin… un plaisir partagé de faire connaissance. Au souper, après une séance de photos qui avait échoué, tu as donné le thème à notre odyssée à venir sur les routes de l’Alberta en chantant C’est beau la vie

Le lendemain, 21 août, après que tu as eu dormi dans le lit de Joséphine, entouré de ses pluches aux grands yeux, tu m’as rejointe sur mon divan-lit… et c’est là, à mon immense surprise, que tu m’as dit :

— Je vais te dire quelque chose que je ne répéterai pas : Claire, je t’aime profondément. J’avoue avoir été immensément émue… tout en sachant que tu répéterais ces mots… je le pressentais dans les vibrations de ta voix… Comme tu l’as écrit, plus tard, à tes amis.es : la vie fait parfois de merveilleux cadeaux, qu’il nous est impossible de refuser! C’est donc le cœur rempli d’amour… et d’allégresse, que nous avons entrepris notre voyage sur les routes de l’Alberta…

Pour la suite… je te reviens demain.

Tendresse.

Claire

PS : Je constate l’importance de ta présence dans la vie de Gaëlle… rassure-là, en lui faisant comprendre que ma présence dans la tienne ne nuira jamais à votre respectueuse relation à tous les deux, indispensable au cheminement de vos œuvres. L’amour ne se subdivise pas… au contraire, plus on en donne, plus il y en a de disponible

Trêve de folie… je reprends le récit de notre odyssée du mois d’août.

Le 21 août, comme la route à parcourir était longue, pour s’assurer de notre confort, Isabelle avait eu la gentillesse de faire asseoir Joséphine au milieu, sur la banquette arrière… un léger détail que tu as réglé dès notre premier arrêt… tu voyais mieux le paysage assis au centre… et surtout, – pour être très honnête – au milieu, tu pouvais me tenir la main… Arrivés à Waterton Lake, nous avons découvert de splendides paysages, un lac immense sur lequel nous avons vogué, jusqu’aux États-Unis… les photos prises lors de cette visite témoignent de notre bonheur d’être ensemble, en compagnie d’Isabelle, de Kevin, son mari, ainsi que de Rosalie et de Joséphine. Un pique-nique, une sieste, un souper dans un restaurant familial des plus charmant, notre marche sur le quai, dans la luminosité ambrée du soleil couchant… que du bonheur !

Au déjeuner du lendemain, le 22 août, avec une Rosalie qui rechignait parce qu’elle avait froid… et peut-être aussi à cause d’un brin de nostalgie de devoir nous quitter pour partir seule vers les États-Unis, et ensuite vers le Québec, pour rependre, loin de siens, ses études à McGill… nous avons savourer la beauté de la levée de ce nouveau jour… A suivi notre féérique croisière sur le lac Waterton, une marche dans la nature vers une jolie cascade, où je te sentais attentif à ma sécurité… Puis nous avons repris la route, vers Coleman, à travers des montagnes majestueuses… C’est incroyable les beautés de la nature, variées à l’infini… Puis nous sommes arrivés à notre hébergement… un gîte qui au premier abord ne payait pas de mine… aussi, quel émerveillement en découvrant notre chambre… L’oriel du coin, avec une table où tu as déposé ton ordinateur, les divans rouges, la décoration d’un autre âge… dès le premier coup d’œil, j’ai su que toi et moi, au creux d’un même lit, nous allions savourer les délices de notre séjour en ces lieux… ce qui fut fait, bien sûr ! Un souper de pizza, tes chansons, la visite du chien de la maison qui a choisi de te voler la vedette… Je grade de ces instants partagés avec toi, un parfum de bonheur tranquille… au sein de ma famille.

Comme le lendemain, 23 août, Kevin devait travailler, nous sommes partis avec Isabelle vers Frank Slide, cet endroit où un pan du mont Turtle s’est détaché du reste de la montagne, en 1903. Plus de 100 millions de tonnes de calcaire ont foncé, telle une avalanche de pierres, vers la ville endormie, située en contrebas… Nous avons visité un extraordinaire musée, où, à notre grande surprise, nous avons découvert qu’un certain Francis Rochette avait péri sous cet éboulement… Cette visite fut suivie d’une balade à travers les pierres éparses, qui démontraient l’importance du drame survenu dans la ville de Frank, qui faisait alors partie du district de l’Alberta, dans les Territoires du Nord-Ouest. Puis nous avons rejoint Kevin pour souper au gîte, après une agréable sieste dans la tranquillité de notre chambre. Notre hôtesse était charmante, les mets délicieux… un véritable plaisir de sens de nous retrouver tous ensemble, autour d’une table somptueusement garnie. J’omets les détails du retour à notre chambre ce soir-là… ou toi et moi, comme si nous étions des adolescents à la découverte de l’amour, nous apprenions à conjuguer le verbe aimer, dans les délices du moment présent de notre si bel âge… notre vie est merveilleuse!

Nous voici au 24 août, c’est l’anniversaire de mariage d’Isabelle et de Kevin… 29 ans qu’ils se sont rencontrés par hasard au 2 Pierrots, à la mi-août 1993. Je me répète, mais dans la vie, il n’y a pas de hasard, que des rendez-vous fixés dans le temps, qui deviennent des incontournables, pour ceux qui y sont convoqués… il suffit d’avoir la perspicacité de ne pas les laisser nous échapper… Comme ce fut le cas pour toi, le 15 août 2021, quand séduit par ma phrase : Je veux vivre ma vie comme j’aimerais la lire quand sera venu le temps des souvenirs, tu as osé prendre la plume pour me faire savoir qu’à travers ces quelques mots, tu voyais en moi une rêveuse. Tu m’as écrit ceci : Vous dégagez ce qui m’inspire le plus, le sens de l’épopée dans une vie rêvée. Bonne suite, madame, dans votre errance poétique dédiée à la création. Qui aurait pu prévoir, ce matin d’été du mois d’août 2021, qu’une année plus tard nous serions ensemble en Alberta…et qui plus est, profondément amoureux l’un de l’autre? La vie fait parfois d’inestimables cadeaux… qu’il nous est impossible de refuser. Il nous a suffi d’ouvrir nos cœurs, l’un à l’autre, faisant fi des obstacles… sachant très bien, qu’un jour prochain, ce thème qui te préoccupe du gagnant/gagnant entre nous, sera résolu au-delà de tes attentes… A suivi notre souper à Banff, pour célébrer l’anniversaire de mariage d’Isabelle et de Kevin. Et le retour à la maison.

Le 25 août… déjà le jour de notre départ de Calgary. Isabelle s’est fait un plaisir de nous faire découvrir la superbe bibliothèque de Calgary, et aussi, de te mener le long de la rivière Bow, qui traverse la ville de Calgary sur toute sa largeur… un point d’émergence pour toi. Puis ce fut l’aéroport… nos moments d’attente qui ont coulé en douce, à travers cette tendresse, – et pour être très honnête – cette sensualité dans chaque geste du quotidien que nous déployons l’un envers l’autre. Un vol agréable, un retour à la maison dans la joie…

J’ai peut-être oublié des moments qui te semblent importants, dans cette odyssée du mois d’août en Alberta… à toi de les ajouter. Je te reviens demain, avec les quelques jours d’amour paisible, que nous avons passés chez moi, avant ton départ pour Sherbrooke… dans ce prochain récit, j’ajouterai les moments que nous nous sommes remémorés au retour, de tes conversations avec les filles d’Isabelle, avec Kevin… et chez David, bien sûr.

Très cher Pierre, tu es présent dans mes pensées…

Douceur.

Claire

——————–

quelle écrivaine tu es Claire ….. étourdissante de style et de vérité

Chère Claire

Vraiment toi…. tu as le doigté … dans tous les domaines…. mâitre d’oeuvre de sensibilité, de tendresse, de sensualité et de sexualité ….tout en prenant soin des tiens avec une forte intelligence du k-oeur… Tout y est…. dans ce dernier courriel… l’avenir nous appartient…

——————- 

C’est donc avec une vraie joie complice que je me prépare à accueillir mon oreille élue quand tu viendras au salon du livre…. Le plaisir que j’aurai à te partager mes avancées métaphysiques avec le sentier de la vie personnelle oeuvre d’art en sera profond et sincère…

Ce que j’aime de la relation accordéon… c’est ce souffle de liberté en créativité qui se fait épique…. Nous pouvons maintenant faire oeuvre de complicité dans la joie de saisir l’autre dans son intimité du k-oeur:)))

————- 

Aujourd’hui…. J’accompagnerai Gaelle dans sa mise à jour des détails techniques liés à son aventure universitaire… Puis je m’occuperai de la réparation de la sécheuse… Je ferai des repas… tout en traînant sur moi mon petit carnet d’avancées théoriques… c’est vraiment touchant ce que l’on vit Claire merci d’en témoigner avec un archivisme du k-oeur aussi délicieux à lire qu’à ressentir

Pierrot

——————

Les posts de nos photos sur Facebook amène des questionnements de la part de mes amies…

Cher Pierre,

Certaines de mes amies proches sont intriguées par les photos mises sur Facebook, de notre voyage en Alberta… moi, la solitaire heureuse… est-ce que j’ai ouvert mon cœur à un homme ? Je reçois quelques courriels… Voici à peu de chose près ce que je leur réponds :

Présentement, comme tu l’as deviné sur Facebook, j’ai le sentiment de vivre à l’intérieur d’un de mes romans… je découvre que l’amour frappe à la porte à tout âge, même si on la croyait fermée pour toujours, et bien verrouillée… La vie fait parfois de superbes cadeaux, qu’il nous est impossible de refuser. L’été dernier, en 2021, Pierre a découvert mon site web par hasard, et surtout la citation qui j’y avais mise : Je veux vivre ma vie comme j’aimerais la lire quand sera venu le temps de me souvenir. Poète, philosophe chercheur – il a composé la chanson Le Camionneur, et il est le personnage du conte de Fred Pellerin, le vagabond céleste – il m’a fait part de son plaisir de découvrir en moi une rêveuse… nous avons échangé quelques courriels, puis il m’a demandé si j’accepterais de correspondre avec lui… ce que j’ai accepté avec joie… nous avons maintenu un échange épistolaire quotidien pendant neuf mois avant de nous rencontrer, et entreprendre en juin un voyage de 12 jours sur les routes du Québec, et de nous revoir en août, pour ce voyage chez ma fille en Alberta…

Mon fils m’avait prévenue… un poète est un homme et une écrivaine est une femme…

Comme le dit si bien Pierre, lui et moi, nous avons été convoqués à un rêve que nous n’attendions pas, surtout à notre si bel âge… nous savourons! Probablement que ma plume n’en sera que plus authentique… Voilà pour ma jolie histoire d’amour… qui effectivement, se rapproche de la nouvelle dans mon collectif : Aimer, encore et toujours

Gaelle est en pleine session de lecture pour ses cours:))))) Nous sommes dans un silence cathédale optimal…. très agréable je m’en vais pour rencontrer le réparateur de la sécheuse

à plus tard

Pierrot

p.s.

tu as bien raison de répondre à tes amies…. facebook… l,avenir s’annonce authentique

Pierrot

—————–

Comme tu sais, Isabelle a étudié en communication à l’UQAM… Durant ses vacances, elle travaillait à la télé communautaire de La Sarre. Voici une émission de cuisine qu’elle animait, retrouvée par hasard sur Facebook… tu n’es pas obligé de l’écouter au complet. Il y a une ressemblance avec Rosalie…

https://www.youtube.com/watch?v=3onFW015gPA

Bonne soirée.

Claire

——————-

l’empreinte de chacun de nos rituels est bien réelle Claire

Un mot pour te dire bon réveil et je me recouche auj… agenda…. armée du salut….ménage pour préparer notre chambre… cette nuit j’ai travaillé sur la notion d’abs-réquisition … soit la réquisition de la poésie d’un cadeau de la vie pour orner un rêve…écouter le you tube d’Isabelle…:(((( Gaelle a bossé une partie de la nuit… elle va à l’université pour rencontrer un de ses profs Je bosse fortttt….mais ta présence au quotidien fait toute la différence bonne suite è ta créativit

Pierrot

—————-

L’empreinte de nos rituels embellit nos vies…

très cher Pierre, Les paroles de cette chanson flottent dans ma tête :

L’essentiel
C’est d’être aimé
Le reste importe peu, la seule vérité
C’est compter pour quelqu’un quoiqu’il puisse arriver
C’est entrer dans son cœur et n’en sortir jamais
C’est recevoir autant qu’on aimerait donner
Ne plus s’appartenir, en être rassuré
C’est voir la joie de l’autre et fondre de bonheur
Mériter sa confiance et devenir meilleur…

Ce matin, j’avais un court travail sur ma révision… tout va bien de ce côté, mon éditrice est enchantée du manuscrit, ce qui me ravit.

Notre retour à la maison, après notre merveilleuse odyssée du mois d’août en Alberta…

Le chauffeur de taxi que j’ai failli ne pas payer, probablement perdue dans l’idée de me retrouver enfin entre tes bras, en toute quiétude, dans mon lit… ce lit, qu’il me plaît de partager avec toi, en début de nuit… avant d’aller, dans les premières lueurs de l’aurore, te retrouver dans le tien… J’ai encore sur ma peau, souvenir de la chaleur de ton corps, quand je me glisse, presque nue, sous les draps… à la recherche de ta tendresse, de ces instants d’une adorable sensualité… que j’ai immensément de bonheur à connaître avec toi… L’essentiel, c’est de vivre ensemble ce qu’il nous est impossible de connaître, l’un sans l’autre… en garder des empreintes réconfortantes, excitantes, qui nous inspirent l’envie de récidiver…

Une joie d’être ensemble qui va au-delà de la nuit… qui se poursuit dans les petits gestes du quotidien… le premier café qui fume, un moment de grâce dans ma balancelle, nos échanges verbaux, tes accords de guitare, ta voix si douce… qui chante pour moi seule… les repas que je prépare pour nous deux… quelques mots sur notre avenir, à l’occasion, même si nous préférons vivre au présent…

Vendredi, le 26 août, tu es allé à Montréal, des affaires à régler… J’ai imprégné dans ma mémoire l’instant où j’ai ouvert la porte, à ton retour… Ton immense sourire, tes yeux comme des soleil… surtout, la jolie fleur que tu tenais à la main… j’en ai été très émue, surtout en lisant la carte qui l’accompagnait. Sur l’enveloppe : Une œuvre ne s’illumine vraiment que par deux rêves qui se savourent en toute authenticité. Et sur la carte à l’intérieur : Chère Claire, Mon k-oeur me dit de te dire que je t’aime. Pierrot vagabond. La couleur de cette fleur, sa luminosité, son élégance… sa fragilité… elle est à l’image de notre amour naissant…

Puis vendredi, le 27 août, nous sommes allés dîner chez David. Tu as connu Édouard, qu’à travers ses oui et ses non, tu vois déjà comme un grand avocat, un superbe plaideur, que les étudiants en droit viendront voir performer… peut-être qu’il s’agit d’une véritable prédiction. En souhaitant être encore là, aux premières loges, pour assister à la réussite de tous ces beaux petits-enfants que je partage maintenant avec toi… Ton échange chaleureux avec David… De merveilleux instants de vie que nous emmagasinons dans le coffre aux trésors de notre relation… pour quand sera venu le temps de nous souvenir, dans nos berçantes, à se remémorer ce qui fut… Aussi, vivons passionnément… pour n’avoir aucun regret…

Des jours, et des nuits suivantes, jusqu’à ton départ, le 30 août, que puis-je dire? Sinon que nous fûmes heureux… Il y a eu l’achat de notre lit… un instant très précieux… Et le dernier soir, la découverte du baiser… que nous avions omis d’explorer… Pour moi, c’est l’acte le plus intime entre deux personnes, qui ne se partage que dans le véritable amour… Nous nous sommes donc dit au revoir en ouvrant cette nouvelle fenêtre, sur le bonheur de nos découvertes l’un de l’autre… tu me manques… une absence que je savoure… puisque je sais qu’on va se retrouver, bientôt, chez moi ou à Sherbrooke…

Cher Pierre, de superbes moments nous attendent cet automne… allons-y une saison à la fois…

Bon vendredi.

Claire

————

quel magnifique texte Claire et si juste:))) Ce matin Gaelle m’a fait un exposé de ses dernières avancées en métaphysique…. vraiment exceptionnel je oars avec elle à l’université

Je te reviens ce soir

Pierrot

——————

Je pars bientôt pour garder chez David… tu te souviens, il va faire la route des vins en Estrie, avec des ami.es. Je vais apporter tous mes appareils électroniques, incluant mon portable avec lequel je ne suis pas encore à l’aise. Édouard ou Evangeline vont m’aider à le connaître… Je vais attendre de tes nouvelles.

Bon après-midi.

Claire

Claire Bergeron

—————-

Gaelle signalée comme BRILLANTE … à sa directrice du choix des cours

Bonjour à toutes,

Si les cours de M. Dion et de Mme Rocheville se superposent, je propose à Gaëlle de conserver le cours de Sarah Rocheville (ELC 120) et d’ajouter le cours de Charlotte Comtois (ELC100  Littérature, culture et société 01 * 60 96 Vendredi 8h50 )

En ajoutant ce dernier cours aux 3 cours précédemment retenus (ELC120, ELC108 et ELC102) et le cours qu’elle avait brillamment suivi avec moi à l’hiver dernier (Théories Littéraires), cela ferait bien 15 crédits, ce qui permettrait à Gaëlle Étémé de commencer enfin son parcours doctoral.

Ces propositions devront évidemment être validées par Sarah Rocheville qui est la responsable des cycles supérieurs.

Bien à vous,

SM

——————-

hère Claire

Tu aurais du voir Gaelle aujourd’hui à l’université…. Elle était flamboyante de bonheur… Elle qui avait passé une grande partie de sa nuit à se préparer à ce rendez-vous avec un de ses 4 professeurs… rencontre qu’elle a passé avec brio… La dame lui a meme dit qu’elle serait disponible pour elle quand elle voudrait… ce qu’elle ne ferait pas nécessairement avec ses étudiants du bacc … On la voit déjà comme une majeure… Il est 9 heures du soir… mes repas, ma vaisselle sont faits… comme j’ai dormi un peu… je m’apprête à laver les planchers pour préparer l’arrivée de notre lit….

Gaelle sera à Montréal le 12 octobre pour la finale de son procès et le 13 octobre le lendemain pour animer une rencontre avec 3 scientifiques au sujet du projet de l’imprimerie dont elle fait partie du conseil d’administration…. Ton salon du livre à Sherbrooke est-il dans les mêmes dates?

Voilà je pense à ton films de la sainte mafia j’aimerais que la rencontre avec un producteur soit provoqué par ma confiance en ton oeuvre tout en sculptant mon sentier de la vie personnelle oeuvre d,art

bonne nuit Claire

Pierrot

—————–

Cher Pierre,
Je suis au Club Med des gardiennes d’enfants… Evangeline est a une fête d’amie, où elle a été invitée à coucher. Quand à Édouard, après souper, il est descendu au sous-sol en me disant: Mamie, si tu as besoin de mon aide, appelle-moi… J’ai écouté un reportage, je suis en pyjama… et je me prépare à aller prévenir Édouard qu’il est temps d’aller se coucher. Il a une permission de dodo à 10 heures… c’est un long congé.

Pour le Salon du livre, j’ai une séance de dédicaces dimanche le 16… on pourrait organiser quelque chose pour le passage de Gaëlle à Montréal les 12 et 13… a voir…
Bonne nuit à toi!
Claire

Claire Bergeron

—————-

tu réalises la coquinerie Claire tu réalises la coquinerie Claire

Nous qui sommes des fans de films ou il y a des procès:)))))))))))))))))))))))))))))

————

Bonjour cher Pierre,

Me voici de mon club med des gardiennes… j’ai beaucoup de temps pour penser à toi… à nous… des souvenirs qui me réchauffent le cœur… en attendant ta venue pour me réchauffer et le cœur et le corps… Vous êtes organisé comment pour la venue de Gaëlle, en octobre, pour son procès et sa rencontre avec des scientifiques? Si je peux aider, tu me dis comment… Tu es dans mes pensées… et j’avoue que c’est plein de charme.

Claire

————-

et Gaelle d’un grand sourire de me dire… ta dulcinée arrive bientôt

Chère Claire

Comme le monde des sentiments m’est énigmatique… Comment faites-vous les femmes pour lire dans le k-oeur des hommes alors qu’ils sont incapabes eux-même de voir venir le texte et l’oeuvre du k-oeur:))) Edouard a visé juste… c’est exactement la définition mythologique d’un philosophe le différencant du prof de philo…et cela à partir de socrate se retirant sur le haut d’une montagne.. Il ira loin ce jeune homme…

———–

Je te réécris quelque part dans la journée je vais voguer entre différentes tâches… la queen est dans un marathon d’excellence bien calée dans son divan et moi je tourne autour d’elleen faisant des tâches ménagères

Pierrot

—————

chère Claire

si tu avais vu avec quelle tendresse Gaelle m’a parlé de toi, de nous… durant notre marche de nuit…. que j’étais chanceux d’avoir rencontr une femme de mon standing, une écrivaine… chanceux d’aimer et d’être aimé. Quand je lui ai dis que je ne me trouvais pas très romantique…elle a souri.. L’important c’est d’être authentique qu’elle m’a dit

de beaux horizons en perspective

bonne nuit :)))

Pierrot

—————–

tu vas être accueillie comme une reine par une femme d’exception Claire

Cher Pierre,

Tes mots écrits cette nuit, que je lis à mon réveil, me vont droit au cœur. C’est émouvant de me savoir tendrement appréciée par l’autre personne qui occupe avec moi ton cercle le plus rapproché.
C’est vrai que nous sommes chanceux d’être aussi compatible… et de nous aimer avec autant de ferveur. Un inestimable cadeau de la vie…
Pour ma part, je te trouve plutôt romantique… tes massages, tes airs de guitare, tes chansons…. pour moi seule… je me sens comblée…
Je savoure chaque minute depuis que tu es dans ma vie… notre relation s’annonce rayonnante!

Bonne journée à toi.
Douceurs.
Claire

————————–

et Gaelle de me dire… durant notre marche de nuit … as-tu préparé un parcours romantique pour Madame Claire?

Chère Claire,

Au moment ou je t’écris… Gaelle est en zoom avec les organisateurs du projet Québec mexique… elle est rayonnante… elle a passé une partie de la nuit dans un marathon de lecture… cette nuit, durant notre marche.. elle m’a expliqué sa stratégie, son agenda et sa vision de sa métaphysique versus ses 4 cours de propdeutique  pour aller chercher 4 A+… wowwww…. quelle rigueur……son doctorat… c’est un rêve qu’elle porte depuis son adolescence…

Tu arrives dans ma vie … au moment ou je vais récolter les fruits de tous mes efforts pour avoir aider des rêveuses et des rêveurs en donnant tout ce que j’ai et tout ce que je suis… Ce sentier de la vie personnelle oeuvre d’art à Sherbrooke… je le sens comme une modélisation qui me conduira au prix Nobel … en rendant gagnant gagnent toutes celles et ceux qui ont eu confiance en moi… Du moins… la luminosité de mon oeuvre convoque un très haut degré d’éthique… …

De là l’importance que l’amour que je te porte soit d’un très haut degré d’authenticité …. Je ne peux nuire à mon oeuvre par quoi que ce soit de non vrai…

Que Gaelle te ressente et me ressente par le k-oeur… vraiment c’est un kadeau de plus qui s’ajoute à l’impossible…. que de bienfaits pour nos oeuvres réciproques…

Gaelle est heureuse pour nous

et pour moi c’est primordial

Pierrot——————-

&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&

Cher Pierre,

En partant de chez moi, tu m’as dit que tu aimerais bien que l’on n’attende pas au Salon du livre de Sherbrooke pour nous revoir… et j’étais bien d’accord avec toi! Le week-end du 24 septembre est-ce que tu es libre? Si oui, j’aurais une invitation à te faire… J’attends ta réponse, et si elle est positive, je te fais ma suggestion…

Bisou,

Claire

———————

wowwwwwwwwww Claire je suis vraiment prenaur désolé pour le retard j”étais en session intensive de recherche avec gaelle

Pierrot

——————–

tu sais ce qui nous ferait du bien? … suggestion bien sûr:))))

qu’un jour, dans ta cave, tu aies une table de massage qui se positionerait à hauteur variable avec une chaise à roulettes… et de l’huile …pour que je puisse tourner autour de toi en écoutant de la musique qu’on aime…….

Moi cela donnerait à mes mans la symphonie dont elle a besoin pour créer et à nous …une intiimité à hauteur de rêve,,,,  parfumée d’une sensualité complice

bon réveil:))))))

Pierrot

——————-

Un très agréable fantasme… des plus créateur. On pourrait y ajouter deux chaises berçante… Nous regarderons ces possibilités quand tu seras chez moi… Je te reviens ce matin avec ma suggestion de rencontre pour le 24 septembre…
Bisou.
Claire

Claire Bergeron

——————–

vraiment tes qualités d’organisante sont encore exceptionnelles

:ierrot:)))

——————

Bon matin, Pierre,

Évangéline est la seule de mes petites-filles que tu connais moins. À mon avis, c’est celle qui me ressemble le plus lorsque j’étais enfant… brillante, discrète, un peu timide même, qui n’aime pas occuper le devant de la scène, tout en sachant qu’elle y est très performante, lorsqu’elle y est obligée. Ses passions l’envahissent… dont les compétitions équestres… Elle adore les chevaux. Voilà une occasion de la connaître mieux, à travers l’une de ses passions…

Le week-end des 24 et 25 septembre, elle sera en compétition à Sutton… j’aimerais que tu m’y accompagnes, surtout que ce sera la fête d’Édouard, ses 13 ans, que nous célébrerons au Château Bromont, le samedi soir.

ici ce que je suggère. Tu arrives chez moi le jeudi, 22 septembre, nous avons la journée du vendredi pour nous retrouver, et samedi, David passe nous prendre à la maison, en compagnie d’Édouard, pour nous rendre à Sutton. Laurence et Évangéline partent devant avec les autres cavalières, et les chevaux. Ma chambre est déjà réservée au Château Bromont, pour la nuit du samedi au dimanche. Samedi soir, nous célébrons l’anniversaire d’Édouard, et le dimanche, ce sont les compétitons. Nous revenons à la maison le dimanche, à la fin des compétitions.

Si cette escapade de septembre te tente, tu me dis quel jour tu veux repartir de chez moi, et je réserve des billets Sherbrooke/Montréal, aller/retour.

Mon âme, mon cœur… et mon corps…  ont très envie de retrouver ta chaleur…

Douceur.

Claire

salut Mike

Comme tout se met en place peu  peu pour notre doctorat des rêveurs équitables. De ton côté, ton travail de cinéaste ne fait que commencer… et  le 5 novembre, ce sera vraiment trèssss émouvant…  Si la tendance se maintient, j’y serai avec Claire et son fils David ainsi que sa femme Laurence… Ce serait le fun que Marlene et toi louiez une chambre à la même auberge que nous qui avons déjà réservé… comme ça le lendemain matin nous pourrions déjeuner tous ensemble… (ma relation avec Claire s’annonce en majeur… yessss)

———- 

Gaelle poursuit son ascension vers ses 4 A+ avec une assiduité nuit et jour, 7 jours semaines qui ne se dément pas…. Son projet Québec Mexique avec Mina… une canadienne habitant en Espagne va certainement la propulser à l’international… D’ailleurs Mina donnera la semaine prochaine une conférence en Angleterre ou elle parlera de son projet international avec Gaelle…. (faisant de la musique numérique sur ses films d’animation). Il y aura une exposition virtuelle à la fin de l’automne 2022… puis une exposition en réel au Mexique en 2023… avec la suite de leur travail d’équipe … (avec 4 autres équipes internationales) 

————- 

quand tu auras une chance… les deux prestations de Gaelle que tu as sur video… ce serait le fun que tu lui rendes disponibles par un lien privé sur You tube… ce qui lui servirait pour son doctorat… Quand à moi, pour le doctorat des rêveurs équitables… j’apprécierais le video sur la soirée des merci et celui de trois Pistoles en lien privé You tube….pour  continuer à théoriser l’entonnoir de notre doctorat…: ainsi qu’un lien permanent avec le film hommage à Simon)))

———— 

J’espère que la transition de Michel le concierge à ton personnage abs-chétype par ta retraite se passe bien…. que Marlene est toujours heureuse à son travail et que vous êtes tous les deux en bonne santé…… 

———— 

Gaelle et moi poursuivons nos nuits de dialogue en métaphysique côté création pour que notre métaphysique des rêveurs équitables soit à la hauteur de la métaphysique de la raison cosmétique de Gaelle… dans le but et d’une publication à l’international, et du dépot de notre doctorat à l’observatoire du merveilleux de Gaelle et du colloque international sur les dimensions du rêve…. ou j’ai si hâte que tu chantes ta chanson… Je te demande pardon:))))

————

En janvier Gaelle sera enfin doctorante et aura accès à des bourses prestigieuses… Elle a bien l’intention de ne pas rater la cible… C’est une femme d’exception mon ami…. et j’y vois la consécration de mon dévouement pour les rêveuses et rêveurs à travers les années … par le biais d’une pauvreté poétique comme méthodologie de recherche en vue d’une majeure pour les rêveurs équitables à l’international… par le biais de notre doctorat… nos 16 ans de conseil d’administration de la créativité célébrés par 7000 pages de  blogue seront une manne pour les chercheurs de différentes universités à travers le monde… J’ai plus de 4000 pages de courriels échangés avec Claire depuis un an et 2 mois … qui iront enrichir le tout… et je n,oublie pas tout ton site you tube et tout ce qui n’est pas encore archivé dans tes videos et qui me semble d’une grande importance épistémologique et méthodologique sur notre façon de travailler en justice épistémologique:)))

Bonne suite à nos rêves

salutations à Marlene la jardinière

Pierrot

————-

que dirais tu de ces dates?

arriverais chez toi le 22 septembre et je repartirais le 28 septembre…ça c’irait?:)))))))))))))))))))))))))))

Pierrot

————-

La point d’émergence des sentiments si précieux qui nous unissent…

Cher Pierre,

Il y a un moment important que nous devons souligner dans notre échange épistolaire… celui, qui je crois, est le point d’émergence de notre amour… Après trois mois d’échanges de courriels au quotidien, tu m’as invitée à venir assister à la prestation d’une amie, à l’UQAM, une présentation de fin de trimestre à laquelle tu participais. Quand tu as pris la parole j’ai vu tous les étudiants lever les yeux vers toi, e. Tu captivais leur attention… d’ailleurs, à la fin, une prof de littérature est venue confirmer ce que j’écris, en venant te dire à quel point ton discours l’avait interpellée.

Nous avons échangé… j’ai oublié nos propos, mais pas l’intérêt que nous nous portions l’un à l’autre… un parfum de bien-être flottait déjà entre nous… dont nous n’étions pas conscients… mais que ton amie avait sûrement perçu, ce qui expliquait son attitude peu avenante envers moi…

De retour chez-moi, ce soir-là, en me glissant dans mon lit, que tu connais maintenant, j’avais le sentiment d’avoir vécu un événement que je ne parvenais pas à m’expliquer… Comment un homme qui ne possède rien, peut-il être aussi heureux ? Si j’avais eu des doutes sur la réalité de ton bonheur de vivre, au cours de notre échange épistolaire… ils s’étaient totalement envolés en ta présence. J’ai été submergée par une profonde émotion… Moi qui ne pleure jamais, j’ai éclaté en sanglots… des larmes chaudes, dans lesquelles je ne ressentais aucune peine, au contraire, je les sentais heureuses… À travers mes pleurs, je me sentais envahie par un immense sentiment de joie… de douceur, de bien-être… tellement que j’ai parlé de ce trouble inexplicable à David, dès le lendemain…

Puis il y a eu ta chanson : L’écrivaine au cœur d’or… que des gens autour de nous percevaient comme une déclaration d’amour, d’un poète à une écrivaine… ce que notre précieuse liberté, à tous les deux, refusait d’admettre… Tu l’as d’ailleurs bien exprimé, en écrivant ceci à cette même amie, dont je parlais plus haut : « Me voilà revenu de ce voyage lune de miel à Calgary …. Cette finale est totalement inattendue… mais j’aurais dû m’y attendre… la chanson l’écrivaine au k-oeur d’or a été pour moi … un véritable coup de k-oeur pour la personnalité de Claire… LE K-OEUR AVAIT DÉJÀ PARLÉ MÊME SI MA RAISON RESTAIT SOURDE… »

Aujourd’hui, je m’explique mes larmes… Le point d’émergence de notre amour me semble s’être manifesté dès notre première rencontre en présentielle, à l’UQAM… Il nous aura simplement fallu du temps pour comprendre que nous avions découvert, ce jour-là, le mot de passe de l’amour… sauf que nous ne savions pas comment l’utiliser… Heureusement, la vie a su se montrer patiente, elle avait compris que deux vieux solitaires tels que nous avaient besoin de temps pour s’éveiller aux doux sentiments qu’elle faisait voleter autour de nous… et qu’ils nous suffisaient de cueillir.

Voici ce qui pour moi, me semble le point d’émergence de notre amour… Tendresse. Claire

—————

Midi pour partir de Sherbrooke, ou pour arriver chez moi ?Pour ma part… je suis prête à t’accueillir pour dîner… histoire de ne pas manquer sieste…

Claire

—————

super… donc on s’arrange pour que j,arrive chez toi pour la sieste:))))))))))))))))

Pierrot

———

prenons donc le départ tôt le matin vais tenter d’arriver pour diner:))

Pierrot

————–

Super!
Nous pourrons donc faire notre sieste ensemble…
Claire

Claire Bergeron

————-

chez moi, cela s’est passé drôlement Claire

Je crois que ton intelligence organisante, c’est ce qui m’a charmé le plus … cette façon d’utiliser ton argent comme de l’amour pour ta famille… de le mettre au service de mon rêve … d’intuitionner étape après étape exactement ce qu’il fallait imaginer pour que la suite s’ouvre… le tout allié à ta douceur, ton jugement…. je crois que ma pauvreté poétique comme méthodologie de recherche en métaphysique ontikhative s’est vue illuminée soudainement dès la iere phrase de ta biographie… 

 «Je veux vivre ma vie comme j’aimerais la lire quand sera venu le temps de me souvenir.» 

Peu à peu je me suis dis… mais cette femme… elle est hors norme… Déjà ta phrase… 

«Je veux vivre ma vie comme j’aimerais la lire quand sera venu le temps de me souvenir.» 

c’était EXACTEMENT le programme que je m’étais fixé pour ma propre vie…….

Car j’ai toujours su que je mourrais riche…. par mon oeuvre… et que cet argent par amour de la k-ondition humaine… je n’y toucherais pas… au contraire je la consacrerais à une fondation pour aider des doctorants et des doctorantes en difficulté financière…. des rêveuses et des rêveurs qui seraient écrasés par leur rêve si la fondation ne leur était pas venue en aide…

De là l’importance pour moi de ne jamais rien posséder… de tout donner même ce que je n’ai pas pour aider mes rêveuses et mes rêveurs… 

Alors quand tu es apparue dans ma vie… par le biais de cette phrase… tu devins oreille élue, puis complice de qwalias à La Tuque… puis organisante de voyage à Trois Pistoles… puis complice d’âme et de corps à Calgary et enfin complice de vie sensuelle et sexuelle dans de longues délicatesses de gestes et de rituels… de là notre chambre et lit à Sherbrooke … de là …  notre table de massage et les 2 chaises berçantes… chez toi

———-

Je crois que c’est dans la balançoire dehors dans ton jardin que l’infinie joie de te connaître a vraiment pris son envol….tu te rappelles… je t’ai demandé de rester encore un peu avant d’entrer à l’intérieur… 

———-

Maintenant…. dans cette relation en accordéon…. tissée de séquences créatrices entre deux vagabondages de nos âmes et de nos corps… nous réinventons le verbe aimer… par le pur plaisir des mots et des gestes…

———– 

Oui bien sûr… je suis en déficit avec toi financièrement… mais ce n’est que temporaire… tellement mon oeuvre est lumineuse de droiture sans faille au niveau de l’éthique… 

Dès que Gaelle sera reçue au doctorat… elle deviendra ma directrice de thèse et alors… tout rejaillira à l’international et toi et moi serons aux ieres loges de nos succès réciproques…

——— 

Chez moi, les sentiments arrivent en conclusion … mais je dois avouer que devant cette femme d’exception que tu es… et cela dans tous les domaines… je prends le pari d’une épopée abs-xistentielle exceptionnelle… sans faille et surtout sans déception de quelque nature que ce soit…

———– 

comme tu es une écrivaine hors pair… (comme cuisinière, tu n’as pas ton pareil aussi:)))  …. quand tu archives ce qui s’est passé entre nous… cela sonne vraiment juste alors j’arrive comme dans les oeuvres de Bach … en contrepoint…  juste pour que notre musique se métamorphose en cette phrase qui encore aujourd’hui est aussi émouvante que la iere fois que je l’ai lue

 «Je veux vivre ma vie comme j’aimerais la lire quand sera venu le temps de me souvenir.» 

 … 

Pierrot

p.s. donc faisons en sorte que j’arrive chez toi pour diner… :)))

—————-

quelle joie profonde de te voir si talentueuse en organisance:))))

merci

Pierrot

——————

me suis éveillé avec une immense joie… celle de la droiture de notre relation Tellement vraie, cette droiture de sentiments…

Mes 1000 mots sont écrits… j’ai retrouvé la plume de mes doigts avec beaucoup de plaisir ce matin… et ma folle du logis s’est empressée de venir me faire escorte… que demander de plus pour satisfaire ma passion d’écrivaine ?

Je te reviens cet avant-midi, ou plus tard en journée.

Claire

PS : Si c’est un brin incommodant pour toi d’aller faire imprimer tes billets de bus, je peux les imprimer ici, les mettre dans une enveloppe et te les poster en allant chercher mon courrier… une affaire de rien, pour moi.

—————–

u’est-ce que tu penserais de celle-là… beaucoup plus confortable, et avec des bras rétractables… Si je veux que mon masseur se sente bien, qu’il ne se fatigue pas trop… il est important d’investir un brin dans son confort…Cette nuit, il m’est venue une réminiscence de la dernière chanson que tu m’as interprétée, que je n’ai pas enregistrée… où tu parlais des enfants et des femmes dans un camp de réfugiés… Il me semble que tu citais une écrivaine qui t’avait embarqué… que tu rêvais de masser de tes deux mains, sur une chaise à roulettes… c’est donc un souhait que tu mijotes depuis longtemps… moi qui raffole des massages…

Bonne continuité de ta journée.

Comme tu vois… je pense à nous.

Claire

—————-

yessss .. pour la chaise.. elle me semble la bonne c’est exact…d’autant plus que cette écrivaine est toujours de bonne humeur… comme moi d’ailleurs quelle belle qualité nous partageons Claire pétillants tous les deux dès le réveil:))) et notre cerveau consacré à une passion commune… la création

Pierrot

—————-

&&&&&&&&& 50-100

Cher Pierre,

Tu as raison… tous les matins je me lève en pensant à toi… en souhaitant te rendre heureux, dans les petits détails de la vie.

Hier, j’ai passé ma journée à essayer de faire fonctionner tous ensemble mes appareils électronique, à les jumeler à mon nouveau portable… pour finalement perdre mes adresses courriel dans Outlook, que je n’arrive pas à installer sur mon portable… quand je touche à l’électronique, on dirait que je suis frappée par un mauvais sort… je devrais me choquer, mais ça m’amuse de voir à quel point je suis nulle dans ce domaine…  Aussi, j’ai appelé David à mon secours…  Comme j’ai peu accès à mes documents, j’en profite pour jeter un oeil au sous-sol, et essayer d’imaginer comment on pourrait l’organiser. Ce matin, j’ai commandé des huiles à massage… 5 parfums différents…

Bonne journée.

Douceurs.

Claire

—————–

Ce matin, Gaelle est partie à l’université heureuse pour ellle et heureuse pour nous

Chère Claire

On dirait que le fait que tu sois apparue dans ma vie a comme épanoui Gaelle… se sentant encore plus comme une fille vis-à-vis son grand-père….. Fière, dans ses basquets signées créativement Gaelle Étémé… travaillante… organisée, disciplinée… elle vogue vers un doctorat oeuvre d’art … the queen is coming…

Hier elle a revu une des deux jeunes avec qui elle a suivi son cours de propédeutique par zoom au printemps… La jeune fille si tu te rappelles avait obtenu son ier A à l’université … Maintenant elle veut devenir professeure et faire sa maîtrise… mais elle devra recommencer trois cours du bacc… parce qu’elle avait plus fêté que bosser:)))  Tu te rappelles.. ses parents lui avaient fait une fête parce qu,elle avait obtenu son ier A jumelée avec Gaelle… alors que Gaelle tempêtait intérieurement parce que ce jumelage avait nuit à son A + … Mais comme sa directrice de doctorat Madame Martelly a quand même souligné dans un courriel que Gaelle avait brillamment réussi son cours… cela l’a quand même réconforté.

Gaelle me fait penser à Rosalie… mais avec 15 ans de retard… au sens de bien entourée de bienveillance nécessaire à son autonomie…Elle a du tellement lutter pour son rêve dans des épisodes tenant de l’impossible.. qu’elle était tombée depuis longtemps dans l’hyper vigilance:)))

Son avenir s’annonce tout simplement remarquable….

————-

Je me sens profondément  intime avec toi… au sens ou… quand j’arriverai chez toi le 22 septembre… il me semble que nous poursuivrons l’évolution de notre relation comme si il n’y avait jamais eut d’arrêt..:)))))

Bonne suite à ta journée

j’entame la mienne

Pierrot

————–

her Pierre,

Tu as eu raison de suggérer de ne pas attendre au Salon du livre pour nous retrouver… j’ai aussi le sentiment que nous reprendrons là où nous avons laissé, sur un délicieux moment… Notre petit voyage en Estrie sera une nouvelle étape de pur bonheur… en compagnie cette fois de David et les siens.

Au risque de me tromper, je crois que c’est normal que Gaëlle se sente plus épanouie depuis que je suis dans ta vie… c’est vrai que certains pouvait voir un flou dans votre relation. Tu m’as déjà dit que Michel te taquinait… sur sa présence dans ta vie. Avec sa sensibilité de femme, il est possible qu’elle ait ressenti un malaise à diverses occasions… même si pour vous deux, tout était clair. Bien qu’on s’en fiche, le regard des autres blessent parfois… surtout à l’âge de Gaëlle.

À notre âge, Rosalie ne pleurera plus à gros sanglots, au point de devoir arrêter le long de la route, quand un policier lui donnera une contravention… Du haut de notre bel âge, savourons la présence de tous ces jeunes dans notre vie, en les regardant se diriger admirablement vers des demain heureux…

Bonne journée, Pierre.

Claire

—————-

Bonjour Pierre,

Ta chaise est arrivée… elle est super confortable, elle roule et tourne vraiment bien, mais j’aurais dû faire le montage au sous-sol.  Je vais devoir attendre que tu sois là pour la descendre…

En faisant le montage, pour me mettre dans l’ambiance, j’ai fait jouer une de tes chansons, que j’avais enregistré: Comme un soleil, de Michel Fugain. Tu me l’as chanté le soir où tu es arrivé de Trois-Pistoles… alors que nous étions des amis très complices…  Maintenant que nous sommes amants… les mots que tu chantais avaient pour moi un parfum différent… ça m’a fait m’ennuyer de toi…

Tendresse.

Claire

nous pourrons bientôt ajouter… non seulement amants… mais complices pour la vie la relation accordéon que nous avons m’apparaît super confortable pour notre créativité réciproque:)))

Pierrot::::

————–

iere rencontre avec sa directrice pour son doctorat Gaelle est comblée….  son assiduité nuit et jour de l’été devrait s’avérer fondatrice d,excellence internationale

bonne nuit Claire

Pierrot

——————

en toute complicité çç titre privé ….bravo pour ton courriel à Gaelle

Est-ce que OBNL ” L’observatoire du merveilleux ” existe ?…

Si oui: Enregistré depuis quelle date ?…

Y’a de l’important qui s’en vient… C’est mieux de s’y préparer…

Peux-tu venir visionner le film à St-Élie le 5 novembre.

A+

Michel le concierge

============== 

Salut Mike

Gaelle ne vit pas dans le même monde que nous autres… Elle passe des heures nuit et jour en concentration, contemplation, création de pensées abstraites en vue de son oeuvre doctorale en métaphysique…. elle vit dans la lenteur concentrée ….

Demain 4 heures… Gaelle rencontrera pour la iere fois sa directrice de thèse Madame Martelly… ces deux-là commencent déjà à travailler l’agenda du doctorat de Gaelle même si elle est en propédeutique durant l’automne… Gaelle est percue comme une majeure par sa directrice … qui devrait la mixer avec une autre de ses doctorantes pour faire une équipe en recherche en épistémé marginale… du moins c’est ma perception d’après ce que j’en saisis )))) elle deviendra rapidement une star dans le département de recherche création ici à l’université de Sherbrooke.. car comme on lui a dit cette semaine… cela n’arrive quasiment jamais que quelqu’un se présente en recherche création avec une spécialité recherche théorique  plutôt que création:))))

Son projet Québec Mexique semble la propulser à l’international de manière inattendue… Mina qui habite en Espagne et qui est une compositrice de musique numérique reconnue internationalement donnera une conférence en Angleterre sur leur collaboration réciproque.. mui=sique… cinéma d’animation … d’autant plus que Gaelle apporte un traité théorique dans un o=programme MSI d’une grande importance pour la suite de son doctorat …. et de son implication même au département de recherche création… dans une spécialité dont l’université de Sherbrooke aura besoin…

Son site… where the dream lies …ou elle est en train de créer une collection d’objets et de vêtements www.wherethedreamlies.com … est directement relié à sa philosophie et sa métaphysique comme styliste… elle fait venir à compte goutte des exemplaires…. son rêve… être autonomme financièrement le plus tôt possible par un site de vente en ligne.. 

Sa force de concentration reliée à une santé fragile est motivée par le k-oeur… soit de prendre soin le plus tôt possible de ses 2 parents qui vivent avec son frère, les 4 enfants de son frère dans une précarité ou nous faisons tout pour que ces personnes là mangent… de là notre fierté à passer par les banques alimentaires ici… pour mieux contribuer avec sa soeur à Paris et sa soeur en Chine à la survie du reste du clan.

———- 

—————— 

—————————- 

Ceci dit… Je ne connais pas la réponse de Gaelle à ton courriel… et je ne m’en mêlerai pas:)))) Mais selon moi… son observatoire du merveilleux ne sera vraiment possible que lorsqu’elle aura réussi comme doctorante ( nous pensons que cela sera fait dans 2 ans et demie au plus tard… le doctorat étant trèssssss avancé et vraiment de calibre international dans le domaine de la métaphysique….  

Ceci dit… il y a des règles universitaires pour fonder un observatoire… et un OSBL ne devrait être possible que dans le cadre de ces règles universitaires:

quand à sa présence à Gaelle le 5 novembre… cela m’étonnera que cela soit possible… la somme de travail et de concentration que sa propédeutique lui demande pour réussir 4 A+ … elle qui fait tout en profondeur et en lenteur… fait en sorte qu’elle aura sans doute la rigueur de ne pas prendre de chances…. Tout chez elle est calculé en fonction de l’exceptionnel…. 

comme tu vois ce soir… après une journée de cours… après avoir trèsss peu dormi… Gaelle a passé la soirée en contemplation heureuse… dans un grand silence… à travailler… Comme tu me connais… je lui donne des conditions de travail intellectuel optimal…. Je connais la femme d’exception qu’elle est… et surtout sa grande capacit à devenir cette féministe théorique dont sa génération aura besoin…

———— 

Voilà mon ami

Comme tu connais aussi ma loyauté envers les rêveurs équitables … au gagnant gagnant si cher à Marlene…

NOUS AURONS NOTRE FEU D’ARTIFICE…

———- 

Pierrot

p.s.

si tu as le temps

les documents suivants me seraient bien précieux

sur you tube en liej privé permsnent

 

1) l’hommage à Simon Gauthier

2) la soirée des mercis chez Fabia à Montréal

3) la soirée à Trois pistoles

4) Gaelle la iere fois qu’elle est allé chez toi montrer ses trsvsux

5) Gaelle sa conférence à St-Élie

La métaphysique de la raison cosmétique de Gaelle et notre métaphysique ontikhative du traité des abs… étant très reliées…

je pense que ces archives  seront essentielles à ce que notre doctorat populaire puisse entrer dans le cénacle universitaire quand nous aurons été accueillis par l’observatoire du merveilleux de Gaelle

Ceci dit…:)))))))))))))))))

entre toi et moi

Tu sais… Claire n’a pas eu grand effort à faire pour me conquérir… dès le départ… j’ai été saisi dans notre échange épistolaire par la luminosité de sa personnalité, son amour pour les siens et son talent d’écrivaine:)))))

La chanson l’.crivaine au k-oeur d’or… fut écrite par le k-oeur même si la raison n’y voyait que de l’amitié par tension éthique.. car pour moi c’est l’usure au niveau de l’éthique qui garantit mon authenticité envers toutes celles et ceux qui ont cru en mon rêve

et le fait que j’ai quelqu’un dans ma vie rend Gaelle trèsss heureuse et épanouis… car cela confirme la qualit de notre relation grand-père oeuvre d’art qui prend soin de son rêve… sans intérêt personnel caché de quelque nature que ce soit:))))) Ce qui va l’aider à son tour à devenir cette femme internationale que j’ai vu en elle la toute iere fois il y a maintenant presque 4 ans

—————–

salutations sincères à Marlene…

Pierrot

—————–

Les moments précieux de nos vies…

Cher Pierre,

En partie grâce à David, qui est venu hier – à bout de souffle – m’aider dans l’installation de mon nouveau portable, je pense avoir enfin réglé tous mes problèmes informatiques… Je déteste peu de choses dans la vie… mais j’avoue avoir très d’affinité avec les nouvelles technologies. Au moins, maintenant, je sais que je pourrai apporter mon portable à Sherbrooke.

Ce matin, j’ai envoyé un courriel à Daniel et Joanne pour les inviter à Saint-Élie-de-Caxton, le 5 novembre… Si ça leur convient, je trouve que ce serait une belle occasion pour vous tous de faire connaissance. À part mes enfants, j’ai très peu de gens vraiment précieux autour de moi… eux en font partie.

Je redécouvre mon plaisir de créer… C’est fou, mais je plonge tellement profondément dans la vie de mes personnages que lorsque je relève la tête, après 2 ou 3 heures à mon clavier, c’est comme lorsqu’on s’éveille, et qu’on regarde autour de soi, en se demandant où l’on se trouve… j’adore.

Et j’adore aussi mon ami poète, qui vit à Sherbrooke… et que j’ai bien hâte de serrer de nouveau contre mon cœur…

Tendresse.

——————–

 

————-

Cher Pierre,

 

Chère Claire

Gaelle sort de sa rencontre avec sa directrice

La directrice de Gaelle, Madame Martelly a obtenu une subvention pour un projet de recherche qu’elle dirige …. et elle a offert un poste payant à Gaelle comme assistante de recherche dès que Gaelle aura terminé sa propédeutique. Ce projet sera d’une durée d’un an et probablement deux et même trois, le renouvellement de la subvention étant presque assuré. Mais bon… wowwww

Gaelle a aussi été recrutée comme co-organisatrice d’un colloque étudiant par Madame Martelly .. ce qui qui donnera l’expérience nécessaire pour l’organisation de ses propres colloques internationaux…

Comme Gaelle est très avancée dans son doctorat… sa directrice lui a aussi offert un bureau à l’université… offre que Gaelle a refusé préférant travailler à la maison. 

Un philosophe africain spécialiste en recherche création enseignant dans une prestigieuse université américaine… connaissance de madame martelly a de très fortes chances de devenir le co-directeur de son doctorat…

L’entonnoir du doctorat que Gaelle travaille depuis tant d’années a été chaleureusement accueilli par Madame Martelly… sans aucune résistance au niveau intellectuel…. yessssssssssssssss

Le projet Québec Mexique dans lequel Gaelle investit…  est accepté comme partie….  création … de son doctorat… Des membres de son jury sont déjà ciblés…

Bref… Gaelle est accueillie comme un cerveau générationnel par sa directrice. L’avenir s’annonce brillant… très brillant…

Nous avons donc fait le bon choix… tout misé sur ses A+ en propédeutique pour l’automne 2022 en faisant confiance en nos rêves réciproques:)))) en nos métaphysiques réciproques …

yessssssssssss

Pierrot

—————-

WOW, quel formidables nouvelles!

C’est merveilleux de voir nos rêves se concrétiser, après tellement d’investissement de temps et d’énergie… Tu as eu raison de croire en elle… Tout se met en place, tel que tu l’avais anticipé en t’occupant de cette jeune femme extraordinaire. Je connais peu Gaëlle, mais je suis très fière d’elle… elle mérite largement tout ce qui lui arrive… Bravo!Bonne nuit à tous les deux… vos rêves devraient être merveilleux.

Claire

—————-

Très cher Pierre,

Quelle immense joie tu dois éprouver de voir se réaliser tout ce pour quoi tu as investi tellement de toi-même… tu croyais en Gaëlle, et voilà que de plus en plus, son talent incomparable est reconnu par ses pairs…

Je n’ai aucun doute… des événements incroyables nous attendent dans les mois qui vont suivre… je sens que tes projets de doctorats prennent aussi leur envol… tout ce pour quoi tu travailles depuis si longtemps, que tu vis si intensément… commencent à porter leurs fruits… et je suis heureuse d’être à tes côtés dans ces moments si précieux de ta vie…

Effectivement, je vois que tu bosses très fort… de mon côté, je prépare aussi ta venue… tu me manques. Tu as fait un passage dans mes rêves endormis cette nuit… et c’était tellement doux… tendre… je me suis éveillé émue, surprise que tu ne sois pas dans mon lit… tellement mon rêve m’avait semblé réel… Je me rassure, en me disant que tu seras bientôt là…

Cet avant-midi, j’ai fait un peu de ménage dans mon sous-sol… s’il n’était pas aussi encombré je demanderais une soumission pour y faire finir une pièce confortable… Je pense que nous allons tout de même pouvoir nous installer un petit coin très intime… plus tard, pour une autre visite de ta part, je nous commanderai des chaises berçantes…

Je pense à toi, tout en tendresse.

Claire

—————–

le moment ou tu es vraiment devenue ma compagne de vie pour la vie

chère Claire

Sentimentalement, je suis plutôt du genre lent… très lent…On dirait que chez moi, cela fonctionne par étape quand je travaille en dormant… soudain une phrase surgit x: la chanson l’écrivaine au k-oeur d’or qui est venue quasiment toute écrite pendant mon sommeil ex: la phrase… à partir d’aujourd’hui je vais prendre soi de toi avec la même dévotion avec laquelle je prends soin de Gaelleet quelques autres dont je n’ai pas la mémoire en ce moment…

Mais quand j’ai reçu les 2 billets d’autobus par courriel… je me suis dis… Voilà une femme dont l’intelligence du k-oeur est vraiment supérieure à mon égard avec tout ce que j’ai vu dans ma vie… et cette nuit… pendant que je dormais… la phrase suivante m’est venue lumineusement….LE MOMENT OU TU ES VRAIMENT VENU MA COMPAGNE DE VIE… lèves-toi et écris lui…

———-

La relation accordéon est vraiment une relation que j’apprécie au plus haut point avec toi… J’en protège jour après jo0ur le caractère sacré et je suis intimement persuadé que tu en fais de même de ton côté

———————

cher Pierre

C’est samedi… un matin de paresse où je laisse ma plume dans son encrier…

Peut-être parce mon imagination me dirige plutôt vers toi… vers tes mots qui m’invitent à devenir ta compagne de vie… Justement, cette nuit, dans une période d’éveil, je me disais que tu pourrais écrire au poète Lambert que vous pourriez vous rencontrer chez moi, ta compagne de vie

À quel moment, pour ma part, j’ai compris que j’allais t’aimer pour la vie…Tu es tellement mignon… quand tu rougis, lorsque j’évoque le domaine des sentiments…L’amour, le vrai, le grand, avec un A majuscule… j’étais persuadé qu’il n’existait que sous ma plume, dans mes romans… et je l’avoue, j’enviais mes personnages. Pour aimer profondément, me donner âme, corps et cœur, j’avais besoin d’admirer… ce qui m’a échappé dans mes relations antérieures… Dès que je connaissais mieux mon guerrier de passage, je réalisais que ce sentiment était absent… alors je ne pouvais pas poursuivre la route avec lui… En ce qui nous concerne, grâce à nos échanges épistolaires, j’ai eu pour toi une profonde admiration… avant de penser qu’il pourrait exister des sentiments plus tendres entre nous. Une admiration qui m’avait tiré des larmes, suite à notre première rencontre en présentiel, des larmes que je m’expliquais difficilement… jusqu‘à tout dernièrement, quand j’ai compris à quel point mon cœur allait t’aimer…

Cette révélation s’est faite chez moi à la suite de petits riens… une épaule… un corps qui se moulait parfaitement au mien… ta tendresse… tes mains si douces sur ma peau… Et même ce petit moment d’une coquinerie exquise, à l’aéroport, quand tu m’as dit que j’avais les s…. de tes fantasme, beaux, très rares… dont tu avais toujours rêvé. Quand tu as ajouté, en rougissant, un petit sourire canaille au coin des lèvres, que c’était à cause d’eux que tu souhaitais d’investir dans une relation à long terme avec moi… j’ai ressenti pour toi, et ton sens de l’humour dans les moments sérieux de l’existence, un profond élan de tendresse… Le lendemain, chez Isabelle, quand tu es venu dans mon lit, et que tu m’as dit de bien écouter, car tu ne le répéterais pas : Claire, je t’aime profondément… tu m’as émue… j’ai su que tu répéterais ce mots… j’ai compris que je pouvais t’abandonner mon cœur, sans risque que tu le brises… une douce chaleur m’a envahie… qui je le sens, devient jour après jour, une flamme vive, qui enflamme nos sens… de même que nos esprits créatifs…

Bon, me voilà lancée dans l’écriture d’un roman… le nôtre… Il nous reste tellement de magnifiques chapitres à écrire… Avec nos plumes de poète et d’écrivaine, nous devrions en faire une chef d’œuvre de fin de vie…

« La relation accordéon est vraiment une relation que j’apprécie au plus haut point avec toi… J’en protège jour après jo0ur le caractère sacré et je suis intimement persuadé que tu en fais de même de ton côté. »

Oui, cher Pierre, notre relation prend pour moi un caractère sacré.

Je t’aime.

Claire

—————-

&&&&&&&&&
&&&&&&&&&&&&&

———–

chère Claire

je t,envoie 2 documents …. celui de mon émission de radio et un vieux document qui parle de Gaelle et moi…

Je te réécris quelque part  cette nuit…… on m’a réquisitionné pour une fête de famille… Gaelle s’est bien payé ma tête quand on est venu me chercher pour aller faire un pas de danse… quand même:))))  Même pudeur à danser que de parler de sentiments:)))))))))))))))))))))On ne peut pas tout prévoir dans la vie:)))

Pierrot

——————

Gaëlle m’a expédié une vidéo de ta performance… il y a du talent qui se perd… Heureusement qu’on ne peut pas tout prévoir…
Bonne fin de soirée.
Claire

———————

il ne manque que toi ici claire )))) Bonne nuit

Pierrot

——————-

Mon cœur y est… tellement.
Bonne nuit, Pierre.
Claire

Claire Bergeron

————–

Gaelle me faisait remarquer que nous étions tous les deux bâtis dans le même bois… prendre soin de l’autre

Chère Claire

Aujourd’hui, journée consacrée au ménage… Je ferai les armoires, le frigidaire, les planchers… Pendant que Gaelle continuera son magnifique marathon des A + …. Et pendant ce temps-là, mon cerveau continuera à mijoter des innovations métaphysiques reliées à l’ontikhatif…

Les mercis quotidiens de Gaelle sont d’une grande qualité … Par exemple… elle m,a dit hier… si tu as besoin d’une technicienne pour ton émission de radio ( connaissant mon horreur des pitons de quelque nature que ce soit) … je suis disponible à apprendre d’Alain Roy pour être à ton service techniquement… 

Comme par exemple la place qu’elle te fait déjà dans son k-oeur quand tu vas venir ici à Sherbrooke… Cela passe par de petits gestes concrets… elle me disait le soir on va pouvoir jaser autour de mon divan à travers mes travaux:)))

Nous sommes trois locataires dans le triplex.. Le soin de Gaelle prend de Jamiatou de ses enfants … et le soin que je prends de la voisine d’en haut Jade … Je sais que tu le fais aussi pour les tiens..

Prendre soin des autres autour de nous sans intérêt personnel caché pour que tous soient gagnants gagnants… c’est ce que moi j’appelle une forme absolue d’intégrité qui est bon pour la santé mentale

merci de prendre soin de moi et de Gaelle à travers moi

Pierrot

bon réveil

—————–

Bon matin, Pierre,

Au réveil ce jour, le goût de reprendre ma plume était de retour… ça fait du bien, une petite journée de paresse dans la création.

Je vois qu’il t’arrive de prendre une journée de temps à autre sans sortir vagabonder… une prochaine fois, avertie-moi un peu à l’avance et j’en profiterai pour te faire livrer les oreillers et la couette, pour notre lit. Comme je te l’ai écrit, Amazon laisse les boîtes sur les seuils de porte…. alors, il est préférable d’être chez soi pour les ramasser à la livraison.

C’est super la bonne entente que vous avez avec les autres locataires de votre immeuble… j’ai remarqué qu’il y avait deux adorables petites filles… le bébé, est-ce un garçon? Gaëlle et toi devez apprécier ce changement, comparé à votre vie à Montréal…

Rosalie doit venir souper avec moi, ce soir. Je vais profiter de ses connaissances pour ajuster quelques petits détails avec ma connexion d’ordinateur, d’écran, etc… Son grand-père, monsieur Trigg, le père de Kevin est très malade à ce qu’Isabelle m’a dit… ça semble très sérieux… un homme d’une incroyable distinction…

Ça fait réaliser que nous avons tous une date de péremption… comme il a 91 ans, et qu’il a super bien vécu jusqu’ici, c’est moins pénible de penser qu’il peut partir à tout instant. D’un autre côté, je me dis qu’il a seulement quinze ans de plus que moi… ça passe vite, quinze ans… Donc, je compte bien en profiter, et même vivre en bonne forme au-delà de ces années… Ta présence à me côtés me donnera l’énergie… et le goût… de vivre centenaire, en demeurant, à tes yeux amoureux, une très jolie petite vieille…

Bonne journée de ménage.

Tendre bise.

Claire

—————

Sur ton document de radio, il y a une erreur dans ton adresse courriel…
Claire

 

Cher Pierre,

Rosalie vient de partir… c’est toujours bien agréable de la recevoir, j’ai tellement de beaux souvenirs avec elle.

J’ai aussi très hâte au 22 septembre… c’est bien cette relation, en accordéon comme tu dis, ça nous fait anticiper les doux moments que nous vivrons ensemble, en douceur, lentement, en prenant le temps de savourer chaque instant… Et entretemps, nous avons pleine liberté de nous investir dans nos créations réciproques…

Lors de cette rencontre, nous allons faire de nouvelles découvertes… voyager avec David et Édouard… célébrer l’anniversaire d’Édouard, qui aura 13 ans le samedi 24 septembre. Et le dimanche, nous assisterons aux compétions équestres d’Évangéline… tu vas voir à quel point elle est sérieuse, et combien elle s’investit dans ce qu’elle fait… on croirait sa mamie…

Puis nous aurons du temps pour nous deux, vendredi, lundi et mardi… la table de massage sera certainement arrivée… nous pourrons installer ensemble notre petit coin au sous-sol… tout doucement, tu cesses d’être un invité chez moi…

Pierre… je suis aussi vraiment ben avec toi, c’est merveilleux de te sentir présent, même dans l’absence.

Bonne nuit… et tendresse.

Claire

PS : Sur les photos envoyées par Gaëlle, j’ai vu que tu avais rafraîchi ta coupe de cheveux…

—————

 

 

Cher Pierre,

Je prends conscience, chaque jour davantage, du bien-être que me procure ta présence à mes côtés, celle d’une personne aimante, qui veille sur moi…

Tu sais, Pierre, toi et moi, au cours de notre vie, nous avons pris soin des autres, de leurs besoins, de leurs rêves, avec bienveillance, en nous oubliant, prêts à tout donner pour qu’ils atteignent leurs objectifs… Cette façon de faire a toujours été normale pour nous… comme si nous n’en connaissions pas d’autres…

Et voilà que tout à coup, arrive dans nos vies une personne prête à se consacrer à notre bonheur, prête à veiller sur nos rêves, à chercher à nous comprendre… il est impossible de ne pas accueillir ce présent de la vie avec une joie incommensurable ! Tu es là pour moi. Je suis là pour toi. Et ce, dans les méandres les plus intime de notre nature humaine… savourons!

Tu es dans mes pensées

—————-

 

Chère Claire

Ce que j’aime de la relation accordéon c’est le temps poétique que l’on prend pour sculpter l’autre en soi… et surtout de se l’écrire, jour après jour… Il y a là-dedans une pureté du k-oeur que nulle usure du quotidien ne peut altérer… et qui se ressource dans nos créativités réciproques…

Tu dois être heureuse tous les matins de te retrouver avec tes personnages… De mon côté… j’assiste aux ieres loges à l’émergence de Gaelle dans toute sa dimension de créatrice internationale… tout en faisant de mon cerveau un art de vivre au service du tien par le k-oeur:)))

Oui, nous vieillirons tout en rajeunissant

bien hâte au 22

Pierrot

—————-

Bon matin, Pierre,

Je me prépare à aller déjeuner avec mes trois copines: Huguette, Lucille et Thérèse… Avant la pandémie, c’était un rite mensuel… là, on ne s’est pas réuni depuis la fin mai…

Je t’écris à mon retour.

Claire
Claire Bergeron

—-

Cher Pierre,Ici, le soleil est au rendez-vous… de toute façon, depuis que tu es dans ma vie, je n’ai pas connu un seul jour de mauvais temps. Certain disent que nous n’avons pas eu un bel été… moi, il me semble que ce fut le plus beau de ma vie… et comme nous allons rajeunissant, les suivants devraient être encore plus merveilleux…Heureuse… même si aujourd’hui, je suis allée de nouveau au garage dans l’espoir de faire taire ce bruit désagréable qui me fait escorte depuis un bon moment… j’ai dû y retourner à deux reprises… pour finalement croire qu’ils ont trouvé le problème. En revenant chez moi, la dernière fois, je ne l’ai pas entendu… j’attends la prochaine sortie avant de me réjouir. Qui sait, je vais peut-être m’ennuyer de ce bruit de fond, qui me rappelait notre respectueuse épopée en Mauricie…Je suis très heureuse de constater que tout va bien pour Gaëlle… avec un ange gardien tel que toi, il ne peut pas en être autrement…Bonne fin d’après-midi.Bisou.ClaireCher Pierre,

 

Les mots qui résument le mieux ce que nous ressentons l’un pour l’autre, je crois, ces sont les mots de la chanson L’essentiel, écrite par Aznavour :

« L’essentiel
C’est d’être aimé
Le reste importe peu, la seule vérité
C’est compter pour quelqu’un quoiqu’il puisse arriver
C’est entrer dans son cœur et n’en sortir jamais
C’est recevoir autant qu’on aimerait donner
Ne plus s’appartenir, en être rassuré
C’est voir la joie de l’autre et fondre de bonheur
Mériter sa confiance et devenir meilleur
L’essentiel
C’est d’être aimé… »

Tu as raison, nos rituels, ces empreintes physiques et émotionnelles, que nous nous laissons l’un à l’autre, à chacune de nos rencontres, créent entre nous une profondeur de sentiments, très agréable à déguster lorsque nous nous retrouvons… des visites que nous anticipons avec tellement de joie…

Tu as une journée bien chargée… j’ai hâte que tu me relates ta rencontre de ce soir, en présence des animateurs radio, qui auront pignon sur rue…

De mon côté, c’est la jolie routine de mon travail d’écrivaine… un moment de création ce matin, interrompu de l’envoi par Anne-Marie d’un segment révisé, de mon roman à paraître au printemps 2023… un autre dont je suis bien fière. Il fait beau, alors je vais jouir de la magnifique température, tout en douceur.

Bonne journée à toi, cher Pierre.

Claire

————–

Salut Stéphanie…  quelle belle rencontre… j’aimerais attendre que ma compagne de vie…  Claire Bergeron …  écrivaine… www.claire Bergeron.com … soit en visite ici à Sherbrooke dans le bout du 15 octobre 2022 … pour te la faire connaître et lui faire découvrir tes belles inventions culinaires passionnées :))))

Tu es une rêveuse magnifique …  je planifie une nouvelle série d’émissions à CFLX …qui seraient pré-enregistrées pour septembre 2023 …. intitulée … UN RÊVE DE VIE… DEUX AMI(E)S ….

 J’aimerais bien que tu y participes un jour:))). 

Je compte répertorier une douzaine de rêveuses rêveurs … qui.. accompagné(e)s de leur meilleu(e) ami(e) vient parler de son rêve de vie avec un angle amical de la part d’une personne chère qui a assisté à l’évolution de ce rêve de vie:)))

Pierrot

———-

se voit samedi….. pour les échantillons à faire goûter à ma coloq … dis moi juste entre quelle heure et quelle heure tu y seras…

Pour ce qui est de l’émission de radio à CFLX … je viens d’en proposer par écrit … le concept à la directrice des programmes… j’attends un suivi à ce dossier… Vraiment heureux que tu acceptes d’y participer…

Mon objectif  … prendre le temps de rencontrer une douzaine de rêveuses et rêveurs … pré-enregistrer le tout d’ici septembre 2023 et faire partie de la programmation de CFLX à partir de septembre 2023

Parallèlement… je travaille sur un concept… un sentier de la vie personnelle oeuvre d’art … ici à Sherbrooke ou les 4 questions seront inscrites

quel est ton rêve? … dans combien de jours? …. qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve? … et comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

Pierrot

————–

que ça va être le fun Claire de vieillir ensemble:)))

bon réveil

Pierrot

—————-

Cher Pierre,

La vie nous a offert un merveilleux cadeau, sur ce dernier versant de notre existence… je le savoure à chaque instant… Même en ton absence, quand je me remémore cette belle odyssée qui nous a conduit l’un vers l’autre… Je me dis qu’il aurait suffi d’une seule petite maladresse de notre part, pour que cet incroyable rendez-vous nous échappe… heureusement, des forces plus grandes que notre volonté veillent sur nous…

Tendresse.

Claire

—————

 

Cher Pierre,

 

Nous ne le constaterons jamais assez… c’est un merveilleux cadeau que nous a fait la vie, en permettant à nos destins de se croiser… et surtout, pour nous, de reconnaitre ce rendez-vous qui nous était certainement fixé depuis notre naissance…

 

J’attends Daniel et Joanne pour souper. On ne s’est pas revu depuis notre voyage à la Société d’histoire d’Amos… de bonnes placotes en perspective.

 

Rajeunir avec toi sera enchanteur… tu as raison.

Bisou.

Claire

—————–

quelle épopée à Sherbrooke nous allons avoir cvlaire

 

Pierrot

 

merci

 

—————-

quand je partirai jeudi matin… vers Ste-Rose… j’aurai atteint tous mes objectifs

ici à Sherbrooke … Gaelle sera en paix, en sécurité et en optimalité doctorale…

 

bon réveil:)))

 

tendresse

 

Pierrot

—————-

rès cher Pierre,

Jusqu’ici, quand tu venais chez moi, c’était en ami… jeudi, c’est un homme le cœur rempli d’amour qui frappera à ma porte. N’est-ce pas merveilleux, cette évolution dans nos sentiments ? Moi, ça me fait frissonner l’âme, le cœur… et le corps. Quelle tendre attente, à compter les jours et les dodos…

Hier, Daniel m’a apporté deux grosses caisses de retailles de bois. Cet hiver, nous pourrons nous installer au coin du feu, tu sortiras ta guitare, et seuls, toi et moi, nous revivrons la sublime époque des boîtes à chansons… que de la joie en perspective.

Bien contente que tu quittes Sherbrooke avec le sentiment du devoir accompli, nous pourrons nous consacrer l’un à l’autre en toute quiétude…

Ta tendresse m’émerveille… et me va droit au cœur!

Douceur.

Claire

—————-

 

Cher Denis,

C’est magnifique! Déjà que les mots étaient émouvants, la mélodie sur laquelle vous chantez vos paroles… est céleste!

Pierre est un homme de lumière, authentique, qui vit, il est vrai, hors du temps… Il est une personne au service de ses semblables, qui sème le rêve sur son passage, et comme vous le notez si bien, son rire est un chef d’œuvre, tellement il est franc et libre…

Lui et moi, étions des personnes heureuses dans nos solitudes choisies, à nous consacrer à nos créations réciproques, avec si peu de chances que nos destins se croisent… Notre rencontre, comme vous le dites si joliment :  « Deux tendres étoiles qui se regardent et se reconnaissent parmi des milliards de milliards de petits points brillants dans un même firmament ! » est pour nous un mystère de la vie, que nous apprécions à sa juste valeur. Aujourd’hui, nous réalisons à quel point l’amour, quand il est vrai et authentique, apporte un sentiment de plénitude dans l’existence…

Oui, Denis, Pierre sera ravi d’écouter votre mélodie, n’hésitez pas à la lui faire parvenir.

Claire

—————–

Bonjour Claire

Voici un enregistrement maison de la chanson du vagabond céleste en pièce jointe

Espérant qu’elle vous plaira avant de la montrer à Pierre.

Merci de votre écoute !

Excusez mon retard, j’avais la voix enrouée ces jours-ci !

À bientôt !

Denis Lambert

—————

Bon matin Pierre

J’ai bien réfléchi cette nuit à toute cette dimension du continent intérieur partagé dans vos propos qu’incarne Gaëlle et combien d’autres parcelles de lumières de l’univers.

… et l’inspiration est venue à ma rencontre, m’apaiser temporairement, … et je vous partage le fruit de cette lettre poétique dont vous êtes tous les 2, l’inspirateur et l’inspiratrice. À remarquer que j’ai remplacé les “c et q” qui sonnait en “K” justement par la lettre “K” et j’ai même fait la découverte qu’il y avait des “K”sonore qui étaient invisibles à l’oeil nu de l’écriture ??? Comme par exemple dans le mot extérieur ou on entend un “K” entre le “e” et le “x” : e-K-xtérieur. J’ai aussi tenu à ce que chaque vers contienne minimalement un “K” par profond respect pour vos travaux. Alors je vous laisse le soin de cette page de poésie à partager avec votre amie Gaëlle car seul un vagabond céleste connait la clé qui ouvre les serrures de l’intérieur …

Et surtout : N’oubliez pas de passer une belle journée !

À bientôt Pierrot !

Denis

 

Cher Pierre,

Il y a plus de trente ans, quand j’ai divorcé, je me suis promis que plus jamais je n’appartiendrais à quelqu’un… je refusais que désormais, l’on m’associe à un homme… Ma nouvelle liberté, si chèrement acquise, était trop précieuse pour que je la sacrifie….

Et j’ai tenu ma promesse… jusqu’à toi…

Quand tu écris ceci : « vraiment tu es une femme d’exception …. tu es ma femme d’exception :))) »… je ne me sens nullement menacée… au contraire, j’éprouve une grande fierté d’être associée à toi… et beaucoup de bonheur aussi!

Il y a de la magie là-dedans, c’est certain!

——–

Merci Pierre

Je suis très touché par ton mot d’une grande sensibilité artistique, mais encore plus par cette riche amitié poétique qui se tisse au fil des jours. J’avais écrit la chanson “Le vagabond céleste” en juin 2020, suite à l’écoute de la très belle version de “ta chanson du camionneur” faite par Fred Pellerin” Puis je l’avais fait parvenir à Fred sans la musique par le biais de Marie Martinez qui m’avait dit qu’il aimerait entendre la musique. Mais la covid a fait que c’est tombé dans l’oubli jusqu’à très récemment.

C’est alors qu’en furetant sur le net, je suis tombé sur une vidéo du conteur Simon Gauthier qui parlait de son amitié avec Pierrot le vagabond céleste que l’idée d’envoyer le texte à Simon m’est venue pour lui demander ton courriel le 15 août dernier… Comme les semaines ont passé et que j’étais resté sans réponse. C’est le 4 septembre que j’ai compris pourquoi il en était ainsi. Simon, comme tu me l’as indiqué avait déjà célébrer son mariage avec l’éternité le 19 janvier 2022.  Mais, j’ai tendance à croire que de l’autre côté du miroir Simon a su attacher les ficelles pour créer ce canal unique de communication.

De mon côté la poésie m’a frappé comme l’éclair, tardivement, à 24 ans, il y a de cela 33 ans. Je m’en souviens comme si c’était hier. J’ai entendu clairement une voix intérieure me dire ces 2 messages:

Le visage de la mort

Est-ce bien celui qui dort ?

Peut-être celui d’un message

Au-delà d’un passage …

Si je deviens roi

C’est que tu m’auras écouté !

Si je suis persécuté

C’est que tu m’auras rejeté !

En cadeau je te transfère en pdf le manuscrit original : “La complainte de la Manic” qu’Emmanuel, le fils de Georges Dor, m’a fait parvenir. Tu verras que la version originale diffère de celle qui circule !

Aussi une photo quand Fred Pellerin commanditait un concours de conte que j’organisais pour la commission scolaire. Fred venait en cachette rencontrer les gagnants.

Bonne soirée !

Denis

 

 

—————-

Bonjour Pierre,

Je me suis procuré tout ce qu’il faut pour faire un bon feu dans la cheminée… il ne manque plus que toi, et tes chansons, pour magnifier l’ambiance… j’ai hâte que tu sois là…

Bonne journée… ici, il pleut à verse, mais dans mon cœur, le soleil brille…

Claire

—————-

Cela m’épate Claire de voir à quel point tu prends soin de tous les petits détails en ce qui a trait à nous deux… organisante, poétique, intelligente…. en tout cas.. je ne surprendrai pas en te disant que tu as et auras un complice à ta hauteur… C’est peut-être cela l’amour une complicité à hauteur de rêve:)))

Gaelle bosse fort…. wowww…. Son arrivée au doctorat en janvier 2023 devrait être sans faille….

—————-

 

Bonsoir Claire,

Pierre m’a écrit une très belle lettre ce matin suite à l’envoie de la vidéo de la chanson “Le vagabond céleste”

Vraiment ! Il écrit bien le Pierrot. Un être attachant, d’une exceptionnelle sensibilité.

J’ai aussi jasé cet après-midi avec mon amie Caroline Desbiens, députée du Bloc Québécois de la région de Charlevoix, Isle aux Coudres qui est aussi une auteure-compositeure-interprète de grands talents. Caroline m’a dit qu’ils avaient soulignés la fermeture du 2 Pierrots l’an dernier à l’assemblée nationale comme une institution importante du milieu de la culture québécoise. Mais que rien n’avait été fait jusqu”ici pour honorer Pierre, le vagabond céleste. Elle m’a dit qu’elle allait regarder cela et me revenir.

Et j’ai aussi trouvé le fichier des correspondances qui ont mené au mariage de mon grand-père Arthur avec sa Rosalie (de la Beauce). (en pièce-jointe)Qui sait, peut-être se réincarneront-ils à travers vos personnages ? En tout cas, c’est de la nourriture romantique pour romancière !

Amusez-vous bien !

————–

Bonjour Denis,

Vous avez raison, Pierre est un être d’une extrême sensibilité…

C’est une belle initiative de votre par de vouloir qu’il soit reconnu comme l’un de nos grands poètes, mais également comme un philosophe hors du temps… Je suis toujours émue de constater à quel point cet homme est heureux, bien qu’ayant tout donné, et continuant de donner, dès que l’occasion se présente… C’est un allumeur de rêve, dans le cœur de tous ceux qui ont la chance de croiser sa route…

Et merci pour la superbe correspondance entre vos aïeux… dès que j’ai un moment de tranquillité, je vais m’y plonger avec une grande joie… et je vous en reparlerai, c’est certain.

Bonne continuité à votre superbe poésie, et au plaisir de vous rencontrer en novembre.

Claire

—————–

1114 ….. 19 DÉCEMBRE 2012

1114 .. (FRANÇOIS VILLON) COURRIEL À SIMON SUR LE VAGABOND FRANÇOIS VILLON CHANTÉ PAR REGIANNI

mon rapport avec villon regianni
From pierrot@reveursequitables.com
To Simon Gauthier
Date 2012-11-19 13:50

Quand je suis arrivé à Montréal chez ma tante lucienne pour étudier à Brébeuf, Regianni avait sorti un long jeu avec un 45 tours, sur lequel il y avait la ballade des pendus… C’était mon seul disque sur mon petit pick up:))) et cette chanson a joué sans arrêt durant des mois.Je pleurais toutes les larmes de mon corps, de joie car Je reliais en moi le Jean Narrache de mon enfance avec le Villon de la fin de mon adolescence, deux vagabonds poètes dont la légende en faisait des personnages aussi poétiques que ceux du loup des steppes de Hermann Hess, dont j’achetai une cinquantaine de copie que je donnai à différents artistes en difficultés pour qu’ils gardent confiance en leur vocation.

durant les fêtes de 1970 je crois, je fis le tour de la Gaspésie sur le pouce avec Pierre Angers des Contretemps ( nous avons fait 2 long jeu si je me souviens bien) ils doivent être à la bibliothèque nationale avec celui que j’ai fait qui s’intitule Pierre Rochette chante le vieux Montréal et le livre de poésie.

Pierre Angers et moi ne pûmes dépasser Chandler, les tempêtes ayant bloqué les routes, nous dumes revenir sur nos pas. Mais notre vagabondage nous a rapporté des contrats dans la vallée de Matapédia. Je rêvais de poétiser Villon par ma vie même, et je me rappelle avoir chanté le poème de Villon sur la musique de Regianni dans les moments les plus difficiles.

Pierrot

Simon Gauthier <simondufleuve@gmail.com> a écrit :

Merci Pierrot, je vais prendre le temps de
lire ce que tu m’envois et plus encore!
Merci encore pour tes histoires
et notre rencontre.
C’est un oeuf
+++

Aujourd’hui il fait beau soleil.
Je vais prendre une marche et quelques rayons d’automne.

J’ai rencontré juste après notre séparation au Salon du livre mon ami (et
le tien aussi)
Richard Gamache

Il me fait te mettre à l’oreille “Vas dire à ma mère que le poête est mort”

!!!! avec un grand sourire toujours cet éclatant Gamache de la Gamacherie”

Il va bien.
Il te salue affectueusement le fil d’or
À bientôt
à plus
Simon
on on on on on

——————-

4112, 28 mai 2020,

UNCATEGORIZED

RADIO-CANADA A RENOUVELÉ SES DROITS DE DIFFUSION DE LA CHANSON DU CAMIONNEUR POUR LES TROIS PROCHAINES ANNÉES….

MAY 28, 2020 PIERROT LE VAGABOND CHERCHEUREDIT

La poésie…. La vie n’est que poésie…. du moins pour le poète… Mais qu’est-ce donc que la poésie?

Je crois que c’est l’envers de l’horreur… le privilège que de n’être autre chose que le rien qui danse en soi pour mieux témoigner de la souffrance universelle des errants fantomatiques qui eux vivent l’invisibilité des abandonnés des chances d’avoir accès aux ressources et encore pire… celle des errants axiologiques qui se battent hiérarchiquement pour monter d’un barreau de l’échelle sociale…

Je ne sais trop que dire… Le poète n’est habité que par la poésie … J’ai beau fermer les yeux…  elle est toujours là dansant en moi… j’ai beau ouvrir les yeux… elle est encore là… j’ai beau vieillir… elle est encore et encore et encore jeunesse éternelle du vent qui soufflait dans la fenêtre de garage du café St-Vincent quand je chantais sur le petit banc… de la petite scène … soir après soir… pauvre… si pauvre… mais si riche…

La beauté du monde faisait en sorte… que je m’évanouissais de l’intérieur… parce que cela était impossible que ce ne soit pas moi qui chante… que les applaudissements du public me laissait indifférent… ni voyant que le piège du paraître… Comme m’avait déjà dit Suzanne Fortin, la belle grande fille de Recyclo-livres… JE SUIS AMOUREUSE DE TON ÂME….

Je dois avouer aujourd’hui que je n’ai jamais aucun talent en amour… Je me rappelle Pierrette qui était vérificatrice bancaire à l’international…. Un jour… je reçois une lettre d’amour…. bien sûr… une belle fille qui a le courage de t’écrire une lettre d’amour… c’est quand même un événement dans une vie…

Mais les deux hobos en moi qui sautent du train de la condition humaine chaque fois que cela devient sérieux… te font un handicapé de la peur d’être seul…  Et encore une fois… une nouvelle femme dans ma vie… et encore une fois… la poésie qui me disait… fuis… fuis… la poésie peut rarement gagner contre l’usure du quotidien…

Je me rappelle… Je passais mes nuits chez elle, aprèes le spectacle è l’auberge avec Denis… è lire Krhisnamurti… des nuits entières… et Pierrette de me dire… si tu ne me fais pas l’amour… je vais me trouver un amant… et moi de lui répondre… Je préfère que tu te trouves un amant…  c’était terminé….

Je me rappelle… j’étais dans le train avec une de mes ex-femmes… Nous venions de créer un nouveau spectacle à l’auberge… cela m’avait demandé de nombreuses recherches sur le western américain… en fait… nous avions un spectacle country qui nous permis Denis et moi de faire 2 fois le festival de Ste-tite…

Nous étions dans le train… et j’avais apporté un gros volume en anglais sur le burlesque américain… et mon ex de me dire… c’est ça… on est en vacance et tu lis encore… Terminé que je me suis dit… à la gare suivante… je fis en sorte qu’elle s’asseoit plus loin pour que la poésie qui m’habite ne me trahisse pas…

—————-

J’étais , nuit et jour, poésie… fou de poésie… comme quand j’écrivais des nuits entières mes cahiers de chansons au dactylo… comme quand je passai plus de 14 ans à bosser sur une maîtrise … Parfois.. la salle était en délire…Je me rappelle entre autres, à Gatineau je crois… Pendant que j’étais sur scène… et que le public dansait sous mon talent…moi… je courbais le pacing et l’improvisation pour varier à l’oreille les trois formes de rire (le rire de supériorité, le rire de libération, le rire de l’incongruité) … et là. lorsque j’avais fais une avancée théoritique… je n’avais hâte qu’à l’intermission pour déposer cette avancée intellectuelle… bien écrasé contre le plancher… Denis arrivait et disait… c’est le temps de retourner… et moi de lui dire… donne-moi 5 minutes… j’ai pas fini… et passionnément… je poursuivais la seule chose qui m’intéressait… témoigner par l’écriture de mes avancées de laboratoire… car pour moi… faire de la scène.. c’était d’abord un laboratoire de recherche poétique… 250 fois par année… j’étais poésie-chercheur…. d’un rêve étrange…

Parfois les brosses d’être étaient si intenses…. comme ce fameux soir d’été au Patriote de Ste-Agathe… ou je vécus un coup de foudre pour une jeune femme… j’arrivai sur la scène et je dis: Mesdames et Messieurs.. ce soir le spectacle ne durera pas 20 minutes… aujourd’hui j’ai vécu un coup de foudre… et j’ai la chance cette nuit de vivre une extraordinaire nuit d’amour… et je débarquai…. prit ma guitare et partis…

Je me rappelle… Denis était à l’arrière dans le petit bureau… et tenait sa tête dans ses mains… A ma grande surprise… des hommes vinrent me serrer la main en tremblant…. j’avais touché en eux quelque chose qu’ils n’auraient jamais l’occasion de vivre… et ile me remerciaient d’avance de le vivre pour eux…

C’était une très belle femme…. On s’était donné rendez-vous dans un parc… Elle travaillait à l’auberge… on dirait qu’elle avait vu en moi ce que je n’avais pas encore vu moi-même… le vagabond qui s’apprêtait à tout lâcher pour vivre radicalement la poésie qui l’habitait…. C’est elle qui m’avait dit… T’ES PAS TANNÉ DE FAIRE LE SINGE EN AVANT… Elle avait visé juste… Ma maîtrise sur le rire était terminée… j’avais l’impression de n’être plus que la caricature de moi-même…

Nous arrivâmes à l’ancienne maison de Raymond Levesque qui était la mienne sur la Butte aux Pierrots (l’ancienne butte à Mathieu)… elle alluma des chandelles… et fit des incantations une partie de la nuit …. pour que mon vrai moi surgisse… Tout chez elle était délire…. Je fus inquiet au point ou je cachai les couteaux… Nous dormîmes l’un près de l’autre… Étrangers… elle dans le délire… moi dans la poésie… elle partit à pied dans la nuit… j’ai su plus tard que la police l’avait ramassée sur la route et qu’elle était entrée en psychiatrie…

Le lendemain… la salle du Patriote était bondée… mais bondée… Je reconnus des visages d’hommes qui m’avaient serré la main la veille et qui voulaient connaître la suite de l’histoire… et je racontai la catastrophe que fut ma nuit… et le spectacle fut étrange… comme de la poésie au clair de lune qui s’était trompé de soir….

Ce jour-là… je sus que j’avais franchi une ligne… Je ne faisais plus la différence entre ma vie poétique et les lois de la scène… C’est pas longtemps après que sur scène à l’auberge…. je chantai la quête de Jacques Brel et quittai à jamais par la porte d’en arrière…

J’apportais avec moi… la poésie de ma jeunesse… intacte…

Seule la poésie comptait…. chaque visage de femme n’était que le nouveau masque sous laquelle elle venait se reposer… plus j’étais pauvre, plus j’étais sans le sous, plus j’étais poète, plus de très belles femmes venaient mystérieusement hanter l’enchantement des rêves uniques….

C’est ainsi que Mademoiselle Marie débarqua avec son chien… alors que je n’étais qu’écriture devant le poêle a bois… et que je me ramassai à Victoriaville… dans sa maison…. a travailler nuit et jour à Monsieur 2.7 k… à lire,lire, lire, lire… à hurler à la bibliotheque là ou mon ami le poete Richard Gamache était concierge…. à hurler…. ma colère de ne pas trouver ce que je cherchais… Cher richard…

———————–

MA DÉVOTION À LA POÉSIE DE VIVRE FUT SANS CONCESSION TOUT AU LONG DE MA VIE SUR TERRE…. ET C’EST PEUT-ÊTRE CELA …. LE PARI DU RIEN…. EN TOUT CAS POUR MOI… DÈS QUE LA POÉSIE DE VIVRE SE RETIRE DE MA VIE… JE CONVOQUE LES DEUX HOBOS DE MON ENFANCE …. JE MONTE AVEC EUX SUR LES DESSUS DU TRAIN DE LA K-ONDITION HUMAINE… ET ENSEMBLE… NOUS SAUTONS DU TRAIN…. NON PAS DANS LE VIDE… MAIS DANS LE RIEN DU VIDE…. LÀ OU LE RÊVE BIG BANG NE FAIT PAS PARTIE DU RÉEL… MAIS LE SIGNE POUR CEUX OU CELLES QUI ONT LE K-OURAGE DE TOUT ABANDONNER…. LÀ OU LA BEAUTÉ DU MONDE SE FAIT HUMANITÉ OEUVRE D’ART

JUNE 1, 2020 PIERROT LE VAGABOND CHERCHEUREDIT

CHER RICHARD GAMACHE
POÈTE

Faites connaissance avec Richard Gamache

Arts de la scène – Conte

Présentation

“Qui suis-je ? Artiste. Poète, auteur-compositeur, palabriste, écrivain publique, producteur … J’ai jeté tant de bouteilles à la mer que si elles me revenaient toutes je pourrais en faire un radeau et enfin la traverser.”

Maire de Norbertville de 2005 à 2009, récipiendaire en 2010 du prix Georges-D’Or remis par la Société Saint-Jean-Baptiste Centre du Québec pour mon implication dans la promotion et la défense de la langue française, j’ai écris plus de cent chansons et quelques plaquettes de poèmes et n’en finirai jamais de me faire entendre partout où je le pourrai.

—————-

—————

Très cher Richard….

Quand je suis arrivé chez mademoiselle Marie à Victoriaville, dès la première journée, je me dirigeai vers la bibliothèque du cegep… à deux rues seulement à pieds…de la maison de Mademoiselle Marie….

Et là soudain… j’accompagnai l’écriture de Monsieur 2.7k? de lectures vagabondes…. et cela du matin au soir… Et c’est le soir que tu venais faire le ménage de la bibliothèque à la fermeture … Je t’y croisai… et c’est là que j,appris que tu était poète.

Et rapidement, j’obtins le droit de trainer dans la bibliothèque après la fermeture pendant que tu y faisais le ménage…. J’avais d’ailleurs demandé d’y dormir avec mon sac de couchage… ce qui me fut refusé sous prétexte que les assurances ne le permettraient pas…

https://www.youtube.com/watch?v=af-Y3ZqYy8w

J’avais accès quotidiennement à un vrai poète….et pourtant… je sentais que toi et moi habitions la rivière du temps différemment … toi Richard… tu étais un poète bien ancré sur le territoire de ton village, St-Norbert, dont tu es devenu maire d’ailleurs après mon départ…  Tu avais même eu l’audace d’ouvrir une aire en plein air en arrière de ta maison que tu avais nommée LA GAMACHERIE… et tu y présentais une série de spectacles… de chanteurs-chanteuses ou poètes qui venaient dormir chez toi… Je t’admirais beaucoup pour ton assiduité à servir ta communauté par ton enthousiasme.

—————

Les contes et légendes de retour à La Gamacherie

———————–

La Tribune

Fort du succès obtenu l’an dernier, le propriétaire de La Gamacherie de Norbertville, Richard Gamache, a annoncé le retour de son Festival de contes et légendes «La parole est aux actes» pour une deuxième fois du 20 au 22 juin.

L’artiste multidisciplinaire n’a pu que se réjouir des résultats obtenus l’an dernier par le remplacement de sa traditionnelle saison de spectacles par un événement ponctuel de quelques jours.

«C’est une excellente décision qu’on a prise. Nous recevons presque autant d’artistes qu’au cours de la douzaine de semaines de programmation que nous avions avant. Nous sommes toutefois plus ciblés dans le domaine des contes, et les gens semblent apprécier», a indiqué le promoteur.

L’engouement des gens pour le Festival de contes s’est traduit en trois salles combles successives, ce qui a permis à La Gamacherie de renflouer un bas de laine qui semblait s’être troué au tournant de la décennie.

—————

De mon côté… nuit et jour comme  jour et nuit… je tentais de saisir l’inassouvi perpétuel en moi… et cela par le vagabondage des livres de la bibliothèque de Victoriaville… et cela dans tous les domaines de la k-onnaissance…

2 ans comme cela…. à vivre une vie de poête… sans le sous… en invité chez Mademoiselle Marie qui ne me demandait que de passer la balayeuse dans le salon, de couper des légumes et le soir, aprèes sa journée d’enseignement en mathématiques, de lui raconter mes lectures avant que nous retrouvions chacun nos chambres…

Je dois rendre ici hommage à Mademoiselle Marie qui ne m’a jamais demandé rien d’autre que d’être poète… et cela durant 2 ans… Grâce à Mademoiselle Marie… je pus vagabonder la poésie d’un cegep en poète avant d’émigrer pour 4 ans à la librairie alternative de recyclo-livres sous l’accueil généreux du grand Gérard Cadieux, pour y dormir sur une table et y faire avec Gérard des recherches sur le wow… qui me conduisit finalement à la notion de pays oeuvre d’art à partir de Franck Scott…..

————–

Toi Richard, tu faisais oeuvre… et moi… après la fermeture de la bibliotheque… pendant que tu faisais le ménage… il m’arrivait de hurler le poingt dans les airs…. en me tenant loin des cameras qui n’avaien t pas de système de son…. et de crier… MAIS TABERNACLE… RIEN DE CE QUE JE LIS NE ME NOURRIT…. MAIS QU’EST-CE QUE JE CHERCHE DONC?….

Ca te faisait rire de bon k-oeur… Richard… car, toi… on aurait dit que tu avais été configuré pour honoré ton village par ton talent et par ta poésie… Mais moi, Richard, il me semblait que je venais de nulle part… et que je recherchais à habiter le nulle part….

Je rêvais de marcher la voie ferrée… partout à travers le Canada… Je ne rêvais pas de faire oeuvre…. ni de me retrouvé sous forme de livre dans une bibliothèque…. J’écrivais Monsieur 2.7k? mais en même temps… je m’apercevais bien que le personnage de la lettre K, avec 2 bras 2 jambes cherchait à sortir de la k-ondition humaine… à fuir… et chaque fois que j’avais réussi une fuite.,… il me fallait fuir de nouveau… de femme en femme… de village en village…. de ville en ville… MAIS FUIR QUOI? ET POURQUOI?

Je te racontais cela… et tu me disais.,.. oui mais il y a des gens qui sacrifient le quotidien pour que tu puisses être libre…. Il est vrai que je refusais de travailler pour gagner ma vie… comme toi tu avais décidé de tenir le coup comme concierge jusqu’à ta retraite pour devenir enfin poète è plein temps…

Moi je refusais cela… Je n’avais jamais travaillé et sois certain que je ne travaillerais jamais…. j’avais  horreur de l’esclavage salarial… même si c’est pour la bonne raison… et j’en ai toujours horreur d’ailleurs… POUR MOI, LA RETRAITE, ÇA COMMENCE À LA NAISSANCE….

Et un beau matin, je me suis enfui dans la cave de Recyclo-livres… cela a duré 4 ans,… On s’est perdu de vue…. tu passais de temps en temps à la librairie…. puis j’ai vagabondé le pays…. puis la connaissance universitaire… puis l’amitié oeuvre d’art.…. EN REFAISANT PERPÉTUELLEMENT LE PARI DU RIEN….

————

Ce matin…. j’ai ta belle chanson Bon anniversaire en mémoire, puis l’autre. VA DIRE À MA MÈRE QUE LE POÈTE EST MORT…

Tout cela pour te dire… merci…d’avoir été là pendant que je me cherchais

Pierrot vagabond

—————–

COMMENTAIRE 1

DANS CETTE RENCONTRE AVEC PIERRE LEVY ET SES RECHERCHES SUR L’INTELLIGENCE COLLECTIVE …..SE DÉPLOYA SOUDAIN …. L’ARCHÉOLOGIE DE CE QUI ALLAIT DEVENIR AB-CEPTUELLEMENT LES NOTIONS D’AB-LOGIE ET D’AB-XIOME 

Lorsque je suis arrivé chez mademoiselle marie à Victoriaville, mon roman l’île de l’éternité de l’instant présent que j’avais écrit à Val Dabid après m’être enfui à jamais de la scène était déjà écrit… Je l’avais laissé dans le disque dur de l’ordinateur de Claude Demers tout en avait une version par fichier attaché sur courriel…. mais même de cela, je n’en suis pas sûr…..

Je n’avais pas le lexique ab-ceptuel que j’ai aujourd’hui pour saisir la nature très signée d’un rêve vécu radicalement sur terre..

Mais aujourd’hui je peux dire que quand je relie cette iere page du 1000 pages de Monsieur 2.7k?… je ressens profondément les attributs essentiels de ce que j’appelle maintenant l’ab-logie… qui est en fait, la non-logique multiversielle d’un rêve big bang en design onérique unique et enchanté parce que fait uniquement  d’errance poétique sur terre … donc impossible à définir logiquement ……  de là la notion d’ab-xiome… qui est en faut un axiome de recherche dont la validité repose sur la force incantatoire d’un rêve big bang, donc unique et multiversiel.

————-

Donc, à l’époque de cette iere page, j’habitais comme errant-homme-maison chez Mademoiselle Marie à Victoriaville qui généreusement m’avait offert de me loger et de me nourrir pour que je puisse consacrer mes nuits et jours à mes recherches par le biais de lectures à la bibliothèque du cegep de Victoriaville, 2 rues plus loin, 5 minutes de marche…

Ce furent des années très heureuses…. (4 je crois)  ou j’ai rencontré le poète concierge, Richard Gamache qui me laissait travailler après la fermeture pendant qu’il y faisait le ménage

J’étais continuellement en colère intellectuelle… Plus je lisais, moins je trouvais…

Et soudain je tombe sur le livre de Pierre Lévy sur l’intelligence collective….  Et tout de suite, je sens que Lévy a touché à quelque chose mais qu’il a raté la cible… Et je ne sais pas pourquoi… mais je veux quand même le rencontrer…

Je rejoins Claude Demers et je lui parle d’un doctorat possible avec Pierre Lévy en chaire d’intelligence collective à Ottawa…. dans un projet-création qui porterait le titre de PROJET PÉRICLES.

J’aimerais que le conseil municipal de Val-Morin marque l’histoire du numérique en tenant la iere assemblée municipale uniquement par Internet…..

Claude convainc le directeur général  de Val-Morin de monter avec nous à Ottawa pour rencontrer Levy… Mais parce que je suis un vagabond, et que mon plan passe d’abord par le rêve  d’une collectivité, je vis un profond malaise avec Levy lors de cette rencontre.

De fait, Lévy m’obtient $20.000 pour cette expérience de doctorat… Mais je demande à avoir un bureau……….  le bureau du gars qui fait rien ……………. et qui par ce rien fait rêver tout un village… Et là ça bloque….

Pour Lévy, comme curieusement pour Habermas, partout ou il y a attroupement, il y a intelligence collective en marche… Je plutôt dans l’angle philosophique de John Rawls dans lequel il faut d’abord inventer une théoritique que je décrirais aujourd’hui d,ab-ceptuelle, ab-logique et ab-xiomatique pour que (comme dans le concept du voile d’ignorance de John Rawls) , l’unicivité d’un rêve big bang collectif par le biais d’une synchroni-vieté multiversielle puisse signer le réel tout en en faisant pas partie. (dit avec les mots d’aujourd’hui, bien sûr).

Et je décide de saboter le tout…. Pour m’en sortir métaphysiquement, je lis sans passer une ligne tout en soulignant le grand Robert des noms propres pour me rendre compte que la différence entre les poètes et les scientifiques, c’est le fait de mourir dans la dignité ou pas…

J’envoie le dictionnaire à Lévy en lui disant de bien le conserver quand un jour, il vaudra une fortune comme artéfact d’un vagabond qui a refusé de trahir son rêve… pour la servilité à une pensée qui n’était pas la sienne …. rêve qui deviendra 15 ans plus tard, par le biais de notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) le rêve  de la NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE.

—————-

et moi de mn côté … je suis allé hier soir à une réunion des narcotiques anonymes… J’écoute… je réfléchis… je marche… tout chez moi est oeuvre de l’esprit au service du bien commun… oui… je reprendrai ma guitare devant ton feu de foyer et ce sera un vrai moment de fête entre nous

Pierro

————–

Demande d’autorisation – LA CHANSON DU CAMIONNEUR (VERSION FRED PELLERIN) – VOIX LA – SAISON 9

C’est incroyable comme les étoiles s’alignent en ta faveur… en celle de Gaëlle par le fait même… ça me ravit! Et je suis certaine que ce n’est qu’un début… ensemble, nous allons assister à de merveilleux développement dans ta route vers le prix Nobel…

Bonne soirée.

Claire
Claire Bergeron

——————

Je ne l’avais pas reçu… cela aurait été bien dommage qu’il ne me parvienne pas….. C’est peut-être cela l’amour une complicité à hauteur de rêve:)))Tellement belle cette définition de l’amour…

Bonne journée.

Claire

—————

tu te souviens de l’époque ou on se disait vous:))))

—————

 

1073 ….. 22 FÉVRIER 2007

1073 (PIERROT VAGABOND) Pierrot

Le jeudi 22 février 2007 à 09:33, par pierrot rochette

Cher Monsieur Drolet,
Cher Monsieur Pellerin,

j’ai retrouvé un courriel sur une adresse courriel ou je ne vais jamais. Je n’ai peut etre pas répondu a Monsieur Gaetan Drolet de quebec qui voulait entrer en contact avec moi. Monsieur Drolet n’ayant pas d’adresse courriel. Il me demande un telephone ou une adresse pour me rejoindre. Comme je n’ai pas votre adresse courriel et que celle de Monsieur Michel Pellerin est inoperante, et que je suis un errant homme maison, j’ai pense vous rejoindre par ce blog.

A l’epoque, jé désirais découvrir le secret du rire dans le cerveau humain. J’avais créé les Pierrots et les deux Pierrots tout en reprenant la création de la Butte a Mathieu en la renommant la butte aux Pierrots. J’avais acheté la maison ou Raymond Levesque vivait lorsqu’il y faisait ses revues. Je faisais rire les gens et je me disais: Pourquoi ils rient? Comment ca marche dans le cerveau?

j’allais chercher la poune dans un cabaret minable de St-Hyacinthe. J’allai voir sa gérante Madame Daniel. Je veux rendre hommage a Rose que je lui dis. Elle me dit ce sera 16000 par semaine. Je lui dis Madame, j’ai besoin de découvrir le secret du rire dans le cerveau et c’est en faisant un spectacle avec Rose a la Butte aux Pierrots durant l’été que j,espere y arriver tout en lui rendant hommage. Madame daniel me dit… cela vous coutera $900. par semaine.

Ce fut un été magique. Comment une vieille dame de 77 ans arrvait-elle avec des gags usés a, elle dont la carriere était morte a l’époque (ce nous effectivement qui la relancames) pouvait elle soir apres soir obtenir des jeunes comme des vieux, un rire d’une telle précision. Le timing qu’elle me répondait.
L’été se termina. J’avais 29 ans je crois.

Je quittai tout. Je louai un logement dans un bloc de prostituées sur la rue Ste-Catherine Papineau et marchai durant des mois la rue Ste-Catherine. Je ne pouvais tricher avec ma vocation d’artiste.

Je téléphonai a Rose. Je lui dis Rose ca ne va pas bien. Nous allames au restaurant. Je lui dis je veux faire rire mais je me sens trop vieux. Elle me dit mon p’tit chien est-ce que ca parle dans ton ventre? je lui dis oui… elle me dit travaille la nature va faire le reste. Je lui parlai de mon projet de maitrise pour découvrir le secret du rire dans le cerveau humain. Je lui dit Rose, c’est quoi el secret. Elle me répondit.

QUAND LE PUBLIC VA VITE, VA LENT
QUAND LE PUBLIC VA LENT, VA VITE

Effectivement, 13 années plus tard, ce fut une de mes conclusions. Le rire n’étant pas un sujet philosophique, me dit mon directeur de département. je lui dit monsieur, quand je vais réussir, vous ne serez plus ici. Je lui dis Monsieur je désire faire une recherche de doctorat en maitrise. Ca prendra le temps que ca prendra. Je choisis comme directeur de these un monsieur de race noire,qui venait de Suisse, qui ne comprenait rien et qui surtout n’aimait pas mon sujet. Et je travaillai sans relache.

J’avais le privilege de faire de la scene. Un jour, Denis Lamarre et moi avions un spectacle au mont Avilla. Ca ne marchait pas. Mais Roger Giguere de l’autre cote marchait encore moins. Le samedi soir, comme lui avait deux représentations, j’assistais a la deuxieme. Je fus depuis toujours un amateur du burlesque. Je connaissais l’histoire du burlesque americain. La nuit, plus jeune a 3 heures du matin, je dormais avec mes écouteurs parcer qu’a C.J.A.D, on passait de vieux disques americains de leurs comics

D’ailleurs, je ne comprenais pas tres bien l’anglais a l,epoque meme si je le lisais. Mais je me rappelle ce rire fabuleux d’un comedien americain dont j’oublie le nom. J’ai découvert par la suite qu’il avait été le premier noir a faire des gags contre les noirs a un public blanc. Ce fut une révolution aux E.U. des gags du genre. En face de ma maison, y a un noir qui vient de s’installer, ca va faire baisser la valeur de ma maison… etc… Il faut se mettre dans le contexte c’était dans les années 50.

Revenons au mont Avilla. Il y avait une dame de 55 ans, magrichonne et frustrée qui venait voir mon spectacle avec sa mere encore plus pincée qu’elle. Elle était victime de sa mere, le baton de vieillesse de sa mere. Comme je pouvais aller assister gratuitement aux spectacles de Roger Giguere le samedi soir, je les amenai toutes les deux.

A chaque gag gras de Giguere, je me rendis compte que moi je riais d’un rire d’incongruité (la beauté de la mécanique bergsonnienne ou chaplinienne du gag) la mere riait d’un rire de superiorité (elle était quelqu’un et les autres rien) et la fille d’un rire de soulagement (rire gras de la frustration freudienne) et c’est a ce moment seulement, apres 13 ans de recherche que par un hasard fou, je pus prouver une iere fois ma théorie.

L’EMOTION DANS LE RIRE
EST UNIVERSELLE PAR SA PRESENCE
ET ACCIDENTELLE PAR SA FORME

Ce fut lors d’un spectacle a Levis dans un arena que je décpuvris la possibilite comme artiste de faire passer une salle d’un rire de superiorite a un rire d’incongruite. L’épisode du dentier que je raconte dans mon roman
1000 pages, K, mais dont le brouillon 400 pages se retrouve sur le blog de Claude demers. (demers.ac.ca) l’ile dE l’éternite de l’instant présent dont voici l,extrait:

extrait du brouillon du roman
l’ile d el’éternite de l’instant présent
demers.qc.ca

Une des pages mentionnait qu’il avait mis dix ans pour découvrir le secret du rire dans le cerveau humain, le tout se résolvant en une thèse de maîtrise à l’université sur les lois structurales du rire et des pleurs. Une anecdote, s’étant réellement produite, illustrait d’ailleurs avec concision la substance du fruit de ses recherches.
L’événement était arrivé dans un aréna où près de six cents personnes assistaient à son spectacle. Il avait fait monter sur la scène l’organisateur, pour le faire participer à un sketch improvisé. À un moment précis où l’attention du public était à son maximum, il avait par mégarde accroché le dentier du comédien amateur, objet ridicule par excellence, qui avait fini par rouler jusqu’au bord de l’estrade.
Un immense rire de foule s’en était suivi. Il faut dire ici qu’un rire se lit exactement de la même façon que des notes d’une mélodie sur une portée musicale, la barre de mesure étant la surprise à l’esprit et le rire la mélodie de l’âme accompagnée d’une des trois émotions fondamentales ; soit Le rire de supériorité… Le rire de libération …Ou… Le rire de l’incongruité relié à la beauté ou l’esthétisme. Ces émotions étant universelles par leur présence et accidentelles par l’apparition de leur forme.
Il apparut évident à l’artiste que le premier rire créé par la barre de mesure du dentier frappant, par surprise, le plancher se trouva à être à au moins 80 % du type de la supériorité puisqu’on ne se gêna pas de rire du Monsieur plutôt que de l’événement en soi.
Il fallait donc,dans une suite improvisée mais calculée de barres de mesure de surprises à l’esprit, faire changer la nature émotive du rire.
2e barre de mesure.
Surprise à l’esprit :
L’artiste s’approche du dentier
Compte les dents pour voir s’il n’en manque pas
Rire…
À l’oreille, 60 % supériorité, 20 % libération, 20 % incongruité
3e barre de mesure.
Surprise à l’esprit
L’artiste se tourne vers la victime édentée
Compte les trous dans la bouche
Pour voir s’il n’en manque pas
Rire…
À l’oreille, 50 % supériorité, 20 % libération, 30 % incongruité
4e barre de mesure.
Surprise à l’esprit
L’artiste cache le dentier de son corps
Fait signe discrètement à la victime
De venir chercher son dû
Rire…
À l’oreille, 40 % supériorité, 10 % libération, 50 % incongruité
5e barre de mesure
Surprise à l’esprit
La victime, brillante
Marche à petits pas de balais
Et vient artistiquement récupérer son dentier
Rire…
20 % supériorité, 10 % libération, 70 % incongruité
6e et dernière barre de mesure
L’artiste prend la victime par la main
Et les deux saluent la foule
Comme si la mise en scène
Avait été préparée de main de maître
100 % de rire d’incongruité,
En admiration devant la beauté
De la barre de mesure
Tout le monde debout
Applaudissements dignes d’un rappel.
Ainsi, l’élément universel, présent dans tous les rires, se trouvant à être, jusqu’à preuve du contraire, la surprise à l’esprit. Mais si le dentier s’était brisé et que l’homme avait perdu de l’argent, il y aurait eu, suite à la surprise à l’esprit, rire jaune et sans doute douleur profonde, comme dans les pleurs.
Mais qu’en était-il des pleurs ? On pouvait aussi lire les pleurs sous forme de feuille de musique, la barre de mesure se trouvant à être paradoxalement la surprise à l’esprit. Sauf que la palette d’émotions l’accompagnant portait toute la même base de signature : une perte irrécupérable dans l’instant présent, ce qui donnait aux pleurs des périodes d’expression pouvant atteindre des mois et même des années.
Exemple : je me coupe le doigt, je saigne, ça fait mal, je pleure
Je perds ma mère, je pleure intérieurement des mois
Je perds mon emploi, je pleure le manque à gagner.
Qu’en était-il alors de pleurer de joie ? Je suis à l’aéroport. Ça fait dix ans que je n’ai pas vu mon frère. On se voit soudainement. Surprise à l’esprit. Deux émotions se superposent. La peine d’avoir souffert durant dix ans et la joie que cela cesse enfin. L’émotion paradoxale ouvrant une porte étonnante à l’âme humaine.
Et c’est cette porte que Renaud avait planifié d’ouvrir lors de la dernière soirée, dans le cœur des enfants du camp Ste-Rose. Il espérait d’ailleurs rencontrer ces enfants, une fois adultes, juste pour voir si dans le fond d’eux-mêmes, il en était resté une marque indélébile qui aurait peut-être eu une influence déterminante sur leur vie. L’hypothèse étant que pleurer de joie permettait de réparer le fil d’une enfance malheureuse ou des larmes de pertes succédaient trop souvent à des rires de supériorité, qui équivalent à la forme de rire le moins thérapeutique dont l’humain dispose pour atténuer les tensions de l’existence, puisqu’il crée une perte de valeur chez celui qui en est victime, Et il semblait à Renaud que pleurer de joie pouvait représenter théoriquement une porte intéressante permettant de traverser la fissure de la structure du temps pour enfin accoster sur l’île de l’éternité de l’instant présent.

Ma these de maitrise se trtrouve aux sciences de l’éducation bibliotheque bronfman , universite de Montreal, Pierre Rochette, l’émotion dans le rire chez John Morreal.

Voila
désolé d’une réponse si tardive

Pierrot

—————-

1087 .. (DENIS LAMARRE)

HOMMAGE A DENIS LAMARRE

Cher Claude,

Comme tu as vecu jour apres jour ma rupture avec Denis Lamarre et l’auberge la Caleche, lorsque j’ai quitte la scene en plein milieu d’un spectacle, j’aimerais te confier d’une facon systemique ce qui s’est passe dans ma tete ce soir la pendant la chanson la quete de Jacques Brel…

CE SOIR-LA

Je chantais la quete de Jacques Brel… et soudain tout est apparu tres clair dans ma tete… mon merveilleux partenaire de scene qui pendant 18 ans fut d’un comportement ethique et artistique exemplaire venait de se faire offrir le theatre le Patriote en partenariat avec Percival Broomfield puis apr’es la mort de Percivald, en sucesseur. Pour lui, lappel a une reorientation de carriere devenait evident. Mais il devenait aussi evident pour la famille Grand-Maison de l’auberge la Caleche qui a pris soin de moi comme artiste avec respect et cooperation, durant 18 belles annees de s »associer a Denis pour mieux reussir en affaire…

De mon cote, un photographe de Quebec qui avait tout abandonne pour jouer de l’orgue de Barbarie sur les routes du soleil de la france a l’Espagne avait aussi eu l’effet d’un coup de tonnerre sur ma vie… je ressentais instantanement et profondement aussi l’appel a la liberte et a la creativite de l’ecrivain… nos trois routes du reve compatibles durant 18 ans venaient soudain d’exploser en un coup de tonnerre ressenti pendant que je chantais sur scene.

Dans la finale de la chanson de Jacques brel… l »inaccessible etoile est venue me chercher de sa voix amour-presence… meme s’il me restait 3 ans de contrat et que j’aurais pu rester avec Denis au patriote jusqu’a ma mort, je suis sorti de scene, j’ai depose ma guitare a ‘arriere et je suis sorti par la porte d’en arriere… ce n’etait pas premidite… j’ai marche jusqu’a la Butte a Mathieu ou j’habitais l’ancienne maison de Raymond levesque… je venais de devenir ecrivain…Je ne sais pas si j’aurais eu le meme courage si j’avais abgi rationellement… Denis l’a saisi plus vite que moi en me disant… ton inconscient t’a aide a te consacrer a l’ecriture….

J »ai mis 7 ans a mon 1000 pages que tu vas bientot offrir en telechargement au public… 7 ans de ma vie, dont deux ans et demie en bibliotheque a savoir ou etait ma place dans la litterature mondiale… A 20 ans, je savais comme Cezanne Proust et Picasso, qu’apres ma mort, mon oeuvre serait reconnue comme une grande oeuvre canadienne..

J »ai fait pour la litterature ce que Jackson Pollock a fait pour la peinture… le renversement ideologique de l’acte de peindre… pour moi la litterature, c’est le placenta de ce que je suis devenu… De la meme maniere qu’on ne peut comprendre les demoiselles d’Avignon et son importance culturelle sans une connaissance amoureuse de l’histoire de l’art, on ne peut saisir la musique de mon 1000 pages sans une connaissance de l’histoire de l’ecriture au Quebec comme au Canada

Ce Kp3, c »est l’histoire de Monsieur K, prisonnier numerique, qui reussit a s’evader de 1000 pages de debris de bitts pour enfin realiser son reve… marcher la fraicheur existentielle de la beaute du monde sans que le boulet de l’information soit enchaine a un de ses pieds… retrouver l’ile de l’ternite de l’instant present telle qu’elle existait avant l’Ulysse de James Joyce et l’Illiade d »Homere… Une epopee du 21eme siecle s’evadant de la dematerialisation numerique

In ne faut pas trop accorder d’importance aux debirts de bitts (le cote eclate de l’hirtoire, du recit).. il faut lire mon oeuvre comme si on ecoutait de la musique contemporaine, dodecaphonique ou sytielle… et suivre la danse concrete et visuelle de Monsieur k (Krihnamurti, Kafka ou Kerouac, selon les pages) danse euphorique comme celle de Zorba le grec, la danse de l’instant present, la danse de l’ile de l’instant present, celle des brosses d’etre et des attaques d’etre, la litterature ecrite par des pieds qui danse sur des debirits de bitts placentas:))))

En ce sens, mes 93 chansons ecrites depuis un an et demie maintenant sont un journal de bord du journaliste de l’etre pendant qu’il danse la fraicheur existentielle de la beaute du monde tout au long de son vagabondage a travers le Canada…est-ce folie? est-ce genie? est-ce l’homme du 21eme siecle tel qu’il sera dans 2 generations, une masse critique de vagabonds celestes avec vie privee oeuvre d’art en marche epopee vers un pays oeuvre d’art? Seule l’histoire pourra un jour en faire le compte-rendu.

Chose certaine, la communaute des historiens de l’art finit toujours par nettoyer le fil d’or de l’histoire de la pensee en separant le bon grain de la poussiere des mots… Serrvir l’histoire de l’art par une vision en signant son siecle, voila le reve de tout creataur. Comme si on ecrivait au clair de la lune et que 1000 ans plus tard , quelques enfants reprenaient le refrain sans se douter qu’ils utilisent un morceau essentiel du patrimoine universel:))))

Je n’aurais pu marcher le Canada sans le placenta de ma gestation litteraire…

J »aimerais remercier publiquement Denis Lamarre pour ses 18 ans de loyaute sans faille.. et la famille Grand-Maison pour leur cooperation financiere a ma vie de createur… La fin ne fut pas a la hauteur des 18 annees de reve en equipe et cela uniquement a cause de ma facon romantique a la beethoven ou a la Michel Ange de concevoir les changements de cap….

Pierrot
vagabond celeste

————

Cher Laurence

ici Pierrot

nous vivions dans des maisons voisines sur la butte à Mathieu, ton frère Cyrille dans une autre, philippe Gagnon le violonneux dans une roulette et les karicks dans une autre petite maison.

Moi, j’héritais de la maison dans laquelle Raymond levesque avait écrit quelques bouts de revue.

Durant 2 ans, la butte à Mathieu devint la butte aux pierrots, que nous animions moi et Pierre David, l,autre pierrot du vieux Montréal, décédé lui aussi dernièrement.

Toi qui poussait l’audace de ta légende à allumer tes cigares avec des $20.00 provenant de tes maigres droits d’auteurs…

Oui tu étais poésie sur deux pattes

je t’offre donc une de mes chansons
pour honoter ton éternité en nos coeurs

www.demers.qc.ca
chansons de Pierrot
paroles et musique
le camionneur

LA CHANSON DU CAMIONNEUR

j’suis su l’camion 60 heures par semaine
j’t’aime

des fois j’triche un peu
j’fais des heures pour nous deux
on dormira plus tard
quand on s’ra des beaux vieux

moi je vis juste pour toé
j’ai hâte à fin de semaine
j’t’aime

de cogner du marteau
quand tu fais du gâteau
t’es si belle au fourneau
mais j’veux mieux pour ma reine

REFRAIN

suffit qu’tu m’dises
que tu veux changer la cuisine
enlever l’comptoir à melamine

pour que la route
entre La Tuque et Trois-Rivières
soit la plus belle de l’univers

COUPLET 2

j’dors dans l’camion
4 nuits par semaine
j’t’aime

3 heures du matin
réveille par la fiam
mon p’tit lit dans cabine
est ben trop grand pour rien

j’ai des idées
pour la salle à manger
j’t’aime

j’ai ben hâte d’en jaser
autour d’un bon café
j’ai acheté les néons
ceux qu’tu m’avais d’mandés

COUPLET 3

j’suis sul’camion
quand la neige a d’la peine
j’t’aime

quand le vent trop jaloux
la garoche entre mes roues
j’ai autour du c.b.
un vieux chapelet jauni

tu m’l’as donné
en pleurant comme une folle
j’t’aime

parce que t’es ben croyante
pis t’as peur quand y vente
à soir ton camionneur
rentrera plus d’bonne heure

REFRAIN FINAL

suffit qu’tu m’dses
qu’cest ben plus beau dans ta cuisine
parce que mes bras en melamine

te lèvent dans airs
entre La Tuque et Trois Rivières
toi la plus belle de l’univers

suffit qu’tu m’dises
qu’c’est ben plus beau dans ta cuisine
parce que mes bras en mélamine

te lèvent dans airs
loin de la Tuque et Trois Rivières
toi la reine de mes je t’aime
toi la reine de mes je t’aime

Pierrot
vagabond celeste

bon voyage Laurence
salut Felix Leclerc pour nous

Pierrot est l’auteur de l’Île de l’éternité de l’instant présent et des Chansons de Pierrot. Il fut cofondateur de la boîte à chanson Aux deux Pierrots. Il fut aussi l’un des tous premiers chansonniers du Saint-Vincent, dans le Vieux-Montréal. Pierre Rochette, poète, chansonnier et compositeur, est présentement sur la route, quelque part avec sa guitare, entre ici et ailleurs…

—————-

1130 ….. 15 AOÛT 2013

1130 .. (SIMON GAUTHIER) COURRIEL A SIMON GAUTHIER… LE MENTEUX POURQUOI IL MENT

Pierrot pourrais-tu me renseigner sur la “fonction” du menteux.
Pourquoi il “ment” ?. À quoi sert son mensonge? Pourquoi doit-il mentir?
C’est plus fort que lui?
La provenance de son mensonge?
Qu’elle est la réalité du menteux? Vit-il dans le mensonge?
Sait-Il qu’il ment?
Est-ce un art?

Simon

———–
Je dirais que le menteux ne vit pas dans le mensonge, mais dans LE SONGE….

Et il doit avoir appris son métier d’un menteux du village engagé pour l’hiver pour en devenir un lui-même.

Le village où j’ai appris le mien s’appelle LA BUTTE À MATHIEU et mes trois maîtres y vivaient… Laurence Lepage, son frère Cyril Lepage et Philippe Gagnon le violonneux au violon de stainless.

Je vais maintenant te conter ma plus belle histoire de menteux:)))

LA VRAIE HISTOIRE DE LA BUTTE À MATHIEU, celle qu’on ne raconte nulle part parce qu’il faut avoir vécu jour après jour sur les lieux mêmes pour en deviner la beauté de ce qui fut UN SONGE FABULEUX DANS L’HISTOIRE DU QUÉBEC…

Et j’ai bien peur de ne pas être capable de retenir mes larmes parce que le meilleur de ma jeunesse s’y cache encore aujourd’hui. J’y suis allé l’année passée lors d’un vagabondage…

….et dans mon vagabondage tardif, je me faisais penser à Raymond Levesque qui un soir rentra seul dans son ancienne maison pour y revivre le meilleur de lui-même à moitié sourd, me racontant… comment il avait écrit quand les hommes vivront d’amour. ” J’étais à Paris, complètement saoul, qu’il me dit, et un gars m’a dit une phrase… quand les hommes vivront d’amour… je l’ai transcrit sur mon paquet de cigarettes… le lendemain avec un mal de tête, je retrouve ma phrase en prenant une cigarette… 15 minutes plus tard, ma chanson était écrite…”

Ma maison est encore là, presque telle quelle et à côté ils ont démoli ma chère boîte à chansons, LA BUTTRE AUX PIERROTS où j’ai joué durant deux ans sans interruption avec l’autre Pierrot les fins de semaine et 5 jours par semaine l’été, tout en animant nos boîtes les pierrots et les deux Pierrots dans le Vieux Montréal les débuts de semaine.

Mais il reste mon chemin de pierre que j’avais construit la nuit, pierre par pierre, avec une brouette, qui partait de ma maison RAYMOND LEVESQUE jusqu’à sous la scène de la Butte aux Pierrots où j’envisageais d’y déposer mes cendres à ma mort.

Tu te rends compte… Ma chambre à coucher était située à côté de la scène de la butte aux Pierrots… J’en étais tellement amoureux que la nuit, entre deux tours de brouettes remplies de pierres ramassées sur un chemin de campagne, j’allais en pyjama laver ma scène à la moppe, toutes les lumières de scène allumées en me disant…. Je dois préserver le côté sacré de ce lieu où Félix Leclerc et les autres sont venus construire LE SONGE DU QUEBEC DE DEMAIN… Je dois laver la poussière déposer par ma vie d’artiste pour y faire resplendir la beauté de leur vie de pionnier culturel. Et je fredonnais de leurs chansons pour bien y dessiner leurs menteries dans le creux des miennes…et je refaisais leurs chansons chaque soir sur scène pour faire vibrer le peuple à ses racines, dans l’espoir d’un Québec indépendant (nous étions en 1975 je crois). A cette époque, nos salles étaient remplies de familles… les enfants emmenaient leurs parents et leurs grands-parents… c’était LA GRAND MESSE DU QUÉBEC DE DEMAIN célébrée par les MENTEUX DU VILLAGE DE LA BUTTE… que nous étions devenus Jos Leroux, Daniel Blouin, Pierrot David et Pierrot Rochette, Blouin et Leroux, chansonniers-animateurs ayant acheté les maisons de Laurence et Cyril Lepage…et Philippe Gagnon était parti avec sa roulotte. Nous étions les héritiers…

LES DEUX PIERROTS étaient alors un véritable triomphe de la contre-culture. Nous remplissions nos salles qu’importe où nous allions à travers le Québec.Nous portions le SONGE DU PAYS VU COMME UN MENSONGE PAR LES ANGLAIS:)))) et cela en chantant nos folklores, nos grands textes et cela avec une seule guitare aussi nue que son petit micro devant son ouverture et l’autre micro devant notre bouche. Le peuple criait, pleurait, chantait, riait… et non les gens, tous avaient le sentiment d’être un dans quelque chose de grand qui s’annonce à l’horizon, LE GRAND MENSONGE QUI VA A LUI SEUL CHASSER NOTRE MISERE…

——-

Mais ma vraie fierté était ailleurs…

En 1974, mes trois maîtres du songe vivaient autour de moi. Philippe Gagnon le violonneux au violon de stainless dans sa roulotte, LA GAROUINE, juste en face de ma fenêtre de cuisine, Cyril Lepage le créateur de la chanson Marilou chantée par plume, astrologue dans la maison à l’horizon de la mienne et notre maître menteux à tous Laurence Lepage, chansonnier icône des années 60 créateur des deux hits des boites d’animations sur tout le territoire du Québec, Monsieur Marcoux Labonté et mon vieux François.

A cette époque, la Butte (son terrain autour de la boîte à chansons de Gilles Mathieu) était un VILLAGE de 6 maisons, une roulotte, plus une série de 6 petits motels grands comme ma main. Pierrot David et moi Pierrot Rochette, Michel Mc lain des Karricks, Philippe Gagnon, Cyril Lepage et Laurence Lepage son frère.Les autres étant locataires de passage…

Je me rappelle toutes ces années où j’ai vécu sur la Butte à Mathieu devenue la Butte aux Pierrots où j’avais acheté l’ancienne maison où Raymond Levesque vivait quand il écrivait ses revues qu’il jouait au théâtre de la Butte.

Autour de moi vivaient les trois plus grands menteux que j’ai connu dans ma vie…Mes MAITRES DU SONGE…. Ils avaient été réunis là par Gilles Mathieu de Val David, le propriétaire des lieux qui d’instinct reconnaissait les personnages qui allait faire de son lieu un songe à la hauteur des plus grands mensonges sans quoi on ne peut créer un pays:)))

Homère a créé la Grèce avec l’Odyssée et l’Illyade… au point où c’est avec ses vers qu’on enseignait à tous les enfants dans les écoles DE TOUTE LA GRÈCE à devenir des hommes…

Nous les chansonniers-ANIMATEURS fumes les liquidateurs du petit catéchisme… MON PAYS CE N’EST PAS UN PAYS C’EST L’HIVER disait Vigneault… notre Homère à nous les québécois. Et nous bâtissions un songe, en récitant soir après soir les vers de Félix, Vigneault, Gauthier et Laurence Lepage… NOUS BÂTISSIONS UN PAYS PAR LE MENSONGE… c’est à dire par l’audace d’habiter le songe en disant merde à la réalité de gagne-misère. Nous chassions la misère pour mieux faire naviguer LE PAYS-SONGE vers le quai du réel.

—–

Revenons à mes maîtres…L’hiver venu, la Butte n’ouvrait que le vendredi et samedi soir, chauffée par d’immenses chaudières poêles à bois… Mais le reste de la semaine… Nous vivions isolés…

Le premier Philippe Gagnon le violonneux au violon de stainless habitait une roulotte… Elle était équipée d’une petite scène qui basculait vers le dehors

Autour du petit poêle à bois, dans l’entrée de la Butte, Philippe avec quelques verres dans le nez, me disait que l’été prochain il allait faire le tour du monde avec sa garouine… Pour gagner des sous, facile, arrive dans un village, baisse la scène et joue du violon avec un chapeau. Et j’avais beau lui dire en riant que sa garouine était si vieille qu’il aurait de la misère à faire le tour des routes du Québec, il en rajoutait pour me dire qu’il ferait non seulement le tour de la planète, mais il parcourerait les étoiles et le cosmos tout entier:))))Et que personne ne serait capable de l’en empêcher… Quel chasse-misère extraordinaire… Il y avait une tempête de neige dehors.. mais lui, le menteux du village engagé pour l’hiver… nous faisait rêver à la magie des étoiles l’été.

—–

IL EST TEMPS MAINTENANT DE RÉPONDRE À TES QUESTIONS SIMON

1- Pourrais-tu me renseigner sur la fonction du menteux?

Il est essentiel à un village… c’est celui qui montre du doigt le SONGE À REVER POUR QUE SON VILLAGE DEVIENNE ENFIN LE PAYS CHASSE-MISÈRE OÙ IL FERA BON VIVRE.

2- pourquoi il ment?

Le menteux du village ne ment jamais, il CONTE une menterie… Une menterie est un CONTE chasse-misère…

3- A quoi sert son mensonge?

Sa menterie… sert…A faire de la vie des humains une aventure collective à la grandeur d’un SONGE…

4- pourquoi doit-il mentir?

parce que seul l’impossible est fascinant dans cette vie… Mentir c’est dire non au possible pour faire exploser le feu d’artifice de l’impossible…

5- c’est plus fort que lui?

Oui, le menteux du village est un prophète engagé par la beauté du monde elle-même))))))) comme chasse-misère autour du poêle à bois l’hiver.

6- la provenance de son mensonge?

la poésie du quotidien

7- Quelle est la réalité du menteux?

les étoiles 24 heures par jour… Il regarde la terre et le petit point sur terre qu’est son village avec les yeux d’un prince des étoiles.

8- Vit-il dans le mensonge?…

Tout menteux a horreur du mensonge… il vit dans la poésie de la menterie:)))

9- sait-il qu’il ment?

Un menteux ne ment jamais… il ne dit que la moitié de la vérité

10- Est-ce un art?

Je crois que c’est le plus grand des arts sur cette terre… mais il ne s’apprend pas… Homère n’a probablement jamais existé… c’est un archétype de milliers de troubadours dont on a un jour rassemblé les vers de la tradition orale pour en faire un pays chasse-misère:)))

Pierrot
vagabond de l’impossible…

SUR GOOGLE
PIERROT VAGABOND

www.lepaysoeuvredart.com
michel le concierge

———————

1161 ….. 20 MARS 2015

1161… ( VAGABOND-CHERCHEUR)

 

QUELLE JOIE D’ÊTRE UN VAGABOND-CHERCHEUR!

 

Je réalise à quel point, quand j’avais 20 ans et que je chantais au café St-Vincent dans le Vieux-Montréal (1971 je crois) la chanson BOZO LES CULOTTES de Raymond Levesque me blessait profondément. Aujourd’hui, je saisis que tous ceux qui ont véhiculé une axiologie toxique reliée au nationalisme (Hubert Aquin, Gérard Godin, Gaston Miron) ont dans un certain sens raté le tournant individualiste cosmopolitiste auquel a droit chaque citoyen de la planète par l’éducation et la marche vers son rêve. En ce sens, Bozo les culottes reste pour moi un archétype du petit peuple et du petit pain victime de la minorité de sa langue, de sa race et de sa religion.

 

Le vagabond céleste, c’est la revanche de Bozo les culottes, qui tient ses racines de Claude-Henri Grignon (1939, je suis ***** à mourir pour mon rêve de devenir écrivain), Ozias Leduc (ma vie est mon unique aventure) et Paul-Emile Borduas (le refus global.

 

Le vagabond céleste, c’est le passage d’une société de langue de race et de religion tissée serrée (Bozo les culottes) à une société de droits, d’inter-culturalisme et de créoalisation. C’est une société ou le docteur Volant, inou, comme Céline Dion ou Robert Lepage envoie le seul message acceptable au 21eme siècle: CROIS À TON RÊVE. Mène une vie personnelle œuvre d’art et tu seras cette masse critique sur laquelle pourra se fonder un jour le pays œuvre d’art.

 

Un pays ce n’est pas une question de langue, de religion ou de race, mais une question de géographie où les rêveurs démocratiquement construisent socialement la réalité pour mieux briser les petites misères d’un passé trop lourd à porter dans le design d’une société de plus en plus complexe..

——————

RÉPONSE DE PIERROT-VAGABOND À RAYMOND-LOUIS LAQUERRE

Très cher Raymond-Louis

Parmi tous les êtres humains qui j’ai cotoyés dans mon ascétique vie, tu es celui qui n’en a jamais manqué un tournant en 50 ans.

Tu étais là avec les Contretemps il y a 50 ans, même notre chauffeur lors du spectacle à Jonquière avec ma iere brosse d’être sur scène relatée d’ailleurs dans le scrapbook des Contretemps que Pierre Angers, un des membres a retrouvé dans son garage.

Puis tu es venu au St-Vincent, puis au Pierrot, puis à la Calèche, puis à la maison de Raymond Levesque quand j’ai tout lâché et que je commençais à écrire Monsieur 2.7k (un 1000 pages) ne tenant que par le feu d’un poêle à bois, puis quand j’étais squatter en dormant sur une table dans une librairie alternative à Victoriaville, puis lors du documentaire «mon ami Pierrot, le dernier homme libre»… puis au récit philosophique de Simon Gauthier «le vagabond céleste» et puis et puis. et puis…. à chaque Noel , seul toi et moi…. chez toi… dans une orchestration digne d’un film… une amitié sans faille durant 50 ans… incroyable… vraiment Incroyable.

Tout ce que tu sais de moi me fait rougir à 70 ans… Car si il y en a un qui peut se targuer de connaître la pureté de la flamme de mon épopée pour l’humanité à travers les années,…. c’est bien toi et si je mixe ta mémoire avec celle de Michel le concierge,

——————-

2373, 21 OCTOBRE 2019,

LA SCÈNE DE LA BUTTE À MATHIEU DEVENUE LA BUTTE AUX PIERROTS (1977 IL ME SEMBLE) FUT LA PLUS BELLE SCÈNE ET LA PLUS BELLE SALLE DE SPECTACLE DANS LAQUELLE J’AI OEUVRÉ… AU POINT OÙ, DURANT TOUT UN ÉTÉ, DE MA MAISON (L’ANCIENNE MAISON DE RAYMOND LEVESQUE À LA BUTTE…. SOIT UNE CENTAINE DE PIEDS, TOUTES LES NUITS, APRÈS LE SPECTACLE, JE CONSTRUISAIS PIERRE PAR PIERRE, À LA BROUETTE, UN CHEMIN MENANT DIRECTEMENT EN DESSOUS DE LA SCÈNE POUR UN JOUR Y ENTERRER MES CENDRES… JE FINIS LE CHEMIN… MAIS AUJOURD’HUI LA BUTTE AUX PIERROTS A ÉTÉ DÉMOLIE… LE CHEMIN EST ENCORE LÀ, MAIS MA TOMBE EST À CIEL OUVERT…. POURTANT LES DÉBRIS MULTIVERSELS DE LA MÉMOIRE DU COEUR SE TRANSGRAMMENT EN UNE TRANSMAGE… MOI EN PYJAMAS… LAVANT LE PLANCHER DE LA SCÈNE AVEC TOUTES LES LUMIÈRES ALLUMÉES… PORTANT MON RÊVE ENTRE MA TOMBE ET MA MOPPE…. MON ONÉRISME FUT OEUVRE D’ART… CELA DURA 2 ANS… PUIS COMME LES DEUX HOBBOS SAUTANT DU TRAIN… JE M’ENFUYAI HORS TEMPS, HORS RÉALITÉ, HORS SERVITUDE … MA THÈSE DE MAÎTRISE SUR LE RIRE M’APPELAIT… ROSE LA POUNE AYANT MARQUÉ MON IMAGINAIRE LE DERNIER SOIR… EN JOUANT UN NUMERO DE BURLESQUE QUE J’AVAIS ÉCRIT… EN RAPPEL… DEVANT UNE FOULE EN DÉLIRE… JE ME RENDS COMPTE À 70 ANS QUE J,AI TOUJOURS QUITTÉ QUAND LE SUCCÈS ÉTAIT À SON APOGÉE…. C’EST CELA UNE FLAMBÉE FÉÉRIQUE DES DÉBRIS DE LA MÉMOIRE DU COEUR… ILS REVIENNENT TE VISITER, TE TAPER DANS LE DOS ET TE DIRE: TU AS ÉTÉ UN PRIVILÉGIÉ… C’EST TON DEVOIR MAINTENANT D’INVENTER UN QUELQUE CHOSE QUI PERMETTRA AUX MILLIONS D’ENFANTS QUI SE MEURENT DE FAIM OU DE BLESSUERES DE GUERRE D’AVOIR À LEUR TOUR DROIT À UNE ERRANCE POÉTIQUE, À UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART PAR LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE

OCTOBER 21, 2019 PIERROT LE VAGABOND CHERCHEUREDIT

Pierrot vagabond

———

DANS LE CADRE DE LA MAÎTRISE SUR LE RIRE EN PHILOSOPHIE À L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL… DANS UN DES NOEL D’AUTOMNE DU DUO ROCHETTE LAMARRE À L’AUBERGE LA CALÈCHE À STR-AGATHE…. UNE CRÉATION SLAPSTICK AVEC PUBLIC PARTICIPANT….. LE BITT DES CLASSELS….

APRIL 8, 2020 PIERROT LE VAGABOND CHERCHEUR

À l’auberge la Calèche de Ste-Agathe, durant 18 ans, Denis, Mario le propriétaire, son pèere et moi …..  avons organisé des Noel d’automne à trois autobus de 50 personnes à la fois… à tous les trois jours … tout en produisant des cassettes des chansons du spectacle ( nous avons du en produire une vingtaine au moins, Denis en ayant encore au moins un exemplaire de chacune)du début septembre au ier janvier ….

Comme Denis et moi bénéficions d’un budget pour des décors, une costumière, une promotion… il nous fallait donc planifier d’avance des numéros à écrire au fur et à mesure de la préparation durant l’été tout en performant dans des spectacles d’été et au patriote de Ste-Agathe à l’intermission de la pièce de théâtre, et dans déplacements à travers le Québec… dans des aller retour qui parfois nous faisaient arriver à la limite, 5 minutes avant le début de la performance sur scène au Patriote ou à la Calèche…

Nous vivions sous pressions constante… mais nous étions jeune … et il nous semblait que cette vie d’artiste était normale… Je me rappelle une fois… Nous revenions de Trois-Rivières je crois…. Denis de me dire… pars le premier…. je vais défaire le stuck en attendant… puis attends-moi au Patriote… je vais arriver au plus tard 10 minutes après…

Bien sur… je pars le premier… mais en route… j’ai des idées pour la maîtrise …. Je ralentis… j’arrête… j’écris…. Quand je suis arrivé au Patriote… non seulement Denis était arrivé avant moi… non seulement il était installé sur scène … mais il avait commencé sans moi… Comme il était le straight et moi le comique…. et qu’il avait expliqué au public l’incongruité de la situation… quand je suis arrivé… naif… encore dans mes recherches sur la route… je fus accueilli par un rire… mais un rire…

Denis et moi avions cultivé l’art de spectacle en spectacle de ne jamais se parler de ce qui avait mal été, mais de capitaliser sur l’exceptionnel… même s’il n’y en avait eu que quelques minutes… Et je dois avouer que, ce soir-là… au Patriote de Ste-Agathe….ce fut une flambée BURLESQUE entre nous deux…

Car, la plupart du temps… nous connaissions le début et la fin du spectacle … mais nous nous laissions emporter par la foule dans la composition du pacing… ayant plusieurs numéros en banque de création du passé que nous aimions resculpter dans des moments d’euphorie.

————-

Donc…. dans ce fameux Noel d’automne… les décors étaient faits… les cassettes produites… la costumière nous avait fait essayer les costumes… dont celui DU BITT DES CLASSELS…. un numero qui devait constituer ce peak de rire  qui ferait que la majorité des autobus resignerait pour l’année prochaine avant de partir… IL FALLAIT QUE CE SOIT UN HIT.

A Val-David, sur la butte à Mathieu devenue la butte aux Pierrots, j’habitais la vieille maison ou Raymond Levesque avait écrit ses revues… Et je dois avouer que je consacrais plusieurs de mes nuits  à marcher dans le village de Val David à la rencontre de l’allumette paramètrique entre le public et moi.

La salle avait un coefficient de difficulté d’environ 20% … parce que non seulement construite en long, mais profonde minimalement… ce qui faisait que les 3 autobus désirant être assis au centre…. 50 tous en groupe… les 2 tiers de cette salle vivait une variable de frustration qu’il fallait évacuer par des stratégies d’intimité entre l’artiste et les leaders de chaque groupe… d’autant plus que le devant de la scène était converti en piste de danse… Nous avions donc un trou devant nous dont il nous fallait habiter le potentiel avant la partie danse de ligne…

————–

LE BITT DES CLASSELS …

Ce bitt de burlesque était assez simple… Pendant que Denis faisait chanter la salle mise en pénombre… je passais rapidement dans chaque groupe et allait y chercher UN CLASSEL… c’est à dire le représentant du groupe que j’avais identifié en début de veillée… et que j’amenais dans le couloir de la salle…

Rapidement… je leur faisais enfiler par dessus leurs vêtements un habit blanc et une perruque blanche… et nous entrions sous les applaudissements provoqués par Denis sur scène sous le titre du groupe des Classels et de son chanteur Gilles des classels…

Chacun des groupes n’était pas au courant qu’un de leurs membres allait performer… les gens pensant que chacun d’eux étaient aller à la salle de bain…

C’est en montant sur scène que le public a reconnu chacun d’eux sous les costumes blancs et perruques blanches… et là la mise en slaps tick pouvait enfin être possible…

LE JEU CONSISTAIT à ce qu’ils tentent de suivre les mêmes mouvement que moi (sous le personnage de Gilles des Classels)… mais surtout je devais faire en sorte que le public passe du rire de supériorité-libération au rire d’intégrité en célébrant le TALENT INUSITÉ DE LEUR VEDETTE LOCALE…

————-

Le plus difficile de mon travail se vivait avant le spectacle quand on débarrassait les tables… Je passais d’abord de table en table en serrant les mains de chaque personne en accordant mon attention à ceux et celles qui étaient les plus mal situés par la scène … au point ou je prenais place littéralement à la table du dernier à voir parce que trop éloigné de la scène…

Puis… après avoir évalué qui était vulnérable et qui ne l’était pas… qui rendrait son groupe le plus heureux en montant sur scène… je disais à trois d’entre eux… ME FAIS-TU CONFIANCE… ON VA FAIRE PLAISIR À TA GAGNE… QUAND JE VAIS VENIR TE CHERCHER A UN MOMENT DONNÉ… SUIS-MOI… MAIS TRÈESSSSS DISCRÈTEMENT…. FAIS COMME SI TU T’EN ALLAIS È LA SALLE DE BAIN POUR QUE TA GAGNE NE S’APERÀCOIVE DE RIEN

————–

Et c’est là que tout se jouait… une fraction de seconde de confiance…

les 4 en habit blancs, les 4 en perruques blanches… j’orchestrais les rires de la salle à partir de ma maîtrise sur les lois du rire… recherchant comme si c’était des brosses d’être et des attaques d’être offertes au public…. DES RIRES D’INCONGRUITÉ… THE PURE JOY OF LAUGHING GIRL…  dont seul le burlesque permet de rejoindre la multitude … comme le country dans un autre régistre…

J’avais donc 50 fois à jouer avec Denis LE BITT DES CLASSELS avant de produire le prochain bitt de burlesque….

J’arrivais vers 4 heures de l’après-midi… je piquais un somme à terre derrière les rideaux, mes livres en anglais sur le rire comme oreiller… Denis me r.veillait 5 minutes avant d’entrer en scène pour les chansons du souper… puis c’était parti…. Un monastère de la recherche qui a duré 18 belles années en compagnonage avec Monsieur parfait, un camarade de scène avec qui je n’ai jamais eu une seule altercation en 18 ans…. DENIS LAMARRE.

Pierrot vagabond

—————–

QUAND JE SUIS TOMBÉ EN AMOUR AVEC LA SCÈNE DE LA BUTTE À MATHIEU DE VAL DAVID…. DEVENUE LA BUTTE QAUX PIERROTS…. AMOUREUX D’ELLE AU POINT OU JE ME LEVAIS LA NUIT ET… DE L’ANCIENNE MAISON DE RAYMOND LEVESQUE DEVENUE MA MAISON… À 20 PIEDS DE LA BUTTE…. J’ENTRAIS EN PYJAMAS PAR LA PORTE D’EN ARRIÈRE… J’ALLUMAIS LES LUMIÈRES DE LA SCÈNE ET DANS L’OMBRE DE LA SALLE… JE MOPPAIS LE PLANCHER EN ME DISANT… QUE JAMAIS JE N’OUBLIERAIS… LA BEAUTÉ. DU MONDE D’UNE SCÈNE SOUS LAQUELLE J’AVAIS FAIT UN CHEMIN DE PIERRE… DE MA MAISON À LA SCÈNE.. POUR QUE MES CENDRES Y SOIENT UN JOUR DÉPOSÉES….. LES 2 ANNÉES DE LA BUTTE AU PIERROT…. LA POÉSIE SE FIT SYMPHONIE DE L’IMPOSSIBLE… NOUS EUMES UN SUCCÈS FOU… PIERROT DAVID ET PIERROT ROCHETTE…. NOUS ARRIVIONS À CHANTER AUX PIERROTS ET DEUX PIERROTS À MONTRÉALK ET À LA BUTTE AUX PIERROTS À VAL DAVID,,, DANS CE QUI SEMBLAIT UNE ÉPOPÉE DE LA BEAUTÉ DU MONDE QUI NE SEMBLAIT JAMAIS POUVOIR S’ACHEVER… NOUS FÛMES SOMPTUEUSEMENT HEUREUX…….

MAY 28, 2020 PIERROT LE VAGABOND CHERCHEUREDIT

 

1073 ….. 22 FÉVRIER 2007

1073 (PIERROT VAGABOND) Pierrot

Le jeudi 22 février 2007 à 09:33, par pierrot rochette

Cher Monsieur Drolet,
Cher Monsieur Pellerin,

j’ai retrouvé un courriel sur une adresse courriel ou je ne vais jamais. Je n’ai peut etre pas répondu a Monsieur Gaetan Drolet de quebec qui voulait entrer en contact avec moi. Monsieur Drolet n’ayant pas d’adresse courriel. Il me demande un telephone ou une adresse pour me rejoindre. Comme je n’ai pas votre adresse courriel et que celle de Monsieur Michel Pellerin est inoperante, et que je suis un errant homme maison, j’ai pense vous rejoindre par ce blog.

A l’epoque, jé désirais découvrir le secret du rire dans le cerveau humain. J’avais créé les Pierrots et les deux Pierrots tout en reprenant la création de la Butte a Mathieu en la renommant la butte aux Pierrots. J’avais acheté la maison ou Raymond Levesque vivait lorsqu’il y faisait ses revues. Je faisais rire les gens et je me disais: Pourquoi ils rient? Comment ca marche dans le cerveau?

j’allais chercher la poune dans un cabaret minable de St-Hyacinthe. J’allai voir sa gérante Madame Daniel. Je veux rendre hommage a Rose que je lui dis. Elle me dit ce sera 16000 par semaine. Je lui dis Madame, j’ai besoin de découvrir le secret du rire dans le cerveau et c’est en faisant un spectacle avec Rose a la Butte aux Pierrots durant l’été que j,espere y arriver tout en lui rendant hommage. Madame daniel me dit… cela vous coutera $900. par semaine.

Ce fut un été magique. Comment une vieille dame de 77 ans arrvait-elle avec des gags usés a, elle dont la carriere était morte a l’époque (ce nous effectivement qui la relancames) pouvait elle soir apres soir obtenir des jeunes comme des vieux, un rire d’une telle précision. Le timing qu’elle me répondait.
L’été se termina. J’avais 29 ans je crois.

Je quittai tout. Je louai un logement dans un bloc de prostituées sur la rue Ste-Catherine Papineau et marchai durant des mois la rue Ste-Catherine. Je ne pouvais tricher avec ma vocation d’artiste.

Je téléphonai a Rose. Je lui dis Rose ca ne va pas bien. Nous allames au restaurant. Je lui dis je veux faire rire mais je me sens trop vieux. Elle me dit mon p’tit chien est-ce que ca parle dans ton ventre? je lui dis oui… elle me dit travaille la nature va faire le reste. Je lui parlai de mon projet de maitrise pour découvrir le secret du rire dans le cerveau humain. Je lui dit Rose, c’est quoi el secret. Elle me répondit.

QUAND LE PUBLIC VA VITE, VA LENT
QUAND LE PUBLIC VA LENT, VA VITE

Effectivement, 13 années plus tard, ce fut une de mes conclusions. Le rire n’étant pas un sujet philosophique, me dit mon directeur de département. je lui dit monsieur, quand je vais réussir, vous ne serez plus ici. Je lui dis Monsieur je désire faire une recherche de doctorat en maitrise. Ca prendra le temps que ca prendra. Je choisis comme directeur de these un monsieur de race noire,qui venait de Suisse, qui ne comprenait rien et qui surtout n’aimait pas mon sujet. Et je travaillai sans relache.

J’avais le privilege de faire de la scene. Un jour, Denis Lamarre et moi avions un spectacle au mont Avilla. Ca ne marchait pas. Mais Roger Giguere de l’autre cote marchait encore moins. Le samedi soir, comme lui avait deux représentations, j’assistais a la deuxieme. Je fus depuis toujours un amateur du burlesque. Je connaissais l’histoire du burlesque americain. La nuit, plus jeune a 3 heures du matin, je dormais avec mes écouteurs parcer qu’a C.J.A.D, on passait de vieux disques americains de leurs comics

D’ailleurs, je ne comprenais pas tres bien l’anglais a l,epoque meme si je le lisais. Mais je me rappelle ce rire fabuleux d’un comedien americain dont j’oublie le nom. J’ai découvert par la suite qu’il avait été le premier noir a faire des gags contre les noirs a un public blanc. Ce fut une révolution aux E.U. des gags du genre. En face de ma maison, y a un noir qui vient de s’installer, ca va faire baisser la valeur de ma maison… etc… Il faut se mettre dans le contexte c’était dans les années 50.

Revenons au mont Avilla. Il y avait une dame de 55 ans, magrichonne et frustrée qui venait voir mon spectacle avec sa mere encore plus pincée qu’elle. Elle était victime de sa mere, le baton de vieillesse de sa mere. Comme je pouvais aller assister gratuitement aux spectacles de Roger Giguere le samedi soir, je les amenai toutes les deux.

A chaque gag gras de Giguere, je me rendis compte que moi je riais d’un rire d’incongruité (la beauté de la mécanique bergsonnienne ou chaplinienne du gag) la mere riait d’un rire de superiorité (elle était quelqu’un et les autres rien) et la fille d’un rire de soulagement (rire gras de la frustration freudienne) et c’est a ce moment seulement, apres 13 ans de recherche que par un hasard fou, je pus prouver une iere fois ma théorie.

L’EMOTION DANS LE RIRE
EST UNIVERSELLE PAR SA PRESENCE
ET ACCIDENTELLE PAR SA FORME

Ce fut lors d’un spectacle a Levis dans un arena que je décpuvris la possibilite comme artiste de faire passer une salle d’un rire de superiorite a un rire d’incongruite. L’épisode du dentier que je raconte dans mon roman
1000 pages, K, mais dont le brouillon 400 pages se retrouve sur le blog de Claude demers. (demers.ac.ca) l’ile dE l’éternite de l’instant présent dont voici l,extrait:

extrait du brouillon du roman
l’ile d el’éternite de l’instant présent
demers.qc.ca

Une des pages mentionnait qu’il avait mis dix ans pour découvrir le secret du rire dans le cerveau humain, le tout se résolvant en une thèse de maîtrise à l’université sur les lois structurales du rire et des pleurs. Une anecdote, s’étant réellement produite, illustrait d’ailleurs avec concision la substance du fruit de ses recherches.
L’événement était arrivé dans un aréna où près de six cents personnes assistaient à son spectacle. Il avait fait monter sur la scène l’organisateur, pour le faire participer à un sketch improvisé. À un moment précis où l’attention du public était à son maximum, il avait par mégarde accroché le dentier du comédien amateur, objet ridicule par excellence, qui avait fini par rouler jusqu’au bord de l’estrade.
Un immense rire de foule s’en était suivi. Il faut dire ici qu’un rire se lit exactement de la même façon que des notes d’une mélodie sur une portée musicale, la barre de mesure étant la surprise à l’esprit et le rire la mélodie de l’âme accompagnée d’une des trois émotions fondamentales ; soit Le rire de supériorité… Le rire de libération …Ou… Le rire de l’incongruité relié à la beauté ou l’esthétisme. Ces émotions étant universelles par leur présence et accidentelles par l’apparition de leur forme.
Il apparut évident à l’artiste que le premier rire créé par la barre de mesure du dentier frappant, par surprise, le plancher se trouva à être à au moins 80 % du type de la supériorité puisqu’on ne se gêna pas de rire du Monsieur plutôt que de l’événement en soi.
Il fallait donc,dans une suite improvisée mais calculée de barres de mesure de surprises à l’esprit, faire changer la nature émotive du rire.
2e barre de mesure.
Surprise à l’esprit :
L’artiste s’approche du dentier
Compte les dents pour voir s’il n’en manque pas
Rire…
À l’oreille, 60 % supériorité, 20 % libération, 20 % incongruité
3e barre de mesure.
Surprise à l’esprit
L’artiste se tourne vers la victime édentée
Compte les trous dans la bouche
Pour voir s’il n’en manque pas
Rire…
À l’oreille, 50 % supériorité, 20 % libération, 30 % incongruité
4e barre de mesure.
Surprise à l’esprit
L’artiste cache le dentier de son corps
Fait signe discrètement à la victime
De venir chercher son dû
Rire…
À l’oreille, 40 % supériorité, 10 % libération, 50 % incongruité
5e barre de mesure
Surprise à l’esprit
La victime, brillante
Marche à petits pas de balais
Et vient artistiquement récupérer son dentier
Rire…
20 % supériorité, 10 % libération, 70 % incongruité
6e et dernière barre de mesure
L’artiste prend la victime par la main
Et les deux saluent la foule
Comme si la mise en scène
Avait été préparée de main de maître
100 % de rire d’incongruité,
En admiration devant la beauté
De la barre de mesure
Tout le monde debout
Applaudissements dignes d’un rappel.
Ainsi, l’élément universel, présent dans tous les rires, se trouvant à être, jusqu’à preuve du contraire, la surprise à l’esprit. Mais si le dentier s’était brisé et que l’homme avait perdu de l’argent, il y aurait eu, suite à la surprise à l’esprit, rire jaune et sans doute douleur profonde, comme dans les pleurs.
Mais qu’en était-il des pleurs ? On pouvait aussi lire les pleurs sous forme de feuille de musique, la barre de mesure se trouvant à être paradoxalement la surprise à l’esprit. Sauf que la palette d’émotions l’accompagnant portait toute la même base de signature : une perte irrécupérable dans l’instant présent, ce qui donnait aux pleurs des périodes d’expression pouvant atteindre des mois et même des années.
Exemple : je me coupe le doigt, je saigne, ça fait mal, je pleure
Je perds ma mère, je pleure intérieurement des mois
Je perds mon emploi, je pleure le manque à gagner.
Qu’en était-il alors de pleurer de joie ? Je suis à l’aéroport. Ça fait dix ans que je n’ai pas vu mon frère. On se voit soudainement. Surprise à l’esprit. Deux émotions se superposent. La peine d’avoir souffert durant dix ans et la joie que cela cesse enfin. L’émotion paradoxale ouvrant une porte étonnante à l’âme humaine.
Et c’est cette porte que Renaud avait planifié d’ouvrir lors de la dernière soirée, dans le cœur des enfants du camp Ste-Rose. Il espérait d’ailleurs rencontrer ces enfants, une fois adultes, juste pour voir si dans le fond d’eux-mêmes, il en était resté une marque indélébile qui aurait peut-être eu une influence déterminante sur leur vie. L’hypothèse étant que pleurer de joie permettait de réparer le fil d’une enfance malheureuse ou des larmes de pertes succédaient trop souvent à des rires de supériorité, qui équivalent à la forme de rire le moins thérapeutique dont l’humain dispose pour atténuer les tensions de l’existence, puisqu’il crée une perte de valeur chez celui qui en est victime, Et il semblait à Renaud que pleurer de joie pouvait représenter théoriquement une porte intéressante permettant de traverser la fissure de la structure du temps pour enfin accoster sur l’île de l’éternité de l’instant présent.

Ma these de maitrise se trtrouve aux sciences de l’éducation bibliotheque bronfman , universite de Montreal, Pierre Rochette, l’émotion dans le rire chez John Morreal.

Voila
désolé d’une réponse si tardive

Pierrot

—————-

1087 .. (DENIS LAMARRE)

HOMMAGE A DENIS LAMARRE

Cher Claude,

Comme tu as vecu jour apres jour ma rupture avec Denis Lamarre et l’auberge la Caleche, lorsque j’ai quitte la scene en plein milieu d’un spectacle, j’aimerais te confier d’une facon systemique ce qui s’est passe dans ma tete ce soir la pendant la chanson la quete de Jacques Brel…

CE SOIR-LA

Je chantais la quete de Jacques Brel… et soudain tout est apparu tres clair dans ma tete… mon merveilleux partenaire de scene qui pendant 18 ans fut d’un comportement ethique et artistique exemplaire venait de se faire offrir le theatre le Patriote en partenariat avec Percival Broomfield puis apr’es la mort de Percivald, en sucesseur. Pour lui, lappel a une reorientation de carriere devenait evident. Mais il devenait aussi evident pour la famille Grand-Maison de l’auberge la Caleche qui a pris soin de moi comme artiste avec respect et cooperation, durant 18 belles annees de s »associer a Denis pour mieux reussir en affaire…

De mon cote, un photographe de Quebec qui avait tout abandonne pour jouer de l’orgue de Barbarie sur les routes du soleil de la france a l’Espagne avait aussi eu l’effet d’un coup de tonnerre sur ma vie… je ressentais instantanement et profondement aussi l’appel a la liberte et a la creativite de l’ecrivain… nos trois routes du reve compatibles durant 18 ans venaient soudain d’exploser en un coup de tonnerre ressenti pendant que je chantais sur scene.

Dans la finale de la chanson de Jacques brel… l »inaccessible etoile est venue me chercher de sa voix amour-presence… meme s’il me restait 3 ans de contrat et que j’aurais pu rester avec Denis au patriote jusqu’a ma mort, je suis sorti de scene, j’ai depose ma guitare a ‘arriere et je suis sorti par la porte d’en arriere… ce n’etait pas premidite… j’ai marche jusqu’a la Butte a Mathieu ou j’habitais l’ancienne maison de Raymond levesque… je venais de devenir ecrivain…Je ne sais pas si j’aurais eu le meme courage si j’avais abgi rationellement… Denis l’a saisi plus vite que moi en me disant… ton inconscient t’a aide a te consacrer a l’ecriture….

J »ai mis 7 ans a mon 1000 pages que tu vas bientot offrir en telechargement au public… 7 ans de ma vie, dont deux ans et demie en bibliotheque a savoir ou etait ma place dans la litterature mondiale… A 20 ans, je savais comme Cezanne Proust et Picasso, qu’apres ma mort, mon oeuvre serait reconnue comme une grande oeuvre canadienne..

J »ai fait pour la litterature ce que Jackson Pollock a fait pour la peinture… le renversement ideologique de l’acte de peindre… pour moi la litterature, c’est le placenta de ce que je suis devenu… De la meme maniere qu’on ne peut comprendre les demoiselles d’Avignon et son importance culturelle sans une connaissance amoureuse de l’histoire de l’art, on ne peut saisir la musique de mon 1000 pages sans une connaissance de l’histoire de l’ecriture au Quebec comme au Canada

Ce Kp3, c »est l’histoire de Monsieur K, prisonnier numerique, qui reussit a s’evader de 1000 pages de debris de bitts pour enfin realiser son reve… marcher la fraicheur existentielle de la beaute du monde sans que le boulet de l’information soit enchaine a un de ses pieds… retrouver l’ile de l’ternite de l’instant present telle qu’elle existait avant l’Ulysse de James Joyce et l’Illiade d »Homere… Une epopee du 21eme siecle s’evadant de la dematerialisation numerique

In ne faut pas trop accorder d’importance aux debirts de bitts (le cote eclate de l’hirtoire, du recit).. il faut lire mon oeuvre comme si on ecoutait de la musique contemporaine, dodecaphonique ou sytielle… et suivre la danse concrete et visuelle de Monsieur k (Krihnamurti, Kafka ou Kerouac, selon les pages) danse euphorique comme celle de Zorba le grec, la danse de l’instant present, la danse de l’ile de l’instant present, celle des brosses d’etre et des attaques d’etre, la litterature ecrite par des pieds qui danse sur des debirits de bitts placentas:))))

En ce sens, mes 93 chansons ecrites depuis un an et demie maintenant sont un journal de bord du journaliste de l’etre pendant qu’il danse la fraicheur existentielle de la beaute du monde tout au long de son vagabondage a travers le Canada…est-ce folie? est-ce genie? est-ce l’homme du 21eme siecle tel qu’il sera dans 2 generations, une masse critique de vagabonds celestes avec vie privee oeuvre d’art en marche epopee vers un pays oeuvre d’art? Seule l’histoire pourra un jour en faire le compte-rendu.

Chose certaine, la communaute des historiens de l’art finit toujours par nettoyer le fil d’or de l’histoire de la pensee en separant le bon grain de la poussiere des mots… Serrvir l’histoire de l’art par une vision en signant son siecle, voila le reve de tout creataur. Comme si on ecrivait au clair de la lune et que 1000 ans plus tard , quelques enfants reprenaient le refrain sans se douter qu’ils utilisent un morceau essentiel du patrimoine universel:))))

Je n’aurais pu marcher le Canada sans le placenta de ma gestation litteraire…

J »aimerais remercier publiquement Denis Lamarre pour ses 18 ans de loyaute sans faille.. et la famille Grand-Maison pour leur cooperation financiere a ma vie de createur… La fin ne fut pas a la hauteur des 18 annees de reve en equipe et cela uniquement a cause de ma facon romantique a la beethoven ou a la Michel Ange de concevoir les changements de cap….

Pierrot
vagabond celeste

————

Cher Laurence

ici Pierrot

nous vivions dans des maisons voisines sur la butte à Mathieu, ton frère Cyrille dans une autre, philippe Gagnon le violonneux dans une roulette et les karicks dans une autre petite maison.

Moi, j’héritais de la maison dans laquelle Raymond levesque avait écrit quelques bouts de revue.

Durant 2 ans, la butte à Mathieu devint la butte aux pierrots, que nous animions moi et Pierre David, l,autre pierrot du vieux Montréal, décédé lui aussi dernièrement.

Toi qui poussait l’audace de ta légende à allumer tes cigares avec des $20.00 provenant de tes maigres droits d’auteurs…

Oui tu étais poésie sur deux pattes

je t’offre donc une de mes chansons
pour honoter ton éternité en nos coeurs

www.demers.qc.ca
chansons de Pierrot
paroles et musique
le camionneur

LA CHANSON DU CAMIONNEUR

j’suis su l’camion 60 heures par semaine
j’t’aime

des fois j’triche un peu
j’fais des heures pour nous deux
on dormira plus tard
quand on s’ra des beaux vieux

moi je vis juste pour toé
j’ai hâte à fin de semaine
j’t’aime

de cogner du marteau
quand tu fais du gâteau
t’es si belle au fourneau
mais j’veux mieux pour ma reine

REFRAIN

suffit qu’tu m’dises
que tu veux changer la cuisine
enlever l’comptoir à melamine

pour que la route
entre La Tuque et Trois-Rivières
soit la plus belle de l’univers

COUPLET 2

j’dors dans l’camion
4 nuits par semaine
j’t’aime

3 heures du matin
réveille par la fiam
mon p’tit lit dans cabine
est ben trop grand pour rien

j’ai des idées
pour la salle à manger
j’t’aime

j’ai ben hâte d’en jaser
autour d’un bon café
j’ai acheté les néons
ceux qu’tu m’avais d’mandés

COUPLET 3

j’suis sul’camion
quand la neige a d’la peine
j’t’aime

quand le vent trop jaloux
la garoche entre mes roues
j’ai autour du c.b.
un vieux chapelet jauni

tu m’l’as donné
en pleurant comme une folle
j’t’aime

parce que t’es ben croyante
pis t’as peur quand y vente
à soir ton camionneur
rentrera plus d’bonne heure

REFRAIN FINAL

suffit qu’tu m’dses
qu’cest ben plus beau dans ta cuisine
parce que mes bras en melamine

te lèvent dans airs
entre La Tuque et Trois Rivières
toi la plus belle de l’univers

suffit qu’tu m’dises
qu’c’est ben plus beau dans ta cuisine
parce que mes bras en mélamine

te lèvent dans airs
loin de la Tuque et Trois Rivières
toi la reine de mes je t’aime
toi la reine de mes je t’aime

Pierrot
vagabond celeste

bon voyage Laurence
salut Felix Leclerc pour nous

Pierrot est l’auteur de l’Île de l’éternité de l’instant présent et des Chansons de Pierrot. Il fut cofondateur de la boîte à chanson Aux deux Pierrots. Il fut aussi l’un des tous premiers chansonniers du Saint-Vincent, dans le Vieux-Montréal. Pierre Rochette, poète, chansonnier et compositeur, est présentement sur la route, quelque part avec sa guitare, entre ici et ailleurs…

—————-

1130 ….. 15 AOÛT 2013

1130 .. (SIMON GAUTHIER) COURRIEL A SIMON GAUTHIER… LE MENTEUX POURQUOI IL MENT

Pierrot pourrais-tu me renseigner sur la “fonction” du menteux.
Pourquoi il “ment” ?. À quoi sert son mensonge? Pourquoi doit-il mentir?
C’est plus fort que lui?
La provenance de son mensonge?
Qu’elle est la réalité du menteux? Vit-il dans le mensonge?
Sait-Il qu’il ment?
Est-ce un art?

Simon

———–
Je dirais que le menteux ne vit pas dans le mensonge, mais dans LE SONGE….

Et il doit avoir appris son métier d’un menteux du village engagé pour l’hiver pour en devenir un lui-même.

Le village où j’ai appris le mien s’appelle LA BUTTE À MATHIEU et mes trois maîtres y vivaient… Laurence Lepage, son frère Cyril Lepage et Philippe Gagnon le violonneux au violon de stainless.

Je vais maintenant te conter ma plus belle histoire de menteux:)))

LA VRAIE HISTOIRE DE LA BUTTE À MATHIEU, celle qu’on ne raconte nulle part parce qu’il faut avoir vécu jour après jour sur les lieux mêmes pour en deviner la beauté de ce qui fut UN SONGE FABULEUX DANS L’HISTOIRE DU QUÉBEC…

Et j’ai bien peur de ne pas être capable de retenir mes larmes parce que le meilleur de ma jeunesse s’y cache encore aujourd’hui. J’y suis allé l’année passée lors d’un vagabondage…

….et dans mon vagabondage tardif, je me faisais penser à Raymond Levesque qui un soir rentra seul dans son ancienne maison pour y revivre le meilleur de lui-même à moitié sourd, me racontant… comment il avait écrit quand les hommes vivront d’amour. ” J’étais à Paris, complètement saoul, qu’il me dit, et un gars m’a dit une phrase… quand les hommes vivront d’amour… je l’ai transcrit sur mon paquet de cigarettes… le lendemain avec un mal de tête, je retrouve ma phrase en prenant une cigarette… 15 minutes plus tard, ma chanson était écrite…”

Ma maison est encore là, presque telle quelle et à côté ils ont démoli ma chère boîte à chansons, LA BUTTRE AUX PIERROTS où j’ai joué durant deux ans sans interruption avec l’autre Pierrot les fins de semaine et 5 jours par semaine l’été, tout en animant nos boîtes les pierrots et les deux Pierrots dans le Vieux Montréal les débuts de semaine.

Mais il reste mon chemin de pierre que j’avais construit la nuit, pierre par pierre, avec une brouette, qui partait de ma maison RAYMOND LEVESQUE jusqu’à sous la scène de la Butte aux Pierrots où j’envisageais d’y déposer mes cendres à ma mort.

Tu te rends compte… Ma chambre à coucher était située à côté de la scène de la butte aux Pierrots… J’en étais tellement amoureux que la nuit, entre deux tours de brouettes remplies de pierres ramassées sur un chemin de campagne, j’allais en pyjama laver ma scène à la moppe, toutes les lumières de scène allumées en me disant…. Je dois préserver le côté sacré de ce lieu où Félix Leclerc et les autres sont venus construire LE SONGE DU QUEBEC DE DEMAIN… Je dois laver la poussière déposer par ma vie d’artiste pour y faire resplendir la beauté de leur vie de pionnier culturel. Et je fredonnais de leurs chansons pour bien y dessiner leurs menteries dans le creux des miennes…et je refaisais leurs chansons chaque soir sur scène pour faire vibrer le peuple à ses racines, dans l’espoir d’un Québec indépendant (nous étions en 1975 je crois). A cette époque, nos salles étaient remplies de familles… les enfants emmenaient leurs parents et leurs grands-parents… c’était LA GRAND MESSE DU QUÉBEC DE DEMAIN célébrée par les MENTEUX DU VILLAGE DE LA BUTTE… que nous étions devenus Jos Leroux, Daniel Blouin, Pierrot David et Pierrot Rochette, Blouin et Leroux, chansonniers-animateurs ayant acheté les maisons de Laurence et Cyril Lepage…et Philippe Gagnon était parti avec sa roulotte. Nous étions les héritiers…

LES DEUX PIERROTS étaient alors un véritable triomphe de la contre-culture. Nous remplissions nos salles qu’importe où nous allions à travers le Québec.Nous portions le SONGE DU PAYS VU COMME UN MENSONGE PAR LES ANGLAIS:)))) et cela en chantant nos folklores, nos grands textes et cela avec une seule guitare aussi nue que son petit micro devant son ouverture et l’autre micro devant notre bouche. Le peuple criait, pleurait, chantait, riait… et non les gens, tous avaient le sentiment d’être un dans quelque chose de grand qui s’annonce à l’horizon, LE GRAND MENSONGE QUI VA A LUI SEUL CHASSER NOTRE MISERE…

——-

Mais ma vraie fierté était ailleurs…

En 1974, mes trois maîtres du songe vivaient autour de moi. Philippe Gagnon le violonneux au violon de stainless dans sa roulotte, LA GAROUINE, juste en face de ma fenêtre de cuisine, Cyril Lepage le créateur de la chanson Marilou chantée par plume, astrologue dans la maison à l’horizon de la mienne et notre maître menteux à tous Laurence Lepage, chansonnier icône des années 60 créateur des deux hits des boites d’animations sur tout le territoire du Québec, Monsieur Marcoux Labonté et mon vieux François.

A cette époque, la Butte (son terrain autour de la boîte à chansons de Gilles Mathieu) était un VILLAGE de 6 maisons, une roulotte, plus une série de 6 petits motels grands comme ma main. Pierrot David et moi Pierrot Rochette, Michel Mc lain des Karricks, Philippe Gagnon, Cyril Lepage et Laurence Lepage son frère.Les autres étant locataires de passage…

Je me rappelle toutes ces années où j’ai vécu sur la Butte à Mathieu devenue la Butte aux Pierrots où j’avais acheté l’ancienne maison où Raymond Levesque vivait quand il écrivait ses revues qu’il jouait au théâtre de la Butte.

Autour de moi vivaient les trois plus grands menteux que j’ai connu dans ma vie…Mes MAITRES DU SONGE…. Ils avaient été réunis là par Gilles Mathieu de Val David, le propriétaire des lieux qui d’instinct reconnaissait les personnages qui allait faire de son lieu un songe à la hauteur des plus grands mensonges sans quoi on ne peut créer un pays:)))

Homère a créé la Grèce avec l’Odyssée et l’Illyade… au point où c’est avec ses vers qu’on enseignait à tous les enfants dans les écoles DE TOUTE LA GRÈCE à devenir des hommes…

Nous les chansonniers-ANIMATEURS fumes les liquidateurs du petit catéchisme… MON PAYS CE N’EST PAS UN PAYS C’EST L’HIVER disait Vigneault… notre Homère à nous les québécois. Et nous bâtissions un songe, en récitant soir après soir les vers de Félix, Vigneault, Gauthier et Laurence Lepage… NOUS BÂTISSIONS UN PAYS PAR LE MENSONGE… c’est à dire par l’audace d’habiter le songe en disant merde à la réalité de gagne-misère. Nous chassions la misère pour mieux faire naviguer LE PAYS-SONGE vers le quai du réel.

—–

Revenons à mes maîtres…L’hiver venu, la Butte n’ouvrait que le vendredi et samedi soir, chauffée par d’immenses chaudières poêles à bois… Mais le reste de la semaine… Nous vivions isolés…

Le premier Philippe Gagnon le violonneux au violon de stainless habitait une roulotte… Elle était équipée d’une petite scène qui basculait vers le dehors

Autour du petit poêle à bois, dans l’entrée de la Butte, Philippe avec quelques verres dans le nez, me disait que l’été prochain il allait faire le tour du monde avec sa garouine… Pour gagner des sous, facile, arrive dans un village, baisse la scène et joue du violon avec un chapeau. Et j’avais beau lui dire en riant que sa garouine était si vieille qu’il aurait de la misère à faire le tour des routes du Québec, il en rajoutait pour me dire qu’il ferait non seulement le tour de la planète, mais il parcourerait les étoiles et le cosmos tout entier:))))Et que personne ne serait capable de l’en empêcher… Quel chasse-misère extraordinaire… Il y avait une tempête de neige dehors.. mais lui, le menteux du village engagé pour l’hiver… nous faisait rêver à la magie des étoiles l’été.

—–

IL EST TEMPS MAINTENANT DE RÉPONDRE À TES QUESTIONS SIMON

1- Pourrais-tu me renseigner sur la fonction du menteux?

Il est essentiel à un village… c’est celui qui montre du doigt le SONGE À REVER POUR QUE SON VILLAGE DEVIENNE ENFIN LE PAYS CHASSE-MISÈRE OÙ IL FERA BON VIVRE.

2- pourquoi il ment?

Le menteux du village ne ment jamais, il CONTE une menterie… Une menterie est un CONTE chasse-misère…

3- A quoi sert son mensonge?

Sa menterie… sert…A faire de la vie des humains une aventure collective à la grandeur d’un SONGE…

4- pourquoi doit-il mentir?

parce que seul l’impossible est fascinant dans cette vie… Mentir c’est dire non au possible pour faire exploser le feu d’artifice de l’impossible…

5- c’est plus fort que lui?

Oui, le menteux du village est un prophète engagé par la beauté du monde elle-même))))))) comme chasse-misère autour du poêle à bois l’hiver.

6- la provenance de son mensonge?

la poésie du quotidien

7- Quelle est la réalité du menteux?

les étoiles 24 heures par jour… Il regarde la terre et le petit point sur terre qu’est son village avec les yeux d’un prince des étoiles.

8- Vit-il dans le mensonge?…

Tout menteux a horreur du mensonge… il vit dans la poésie de la menterie:)))

9- sait-il qu’il ment?

Un menteux ne ment jamais… il ne dit que la moitié de la vérité

10- Est-ce un art?

Je crois que c’est le plus grand des arts sur cette terre… mais il ne s’apprend pas… Homère n’a probablement jamais existé… c’est un archétype de milliers de troubadours dont on a un jour rassemblé les vers de la tradition orale pour en faire un pays chasse-misère:)))

Pierrot
vagabond de l’impossible…

SUR GOOGLE
PIERROT VAGABOND

www.lepaysoeuvredart.com
michel le concierge

———————

1161 ….. 20 MARS 2015

1161… ( VAGABOND-CHERCHEUR)

 

QUELLE JOIE D’ÊTRE UN VAGABOND-CHERCHEUR!

 

Je réalise à quel point, quand j’avais 20 ans et que je chantais au café St-Vincent dans le Vieux-Montréal (1971 je crois) la chanson BOZO LES CULOTTES de Raymond Levesque me blessait profondément. Aujourd’hui, je saisis que tous ceux qui ont véhiculé une axiologie toxique reliée au nationalisme (Hubert Aquin, Gérard Godin, Gaston Miron) ont dans un certain sens raté le tournant individualiste cosmopolitiste auquel a droit chaque citoyen de la planète par l’éducation et la marche vers son rêve. En ce sens, Bozo les culottes reste pour moi un archétype du petit peuple et du petit pain victime de la minorité de sa langue, de sa race et de sa religion.

 

Le vagabond céleste, c’est la revanche de Bozo les culottes, qui tient ses racines de Claude-Henri Grignon (1939, je suis ***** à mourir pour mon rêve de devenir écrivain), Ozias Leduc (ma vie est mon unique aventure) et Paul-Emile Borduas (le refus global.

 

Le vagabond céleste, c’est le passage d’une société de langue de race et de religion tissée serrée (Bozo les culottes) à une société de droits, d’inter-culturalisme et de créoalisation. C’est une société ou le docteur Volant, inou, comme Céline Dion ou Robert Lepage envoie le seul message acceptable au 21eme siècle: CROIS À TON RÊVE. Mène une vie personnelle œuvre d’art et tu seras cette masse critique sur laquelle pourra se fonder un jour le pays œuvre d’art.

 

Un pays ce n’est pas une question de langue, de religion ou de race, mais une question de géographie où les rêveurs démocratiquement construisent socialement la réalité pour mieux briser les petites misères d’un passé trop lourd à porter dans le design d’une société de plus en plus complexe..

——————

 

RÉPONSE DE PIERROT-VAGABOND À RAYMOND-LOUIS LAQUERRE

Très cher Raymond-Louis

Parmi tous les êtres humains qui j’ai cotoyés dans mon ascétique vie, tu es celui qui n’en a jamais manqué un tournant en 50 ans.

Tu étais là avec les Contretemps il y a 50 ans, même notre chauffeur lors du spectacle à Jonquière avec ma iere brosse d’être sur scène relatée d’ailleurs dans le scrapbook des Contretemps que Pierre Angers, un des membres a retrouvé dans son garage.

Puis tu es venu au St-Vincent, puis au Pierrot, puis à la Calèche, puis à la maison de Raymond Levesque quand j’ai tout lâché et que je commençais à écrire Monsieur 2.7k (un 1000 pages) ne tenant que par le feu d’un poêle à bois, puis quand j’étais squatter en dormant sur une table dans une librairie alternative à Victoriaville, puis lors du documentaire «mon ami Pierrot, le dernier homme libre»… puis au récit philosophique de Simon Gauthier «le vagabond céleste» et puis et puis. et puis…. à chaque Noel , seul toi et moi…. chez toi… dans une orchestration digne d’un film… une amitié sans faille durant 50 ans… incroyable… vraiment Incroyable.

Tout ce que tu sais de moi me fait rougir à 70 ans… Car si il y en a un qui peut se targuer de connaître la pureté de la flamme de mon épopée pour l’humanité à travers les années,…. c’est bien toi et si je mixe ta mémoire avec celle de Michel le concierge,

——————-

2373, 21 OCTOBRE 2019,

LA SCÈNE DE LA BUTTE À MATHIEU DEVENUE LA BUTTE AUX PIERROTS (1977 IL ME SEMBLE) FUT LA PLUS BELLE SCÈNE ET LA PLUS BELLE SALLE DE SPECTACLE DANS LAQUELLE J’AI OEUVRÉ… AU POINT OÙ, DURANT TOUT UN ÉTÉ, DE MA MAISON (L’ANCIENNE MAISON DE RAYMOND LEVESQUE À LA BUTTE…. SOIT UNE CENTAINE DE PIEDS, TOUTES LES NUITS, APRÈS LE SPECTACLE, JE CONSTRUISAIS PIERRE PAR PIERRE, À LA BROUETTE, UN CHEMIN MENANT DIRECTEMENT EN DESSOUS DE LA SCÈNE POUR UN JOUR Y ENTERRER MES CENDRES… JE FINIS LE CHEMIN… MAIS AUJOURD’HUI LA BUTTE AUX PIERROTS A ÉTÉ DÉMOLIE… LE CHEMIN EST ENCORE LÀ, MAIS MA TOMBE EST À CIEL OUVERT…. POURTANT LES DÉBRIS MULTIVERSELS DE LA MÉMOIRE DU COEUR SE TRANSGRAMMENT EN UNE TRANSMAGE… MOI EN PYJAMAS… LAVANT LE PLANCHER DE LA SCÈNE AVEC TOUTES LES LUMIÈRES ALLUMÉES… PORTANT MON RÊVE ENTRE MA TOMBE ET MA MOPPE…. MON ONÉRISME FUT OEUVRE D’ART… CELA DURA 2 ANS… PUIS COMME LES DEUX HOBBOS SAUTANT DU TRAIN… JE M’ENFUYAI HORS TEMPS, HORS RÉALITÉ, HORS SERVITUDE … MA THÈSE DE MAÎTRISE SUR LE RIRE M’APPELAIT… ROSE LA POUNE AYANT MARQUÉ MON IMAGINAIRE LE DERNIER SOIR… EN JOUANT UN NUMERO DE BURLESQUE QUE J’AVAIS ÉCRIT… EN RAPPEL… DEVANT UNE FOULE EN DÉLIRE… JE ME RENDS COMPTE À 70 ANS QUE J,AI TOUJOURS QUITTÉ QUAND LE SUCCÈS ÉTAIT À SON APOGÉE…. C’EST CELA UNE FLAMBÉE FÉÉRIQUE DES DÉBRIS DE LA MÉMOIRE DU COEUR… ILS REVIENNENT TE VISITER, TE TAPER DANS LE DOS ET TE DIRE: TU AS ÉTÉ UN PRIVILÉGIÉ… C’EST TON DEVOIR MAINTENANT D’INVENTER UN QUELQUE CHOSE QUI PERMETTRA AUX MILLIONS D’ENFANTS QUI SE MEURENT DE FAIM OU DE BLESSUERES DE GUERRE D’AVOIR À LEUR TOUR DROIT À UNE ERRANCE POÉTIQUE, À UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART PAR LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE

OCTOBER 21, 2019 PIERROT LE VAGABOND CHERCHEUREDIT

Pierrot vagabond

———

DANS LE CADRE DE LA MAÎTRISE SUR LE RIRE EN PHILOSOPHIE À L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL… DANS UN DES NOEL D’AUTOMNE DU DUO ROCHETTE LAMARRE À L’AUBERGE LA CALÈCHE À STR-AGATHE…. UNE CRÉATION SLAPSTICK AVEC PUBLIC PARTICIPANT….. LE BITT DES CLASSELS….

APRIL 8, 2020 PIERROT LE VAGABOND CHERCHEUR

À l’auberge la Calèche de Ste-Agathe, durant 18 ans, Denis, Mario le propriétaire, son pèere et moi …..  avons organisé des Noel d’automne à trois autobus de 50 personnes à la fois… à tous les trois jours … tout en produisant des cassettes des chansons du spectacle ( nous avons du en produire une vingtaine au moins, Denis en ayant encore au moins un exemplaire de chacune)du début septembre au ier janvier ….

Comme Denis et moi bénéficions d’un budget pour des décors, une costumière, une promotion… il nous fallait donc planifier d’avance des numéros à écrire au fur et à mesure de la préparation durant l’été tout en performant dans des spectacles d’été et au patriote de Ste-Agathe à l’intermission de la pièce de théâtre, et dans déplacements à travers le Québec… dans des aller retour qui parfois nous faisaient arriver à la limite, 5 minutes avant le début de la performance sur scène au Patriote ou à la Calèche…

Nous vivions sous pressions constante… mais nous étions jeune … et il nous semblait que cette vie d’artiste était normale… Je me rappelle une fois… Nous revenions de Trois-Rivières je crois…. Denis de me dire… pars le premier…. je vais défaire le stuck en attendant… puis attends-moi au Patriote… je vais arriver au plus tard 10 minutes après…

Bien sur… je pars le premier… mais en route… j’ai des idées pour la maîtrise …. Je ralentis… j’arrête… j’écris…. Quand je suis arrivé au Patriote… non seulement Denis était arrivé avant moi… non seulement il était installé sur scène … mais il avait commencé sans moi… Comme il était le straight et moi le comique…. et qu’il avait expliqué au public l’incongruité de la situation… quand je suis arrivé… naif… encore dans mes recherches sur la route… je fus accueilli par un rire… mais un rire…

Denis et moi avions cultivé l’art de spectacle en spectacle de ne jamais se parler de ce qui avait mal été, mais de capitaliser sur l’exceptionnel… même s’il n’y en avait eu que quelques minutes… Et je dois avouer que, ce soir-là… au Patriote de Ste-Agathe….ce fut une flambée BURLESQUE entre nous deux…

Car, la plupart du temps… nous connaissions le début et la fin du spectacle … mais nous nous laissions emporter par la foule dans la composition du pacing… ayant plusieurs numéros en banque de création du passé que nous aimions resculpter dans des moments d’euphorie.

————-

Donc…. dans ce fameux Noel d’automne… les décors étaient faits… les cassettes produites… la costumière nous avait fait essayer les costumes… dont celui DU BITT DES CLASSELS…. un numero qui devait constituer ce peak de rire  qui ferait que la majorité des autobus resignerait pour l’année prochaine avant de partir… IL FALLAIT QUE CE SOIT UN HIT.

A Val-David, sur la butte à Mathieu devenue la butte aux Pierrots, j’habitais la vieille maison ou Raymond Levesque avait écrit ses revues… Et je dois avouer que je consacrais plusieurs de mes nuits  à marcher dans le village de Val David à la rencontre de l’allumette paramètrique entre le public et moi.

La salle avait un coefficient de difficulté d’environ 20% … parce que non seulement construite en long, mais profonde minimalement… ce qui faisait que les 3 autobus désirant être assis au centre…. 50 tous en groupe… les 2 tiers de cette salle vivait une variable de frustration qu’il fallait évacuer par des stratégies d’intimité entre l’artiste et les leaders de chaque groupe… d’autant plus que le devant de la scène était converti en piste de danse… Nous avions donc un trou devant nous dont il nous fallait habiter le potentiel avant la partie danse de ligne…

————–

LE BITT DES CLASSELS …

Ce bitt de burlesque était assez simple… Pendant que Denis faisait chanter la salle mise en pénombre… je passais rapidement dans chaque groupe et allait y chercher UN CLASSEL… c’est à dire le représentant du groupe que j’avais identifié en début de veillée… et que j’amenais dans le couloir de la salle…

Rapidement… je leur faisais enfiler par dessus leurs vêtements un habit blanc et une perruque blanche… et nous entrions sous les applaudissements provoqués par Denis sur scène sous le titre du groupe des Classels et de son chanteur Gilles des classels…

Chacun des groupes n’était pas au courant qu’un de leurs membres allait performer… les gens pensant que chacun d’eux étaient aller à la salle de bain…

C’est en montant sur scène que le public a reconnu chacun d’eux sous les costumes blancs et perruques blanches… et là la mise en slaps tick pouvait enfin être possible…

LE JEU CONSISTAIT à ce qu’ils tentent de suivre les mêmes mouvement que moi (sous le personnage de Gilles des Classels)… mais surtout je devais faire en sorte que le public passe du rire de supériorité-libération au rire d’intégrité en célébrant le TALENT INUSITÉ DE LEUR VEDETTE LOCALE…

————-

Le plus difficile de mon travail se vivait avant le spectacle quand on débarrassait les tables… Je passais d’abord de table en table en serrant les mains de chaque personne en accordant mon attention à ceux et celles qui étaient les plus mal situés par la scène … au point ou je prenais place littéralement à la table du dernier à voir parce que trop éloigné de la scène…

Puis… après avoir évalué qui était vulnérable et qui ne l’était pas… qui rendrait son groupe le plus heureux en montant sur scène… je disais à trois d’entre eux… ME FAIS-TU CONFIANCE… ON VA FAIRE PLAISIR À TA GAGNE… QUAND JE VAIS VENIR TE CHERCHER A UN MOMENT DONNÉ… SUIS-MOI… MAIS TRÈESSSSS DISCRÈTEMENT…. FAIS COMME SI TU T’EN ALLAIS È LA SALLE DE BAIN POUR QUE TA GAGNE NE S’APERÀCOIVE DE RIEN

————–

Et c’est là que tout se jouait… une fraction de seconde de confiance…

les 4 en habit blancs, les 4 en perruques blanches… j’orchestrais les rires de la salle à partir de ma maîtrise sur les lois du rire… recherchant comme si c’était des brosses d’être et des attaques d’être offertes au public…. DES RIRES D’INCONGRUITÉ… THE PURE JOY OF LAUGHING GIRL…  dont seul le burlesque permet de rejoindre la multitude … comme le country dans un autre régistre…

J’avais donc 50 fois à jouer avec Denis LE BITT DES CLASSELS avant de produire le prochain bitt de burlesque….

J’arrivais vers 4 heures de l’après-midi… je piquais un somme à terre derrière les rideaux, mes livres en anglais sur le rire comme oreiller… Denis me r.veillait 5 minutes avant d’entrer en scène pour les chansons du souper… puis c’était parti…. Un monastère de la recherche qui a duré 18 belles années en compagnonage avec Monsieur parfait, un camarade de scène avec qui je n’ai jamais eu une seule altercation en 18 ans…. DENIS LAMARRE.

Pierrot vagabond

—————–

QUAND JE SUIS TOMBÉ EN AMOUR AVEC LA SCÈNE DE LA BUTTE À MATHIEU DE VAL DAVID…. DEVENUE LA BUTTE QAUX PIERROTS…. AMOUREUX D’ELLE AU POINT OU JE ME LEVAIS LA NUIT ET… DE L’ANCIENNE MAISON DE RAYMOND LEVESQUE DEVENUE MA MAISON… À 20 PIEDS DE LA BUTTE…. J’ENTRAIS EN PYJAMAS PAR LA PORTE D’EN ARRIÈRE… J’ALLUMAIS LES LUMIÈRES DE LA SCÈNE ET DANS L’OMBRE DE LA SALLE… JE MOPPAIS LE PLANCHER EN ME DISANT… QUE JAMAIS JE N’OUBLIERAIS… LA BEAUTÉ. DU MONDE D’UNE SCÈNE SOUS LAQUELLE J’AVAIS FAIT UN CHEMIN DE PIERRE… DE MA MAISON À LA SCÈNE.. POUR QUE MES CENDRES Y SOIENT UN JOUR DÉPOSÉES….. LES 2 ANNÉES DE LA BUTTE AU PIERROT…. LA POÉSIE SE FIT SYMPHONIE DE L’IMPOSSIBLE… NOUS EUMES UN SUCCÈS FOU… PIERROT DAVID ET PIERROT ROCHETTE…. NOUS ARRIVIONS À CHANTER AUX PIERROTS ET DEUX PIERROTS À MONTRÉALK ET À LA BUTTE AUX PIERROTS À VAL DAVID,,, DANS CE QUI SEMBLAIT UNE ÉPOPÉE DE LA BEAUTÉ DU MONDE QUI NE SEMBLAIT JAMAIS POUVOIR S’ACHEVER… NOUS FÛMES SOMPTUEUSEMENT HEUREUX…….

MAY 28, 2020 PIERROT LE VAGABOND CHERCHEUREDIT

 

—————–

-1-

Il renonce au béton

Pour fréquenter les bois

Inspiré par les sons

Qui s’unissent à sa voix

Il a pris la sortie

Qui l’amène hors du temps

Où chemine sa vie

Jusqu’au moment présent

Et depuis son cœur bat

La guitare à la main

Au rythme de ses pas

Où l’attend son destin

-Refrain-

Le vagabond céleste

Est comme un doux soleil

L’œil brillant d’est en ouest

De l’éveil au sommeil

-2-

Il a trouvé sa voie

Avec des mots si beaux

Heureux comme un oiseau

Il fredonne sa joie

C’est une âme authentique

Qui regarde le monde

Ainsi naît sa musique

Et les vents lui répondent

Ce gentil bohémien

A compris l’essentiel

D’hier jusqu’à demain

Sous l’étoile du ciel

-Refrain-

Le vagabond céleste

Est comme un doux soleil

L’œil brillant d’est en ouest

De l’éveil au sommeil

-3-

Il forge son bonheur

De l’enclume à la plume

Comme un jardin de fleurs

Qui reluit sous la lune

Son rire est un chef-d’œuvre

Qui résonne à l’oreille

Ses chansons nous abreuvent

Comme un bon miel d’abeille

Son cœur est un poète

Jusque sur l’océan

Où la vague projette

L’émotion tendrement.

-Refrain-

Le vagabond céleste

Est comme un doux soleil.

L’œil brillant d’est en ouest

De l’éveil au sommeil

 

Denis Lambert

Paroles et musique

3 juin 2020

————–

L’amour est plus grand que nous deux Claire

Je tIaimmmme et te reviens plus tard Pierrot

Cher Pierre,

Ma maison est immense sans toi… je m’y sens perdue… Même mon bain est devenu trop grand… Imagine mon lit, quand tantôt je vais m’y glisser… sans ton si bel amour… plus grand que tout ce que nous aurions pu rêver connaître… sans ta chaleur… Quand je pense à nous deux, aux instants vécus dans les bras l’un de l’autre… l’un près de l’autre, main dans la main le long de la rivière… nos pas sous la pluie…tes chansons, tes massages, nos repas partagés… je m’émerveille !

Je t’aime.

Claire

——————-

Cher Pierre,

En fin de nuit, alors que quelques étoiles s’attardent encore au firmament… ça me manque de te rejoindre dans ton lit, retrouver la chaleur de ton étreinte, ton corps contre le mien, nos cœurs battant au rythme de l’amour… ton absence est presque douloureuse…

Puis il y a l’espoir de te retrouver bientôt, qui me fait me lever heureuse…

Cet après-midi, vers 13h30, Daniel et Joanne vont venir me chercher pour nous rendre à Marieville… mon entrevue/causerie à la bibliothèque est à 19 heures, mais nous voulons traverser Montréal avant l’heure de pointe. Il paraît qu’il y a un circuit patrimoniale intéressant à visiter, c’est ce que nous ferons avant d’aller souper, pour ensuite nous rejoindre mon lectorat… du plaisir en perspective.

Je te souhaite une merveilleuse journée, dans cette belle ville de Sherbrooke, où tu sèmes de petites roches étincelantes,  qui sera bientôt prête à accueillir ton sentier œuvre d’art…

Ma tendresse t’accompagne.

Claire

——————–

est juste de dire que l’essentiel tre est tellement exceptionnel

que les images emopreintes, nous rassurent, nous convoquent

et surtout nous éprouvent…

moi ce qui me manque le plus

c’est de chanter pour toi

curieux non?

pour un gars qui n’a jamais aimé chanter en opublic:))))))))))))))))))))))

J’ai bien hâte de la suite

tendresse absolue

Pierrot

——————–

si tu savais comme je suis avec marlene et toi profondément depuis que je suis à Sherbrooke Michel on n’a jamais été aussi en potentiel de feu d’artifice depuis que tu es à ta retraite… wowwwwwwwwwwwtu fais du travail remarquable mon ami Ici Gaelle carbure au max… et moi aussi avec le sentier de la vie personnelle oeuvre d’art

yessssssssssssss

on läche pas mon couple oeuvre d’art avec Claire a fait que  nous sommes maintenant des conjoints heureux dans une relation accordéon formidable J’ai ma Marlene mon ami et j’en suis profondément amoureux”..

Pierrot

—————

 

her amour,
Avec toi, je reçois déjà plus que je te donne… n’aies aucune inquiétude à ce sujet!
Ton écrivaine bien à toi!
Claire

Claire Bergeron

—————–

Je viens de passer un beau 2 heures dans les avancées métaphysiques de Gaelle

Claire… c’est prodigieux… unique

bien à toi

Pierrot

————–

Cher Pierre,
Quelle belle soirée parmi mes lecteurs de Marieville… des gens intéressés, curieux… et le plaisir de partager ces moments avec Daniel et Joanne, mes complices d’écriture. pour me détendre avant d’aller au lit, je m’offre la joie de t’écrire un petit bonne nuit…
Bise.
Claire

Claire Bergeron

—————–

wowwwwwwwww… incroyable Claire l’avenir nous appartient bon réveil tendresse

Pierrot

À————–

une phrase m’est venue cette nuit

Cher philosophe de mon cœur ! La pensée d’un philosophe est plus lente que celle d’une écrivaine…

Il y a bien longtemps, avant même que toi et moi devenions des amants, que l’écrivaine que je suis était consciente que greffée à cette oreille élue, il y avait un corps de femme… qu’elle savait très sensuel… Aussi, qu’à la bouche du philosophe qui s’exprimait à travers leur échange épistolaire… il y avait un homme…

Mais ce qu’elle ne savait pas… ce qu’elle ne comprenait pas, surtout, l’écrivaine aux milles émotions… c’est à quel point elle allait aimer cet homme… ce philosophe qui disait ne pas croire à la tendresse… et encore moins au grand Amour…

À la découverte de leurs sentiments réciproques… le philosophe et l’écrivaine ont vécu un véritable chamboulement des sens, de l’âme, du cœur… et du corps… et depuis, ils vivent profondément, passionnément, cet amour qui les a réunis, sur le dernier versant de leur vie… Ils savourent, parce qu’ils sont pleinement conscients de l’importance de ce cadeau de la vie… un trésor… une perle… un diamant…

Oui, accueillir en prime un corps élu… mérite une réflexion philosophique…

Je t’aime, cher philosophe de mon cœur.

Claire

PS : Je vais partir vers midi avec David et Édouard pour nous rendre à Bromont. Rosalie, Laurence et Évangéline vont nous rejoindre pour souper, et demain, ce seront les compétitions équestres à Sutton. J’apporte mon portable pour que Rosalie m’enseigne comment mettre une vidéo sur YouTube… et pour t’écrire, bien sûr.

——————-

J’entre dans un nouveau cycle de réflexion  qui se concrétisera par un journal d’ici le 5 novembre… toute cette aventure littéraire du vagabond céleste connaît un épilogue étonnant on dirait un film…la vie parfois se fait film……

hommage à Simon

à St-Élie…

Je marche le doctorat des rêveurs équitablesen sculptant ici un sentier de la vie personnelle oeuvre d’art jour après jour le philosophe en moi invente l’infini de l’enfant sur terre par la poésie en bout de ligne seules les quatres questios me sont chères quel est ton rêve? dans combien de jours? qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve? comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

————

la remarquable Claire déposera bientôt sur you tube ta chanson du vagabond célerste…. Je crois en avoir honoré l’âme et la pureté du k-oeur :)))

Pierrot

—————–

sommes maintenant en silence cathédrale et en réclusion enchanté est fou comme faire oeuvr en métaphysique demande un caractère sacré dans la recherche intrinsèque tu es profondément présente bonne soirée avec ta gagne :))))

tendresse :)))

Pierrot

—————-

Bonsoir Pierre,

Nous revenons de souper à l’instant… une belle réunion de famille. Je t’envoie le lien de la chanson que tu as enregistré pour Denis Lambert… tu pourras lui envoyer le lien. Si tu préfères, je pourrai lui faire parvenir à mon retour chez moi.

Tu es aussi très présent ici…

Douceur.

Claire

——————-

 

« Moi ce qui me manque le plus,

c’est de chanter pour toi

Curieux non?

Pour un gars qui n’a jamais aimé chanter en public:)))))))))))))))))))))) »

Elle m’a pourtant fait un immense plaisir…

J’aime tellement que tu chantes pour moi… et parfois je craignais d’abuser…

Maintenant, je serai à l’aise de te le demander… et de savourer te chansons.

Conne tu en as parlé, noue nous ferons un répertoire…. à suivre.

Bonne nuit… je pense à toi.

Claire

——————

J’aime que tu me manques vraiment

le 5 novembre à St=Élie

convoque en moi de profondes avancées

dans la métaphysique de mon triaité des abs

cela adonne bien que Gaelle soit dans la préparation

nuit et jour de ses travaux et examens oraux

de sa propédeutique

les silences cathédrales et la réclusion heureuse

viennent me transcender comme chercheur philosophe :)))

Pierrot

——————

Je suis la seule levée… dans le lit d’à côté, Rosalie est encore au pays des songes. Dans l’autre chambre, communicante, j’ai entendu Laurence et Évangéline se préparer. Elles doivent partir tôt… pour se préparer à la compétition. De notre côté, nous devons être dans l’auto à 10 heures précises… tu retrouves là mon sens de l’organisation, transmis à David… J’ai bu un premier café… en me souvenant de ceux pris avec toi… j’aime aussi que tu me manques… Dès que je reçois des informations pour le lit, je te tiens au courant… mais ce sera peut-être Gaëlle qui les recevra…C’est vrai que c’est une partie de nous deux qui s’installera dans ton appartement de Sherbrooke… Un joli rayon de soleil vient de découvrir le clavier de mon ordinateur… je t’écrivais dans l’ombre, mais voilà que mon courriel s’illumine.

Bonne journée, cher Pierre.

Claire

——————

quelle belle rentrée de l’écrivaine dans mon sentier de la vie personnelle oeuvre d’art. Jade notre vosine d’en haut… m’a aidé à le meubler de tes drapts, couvertures, et oreillers…

Toi et moi serons les iers à l’essyer… en attendant… je continuerai mes recherches en métaphysique couché par terre au pied du lit…. question de méthodologie de recherche:))))))))))))

On a bien hâte de te voir ici salutations de Gaelle et de jade:))))))))))))))

Pierrot

—————-

e viens de mettre les pieds chez moi… je me fricotte un petit souper, et je te reviens.
Bien hâte de voir notre lit….
Claire

Claire Bergeron

—————-

Gaelle veut que j’attrende avant de t’envoyer une photo le temps que la chambre soit présentable:)))))))))))))

à suivre:)))))))))))))))  comme ça va être le fun ta présence à Aherbrooke Gaelle et Jade forment un bon duo ils ont bien hâte de te connaître:)))

Pierrot

—————–

quelle superbe symbole qwalien que ce lit

ne manque que toi pour en dessiner le k=oeur

Pierrot

bon réveil Claire

—————-

’ai bien hâte d’y dormir avec toi… et peut-être de te donner un petit bisou… ou deux…

Dans la commande que tu avais reçue, il y a quelque temps, est-ce qu’il y avait 4 oreillers? C’est ce que j’avais commandé… deux devaient arriver dans de petites boîtes… qui se déploient quand on ouvre les boîtes. Je te demande ça parce que sur la photo que Gaëlle m’a fait parvenir, je n’en vois que deux… si tu ne les as pas reçues, je vais contacter Amazon…

C’était tellement beau les couleurs de la nature, ce week-end à Bromont… j’aurais bien aimé en jouir avec toi…

Une autre fois…

Tu es dans mes pensées.

Claire

————-

J’ai bien reçu les 4 oreillers Claire:))))))))))))))))))))))

quel beau courriel que tu as écrit à Denis

il me semblait que le rendez-vous à St-Élie était le 5 novembre?

wowwwww

je t’aime

te reviens plus tard

——————-

Bonjour Denis,

Pierre et moi sommes très peu techno… heureusement, il y a des jeunes autour de nous : la génération techno. Pierre a enregistré ta magnifique chanson dans la paix de ma demeure, et ce week-end, j’allais à Bromont pour des compétitions équestres de ma petite-fille Évangéline – en passant, elle est montée sur la première marche du podium – une grande fierté pour sa mamie. Ma vie n’a pas toujours coulée de source, mais j’ai la chance sur ce dernier versant, de vivre dans une profonde sérénité, qui se marie bien avec celle de Pierre, un homme de paix et de lumière. L’aînée de mes petites-filles, Rosalie, qui étudie à McGill, s’est fait un plaisir de mettre ta chanson sur YouTube… en m’expliquant comment faire… je devrais me souvenir pour une prochaine fois…

Ma fille, Isabelle, en couple heureux depuis 29 ans, vit à Calgary avec son mari et ses trois filles. Pierre et moi sommes allés les visiter au mois d’août, l’accueil qui nous fut réservé a été exceptionnel… Pierre a gagné le cœur de chacun. Quant à mon fils, David, également en couple heureux depuis 17 ans, a un garçon et une fille – Évangéline qui compétitionnait à Bromont hier – apprécie avec joie la place que Pierre prend dans la vie de sa maman.

Ces quelques mots sur ma vie de famille, heureuse et remplie de joie, pour te dire que Pierre et moi nous nous trouvons privilégiés d’être aux premières loges pour assister à l’évolution de tous ses magnifiques enfants, de 20 à 11 ans, avec chacun leur personnalité propre… La vie fait parfois de merveilleux cadeaux… il faut savoir les reconnaître…

Je te joins l’enregistrement de ta si belle chanson, par le vagabond céleste lui-même :

https://www.youtube.com/watch?v=Hx00kE-r7BM

Au plaisir de te rencontrer le 4 novembre prochain.

Claire

—————-

Chère Claire et Cher Pierre,

Aujourd’hui est un de ces moments charnières que dans toute une vie l’on se rappellera toujours.

Peu importe le temps et le poids des années, soit l’un de ces instants précieux où les vibrations de l’âme chansonnière et vagabonde de Pierrot nous enflamme le regard jusqu’aux larmes d’un immense bonheur. Une pluie de perles de rosée aux reflets diamantées baigne les joues d’un visage ému par tant de sensibilité. Merci au ciel d’avoir pris soin de notre vagabond national qui nous défiche le sentier lumineux et discret vers le plus beau des pays, soit celui  du pays œuvre d’art !

Pierrot, j’écoute en boucle cette voie qui fait fondre les armures !

Il n’y a pas assez d’étoiles dans le ciel pour contenir ma gratitude !

Mille fois mille mercis !

Denis

—————–

Je compte bien la soupoudrer de cet exceptionnel qui m’habite i9ntrinsèquement que ce soit chez toi ou à Sherbrooke….. et que je nomme absxistence:))))

bon réveil laire

Pierrot…

—————-

Cher Pierre,

Ce matin, comme je n’avais reçu aucun document pour révision, je suis retournée à ma création… j’ai hâte de pouvoir m’y consacrer à nouveau à plein temps, sans être interrompue par de la révision… Malgré tout, j’ai éprouvé beaucoup de joie à entrer en moi-même, à la recherche de mes personnages…

Avec David, ce week-end, nous avons convenu que nous terminerions son livre à mon retour du Salon de Sherbrooke, soit entre le 19 et le 31 octobre. Je consacrerai ces 12 jours uniquement à ça… il faut se donner un moment précis, il est tellement occupé…

Aussi, j’avais le message suivant, ce matin, d’une dame de Marieville… ma douceur… une femme exceptionnelle… je trouve qu’elle rejoint ce que tu découvres chez moi… je me dis que ce doit être ce que je projette en société…

Ta présence, à chaque moment du jour et de la nuit… est aussi précieuse pour moi.

—————–

merci pour ces belles paroles à l’égard de ma personne Déni

Quand on chante… on monte toujours sur le épaules de quelqu’un… moi je montai sur les épaules de George Dor … car je n’ai jamais rêvé d’être un chanteur… mais plutôt d’être UN HOMME QUI CHANTE… Faire en sorte de ne jamais regarder le public… d’aimer chanter quand personne écoutait….de n’être que poésie abs-xistentielle …de ne jamais apprendre paer coeur le moindre texte… ma barre de mesure étant l’homme préhistorique devant un feu qui en découvre la danse et qui la célèbre par une musique qui surgit de l’homme qui vit… Ainsi fut mon âge d’or au café St-Vincent dans le Vieux Montréal avec Paul Gouin… poète et aristocrate d’une grande élégance culturelle. :)))

Quand j’ai chantéta chanson mon bon ami… j’ai pensé à George Dor…. comment lui il l’aurait chanté… Il faut se cacher quand on chante… pour que surgisse… la poésie des mots et des images….. .

merci de l’avoir écrite Denis  et merci à Claire d’en être ma complice car maintenant ma guitare et mon cahier de chansons sont chez elle et je ne chante plus que pour elle

Pierrot

——————

erci pour la merveilleuse rencontre de vendredi soir à Marieville…Votre douceur et votre vivacité mon conquise. Vous êtes une femme exceptionnelle. P.S. J’ai lu tous vos livres…Bonne continuité. Ginette D.

Bonne journée, Pierre.

Claire

—————

Quand le cinéma s’emparera de ton oeuvre….Claire ce sera écrit dans les étoiles de ta bienveillance

bravo

fier de toi

Pierrot

——————–

Tu sais, cher Pierre, depuis que tu es dans ma vie, je considère avoir reçu de l’univers le plus merveilleux présent qui soit… Eh oui! Tu es un cadeau… superbement emballé de massages, de chansons, de rêves, de douceur et d’amour… que demandez de plus au père Noël ?

Si l’on réalisait un film de l’un de mes romans, ce serait super… mais le plus important, c’est toi… Notre relation est devenue le trésor de ma vie, sur lequel je veille avec tendresse…

Je viens de réserver ton billet de bus pour le 29 décembre… nous arriverons chez moi presque ensemble, en fin d’après-midi. Le premier arrivé attendra l’autre… Je te le remettrai quand on se verra à la mi-octobre. Au fait, est-ce que tu sais quand et comment Gaëlle va se rendre à Montréal pour la fin de son procès et sa rencontre du lendemain ?

Ça me flatte que tu sois fier de moi…

Claire

—————–

tout semble s’annoncer comme ceci Claire Ce mardi-ci et ce mercredi… Gaelle est en examen demie session mardi prochain elle doit remettre un travail de mi session son cours se termine à 5 heures si la tendance se maintient… nous partirions mardi au retour de son cours en autobus de sherbrooke à Montréal puis nous arriverions chez toi dans la soirée le lendemain… Je partirais avec Gaelle à son procàs… dernier épisode…très tôt le matin …puis nous reviendrions chez toi le soir et le lendemain matin elle doit être vers 8 heures a.m.  au métro Sherbrooke car elle animera dans un centre d’art important un colloque avec trois femmes scientifiques… elle reviendra le soir de ce colloque et là…

 

si ce scénario te convientje te ferai signe de l’évolution du dossier:))) bien hâte de te voir à suivre:)))

Pierrot

—————-

 

Bonjour, Pierre,

Je suis totalement ouverte à recevoir Gaëlle chez moi… ce sera même un immense plaisir de l’accueillir sous mon toit.

——–

cher Pierre
Avant de te rencontrer, en écoutant ta chanson du camionneur, avec tous ses « je t’aime… je me disais… si cet homme-là tombe en amour un jour… c’est fou comme il va aimer… et quand tu as composé ma chanson… de l’écrivaine que l’on aime… et que l’on adore… cela a renforcé ma croyance dans tes talents d’amoureux… toi qui avait pourtant trop chanté l’amour pour y croire…
Jamais, à l’époque, j’aurais pensé que cette femme… ce serait moi…
Je m’ennuie de toi… dans une semaine, tu dormiras au creux de mon lit… entre mes bras… j’ai hâte…
Tendresse.
Claire

——————-

Bon matin, Pierre,

Je me suis levée avec dans la tête la ritournelle d’une chanson… qui me fait penser à nous… J’imagine que tu la connais: Une vague bleue, chanté par Michèle Torr…

Extrait:

Je danse avec toi, je ris avec toi
Je flirt avec toi, mon Dieu comme j’aim’ ça
Je dors avec toi, je rêve de toi

Je suis dans tes bras et pour longtemps je crois …

Bonne journée, Pierre.

Claire

———————

non je ne connais pas la chanson mais je l’apprendrai pour te la chanter:))))))))))))))

Pierre

—————-

je pratique spirituellement le détachement complet vis à vis quelques intérêts personnels cachés que ce soit… celui qui se rapproche le plus de ce que je mets en pratique… c’est maître Eckhart et surtout son traité du détachement …

bien sur…. je le pratique ce détachement … non dans le sens religieux… mais dans le sens de la physique quantique… et surtout dans le but d’être habité par le bien commun et l’éthique la plus pertinente dans le moindre de mes actes décisionnels qui implique que chacun ou chacune qui me fait confiance … soit gagnant gagnant…

De là l’importance de l’engagement de t’aimer parfaitement ….das les années qui vont venir…. J’ai intimement besoin de ce don de soi envers toi ….  tout en prenant soin de Gaelle ….  jusqu’à ce qu’elle réussisse son doctorat.. pour honorer et ma vie personnelle oeuvre d’art et mon pays oeuvre d’art…

bonne suite à ta journée Claire

je te reviens plus tard:)))

Pierre

—————-

Cher Pierre,

Je crois que ton frère Claude est très attentif à ce qui passe sur le fil de ma page Facebook… Après que je lui ai fait parvenir sa chanson : Le vagabond céleste, interprétée par toi, Denis Lambert a mis le lien YouTube sur sa page Facebook, avec ses mots :

«Ce matin, j’ai reçu un magnifique cadeau du cœur de Pierrot, par l’entremise de sa compagne, l’écrivaine Claire Bergeron, avec la complicité de sa petite-fille Rosalie ( qui porte le même nom que ma grand-mère ) Mile Mercis!!!

Ici, notre ami Pierre Rochette (Pierrot le vagabond) nous interprète avec toute sa sensibilité artistique la chanson “Le vagabond céleste” que j’ai écrit pour lui rendre hommage. C’est un cadeau précieux que d’entendre vibrer de la bouche même de la personne hommagée les mots qui qui lui ressemblent. Merci Pierrot de nous réchauffer de ta voix d’or ! »

De mon côté, j’ai partagé son post sur ma page. Hier soir, j’ai reçu un message de Claude qui me demandait si je pouvais lui faire parvenir les mots de la chanson… car certains lui échappaient, quand tu la chantes. Je lui envoyé une photo de la feuille, mots et musique, que tu as envoyé à Denis Lambert. Claude m’a remercié chaleureusement.

Je fais attention de ne pas mettre des choses qui pourraient te contrarier… dans le sens où si Denis par exemple me demande les coordonnées de la rencontre à Saint-Élie via Facebook, le 5 novembre prochain, je les lui enverrai en privé.

Serait-ce dérangeant pour toi, si Claude apprenait la tenue de cet évènement, et y venait?

Ce matin, j’ai travaillé sur ma révision et aussi, en début de matinée, sur mon autre roman… je suis heureuse, ça se ressent dans ma création… merci d’être là…

Claire

——————–

non pas du tout sens toi bien à l’aise je n’ai jamais eu aucun argument avec aucun de mes frères et soeurs ni avec ma mère et mon père:))))))))))))))))

Pierrot

—————-

Chère Claire

je rentre en travail métaphysique en rapport au 5 novembre en écoutant france culture ça va être vraiment le fun de vivre cela ensemble

à plus:)))

Pierrot

—————-

’ai hâte de recevoir tes textes de ce décompte… jusqu’au 5 novembre…
Je suis certaine que nous vivrons de beaux moments ce soir-là…
Mais avant, il va y avoir ma découverte de notre lit à Sherbrooke…
Douceur.
Claire

—————

tu as tout à fait raison…. ce lit-là… c’est de la poésie Claire car il ne sera utilisé que lorsque nous serons tous les deux dans la profondeur infinie de notre élégance des mots à l’habiter…. J’ai bien hâte de t’accueillir à Sherbrooke

bon réveil

Pierrot

—————

Je prends le pari de la poésie amoureuse entre nous deux et cela me rend très fier

tendresse

Pierrot

——————-

JOURNAL DE BORD

Tellement d’années consacrées à la métaphysique ontikhative ….et maintenant j’ai la chance d’écrire à une oreille absolue qui m’aime et que j’aime….une écrivaine que je prends le temps d’écouter et qui m’écoute… que je lis et qui me lit… Là est toute la différence je crois…

Entre autres, nous vivons une relation accordéon qui nous permet des escapades vivantes ritualisées …. élégantes et heureuses…

Chez elle… la guitare de Michel et mes chansons, mon passé poétique … reprennent leur fraîcheur poétique … il y a des racines qu’on ne peut partager quavec une personne de sa génération…

Ici à Sherbrooke… chaque jour… je marche l’avenir de mon rêve de vie vers le prix Nobel de la paix en marchant par mon sentier de la vie personnelle oeuvre d’art le doctorat des rêveurs équitables, celui de Marlene, Michel et Pierrot… en vue d’un prix Nobel de la paix… pour notre équipe de recherche .. au nom de la nano-citoyenneté-planétaire…

Gaelle bosse dur nuit et jour pour la réussite en A+ de sa propédeutique… nous pratiquons une suite de réclusion enchantées et de longues heures de silences cathédrales… A Noel… nous pourrons enfin fêter son entrée officielle comme doctorante à l’université de Sherbrooke… sa iere exposition avec Mina dans le projet Québec Mexique, son droit à appliquer à des bourses prestigieuses et surtout son nouveau travail 2023 cmme assistante de recherche de sa directrice, Madame Martelly… qui devrait s’échelonner sur quelques années … travail complémentaire à la méthodologie de sa thèse…  pendant qu’au jour de l’an… je fêterai avec Claire un amour poétique intense et libre.

Grâce au travail de Michel… il y aura hommage à Simon Gauthier le 5 novembre…  De revoir sur grand écran le récit philosophique du vagabond céleste … à 73 ans, bientôt 74… m’apparaît un événement fondateur…

D’abord parce que j’y serai avec Claire…. ensuite parce que enfin Michel sera reconnu à sa juste valeur dans son archétype… Michel le concierge du pays oeuvre d’art… comme Marlene d’ailleurs qui dans le doctorat prendra un sens allégorique essentiel par ses jardins…

Cet événement du 5 novembre… je le vivrai comme chercheur en métaphysique, comme amorueux d’une écrivaine, comme grand-père adoptif de Gaelle qui deviendra la directrice de notre thèse des rêveurs équitables… en fait… je passerai de Pierro le vagabond céleste à Pierre Rochette le chercheur, ami complice de recherche de Michel Woodard et de Marlene Auld…chercheur(e)s depuis 16 ans.

Chaque fois maintenant que je me couche sur mon plancher… ici dans l’appartement de Sherbrooke… je tombe en profonde contemplation métaphysique de ce que nous avons vécu…. Simon et moi… avec des mercis et des étapes feu d’artifice pour les rêveurs équitables…

Chaque fois que je pars enchanter la ville de sherbrooke par les 4 questions en rencontrant des gens de toutes les classes de la société à titre de philosophe… j’empreinte l’âme du sentier de la vie personnelle oeuvre d’art de l’art du conte de Simon… Simon fut le conteur d’un rêve poétique issu de la passion d’habiter le lit d’une humanité oeuvre d’art en devenir…

Hier j’ai consacré 3 heures à un autre Simon, conseiller financier dont le meilleur ami venait de se suicider 48 heures avant… En écoutant un homme du monde de l’argent… généreux mais soudain fragilisé au-delà de l’impossible… je me suis senti bien seul sans Simon  Gauthier….

Je prends le pari de la droiture du k-oeur dans une métaphysique de l’abs-xistence … de là l’importance maintenant que Michel le 5 novembre… soit la consécration incarnée de notre rêve du conseil d’administration de la créativité avec Marlene pendant que de mon côté avec Claire, ma conjointe si intuitive… je m’efforcerai d’ancrer en moi le Simon Gauthier de la soirée pour me donner la force poétique de réussir ce sentier de la vie personnelle oeuvre d’art à Sherbrooke dans l’année qui va suivre…

Gérard Cadieux est décédé cette année d’un cancer du poumon…. Simon Gauthier d’un cancer généralisé… je leur dois de témoigner de l’importance qu’ils ont eu à chaque étape d’un rêve ou je ne pourrais prévoir qui serait vivasnt, qui serait mort.

à suivre…

Pierre Rochette

chercheur du pays oeuvre d’art

——————-

Bonjour Gaelle,

Merci d’avoir réservé votre départ de Sherbrooke vers Longueuil avec Covoiturage AmigoExpress. Voici les informations relatives à votre réservation :

Le départ est offert par Olivier, membre conducteur du service, et aura lieu le Mercredi 12 Octobre à 16:30 (départ de Sherbrooke).

Merci de prévoir un montant de 15$ en argent comptant (monnaie exacte SVP).

Le lieu de rendez-vous à Sherbrooke est le suivant : Université de Sherbrooke – Centre Sportif, 2500 Bd de l’Université, Sherbrooke, QC J1K 2R1 (Dans le stationnement). Une fois arrivé sur les lieux, surveillez une voiture de type Mazda 3 2020 de couleur Noir immatriculé J32TPR.

Le point de chute du départ est le suivant : Métro Longueuil – Nouveau Débarcadère (Suivre les indications pour “Rue du Terminus”.).

Sachez qu’il n’est pas nécessaire de communiquer avec Olivier avant la rencontre. Si vous désirez quand même communiquer avec lui, ce dernier vous donne accès à son courriel ainsi qu’à ses coordonnées téléphoniques (pour obtenir cette information, connectez-vous à votre compte ou communiquez directement avec AmigoExpress au 1-877-264-4697 (sans frais)).

Le conducteur vous a écrit le mot de bienvenue suivant : «»

Si vous devez annuler votre départ, merci de le faire au moins 24 heures à l’avance en vous connectant à votre espace Amigo, en cliquant sur le bouton “Annulation de la réservation” en dessous du transport ou vous pouvez nous contacter au 1-877-264-4697.

 

Veuillez noter que pour toute annulation à moins de 24 heures, vous pourrez le faire uniquement au téléphone en nous contactant au 1-877-264-4697. Nous sommes ouverts sept jours sur sept, de 9h à 20h.  En dehors de nos heures d’ouverture, vous pouvez laisser un message sur notre boîte vocale.

—————-

le voyage s’organise peu à peu Claire nous avons maintenant prévu le départ pour le retour tout peut arriver tout dépendant de ce qui se passera avec Ianocles qui n’a pa sencore donné signe de vie:)))))

merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

d’être ma complice

Pierrot

—————-

Cher Pierre,

C’est un magnifique texte… reconnaissant et généreux, envers ceux qui ont été à tes côtés, dans les difficultés et les joies. Un texte d’une profonde tendresse, teintée d’amour pour l’humanité… également pour une compagne, heureuse et fière de cheminer main dans la main avec toi…

Je t’aime.

Claire

—————–

Bon matin, cher Pierre,

Ce matin, après un court travail de révision des derniers chapitres de mon roman à paraître l’an prochain, je me suis plongé dans le livre que j’écris pour David : Impact. J’avoue que j’en suis plutôt satisfaite…

Est-ce que tu as commencé à travailler sur la préface que je t’ai demandée?

Il y a un bon travail de peaufinage à faire encore sur ce manuscrit, et il nous manque un ou deux chapitres à la fin, c’est pourquoi je vais y consacrer tout mon temps, au retour du Salon de Sherbrooke… j’ai prévu que ce sera jusqu’à la fin du mois… dont un bon moment avec David, pour avoir ses idées.

Ce matin, en peaufinant les premiers chapitres, je me disais que je pourrais peut-être te faire parvenir ce manuscrit… et que nous pourrions en discuter, lors de ton passage chez moi… si tu as du temps pour ça, bien sûr. Et le lire t’aiderait sans doute pour la préface que tu as accepté d’écrire. Parlant de préface, comme tu sais, je n’en ai pas parlé à David… mais j’ai bonne confiance qu’il sera d’accord.

J’ai très hâte à mardi prochain…

Bonne journée.

Claire

——————-

Gaelle est vraiment fire de t’accueillir à Sherbrooke… et moi de la recevoir… e suis également très heureuse de l’accueillir chez moi, la semaine prochaine. La rencontre de deux Queens… un événement à célébrer! Aussi, quand tu viendras chez moi par la suite, il lui sera facile de nous imaginer dans notre décor…
La vie nous est bonne, cher Pierre… savourons!
Un gros bisou.
Claire

—————-

J’adore tellement ton côté organisante:)))) je te reviens plus tard … suis en mode sentier de la vie personnelle oeuvre d’art mais d’emblée je réponds avec enthousiasme ….  oui à chacune de tes suggestions

tendresse

Pierrot

—————-

désolé pour le retard

J’ai accompagné Simon de la galerie d’art… dont l’ami s’est suicidé:))) Je viens d’arriver t’écris quelque part cette nuit tendresse Pierrot

—————

her Pierre,
Il est chanceux ce Simon d’avoir croisé ta route dans un moment aussi difficile de sa vie… il ne pouvait pas trouver oreille plus attentive…
Je me couche… en rêvant de toi… de nous…
Tu seras bientôt là… j’adore notre relation… qui met dans l’attente  de l’autre de doux souvenirs… et de délicieuses promesses de retrouvailles…
Tendresse.
Claire

——————

ue penses-tu de ce titre de préface

DAVID LAROSE, SCULPTEUR D’EXCELLENCE EN LUI COMME EN L’AUTRE

bon réveil Caire

Pierrot

—————–

Bon matin, Pierre,

Je suis justement à travailler sur son document. L’idée est bonne… toutefois, je mettrais seulement: David Larose, sculpteur d’excellence. Ca me paraît plus puncher .

Claire

Claire Bergeron

—————-

Bonjour cher Pierre,

Je viens de terminer mon travail sur le manuscrit de David, pour aujourd’hui. En début d’après-midi, Édouard doit venir, accompagné de David, bien sûr, pour rentrer mes meubles de jardins. Il me demande 20$, ainsi qu’une galette aux pépites de chocolat…

Ensuite, j’irai assister à son match de hockey, pour ensuite aller souper avec eux et dormir chez eux. Cette semaine Édouard m’a téléphoné – sur son nouveau cellulaire – pour m’offrir ses services afin de pelleter mon escalier lors des tempêtes cet hiver : 20$ pour une petite tempête, et une très grosse tempête, ce sera 40$… avec toujours en prime, un chocolat chaud quand il aura terminé son travail… à inscrire dans le contrat.

En ce moment, il réalise l’importance de gagner des sous. À Bromont, le week-end dernier, il a fait montre de ses talents de masseur… il nous a offert à tous un massage de 5 minutes, gratuitement, avec l’alarme sur son cellulaire, et les minutes suivantes étaient de 1$ la minute… Imagine, j’ai eu droit à deux minutes gratuites de plus que les autres…

Pierre, j’ai envie de faire de toi mon premier lecteur pour le manuscrit à David, parce que je pense que tu pourrais sans doute me donner quelques avis sur le côté technique, que j’ai écrit en collaboration avec David, bien sûr. Mais je me dis qu’une opinion de plus pourrait s’avérer intéressante… surtout que tu as les connaissances nécessaires… Sur la bio aussi…

Ce que je ferais, je t’enverrais, en toute discrétion, mon manuscrit. Le début, les dix premiers chapitres, ça se lit comme un roman… c’est l’étape de la pandémie, vécu par David l’entrepreneur, aussi, le mari et le père de famille… À travers son histoire, c’est un document de référence sur ce que nous avons tous vécu, mais davantage pour qui se bat pour la survie de son entreprise à travers le pire chaos du dernier siècle… mais qui peut également servir de référence devant l’adversité, quelle qu’elle soit…  Peut-être aussi que ça pourra t’inspirer pour ta préface…

Pour les chapitres du côté technique, les étapes du Pivot, l’innovation etc… nous pourrions les lire ensemble, en discuter… quand tu seras chez moi… il manque 1 ou 2 chapitres à la fin, avant l’épilogue… c’est à voir avec David, lors de notre rencontre pour terminer ce projet.

Bon samedi!

Claire

—————

sur quoi reposait mon amour pour toi… et je lui ai dit après mure réflexion sur l’admiration

Claire est complète… elle n’a pas besoin de moi techniquement… comme je suis complet… mais l’admiration que j’ai pour elle me la rend essentielle… par pur plaisir d’une liberté partagée dans une complicité de très haut niveau éthique…

tu as bien raison pour le titre de la préface… David Larose, sculpteur d’excellence…également pour le plan de match face au bouquin….je serai donc parfaitement convivial à tes qualités d’organisante:)))

Edouard a beaucoup d’imagination…. l’entrepreneur en lui est savoureux…  

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

bonne suite à ta journée

Je t’aime

Pierrot

p.s.

pendant que Gaelle se prépare pour son procès en optimalité après avoir passé ses examens de mi-session avec force et sérénité… (il ne lui reste qu’un travail de session à remettre mardi matin) … je continue la mise en orchestration sociale de mon sentier du pays oeuvre d’art en ayant bien en tête de rencontrer un producteur de film pour un de tes romans… un financier pour les projets d’entrepreneure virtuel de Gaelle avec sa collection de vêtements et d’articles de maison comme designer… elle a besoin de faire de la publicité … sur facebook et autre… tout en récoltant des gens dont le rêve et l’amitié sont une inspiration pour les autres… pour mon émission de radio… qui me conduira éthiquement à la maîresse…. pour mon sentier des 4 questions…

Le lit est toujoour ici comme une oeuvre d’art dans un musée… je pressens l’importance qwalienne qu’il prendra dans les mois qui suivent pour mes recherches en métaphysique…. :)))

—————–

Le soir de l’événement poétique de 1970…. j’étais dans la salle… J’ai vu Gauvreau… Michèle Lalonde… et ton père…. ton père tirer dans la salle ses livres de poésie en colère contre l’impuissance des poètes dans la société… j’avais 21 an… c’était en mars 1970 …

J’avais fondé. un groupe… les Contretemps… et l’été suivant… nous représentions le canada à l’exposition d’Osaka au Japon en juillet 1970…

La force d’une chanson dans ces années-là Emmanuel.. ton père en exprimait l’inpossible… TOUT HOMME QUI SE TIENT DEBOUT EST LE PLUS BEAU DES MONUMENTS…  comment ne pas être ému, inspiré. par une si belle séquence d’âme au travers de mots phares… 

Je rêvais tellement d’écrire une chanson qui aurait la portée poétique de la Manic… que durant mon vagabondage j’en écrivis une centaine… et c’est devant la manic elle-même que je criai à george d’or de m,aider… ainsi naquit la chanson du camionneur… et mon goût d’.crire une chanson s’éteignit à jamais… Une me suffisait… je fis une exception pour Claire et la chanson de l’écrivaine au k-oeur d’or… 

L’amour que ton père portait à ta mère… je l’ai chanté toute ma vie dans différentes boîtes à chansons… quand je chantais la manic… je ne regardais pas le public… je me renfermais sur le caractère sacré du théâtre magique des poètes de ce monde… je la chantais surtout en fin de soirée quand tout le monde parlait… quand personne n’écoutait… par le pur plaisir de vivre l,ile de l,éternité de l’instant présent par la poésie de ton père…

aujourd’hui à73 ans… j’ai pris la décision de ne chanter que pour Claire, ma compagne complice de poésie.. écrivaine elle-même… que je fréquente dans une relation accordéon… ma guitare est chez elle, mon cahier de chansons… et certains soirs… ma voix vieillie mais heureuse, mes doigts rouillés… je ferme les yeux… et je revois passé ma jeunesse… tout ébloui qu’une chanson puisse nous avoir rendu si heureux d’exister…

Je suis un chercheur en métaphysique ontikhative… qui, en complicité avec une métaphysicienne de grand talent pratiquons ici à Sherbrooke des réclusions heureuses et des silences cathédrales en vue d’une oeuvre …. qui ne demande comme public que la vie elle-même….

voilà Emmanuel… ton père… je le porte comme un étendard car sa grande phrase… TOUT HOMME QUI SE TIENT DEBOUT EST UN MONUMENT … COMME SA CHANSON LA MANIC…. j’aurais aimé l’écrire moi-même:)))

au plaisir de recevoir de tes nouvelles

Pierrot

——————-

Cher Pierre,

Avec toi, j’aime comme j’ai toujours rêvé d’aimer… et je me sens aimé, comme j’ai toujours rêvé de l’être…. Je pourrais élaborer, mais toi et moi, savons ce que ces mots signifient… profondément… C’est très émouvant ta réponse à Gaëlle sur notre amour… Je te joins mon manuscrit du livre Impact… tu peux le lire, prendre des notes, des suggestions… nous en discuterons quand tu seras ici, avant ou après mon passage à Sherbrooke.

Je t’embrasse tout doux.

Claire

—————-

Chère Claire

DAVID LAROSE …. SCULPTEUR D’EXCELLENCE

Chère Claire

comme tu dois être heureuse devant l’homme d’exception qu,est devenu ton fils . Je viens de terminer la lecture d’IMPACT…. D’UN SEUL TRAIT… WOWWWWWWWWW C’est à titre de philosophe qui a pris le pari de son rêve de vie en donnant tous ses biens pour vagabonder la beauté du monde dans le but d’en faire un doctorat que je t’envoies mes émotions de lecteur à chaud…

Ce qui m’impressionne le plus dans ce récit palpitant … c’est à quel point David nous fait traverser l’épopée de la covid en direct … sans longueur… comme si on était dans une série Netflix … ou l’on assistait intimement  … aux battements de k-oeur d’un homme d’honneur … capitaine de son âme au service de sa famille et de ses camarades  par le biais d’un rêve plus grand que sa propre survie… plus grand que sa propre entreprise….un rêve que je définirais comme celui d’un humaniste fier de contribuer au meilleur de la nature humaine sur terre…

Avec David … qui nous parle comme si on était de ses intimes … on découvre un coffre d’outil …. et on y croit….Car David sculpte la notion  d’excellence avec l’éthique comme marteau, l’authenticité sous toutes ses cartographies dramaturgiques comme couteaux de sculpture ..et surtout  l”énigmr des adversités qui tuent comme matière à sculpter l’enchantement de raconter aux autres les petits trucs qui permettront à chaque personne qui le lira ou l’entendra de devenir à son tour entrepreneur(e)de sa propre vie, de son propre rêve, de renaître par des pivots, des innovations et des prises de risques qui feront de son impossible.. que ce soit au niveau familial ou professionnelk … une grande joie à raconter une fois qu’il aura attenit l’âge de transmettre l,essentiel qui aura fait de son existence sur terre ce moment ou ses épaules pourront permettre à des plus jeunes de se hisser pour mieux  en sculpter l’ORIZON  ..

Oui… j’ai bien dit… sculpter l’Orizon…. car ce nouveau défi planétaire par le web … auquel David nous convie … constitue pour moi une invitation passionnante à le suivre… d’un livre à l’autre …. dans son épopée… pour mieux rêver chacune des nôtres …

wowwwww….

IMPACT m’apparaît exactement ce qu’on a besoin d’entendre maintenant …. Merci David d’enrichir notre confiance en l’avenir … Tu es un scupteur d’excellence… en toi comme en l’âme des autres qui vont t’entendre ou te lire…

Pierre Rochette

chercheur vagabond de la beauté du monde

——————-

Cher Pierre,

Je viens d’entrer chez moi, en passant d’abord par l’épicerie pour acheter les ingrédients nécessaires à la fabrication de ma tarte au sucre… j’attends de la visite, cette semaine…

Mille mercis de tes mots… tes émotions à chaud sont exactement la préface qu’il faut à ce livre… à mon tour de te dire WOW..!! Triple WOW…!!

Je vais me concocter à dîner et je te reviens.

Encore un fois, quel beau texte tu as écrit…

Claire

———————

bonjour Normand,

Il me semble que vous devez être de retour des Îles maintenant ?

  1. En espérant ne pas précipiter les choses, je désire nous assurer de la disponibilité d’un technicien au garage de la culture pour l’installation et l’opération des équipements audio-vidéos pour la soirée.
  1. Aussi pour activer les facilités audios pour la présentation de la soirée… y a-t-il un microphone ?

Sur place et disponible ? Sinon quelles sont les moyens disponibles à cet effet.

  1. Pourrons-nous tester le tout en après-midi… Pour minimiser les risques de ????????????
  1. Annick Bernatchez m’a confirmé qu’elle est d’accord pour assurer la présentation de la soirée. Pour ma part, je lui indiquerai ce qu’elle aura besoin de savoir pour me présenter au début. Peut-être que tu as toi aussi quelques commentaires à exprimer à ce sujet ?… Lance-les moi et on arrangera ça ensemble.
  1. Pierrot sera là avec des amis. Ensemble ils ont réservé l’hébergement à St-Élie.

Pierrot me suggère de réserver aussi si je désire me joindre à eux à ce sujet. Ma réponse est que Marie-Thérèse et Normand nous ont offert l’accueil chez eux à cet effet… S’il n’y a pas de changement à votre invitation, on est d’accord pour un nouveau pot de beurre de peanuts. SVP me confirmer si c’est encore bon? Sentez-vous bien à l’aise de changer de plan si c’est mieux pour vous !…

J’ai aussi hier mis à jour la vidéo avec les crédits respectifs de Annick Bernatchez et de Raymond Kalomiris qui m’a lui-même confirmé l’orthographe que Marie-Thérèse m’avait correctement soumis.

Au plaisir de vous revoir bientôt…

A+ Michel… le concierge…

—————-

Cher Pierre,

J’ai eu de la visite pour souper… et cette visite restera à dormir avec moi. Après son match de hockey d’aujourd’hui, Édouard est passé rentrer mes meubles de patio, et il m’a demandé s’il pouvait rester avec moi jusqu’à demain. Ce n’était pas inclus au contrat… mais j’ai accepté d’y ajouter cette clause…

J’ai bien hâte aussi de dormir avec toi… deux dodos…

Tendresse.

Claire

—————-

onsoir Michel et les amis,

Je viens de relire les messages.   Bien sûr que votre chambre est encore disponible.  Elle vous attend!   Concernant Raymond Kalomiris, il me dit que ce n’est pas lui le lamiste.   Il faudrait que nous puissions visionner afin de savoir qui c’est.   Si tu peux nous donner plus de détails sur l’endroit où ça a été capté, ça nous aiderait.   On se reparle

Marie-T

—————-

Il n’y a que gaelle qui a saisi l’unicité de ce que lon vit Claire qui en est profondément heureuse pour nous

pour Michel….. pour le moment

c’est encore une énigme

bon réveil

Pierrot..

—————–

Bon matin, Pierre,

Voici ton texte que j’ai simplement ajusté au style du livre… tout y était parfaitement dit! J’ai restructuré certaines phrases, pour les raccourcir, mais je pense avoir conservé l’intégrité de ton message. Lis-le attentivement, et si tu y vois quelques choses à changer, ou à ajouter, n’hésite pas.

Aussi, j’ai écrit cœur au lieu de k-oeur, mais comme avec le k c’est n peu ta signature, dis-moi ce que tu préfères…

C’est vraiment un excellent texte!

Claire

—————–

David Larose, sculpteur d’excellence

À titre de philosophe, qui a pris le pari de son rêve de vie en donnant tous ses biens pour vagabonder la beauté du monde dans le but d&#39;en faire un doctorat, je vous partage mes émotions à la lecture d’Impact, le livre de David Larose.  Ce qui m&#39;impressionne le plus dans ce récit palpitant, c&#39;est à quel point David nous fait traverser l&#39;épopée de la covid en direct, sans longueur, comme si nous nousretrouvions au cœur d’une série Netflix. Nous avons la sensation d’assister intimement aux battements de cœur d&#39;un homme d&#39;honneur, fier capitaine de son âme au service de sa famille et de ses camarades, par le biais d&#39;un rêve plus grand que sa propre survie, plus grand que sa propre entreprise… Un rêve que je définirais comme celui d&#39;un humaniste, fier de contribuer au meilleur de la nature humaine sur terre.

À travers les propos de David, qui nous parle comme si nous comptions parmi ses intimes, nous découvrons un coffre d&#39;outils… et, nous y croyons! Car David sculpte l notion d&#39;excellence avec l&#39;éthique comme marteau, l&#39;authenticité sous toutes ses cartographies dramaturgiques comme couteaux de sculpteur, et surtout, l’énigme des adversités qui tuent comme matière à sculpter l&#39;enchantement de raconter aux autres les petits trucs, qui permettront à chaque personne qui le lira ou l&#39;entendra, de devenir à sontour le sculpteur de sa propre vie. David suggère des pistes remarquables pour devenir lemaître d’œuvre de son propre rêve, pour renaître grâce à des pivots, des innovations etdes prises de risques, qui feront de leur impossible, que ce soit au niveau familial ou professionnel, une grande réussite pour chacun. J’entrevois qu’une fois qu&#39;il auraatteint l&#39;âge de transmettre l’essentiel qui aura fait de son existence sur terre une épopée digne des grands bâtisseurs, les épaules de David permettront à des plus jeunes de s’y hisser pour mieux en sculpter l&#39;ORIZON… Oui… j&#39;ai bien dit… sculpter l&#39;Orizon…. car ce nouveau défi planétaire par le web auquel David nous convie, constitue pour moi une invitation passionnante à le suivre, de livres en conférences, dans sa dynamique épopée… pour mieux rêver chacune des nôtres! IMPACT m&#39;apparaît exactement ce qu&#39;on a besoin d&#39;entendre maintenant. Merci David d&#39;enrichir notre confiance en l&#39;avenir! Tu es un sculpteur d&#39;excellence, en toi comme en l&#39;âme des autres qui vont te lire ou t’entendre, que ce soit en conférence, ou auhasard d’une rencontre…

Pierre Rochette

Philosophe chercheur, vagabond de la beauté du monde

————–

grandiose Claire

tu es vraiment l’écrivaine élue de mon coeur

Pierrot:)))

—————-

&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

Re: il n’y a que Gaelle… et mes enfants et petit-enfants… c’est afin de leur faire partager notre unicité que je tenais à ce que David et les siens, de même qu’isabelle et sa famille, te connaisse.Avec Gaëlle, ce sont vraiment les seules personnes importantes avec lesquelles nous tenons à partager en profondeur les merveilleux sentiments qui se tissent entre nous deux…

Bien hâte à mardi!

Claire

—————–

enfin les grandes retrouvalllesyessssssssssssss….  je te réécris plus tard JE fais le ménage de l’appart pendant que gaelle continue son nuit et jour consacré à ses A+

————

LA BRILLANCE DE L’ESPACE-TEMPS AVANT LE NON

Une des choses les plus passionnantes dans l’éducation d’un enfant… me semble chacun de ses nons…. À l’age de la petite adolescence… les nons sont sans espace-temps avant et après … comme si tout était d’abord instinct… Puis peu à peu… ce clin d’oeil de réflexion précédant  le big bang d’un non à l’autre … m’apparaît un espace-temps absolument fascinant… ou l’enfant apprend à décoder le récepteur comme sd’il s’agissait d’une salle de spectacle pour l’artiste… Les nons deviennent soudainement un mode de cmparaison qui semble s’animer comme ceci… pourquoi mon non a marché cette fois-ci et pourquoi il a échoué cette autre fois… 

Il y a des enfants comme Edouard qui d’un non à l’autre rapetisse l’espace temps d’un non à l’autre tout en le rendant plus stratégique, plus fier d’avoir un effet constructif sur l’estime de soi …. et curieusement… plus l’espace-temps d,avant le non devient lumineux comme un diament qu’on cisèle … plus la colère ou la rancoeur d’un non… non respecté devient un espace temps post-non se dissolvant dans les méandres fascinant d’un apprentissage intrinsèque… et soudain l’enfant choisit ses batailles… se sert de ses nons pour moduler les principes à partir desquels ses oui atteindront une joie philosophique à dire oui sans servitude et à dire non sans orgueil… Joserais dire que c’est par les courbes animatives d’une série de non événementiels que se dessinent les oui des grands leaders qui apprennent dans l,enfance à bâtir sur le sable des nons les châteaux de sables de oui qui inspirent toute une génération… un oui générationnel n’est finalement qu’une sculpture intelligente de nons dont l’espace-temps avant chaque non a servi d’atelier de création à une vision impossible …. Dans le film disponible sur you tube…. sur la construction du Canada… on voit John Mc Donald s’abreuver au NON de son adversaire George Brown pour construire un oui impossible qui deviendra la constitution de 1867…. ce film m’apparaît ce que j’ai vu le mieux oour expliquer à un enfant à quoi sert un NON dans la construction du bien commun… et cela à n’importe quelle sphère de sa vie ou étape de croissance de son existence….

——————–

Comme philosophe en mode d’enseignement d’animation de foule au 2 Pierrots… j’ai toujours été fasciné par le rapport entre la brillance de l’espace-temps avant le NOIN  et la brillance de l’espace-temps après le NON … d’une séquence animative à l’autre …,,, et ses conséquences d’un apprentissage théorisé sur la capacité rafraîchie  de créer des interfaces rassembleurs en mode de fabrication de courbes animatives … tout au long d’une prestation… le principe général étant… quand le public est lent… va vite et …. quand le public est vite va lent…

La iere réaction d’un public à un artiste est de dire NON individuellement au rythme de prestation de l’artiste avant de dire OUI collectivement à la danse de sa mise en forme par la musique même de l’orchestration du bien commun par un décodage du prestateur  des dysfonctions de l’interface, qu’elles soient de nature physique, psychologique ou psycho-sociales…

DYSFONCTIONS PHYSIQUES

Un exemple très simple… le public arrive… on est à la maison symphonique … chacun cherche son siège.. chacun est incommodé par son voisin qu’il ne connait pas… par son inquitude à moins voir ou moins entendre… s’il est à gauche ou à droite, en avant ou en arrière, en bas ou en haut

DYSFONCTIONS PSYCHO-SOCIALES

Chaque soir de la semaine apporte ses parfums psycho-sociaux qui infuent sur le rythme de la prestation… autant le jeudi soir rassemble un public incommodé par l’étau des lois des tensions entre la vie familiale et le monde du travail, autant le samedi soir rassemble des gens qui se sont reposés le samedi et qui savent qu,il vont peut-être enfin dormis tout l’avant-midi le dimanche,.. Le rythme des NONS est plus bon enfant et plus facile à décoder… et le passage au OUI plus rapide et plus fluide…

DYSFONCTIONS PSYCHOLOGIQUES

Dans un concert… ce qu’on appelle le pacing… soit la suite des événements doit tenir compte à la capacité du public de se retrouver en probabilité en mode de résolution de confort….. ex: u intermission ou pas…. des pièces plus difficiles en iere partie ou pas … le dernier morceau de la soirée…. le type de rappel etc… 

LE PRINCIPE GÉNÉRAL M’APPARAISSANT CELUI-CI

plus l’espace-temps avant le non est théorisé et didactique plus l’espace temps après le non devient par sa dissolution le creuset même d’un oui psycho-social d’un grand humanisme… d’une profonde empreinte sur le oui individuel de chaque non instinctif n’ayant pas encore atteint le mode d’exression d’une vie personnelle oeuvre d’art au service de la condition humaine sur terre…

TOUT ESPACE-TEMPS PRÉCÉDANT LE NON DEVENANT FONDAMENTALEMENT LE LABORATOIRE INDIVIDUEL D’UN APPRENDISSAGE D’UN ESPACE-TEMPS D’AVANT LE OUI CONSACRÉ AU BIEN COMMUN DE L’UNION SPIRITUEL DES NON AU SERVICE D’UN OUI

Pierrot vagabond

—————-

 

——————-

Bonsoir Pierre,

Nous sommes allées voir Rosalie. Nous avons marché sur Saint-Laurent… il faisait beau. Puis nous sommes allées magasiner les télés, sans en acheter. Isabelle voulait faire des comparables… demain nous irons chez Best Buy, à Rosemère. Je pense que je vais acheter une 55’’… en ce moment j’ai une 42’’…. Nos émissions seront plus agréables à regarder. Puis j’ai acheté du Sushi pour souper, Isabelle a mis un film sur lequel je me suis endormie un bon moment… j’ai au moins vu la fin. Puis j’ai pris un bon bain… enfin un bain… les bons sont avec toi, entre tes bras, dans une mer de mousse…

Je pense aussi à toi…

Tendresse.

Claire

——————–

Cher Pierre,

Nous sommes de plus en plus à l’aise l’un en présence de l’autre… et c’est divinement merveilleux. Ce qui n’empêche pas une exigence de vie, différente de celle qui était la nôtre auparavant, de se glisser sur le fil de nos journées ensemble, et de causer un brin de fatigue…

Hier soir, il est vrai que j’étais allée à Montréal, avec Isabelle, Rosalie et Éloïse… qui vivent à un rythme qui est loin d’être le nôtre, je me suis couchée épuisée… Seule dans mon lit, avec monsieur Ming sur l’oreiller d’à côté – je l’entendais ronronner – je t’ai cherché dans le noir… Ces deux semaines à partager notre quotidien, à nous découvrir, ont été enchanteresses… Je sens que nous avons encore de grands moments à vivre ensemble… tout coule dans la délicatesse et la douceur entre nous deux… j’apprécie tellement…

Aujourd’hui, après être allés magasiner ma télé, et probablement l’acheter, Isabelle doit se rendre à Montréal en début d’après-midi avec Éloïse, et rejoindre Rosalie, pour souper ensemble toutes les trois… Je vais en profiter pour me faire un bon feu dans la cheminée, et relaxer… en pensant à mon cl…. unique, qui vagabonde Sherbrooke, en attendant de revenir vers moi… dans la joie…

Pierre, je t’aime.

——————

Cher Pierre,

J’ai ma nouvelle télé… Isabelle et Éloïse me l’ont installée cet avant-midi. Nous aurons beaucoup de plaisir à écouter Netflix, YouTube, Crave et Prime…

Hier, après avoir acheté la télé, David nous a rejoint avec Laurence, à Rosemère pour dîner. Isabelle nous a parlé de sa certitude que si une personne consacre dix mille heures à un apprentissage… elle maîtrise ce qu’elle a mis autant de temps à apprendre. Comme jouer de la guitare et chanter… ils t’ont mis dans une case à part, étant donné le temps que tu as consacré à cet acquis, que tu maîtrise parfaitement. David, avec son sens de l’humour habituel, s’est demandé s’il pourrait faire la Place des Arts, s’il consacrait 10,000 heures à apprendre la guitare… et chanter? Bien sûr, ce fut une folie de conseils… et de calculs au temps qu’il devrait consacrer à son apprentissage… Ayant un peu chanté dans sa vie, il fut conclu qu’il lui restait 9,985 heures d’apprentissage… et qu’il devait s’y mettre maintenant pour être prêt pour la Place des Arts dans 14 ans… Hier en soirée, nous avons reçu la photo ci-jointe, avec la mention : Il me reste 14 ans… moins une heure

Quand Isabelle et David se retrouve ensemble… ils redeviennent des enfants… et leurs propos m’amusent beaucoup… Je travaille aussi à ma révision… il faut que j’aie remis mon document pour le 3 novembre. Donc, quand tu reviendras, je pourrai aussi retomber en béatitude mutuelle… Pour le 3 novembre, tu aimerais partir de Sherbrooke vers quelle heure? Isabelle et Éloïse sont parties magasiner. Ce soir, nous irons faire un tour chez David… et elles repartent demain vers l’heure du dîner. Quand tu auras une minute, parle-moi de tes journées… mais si tu es trop fatigué, tu me raconteras la semaine prochaine…

Je pense à toi.

Claire

—————————

je te raconterai mes journées rendu chez vous…. je suis dans un nuit et jour heureux Gaelle ira me chercher des oeuvres en problémotologie de Meyer pour que je commence mon corpus bibliographique du doctorat… J’irai mercredi et jeudi midi diner avec les plus démunis à l’armée du salut… toujours dans l’idée du sentier oeuvre d’art….. J’écrirai à Michel et Marlene, Marie-hérèse et Normand probablement cette nuit pour leur dire mon bonheur d’aller avec toi David et L:aurence à la soiréedu 5… si essentielle au doctorat des rêveurs équyitables… Je marche…. je lis le journal la tribune…. j’écoute france culture de nuit… je travaille dans mon sommeil…

bien hâte de partager nos rituels yesssssssssssssssssss pour la nouvelle t.v. bien des films nous attendent on pourrait même commencer tes albums pour nous détendre et passer par les lettres de ton père…

à suivre:)))) je retourne à mon vagabondage de soir:))) p.s. n’oublies pas la petite fontaine pour les massages

Pierrot

———————–

Marlene, Michel, Marie-Thérèse, Normand

J’arrive pas à croire qu’un si magnifique événement soit conçu par des personnes qui me sont si chères…..Marlene et Michel…. on dirait que 16 ans consacrés au doctorat des rêveurs équitables… trouvent enfin une célébration à la hauteur de notre rêve…… Pour moi… l’archétype hologrammique de Michel le concierge du pays oeuvre d’art et celui de Marlene la jardinière du pays oeuvre d’art …. font du poème épique que nous avons vécu… un hymne au conte de Simon, à sa vie de conteur et surtout à la luminosité dont sa vie et son oeuvre ne cesse de nous inspirer…Merci Marie-Thérèse et Normand  ….. comme si c’était les 2 morceaux de casse-tête qui nous manquaient pour que l’impossible surgisse…. St-Élie de caxton …. la chorale de St-Élie…. Annick…. comment dire….

Je vais vous faire une confidence… je vous avoue que le fait que David et Laurence soient du voyage…. que Claire ma compagne des jours heureux et moi soyions bien  en arrière de leur automobile….. Je vais pouvoir vivre ma fragilité intérieure dans des conditions imprévues mais finalement très en symbiose avec ma personnalité profonde. ..

Marlene et Michel me connaissent bien là-dessus (ex… ma présence au lancement de cd de Fred) … le fait que Simon parle de moi à travers le vagabond céleste…. m’a toujours déstabiilisé… Le fait que nous arrivons à 7 h… dans la salle… la magie ayant déjà été mise en place par vous 4… cela me rassure…. Ce soir-là…. Marlene et Michel filmeront…. et moi…. je vous avoue que je serai déchirè par 7 ans de ma vie avec Simon…. mais heureux que nous soyions tous réunis autour de lui…

Merci infiniment Marlene, Michel, Marie-Thérèse Normand… quel beau cadeau…. de vivre enfin notre amitié oeuvre d’art à travers notre géant du conte.Simon Gauthier

Pierrot

—————

merci d’être vraiment là pour mon rêve …. dors bien Claire

Pierrot

—————–

Isabelle et Éloïse sont parties… demain je recevrai ma sœur Nicole.
Bonne nuit à toi.
Bisou.
Claire

Claire Bergeron

——————

entre 2 nuits et  jours de métaphysique … notre lit demeure donc um hymne à notre épopée….toi et moi… je continue mes revherches …. bon réveil… tendrement

Pierrot:)))

—————-

 

De mon côté, j’organise notre voyage à Saint-Élie.

J’ai communiqué avec les propriétaires de notre Gîte pour leur demander une suggestion pour aller souper… en spécifiant qu’étant donné que tu étais sur l’affiche promotionnelle du spectacle, nous ne voulions pas que ce soit à Saint-Élie…  Ils m’ont conseillé un petit restaurant à Charrette… à 11 minutes du Gîte et à 6 minutes de Saint-Élie. Je vais réserver cette semaine… même si je ne suis pas certaine qu’ils prennent habituellement des réservations… Avec David et Laurence, nous devrions partir vers 15 heures, pour déposer nos valises au Gîte, et aller souper vers 17h30 à Charette. Comme nous avons annulé notre souper avec MT et N, il est préférable de garder notre horaire pour nous…  Nous devrions être au Garage de la culture vers 18h45/19heures. C’est agréable de savoir que Nathalie et Didier seront présents… de belles connaissances à faire pour moi…

Bonne journée,

Claire

——————–

ici c’est silence cathédrale…. une nuit consacrée à nos métaphysiques respectives comme on va avoir du fun à reprendre nos rituels

tendresse

bonne nuit Claire

Pierrot

 

—————-

Claire Bergeron

sam. 29 oct. 22:13 (il y a 12 heures)
À moi

…à reprendre nos rituels… et à inventer de nouveau… nous sommes des créateurs…
Bonne nuit, cher amour…
Claire

—————-

4 heures du matin… entre 2 sommeils de travail

je pense à notre épopée amoureuse

Pierrot

bon réveil Claire.

—————

Bon matin, cher homme de ma vie!

C’est jour d’Halloween… Selon la tradition, je fais un macaron au fromage que j’apporte chez David pour nourrir les petits monstres et leurs parents. Évangéline, en route vers l’école, m’a téléphoné ce matin pour me le rappeler. Toutefois, il est possible que seul le macaroni se rende chez eux cet après-midi… Laurence s’est levée en très mauvaise forme ce matin… des symptômes de grippe… Si c’est toujours comme ça cet après-midi, COVID ou pas, David ne veut pas que j’aille chez eux, et je suis bien d’accord avec lui… il va passer chercher le macaroni…

Parlant du week-end prochain, j’ai reçu des nouvelles de Marie-Thérèse… qui est malade en ce moment, une bronchite, je pense, mais elle dit aller mieux.  Il y a 60 confirmations et elle attend d’autres réponses. La mère de Simon sera là, pour ses sœurs, elle est en attente de réponses. La mère de Fred sera présente, et il paraît que Fred cherche à se libérer pour venir aussi… Guy Duchesne m’a confirmé que lui et sa compagne, Isabelle, seront là. Ne t’inquiète pas… je serai là pour te tenir la main! Bien hâte de tenir contre moi… davantage que ta main…

Claire

 

——————-

j’en suis aux tableaux abs-thétiques de la cpnscience impossible du traité des abs entre 2 sommeils de créations

bon réveil Claire

—————-

je donne toute ce que j’ai d’énergie ici pour que le 3 novembre… on puisse tomber en béatitude mutuelle je continue ma journée du sentier oeuvre d,art

Pierrot:)))

——————

nuit intense sur l’abs-présence je te réécris plus tard

Pierrot

—————–

Je suis à terminer ma révision… je vais retrouver le document ce midi. J’aurai ainsi toute la liberté pour me consacrer à nos retrouvailles… une nouvelle fois… comme s’il s’agissait de la première…

Bonne journée,

Claire

——————–

 

——————

her Pierre,

Nous avons peu échangé au cours de cette dernière séparation… que de petits mots, ici et là… En ce moment, je réfléchis à ta présence dans ma vie… jamais personne autant que toi, n’a veillé sur moi… En fait, d’aussi loin que me portent mes souvenirs, j’ai l’impression d’avoir fait face aux obstacles de ma vie sans l’aide de personne…  J’ai toujours craint de m’abandonner aux confidences, de lâcher prise… par expérience je sais que beaucoup de gens abusent de nos faiblesses, si on les laisse paraître… je n’aime pas que l’on me croie faible… alors je porte une armure d’assurance… qui me permet de me distancier… Avec toi, dans ta délicatesse, ta tendresse… ta chaleur humaine, j’ai l’impression que cette armure se liquéfie…

Je me rappelle cette nuit… dans mon sommeil, alors que mon corps frissonnait… tu m’as attirée à toi, tu m’as serrée dans tes bras, en tenant ma tête contre ton épaule, en la massant… jusqu’à ce que je me détende… je m’en souviens à peine, c’est vague… ce que mon corps se souvient toutefois, c’est de la chaleur de ton étreinte, qui tendrement soulageait cette inquiétude de l’être, probablement venue d’une expérience ancienne… Aussi, le dernier matin avant ton départ pour Sherbrooke, enlacés, au creux de notre lit, tu m’as dit : Je sens que ce petit corps va me manquer… Ce qualificatif de petit m’a fait chaud au cœur… pas pour la minceur qu’il qualifiait… mais parce que j’avais le sentiment à travers tes mots, que tu étais conscient de ma fragilité…

Je vis avec toi un sentiment de plénitude… que jamais je n’avais connu… un jour à la fois, je m’oblige à baisser ma garde… à te faire confiance… à ne plus m’appartenir, comme dit la chanson, et à en être rassurée…

Tu es précieux pour moi…Pierre, ce que je souhaite de tout mon cœur, c’est que tu trouves auprès de moi ce même sentiment de plénitude…

Douceur et tendresse.

Claire

PS : Bien hâte à demain…

—————-

j’ai mon billet d’autobus…. il est vrai que je t’ai dis…. je vais prendre soin de Gaelle parfaitement et je vais t’aimer parfaitement…t’aimer Claire… c’est vraiment agréable nos rituels… ta personnalité…. ta convivialité… J’arriverai demain midi … fier de notre épopée

J’ai bien bossé à Sherbrooke un nuit et jour impeccable il est temps de déguster notre intimité

Je t’aime :)))

Pierrot

—————-

 

wowwwwwwwwwwwwwwwwwww Mike … tu as été vraiment scintillant et tellement complémentaire au bien commun avec Marlene à la caméra uccès total que cette soirée du pays oeuvre d’art. David est un fin connaisseur de métier de ses conférencies il a trouvé que tu avais de la présence, une belle voix qui portait, de l,humour… que tu sonnais juste… tant qu’à moi …. je fus ébloui mon ami… Comme dit Claire… le concierge du pays oeuvre d’art ton persoonage…ça marche….

 

p.s.

Claire et moi vous saluons tous les deux

ce sera magique le 10 et 11 décembre à Grande-Iles

Pierrot

——————–

J’ai rarement vu dans ma vie d’artiste de sc;ne une soirée aussi réussie… autant au niveau des interfaces physiques, des dynamiques des relations humaines que de celle du fil d’or philosophique qui parcourt la salle comme un grand frisson…

David, le fils de Claire a si bien résumé … lui qui guide ses conférenciers en apprentissage comme métier… Il a souligné la présence, la voix et l’efficacité de Michel sur scène….. la brillance de la bienveillance des yeux d’Annick de tous les humains qu’elle salue…. autant sur la scène que dans la salle…

Claire a vu en Normand et Marie Thérèse de formidables rassembleurs d’une communauté par leur dévouement au bien-être commun…. la présence essentielle de Marlene dans le charisme de Michel

Et moi…. et bien…. Je me suis dit… Vraiment… la vie m’a donné des amis oeuvre d’art qui ne cessent de m’impressionner par leur talent à l’excellence dans la mise en oeuvre d’un rêve….

Et franchement… Simon sur grand écran… c’était de l’or…. cette emprise par le merveilleux du coeur de chaque humain présent… wowwww….. J’en avais le souffle coupé…

C’était tellement réussi mes amis cette soirée… et dire que Marlene et Michel en ont filmé la sève…

Je me joins donc à Claire David et Laurence sa compagne pour vous dire merciiiiiii Je suis chez Claire en ce moment… et on se sent comme revenu de somewhere over the rainbow….

bonne suite à notre amitié oeuvre d’art

Pierrot

—————-

Bonjour Mr. Le vagabond Céleste,

C’est moi qui te remercie de m’avoir invité. J’ai vraiment adoré le conte de Simon Gauthier. Particulièrement la première partie. INSPIRANT. Je suis touché par ta démarche artistique, car elle en est une… J’ai hâte de pouvoir jaser de tout et de rien avec toi. Je dirais juste ceci… J’ai une vie Œuvre d’art. Je ne pouvais pas mettre de mot sur cette démarche qu’est la mienne. Maintenant, OUI. Je t’invite éventuellement pour un café, thé ou autre boisson selon tes besoins du moment. Au plaisir Rochette! 😉

———–

Chère Claire,

J’apprécie ton mot et ta présence lundi. Je craignais un peu que cela eût été beaucoup pour toi. Je suis gêné avec les gens – cela peut paraître paradoxal, aussi je n’ai pas osé faire un peu plus connaissance. Nous nous reprendrons.

  1. c. : Pierre

Je reviens de la résidence, j’ai fait écouter les enregistrements à Micheline, elle est devenue radieuse, elle s’est mise à chanter et la mémoire du concert lui est revenue. Elle disait de façon embrouillée que Pierre avait dit qu’il reviendrait ou qu’il reviendra plus tard, qu’elle souhaite que d’autres puissent venir entendre, qu’elle trouve que Pierre a une très belle voix, que les chansons étaient ‘nounounes’ – elle s’est immédiatement reprise disant: c’est des chansons du passé, de notre enfance.

Et elle a un peu pleuré. Son cerveau est atteint, mais elle est consciente qu’elle n’est plus à la maison. Elle m’a demandé si je resterais pour coucher à la résidence. En somme, le bonheur du concert se prolonge. Si au moins je savais comment prendre des vidéos. Je n’ai pas encore montré à Micheline la séquence filmée par Pierre et où on se retrouve. Au sujet de Claire, Micheline a dit spontanément: “sa femme” ; – )

serge

P.-S. Micheline était perturbée, l’huissier venait de lui signifier le mandat d’homologation, le contenu ne la perturbait pas, c’était plutôt la ‘visite’, elle m’a remis les documents. Aujourd’hui, elle voulait aussi savoir si notre fils était encore mort. Chienne de maladie quoi qu’elle vive encore des moments heureux.

 

De : Claire Bergeron <outlook_AE9B110723E8872B@outlook.com> de la part de Claire Bergeron <b.claire@videotron.ca>
Envoyé : 11 novembre 2022 06:44
À : sergewagner@hotmail.com <sergewagner@hotmail.com>
Objet : Un plaisir et un honneur…

 

Bonjour Serge,

Ce fut un grand plaisir pour moi d’accompagner Pierre dans sa visite à la résidence de ton épouse. Aussi, ce fut un immense honneur de te connaître, de même que Micheline. Je sais reconnaître les gens au grand cœur lorsque je les croise… et pour moi, vous faites partie de cette catégorie de bienveillance et de don de soi. Je vous souhaite bon courage pour la suite… aussi des moments tendres avec la compagne de votre vie.

Claire

——————-

bonne nuit la meilleure partie de moi-même

Bonne nuit de travail mon cher philosophe… au cœur d’or…
Je t’aime!
Claire

Claire Bergeron

—————–

J”ai bossé toute la nuit sur le thème de l’abs-fragmentation de la mémoire heureuse wowww Claire c’est formidable… je peux me concentrer sur l’âme du doctora parce que tu as le talent du 2 coups d’avance pour noius deux

bon am

je t’aime

je retourne en contemplation

Pierrot

————-

Cher Pierre,

Quel plaisir ce matin, à 6 heures, de reprendre ma plume pour me concentrer sur le livre à David… j’ai écrit, ce qui me semble être l’introduction à ce qu’il souhaite raconter…

C’est merveilleux… la passion… qu’elle soit en écriture ou en relation humaine… C’est, comme je te l’ai déjà écrit, s’ouvrir une immense fenêtre sur le bonheur… tellement heureuse de t’apercevoir… sur ce dernier versant de mon chemin de vie…

Bonne et douce journée.

Claire

—————–

c’est fantastiaue ta joie d’écrire et ma joie de chercher… c’est sans doute cet aspect de nos personnalités qui font en sorte que la relation accordéon marche toutes les cases sont pleines… et enrichissantes… que ce soit ensemble ou spéparés

je continue ma marche vers le prix Nobel

Pierrot

—————-

Monsieur Ming et moi…

…on s’ennuie de la douceur de tes mains.

Tendresse.

Claire

—————–

cette photo en dit tellement sur cette forteresse qu’est devenue notre amour Claire

le chat témoigne

je tombe entravail du traité des abs

yessssssssssss

je suis avec toi de coeur

bonne nuit

Pierrot

—————-

e m’endors en pensant à toi…
Bonne nuit de travail… songe aussi à te reposer… pour continuer d’être un beau vieux à barbe blanche… que j’aime!
Douceur.
Claire

—————-

Claire Bergeron

08:34 (il y a 3 heures)
À moi

Bon matin Pierre,

Comme tu as lu le livre, je te joins l’épilogue pour terminer le livre de David, sur lequel j’ai travaillé ce matin… il est fort possible que je le peaufine un brin, mais dans l’ensemble, c’est comme ça que j’aimerais le terminer…

Et je pense à toi…

Claire

—————–

S’il est une vérité notoire, c’est que le temps n’attend personne. Il faut vivre au présent, savourez les jours qui nous sont donnés, chacun d’eux comme s’il était le dernier; demain est un illustre inconnu. Si vous avez un rêve, ne tergiversez pas, partez à sa conquête, le premier pas est le plus difficile. Une fois, sur la route de l’aventure, votre projet clairement ancré dans votre tête, avancez avec détermination. Surtout, n’hésitez pas à puiser trucs et astuces dans le parcours de vos prédécesseurs, tout en maintenant l’innovation de votre idée, qui doit se démarquer, si vous voulez vous créer une niche de choix dans la cohue des différents commerces. J’ose espérer qu’en partageant avec vous mon itinéraire d’entrepreneur, depuis vingt-deux ans, incluant mon passage à travers le plus incroyable choc économique du dernier siècle, vous avoir inculqué le goût de tenter le superbe défi de vous lancer dans le monde des affaires. Comme vous l’avez découvert au fil de ces pages, être son propre patron ne coule pas de source, c’est exigeant. Mais pour moi, il n’existe pas de plus grand bonheur professionnel que de voir prospérer l’œuvre de sa vie.Toutefois, il ne faut jamais oublier que vous n’êtes pas votre entreprise, elle est une entité différente de vous qui ne doit pas prendre le pas sur l’homme, le fils, le mari ou le père que vous êtes. Au soir de votre vie, quand sera venu le moment des souvenirs, vous serez d’autant plus fiers de contempler votre fructueux cheminement, si vous avez parcouru la route du succès accompagné de votre famille et de vos amis.

 

Si la pandémie m’a appris une chose, c’est que dans le tourbillon du monde des affaires où les jours se succèdent à une vitesse folle, il faut oser prendre une pause, être capable de poser sur soi un regard nouveau, afin de s’assurer que nos valeurs sont toujours à la bonne place, qu’elles ne souffrent pas du temps que nous consacrons à notre entreprise. Aussi, que dans le négatif d’un chaos, si imprévisible et destructeur soit-il, il faut tenter de découvrir un sens positif, déterminant, et s’en servir pour rebondir. À travers les épreuves, c’est la perception que nous en avons qui crée la réalité, elles nous apportent l’occasion de nous redéfinir, d’intégrer une nouvelle façon de vivre. Au cœur de l’adversité, chacun se découvre des forces vitales jusqu’alors inconnues. Les héroïnes et les héros de ce passage obligé que fut le drame de la COVID 19, ce sont les mères et les pères de famille, le personnel médical, les enseignants, les ambulanciers, et j’en passe, tellement ils sont nombreux… madame et monsieur Tout-le-Monde, en fait, qui ont affronté la dure réalité du moment, pour en faire une œuvre d’art de résilience et de dépassement de soi. Savoir agir ou réagir, pivoter au bon moment, saisir l’occasion, et trouver la meilleure façon d’innover sont les clés du succès en affaires. Pour réaliser un rêve, il faut partir à sa conquête, adapter notre comportement à ses exigences, reconnaître nos forces, et nous lancer dans la mêlée avec confiance… sans égards aux vents contraires, qui ne manqueront pas de souffler sur notre route.

Accrochez-vous à votre rêve et vivez pleinement chaque étape de sa réalisation, tel est mon souhait, en terminant ce partage. Je vous laisse sur cette citation de Djalâl ad-Dîn Rûmî : « Quand vous trébuchez dans la noirceur… regardez encore! Il se peut que VOUS soyez la lumière que tout le monde cherche. »

——————–

laire… cet épilogue est un texte majeur… philosophiquement impeccable… c’est fascinant parce qu’il pourrait illustrer parfaitement l’item du traité des abs sur lequel je travaillais cette nuit

L’ABS-FRAÎCHEUR DES SENTIMENTS JOYEUX DE LA PRÉSENCE IMPOSSIBLE.

car c’est bien de cela qu’il s’agit.. d’une présence dont la fraîcheur elle-même vient du rêve et des valeurs éternellement lumineuses intrinsèquement …. parce que l’entreprenariat de David est d,abord issu d’un rêve familial, celui d’être présent  aux siens par l’entreprenariat au point d’êtreporté encore et toujours par la présence d’un rêve encore plus grand… que chacun et chacune aie une vie aussi heureuse que la sienne. Oui qu’importe les épreuves. répondre présent au rêve de l’autre ennoblie son propre rêve dans l’instant présent:))) et dissout tout intérêt personnel caché parce que la fraîcheur des sentiments joyeux vient elle-même d’un cadeau de la viequi s’appelle la présence impossible de la poésie de la vie elle-même.

Bravo Claire

Pierrot

——————-

 

Très cher Pierre,

La vie est ainsi faite… c’est un tourbillon qui nous entraîne dans sa folle farandole… Nous priorisons sur le moment présent, impuissant à tout réaliser… inconscients de ce qui nous coule entre les doigts, de l’importance, parfois, de ce que nos choix laissent s’enfuir…

Heureusement, je crois qu’il y a des forces autour de nous… de mystérieuses entités qui veillent sur notre faible humanité… et un jour, sans que l’on s’y attende, elle nous offre le merveilleux de l’existence… peut-être en récompense de ce que nous avons semé, jour après jour, en oubliant de penser à nous…

Pierre, ma très grande sensibilité se rend bien compte que l’amour que nous vivons est pour toi une découverte, que ta vie en fut une de célibataire, et ce, à travers tes unions, et malgré l’amour, que tu as chanté pendant plus de trente ans… je suis aussi consciente de l’importance que tu souhaites lui donner désormais, de la place que tu veux lui faire, sur ce dernier versant de ta vie, en ma compagnie…

Pour ma part, j’avoue que les sentiments que nous éprouvons l’un envers l’autre, leur profondeur, sont également fait de magie… ces amours de roman que je me plaisais à décrire, je n’y croyais pas vraiment dans la vie de tous les jours… Aussi, ce sentiment qui nous unit, avec ses casses superbement remplies… m’étonne… et me ravit…

Je profite de cette porte que tu entrouvres, – avant toi je n’ai jamais su aimer – pour souligner un léger détail… qui démontre qu’effectivement, la vie de couple n’est pas familière à tes habitudes… et je le fais avec tendresse… en prévision de notre avenir… À Saint-Élie, c’est en solitaire que j’ai rencontré Guy et sa copine Isabelle, Simon et Myriam, Denis et sa mère… j’aurais aussi apprécié que tu me présentes le père d’Annick, Nancy et son copain… de petits détails de la sorte… qui font de deux personnes un couple, lorsqu’ils évoluent en public… Cher Pierre, ce ne sont pas des reproches… il s’agit d’un investissement sur notre avenir de couple…

Ce week-end à Saint-Élie, toi et moi, en compagnie de David et de Laurence, fera partie pour toujours de nos plus merveilleux souvenirs…

Je t’aime très fort.

Claire

—————–

Un mois de décembre, alors qu’elle avait 6 ans, Rosalie m’a téléphoné pour me dire:
— Mamie, mes sœurs et moi, on s’ennuie de toi…
Je la plagie:
— Pierre, mes s….. et moi, on s’ennuie de nos rituels…
Vivement le 24 novembre!
En attendant, je rêve de toi…
Claire

Claire Bergeron

————–

Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>

03:54 (il y a 6 heures)
À Claire, moi

de commander un dictionnaire des figures de style pour le travail d’isabelle? Jw continue mon travail de contemplation… bon réveil Claire:)))

————————

onne nuit Claire

avant toi je ne jamais su aimer

Pierrot

—————–

merci de me partager ce manque de ma part à St-Élie bien sur je ne le prends pas comme un reproche … mais comme une occasion d’apprentissage:))))))

ceci dit… c’est l’fun… ton corps m,est vraiment devenu indispensable… parce qu’il est relié à une sensibilité sans commune mesure à ce que j’ai vécu dans ma  vie

Je suis fier de t’aimer et fier d’être aimé de toi Je commence ma journée de travail

Je pense à toi

pierrot

——————

Je t’aime tellement…

Claire
Claire Bergeron

—————–

ne t’ais-je pas dit… je t’aimerai parfaitement++++++++++++++ sois heureuse …tu es asimée comme tu l’as rêvé j’ai bien saisi ta vague bleue

Pierrot

—————–

Depuis 3 jours je prends mon nouveau médicament pour ralentir mon cœur… qui bat trop vite… ah! l’amour! Trêve de plaisanterie… dès le 1er jour j’ai senti une nette amélioration, il cogne 20 battements de moins à la minute. J’avoue que depuis 3 jours, je ne suis plus essoufflée, je me sens réellement mieux… Le rapport de mon test cardiaque est aussi rentré, je n’ai pas parlé à mon médecin, mais j’ai suffisamment de connaissance dans le domaine pour lire que tout va bien. La conclusion du cardiologue est que j’ai un rythme cardiaque moyen rapide, avec de la tachycardie sinusale fréquente – ce qui veut dire que parfois, il bat trop vite – par ailleurs sans particularité clinique décelée – ce qui signifie que j’ai un cœur en parfaite condition, juste trop rapide – et ma nouvelle médication, à très faible dose, le ralentit suffisamment pour que je me sente en excellente forme. Voilà! Ma conclusion personnelle : ce cœur peut battre pour vous, cher monsieur, sans risque de s’affoler, et de mourir d’amour… N’est-ce pas une bonne nouvelle?

Bonne fin de journée.

Claire

—————-

C’est une noiuvelle extraordinaire Claire… je vais moinsm m’inquiéter de mon cçoté dès demain j’entreprendrai des démarches pour mon vaccin contre la grippe et un rendez vous avec mon médecin. on est bien parti pour déguster nos oeuvre réciproques de longues années

je t’aime

Pierrot

——————-

Re-bonjour Pierre,

Voici mon échange avec David, ce midi, pour lui faire parvenir le texte que j’avais écrit… comme il suggère ta participation, je te le fais suivre, incluant mon travail de ce matin. C’est le point en rouge que j’aimerais que tu développes… si ça te convient, bien sûr. J’irais dans la suite de ce que j’ai écrit : Je dirais, selon Pierre Rochette, un philosophe reconnu,… et là je mettrais ton texte.

Dis-moi ce que tu en penses…

Claire

——————

Salut,

J’aime vraiment! Je pense l’utiliser de façon intégrale dans mes conférences. Pour le 6ème point, pourquoi ne pas demander à Pierre : S’enrichir d’expériences plutôt que de biens matériels…

Gratitude… «donner et recevoir»,

Écrire…

Guy Mineau disait qu’il était préférable de laisser un héritage écrit de notre vie et nos réalisations à nos enfants que des REER

——————–

Les nombreuses conférences auxquelles j’ai assisté, où l’on présente les études et les citations des plus grands chercheurs et penseurs de ce monde, à travers les siècles jusqu’à nous, démontrent qu’il y a des actions concrètes au bonheur. L’impact de la pandémie m’a fait prendre conscience de l’importance de ces choix de vie, à qui sait les appliquer, ainsi que des changements positifs qu’ils peuvent générer une fois qu’ils sont intégrés à notre quotidien.

Je vous cite quelques-uns de ces facteurs, qui selon mes expériences, sont les jalons d’une route tracée vers le bonheur.

  1. Dès ma plus tendre enfance, ma mère me répétait souvent : Développe ton optimiste, si tu veux être heureux; les gens qui voient le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, ne seront jamais déçus. Sois comme un grand tournesol, tourne-toi toujours vers le soleil, capte sa chaleur, et prodigue-la autour de toi. Des années plus tard, grâce à des conférenciers tels que Christine Michaud et Dr Amir Georges Sabongui, j’ai réalisé qu’effectivement, le psychologie positive est bénéfique pour notre moral. Les optimistes sont les personnes le plus heureuses, et surtout, l’optimisme est une doctrine que se cultive. Comme disait maman, il faut apprendre à considérer le monde comme étant le meilleur possible, plutôt que décevant. Il faut savoir discerner les belles choses de la vie, les bons moments au travail et en famille, aussi, à envisager l’avenir avec confiance et détermination.
  1. Mon grand-père Roger, un homme de peu de mots, me disait : Tu es quelqu’un d’unique, mon David! Essaie de découvrir quelles sont tes passions,tes talents, et mets-le au service de tes semblables. Si tu parviens à faire dans la vie ce que tu aimes, ce pourquoi tu es doué, tu deviendras le plus heureux des hommes, et tu sèmeras le bonheur autour de toi.
  1. En quatrième secondaire, alors que je battais contre ma dyslexie pour obtenir des notes de passage, un professeur m’a dit : Un jour à la fois, vis dans le présent. Oublie les échecs du passé, et ne t’inquiètes pas pour l’avenir, regardeautour de toi, et cherche ce qui pourrait te rendre heureux. Ces quelques mots m’ont invité à me concentrer sur les choses où j’avais du pouvoir, par exemple, sur le hockey, où j’excellais, qui me valorisait. Ça n’a pas fait augmenter mes notes, qui était toujours limites, mais en découvrant ce que le monde autour de moi avait à m’offrir de positif, ma famille, mes amis, je me suis senti heureux, simplement.
  1. Au moment de me lancer dans la vie, j’ai été sélectionné par Jeunesse Canada Monde, pour un échange international. Ce voyage humanitaire, au Canada et en Égypte, a été bénéfique pour moi. Le jeune homme que j’étais, élevé dans la soie, a découvert, en faisant du bénévolat auprès d’une population qui n’avait pas eu la même chance que moi dans la vie, des difficultés tellement plus profondes que les miennes. Le bénévolat, que je suggère à tous d’essayer un jour, est non seulement bénéfique pour les autres, il l’est également pour vous. La générosité envers nos semblables procure un sentiment de bien-être,qui, comme disait ma grand-mère, permet de vivre plus vieux, puisqu’il nous rend heureux.
  1. Mon père est un homme très sociable, qui a compris qu’il faut savoir s’entourer de gens fiables et compétents si on veut réussir dans la vie. Il s’est toujours plu à me le répéter. Ses paroles m’ont conduit à des recherches sur les relations durables, et, effectivement, une étude menée à Harvard prouve qu’il existe bien une « recette du bonheur », qui passe par la façon de savoirs’entourer. Nos relations amicales, amoureuses, familiales sont très significatives, et il ne s’agit pas du nombre de gens qui nous entourent, mais bien de la qualité positive et bienfaisante de chacune d’elles.
  1. S’enrichir d’expériences plutôt que de biens matériels…
  2. Gratitude…
  3. Écrire…

————————–

Chaque fois que l’on demande à l’autre… quel est ton rêve? …. on le convoque à survoler ses biens matériels… par l’expérience du parfum universel de la beauté du monde…  ce qui en soi constitue le sens caché de tout bien matériel sur terre…la beauté du monde passe par le coeur…. quand celui de David bat par la question quel est ton rêve? le coeur de ses enfants bat aussi …. simplement parce que la magie d’une question si bienveillante ….  veille au respect de l’unicit.é de la réponse dans le coeur de chacun de ses enfants …. Chaque jour… lDavid prend soin du rêve de ses enfants et ses enfants célèbrent par leur joie de vivre son élégance à se faire humblement concierge de leur coeur…. et que dire de leur màre…. des parents unis par le même rêve enseignent le pari de l’immatériel heureux  au coeur du matériel contemplatif

Pierrot…

——————-

Belle inspiration… bravo! Là, ça me rejoint beaucoup… à demain, donc!

Bonne soirée.

Claire

Claire Bergeron

———————-

quelle belle nuit de travail en métaphysique Claire

e continue ma journée

tu es profondément dans mon coeur

—————–

Cher Pierre,

J’ai consacré mon avant-midi au livre de David, pendant que ma femme de ménage prenait du bon temps au Club Med des ménagères… et que monsieur Ming supervisait son travail.

Hier soir, la terre a légèrement tremblé ici…ce fut comme si un avion passait en flèche au-dessus de la maison et s’écrasait au sol, pas très loin… Ming a quitté mes genoux pour aller se cacher… j’en ai profité pour monter me coucher… dans un gros pyjama de flanelle, c’est froid, un lit, sans ta chaleur… Demain, ils annoncent la première tempête de neige de l’hiver… j’ai toujours aimé cette première chute de neige, quand je n’ai pas à sortir… je fais un bon feu dans la cheminée, j’ouvre les stores tout grands, et je regarde tomber les flocons… Je te donne les résultats de glycémie, si jamais tu parviens à communiquer avec ton médecin : ça joue entre 9.4 et 11.1, des résultats pris avant déjeuner. À part ça, rien de nouveau… excepté que je t’aime un peu plus chaque jour…

Claire

———————–

uper ma chère Claire adore j’ai mon rendez-vous pour mon accin contre la grippe le 22 novemvre  2h20 :))))))))))))))))) je m’occupe du médecin pour glycémie quelque part cette semane

je continue mon épopée du doctorat

Pierrot

RépondreTransférer

———————-

Bon matin, Pierre, Voici mon travail de ce matin. Lis le point 6, que nous avons discuté… et dis-moi si ça te convient… n’hésite pas à suggérer des changements… je te cite J’ai aussi écrit les points 7 et 8… Bien sûr, jeudi et vendredi, je vais peaufiner, avant de clore mon travail.

Bonne journée,

Claire

—————-

———————

Gaelle était tellement heureuse de ce que tu as écrit sur elle sur facebook surtout ta vitesse de réaction à son succès féministe tellement mérité… sélectionnée au festival d’animation d’Athènes…. wowww… Claire… il me semble tellement essentiel qu’elle se sente aimée de nous deux…..et c’est le cas…merci… bravo pour ton texte…. majeur Claire… et quelle plume… il est temps de conquérir le marché cinématographique

Je rentre en contemplation…

Le doctorat est en marche

je travaille sur le thème de l’abs-périence … au sens du rapport entre les expériences humaines centrées sur le rêve de chacun et le flottement en mode immatériel heureux des biens matériels sur lesquels reposent l’essentiel du coeur

Bonne fin de soirée Claire

je t’aime

Pierrot

 

———

UN PAS VERS L’IMPOSSIBLE

LA DAME QUI VOYAGE UN RÊVE ÉQUITABLE

Mon ami Pierrot Rochette nous pose ses 3 questions : C’EST QUOI TON RÊVE? C’EST POUR QUAND? et, QU’AS-TU FAIS POUR LUI AUJOURD’HUI?

J’ai une quatrième question qui ajoute la notion d’équitabilité, dans notre recherche vers l’impossible. COMBIEN ÇA COUTE?

Quelle belle rencontre. La belle entrée en matière. Ses questions amène les apprentis-rêveurs et ramène les rêveurs aux notions fondamentales JE M’INTÉRESSE À TOI, JE T’ÉCOUTE et au questionnement QUE PUIS-JE FAIRE POUR T’AIDER ÉQUITABLEMENT?

Un véritable rêve ne peut être qu’équitable, il doit être partagé avec lucidité, humilité et surtout avec amour.

Pour l’instant, je focus et m’interroge sur la 4 ième question COMBIEN ÇA COUTE? Vous comprendrez que je ne parle pas d’argent… Il est certain que c’est souvent plus facile avec.

Mais, même si on doit se poser la question COMBIEN ÇA ME COUTE? La première question devrait être COMBIEN ÇA COUTE AUX AUTRES? Sans réponse à cette question, l’équitabilité devient précaire et peux mener à un rêve échoué.

Je crois que c’est une question capitale, car elle implique toutes nos intentions, notre humanité, notre résilience. Elle ouvre la porte à nos remises en question.

Je repars vagabonder la beauté, le Nicaragua et le Mexique pour quelques mois. J’y retourne cette fois avec la notion d’équitabilité que je peux maintenant nommer. Car vouloir être équitable envers les autres n’a jamais été remis en question dans ma tête.

Par contre, de voir que mon rêve n’était pas équitable pour moi et le prix que j’ai dû payer m’a fait grandir et questionner jusqu’à cette question qui semble si simple mais cause tant de larmes.

Alors suivez-moi, rêveurs et apprentis rêveurs! Au jour le jour dans ma recherche de beauté.

D………

——–

La 4ème question de Pierre étant : Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde? Les Combien ça coûte? Combien ça coûte aux autres? en question # 4 de madame D, me semble un outrage à la pensée, ainsi qu’à l’éthique, du philosophe chercheur qu’est Pierre Rochette. (Claire Bergeron)

Bonjour D…….

J’ai tardé à répondre à tous les courriels reçus… incluant les tiens… j‘étais sur la route. Mais parfois dans la vie, les événements se bousculent. J’avais besoin d’une période de réflexion pour réviser mes priorités, mes urgences et mon agenda de vie.

En écoutant de nouveau notre zoom… j’ai réalisé que je m’étais avancé avec trop d’enthousiasme alors que je suis de plus en plus convoqué par un silence contemplatif dans le contexte actuel de ma vie. Je ne saurais que trop t’encourager à poursuivre tes recherches à partir de ta question de fond… Mais pour ma part… Je suis ailleurs et par pure rigueur méthodologique… il m’est impossible d’y participer, que ce soit en zoom ou en personne…. J’ai 73 ans… les plaques tectoniques de ma conscience de chercheur m’amènent ailleurs… L’approfondissement de ma notion de détachement … implique pour les années à venir … une éthique sans faille envers mon œuvre…

J’apprécierais que le seul zoom que nous avons fait …. reste privé…

Comme tu le sais, depuis 16 ans que je travaille sur le doctorat des rêveurs équitables je sens le moment venu de refaire monastère pour en sculpter l’écriture… Il m’apparaît donc sage de me concentrer sur cette étape de ma vie dans l’ermitage du chercheur universitaire que je suis devenu et ce, dans la sérénité.

Étant donné tes bonnes valeurs de départ… je suis convaincu que ton blogue sera un succès…

Bon voyage

Savoure la vie… elle passe si vite…

Pierre Rochette

——–

Je suis de retour à la maison…

David vient de m’appeler pour son livre, mais il en a profité pour me demander si j’avais des plans pour le Jour de l’An…

Mon seul plan est d’être avec toi… il suggère que nous célébrions ensemble la fin de l’année…. et l’arrivée de la nouvelle…

Je sens que nous serons très heureux… toi et moi, avec eux…

Je t’aime.

Claire

—————–

 

——————-

J’aimerais bien que tu arrives mercredi… mais si mes souvenirs sont exacts, tu arriveras chez moi jeudi pour dîner…
Mon vaccin contre la grippe me rend un peu fiévreuse ce soir… j’ai pris des Tylenols.
Ton amour me réconforte…
Claire

——————–

un video sur la chanson du camionneur J’aime beaucoup… qui est-ce qui a fait ce montage? J’imagine qu’il t’avait demandé la permission…

Claire

Claire Bergeron

———————

curieux la vie parfois bien hâte de vous voir le 10 et 11 décembre pour jaser de la sjujite du doctorat

—————-

on matin, Pierre, Voilà, je pense avoir pas mal terminé l’écriture du livre à David… ce matin, à sa demande, j’ai revu les points 7 et 8 du dernier chapitre. I

————–

e viens de me réveiller après une nuit de con templation intense pour ce qui est du video du camionneur aucune idée qui a fait ça ¨))))) je fais avancer mon travail aussi pour avoir plus de liberté ensemble je fonccccccce

merci d’être dans ma vie

Pierrot:)))

—————-

 

Bonsoir Pierre,

En ce moment, de belles images de nos rituels amoureux me viennent à l’esprit…

Elles me tiennent le cœur au chaud… en attendant de me retrouver entre tes bras… et de déguster avec toi, un bon sucre à la crème…

Tendre bise.

Claire

——————-

réussir ce doctorat des reveurs équitables avec une droiture sans faille

e sens que je vais vraiment réussir cels parce que tu es passionn.ment au centre de ma sensibilité … je continue à bosser Pierrot bon réveil Claire

——————

Ça commence merveilleusement ma journée, avec un mot gentil de ta part…
Je suis fière d’être au cœur de ton bonheur de vivre et de travailler.
J’attends Rosalie pour dîner et Daniel et Joanne pour souper… une journée bien remplie.
Tendrement tienne.
Claire

Claire Bergeron

——————-

Très cher Pierre,

Je ne veux surtout pas te déranger dans ton travail doctoral… mais ce matin, en folâtrant sur nos échanges je suis tombé sur cet extrait… qui m’a rappelé de bien doux souvenirs….

Je le ramène à ta mémoire… consciente que mes prédictions de ce jour-là ont évolué dans le sens anticipé, soit celui d’un amour sans faille…

Je t’aime.

Claire

« Bon matin, cher Pierre,

C’est samedi… un matin de paresse où je laisse ma plume dans son encrier… Peut-être parce mon imagination me dirige plutôt vers toi… vers tes mots qui m’invitent à devenir ta compagne de vie…  À quel moment, pour ma part, j’ai compris que j’allais t’aimer pour la vie… Tu es tellement mignon… quand tu rougis, lorsque j’évoque le domaine des sentiments… L’amour, le vrai, le grand, avec un A majuscule… j’étais persuadé qu’il n’existait que sous ma plume, dans mes romans… et je l’avoue, j’enviais mes personnages.

Pour aimer profondément, me donner âme, corps et cœur, j’avais besoin d’admirer… ce qui m’a échappé dans mes relations antérieures… Dès que je connaissais mieux mon guerrier de passage, je réalisais que ce sentiment était absent… alors je ne pouvais pas poursuivre la route avec lui…

En ce qui nous concerne, grâce à nos échanges épistolaires, j’ai eu pour toi une profonde admiration… avant de penser qu’il pourrait exister des sentiments plus tendres entre nous. Une admiration qui m’avait tiré des larmes, à la suite de notre première rencontre en présentiel, des larmes que je m’expliquais difficilement… jusqu‘à tout dernièrement, quand j’ai compris à quel point mon cœur allait t’aimer…

Cette révélation s’est faite chez moi à la suite de petits riens… une épaule… un corps qui se moulait parfaitement au mien… ta tendresse… tes mains si douces sur ma peau… Et même ce petit moment d’une coquinerie exquise, à l’aéroport, quand tu m’as dit que j’avais les s…. de tes fantasme, beaux, très rares… dont tu avais toujours rêvé. Quand tu as ajouté, en rougissant, un petit sourire canaille au coin des lèvres, que c’était à cause d’eux que tu souhaitais t’investir dans une relation à long terme avec moi… j’ai ressenti pour toi, et ton sens de l’humour dans les moments sérieux de l’existence, un profond élan de tendresse… Le lendemain, chez Isabelle, quand tu es venu dans mon lit, et que tu m’as dit de bien écouter, car tu ne le répéterais pas : Claire, je t’aime profondément… tu m’as émue… j’ai su que tu répéterais ce mots… j’ai compris que je pouvais t’abandonner mon cœur, sans risque que tu le brises… une douce chaleur m’a envahie… qui je le sens, devient jour après jour, une flamme vive, qui enflamme nos sens… de même que nos esprits créatifs…

Bon, me voilà lancée dans l’écriture d’un roman… le nôtre… Il nous reste tellement de magnifiques chapitres à écrire… Avec nos plumes de poète et d’écrivaine, nous devrions en faire une chef d’œuvre de fin de vie…

« La relation accordéon est vraiment une relation que j’apprécie au plus haut point avec toi… J’en protège jour après jour le caractère sacré et je suis intimement persuadé que tu en fais de même de ton côté. »

Oui, cher Pierre, notre relation prend pour moi un caractère sacré.

Je t’aime.

Claire

——————–

quelle plume Claire…. c’est vraiment toi l’écrivaine au coeur d’or, la vague bleue:))))) moi je suis ton compagnon de vie loyal jusqu’à la dernière seconde ton salon du livre de Montréal sera aussi l’illustration de cette profondeur de sentiment qui s’accentue à chaque séquence accordéon entre nous bon diner avec Rosalie je continue ma journée doctorale wowwwww c’est solide nous deux

Pierrot

—————–

journée superbe consacrée au doctorat plus que 5 jours… bien hate de voir the crowd

tombe en contemplation salutations à tes invités

bonne nuit

Pierrot

——————-

 

 

——————–

 

 

J’ai tellement hâte de retomber dans tes bras, entraînés tous les deux sur notre belle vague bleue… Je suis à jeun… j’ai mes prises de sang ce matin à 9 heures… Mon café me manque… presque autant que toi… mais entre les deux, c’est toi que je choisirais… pour emmener sur une île déserte…

Je t’aime!

Claire

—————-

 

 

Je sens que àa va être une rencontre enrichissante et heureuse

je commence ma journée de travail

 

je pense constamment à notre chance d’être si heureux  ensemble à notre çage…

et je vois le doctorat des rêveurs équitables comme la consécration de notre

amour créatif

 

Pierrot

 

—————–

Très cher Pierre,

Même si nous ne vivons pas toujours ensemble… quand je pense à toi, je te considère vraiment comme mon compagnon de vie…

Aujourd’hui, comme il se doit pour le temps de Fêtes, j’au cuisiné mes tourtières… et je pensais à toi… à nous, chez David pour le Jour de l’An. Qui aurait pensé, l’année dernière à la même date, que nous serions amoureux, compagnon de vie heureux… en préparant le passage à la prochaine année ?

Pour nous deux, je prévois que la vie à des merveilles en réserve… au-delà de ce que nous pourrions imaginer…

Je t’aime… et je me languis de toi… vivement jeudi…

Claire

——————

quel beau courriel Claire….  d’autant plus que j’ai passé une journée de travail intense ( entre autres le traité des abs…. la notion D’ABS-VERSITÉ )  …. et tu es vraiment ma compagne de vie….

Jeudi viendra plus vite si je travaille encore plus fort :)))))

j’entre en contemplation pour la nuit

bonne nuit Claire

Je t’aime

Pierrot

——————–

le coeur me donne des joies que je n’ai pas connu avant toi

bon réveil Claire

Pierrot compagnon philosophe de nos vies :)))

je continue mon travail

——————

 

Cher Pierre,
Je viens de me glisser dans mon lit, j’ai lavé les draps aujourd’hui… ça sent bon…
Il n’y manque que toi…
Ta présence… ce sera magique de nouveau… je le sens dans mon cœur… et dans mon corps…
Je t’aime.
Claire

—————–

wowwwwwwwww

j’arrive demain

bonne nuit Claire

Pierrot

——————

 

6- L’ÉCRIVAINE AU K-OEUR D’OR … CLAIRE BERGERON (www.clairebergeron.com) … LA MARCEL PAGNOL DE L’ABITIBI …. CORRESPONDANCES

Auteure - Claire Bergeron | Laval QC

6: CLAIRE BERGERON, ÉCRIVAINE

Pierre Rochette - Conférencier professionnel - Orizon

6: PIERROT VAGABOND,

Cher Pierre,

Ça ne presse pas… quand j’ai une minute… faut dire que j’en ai souvent, je suis paresseuse parfois… je prépare votre passage chez moi.

En parlant de ça, est-ce que vous avez des allergies alimentaires… ou autres ? Est-ce qu’il y a quelque chose que vous aimeriez particulièrement manger… par goût, ou parce que ce met vous rappelle des souvenirs ? N’hésitez pas à me faire part de vos envies… je veux que nous profitions au maximum de notre épopée ensemble…

Avant la pandémie, comme les gens n’avaient plus d’argent sonnant dans leurs poches, je gardais une carte OPUS pour mes invités, si on avait à se déplacer à Montréal. Comme je n’ai pas pris les transports en commun depuis plus de 2 ans, mes cartes étaient périmées… alors cette semaine, je suis allée les remplacer. Ici, à Laval, les aînés résidants, ont une carte avec photo, car nous ne payons pas dans les transports lavallois. Tout ça pour vous dire, que je vais avoir une carte pour vous, lors de votre passage chez moi. Si c’est mieux pour vous, je peux vous la poster avec grand plaisir, pour votre 1ère visite chez moi au début juin… ensuite, en juin, si vous avez envie d’échanger en présentiel, avant de vous installer pour quelques jours, vous pourrez ainsi revenir à votre guise…

David va mieux, toujours courbaturé, il tousse, mais il a tellement de travail qu’il s’est remis au travail. Les enfants doivent avoir le super système immunitaire de leur mamie, ils ne l’ont pas attrapé de leur mère, il y a un mois, ni de leur père, présentement. Ils sont en super forme.

Maintenant, je vais aller profiter du soleil.

Bonne journée,

Claire

———–

Chère Claire

j’ai déjà ma carte opus pour ainé et mes passages à Montréal me coutent soit $27 par mois… soit 1 dollars le billet alors tout va bien pour moi sur ce côté-là … Je suis soulagé de savoir que david va mieux… Je suis à l’âge, sans doute comme vous ou celles et ceux que mon k-oeur a adopté prennent une importance essentielle au quotidien ….. Leurs joies,leurs peines, leurs rêves… j’en fais mon oreille:))))) wowwwww… pour juin Je n’ai aucune allergie alimentaire Claire et j’avoue que comme vagabond j’ai appris à manger ce qu’il y avait dans mon assiette:)))))) et cela toujours avec délice… alors… ej vous suggère que nous gardions cela simple..le moins de travail pour vous, le plus de joie de converser pour nous

Pierrot:)))

————-

Beaucoup de joies dans ma vie en ce moment… joies reliées aux 15 ans de recherche de notre équipe des rêveurs équitables

Chère Claire , Vous ne pouvez pas vous imaginer ma joie profonde de voir mon grand ami et complice de recherche Michel  ….. prendre sa retraite le 10 juin 2022. 

 Toute la grandeur de l’homme se retrouve dans son k-oeur. Les 15 ans passés chez lui ou je fus accueilli avec une amitié sans faille… m’ont permis d’assister au quotidien à ce talent unique que Michel  possède d’être par amour au service du rêve de Marlene, la grande histoire d’amour de sa vie… et cela dans un respect au quotidien aussi sans faille. Marlene fut la queen de sa vie et Michel pour Marlene fut aussi son chevalier servant qu’elle a toujours honoré par une loyauté du k-oeur et une élégance de tempérament impressionnante…

Je dirais que Gaelle et moi vivons en amitié le même type de relation que Marlene et Michel en amour… Dévouement au rêve de l’autre qui illumine son propre rêve.

Les 15 ans des conseils d’administration de la créativité que nous eumes chaque matin avant que Michel aille travailler comme concierge industriel furent aussi un événement. D’autant plus que cet événement bénéficiera du fait que parce que Gaelle deviendra internationale par son observatoire du merveilleux et son colloque international sur les dimensions du rêve à l’université de Sherbrooke… le pays oeuvre d’art, la vie personnelle oeuvre d’art et la nano-citoyenneté-planétaire le deviendront aussi…. De là notre rêve autant chez Gaelle de l’université Princeton que pour nous le prix Nobel de la paix par nos inventions conceptuelles.

Alors Claire, vous comprenez ma joie lorsque Marlene et Michel m’ont proposé de refaire avec moi à la 8ieme île de Johanne Roussy un rendez-vous des rêveurs équitables filmé à nouveau par Marlene …. au milieu du mois de juillet 2022 …..

On dirait que soudain … le doctorat des rêveurs équitables prend tout son sens. …. Et j’espère bien qu’au festival des géants de la pointe de Gaelle… le thème de FRANCHIR LA LIGNE DE COULEURS … entre les inus et les non -innus deviendra un objectif que nous pourrons reproduire dans les écoles du Québec par une subvention du conseil des arts…. par le biais d ela question quel est ton rêve? …. et que par la suite, nous pourrons reproduire cet objectif pour les entreprises…. par le biais de David et d’Orizon. 

Bon matin de créativité Claire

—————

her Pierre,

J’ai écouté avec grande attention l’entrevue de Johanne Roussy…Vous serez peut-être étonné, mais je me suis reconnu à travers plusieurs de ses propos… Bien sûr, j’ai l’apparence d’une artiste de luxe… avec mes sous, qui me permettent un totale liberté de m’adonner à ma créativité sans soucis… j’offre du rêve, en faisant la promotion de mes romans. Mais au fond de mon âme, ce que j’aime, ce qui m’anime… c’est la création, dans le dénuement et la liberté…

Comme elle, – je l’ai maintes fois répétés dans les entrevues que je vous ai fait écoute – l’injustice me peine profondément, à quelques niveaux que ce soit, les enfants, les racisés, les sans-voix… des thèmes qui reviennent dans plusieurs de mes romans… Une autre chose que j’ai l’impression de partager avec elle, c’est ce sentiment de n’avoir jamais aimé être une enfant… ce n’est qu’en vieillissant que je me suis sentie bien avec moi-même, que j’ai atteint mon plein potentiel… de femme et d’artiste… Je me suis souvent plu à répéter que j’étais née pour vivre ma cinquantaine, et les années qui s’en suivraient… cette étape de la vie où j’ai enfin compris à quel point je tenais à ma liberté, à quel point la solitude choisie devenait créatrice… et me plaisait…

Avec pour récompense, aujourd’hui, cet incroyable rendez-vous, qui m’a fait croiser sur ma route, une oreille attentive, ouverte à m’écouter, et je crois, je le souhaite, à chercher à me comprendre…

Merci, cher Pierre, d’être vous… et d’être dans ma vie…

Claire

——————-

quand j’ai vu la grandeur et la beauté du rêve de Johanne Roussy….

bon matin Claire,

Pour ce qui est de ma grande rêveuse Johanne Roussy… la sculpteure sociale… elle fut là pour mon rêve… je fus là pour le sien…

——–

Comme vous le savez maintenant Claire ….Je fus depuis toujours sensible aux rêves des grandes rêveuses et des grands rêveurs… surtout dans les moments ou la fatalité menaçait de faire périr leurs rêves et je me disais… le peu que je puisse faire… je n’ai jamais eu de cesse de le faire… 

Quand Johanne est arrivée à Montréal pour faire sa maîtrise en communication à l’uqam … elle avait pris le pari de son rêve… même si elle n’avait plus un sous pour le faire vivre. Elle est arrivée à  l’uqam sachant que j’y tais… je crois… et comme elle avait pris soin de mon rêve de vagabond céleste sur ma route en m’accueillant chez elle si généreusement. .. le temps que je récupère… J’ai été profondément et quotidiennement là pour elle durant près de 2 ans….

Comme Gaelle… elle ne peut vivre si elle ne marche pas vers son rêve… Ce fut pour Johanne des années ou, dans le domaine d’une amie, soit une ancienne base militaire, elle avait imaginé une 8ieme île qui accueillerait des artistes du monde entier tout en créant un espace de convivialité ou le lien entre les innus et les non innus serait réparé, ou la ligne des couleurs et des préjugés serait traversée de façon équitable dans les deux sens..

Enfin, à 54 ans … elle est reconnnue comme l’artiste de la Côte nord de l’année et elle a une conjointe dans sa vie qui excelle dans l’art de remplir des formulaires pour aller chercher des subventions… et comme elle a reĉu une grosse suvention pour faire un documentaire sur le lien innus non-innus… la vie semble maintenant être plus que favorable à son rêve de vie,

quand elle est venue me chercher pour aller à l’enterrement de Simon… je lui ai parler de mon projet des rêveurs équitables… de ce cercle des 39 qui m’apparait si important pour que la ligne des couleurs et des préjugés puisse être traverséée équitablement par la simple question posée à chacun à travers le maniement d’un bâton de parole… …. ….  quel est ton rêve? projet que je rêve de monter avec Marlene et Michel d’abord par une subvention pour le faire dans les écoles et ensuite pour David dans le but de le proposer un jour pour le domaine corporatif.

Comme la puissance et l’originalité du concept l’avait profondément ému…. elle s’est empressée de demander un supplément de suvvention pour que je puisse l’expérimenter dans le cadre de sa thématique….. dans son festivasl des géants de la pointe et comme élément de son documentaire…

Voilà pour ma chère Johanne

passez une bonne journée Claire

Pierrot

—————

Cher Pierre,

David m’a appelé ce matin, pour me souhaiter une belle Fête des mères. Comme il était seul dans sa chambre, encore un brin isolé par la COVID, pour éviter de contaminer les enfants, j’en ai profité pour lui parler de votre passage chez moi, en juin. Aussi, de notre semaine de balade en Mauricie, du 18 au 25 juin… sans entrer dans les détails… j’ai toujours eu pour principes de protéger mes mystères…

Il s’est dit convaincu que nous passerions du temps de qualité, tous les deux ensembles. Il a ajouté que dès sa première conversation avec vous, il avait détecté des similitudes entre vous et moi, dans nos propos, nos rêves de vie, notre enthousiasme… et que si la chance nous était offerte, nous pourrions développer des liens très agréables… et nous avons fait notre chance! Alors, il n’a pas été surpris que nous ayons envie de partager du temps tous les deux… Comme je vous l’ai déjà souligné, David a toujours eu grand sens de l’anticipation… un sixième sens qui dans sa vie, lui a souvent fait prendre les bonnes décisions…

Bien sûr, Isabelle aussi a communiqué avec moi, pour me souhaiter une bonne Fête des mères. Aujourd’hui, elle avait emmené ses filles au Edison Glenbow Esposition, pur faire découvrir à ses 3 filles, ce que fut déjà la place des femmes dans la société, et ce qui souvent est encore la place des femmes autochtones. Je vous joins un lien : https://www.stardale.org/  Je vous joins également la photo d’un texte qu’elle m’a fait parvenir. Je trouve que ça rejoint, en partie, le travail fait par Johanne Roussy, votre amie de la 8ème Île.

 

Bonne soirée à vous.

Claire

————–

nsoir, cher Pierre,

J’ai une amie Facebook, Sarah Champoux, depuis 4 ou 5 ans. Je rencontre beaucoup de gens dans les Salons du livre, à Trois-Rivières, entre autres, où j’ai un grand lectorat. J’écris de nombreuses dédicaces à des inconnus/es, et pour la plupart, je les oublie, c’est impossible de se rappeler d’autant de gens. Mais il arrive que certains se nichent dans mon imaginaire… et ceux-là, je ne les oublie pas.

Quand Sarah s’est présentée à mon stand, elle devait avoir 15 ans tout au plus… Cette adolescente avait dans le regard un rêve tellement grand que ses yeux brillaient comme des soleil… ça m’a interpellé… Je me souviens lui avoir posé des questions sur ses projets d’avenir, sur ses rêves… et sûrement qu’en dédicace j’ai dû lui écrire : Un rêve n’est jamais trop grand… vis les tiens avec amour et passion.

Voilà que je découvre que si je ne l’ai pas oublié… c’est que j’étais appelé à la revoir… d’une façon inattendue… Aujourd’hui, par hasard, j’ai vu passer un post d’elle, où elle écrivait un mot aux professeurs qu’elle avait aimés… elle termine son CEGEP ce mois-ci… Alors je lui ai écrit un petit mot pour la féliciter et lui souhaiter bonne continuité… sans savoir si elle se souvenait de notre rencontre. C’est Guy Duchesne qui m’a répondu le premier… étonné que je connaisse Sarah… je lui ai répondu que je l’avais croisé une seule fois, à un Salon du livre, mais qu’elle faisait partie de ces personnes qui frappent mon imaginaire… et dont je me rappelle. J’ai ajouté : Si mes souvenirs sont exacts, elle et moi, nous avions eu un bel échange sur le rêve… Cette fois, c’est Sarah qui m’a répondu, étonnée et émue que je me souvienne d’elle… et de ce que nous avions discuté.

Guy et Sarah font partie de la même troupe de théâtre… probablement que Sarah viendra nous saluer lors de notre passage chez Guy, qui trouve le monde bien petit, parce que nous nous connaissons elle et moi… Je leur ai répondu qu’effectivement le monde était petit… mais surtout merveilleux dans ses rendez-vous…

Quelle belle rencontre ce sera chez Guy…

Bonne soirée.

Claire

————-

Chère Claire…

Votre belle histoire au sujet de Guy et sarah franchement… c’est du bonbon… quel beau mois de juin nous avons devant nous …. L’organisation du déménagement du dimanche le 12 juin est ficelée à 90% . Nous voilà rendus à faire les boîtes… Gaelle attendant avec fébrilité les notes de son semestre… espérant un A+ )))))

 

 

je vous souhaite une bonne nuit

Il est temps de m’endormir

 

Pierrot

 

——————

Comment allez-vous Claire… enfin un moment de détente pour vous écrire:)))

La nuit, j’écoute une série de 13 conférences donnée par Jacques Bouveresse au collège de France sur Kurt Godel …. de façon à me préparer pour notre voyage à La Tuque… car ce voyage se veut aussi un approfondissement sur la notion de qwalia du traité des abs…

https://www.youtube.com/watch?v=sXe6m-yhcU4

—————

Et en même temps…. je travaille sur la notion d’impossible comme événement dans la vie de tout rêveur et rêveuse qui ne triche pas avec son rêve… Cette belle histoire de Sarah et de Guy qui font partie de la même troupe de théâtre et qui soudain se retrouvent en relation avec notre rêve réciproque, Claire… a vraiment quelque chose qui tient de l’enchantement…

J’avoue qu’un jour j’espère le même clin d’oeil de l’impossible dans a relation avec David… comme celle que j’ai cultivé durant 15 ans avec Marlene et Michel qui furent durant toutes ces années  mes joies de chaque matin avant de partir soit en vagabondage dans certaines périodes, soit en vagabondage universitaire.

Oui je suis un homme heureux Claire parce que ma flopée d’amis ont un rêve et que j’en prends soin du mieux que je peux par la bienveillance et le non-jugement. Ici Gaelle est en plein dans son mois de mai consacré à son projet de formation en littérature nuérique Canada Mexique….

Bon matin de créativité à vous Claire

Pierrot

————–

Bonjour Pierre !

Depuis le début de notre échange, nous allons de joie en enchantement… il y a du mystère là-dessous… Je reviens d’une superbe journée, chez une amie, à Prévost… que je n’avais pas rencontrée depuis le début de la COVID, et même quelques mois avant. Elle est pour moi ce genre d’amie que l’on revoit comme si on l’avait quitté la veille… c’est vrai que l’on se connaît depuis l’adolescence… Pourtant, malgré que l’on se connaisse bien, je réalise que j’ai de la difficulté à me confier… je préfère écouter… D’où l’importance de votre écoute… sans jugement… tout doucement je m’ouvre à vous… Comme vous, j’espère qu’une première conférence chez Orizon ouvrira la porte à beaucoup d’autres… Cet entrepreneur de La Tuque, dont vous avait parlé Michel, le journaliste, il n’a jamais communiqué avec vous ? Ayons confiance, je sens que ça viendra…

Bonne soirée, cher Pierre.

Claire

—————

la mystique du rêve de l’autre … fut la grande joie de ma vie Claire…

chère Claire

Je crois que tout a commencé par la mystique du rêve de l’autre, ce moi en moi qui me convoquait depuis ma naissance … Je me rends compte que les Contretemps, le café St-Vincent, les Pierrots, le duo burlesque Lamarre Rochette, le vagabondage, les rendez-vous des rêveurs équitables… mes 45 minutes confidences, ce fut à chaque fois un pari de trouver pour tous les lois qui m’avaient rendu profondément rêveur-poète de la beauté du monde sur terre:)))

Visiter ses amis n’est pas chose simple pour moi … Car je vois bien chez eux le désespoir de vieillir tout en étant orphelins de leur rêve… soit par peur de manquer.soit par dépendance, soit par épuisement face à la fatalité de leur condition humaine…

je pense que juin sera pour nous deux, Claire, une fête de la parole vivante qui remercie la vie de nous avoir donné le privilège de réaliser nos rêves…. en retour… nous prenons l’engagement je crois de redonner sous forme d’espérance et d’écoute à celles et ceux qui se sont peut-être perdus sur la route de leur quête…

Votre amie que vous avez visité devait être bien contente d’avoir votre oreille… Chaque fois que l’on prète oreille à ‘autre, c’est un rêve de vie que l’on réchauffe.

Gaelle et moi sommes de nouveau en silence cathédrale… car tout en vivant sa formation québec Mexique, elle prépare intensément un article pour une revue internationale…. quelle rêveuse quand même… pendant ce temps… mois aussi je plonge en contemplation en écoutent france-culture et quelques émissions consacrées à la philosophie des mathématiques et de la physique quantique pour préparer notre voyage à La Tuque dans la quête des qwalias pour le traité des abs:))))

bon réveil Claire

Pierrot

——————–

Cher Pierre,

Il arrive que certains messages de mes lectrices/lecteurs me font monter les larmes aux yeux… et bouleverse mon âme d’écrivaine.Je vous partage celui-ci… tellement touchant… une lectrice qui me lit en compagnie de sa maman, montée dans les étoiles, en promenant de page en page, le signet d’une vie passée, qui marque le début de son dernier voyage…

« Mon Dieu que la vie est remplie de belles choses et de beaux hasards ! C’est en fin d’après-midi que je débutais ma lecture de votre dernier roman sous ce beau soleil de mai. Comme ma mère était une passionnée de lecture et de vos romans, j’ai pris son signet en lui disant « Maman, nous allons le lire ensemble celui-là ». Quel bonheur après quelques pages de lire qu’un nouveau-né portait son prénom « Constance ». Je suis certaine que du haut de son nuage, elle se fait un plaisir de m’accompagner dans ma lecture. »

N’est-ce pas profondément touchant?… Pour des messages comme celui-là… je remercie mon rêve de vie… et ma passion… qui me fait prendre ma plume tous les matins dans le petit jour…

Claire

=============== 

Chère Claire… 

voici un courriel d’une lectrice ….  magnifique…vraiment votre rêve vous apporte des témoignages d’une profonde authenticité….. Un roman par année depuis 11 ans Claire…. quelle épopée qu’est encore aujourd’hui la marche fire et féministe de votre rêve ancré dans l’histoire de l’Abitibi:))))

et là encore Claire … vous être la preuve vivante de ce que dis souvent  Gaelle.. prend le pari que ton rêve ne te laissera jamais tomber… qu’il passera par certaines personnes sur ta route pour te dire… merci d’avoir confiance en moi, ton rêve… qui vit nuit et jour à travers toi ….toi qui cherche à me serrer la main par ta vie personnelle oeuvre d’art et cela nuit et jour… sans jamais tricher :)))

Gaelle c’est comme un ier choix de repéchage au hockey … encore ce matin… elle me disait.., Pierrot j’ai fais de nouvelles avancées cette nuit ….pour mon article…. tout chez elle respire la création en continue …. articulée dans une logistique argumentative imagée impressionnante… Et comme , à mon humble avis, elle a débusqué une directrice de thèse spécialiste en épistmé marginale qui se met activement avec elle en recherche d’une co-direction… la plus brillante possible en métaphysique africaine à travers le monde …. wowwwww ….. quand on peut diriger des doctorats dans l’université qui t’a accueilli, pourquoi se limiter à enseigner au cegep? NE JAMAIS TRICHER AVEC SON RÊVE… C’est Claude henri Grignon qui écrivait au poète Alfred desrocher en 1939 … JE SUIS PRÊT À MOURIR POUR MOJN RÊVE… Gaelle est cde cette stature …. son éthique de travail  …..son éthique du coeur pour sa famille … wowwww… pas de faille Claire… immense… malgré sa santé si fragile… aucune dépendance de quelque nature que ce soit … une belle carrière devant elle et surtout pour nous les rêveurs équitables, un fantastique feu d’artifice à la fin même de notre épopée des plus singulières depuis 15 ans:))))))) Comme nous serons reconnaissants à notre tour marlene Michel et moi envers Gaelle …. quand l’observatoire du merveilleux accueillera notre doctorat populaire tout en donnant vie à un colloque international sur les dimensions du rêve… ou je te demande pardon et le cercle des rêveurs équitables pourront enfin s,exprimer en vue de la mise en application par l’institut d’intelligence artificielle du Québec de la nano-citoyenent-planétaire et des deux assemblées des justes (39 femmes et 39 hommes) )))))

===== 

voyez vous Claire

Dans 30 jours mon ami et partenaire de recherche prendra sa retraite comme concierge industriel … C’est quelque chose vous savez parce que lorsque nous avons fondé les rêveurs équitables… il y a plus de 15 ans maintenant…

https://www.youtube.com/watch?v=7XblEGKWSKI&t=13sc 

Nous avions comme un plan de match …. Michel avec sa caméra, Marlene avec ses jardins et Pierrot avec ses vagabondages du pays comme des universités… le tout pour arriver à un doctorat ou seraient honorés les thèmes de la vie personnelle oeuvre d’art, le pays oeuvre d’art et l’humanité oeuvre d’art par la nano-citoyenneté-planétaire, le tout à travers des rendez-vous des rêveurs équitables … (www.reveursequitables.con) 

————– 

Comme les années ont passé vite… Et pourtant… plus que jamais … le déménagement à Sherbrooke et le doctorat de Gaelle à l’université … me permettra parallèlement de franchir les dernières étapes avant de faire de notre engagement de 2007 une vraie réussite…. pour Marlene, Michel et moi. :)))))

Sur le site de Michel le concierge. … https://www.youtube.com/channel/UC3sZfpGaluTGNe26Bhd77xA

Il y a tout son magnifique travail de créateur et d’archiviste … Il ne manque en fait que le spectacle du vagabond céleste de Simon Gauthier que Michel a filmé avec sa camera … et aussi LA PELLE JAUNE 2 … que j’aimerais bien filmet pour faire le point sur sa retraite et faire bénéficier par la qualité de notre corpus bibliographiqueautant qu’ audio-visuel .. la valeur internationale de notre doctorat des rêveurs équitables.. dont le titre est Je te demande pardon …

Et si en plus, si la tendance se maintient …nous aurons la joie de vivre un rendez-vous des rêveurs équitables au festival de Johanne à la 8ieme ile avec les innus … quelle belle exprience ce sera pour moi et Michel à la guitare et marlene à la camera … surtout que nous ferons partie aussi du documentaire de Johanne )))))  …. croisons des doigts pour que rien ne bloque au niveau de sa subvention:)))

wowwwww…. nous aurons alors …assez de documentations pour préparer une demande au conseil des arts du Canada en vue d’une tournée des rendez-vous des rêveurs équitables dans les écoles…. car la question quel est ton rêve? pourrait permettre à bien des jeunes de franchir autant la ligne de couleur que celle des différents préjugés reliés à l’ignorance de la valeur d’une humanité oeuvre d’art en chacun de nous:))) et une fois le tout bien rodé… ce serait une belle expérience à tenter corporativement avec Orizon… Comme vous voyez Claire… Je rêve grand et heureux:))))

—————— 

Voyez-vous Claire, ce qui nous unit vous et moi… c’est que nous n’avons jamais triché dans la marche vers chacun de nos rêves…. et les 6 fichiers de courriels… certainement un bon 4000 pages … de texte… peuvent témoigner de notre barre de mesure, d’une loyauté sans faille entre nous.

————– 

je continue toujours de travailler sur la 45 minutes confidences du thème L’ART DE S’OUVRIR UNE FENÊTRE SUR LE BONHEUR … parallèlement à celui de croire à l’impossible qui me semble bien ficelé… Du moins qui me rend heureux quand je marche la nuit et que je répète ma prestation devant un public imaginaire:)))) qu’on ne me donne pas ma chance une fois….:))))))))))))))))))))))))))))))))))

à suivre:)))))

———– 

Ce nouveau 45 minutes … l’art de s’ouvrir une fenêtre sur le bonheur …je le vois débuter comme ceci…..

Je suis sur la scène … Il y a un banc comme au St-Vincent … mon gros cahier de chansons … ma guitare … mais, j’me promène puis je marche … et là je raconte ceci … Voyez-vous le gros cahier de chansons qui est là? … Pourquoi un gars de 73 ans vient vous parler? Un gars qui a passé des années à chanter des chansons à trois couplets ….Parce que je vais vous dire de quoi … Chacune de nos vie humaines, c’est exactement une chanson à trois couplets. Le ier couplet, c’est ce que vous avez reçu dans votre enfance. C’est le ier couplet qui vous donne … semble-t-il … qui vous donne des possibilités de suivre le reste. Quand vous avez eu une enfance difficile, vous n’avez pas eu d’éducation … vous n’avez pas eu d’instruction …, Vous avez eu des blessures, changé de pays … le ier couplet a une chage extraordinaire… y est pas capable d’orienter les deux autres couplets. (16.08)

19 : Pour la plupart des gens, le 2ieme couplet… c’est ce que vous avez tenté de faire puis que vous avez échoué et que vous ne savez pas pourquoi? …. Mais on n’a pas accès au 3ieme couplet tant qu’on ne se pose pas la question… QUEL EST MON RÊVE? … Le 3ieme couplet d’une chanson .. il est écrit par votre rêve… pas parce que vous avexz les 4 questions…. 1) quel est ton rêve? 2) dans combien de jours , 3) qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve , 4) Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

20 : et le plus beau, c’est que dès que vous vous posez les 4 questions … Votre rêve… il est juste avant votre naissance… et il te dit… Ti-gars … t’ite fille… viens icitte… On va te ramener au tout début…. et j’ai déposé dans les chansons de ta vie … J’ai déposé des débris de la mémoire du cœur … des tout petits débris … qui sont des chandelles dans la noirceur de ton vécu. Y faut que tu les retrouves… y faut que tu les retrouvse… alors (17.07)

21 : quel est ton rêve? C’est d’abord de dire à ton rêve… J’AI CONFIANCE EN TOI … La 2ieme fois, dans combien de jours… c’est de te dire … une fois que ton rêve t’as mis … y a ce qu’on appelle à un moment donné UNE IMMENSE VIE… Le 3ieme couplet y m’appartient qu’importe ce que j’ai vécu dans les deux autres couplets … là je vais vous donner l’exemple du grand président des États-Unis  … Abraham Lincoln …

——-

Une  chose est sûre Claire

C’est que pour moi, réussir son rêve. c’est de faire en sorte qu’autour de moi, chacun qui a cru en moi soit gagnant gagnant … et qu’à l’usure l’on puisse dire… Pierrot…. ne nous a jamais utilisé pour son rêve, mais a plutôt été profondément sensibilisé au fait d”illuminer le rêve de l’autre si tu veux que ton propre rêve prenne un sens d’une vie personnelle oeuvre d’art.

C’est exactement ce que vous avez fait pour votre amie dont le rêve était d’écrire un roman…. prendre soin de son rêve… et de là notre joie réciproque à nous écrire quotidiennement. Parce que c’est d’abord chacun de nos rêves qui tient la plume:))). 

—————— 

Notre déménagement est bien finalisé… Raymond-Louis louera et chauffera le camion… Un ami de la communauté de Gaelle fera l’aller retour Sherbrooke Montréal avec son automobile et 2 amis nous aideront à déménager.

Comme Gaelle aura ses électros-ménagers jusqu’au ier juillet ici à Montréal… (car on viendra chercher les 4 électros usagers) que nous réacheterons usagés une fois rendus sur place)  le ier juillet:)))))

Gaelle pourra rester dans son appartement à Montréal le reste du mois de juin … pour préparer son article pour une revue internationale tandis que vous et moi Claire nous serons partis pour La Tuque… pour des recherches sur les qwalias du trait des abs … et voir si on peut organiser un cercle des rêveurs équitables avec des autochtones à La Tuque aussi… ce qui consoliderait notre dossier pour une subvention au conseil des arts du Canada )))))

——

Tout se passe donc comme prévu après le 12 juin 2022 …. D’autant plus que le  cours de formation par zoom Québec Mexique de Gaelle  ….très intense durant tout le mois de mai  résultera en des collaborations en créativité virtuelles Québec Mexique… durant tout le mois de juin … la préparant pour un cours en littérature numérique qu’elle vivra en propédeutique … en septembre à l’université de Sherbrooke…. 

Nous devons une fière chandelle à Marlene et Michel  financièrement… ils nous ont vraiment sauvé la mise… depuis 3 ans , Marlene et Michel nous ont accompagné dans nos sacrifices que nous avons osé faire (prendre le pari sur un rêve est toujours une soif d’absolu qui tient de l’impossible… mmais comme seul l’impossible est vrai)))))) pour que ….  et la pensée métaphysique de Gaelle et le doctorat des rêveurs équitables… se rendent à l’international… Gaelle vise Princeton, nous le prix Nobel de la paix… )))))) 

——- 

Gaelle attend fébrilement sa note de semestre avec sa directrice…. le mois qu’elle devrait avoir parce qu’elles sont trois c’est A … mais elle espère vraiment (s’il y a possibilité à l’individuel) son A+

Cet été, ce sera multes lectures pour préparer son dernier semestre en propédeutique à l’université de sherbrooke avant quelle aie accès à des bourses prestigieuses en janvier 2023 … parce qu’alors elle sera alors …enfin doctorante à  plein temps en recherche création … et comme elle a au moins la moitié de son doctorat de fait, si non plus… elle pourrait rapidement se retrouver avec soit des corrections d’examens soit une charge de cours en recherche création à l’université de Sherbrooke même … …tout en terminant son doctorat… ce qui nous permettrait enfin d’être autonomes finacièrement et de commencer à rembourser à qui nous a fait confiance:))))

Pierrot

————–

Cher Pierre,

Ce matin, après ma période d’écriture, assise au soleil, dans ma balancelle, j’ai écouté votre enregistrement : Pierre Rochette chante le Vieux Montréal… en préparation de la promenade que nous irons faire dans le Vieux, au mois de juin… Je l’avais écouté, en août dernier, après votre premier courriel…je l’ai écouté d’une autre oreille cette fois-ci…

Je t’attends au calé des passants…

Viens…

Viens, les gens ont besoin des poètes

De sentir qu’on peut remonter le temps…

Je t’attends au café des passants…

Voilà! J’accepte votre invitation… vieille, j’imagine, de près de 50 ans…Au grand plaisir de ce mois de juin…

Claire

—————

chère Claire

Le Vieux Montréal poétique du café des passants (St-Vincent) fut sans doute celui qui m’enchante le plus encore aujourd’hui …. Bien sûr…. de ces 12 chansons de ce vieux long jeu … je ne retiens que les 2 ieres… le café du passant et le bal du vieux Montréal …. les autres me semblent plutôt refléter mon ahurissement de l’époque de m’apercevoir du haut de ma petite scène que la condition humaine pouvait être aussi … disons… problématique pour rester poli. Il correspond à la période 1972-1974 je crois

Le vieux montréal du ier Pierrot fut pour moi le douloureux passage de la posie de la vie à la prose du monde de l’argent… le vieux Montréal devenant une machine à sous pour différents commerces à touristes…  tout en reflétant un nationalisme inspirant… soit de 1974 à 1976 …

Le troisième Vieux Montréal me semble celui du passage de la prose à celui du désenchantement et de la poésie et de la prose… qui correspond à la perte du ier référendum et la montée de juste pour rire… Je quittai à ce moment-là.

Vous connaissez ma passion profonde pour une oreille unique… )))) car pour moi… même si 50 ans ont passé…. le fait de raconter ce segment poétique de ma vie à la bonne personne annule et le temps et le caractère éphémère de ce qui en moi illumine encore les plus denses de mes rêves futurs

Pierrot:)))

bon p.m. Claire

—————-

rès cher Pierre,

’est ce jeune homme de l’époque du café St-Vincent que j’espère découvrir, ceux des deux autres segments aussi, bien sûr, puisqu’ils ont aussi contribué à fabriquer celui que vous êtes devenu aujourd’hui…  Et suivant les époques, j’ajusterai mon oreille, en redevenant aussi la jeune femme des années ’70, avec les rêves qui me portaient à cet âge… ( Vos deux premières chansons sont aussi mes préférées )

Ne soyez pas surpris, si je vous pose des questions indiscrètes… j’ai peu de filtres quand je veux connaître quelqu’un en profondeur… je vais espérer des réponses… à vous de voir ce que vous voudrez me révéler… Comme vous dites dans le court extrait… les gens ont besoin de sentir qu’on peut remonter le temps… c’est ce que nous ferons…

Une petite question, en passant… est-ce que dans votre cahier de chanson vous avez la chanson : Évangéline, de Michel Conte ? Si nous allons chez David, – ce que nous ferons sûrement – durant votre séjour chez moi, vous gagneriez le cœur d’Évangéline, si vous la lui chantiez… ses parents la lui chante depuis qu’elle est toute petite… elle s’identifie beaucoup à cette chanson… elles sons rares les petites filles qui portent ce magnifique prénom…

Aussi, j’ai reçu un message d’Annick Bernatchez, qui se dit ravie de pouvoir faire ma connaissance… et de nous rencontrer, tous les deux.

Bonne fin de journée,

Claire

——–

Très cher Pierre,

C’est ce jeune homme de l’époque du café St-Vincent que j’espère découvrir, ceux des deux autres segments aussi, bien sûr, puisqu’ils ont aussi contribué à fabriquer celui que vous êtes devenu aujourd’hui…  Et suivant les époques, j’ajusterai mon oreille, en redevenant aussi la jeune femme des années ’70, avec les rêves qui me portaient à cet âge… ( Vos deux premières chansons sont aussi mes préférées )

Le Vieux montréal… c’est un peu pour moi la même segmentation des qwalias qu’à La Tuque…Ce que je soupçonne c’est qu’il n’y a pas de qwalias sans pureté d’un rêve… qui inonde de lumières les autres sphères de l’existence d’une communauté ( que je définirais comme l’ontike (le quotidien vécu sous forme de dramaturgie) l’ontikhatif (le quotidien vécu sous forme de dramaturgie négative reliée à un rêve manquant) et l’abs-ontikhatif ( la poésie abs-temporelle survolant sous forme de danse quantique les deux autres formes de dramaturgie existentielles) 

Ne soyez pas surpris, si je vous pose des questions indiscrètes… j’ai peu de filtres quand je veux connaître quelqu’un en profondeur… je vais espérer des réponses… à vous de voir ce que vous voudrez me révéler… Comme vous dites dans le court extrait… les gens ont besoin de sentir qu’on peut remonter le temps… c’est ce que nous ferons…

Ma vie fut tellement consacrée à la poésie de vivre:))))) Il me semble que si j’ai des secrets… il me reste bien peu de mémoires pour m’en souvenir:)))))) Mais bon, je me plierai de bonne grâces à vos questions ))))

Une petite question, en passant… est-ce que dans votre cahier de chanson vous avez la chanson : Évangéline, de Michel Conte ? Si nous allons chez David, – ce que nous ferons sûrement – durant votre séjour chez moi, vous gagneriez le cœur d’Évangéline, si vous la lui chantiez… ses parents la lui chante depuis qu’elle est toute petite… elle s’identifie beaucoup à cette chanson… elles sons rares les petites filles qui portent ce magnifique prénom… 

La chanson Évangéline tient une place centrale dans mon cahier de chansons… En juin 2015 j’écrivais ….

ÉVANGÉLINE

(1176) (16 JUIN 2015)

1176..  (ÉVANGÉLINE) SUFFIT D’UN RÉCIT POUR CHANGER UN PAYS

JULY 16, 2015   … Il manque au canada mosaïque du 21ème siècle, une romance de la beauté de celle d’Evangéline. Une romance fondatrice du pays oeuvre d’art marquant l’imaginaire canadien par l’épanouissement de la post-modernité à travers la nano-odyssée d’un vagabond céleste représente comme projet une tentative philosophico-politique à long terme pour y arriver. …. Un des grands mérites du brillantissime sociologue acadien Joseph-Yvon Thériault est d’avoir démontré trois fois plutôt qu’une ( Evangéline de Longfellow, fondatrice du melting pot américain, de l’ennoblissement permettant le droit au rêve américain des cadiens de la Louisiane, et de l’errance  d’une ethnicité  qui a du traverser l’errance fantomatique, puis l’errance axiologique inspirée par la traduction de Pamphile Lemay) pour atteindre enfin l’errance poétique (la diaspora du dernier congrès mondial acadien) qu’il suffit d’un récit en dialectique avec la culture orale, pour changer un pays. Mandela ne l’a-t-il pas démontré en fondant la nouvelle constitution de l’Afrique du sud sur deux mots: LA NATION ARC-EN-CIEL? … Dessiner un récit de fondation permet le basculement de l’institutionnalisme à l’homme vrai. Le canada mosaïque réussira l’écologie transculturelle de sa globalité culturelle en autant qu’une légende virale, rhizomique puisse la transpercer pour la propager vers l’avenir d’un mieux vivre ensemble, et cela d’un océan à l’autre. … Qu’un vieux monsieur, ayant donné tous ses biens, parcourt les 10 provinces du Canada à la recherche des grands rêveurs tout en ensemançant ses citoyens de quatre questions… Quel est ton rêve? Dans combien de jours? qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve? En quoi ton rêve prend-il soin de la beauté du monde? Voilà le fondement de la légende du vagabond céleste que le conteur international Simon Gauthier raconte depuis quelques années à travers la francophonie, et qu’une petite équipe de rêveurs équitables (Michel Woodart et Marlene Auld) documente et archive depuis plusieurs années. Un pays oeuvre d’art (le rêve de Frank Scott, francophile anglophone de montréal) deviendra possible par une masse critique de citoyens oeuvre d’art (voir le roman philosophique MONSIEUR 2.7 K, disponible gratuitement sur Internet.), tel est le pari, tel est l’enjeu. Et le pays oeuvre d’art naîtra d’abord au coeur d’une nation sans état, minoritaire géographiquement, majoritaire poétiquement). Comme il y a près de 2500 nations sans état à travers le monde, et 185 pays, la nation sans état acadienne me semble la plus lumineuse pour que le pays oeuvre d’art puisse y surgir, dans une première fondation éclatante. … Grâce aux travaux de ce phare exceptionnel de l’Acadie intellectuelle qu’est le sociologue Joseph Yvon Thériault, le projet de philosophie politique d’un vagabond-chercheur peut maintenant prendre sa dimension pan-canadienne comme pan-culturelle dans sa pluralité. Si le récit d’Evangéline a réussit trois fois l’impossible historiquement, il n’y a aucune raison pour que le vagabond céleste n’y arrive pas:))))), surtout s’il s’appuie passionnément sur l’imaginaire acadien issu du récit d’Evangeline. … Pierrot vagabond

(1612) (25 mars 2017)

(MICHEL CONCIERGE) MICHEL LE CONCIERGE, C’EST LE SCEAU DE LA SAGOUINE COMME L’AMOUR D’EVANGELINE POUR SA COMPAGNE DE COEUR… L’ARCHÉTYPE DE SON RÉCIT, FONDEMENT MÊME DU DOCTORAT, PEUT S’ANCRER HONORABLEMENT DANS LA PROBLÉMATIQUE DES RECHERCHES DU BRILLANTISSIME SOCIOLOGUE ACADIEN JOSEPH-YVON THERIAULT DE L’UQAM

MARCH 25, 2017

L’hypothèse épistémologique du doctorat de notre équipe de recherche multi-contextuelle (Auld, Woodard,Rochette) passera par la problématique de la NORME du politicologue Karim Benyeknhlef de l’université de Montréal et la sociologie du RÉCIT du sociologue Joseph Yvon Thériault. … Depuis 10 ans maintenant, nous filmons la création en équipe d’un RÉCIT ÉPIQUE d’une nano-citoyenneté planétaire en marche. Ce qui a donné un premier documentaire l’année dernière (LE PAYS OEUVRE D’ART?» et un second cette année ««TOUTTE» VA BIEN ALLER». … Lors de mon vagabondage de l’Acadie, j’ai pu m’ancrer à Caraket et connaître l’œuvre de Joseph-Yvon par son frère. … J’aimerais que le rêve de notre équipe (un vagabond céleste, une jardinière et un concierge) puisse être pour la planète un récit de la qualité de ce qu’est la sagouine d’Antonine Maillet et l’Évangeline de Longfellow pour les acadiens.LA NANOSOCIOPOLITIQUE ÉMERGE LENTEMENT MAIS SÛREMENT. à suivre…

—————— 

Cette nuit j’ai travaillé sur la notion d’abs-jet inter-stellaire comme pierre angulaire de l’abs-ontikathif du traité des abs

——–

Chère Claire,

Je n’en reviens pas de voir mon rêve de vie dessiner quotidiennement une joie de vivre reliée au pari que … de ne pas tricher avec son rêve permet à l’impossible de se manifester sous des événements qui semblent se produire sous des formes de synchron-vie-té …. comme si des objets de pensée qui prennent une forme de quasi-objets se transportaient dans des mondes parallèles avec toute leur puissance qwalienne….

Je repense à cette amie d’adolescence qui a écrit un roman et qui finalement se retrouve déçue de ce que la vie lui a réservé. De là la différence entre un rêve et un désir.

Un rêve de vie avec lequel on ne triche pas ne déçoit jamais… Je pense à Van Goh qui n,a vécu qu’une seule toile de son vivant. Quand on lit son journal ou les lettre à son frère.. on est frappé par la force de son r^^eve. par la force de sa marche vers son rêve… si cahoteuse fut-elle…

De là la notion d’abs-jet … Un abs-jet est un objet de pensée invisible pour les yeux mais auréolé d’éternité (d,abs-ternité) pour le k-oeur … qui semble traverser le temps comme si le temps n’existait pas… de là sa forme qwalienne et inter-stellaire… son pouvoir pour que l’impossible lui-même en signe la beauté du monde…

Dans le Vieux Montréal… Paul Gouin propriétaire du café St-Vincent  était un rêveur, un aristocrate du rêve d’une force poétique vraiment enveloppante. Paul connaissait le sens d’une chanson chantée sans effet autre que sa contemplation … ce qui faisait qu’on entendait le public en murmurer l’âme , surtout dans nos folklores traditionnels…

Comme j’arrivais du Japon et que je me retrouvais seul avec ma guitare… avec la poésie de l’expo 70 au pavillon du Canada à Osaka … J’ai réussi à vivre en poète à cause de Paul Gouin….

Vivre en poète en chantant avec une guitare dans un café d’un poète… me semble ce moment béni qui me permet encore aujourd’hui de marcher vers mon rêve avec le même enthousiasme que lorsque j’avais 20 ans:)))

Pierrot

bon réveil de créativité Claire

——–

L’importance d’une guitare et d’une plume dans nos rêves de vie

Cher Pierre,

Je me doutais bien que la jolie et expressive chanson Évangéline devait trôner en bonne place dans votre répertoire. Mais avant de la promettre à Évangéline, je voulais m’en assurer…

Ma vie fut tellement consacrée à la poésie de vivre:))))) Il me semble que si j’ai des secrets… il me reste bien peu de mémoires pour m’en souvenir:)))))) Mais bon, je me plierai de bonne grâces à vos questions. ))))

Ce ne sont pas vraiment de nouveaux secrets que je compte découvrir chez vous, je trouve que vous êtes suffisamment ouverts sur ce sujet… Ce que je souhaite, c’est aller chercher vos émotions, celles que vous éprouviez à chacune de ces étapes de votre vie… les sentiments qui vous portaient… vous entendre les exprimer… mais bon, nous verrons bien où me portera ma curiosité, aussi ma sensibilité, d’écrivaine…

Quand je relis nos échanges de courriel, je me félicite de ma modeste influence sur votre parcours de vie… Au tout début, quand je vous ai parlé d’écrire des chansons, aussi de votre guitare… vous m’aviez répondu que vous aviez écrit 100 chansons, et que votre guitare avait été abandonnée dans la forêt… sans espoir… Puis, porté sur les ailes de notre échange épistolaire, vous avez composé L’Écrivaine au k-oeur d’or… et comme je souhaitais un enregistrement, vous avez repris une guitare, me disant qu’après l’enregistrement, vous alliez la remettre à Michel. J’ai trouvé cela dommage… Puis il a été question de notre épopée de juin… que je voyais embellie par vos chansons… et voilà que vous avez refait votre cahier de chansons… qui vous ouvrira le cœur des gens que nous allons rencontrer… et aussi, le mien…

Vous savez, Pierre, je suis convaincue que votre guitare fait partie intégrante de votre rêve de vie, comme ma plume fait partie du mien…

Oui, je me félicite humblement de mon passage dans votre vie…

Bon vendredi !

Claire

——————-

chère Claire…

Je saisis mieux votre votre sensibilité décrivaine face à notre épopée du mois de juin… Je vous suggère donc le parcours suivant… bien sur…. ce n’est qu’une suggestion:)))))

—–

d’abord marcher le parc Jean Drapeau . pour que je puisse vous parler d’expo 67 et vous lire quelques extraits du 1000 pages concernant justement cette mémoire d’un moment ou j’ai eu le rêve d’un jour de me rendre à expo 70 à Osaka au Japon… 

Puis , une autre journe sans doute… marcher le quartier Cote des Neiges et passer par le collège jean de brébeuf pour que je vous raconte l’aventure des contretemps dans l’axe du rêve vécu à expo 67….

Puis une autre journée sans doute… marcher le Vieux Montréal et retrouver cet émerveillement poétique par le café St-Vincent au retour du Japon….

l’objectif… théoriser les qwalias à travers la notion d’abs-jet inter-stellaires ….

———— 

——————— 

Bien sur que j’aurai ma guitare à la main et mon cahier de chansons dans le sac à dos… Car il y a des chansons qui, comme l’artéfact du canot du gars qui avait gagné une course pour le revendre au 2ieme pour ensuite construire un canot par son propre canot… je recherche à reconstituer par les qwalias le patrimoine immatériel de tout rêve de vie … à travers une méditation sur la mienne …dans sa dynamique  créatrice abs-xistentielle de toute vie personnelle oeuvre d’art…. et cela pour que chaque personne humaine dont la vie constitue 3 couplets sous forme de chanson d’un rêve qu’elle porte en elle depuis sa naissance… puisse bénéficier de paramètres en pensée pure pour mieux s’articuler au travers les ontiques de son quotidien:)))

—— 

tiré d’un audio … en préparation du 45 minutes confidences sur l’art de s’ouvrir une fenêtre sur le bonheur:)))

Mon cahier est sur la scène … J’ai x chansons dedans… et je dis…chaque personne humaine a trois couplets dans sa vie … Le ier qui est celui de son enfance… le 2ieme qui est celui de nos échecs … et le 3ieme ok… qu’est-ce que j’ai besoin de réaliser? C’est quoi la fin de ma chanson? PARCE QUE CHAQUE VIE EST UNE CHANSON .. (20.21)

25 : alors j’ai dans mon cahier… que j’ai eu aux Pierrots … qu’est-ce qu’on avait de beau aux deux pierrots? C’est que, on avait été élevé nous autres avec un cahier de chansons. … au café St-Vincent … quand je suis revenu du japon, en 72 … et la nuit, je refaisais mon cahier de chansons … comme je suis philosophe, je n’avais pas encore théorisé ce que je vivais aujourd’hui . et quand y arrivait des gens devant moi … des fois, ils me demandaient une chanson … et souvent la chanson représentait le 3ieme couplet qu’ils cherchaient à mettre dans leur vie. (20.53)

26 : La chanson que je leur chantais… c’était une sorte D’ÉVEIL À LEUR PROPRE RÊVE. Et je me demandais pourquoi telle chanson … je donne un exemple … J’ai dans mon cahier de chansons … une chanson de Laurence Lepage … qui a l’air de rien … MON VIEUX FRANÇOIS … mon vieux François, partout à travers le Québec … on chantait ça … aujourd’hui, je comprends pourquoi. On ne l’entendais jamais à la radio … mais je comprends pourquoi. (21.30)

27 : Mon vieux François … c’est l’histoire d’un gars … qui vient d’un village… et qui parce qu’il est obligé de faire ses études, y s’en va en ville. … Il se rend compte que son rêve c’est pas en ville … c’est dans son village  … Puis il le dit dans sa chanson… mon vieux François, la ville c’est pas pour moé … retournons dans notre île… emmène-moi avec toi … (21.48)

28 : et nous aux deux Pierrots… on avait des gens qui venaient de partout à travers le Québec … des Madelinots, des gens de la Gaspésie  … des gens qui ne savaient pas ou aller pour se retrouver comme chez eux. Et y avait un seul endroit à Montréal ou leur chez eux, leur avenir de leurs familles était là, c’était aux deux Pierrots… alors quand on faisait cette chanson-là… c’était comme si on leur chantait, comme si on leur disait… N’OUBLIES PAS TON RÊVE? (22.06)

29 : N’oublie pas que ton rêve c’est dans ta communauté, c’est dans ta famille, c’est avec ta mère …. pour plusieurs c’était ça … que t’es un étranger en attendant , puis que ta mère s’ennuie de toi. Alors … automatiquement quand on chantait… l’homme est parti pour voyager… la femme est seule seule, seule ,,, de Vigneault… j’avais vraiment… la désolance d’une chanson à l’autre … faisait en sorte qu’une certaine partie du public, voyait se dessiner la possibilité de leur troisième couplet personnel d’une chanson. (22.37(

30 : Mais y en avait de tous les genres…. y en avait d’autres par contre … c’était pas ça leur vie… Leur vie c’était une carrière internationale… alors quand on chantait la quête de Jacques Brel … une impossible étoile … quelle étaient les particularits de ces gens-là … ils arrivaient de bonne heure … y avait peu de monde puis y nous demandait leur chanson … ou tard le soir … moi c’était ma spécialité de m’occuper de ces gens-là … (23.01)

31 : alors, quand je suis devenu vagabond … sur ma route… et puis que j’ai écrit des chansons racontant le 3ieme couplet … mes trois couplets des gens … alors moi j’en ai une qui s’appelle ma chanson des allumettes .. qui est une histoire en trois couplets …. et là, avant d’embarquer sur la scène pour vous faire une chanson …pourquoi est-ce que je vais vous la faire? Parce que mon objectif est que vous vous disiez … (23.31)

32 : Ma vie est faite de trois couplets … Le ier je ne l’ai pas choisi … Y est peut-être pas à mon goût … Le 2ieme, j’ai fait mon possible. … MAIS C’EST PAS VRAI QUE JE VAIS RATER MON 3IEME COUPLET…. Parce que Pierrot… y a une affaire qu’il m’a emmené … qui est une question universelle … quel est ton rêve? C’est selon ma liberté … et les 3 autres questions vont embarquer…Dans combien de jours? Qu,as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve? Et comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde? (24.00)

34 : Alors … Je vais embarquer sur la scène pour faire une chanson probablement … avant la fin… mon idée c’est de dire… après avoir expliqué ça … pis après ça je vais parl de la chanson du camionneur … Je vais finir avec mon 45 minutes… comment la chanson du camionneur a été L’EXPRESSION DU 3IEME COUPLET D’UN CAMIONNEUR … puis je vais finir avec ça … c’,était ça mon idée… ok? (25.24)

35 ce que j,ai découvert, c’est que l’art… j’ai vu e 45 minutes dessiné à la perfection … et je viens de t’exprimer tout mon 45 minutes… et là je vais raconter ma chanson des allumettes… et là je vais être sur la scène… je vais faire comme quand j’étais … aux Pierrots… quand j’étais aux Pierrots… c’était moi ça (26.05)

36 : et pourquoi les Pierrots, les deux pierrots c’était important? D’abord, ça a été fondé en 1974 … ça a duré 47 ans … ça a accueilli des millions de personnes à travers le monde … Chaque personne qui rentrait dans la porte … chaque personne portait 3 couplets de sa chanson de vie… Elle rentrait avec son ier couplet… c’était LES BLESSURES AUTOUR DE SON K-OEUR …. le deuxième couplet… C’ÉTAIT TOUT CE QU’ELLE AVAIT FAIT POUR DEVENIR SOCIALEMENT TOUT CE QU’ELLE ÉTAIT… (médecin, écolier, policier, amoureux…etc) … mais ces millions de personnes là rentraient aux deux pierrots parce qu’ils venaient chercher DE L’INSPIRATION POUR LEUR 3IEME COUPLET . Nous autres notre job c’était de leur ouvrir leur 3ième couplet par nos chansons . POUR LES AMENER À SE POSER LA QUESTION…. QUEL EST TON RÊVE?… (26.48)

——–

le fameux 2ieme couplet de la chanson d’une vie humaine… l’énigmatique rapport entre les désirs et le rêve de vie

Chère Claire…. 

une des choses qui me plaît le plus dans ce que nous allons vivre e juin … c’est l’énigmatique rapport entre les désirs et le rêve de vie… Le monde des désirs ressemble au monde des paquets de cigarettes.. Aussitôt une de fumée, aussitôt ue autre d’allumée et il faut réacheter sans cesse un paquet de désirs pour combler le vide laissé par la fumée de la vie qui seble nous mener nulle part. C’est en ce sens là à mon avis que l’homme se perçoit dans le 2iee couplet de la chanson de sa vie…. Même les réussites les plus éclatantes ont l’odeur d’ue cigarette…

Mais dès que la question  ….quel est ton rêve? … surgit à son esprit …. soudain une convocation au monde du rêve semble provoquer une marche, une épopée ou même les désirs les plus fous, échoués ou réalisés, deviennent soudain des artéfacts qui se solidifient dans une mémoire en perte de brillance pour faire place à de mystrieux débris de la mémoire du k-oeur .. peu nombreux… mais aussi lumineux que le sont le chant des grillons à chaque fin de l’été… Le rêve de vie est toujours lle même depuis l’enfance les débris de la mémoire du k-oeur sont là pour nous le rappeler… Mais on reconnaît une marche vers son rêve par la diminution des désirs et par l,augmentation des sacrifices que nous sommes heureux de faire pour y arriver… De là pour moi l’importance de certains lieux … comme le paerc Jean Drapeau … le college Jean de Brbeuf… le vieux montréal, Val David, la Tuque… ou notre rêve de vie… a laissé des qwalias ….des parfums de liberté onériques … qui… si on  est bien attentifs… sont comme le chant des grillons au mois d’août… Il y a là-dedans comme une musique de ce que j’appelle l’abs-xistence ou encore les abs-jets de l’inter-stellaire…. 

Voyez-vous Claire… Comme Descartes, ma propre vie ne m’intéresse pas sauf si elle me permet d’y trouver des lois du traité des abs qui pourraient aider à soulager la condition humaine sur terre  par la vie personnelle oeuvre d’art, le pays oeuvre d’art, la nani-citoyenneté-plantaire… pour que tous et surtout les enfants aient au moins une chance de serrer la main à l’impossible…

—— 

 

Je vous reviens ce soir:)))) Votre salon du livre approche… quelle belle consécration à votre rêve de vie et quelle chance vous avez de donner de l’espérance en personne à vos lectrices et lecteurs

Pierrot

————–

her Pierre,

Je savoure ce merveilleux printemps… J’ai mis la climatisation en fonction, pour maintenir l’intérieur au frais, mais je suis presque toujours dehors à jouir de cette si belle température.

Je suis une bonne marcheuse… si ça ne change pas d’ici juin, je devrais vous suivre sans peine dans vos pérégrinations à travers Montréal. Comme je trouve qu’il fait trop chaud pour aller marcher à l’extérieur, et que je ne peux pas profiter de la fraîcheur du matin, je me suis remise à mon tapis roulant… ça me tient en forme. Je vais avoir besoin de tenir la forme également pour mes 6 jours en Abitibi. Je l’avoue, j’ai bien hâte de me retrouver parmi mes lecteurs… et de discuter avec eux. Parmi les gens qui vont venir assister à mes entrevues/causeries, j’ai des cousines, aussi, de vieilles connaissances… même des anciennes gardiennes de mes enfants qui ont promis de passer faire un brin de jasette… La personne à qui j’ai confié mon site Wikipédia doit aussi passer me saluer… il fait du bon travail.

Pour ce qui est de ma création, je suis dans les temps… je devrais terminer en début de semaine. Quand j’écris, je le fais un chapitre à la fois. Alors quand j’ai terminé, je revois attentivement chaque chapitre, en les assemblant les uns aux autres. Puis je dois trouver ma dédicace, ma citation. Remplir la fiche de l’auteur… qui est en partie complète depuis le temps que je suis chez Druide. Ce qui demande de la concentration, ce sont les résumés, qui serviront aux délégués commerciaux, et aussi, à fabriquer le texte du C4, et je dois aussi écire un texte promotionnel : 1 résumé de 250 mots, 1 résumé de 150 mots, et le texte promotionnelle qui doit comprendre seulement 50 mots… pas facile de résumer 100,000 mots en 50… et le rende accrochant pour les médias… mais j’adore ça aussi… Comme vous voyez, derrière la passion, il y a un brin de travail quand arrive la finalité…

Bonne fin de journée.

——————–

 

Chère Claire,

Quelle fierté légitime doit vous habiter en ces derniers jours du mois de mai… Votre manuscrit presque terminé, un salon du livre ou votre plume va pouvoir faire du bien en présentiel . …  Vraiment…. votre rêve par votre plume fait beaucoup de bien à tellement de gens …… J’espère pouvoir en faire autant avec ma guitare et mes chansons :))))

Vous aviez vu juste dès le début…. ma plume à moi reste encore ce que je connais le mieux… et j’espère bien en faire la marque de mes 45 minutes confidences, qu’importe le contexte… que ce soit dans un rendez-vous des rêveurs équitables, une tournée des maisons des ainés. le milieu du conte ou celui du corporatif… Je sens que je suis en train de sculpter mon style….et mon rêve de vie m’ouvre de nouveaux horizons grâce en partculier à votre présence bienveillante dans ma vie de chercheur:))) Je vous en suis infiniment reocnnaissant.

————

 

Chère Claire,

Je vois maintenant plus liucidement mon arrivée à Sherbrooke… j’irai sur différentes tribunes avec ma guitare, mes chansons et ma vision philosophique de l”humanité oeuvre d’art … et je compte bien bénévolement prendre la parole autant dans différentes circonstances à l’université de Sherbrooke que dans différentes associations qui voudront bien m’accueillir….  Je me sens maintenant la force historique pour ensemencer de mon rêve une vision poétique de l’avenir:)))) On dirait que toutes ces années consacrées à la pensée théorique et métaphysique m’ont donné la force inspirée  de franchir l’impossible:))))) Une autre étape de mes différents vagabondages de la beauté du monde semble dorénavant me convoquer:))))

merci d’être dans ma vie

Pierrot :)))))

—————-

Cher Pierre,

Ce que vous m’écrivez dans ce courriel, et dans celui d’hier, me réchauffe le cœur… ça me fait plaisir de voir votre ouverture à entrer de plain-pied dans une autre étape de votre vie, votre 3ème couplet, si bien préparé par les deux précédents. Si ma présence dans votre vie y a été pour quelque chose, vous m’en voyez très heureuse.

Je sens que nous aurons de très belles… et fructueuses conversations, lors de votre passage chez moi, et aussi au cours de nos merveilleuses balades. Ce matin, je jetais un œil à notre itinéraire de voyage vers Shawinigan, Saint-Raymond, La Tuque et Saint-Élie… je crois que même s’il pleut à verse, nous y serons très heureux… Mis à part Saint-Raymond, ce sont tous des endroits que je n’ai jamais visités… vous serez mon guide…

Hier, après qu’Évangéline eut terminé son entrevue sur le métier d’écrivaine, je lui ai dit que vous aviez pratiqué sa chanson, pour la lui interpréter, quand nous viendrons souper chez elle. Elle a été ravie. Avec Laurence, j’ai réservé la date du 26 juin, pour aller les voir à la maison. Il vaut mieux se prévenir, pendant les vacances, tout le monde court à droite et à gauche…

Je me prépare à une entrevue, à 13h15, à la radio locale d’Amos, où je serai de passage les 24 et 25 mai, avant de me rendre à Ville-Marie pour le Salon du livre. Dernière semaine complète avant mon envolée vers l’Abitibi… j’ai hâte ! C’est merveilleux, ces étapes que l’on anticipe… et qui tout-à-coup se réalisent…

Je vous souhaite une belle journée.

Claire

——————-

 

her Pierre,

Ce que vous m’écrivez dans ce courriel, et dans celui d’hier, me réchauffe le cœur… ça me fait plaisir de voir votre ouverture à entrer de plain-pied dans une autre étape de votre vie, votre 3ème couplet, si bien préparé par les deux précédents. Si ma présence dans votre vie y a été pour quelque chose, vous m’en voyez très heureuse.

Chère Claire

Que les années de mes 2 iers couplets de vie ont été riches en péripétie, en abnégation, en recherche intellectuelle et en prises de risque cumulatives…. 

Mais on dirait que soudain …. suite à nos 9 mois d’échanges épistolaires et à mon dénénagement à Sherbrooke…. soudain… mon rêve de vie que je pourrais définir comme le prix Nobel de la paix pour notre équipe de recherche les rêveurs équitables par l’invention de la nano-citoyenneté-planétaire sur terre…. m’ouvre des Orizons …que je n’aurais même pas pu imaginer il y a un an.

Le fait de reprendre ma guitare, d’avpir à nouveau un cahier de chansons, d’avoir bossé si fort sur mes 45 minutes confidences pour David… on dirait que soudain… tout se cristallise … Je suis prêt …. 

Gaelle est en train de donner des ailes à son rêve… wowwww…. il lui reste un semestre de propédeutique en septembre… puis en janvier… elle sera en mode doctoral avec le droit d’appliquer à des bourses prestigieuses… tout en ayant le droit de gagner sa vie soit comme chargée de cours en recherche création ou en sociologie à l’université, soit en effectuant différents contrats de corrections ou autres…. Je croise des doigts pour que ma bonne étoile contribue à son succès:)) Dans ma phlosophie à moi… un rêve s’illumine que parce qu’il a d’abord pris soin du rêve de l’autre:)))

Et moi, je me vois comme Margaret Sangers vagabonder différentes estrades pour parler de mon rêve… la nano-citoyeneté-plantaire comme Madame Sangers a parlé de son rêve… une pilule anti-conceptionnelle pour les femmes… et je reste convaincu qu’un jour quelqu’un comme c’est arrivé pour elle me dira… j’aime ton rêve… comment ça coûte?

l’expérience du cercle des rêveurs équitables entre les innus et les non innus  au festival de Johanne àà Sept-iles par la mise en programme de la question quel est ton rêve? … devrait aussi constituer un documentaire des plus inspirants. Le fait que Maelene vienne filmer et que Michel soit complice… ne peut que renforcer chez moi l’essentiel… soit que tous ceux et celles qui ont cru en moi en ressortent gagnants-gagnants:)))

Tout comme d’ailleurs cette petite tournée que je compte faire dans les maisons pour ainés ou encore par un projet subvantionné par le conseil des arts du Canada… faire le tour des écoles avec un rendez-vous des rêveurs équitables… Comme vous voyez Claire…. je suis un homme comblé par les différentes branches bien feuillues de mon rêve de vie:))))

enfin… à suivre:)))))

Je sens que nous aurons de très belles… et fructueuses conversations, lors de votre passage chez moi, et aussi au cours de nos merveilleuses balades. Ce matin, je jetais un œil à notre itinéraire de voyage vers Shawinigan, Saint-Raymond, La Tuque et Saint-Élie… je crois que même s’il pleut à verse, nous y serons très heureux… Mis à part Saint-Raymond, ce sont tous des endroits que je n’ai jamais visités… vous serez mon guide…

Claire ce sera vraiment merveilleux car vous êtes cette oreille unique avec laquelle j’ai toujours espéré dialoguer:)))))

Hier, après qu’Évangéline eut terminé son entrevue sur le métier d’écrivaine, je lui ai dit que vous aviez pratiqué sa chanson, pour la lui interpréter, quand nous viendrons souper chez elle. Elle a été ravie. Avec Laurence, j’ai réservé la date du 26 juin, pour aller les voir à la maison. Il vaut mieux se prévenir, pendant les vacances, tout le monde court à droite et à gauche…

Quelle bonne idée… quel plaisir d’offrir un e chanson à chaque membre de votre famille… tout en délicatesse et en doigté ….wowwwwww…. bravo… vous êtes une excellente coordonnatrice de poésie dans l’art de vivre pour faire du bien à celles et ceux qu’on aime….

Je me prépare à une entrevue, à 13h15, à la radio locale d’Amos, où je serai de passage les 24 et 25 mai, avant de me rendre à Ville-Marie pour le Salon du livre. Dernière semaine complète avant mon envolée vers l’Abitibi… j’ai hâte ! C’est merveilleux, ces étapes que l’on anticipe… et qui tout-à-coup se réalisent…

wwwwwwwwww … dégustez chaque moment …. c’est vraiment une belle façon de redonner aux autres ce que votre rêve vous a permis de sculpter dans l’abandon bien discipliné à la joie de vos dons:))))

Bonne suite à votre journée Claire:)))

Je vous souhaite une belle journée.

Claire

——-

pendant que vous vous préparez pour votre salon du livre, ici nous sommes dans la joie de faire les boîtes:)))

———————–

chère Claire

Quand tous les jours on est aspiré par la droiture de son rêve … chaque action si petite soit-elle devient un moment  de méditation sur la valeur d’un rêve dans une vie humaine… En tout cas, c’est comme cela que personnellement je vis cela )))) Surtout en ce moment ou je fais des boîtes:)))

Vous venez de terminer votre dernier manuscrit… wowww…. Je ne sais trop dans quel esprit vous allez déguster ce voyage en Abitibi, ce salon du livre de l’écrivaine au k-oeur d’or… mais qand même… quel merveilleux parfum d’un rêve quand soudain la réalité elle-même se fait tapis rouge pour notre rêve de vie:)))

Je ne me suis jamais senti aussi équilibré que de ce temps-ci …. Bien enveloppant pour mes amitiés oeuvre d’art … bien au service d’un rêve plus grand que le mien qu’est celui de ma grande G… 

j’avance sur tous les plans pour qu’une fois rendu à Sherbrooke je puisse enfin m’exprimer publiquement sur ce qui me tient le plus à coeur… L’invention de la nano-citoyenneté-planétaire … pour que la personne ordinaire partout sur terre aie une voix universelle…. pour dialoguer avec les états qui s,asservissent les uns les autres au nom d’intérêts personnels cachés.

Les 193 Etats ont l’O.N.U  oui … bien sûr ……. mais la personne humaine dans ses droits d’une vie oeuvre d’art hors des intérêts des États…. comment peut-etre faire en sorte que ses droits les plus fondamentaux passent avant le droit des États de se faire la guerre?

———-

J’aime bien ce 3ieme couplet de vie qui s’annonce dans mon pari poétique de la beauté du monde pour toutes et tous..

Comme le dialogue en présentiel va être confortable au mois de juin:)))

Pierrot

————–

Cher Pierre,

Votre présence dans ma vie m’apporte aussi un sentiment de plénitude, que je n’avais pas connu depuis très longtemps… savoir que l’on compte pour quelqu’un… une personne qui se plaît à nous lire, à nous découvrir, à se réjouir de nos joies… c’est un cadeau inestimable ! Comme dans l’Essentiel, d’Aznavour… avoir le sentiment que notre prénom est devenu un mot gentil… recevoir autant qu’on aimerait donner… voir la joie de l’autre et en être rassuré… mériter sa confiance et devenir meilleur… autant de petits riens entre nous qui font de notre amitié une véritable œuvre d’art…

J’ai encore beaucoup de travail sur mon manuscrit, mais l’intrigue est complète, il ne me reste qu’à le peaufiner… ce qui est moins exigeant mentalement.

J’anticipe avec une joie profonde mon passage en Abitibi. Ce matin, j’ai reçu mon plan de visite, de Denise Vallée, la personne qui va m’accompagner, de mon arrivée à l’aéroport de Rouyn, jusqu’à mon chalet du domaine Temikami, à Ville-marie, deux jours plus tard. Je lui ai répondu que je serais très disponible… j’adore parler littérature !

Ça bouge aussi de votre côté, avec ce déménagement en perspective… Faire des boîtes, ça ne m’est pas arrivé souvent dans ma vie. Après 5 ans de mariage, à vivre dans un loyer, je suis déménagée à Authier, où j’ai vécu 18 ans… comme je vous l’ai écrit, je n’ai pas fait beaucoup de boîtes en partant… tout tenait dans la petite Honda d’Isabelle. Je suis demeurée une année et demie, en loyer à Montréal… pas le temps d’accumuler beaucoup de bagage… et le 24 juin prochain, ça fera 29 ans que j’habite sur la rue Marc-Aurèle-Fortin… un grand artiste que j’ai vu quitter ce monde… et j’espère de tout cœur y vivre encore plusieurs années…

Bonne continuité dans vos préparatifs… à tout point de vue.

Claire

——————–

faire des boîtes m’a plongé dans une très grande paix spirituelle Claire

Chère Claire …. remplir des boîtes pour le déménagement m’a plongé dans une très grande paix spirituelle …. Une amplitude de reconnaissance envers la vie qui me réjouit et dont j’espère qu’elle ensoleillera tout notre chuchotement dialoguant durantle mois de juin…. 

J’ai dis à Gaelle… concentre-toi sur ta formation Québec Mexique… je m’occupe des boîtes… on dirait que mon futur danse d’une boîte à l’autre:))))

Chère Claire,

j’ai le privilège d’être un milliardaire du k-oeur …. aujourd’hui je faisais des boîtes…. 12 boîtes qui contiennent la mooitié des livres de Gaelle… Je réalisais à quel point j’avais vagabondé la connaissance dans ma vie… 4 universités qui m’ont donné tellement de joie de vivre…. Mc gill fut la plus lumineuse ….

J’aime vivre les choses intérieurement avec poésie et lenteur. Je suis allé à la régie des alcools chercher 4 boîtes à la fois … aller retour… à pied.. cela prend au moins 45 minutes…. Et j’étais un homme heureux, apaisé spirituellement.

Je réalisais à quel point la mystique du rêve de l’autre prend une dimension abs-existentielle. Jai le privilège de ne rien posséder autre que ma soif inassouvie du bien commun par un doctorat. et quand je demande, c’est toujours pour le rêve de l’autre. L’humanité oeuvre d’art se blottit dans chaque personne humaine qu’importe sa race, sa langue, sa couleur, sa religion. Et dès qu’on prend soij du rêve d’une autre personne sans intérêt personnel caché… Son propre rêve, si petit soit-il devient àa la hauteur de la condition humaine dans ses espérances les plus ipossibles.

Quand nous allons déménager à Sherbrooke… ce que je possède personnellement tient dans un sac à dos. 2 paires de jeans, 4 paires de bas, 3 chemises, un portable prêté par Michel, une guitare prêtée par Michel, un cahier de chansons. C’est tout… oups j’ai oublié une paire de sandales et 2 claques dont une est percée:)))

Je vagabonde la beauté du monde légèrement, sans jamais rien rechercher pour moi-même… Mais le jour ou Gaelle réussira son doctorat….j’espère avoir encore cette jeunesse intérieure pour pouvoir repartir vasgabonder la de village en village pour ensemencer le pays par une question… Quel est ton rêve?

Pierrot

Je me sens tellement heureux de raconter tout cela, discrètement à une oreille élue.:)))))

—————

Cher Pierre,

Je découvre que ce ne seront pas vos valises qui vont encombrer la voiture lors de notre balade au cœur de vos souvenirs… Nous ferons une place d’honneur à votre guitare…

Je me sens aussi milliardaire de tendresse et d’amour… ces sentiments sont plus importants pour moi que toutes les fortunes de ce monde. Bien sûr, je ne renie pas mon confort, la vie a fait que je peux m’en permettre un brin. J’ai aussi connu des jours difficiles… mais j’ai fait confiance à la vie… tout en lui donnant un p’tit coup de main. Les premières années après mon divorce, quand David est venu me rejoindre, qu’il était encore aux études, et que j’étais seule pour tout payer… j’ai fait beaucoup de temps supplémentaire, à l’hôpital de Saint-Eustache… jusqu’à ce qu’un accident vienne mettre un terme à ma profession d’infirmière… Au moment où je craignais de manquer de sous, David a lancé son entreprise, et il m’a engagé… le juste retour de l’amour…

Oui, je fais confiance à la vie… mais un brin plus craintive que vous… Aujourd’hui, je n’ai plus d’inquiétude financière… Là où je fais confiance à la vie, c’est de me maintenir en excellente santé… et de nouveau, je lui donne un p’tit coup de main… en faisant très attention à moi… Si j’ai bien compris, vous ne buvez pas d’alcool… j’en consomme très peu également, à de rares occasions, et quand je conduis, c’est tolérance zéro… même si je dois prendre le volant seulement dix ou douze heures plus tard… en fait, disons que l’alcool ne fait pas partie des plaisirs indispensables à mon bonheur… le café, oui ! Mais un seul, le matin… que je savoure ! Ni aucune drogue, pas même celle devenue légale… Pour certain je peux avoir l’air d’avoir une vie plate… c’est qu’ils ne connaissent pas la véritable liberté…

Je me prépare à mon voyage en Abitibi… Mon roman est pour ainsi dire terminé… Ma vie coule de source… comme vous, je suis une femme heureuse, apaisée de n’avoir plus à livrer quelque bataille que ce soit… je fuis devant les conflits… ma vie est trop belle pour risquer de l’assombrir…

Mon oreille vous est acquise… bonne fin de journée,

Claire

————–

Chère Claire

Quand je vais chez mon ami Arnaud… c’est pour enregistrer des audios de mes avancées conceptuelles… et aujourd’hui, ce fut particulièrement festif car je peux enfin définir programmatiquement la nano-citoyennet-planétaire

Qu’est-ce que la nano-citoyenneté-planétaire? … C’est le passage de la vie personnelle oeuvre d’art au pays oeuvre d’art, du pays oeuvre d’art à l’humanité oeuvre d’art par la question … quel est ton rêve? 

Et là, nous avons pu enregistrer un premier audio… ou j’ai déployé mon argumentaire vulgarisé … J’étais vraiment content ….  Cela fait des années que je travaille ce thème:))))) quand Gaelle m’aura sculpté un dropbox… je pourrai recevoir cet audio… comme les audios que nous ferons ensemble en juin d’ailleurs:)))

—–

Puis après… pour me reposer un peu… je lui ai refait sans l’enregistrer cette fois-ci mon ier 45 minutes confidences intitulé…. croire à l’impossible… wowwww …tout est bien cimenté et respire une improvisation bien orchestrée…. une vraie joie de l’oralité… Il ne manque que le public:)) Puis je lui ai chanté une de mes chansons reliée au thème de la nano-citoyenneté-planétaire..de retour dans la préparation du déménagement….

bon p.m.

Pierrot

——–

Bonjour Pierre,

Ce matin, après quelques heures de peaufinage sur mon manuscrit, je suis allée chez Nissan. Depuis un bon moment, le dessous de ma voiture faisait un petit bruit… qui m’intriguait, et me dérangeait. Comme l’écrivaine au cœur d’or n’a rien d’une mécanicienne, et qu’elle prend comme acquis que le vagabond céleste ne l’est pas davantage, elle a décidé de régler ce petit problème avant de partir sur la route…  Je n’ai que 35,000 km au compteur, mais comme je n’ai pas beaucoup roulé au cours des deux dernières années, je voulais m’assurer que tout baignait dans l’huile… Après l’inspection, on m’a remis par écrit la vérification complète de mon véhicule… tout était parfait, sauf une petite languette de caoutchouc qui s’était détachée et pendant en dessous de l’auto… c’est ce qui produisait le petit bruit désagréable. Nous allons donc pouvoir partir sur la route en toute tranquillité…

Demain, c’est moi que je vais amener au garage… les cheveux, les ongles, un bon massage aussi… il faut que je sois à la hauteur de ma chanson… mais surtout, en forme pour ma semaine avec mon lectorat…

Et samedi, Daniel et Joanne, mes premiers lecteurs, qui viendront me retrouver en Abitibi, viennent souper… pour parler de mon manuscrit, aussi, pour passer un bon moment ensemble. Ce frère, de 9 ans plus jeune que moi, et celui avec qui je m’entends le mieux parmi ma fratrie. Il habite Les Cèdres, tout près de vos amie Marlène et Michel.

C’est fou comme votre venue chez moi se rapproche… j’ai très hâte à cette étape… chaleureuse et très relaxe… j’en suis convaincue. Bon, voilà pour ma petite histoire… mon chat me fait savoir que c’est le temps d’aller préparer à souper.

Bonne soirée, cher Pierre,

Claire

——-

être habité essentiellement pa rle bien commun plantaire donne à toute amitié oeuvre d’art son murmure abs-xistentiel par une lenteur poétique consacrée à ce qui est sacré dans la vie …..la joie d’être unique pour une autre personne unique

——–

Cher Pierre,

Pour vous et moi, le mois de juin s’annonce magique !

Chère Claire

Voilà qui est tout à fait juste… Le troisième couplet de ma vie vient me visiter dans toute sa pertinence métaphysique… au sens ou soudainement… vaganonder le k-oeur de l’autre par des 45 minutes confidences autant que par des cercles de rêveurs équitables …. et ce vagabondage …. redevient pour moi, à cause de ma guitare et de mon cahier de chansons comme une logique du k-oeur de la condition humaine que je n’aurais pas cru aussi simple à explorer …avant de vous rencontrer…

Comme je n’ai jamais rien désiré pour moi dans la vie… même le prix Nobel que j’ai voulu pour notre équipe des rêveurs équitables au nom des enfants qui se meurent de faim ou de blessures de guerre, je me sens honoré d’entrer en présentiel avec cette partie de vous-mêmes que vos romans a si bien mis au service de votre lectorat…

Je suis contente que vous me disiez que vous appréciez un verre de vin, à l’occasion… Comme ça, quand vous viendrez chez moi, au début juin, pour célébrer la note de Gaëlle… aussi pour rompre la glace, en présentiel, entre nous… également la fin de l’écriture de mon 12ème roman… de même que les avancés dans votre œuvre… nous ferons sauter le bouchon d’une bouteille de bulles ! Comme je disais à mon frère Daniel, au Salon du livre de Québec : des bulles ce n’est pas de l’alcool… c’est léger, ça donne des ailes au bonheur !

Il y a de ces rituels Claire qui soudain deviennent des phares ou une chandelle illumine un rêve… et je considère qu’un verre de vin, qu’un verre de bulle dans ces moments-là deviennent des joies chandellières parce que bien enveloppées dans un rêve de vie  toujours en marche …. Oui… Nous aurons de quoi fêter….

Parlant de café, je fais de l’excellent Latté, avec beaucoup de mousse… c’est ma petite gâterie, tous les matins, avant de monter écrire… il arrive que je me couche en pensant à mon café du lendemain, ça m’aide à m’endormir… je vais peut-être vous amener à changer vos habitudes… du moins, le temps de votre passage chez moi… Parlant de s’endormir, quand nous coucherons à l’hôtel, je vais vous faire essayer ma Helight Sleep, c’est un appareil d’aide au sommeil émettant une longueur d’onde pure à 630 nanomètres et inspiré par les travaux de la NASA… le prix Nobel de médecine 2017 sur le cycle circadien… Tiens, plutôt que de vous l’écrire, je vous joins l’image explicative… Habituellement, je n’ai pas de difficultés à m’endormir… ailleurs, parfois un peu…  je trouve que c’est une lumière très douce… Aussi, il m’arrive de l’allumer quand je me lève la nuit, et que je veux vite me rendormir… 

Comme mes habitudes de vie me semblent trèssss flexibles….  Il est certain que je vais apprécier ce qui dans votre vie vous rend si conviviale avec votre rêve…. Parce que j’ai travaillé en duo toute ma vie sur scène… j’ai toujours mis l’autre en priorité …. de là l’excellence de mes relations au quotidien avec mes partenaires de travail.

Nous serons à La Tuque les 20, 21, 22 et 23 juin… j’imagine qu’être dans votre patelin, la veille de la St-Jean, sera un moment agréable pour vous. Depuis l’article vous concernant, je me suis abonnée à L’Écho de La Tuque sur Facebook. Je viens de tomber par hasard sur l’annonce d’une festivité : La Journée nationale des peuples autochtones sera soulignée de 21 juin, au parc du lac Saint-Louis, avec des spectacles et des feux d’artifice. Je suis convaincue que vous ne voudrez pas que nous manquions ça…  

wowwwww… Je suis convaincu que le cercle des rêveurs équitables par la question quel est ton rêve… permet de franchir la ligne de couleur, comme d’ailleurs la plupart des lignes de préjugés… Ça c’est vraiment un cadeau de la vie… cette journée nationale des autochtones . moi qui cherchais un moyen d’entrer en contact avec quelques leaders … wowwww… vraiment claire.. vous savez orchestrer l’impossible …. et j’apprécie infiniment:))))

Oui, juin sera magique !

Bonne fin de journée ensoleillée !

Claire

———-

Bon matin Claire

je retourne me coucher

avant d’enclencher ma journée consacrée

à mes boîtes pendant que gaelle poursuit sa formationà

numérique québec mexique:)))

—————

Cher Pierre,

Je me doutais bien que cette célébration autochtone allait vous interpeller… veiller sur le rêve de quelqu’un, c’est anticiper ce qui peut lui faire plaisir, et surtout, l’aider dans la poursuite de son rêve… c’est ce que je fais, le plus naturellement du monde. Je pense que si vous faites savoir à des personnes impliquées dans l’organisation de cette célébration, que vous êtes de passage dans votre ville, à cette date, il est bien possible qu’on sollicite votre présence…

J’attends mon frère Daniel et sa compagne pour souper…ils sont mes premiers lecteurs, nous aurons beaucoup à discuter. Aussi, ils veulent apporter des caisses de mes livres en Abitibi… Lors de deux derniers Salons, à La Sarre et à Amos, nous en avions manqué…

Je vous souhaite une belle fin de journée.

Claire

——————

hère Claire

Comme la vie parfois nous fait des clins d’oeil:)))) Les deux autres camarades de cours de Gaelle ont obtenu leur ier A universitaire… Gaelle était fière pour elles, mais déçue pour elle-même… car sa barre de mesure c’est A+ … mais bon… elle pourra réécrire sa remise finale et en fair eun article dans une revue internationale:))) Mais je sais qu,en propédeutique, au bacc … on accorde rarement des A+ car il s,agit d,abord d’ingurgiter des pans de culture générale dans un champ donné:)))

————-

Mais elle qui avait eu 38 sur 40 dans ses cours de doctorat… que des A + avvec un A … elle a au moins une vraie joie de vivre des accointances avec sa directrice de thèse…Sa formation Québec Mexique va bon train… le déménagement avance bien …L’avenir nous apparaît tout en rêve de vie:))) Je croise des doigts… Je suis un hommme heureux et apaisé de vivre un 3ieme couplet si bien accompagné par votre bienveillance:)))

————

Vous avez du être très heureuse de revoir votre frère et sa compagne…. quelle joie quand le k-oeur y est … Juin s’en vient je vais me recoucher bien hâte à notre ier présentiel

Pierrot

————–

Bonjour Pierre,

C’est certain que travailler à trois, avec deux personnes qui n’ont encore jamais obtenu un A universitaire, le défi d’un A+ était immense… Gaëlle peut se montrer fière de la note obtenue dans un tel contexte, également, d’avoir permis à ses compagnes de vivre un si beau moment. …. Avec Daniel et Joanne, on s’est dit à jeudi, à Ville-Marie…

Ils me sont vraiment d’une aide précieuse… après une année à travailler sur un manuscrit, à développer des intrigues, des émotions, du suspens… il arrive que de petites lacunes m’échappent… pour eux qui y jettent un regard neuf, c’est plus facile de les repérer. Ils ont la délicatesse nécessaire pour m’en faire part. Il arrive aussi que nos idées ne vont pas dans le même sens… alors, c’est moi qui ai le dernier mot… c’est mon œuvre, et ils le reconnaissent. On s’entend vraiment bien… c’est vrai que je suis une personne très conciliante… vous allez le découvrir sous peu.

Si vous retournez à vos boîtes, je vais retourner à mes valises…

Bonne fin de journée,

Claire

—————-

Chère Claire

Il y a de ces instants de vie qui parfois surgissent comme si votre rêve vous disait… Merci d’avoir contribué au bien commun par votre créativité…  C’est un peu ça que vos lectrices et lecteurs vont venir vous témoigner… Vous avez rendu leur condition humaine un peu moins lourde…et c’est par ce take care les uns envers les autres que soudain on réalise que la même humanité oeuvre d’art nous habite profondément au travers toutes nos épreuves…. la même joie de se dire.. Si ma chandelle que constitue mon oeuvre peut allumer votre gâteau de fête que constitue votre vie…. alors soyyons reconnaissants vous et moi à la vie d’avoir permis qu’une telle célébration soit possible sur cette terre à une échelle si humaine:)))

Stefan Zweig – Montaigne (1941) – YouTube

Je vous encoie un très bel audio de la lecture d’un texte de l’écrivain Stephen Zwig sur la vie de Montaigne… que j’ai écouté cette nuit entre deux sommeils:))))

————- 

Ce matin je rencontre un homme que jai épaulé dans son doctorat en sociologie ….. rencontré tout à fait par hasard sur la rue … alors que je vagabondais l’uqam…. La vie fait drôlement les choses parfois bonne suite à votre journée Claire

Pierrot

——————

her Pierre,

J’imagine que ce que je ressens en allant en Abitibi, c’est un peu semblable à ce que vous ressentirez, en juin, quand nous passerons par Saint-Raymond et La Tuque…

Pour moi, c’est comme revenir à la base de mes rêves… là où ce que j’ai vécu par la suite, et ce que je vis aujourd’hui… a vu le jour… a commencé… Quand l’avion se pose, et que je foule le sol d’Abitibi, j’ai le sentiment de marcher dans les pas de mon grand-père, de mon père, des hommes plus grands que nature, avec des rêves immenses… En Abitibi-Ouest, le comté de François Gendron, – qui partagera mon stand, samedi et dimanche -, quel que soit le village que tu traverses, c’est à peu près certain que l’école a été construite par eux… Durant le 20 années de Duplessis, leur entreprise de construction décrochaient à peu près tous les contrats…bien sûr, mon père faisait de la politique, je me cachais au fond de la salle pour écouter ses discours… il était le bras droit du député, qui est devenu conseiller législatif – un titre qui n’existe plus de nos jours – alors j’ai grandi dans l’ombre de Duplessis… un saint homme pour mon père et mon grand-père…  Aujourd’hui, j’ai horreur de la politique. J’ai eu une enfance dorée… mais avec un père absent. Pourtant, quand j’ai eu 20 ans, ce père absent m’a écrit une belle lettre d’amour, d’un père à sa fille… qu’il a mis une semaine à écrire…

Bon, j’avais le cœur à la confidence… je suis venue vers vous. Voilà, en partie, ce que m’inspire mon passage en Abitibi.

Bonne soirée,

Claire

—————-

evenir à la base de ses rêves…. c’est peut-être cela l,exercice des qwalias que je recherche pour illustrer cette partie de mon traité des abs:))))

Cher Pierre,

J’imagine que ce que je ressens en allant en Abitibi, c’est un peu semblable à ce que vous ressentirez, en juin, quand nous passerons par Saint-Raymond et La Tuque…

C’est fou comme un rêve de vie nous invite à revisiter autrement les débris de la mémoire du k-oeur qui surgissent dans des lieux d’autrefois sous des formes qwaliennes qu’on n’aurait pas prévu… surtout vous Claire dont toute l’oeuvre littéraire est consacrée à l’Abitibi.

Je pense que ce voyage à La Tuque va prendre tout son élan poétique parce que vous en serez partie prenante…  au sens ou il y a des moments dans la vie ou il faut danser la lenteur d’un rêve qui se fête de ne pas avoir triché avec lui-même…. Tout se passe comme si mon 3ieme couplet de vie commençait en même temps que notre ier présentiel…. Le fait de pouvoir en raconter le synopcis à une oreille élue au travers des rires et des chansons ….wowwwww….

Pour moi, c’est comme revenir à la base de mes rêves… là où ce que j’ai vécu par la suite, et ce que je vis aujourd’hui… a vu le jour… a commencé… Quand l’avion se pose, et que je foule le sol d’Abitibi, j’ai le sentiment de marcher dans les pas de mon grand-père, de mon père, des hommes plus grands que nature, avec des rêves immenses… En Abitibi-Ouest, le comté de François Gendron, – qui partagera mon stand, samedi et dimanche -, quel que soit le village que tu traverses, c’est à peu près certain que l’école a été construite par eux… Durant le 20 années de Duplessis, leur entreprise de construction décrochaient à peu près tous les contrats…bien sûr, mon père faisait de la politique, je me cachais au fond de la salle pour écouter ses discours… il était le bras droit du député, qui est devenu conseiller législatif – un titre qui n’existe plus de nos jours – alors j’ai grandi dans l’ombre de Duplessis… un saint homme pour mon père et mon grand-père…  Aujourd’hui, j’ai horreur de la politique. J’ai eu une enfance dorée… mais avec un père absent. Pourtant, quand j’ai eu 20 ans, ce père absent m’a écrit une belle lettre d’amour, d’un père à sa fille… qu’il a mis une semaine à écrire…

wowwwwww ….. vraiment Claire vous allez vivre une rencontre avec l’impossible… comme si le film de votre vie se réécrivait autour d’une bouteille de champagne…. ou la dramaturgie des différentes séquences de votre enfance se réenchantaient sous les rencontres avec votre lectorat…

Je suis enthousiaste … Claire…. vous vivez des moments oeuvre d’art avec votre rêve:))))

———–

hier j’ai passé plus de 2 heures avec Emerson que j’avais épaulé dans son doctorat à l’uqam… un haitien que 3 ans de pandémie a rendu un peu confus quand à la suite de sa vie…

Prendre soin du rêve de l’autre ….m’a rendu encore une fois très heureux… Je m’en revenais et me disais… wowwwww… mon 3ieme couplet de rêve de vie sera le plus intéressant ,,, la plus passionnant… Après avoir vagabondé le pays…. puis la connaissance dans 4 universités …Je vagabonderai cette fois-ci les estrades de différents groupes. … pour parler du rêve, de l’impossible, de la nano-citoyenneté-planétaire avec ma guitare et quelques chansons…. 

———-

Je m’en sens léger, joyeux, spirituellement apaisé et reconnaissant à mon rêve d’avoir placé sur ma route une personne de qualité comme la vôtre Claire

au plaisir de ce ier présentiel à votre retour

Pierrot

 

 

DES DEUX PIERROTS AU VAGABOND CÉLESTE

IL ÉTAIT UNE FOIS L’IMPOSSIBLE

 

———–

Cher Guy , dans ma vie … j’ai eu deux formes de vagabondage…. la ière fut celle de vagabonder le Canada en posant la question … Quel est ton rêve? … la seconde fut celle de vagabonder la connaissance en fréquentant comme squatter 4 universités …. et me voilà donc rendu à la 3ieme forme … celle de vagabonder les estrades avec ma guitare et mes chansons, mes anecdotes et mes confidences dans une performance intitulée:

DES DEUX PIERROTS AU VAGABOND CÉLESTE

IL ÉTAIT UNE FOIS L’IMPOSSIBLE…

———— 

J’ai l’intention, une fois déménagé à Sherbrooke d’aller cogner aux portes de différentes associations en cercles de plus en plus élargie et de me présenter avec ma guitare et mon cahier de chansons… sans micro ou système de son et faire comme Margaret Sangers quand elle a inventé la pilule…. prendre le pari que je rencontrerai par pure impossibilité un milliardaire qui me dira… j’aime ton rêve de la nano-citoyenneté-planétaire… comment ça coûte?

Et à partir ce cette épopée … faire comme je l’ai fait pour ma maîtrise universitaire sur le rire…. profiter de ces performances sur l’impossible pour compléter le doctorat des rêveurs équitables….

 

———— 

Je me vois entouré de petits groupes de personnes, chanter et conter l’impossible sans micro … à voix douce…. avec barbe blanche et fraîcheur de mes 73 ans…. puis partir en Europe faire les festivals de conteurs…. 

je suis rendu là … et suis si fier de t’en faire les murmures par écrit des ieres balbutiements…. Gaelle, ma coloq métaphysicienne va me faire le poster…

On dirait que la mort de Simon a créé chez moi le devoir de témoigner pour que chacun puisse avoir droit à son rêve de vie…

Pierrot:))))

—- 

p.s.

j’ai vagabondé à pied les 40 kilomètres de l’île d’orléans …

la plus grande contrainte c’est la rareté des dépanneurs

et le manque d’endroits publics pour s’exprimer…. Autant il est agréable de marcher de tadoussac à Natashquan… autant le même exercice sur l’île d’Orléans demande une discipline spirituelle vraiment particulière… du moins c’est mon expérience:))))

Une de mes chansons en témoigne:)))

 

DEMERS.QC.CA

4 février 2009 – 23 h 24 min

0

COUPLET 1

sur demers.qc.ca
y a mon roman
l’île de l’éternité
de l’instant présent

dans le prologue
t’as pris l’curseur
t’as descendu
jusque dans l’bas
du blog

à lire mes mots
t’as vécu un
immense
coup d’coeur

REFRAIN

t’es parti de l’Abitibi
moi de la rivière Moisy
y est 9h06
j’t’attend d’un édifice

j’espère que c’est l’bon terminus
j’ai hâte de voir ton autobus

aucune idée à quoi tu peux r’ssembler
aucune idée à quoi tu peux r’ssembler

COUPLET 2

sur un film
que deux tres
belles jeunes filles
tournent sur moé

les 4 saisons
de Pierrot
le vagabond

on est l’automne
on va r’tourner
dans la forêt
filmer où t’as dormi
dans l’même sleeping
que moé

à matin
l’ile d’Orléans
me fait mal par en dedans

COUPLET 3

42 milles
de choses tranquilles
disait Felix Leclerc
sur l’tour de l”Île

moi j’ai dormi toute la nuit
sur le ciment sur ma douleur
en arrière de la grosse cabane
ou l’on entend passionnément
la belle chanson du p’tit bonheur

c’est la ière fois
depuis un an et demie
que mes ampoules aux pieds
me font moins mal
que les battements d’mon coeur

tes 38 ans
on fait d’mes 60 ans
un fou d’l’île d’Orléans

REFRAIN FINAL

T’es partie de l’Abitibi
moi d’la rivière Moisy
y est 9h06
j’t’attend d’un édifice

j’espère que c’est l’bon terminus
j’ai hâte de voir ton autobus

aucune idée
comment j’va faire
pour t’oublier

aucne idée
comment j’va faire
pour t’oublier

Pierrot
vagabond céleste

————-

 

Bonjour Pierre,
Il fait merveilleusement beau… Je suis sortie pour déjeuner… le restaurant est dans cet immeuble où à 16 ans je rencontrais mon petit copain en cachette… ça m’a rappelé de doux émois… soixante ans plus tard…
De ma fenêtre je vois le site patrimonial la maison d’ Hector Authier, un personnage que j’ai déjà mis dans mes romans.
Après ma visite au Patrimoine, je vais dîner avec une cousine… Ensuite une autre visite à la bibliothèque, et nous mettrons le cap sur Ville-Marie… et mon chalet en pleine nature.
Je vais pouvoir prendre un peu de repos…
Voilà pour ma petite histoire.
Bonne journée,
Claire

Claire Bergeron

——–

Bonsoir Pierre,
J’ai les yeux qui ferment tout seul… quelle journée!
Les organisateurs m’ont conduite à Ville-Marie, et ils m’ont emmenée souper, c’était délicieux… mais j’avais hâte de me retrouver seule…
Je vous joins une photo prise à mon chalet.
Demain devait être une journée de repos… mais j’ai accepté de remplacer Michel Forget, retenu à Montréal, pour énerver entrevue/causerie dans une RPA, en pm. Tant qu’à être ici, aussi bien en profiter pour rencontrer mes lecteurs…
Excusez-moi si je suis brève… ça écrit mal sur mon iPad… mais je ne voulais pas me coucher sans vous écrire…
Bonne fin de soirée, cher ami.
Claire

Envoyé de mon iPad

—————–

l’épopée d’un rêve ressemble parfois à la d;couverte d’un Nouveau Monde… c’est ce que j’appelle dans mon traité des abs… l’abs-trication

RÉFLEXION SUR CE QUE J’APPELLE DANS LE TRAITÉ DES ABS… L’ABS-TRICATION …. D’UN RÉSEAU DE RÊVEURS ET DE RÊVEUSES À PARTIR DU PHÉNOMÈNE DE L’INTRICATION EN PHYSIQUE QUANTIQUE TEL QUE DÉCRIT DANS CET ARTICLE:)))) CAR VOYEZ-VOUS CLAIRE…. CE QUE VOUS VIVEZ APRÈS 11 ROMANS DE PUBLIÉS EST VRAIMENT POUR MOI UN ABS-VÉNEMENT QUI A DES CONSÉQUENCES SUR CHACUN DE NOS RÊVES:))))

——————-

———————————-

————————————–

 

En abs-trication , dans le traité des abs … je fais l’hypothèse que lorsque qu’une rêveuse comme vous Claire ne triche pas avec son rêve dans son voyage vers un nouveau monde…. les autres rêveuses et rêveurs qui font partie de sa constellation d’abs-xistentialités reçoivent des abs-vénements de synchroni-vie-tés comme ouverture personnelle à leur propre voyage vers leur rêve.. on passe de l’ontike à l’ontikhatif… du réel dur au réel quantique:))))

Vous vivez l’apothéose de votre carrière d’écrivaine comme porte parole du salon du livre de l’Abitibi après la publication de votre 11ieme riman … Mon ami Michel le concierge prend sa retraite et peut enfin célébrer cet amour oeuvre d’art qu’il porte à sa compagne Marlene tout en se consacrant à plein temps au doctorat des rêveurs équitables…. Même si la note A+ n’a pas été possible pour Gaelle parce que la note a été accordée à l’équipe des 3 filles dont les 2 autres n’avaient jamais obtenu un A à l’université (donc la note attribuée à l’équipe a été A …. ce dont les 2 autres filles sont fières) et non à Gaelle personnellement … Gaelle malgré tout est en train de conquérir sa place comme créatrice dans ce projet de formation Québec mexique ou même si la formation se donne en espagnol, elle crée dans un nuit et jour qui m’éblouit…. ce qui annonce bien pour son atterrissage à l’université de sherbrooke quand nous aurons déménagé… Johanne qui sera honorée comme l’artiste de l’année de la Côte Nord avec une bourse de $10,000 tout en préparant son festival de la 8ieme ile pour le mois de juillet… et moi qui s’apprête à vivre ce mois de juin splendide avec vous dans mes recherches universitaires sur les qwalias pour le traité des abs en juin … puis en juillet le cercle des rêveurs équitables avec Marlene et Michel ….. 

Comment vous dire Claire… Il y a abs-trication  au sens ou, comme si les rêveurs et les rêveuses du même réseau avaient accès en même temps à la même opportunité de faire de leur rêve un nouveau monde ou ce qui arrive à chacune et chacun nous donnaient la même joie que chacune des brindilles qui surgissent d’un feu lorsque la non-tricherie d’une buche y nourrit la non-tricherie des autres bûches en train de se consumer dans la joie d’une énigme… J’espère que Nathalie et Didier nous rejoindront cet été à la 8ieme île de Johanne pour que nous puissions aussi filmer une performance du trio du pays oeuvre d”art. Et j’espère aussi que David avec Orizon vivra aussi les mêmes phénomènes d’abs-trication par le simple fait que votre rêve illumine en ce moment chacun de nos rêves Claire:)))

la derni;re partie de mon vagabondage sur terre s’annonce comme un véritable feu d’artifice… car mon rêve repose d’abord sur le postulat que le rêve de chacune et chacun se doit d’être gagnant gagnant… de là ce doctorat des rêveurs .quitables, cet observatoire du mervielleux, ce colloque international sur les dimensions du rêve et ce prix Nobel de la paix pour l’équipe de recherche des rêveurs équitables par l’invention de la nano-citoyenneté-planétaire:)))))

Au plaisir

de se raconter tout cela à notre ier présentiel de Juin …

Pierrot

bonne suite à votre salon du livre de l’Abitibi Claire

————

Bonjour Pierre,

Une journée pluvieuse qui se termine dans un beau rayon de soleil…

Je me prépare à me rendre au Salon du livre pour ma 1ere présence…

À plus tard!

Claire

Claire Bergeron

——–

 

Bon matin, Pierre!

J’ai été un brin triste de n’avoir pas un bonsoir de vous, hier soir, à mon retour au chalet… il est vrai que je suis peu prolifique dans notre échange…

Je devais terminer à 8h30… mais il y a eu un rush à mon stand, je n’ai pas pu quitter avant la fermeture. À ma table ronde , j’étais un peu enrouée… ça semble, mieux ce matin… j’ai chanté L’écrivaine au cœur d’or… et ça sortait pas si mal… :-)
Je dois me rendre dans une autre RPA ce pm… a ce qu’on m’a dit, les résidents/résidentes sont impatients… et honorés de me rencontrer, ça m’émeut. Et tous les lecteurs qui vont passer à mon stand… ma vie est un véritable tourbillon… je vais essayer de ménager ma voix… si je ne veux pas terminer le Salon aphone…

Heureusement, c’est merveilleusement calme au chalet, et la vue sur le lac est apaisante… je déjeune en ce moment dans un silence cathédrale… je savoure!

Mon frère et sa conjointe doivent me rejoindre vers 10 heures… pour bruncher… comme je n’aurai pas le temps d’une autre bouffe avant le souper, je vais reprendre une bouchée. J’avoue que je me couche épuisée… mais je me lève en super forme… signe que je récupère bien malgré mon âge vénérable… ;-)… Et les gens sont tellement gentils envers moi…

Ce sera plus calme à notre premier présentiel…

Je vous souhaite une belle journée,
Claire

——————

on ne réalise pas à quel point les rituels des petits gestes sont essentiels dans l’amitié oeuvre d’art

——-

Chère Claire,

en travaillant sur un nouvel item de mon traité des abs … L’ABS-CONSTANCE HÉROIQUE …. qui se définirait comme étant cet impossible qui se joue entre le koeur et le rêve de vie lorsque soudain l’autre apparaît comme un rêveur en quête de sens dans son épopée du IL ÉTAIT UNE FOIS…

————- 

Et je me disais… comme il est essentiel d’être sans faille en amitié oeuvre d’art …. La vie fait drôlement les choses… au moment ou j’allais vous écrire j’ai été comme emporté par un audio sur lequel je me suis endormi d’ailleurs …. racontant l’épopée du rêve de Magellan…

———– 

On n’est rien sans la fraîcheur de l’amitié oeuvre d’art dans notre vie …. et je vous avoue que j’ai bien hâte à notre ier présentiel….

Ce soir, je n’oublierai pas de vous souhaiter bonne nuit Cette fébrilité qui vous habite en ce moment … Je la partage avec beaucoup de joie

Pierrot:))))

—————-

Cher Pierre,

Le lever du soleil sur le lac Temiscamingue était magnifique ce matin… ça m’a fait penser à vous… Bientôt nous pourrons admirer ensemble le lever du jour sur le Saint-Maurice…. Ça vient vite notre odyssée…

C’est merveilleux d’être jeune… une bonne nuit de sommeil et la forme revient! Je me sens d’attaque pour ce beau samedi ensoleillé…

J’ai commencé ma journée en écoutant L’écrivaine au cœur d’or… ça m’a rappelé que je suis ici pour mon rêve…

D’après ce que vous m’écrivez, tout va bien pour vous… notre 1er présentiel approche à grands pas…
Prenez soin de vous!
Claire

——————-

le procès de Gaelle, le traité des abs, notre ier présentiel

Chère Claire

Comme le temps passe vite quand on avance en âge…  Gaelle termine sa session de formation Québec Mexique dans 2 jours puis mardi le 31 mai… ce sera la iere partie de son procès de harcèlement et de racisme contre l’uqam… puis la suite le 7 juin …

De mon côté… j’entre plus en profondeur dans l’oeuvre de ma vie… le traité des abs…. qui constituera le ier chapitre du doctorat des rêveurs équitables…. Je suis émerveillé d’être plus en forme que jamais pour entreprendre ce 3ieme couplet de ma vie d’artiste… au travers de vagabondages de différentes institutions sous la signature de 45 minutes confidences dont le titre sera… IL ÉTAIT UNE FOIS L’IMPOSSIBLE…

———- 

Alors c,est avec une grande joie que j’entrevois notre ier présentiel à votre retour …. avewc guitare et chansons… Vous êtes au sommet de votre oeuvre créatrice comme je le suis moi-même… c’est très émouvant de réaliser le privilège que nous allons vivre

Bonne suite à votre journée au salon du livre

Pierrot

—————–

onsoir Pierre,

C’est vrai que le temps passe vite… déjà demain le retour vers chez moi. Nous partons par un vol nolisé, demain à 18 heures, qui décollera de Saint-Bruno-de-Guigues… comme vous, je me dis que j’ai de la chance d’être aussi en forme à cette étape de ma vie…

J’apprécie la tranquillité de mon chalet en pleine nature… un peu ce que nous aurons à La Tuque, sur le bord du Saint-Maurice…

Je vous joins une photo prise avec mon frère, près de mon chalet… je me trouve très chanceuse de les avoir avec moi. Ils reprennent la route tôt demain.

J’aimerais vous écrire longuement… demain de retour chez moi…

Bonne nuit,

Claire

——————-

votre frère …me semble une personnalité vraiment attachante Claire

Chère Claire

Il y a de quoi être fière de vous…. le grand voyage sur le bateau de l’apothéose de votre rêve s’est superbement bien passé…. Et ce frère qui semble toujours là avec sa bienveillance, sa générosité, son bon jugement comme complice de votre création… wowwww…

Il y a des retours plus ouateux que d’autres…. :)))))

————

Ici, tout se poursuit te; que rêvé…. Gaelle… the queen is coming… est si fière de sa performance dans cette formation Québec mexique au niveau de la littérature numérique …. dans une langue qui n’est pas la sienne… elle s’est fait déjà deux bons contacts d’artistes du Québec et de l’Ontario avec lesquelles elle va entrerendre des caf-zoom comme elle les nomme… Puis elle grandit comme artiste au point d’appliquer pour une résidence avec l’ide de vivre son art comme un manifeste de chercheuse artiste…. C’est beau de la voir grandir vers son rêve en toute sécurité …. et j’avoue que je suis très fier d’être aux premières loges…

——— 

Ma guitare est prête, mes chansons aussi… nous vivrons vraiment de la lenteur poétique bien méritée après ce long et paisible échange épistolaire…

Bon réveil et bonne derni;re journée au salon

—————

her Pierre,

Daniel a 9 ans de moins que moi. Lui, et Joanne sa conjointe des 50 dernières années, veillent sur moi avec beaucoup de bienveillance. En me quittant hier soir, ils m’ont fait promettre de ma pas oublier de manger aujourd’hui… ils m’ont vu tellement prise par mes dédicaces que j’en oubliais de me nourrir…

Encore une journée… ce soir, je devrais vous dire bonne nuit de chez moi…

Ce matin une dame doit passer me prendre pour m’emmener visiter la Baie de l’Africain, dont il est question dans mon roman Les secrets d’une âme brisée…

Tout le personnel bénévole est extrêmement gentil à mon égard.

Je vous souhaite une belle journée… à ce soir!

Claire

PS: Hier, ils ont commencé mon entrevue avec la chanson: L’écrivaine au cœur d’or… je vous ai senti veiller sur mon rêve…

Claire Bergeron

——————

ce qui est un événement dans notre épopée épistolaire … c’est l’abs-tographie de la joie pure qui en découle

Chère Claire…

Comment vous dire….

Je n’en reviens pas d’être si enthousiaste versus la 3ieme partie de mon rêve de vie… On dirait que toute cette finale au service du bien commun m’a fait rencontrer la bonne personne au bon moment…

Le plaisir de prendre soin de votre rêve par ma guitare et mes chansons, mes anecdotes et mes recherches en pensée pure …. me semble remarquablement équitable… au sens ou je sens aussi de votre côté ce que j’appelle dans mon traité des abs… L’ABS-TOGRAPHIE DE LA JOIE PURE.

Je définirais l’abs-tographie de la joie pure … cette séquence d’un rêve de vie ou tous les qwalias semés dans les débris de la mémoire du k-oeur semblent soudain se coudre ensemble … comme si cette cartographie de l’impossible par le rêve de vie (de là l’abs-tographie) … devenait soudain k’âme même du k-oeur humain au service abs-temporel du bien commun… ce qui me semble chez vous l’essence même de l’écrivaine au k-oeur d’or.

De là cette phrase IL ÉTAIT UNE FOIS L’IMPOSSIBLE .. qui soudain semble devenir pour moi le titre même de mes 45 minutes confidences pour Orizon… et non pas CROIRE À L’IMPOSSIBLE.

Bon retour ce soir

Pierrot:))))

—————–

Bonsoir Pierre,
Notre vol de retour s’est bien passé… c’est à l’aéroport de St-Hubert que les choses se sont compliquées. Cinq voitures devaient nous attendre… il n’y en avait aucune!
Impossible de trouver des taxis… finalement les pilotes de notre avion nous sont venus en aide… ils sont demeurés avec nous jusqu’à ce que leur dernière passagère, moi, soit à bord d’une voiture taxi… C’était la première fois que je voyais des pilotes s’occuper de leurs passagers de la sorte…
Là, je suis dans mon lit… enfin!
Bonne nuit, Pierre.
Claire

—————–

la notion d’abs-quité dans le traité des abs ….. centre de ma réflexion de ma nuit avec le rêve de Gaelle

Chère  Claire … Vous devez être bien contente d’être enfin de retour … Ç’est toute une épopée que de vivre l’intensité d’un salon du livre …. Rencontrer votre lectorat avec une disponibilité du k-oeur sans faille .. cela demande soif d’abs-quité dans sa philosophie du k-oeur de l’autre…

Tout en écoutant sur you tube un intéressant 4 épisodes sur la vie quotidienne des romains 

Livre audio – la vie dans la Rome antique – partie 1 – YouTube

Livre audio – la vie dans la Rome antique – partie 2 – YouTube

J’ai travaillé à a notion d’abs-quité … au sens ou la justice sociale me semble commencer d’abord par une éducation entre le désir et le rêve dans le quotidien d’une personne humaine …

Un père et une mère de famille qui prennent soin en équipe du rêve de leurs enfants et non de leurs enfants …. soudain ont accès à l’ABS-existence ou les tâches même du quotidien deviennent des gestes de poésie au service de ce qui nous habite de plus grand que soi… soit l’humanité oeuvre d’art par le respect ABS-quital de l’humanité oeuvre d’art au k-oeur de l’autre.

Une bonne partie de la nuit….J’ai été au service du rêve de Gaelle qui ne cesse de grandir autant dans ses inventions métaphysiques que dans son implication ç la didacticienne qu’elle va devenir un jour en dirigeant des doctorats en recherche-création….

Comment elle a pu traverser sa formation ier cycle Québec Mexique dans une langue qui n’est pas la sienne… Comment elle se tisse des contacts basés sur son respect du rêve de l’autre… quand même… Je suis aux ieres loges de quelque chose d’infiniment sublime.

Son procès pour harcèlement et racisme contre l’UQAM dbutera mardi toute la journée ou elle sera interrogée par son avocate… puis se poursuivre le 7 juin …. Un autre dossier ou elle risque de gagner…. Un magnifique dossier d’ailleurs ou toutes les facettes de sa belle personnalité qui ne triche pas avec son rêve seront mises à contribution…

Quel plaisir Claire de vous savoir de retour 

Ma guitare et mes chansons comme mes anecdotes vous sont réservées

Bon réveil Claire:)))

je retourne me coucher  pour récupérer puis après je cours après les boîtes pour le déménagement du 12 juin:))))

Pierrot

——-

onjour Pierre,

Ce matin, je me suis levée à 5h30, comme à mon habitude, mais je n’étais pas dans le mode écriture… alors j’ai bu un délicieux lattée avec beaucoup de mousse. Puis j’ai défait ma valise, laissée sur le seuil hier, et à 7 heures, quand j’ai vu mon chat aller se recoucher, j’ai décidé d’en faire autant. J’avais un petit frisson de fatigue… j’ai enfilé des bas de laine, mis mon loup pour dormir, et je me suis glissée sous la couette… Je viens de me lever à 10h30… la forme revient.

Pour notre premier souper en présentiel, et notre premier verre de bulles, qu’est-ce que vous en pensez si nous mettions ça pour vendredi, le 3 juin? Je pense que ce serait bien si vous pouviez rester à dormir chez moi, ça nous éviterait de surveiller l’heure des bus… et le lendemain, samedi, ils annoncent très beau, nous pourrions déjeuner dehors… Aussi, ça me permettrait d’être certaine de ne pas être revenue de l’Abitibi Témiscamingue avec la COVID… j’ai quand même pris des risques, sans masque – je n’ai aucun symptôme, c’est pure prudence – mais un petit 5 jours nous en donneront l’assurance. Également, ça me permettra d’être bien reposée pour vous accueillir chez moi… Vous me direz ce que vous en pensez… rien n’est coulé dans le ciment…

Je vais aller manger une bouchée…

Bonne journée,

Claire

——————

hère Claire

vendredi 3 juin…. impeccable pour moi … ainsi que le retour samedi le 4 juin  ce sera avec beaucoup de plaisir  que nous partagerons cette belle lenteur du dire

Pierrot :))))

——–

un break poétique pour rêver l’avenir de son rêve à travers l’oreille de l’autre

Chère Claire …. 

Cela doit vous faire un bien énorme que de récuoérer aujourd’hui:))) Nous sommes vraiment prêts pour ce beau présentiel …. rêver l’avenir tout en visitant des débris de la mémoire du k-oeur par quelques chansons … Il y a là-dedans des lenteurs, des parfums de vivre l’instant présent comme je les appréciais tellement parfois quand j’étais sur la scène:))))

Me semble que de me laisser aller à raconter au travers d’un bon breuvage qui réchauffe….  Le plaisir de la bonne oreille. de part et d’autre… ç’est ce que j’appelle dans le traité des ABS …. l’abs-mitié )))))Tout se passe comme si deux rêves de vie dansaient autour d’un feu de camp qui š’appelle la vie:)))

Comme Gaëlle tombe en procès contre l’UQAM toute la journée demain…. je retourne prendre soin d’elle 

Pierrot:)))

—————-

Bonsoir Pierre,

Oui, pouvoir me reposer, loin de la foule, me fait un bien immense.  Ce que je trouve le plus difficile dans des événements comme je viens de vivre – et je suis certaine que vous allez comprendre ce dont je parle – c’est d’être continuellement en représentation. Dès qu’une bénévole vient me chercher à mon chalet, j’entre en scène… je deviens l’écrivaine au cœur d’or, comme vous dites, et je dois répondre aux attentes de mon lectorat… je dois saluer les gens, leur sourire, les remercier… les lecteurs viennent pour se procurer mes romans, mais aussi, pour connaître l’écrivaine derrière ses intrigues… un peu ce que vous viviez, j’imagine, quand vous étiez chansonnier… même en dehors de vos interprétations sur scène, vous étiez en représentation… serrer des mains, sourire…

Avec vous, dans nos présentiels, je serai moi-même… comme vous le serez avec moi… nous laisserons nos précédents échanges épistolaires nous guider…

En présence l’un de l’autre, je ne crois pas que nous allons conserver le vouvoiement… sinon, du moins c’est ce que je pense, j’aurais le sentiment de recevoir un haut dignitaire… et de devoir vous dérouler le tapis rouge…

Cher Pierre, je crois que nous vivrons de très beaux moments… que nos vies nous ont mérités… un havre de paix… dans un monde tourmenté.

Bonne fin de soirée.

Claire

—————–

 

chère Claire  Vendredi 3 juin ….J’aurai plusieurs choses à fêter:)))) D’abord fêter notre amitié … Mon père et son meilleur ami, Monsieur Bérichon… se sont toujours dit vous …. tout en disant tu aux autres qui les entouraient … Mon père était réalisateur, Monsieur Bérichon son caméraman et son monteur … Ils partageaient ensemble la fierté d’un travail passionné pour faire oeuvre d’art…

Je vous avoue que j’aimerais bien poursuivre cette tradition avec vous… Mais si vous y tenez vraiment au passage au Tu …. je m’y plierai… mais sachez que mon TU avec vous aura toujours la valeur d’un vous:))))

———— 

Ensuite, fêter le vrai plaisir de vous raconter l’épopée de ma poésie de vivre à travers quelques chansons  …. Cette lenteur comme si la vie était unfeu de camp… cela m’ébouit de pouvoir la vivre avec vous:)))

Et bien sur… la note de Gaelle…. dont j’ai bien pris soin cette semaine pour qu’elle puisse vivre un beau procès contre l’UQAM.. … Elle est en pleine forme… en marche vers son rêve de vie…  et cela du à la complicité financière de quelques amis qui font confiance en ma droiture…. ayant pris le pari pour moi-même de la pauvreté poétique par le vagabondage comme méthodologie d’un doctorat …. Je me suis bien juré de les remboursé par ma confiance en ma bonne étoile:))))

Jeudi, je prendrai soin de mon ami Arnaud… Puis dimanche ce sera mon ami Raymond-Louis …. avant d’accentuer avec Gaëlle la préparation du Déménagement qui arrive à grands pas… 

Bonne suite à votre journée:)))

Pierrot

————–

Cher Pierre,

Ne vous inquiétez pas pour le vouvoiement ou le tutoiement… on ira comme ça viendra… Pour les enregistrements, toutefois, je suis bien d’accord d’y aller avec le vous… puisque ce seront des pièces de vos archives. Sachez aussi, que si je verse vers le tu, j’aurai toujours pour vous et notre amitié, un profond respect…

Je me sens encore étourdie par les foules que j’ai côtoyées… mais je me remets tout doucement. Ce matin, à 6 heures j’étais devant mon ordi, l’imaginaire en ébullition… Ce week-end, à discuter avec Daniel et Joanne, j’ai enfin mis le doigt sur la fin qui me manquait pour terminer mon roman, de la façon que j’aime le faire, avec un petit punch final… Dans ces moments-là, je crie EURÊKA ! Et j’avoue que je m’aime bien d’avoir enfin trouvé…

Je suis à préparer un voyage rapide en Abitibi, avec Daniel et Joanne, je pense du 11 au 14 juillet… nous voulons nous rendre à la Société d’histoire d’Amos, rencontrer les historiens, et feuilleter leurs archives… dans le but de trouver un nouveau sujet de roman pour l’automne… Comme vous voyez, je ne suis pas prête à déposer ma plume…

Mais je suis bien contente de voit venir deux mois de repos pour mes méninges… et aussi, notre mois de juin…

Bonne journée,

Claire

——-

 

Chère Claire 

Au fur et à mesure que la joie de notre présentiel du 3 juin se rapproche, chez moi, la théorisation dans le traité des ABS d’une oeuvre d’art …. se précise.

Je disais justement à Gaëlle cette nuit à quel point pour moi … il ñ’y a d’oeuvre qui ne soit représentation que lorsqu’il y a rencontre d’une oreille d’ABS-ccidentelle … ce que j’appelle le récepteur ABS-ccidentel … il se produit un ABS-vénement poétique qui donne aux débris de la mémoire du k-oeur un  parfum d’oralité qui, une fois enregistré, se transforme en qwalias …. De là cet … il était une fois l’impossible …. qui soudain… par le biais d’une guitare, des chansons … se produit dans la couture du k-oeur ….Et ç’est de cette mouture que j’entrevois la suite de mon troisième couplet de vie dans sa marche vers le prix Nobel de la paix….

Une oeuvre ABS-xistentielle ne se produit que par la confiance en son rêve …. comme si la fraîcheur non calculée du jaillissement de l’impossible attirait à soi ce que j’appelle des synchroni-vie-tés ….. comme je vous en raconterai quelques unes au travers de mes chansons… Une oeuvre ABS-xistentielle ne prend sa forme d’enluminure joyeuse que lorsqu’il y a rencontre de 2 rêves de vie.. de la…..  la beauté de votre phrase qui m’avait tant séduit quand je suis entré en contact avec votre site web:

«Je veux vivre ma vie comme j’aimerais la lire quand sera venu le temps de me souvenir.

Bonne suite à votre journée :))))

Pierrot

—————-

Bonsoir Pierre,

Moi, je n’ai pas de traité des ABS… aussi, la personne que je vais recevoir chez moi c’est un poète, avec lequel je partage un immense amour des mots… également, un rêveur, qui a compris la grandeur du rêve qui me porte dans la vie, et qui me permet d’en discourir, parce que je crois, il y reconnaît certaines harmonies avec le sien, dont il va me parler…

Je veux savourer ma vie… le temps passe tellement vite, qu’il m’arrive d’avoir le vertige. Pour moi, vous accompagner sur la route qui a fait de vous l’homme que vous êtes aujourd’hui, est une façon de découvrir votre monde, à travers vos émotions… quelque part, c’est lire le roman de votre vie… disons écouter un livre audio de votre épopée depuis la naissance…  Et bien sûr, profiter de vos récitals privés… avec votre guitare et vos chansons… ça, je vais savourer… Cher Pierre, je pense que de beaux moments, de belles découvertes, de belles rencontres… et de précieux échanges nous attendent…

Bonne soirée,

Claire

——————

Je vous joins cette anecdote paru dans un journal d’Abitibi Témiscamingue… c’est vrai que pour parler de ma passion de l’écriture, je suis intarissable…

Claire Bergeron

————

Je trouve cette anecdote fantastique Claire . On dirait que le rapport sain que vous avez entre votre vie privée et votre vie d’écrivaine rejaillit dans votre contact humain avec votre lectorat … L’épopée de votre rêve ne vous a pas trahi … parce que vous avez la sagesse du k-oeur … voilà pourquoi vendredi j’arriverai chez vous tellement fier d’être reçu par la joie de vivre qui vous habite  Je partirai probablement vers 2h. p.m. …. Je prendrai le métro puis l’autobus pour me rendre chez vous  j’aurais donc besoin du… tracé et que vous me renouveliez votre adresse…… J’aurai l’impression de vagabonder la vie de nouveau :))))))

Je suis content d’avoir eu aussi la sagesse d’attendre en juin pour ce premier présentiel… Gaëlle a eu sa note de propédeutique … a vécu une belle formation  Québec Mexique …. a vécu une iere journée de procès épuisante et j’ai eu le temps de l’écouter vivre le côté engluant qui reste après….Je me sens profondément disponible à la poésie de nos échanges, à travers ma guitare et de mes chansons:))))

passez une belle fin de soirée:)))

Pierrot

—————–

Bonjour Pierre,

Nous voici à la veille de notre rencontre en présentiel… un jour à la fois, l’avenir finit par se transformer en présent…Voici les directives pour vous rendre chez moi. J’habite au : 686, avenue Marc-Aurèle-Fortin Ste-Rose, Laval, Québec Vous prenez le métro jusqu’à la station Montmorency, à Laval. Vous vous rendez au quai # 8, et là, vous attendez le bus # 65, en direction de la gare Ste-Rose. La durée du trajet est d’environ 25minutes. Vous descendez à l’arrêt : Arthur-Villeneuve, juste devant l’école L’Aquarelle. Si vous le manquez, vous descendez au suivant, devant le CPE Pirouette. Comme vous voyez sur le plan ci-joint, j’ai la chance d’habiter devant un bel espace vert, qui sera toujours préservé par la ville. Quand j’ai acheté ma maison, il y a 29 ans ce mois-ci, tout était à construire. Je n’ai jamais regretté mon choix… j’ai bien hâte de vous recevoir dans cet espace de vie, qui a fait, et fait encore aujourd’hui, mon bonheur, celui de mes enfants… et celui de mes petits-enfants, qui sont venus tour embellir ma vie…

Bonne fin de journée,

Claire

—————–

Chère Claire

Lorsque l’épistolaire traverse l’espace, tout l’espace environnant est modifié par son passage … ainsi naissent les qwalias. Vous avez raison de parler d’une grande célébration …. dans le sens de deux oreilles qui se font oeuvre ….. comme si soudain …. pour moi du moins …. une guitare et quelques chansons sculptaient une table ou le fil d’or de chacun de nos rêves de vie y redéploie sa forme de récit épique dans l’émerveillement de se dire…. wowww…. ce fut, c’est et ce sera une aventure magnifique …Il y a dans la différence entre l’existence et  l’abs-xistence une profondeur poétique qui moi ne cesse de m’interroger comme chercheur ….J’aurai le bonheur de déguster votre café …. tout en chantant … c’est mieux que le St-Vincent de ma jeunesse ça)))

merci pour le chemin conduisant à chez vous ce sera magnifique comme rencontre

Pierrot .

—————-

Très cher Pierre,

Je crois bien que nos attentes sont les mêmes… de ces moments magiques que nous vivrons ensemble…

Il y a dans la différence entre l’existence et  l’abs-xistence une profondeur poétique qui moi ne cesse de m’interroger comme chercheur ….

Je suis curieuse de nature… j’imagine que vous me parlerez de ces interrogations de chercheur… et des conclusions que vous en tirez…

Dans la vie, il y a des périodes tellement intenses, qu’elles ne nous laissent aucune place à la réflexion… J’ai souvent vécu un jour à la fois, dans un mode survie… à certains moments, l’existence est un tourbillon… qu’il faut suivre si nous ne voulons pas être éjecté, ou voir éjecter ceux qu’on aime…

Lors d’une autre rencontre, quand nous aurons plus le temps, je relirai avec vous les lettres que chaque Noël j’envoyais à mes parents qui vivaient en Floride – des lettres écrites après mon divorce, quand chaque année je faisais un pas de plus dans la réorganisation de ma vie, et de celles de mes enfants – le plus merveilleux, c’est que mes parents, mon père surtout, n’a jamais émis le moindre blâme à mon endroit… Ma mère ne me blâmait pas non plus, mais elle craignait tellement l’opinion des autres… c’est son attitude qui m’a fait, un jour, me ficher complétement du regard de mes semblables sur mes choix de vie…

Oui, cher Pierre, nous vivrons du merveilleux… justement, ce matin, en buvant mon café à l’extérieur, j’ai écouté votre chanson du Café des passants…

Bonne fin de journée,

Claire

—————–

chacun de mes concepts du traité des abs n’a pas encore traversé poétiquement l’excellence d’une oreille élue

Chère Claire

La chanson du café des passants reflète exactement ce que j’entends par abs-xistence et ontikhation sous le chatoiment d’un rêve big bang… alors que les autres chansons du disque … décrivent plutôt  l’existence ou l’ontike des désirs quand le rêve est en manque…

J’aurai donc le privilège … au travers de mes chansons et de ma guitare… de creuser la définition de quelques unes de mes 350 inventions du traité des abs …. wowwwww… quelle joie… pour la suite du doctorat des rêveurs équitables à l’université de Sherbrooke.

Chaque mois de juin convoque en moi la soif abs-xistentielle de reprendre la route de la beauté du monde comme vagabond … Je n’y échappe pas plus cette année… 

question: avez vous un appareil pour lire un cd video? car j’ai un 15 minutes sur les Contretemps que j’aimerais vous faire voir…

Je prends le pari que la poésie découlant de notre rencontre va vous permettre ….à vous également … de tisser …. des débris de la mémoire du k-oeur qui sont tellement différents des débris de la mémoire du corps:))) ainsi me semble-t-il en sera-t-il de la correspondance avec vos parents…

à demain vendredi donc …. je devrais arriver vers 4 h. p.m…. Cela vous va?

Pierrot

——————-

Très cher Pierre,

Quelle fantastique rencontre nous avons eue… toute en douceur et en harmonie…

Je vous envoie quelques photos… – tiens, voilà qu’en épistolaire je reviens au vous -, quelques photos en souvenirs de ces agréables moments passés ensemble. De mon côté, j’ai deux enregistrements, Aux marches du palais, et La solitude… les autres, j’ai appuyé sur le mauvais bouton. C’est dommage que je n’aie pas ces enregistrements, mais je me dis que c’est bien que cela se produise maintenant, je vais être plus attentive quand nous en ferons d’autres, comme sur la route, dans les endroits que vous voulez visiter.

Plus que jamais, je trouve que le fait que nos destins se soient croisés, à cette étape de la vie, est un véritable cadeau… savourons, cher Pierre!

Je vous souhaite une belle fin de dimanche.

Claire

——————

Vous êtes une hôtesse exceptionnelle Claire:)))

chère claire,

En effet le retour au vous lorsque l’on s’écrit m’apparaît tellement naturel…. Je n’en reviens pas de voir à quel point la douceur et le rythme respectueux y était… lors de mon passage chez vous …. Il n’y manquait que le jeu de scrabble:)))))))))

Ma journée chez Raymond-Louis fut à la hauteur de l’amitié que je lui porte… Gaelle a travaillé nuit et jour à son projet Mexique Québec… le déménagement se précise… tout se passe pour le mieux…. yessssssssssss:)))))

Si la tendance se maintient… nous aurons un mois de juin  fébrile, dense et surtout poétique….. avec de la lenteur…. J’ai en mémoire vos succulents repas… vraiment… wowwww….. et le gâteau aux carottes en finale:)))))

J’ai vraiment récupéré …. et chanter pour vous fut un vrai repos pour moi ….

Le temps de célébrer l’épopée de nos vies créatrices me semble plein de promesses

Merciiiiiiiiiiiiiiii

j’espère que votre chat a retrouvé ses repaires:))))

Pierrot :))))

——————-

Cher Pierre,

Lors de votre passage chez moi, ce fut un réel plaisir de découvrir que vous étiez un fin gourmet, et que vous aviez la délicatesse d’en féliciter la cuisinière, et de savourer… Comme je vous l’ai dit, cuisiner pour moi, c’est un art… les bonnes épices qui s’accordent aux mets choisis… C’est certain que j’ai un peu perdu la main, car je cuisine avec moins de recherches quand c’est uniquement pour moi… quoique ça m’arrive, à l’occasion, de me choyer dans ce domaine… J’ai mangé les deux derniers morceaux de gâteau aux carottes… mais soyez sans inquiétude, j’en aurai fait un autre quand vous viendrez la semaine prochaine…

Aussi, j’ai vérifié, et j’ai bien un jeu de scrabble dans mon walk-in… nous pourrons l’apporter sur la route… votre bonheur sera ainsi des plus complet… et vous apporterez votre guitare et votre cahier de chanson, ce qui rendra mon bonheur à moi des plus parfait. J’apprécie que vous me disiez que chanter pour moi, est pour vous un vrai repos… j’aime tellement vous entendre, et discuter des chansons… de la beauté des mots, des messages qu’elles portent… que je crains parfois d’abuser…

Je vous joins le message d’un lecteur, reçu à l’instant… donner ainsi le goût du roman à un homme de 75 ans, me ravit. Ça me donne le sentiment que ma plume se distingue des autres… par les émotions qu’elle fait naître… aussi, par le suspens de mes intrigues.

« Madame Bergeron,

Je n’ai jamais été un lecteur de romans (quoi que je fais beaucoup de lecture) ; cependant un ami m’a donné votre livre « Dans l’ombre de la Sainte Mafia » que j’ai accepté avec hésitation.  C’est avec une grande passion et un mélange d’émotions que j’ai lu ce livre.  Depuis, j’ai acheté Les secrets d’une âme brisée, Sous le manteau du silence, Le crime de sœur Marie-Hosanna ; j’en ai la passion.  Merci infiniment pour ces merveilleux moments que j’apprécie beaucoup.  Votre plume nous en mets plein la vue et le cœur…  C’est à 75 ans que vous m’avez fait découvrir l’immense plaisir de lire des romans ; vous avez le don de nous arracher des émotions et vos romans nous tiennent en haleine du début à la fin.  BRAVO, ne lâchez surtout pas, j’ai déjà hâte de me procurer votre prochain roman. Marcel L. »

Cher Pierre, bonne fin de journée.

Claire

——————–

merci pour les belles photos:))))0 Nous avons le privilège d’être compatibles Claire ….. cette oreille unique que je recherchais… la vie me l’a accordé:)))

chère Claire

C’est extraordinaire cette intimité du k-oeur dont vous témoigne votre lectorat… Cet homme a raison… votre écriture convoque par l’énigme et la justesse historique de la condition humaine sous les fleuves des passions de l’âme … l,essentiel que partage toute énigme de vivre …. et vous le dites dans des mots si bien écrits:)))

—————

Pour accompagner ces très précieux échanges que nous avons vécu ….j,ai pensé vous envoyer quelques extraits de blogues pour mieux contextualiser mon 1000 pages… Monsieur 2.7k …. par lequel la iittérature a fait naître … par la lettre K… le vagabond céleste qui lui… comme abs-chétype hologrammique … a pu vagabonder la beauté du monde:))))

—————-

EN PRÉPARATION DU VOYAGE À LA TUQUE

 

POUR FAIRE SUITE AU FAIT QUE SIMON …. QUAND IL CONTE LE VAGABOND CÉLESTE ….. OU FRED QUANS IL RACONTE LES 4 QUESTIONS..  …..N’ONT AUCUNE IDÉE DU POURQUOI UN HOMME A TOUT DONNÉ POUR VAGABONDER LA BEAUTÉ DU MONDE:))))

————

LA IERE PAGE DU 1000 PAGES DE MONSIEUR 2.7K

————– 

———————– 

———————————

Voici l’histoire de Monsieur K… , prisonnier numérique K…ui s’évade d’Internet après avoir franchi 1000 pages dématérialisées de débrits de bitts… Son rêve, marcher la fraîcheur  existentielle de la beauté du monde sans le boulet de l’information enchaîné à l’un de ses pieds, enfin libéré de 1000 pages de placenta ayant permis l’accouchement d’un vagabond céleste.  MONSIEUR 2.7K CERVEAU  THÉÂTRE Déjeuner­causerie avec L’AUTEUR­CONTEUR 

CHER MONSIEUR…  Votre manière d’écrire est si déroutante ”K”…u’on n’arrive pas à la classer. En ce ”K”…ui me concerne, j’avoue être incapable d’imaginer ”K”…uels lecteurs pourraient lire ce récit d’un  bout à l’autre.  

CHER EDITEUR…  N’est pas Francisco de Robles qui veut. Ce ne sera pas la première fois, dans l’histoire de  l’art, ”K”…u’un éditeur se rend immortel grâce à son incompétence littéraire. Je vous rendrai donc  immortel, comme le fit Proust pour Gide et même un peu plus. Pardonnez ma générosité…. Mon  cerveau­théâtre de 1000 pages ”K”…ommencera ”donc” et se terminera  ”donc” par votre lettre. ”Il n’est de vraie littérature ”K”…ue produite non par des fonctionnaires bien pensants et zélés, mais par des fous, des ermites, des hérétiques, des rêveurs des rebelles et des sceptiques”…  Zamzatin…vous connaissez cet écrivain monsieur l’éditeur?J)))))))) ***(paquet de bits)…

***  Pierrot­la­lune J))) directeur artistique des mots

——————- 

—————————– 

————————————–

ART COMME SCIENCE DE LA LIBERTÉ

(1127) (………..)

L’ART EST UNE SORTE DE SCIENCE DE LA LIBERTÉ ….. Ce que j’ai adoré le plus dans ma vie d’artiste de scène (32 ans), c’est ce qui se passait entre deux spectacles… Dans ma vingtaine, je traînais mon gros dactylo dans mon automobile et la nuit, après le spectacle, dans ma chambre de motel, je retapais les textes de mes chansons dans de nouveaux cahiers et j’en apprenais de nouvelles… et surtout, je réfléchissais sur les perles majeures qui trainaient ça et là au cœur de cet art mineur de la ballade… je n’apprenais rien par cœur… je chantais en lisant les textes et souvent, j’arrêtais entre deux couplets pour raconter au public CETTE SCIENCE DE LA LIBERTÉ… qu’y traçaient les Brassens, Brel, Béart, Félix Leclerc… A cette époque-là, la radio fm de radio-Canada était une radio culturelle et élitiste qui nous faisait découvrir un grand nombre de productions de France-Culture… que d’innombrables heures à rouler en me cultivant. … Puis, en vieillissant, (mes 18 ans en duo avec Denis Lamarre) j’arrêtais la nuit entre deux spectacles pour lire, là où il y avait de la lumière… à une telle intensité que parfois j’oubliais de passer voir une femme ou l’autre parce que mes livres étaient plus intéressants que ce que ces honnêtes représentantes de la beauté du monde auraient pu me conter… Je n’ai jamais eu de patron, pour ainsi dire, pigiste, libre, hors temps, hors réalité hors servitude, je détestais toute dépendance (j’ai fais ma carrière sans boire, ni droguer, ni fumer)… j’avais même horreur qu’on me touche parce que ça nuisait à mon cerveau:))))))))))))))))))). … J’étais passionné de recherche intellectuelle au point d’avoir mis 14 ans à me taper une mâitrise sur le rire dans une forme de la question doctorante suivante: COMMENT SE FAIT-IL QUE LE SUCRE EST SUCRÉ POUR TOUS ET QU’UN GAG NE SOIT PAS DRÔLE POUR TOUS? … Ce que j’aimais de la scène, c’est qu’elle me permettait une sortie de la prison que constitue la vie axiologique ou fantomatique. Et comme je n’étais pas sensible aux applaudissements où à une réussite au niveau carrière, j’étais comme LA LETTRE VOLÉE D’EDGAR POE… bien cachée parce que visible… J’ai vécu mes mariages et vies de couple comme John Wayne a fait ses films…. en passant… parce que je ne savais pas encore intellectuellement que toute forme d’engagement est en soi une toile d’araignée axiologique…. je n’avais pas les mots… Le mariage, la famille, la religion, l’état, sont des séquelles désenchantées des errants axiologiques ayant en horreur la peur fantomatique de la survie. Comme disait Einstein, l’homme est d’abord esclave de son estomac. … Musil, Kafka, Bretch, Becket ont contribué mondialement par la littérature à décreypter les pièges de l’errance axiologique en en dénonçant les conséquences fantomatiques… Beuys et Duchamps de leur côté ont ouvert le chantier de l’errance poétique au niveau de l’armature comme de la structure de l’ontologie existentielle bien encadrée théoriquement par l’ÊTRE ET LE NÉANT et LA NOUVELLE THÉORIE DES ÉMOTIONS de Jean-Paul Sartre…Et en ce sens, L’homme sans qualité de Robert Musil est l’antithèse de L’homme aux quatre questions du vagabond céleste. … Oui, Joseph Beuys a eu raison d’affirmer que L’ART EST UNE ESPÈCE DE SCIENCE DE LA LIBERTÉ. …

—————- 

(1508) (11 décembre 2016)

(méthodologie) l’importance d’avoir une variété de modes d’argumentation dans la mise en place conceptuelle de la nano-démocratie citoyenne planétaire des 125 tirés au sort … Que de chemins parcourus d’un vagabondage à l’autre…. où je me suis même permis d’expérimenter la méthode de Marcel Duchamp en passant par L’ESTHÉTISME DE L’INDIFFÉRENCE , et cela durant quelques années. … Que de longues journées à réfléchir au dessus d’un simple jeu d’échec…. cela m’a pris du temps à saisir que je tentais de DÉSINSTITUTIONNALISER MON CERVEAU intoxiqué par le judéo-christianisme autant que par la loi du sang obligeant la personne humaine à supporter les irritants de la vie domestique comme ceux de la parentèle élargie … J’intuitionnais depuis le début (comme squatter à la la librairie alternative de Victoriaville où j’ai dormi durant 4 ans sur une table dans la cave entouré de livres) que LE PAYS ŒUVRE D’ART DE FRANK SCOTT ÉTAIT MA DESTINATION INTELLECTUELLE . … Y arriverais-je avant ma mort? Rien n’était moins sur… Il m’a fallut marcher un pays meurtri par un résidu de nationalisme ethnique du 19eme siècle basé sur les pulsions ami/ennemi, où la langue, la race et la religion emprisonnaient la personne humaine dans des superstitions réductrices de toutes sortes. LE QUÉBEC DE LIONEL GROULX avait bien mal survécu à la révolution tranquille. … Un sentiment d’appartenance n’est pas une raison pour accepter sans critique un DÉFICIT COSMOPOLITIQUE DE LA DIGNITÉ ABSTRAITE DE LA PERSONNE HUMAINE. … Et en ce sens …

C’est la lecture de l’esprit des lois de Montesquieu qui me convainquit que le droit devait passer par une nouvelle séparation du pouvoir….. suite à la sienne (législatif, exécutif et judiciaire)

Puis celle de  Hobbes me fit trembler d’horreur quand je réalisai qu’ en reconstruisant l’imaginaire d’individus abandonnant leur état de nature à un Leviathan représentant le contrat social, Hobbes avait mis au monde un monstre… DES ÉTATS QUI ENTRE EUX se font la guerre parce qu’ils sont et restent encore aujourd’hui des nations en état de nature., et même si cela semblait restraint par les traités de Westphalie.

C’est alors surgit en notre équipe de recherche (Auld-Woodard-Rochette) le concept de nanodémocratie, de citoyens vies personnelles œuvre d’art, par tirage au sort de 125 nanocitoyens. …Michel le concierge en tira un documentaire merveilleux… «LE PAYS OEUVRE D’ART?»… Marlene la jardinière en tira une poésie intense s’incarnant dans sa mise en forme de la beauté du monde par son jardin à Grande Iles (Valleyfield) reprenant la même route ontologique que L’HOMME QUI PLANTAIT DES ARBRES (GIONO).

Pierrot vagabond parcourut 4 universités comme ARTISTE-ACTIVISTE-HUMANISTE pratiquant L’ART DE LINFILTRATION SOCIALE PAR LE VAGABONDAGE … afin d’identifier, si possible un champ de recherche qui ne soit pas fosssilisé par la bureaucratie intellectuelle des professeurs qui payent leur maison en enseignant de la matière structurée plus par leur paye et leurs besoins primaires que par la nécessité créatrice de chercheurs.

Oui, nous fumes TROIS NANO-CITOYENS DU PAYS ŒUVRE D’ART À LA RECHERCHE D’UN UNIVERS PARALLÈLE (MICHEL LE CONCIERGE)trois citoyens du «pays œuvre d’art?»

Oui, nous savions tous les trois que LA LOGIQUE PARTISANE de la politique si engluée de petitesse argumentative ne pouvais satisfaire notre SOIF DE JUSTICE COSMOPOLITIQUE, et cela autant à Québec qu’à Ottawa…. Oui, nous cherchions tous les trois l’univers parallèle… et nous soumettons l’hypothèse forte suivante… LA NANODÉMOCRATIE CITOYENNE PLANÉTAIRE DES 125 VIES PERSONNELLES OEUVRE D’ART nous apparaît comme une émergence de la dignité humaine sur terre incontournable au 21eme siècle. … Oui, le jour où un consortium d’universités à travers la planète financé par un consortium de fondations humanistes créera une chaire universitaire citoyenne planétaire, cela prendre moins de trois ans à fonder la nanodémocratie citoyenne planétaire sur terre, pour que les droits des enfants de la planète soient enfin érigés comme gardiens du droit cosmopolitique sur terre, ayant primauté dymanique sur les droits interétatiques comme sur les droits étatiques.

LE DROIT COSMOPOLITIQUE N’EST PAS UNE QUESTION DE SOUVERAINETÉ
DES ÉTATS COMME DES INTER-ÉTATS MAIS UNE QUESTION DE LA DIGNITÉ
DE CHAQUE PERSONNE HUMAINE SUR LA PLANÈTE TERRE
ET ENCORE PLUS DU DROIT À CHAQUE ENFANT
D’AVOIR UNE ÉDUCATION À UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ARTDANS UN PAYS OEUVRE D’ART ARCHITECTURÉ EN PAIX JURIDIQUE
AVEC LES AUTRES PAYS OEUVRE D’ART

J’aimerais rendre hommage à notre équipe de recherche (Auld-Woodard-Rochette) au nom de qui tout ce que j’exprime dans ce blogue n’aurait jamais pu atteindre sa variété de modes argumentaires. … En nanodémocratie l’individu est sujet direct du droit cosmopolitiquedans la figure la plus achevée du droit transnational au point où
les 125 élus de la planète par tirage au sort pourrait constituer de droit indépendant du droit des états un jury dans des procès de cour pénale internationale car ce sont des individus voyouset non des états-voyous qui doivent être emmenés en procès
pour crime contre l’humanité …. CONTRE LES ENFANTS DE L’HUMANITÉ …

La séparation des pouvoirs du droit des états et des inter états, des pouvoirs du droit cosmopolitique des enfants sur terre sera à la structure légale du 21eme siècle ce que fut la séparation des pouvoirs de Montesquieu au 18eme siècle des lumières françaises

—————– 

(2604) (14 février 2019)

L’invention du champ constellaire a pris plusieurs années de recherche ( car j’ai passé par des détours autodidactes, et cela en ordre) de la théologie (Oratoire St-Joseph) sociologie (U.M.), science quantique (UQAM), histoire de l’art (UQAM) science politique (Concordia) , phénoménologie Mc Gill, métaphysique Concordia, phénoménologie (Mc Gill) … épistémologie (Uqam) (méthodologie (Uqam) … Combien d’années, 15 heures par jour, 7 jours par semaine à creuser des CHAMPS INSTITUTIONNELS  pour trouver LE CADRE THÉORIQUE  qui me permettrait de traiterLA PREMIÈRE QUESTION  à partir de laquelle je suis parti vagabonder le pays : SI JE PRENDS SOIN DE L’UNIVERS EST-CE QUE L’UNIVERS VA PRENDRE SOIN DE MOI? … 

Les 2 premières années en sociologie à l’université de Montréal en autodidacte ont fini par me convaincre que les sociologues n’étaient finalement que des tâcherons de l’empirisme, que ce soit en qualitatif (Weber et compagnie) ou quantitatif (ex. l’école de Chicago). Je n’y trouvais pas les FONDEMENTS DES ORIGINES DES ERRANCES POÉTIQUES  que j’avais vécu sur la route. …

 L’histoire de l’art racontait l’histoire des formes autant en esthétique qu’en philosophie de l’art passant par les écoles contextuelles. Je passai plusieurs étés avec Duchamp et son rapport à l’objet par ses ready made… tout un été à Tadoussac à vivre au 2eme étage d’un restaurant obsédé par l’œuvre au-dessus d’un jeu d’échec. … Puis cette année complète à lire toutes les biographies des présidents américains à Concordia…. pour saisir que les règles du jeu d’échec reliées à la politique sont si malhonnêtement jouées par la plupart des acteurs QU’AUCUNE ERRANCE POÉTIQUE NE PEUT Y SURVIVRE. … Puis ce long passage en métaphysique , parallèlement à Concordia où la perte des repaires que j’ai subies ne valaient même pas la grande aventure des mystiques illuminés de la iere moitié du 17eme siècle (les pères Coton, Sully, Alvarez, Thérèse d’Avila, Jean de la croix, Marguerite Bourgeois) entrecoupées de mes brosses d’être et attaques d’être habitant tel un château de l’âme la DOUCEUR DES VIES ANONYMES DANSANT LA BEAUTÉ DU MONDE. … Puis la phénoménologie à Mc Gill où les murs de l’époché faisant suite à ce douloureux parcours en dialectique (Socrate, Platon, Hegel, Marx..) pour terminer avec la critique de la raison dialectique de Sartre. …Puis l’épisode de les théologies catholique et protestantes…en dormant sous la galerie de la chapelle du Frère André… quelle histoire…Puis l’épistémologie, la méthodologie…. Et soudain… L’INVENTION DU CHAMP CONSTELLAIRE … avec des ÉTIQUETTES QUI FLOTTENT LEUR ERRANCE POÉTIQUE ATTRACTIVE  au point d’évacuer sans pudeur tous les attributs essentiels provenant de la physique quantique, de l’histoire de l’art, de la science politique, de la métaphysique, de la phénoménologie, de la théologie, de l’épistémologie autant que de la méthodologie … Et la question qui soudain illumine tout le CHAMP CONSTELLAIRE : SI JE PRENDS SOIN DU MULTIVERS, EST-CE QUE LE MULTIVERS VA PRENDRE SOIN DE MOI? … 

—————–

faut avoir été vagabond pour reconnaçitre une cuisinière horsd pair….j’ai encore en mémoire la danse des épices… la cuisson impeccable et la présentation… vraiment Claire

bravo:)))

—————–

Chère Claire

La différence entre un professeur de philo et un philosophe ne fut établie clairement que par

  1. H. Thoreau … Je la pratique en montant sur ses épaules… Un philosophe n’et que rarement un bon professeur… au sens ou il vit dans sa tête 24 heures par jour.. et comme dit Thoreau…  sa vie est sa pensée et sa pensée est sa vie…

Mais je t’avoue que ce Benoit Coutu… qui se présente comme un historien de la philosophie me semble un merveilleux didacticien, passionné de ses élèves… et quand je rencontre un vrai professeur de philosophie… je suis aussi émerveillé que si je rencontrais un vrai philosophe. Il me semble si talentueux que je me propose d’aller suivre cet automne ses cours en auditeur libre, s’il le veut bien, juste pour me détendre au lieu d’écouter You tube… Il enseigne au cegep et à l’université des cours d’initition à la philo et ma fois vagabonder ses cours me semblerait bien agréable:)))) Tu vous… nous avons vécu de la synchroni-vie-té dans ce voyage à La Tuque juste (selon mes hypothèses) parce que nous étions à la recherche de qwalias… ex: le centre Félix Leclerc qui est ouvert, Noirmand assis par hasard en arrière de nous, le gps qui trouve notre jeune étudiante…. Dans ce voyage à Calgary… je sais que dans les yeux d’Isabelle je retrouverai les qwalias de ton k-oeur bien vivants…. et ce voyage fera en sorte que des événéments de synchroni-vie-ténous feront vivre l’impossible heureux à bien des occasions

Pierrot

 

THOREAU – Qu’est-ce qu’une vie philosophique ? – YouTube

 

 

 

Pierrot

 

——————

La bonne compagnie est l’ingrédient qui rend la nourriture excellente…

Merci pour votre visite… et vos merveilleuses chansons !

Claire

——————-

un vrai vagabond chez une vraie écrivaine… une vraie fourchette chez une vraie cuistot …un vrai passionné des mots chez une vraie oreille-plume

Chère Claire,

 

Cela me prend souvent plus de 48 heures avant que les mots ne surgissent en moi dans toute sa dévotion à l’abs-xistence qui se définierait comme un rêve de mots qui ne triche pas avec un rêve de vie…

THOREAU – Qu’est-ce qu’une vie philosophique ? – YouTube

Je me rappelle quand j’ai sonné chez vous … et que la porte s’est ouverte...Ce magnifique TU rempli de vous épistolaires qui a surgi soudain de la somme de tous mes vagabondages. J’étais vagabond… et j,entrais chez vous comme vagabond… Plus je visitais votre intérieur … plus je me disais … je dois aller marcher dehors pour voir s’il n’y aurait pas une petite bibliotheque et un petit bois ou je pourrais y dormir dehors…

Ce qui accentuait la beauté de mon rêve… c’était la beauté du vôtre Claire. Cette petite maison ou vous vivez seule sans jamais manquer d’amour pour vos proches… ce tout petit bureau ou vous écrivez, cette cuisine ou vous confectionnez des mets exquis…

J’avais une chambre pour y accueillir le vagabond… Je n’y voyais que le plancher comme quand je dormais dans les cimetières, je n’y voyais que le gazon bien coupé sous des arbres enchanteurs du vent de la vie…

Cette petite table dehors… ce chat à la Edgar Poe qui n’existe peut-être pas et pour lequel j’oubliais de refermer la porte comme si j’étais sur scène pour y vivre un bitt burlesque d’une porte que je ne réussis jamais à refermer… cette oreille faite pour écouter une chanson … ces repas, ce café…

Oui… un vrai vagabond qui arrive chez une vraie écrivaine… c’est de ça que sera fait notre voyage à Latuque … de qwalias, de recherches, de chansons de marches philosophiques et de jeux de scrabble

Bon réveil Claire

Pierrot

——————-

 

 

Qu’est-ce qu’un vie philosophique…

 

Bonjour Pierre,

 

Je viens d’écouter le YouTube que vous m’avez fait parvenir, hier : Qu’est-ce qu’une vie philosophique ?

 

J’avoue que cette écoute a fait monter d’un cran ma compréhension versus de ce dont vous m’avez parlé, soit la différence entre un prof de philo et un philosophe. J’en retiens : Découvrir le sentiment puissant d’exister. Jouir du pur plaisir d’exister… et que la philosophie se vit. Avoir écouter la pensée de Thoreau va faciliter nos échanges…

 

Je vous joins le texte écrit par des compagnes, à la fin de ma 12ème année… que j’ai retrouvé hier, par hasard, en rangeant de vieux papiers. Il y a un mot qui ne semble pas me convenir : violent… que je changerais pour passionné… Mais dans l’ensemble, j’y retrouve la jeune femme de 18 ans, débordante de vie, à la recherche de la beauté du monde et du pourquoi de l’existence…

 

En passant, j’ai refait du gâteau aux carottes…

Bonne journée.

Claire

 

———————

Chère Claire

Comme cela prend des mois d’aprivoisement pour que le côté brouillon d’un vagabond se déleste de ses nuages pour faire soudain lever le soleil de son rêve à l’oreille d’une écrivaine….quand je pense à votre remarquable rêve … maintenant, je le vois entouré de morceaux de gâteau au carottes:)))))) C’est fou quand même …. comme soudain tout ce dialogue épistolaire prend des formes de bonheur de dire et de chanter dans la simplicité d’un vivre:))))

Oui… je suis monté sur les épaules de D.H. Thoreau …. qui a d’ailleurs vagabondé le Québec …….

L’essentiel de ma vie de philosophe Claire, ce fut de trouver le chemin abs-xistentiel pour que chacun puisse avoir accès à une vie personnelle oeuvre d’art…. par le biais de son rêve de vie…car dès qu’on marche vers son rêve de vie, on est philosophe et nul besoin d’être ou de fréquenter un professeur de philosophie…. 4 questions … tout simplement… Tel en est l’aboutissdement d’une vie de recherche:)))

J’ai voulu radicaliser le rapport entre la pensée et la vie en faisant de mon rêve une réalité et de ma réalité mon rêve… expérience de vie… à partir de laquelle les 4 questions du ays oeuvre d,art pourraient en sculpter une 5ième… COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE… et cela par l’invention de la nano-citoyenneté-planétaire.

Bonne suite à votre journée Claire:))))

Pierrot

———————

Bonsoir Pierre,

J’espère que vous avez passé du bon temps avec Arnaud et Alexis… ils sont chanceux de pouvoir compter sur vous. J’imagine que tout commence à être prêt pour votre déménagement…

Évangéline m’a invité à passer la voir, ce samedi en après-midi… elle va à un souper, suivi d’un bal… père/fille, dans un hôtel de Montréal. Elle me semble très heureuse de cette sortie avec son papa. Elle a choisi sa robe avec beaucoup de finesse… j’ai bien hâte de les voir, tous le deux, partir bras dessus bras dessous… pour le premier bal d’Évangéline. Elles sont chanceuses, les petites filles d’aujourd’hui… j’espère qu’elles continueront de porter bien haut le flambeau que notre génération a allumé pour elles…

À part ça, je termine l’écriture de mon roman… je suis perfectionniste, je n’aimais pas vraiment la finale. Alors j’ai replongé dans mon imaginaire… mais tout va bien, je vogue sur de bonnes idées. J’avoue que j’ai hâte de déposer ma plume… notre épopée en Mauricie sera la bienvenue… et vos chansons seront les moments magiques de notre escapade…

Bon retour chez vous.

Claire

——————

Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>

jeu. 9 juin 18:30 (il y a 13 heures)
À Claire

j’arrive de chez Arnaud…. wowww….  en ouvrant mon ordi … je me rend compte que  j’ai reçu une iere réponse d’un ier festival de conteurs … celui de Trois Pistoles… un des plus gros au Québec pour une performance dont le titre sera de Pierrot le vagabond céleste à Simon Gauthier le conteur … Il était une fois l’impossible c’est tout ce que ‘espérais… wowwww je pourrai ainsi lancer une tournée en Europe et dans les autres festivals de conteurs du Québec avec mes racontes et mes chansons

Pierrot:))))

————-

Bonjour Pierre,

Je vous confirme donc que nous vous invitons à la programmation du Cabaret céleste (hommage à Simon), le 17 août prochain à Trois-Pistoles. Nous pouvons vous offrir un cachet de 600$ pour la soirée, les frais de transport et d’hébergement. 

Est-ce que vous êtes intéressé et disponible?

Au plaisir!

Gabrielle Ayotte Garneau, directrice générale

Compagnons de la mise en valeur du patrimoine vivant de Trois-Pistoles / Vents de paroles / Rendez-vous des Grandes Gueules / Forge à Bérubé

363 rue Vézina, Trois-Pistoles, Québec G0L 4K0 / 418.857.3248

——————–

WOW !!!!! Comme je suis heureuse pour vous !!!!!

Vous devrez m’en dire davantage…

Oui… des portes s’ouvrent à vous… j’ai bien hâte d’en jaser avec vous.

Claire

—————–

2 performances différentes cet été …. mais qui rejoignent le même objectif… rendre disponible au plus grand nombre la question… quel est ton rêve?

Chère Claire

comme vous devez être stimulée à imaginer l’impossible pour tisser la finale de votre nouveau roman:))))))

————- 

De mon  côté

On dirait que mon chemin vers le prix Nobel de la paix se clarifie, s’illumine de paix spirituelle…. comme si tout était inscrit dans l’adn même de mon rêve de vagabond de la beauté du monde.

Au mois de juillet, au festival des géants de la pointe … j’expérimenterai à nouveau avec Michel et Marlene le concept d’un rendez-vous des rêveurs équitables ou 39 personnes … moitié innus moitié non innus franchissent la ligne de couleur par la question .. Quel est ton rêve? Le tout autour d’un bâton de paroles et de chansons…

Puis au mois d’aout…. le 17 … Je rendrai hommage à Simon en reproduisant sur scène … cette intensité de mon rêve, d’anecdotes en anecdotes entrecoupés de courruels de Simon me racontant l’effet de son conte sur le public de spectacle en spectacle àà travers la francophonie…. 2 rêves … 2 chercheurs… mais ou soudain après la mort de Simon… Simon devient le personnage de son propre conte et Pierrot le conteur personnage d’une réalité rêve qui fut plus vraien qu’un conte…

Et je sens que ce n’est qu’un début …. Il me suffira de réussir un seul festival pour avoir accès , à tous les festivals de la francophonie ou Simon est passé … ainsi qu’à une subvantion pour une tournée dans les écoles avec les rendez-vous des rêveurs équitables… dans une sorte de modélisation du concept dont on peut témoigner sur you tube par exemple

Je me fie à ma bonne étoile:))))

à suivre…

l’essentiel est de ne pas tricher avec son rêve de vie…

Pierrot

——————–

Cher Pierre,
Je vous écris assise dehors dans ma balançoire, en dégustant un bon latté…Les choses doivent se bousculer chez vous… demain le déménagement…J’imagine que vous allez apporter chez moi votre ordinateur portable… que je puisse vous envoyer nos audios au fur et à mesure des enregistrements, et que vous puissiez les écouter…
Aussi, je ne sais pas comment fonctionne votre téléphone… mais ce serait peut-être une bonne idée de l’activer, pour quand nous serons sur la route… il est possible qu’à certains moments vous vous éloigniez un peu… nous pourrions garder contact…
Je vais aller dîner chez David… pour, en après-midi assister à leur départ pour le bal père/ fille…
Bon travail avec vos boîtes…
Claire

—————-

que Gaelle continue à créer, à inventer au travers le montage des boîtes…. incroyable

Chère Claire

Comment vous dire… Dans le désordre total de l’appartement… Gaelle a pris une heure et demie enregistrée à énoncer ses nouvelles inventions métaphysiques en vue du doctorat … Incroyable… Nous avons monté nos boîtes dans la plus parfaite harmonie tout en restant dans une danse de la création enchantée… elle dans sa problématique des grahes, moi dans mon traité des abs…

Tout devrait se passer très bien demain. Aujourd’hui, nous allons d’abord prioriser la création pendant qu’elle surgit… puis les boîtes entre deux espaces … Nous devrions être prêts:)))) le timing est bon.

—————  

Bien sur que j’apporterai mon portable chez vous. Tant qu’au téléphone… j’ai annulé le mien pour économiser….et cela depuis quelques mois…. On se concentre pour aider la famille en Afrique …. Mais bon… on s,en tirera bien quand même

Beaux moments avec David et sa fille Je vous reviens quelque part entre ce soir et demain

Pierrot

———————

Parfait pour le téléphone, on va s’arranger. On pourrait se prémunir de pigeons voyageurs… Rosalie m’a déjà demandé si c’est comme ça qu’on communiquait, quand j’étais jeune…

Bonne journée ensoleillée!

Claire

Claire Bergeron

——————-

Chère Claire

La pauvreté poétique qui m’habite le k-oeur coulera en hymne à la joie demain quand nous prendrons la direction de l’université de sherbrooke pour une iere partie du déménagement… Je verrai Gaelle marcher génialement vers son rêve de vie…

Gaelle a enfin trouver sa co-direction…il lui reste à la conquérir …. philosophe,métaphysicien, litrérature numérique cinéma… il a tous les champs d’exploration que Gaelle recherchait dans la même direction…. the queen is coming… avec sa directrice en épistémé marginale… wowwww…. il faut juste que ma bonne étoile continue à prendre soin du meilleur en moi

Bonne suite à votre samedi

Pierrot … je continue mes boîtes … Gaelle vient de terminer sa formation Québec Mexique

——

chère Claire… Comme la vie est faite d’imprévus parfois ma joie infini du 18 au 25 juin de notre épopée me console d’un coup du destin que j,aurais tellement aimé vivre pour aider gaelle… Je trouverai bien autre chose:)))) Ici tout se passe bien Je suggère de vous rejoindre le 17 juin vers 4 h. p.m. avec guitare, ordi et cahier de chansons après avoir été à la banque alimentaire pour être certain que Gaele ne manque de rien avant notre départ… Il serait agréable d’aller ensemble dans le Vieux Montréal au retour … de La Tuque… ce qui me donnera la chance d’ici le 17 juin de bien accompagner Gaelle qui fait des demandes se subvantions pour une résidence d’artiste suite au programme Québec mexique…

J’aurai toujours le 17 août lors de l’hommage à Simon pour me reprendre…

merci d’être là

Pierrot

—————————–

Claire

lun. 13 juin 21:25 (il y a 10 heures)
À moi

Bonsoir Pierre,

Nous ferons de notre épopée du 18 au 25 juin… une île enchantée… paisible… nous oublierons les imprévus qui vous perturbent, pour jouir uniquement du moment présent, à chaque étape de cet agréable voyage.

De toute façon, je suis certaine que si cette fenêtre du festival de 8ème île se ferme pour cette année, un autre va s’ouvrir… Gaëlle arrive à la fin de son marathon, elle est dans le dernier sprint… tout va bien aller, j’en suis certaine ! Accrochez-vous à votre bonne étoile… elle ne vous a jamais déçu…

David est venu ce soir, chercher un pantalon d’habit que j’avais réparé pour Édouard – eh oui, je suis aussi une excellente couturière… enfin, je l’ai été – et il aimerait bien nous recevoir chez lui le dimanche 26 juin, à notre retour, pour un souper en famille… le moment idéal pour chanter la chanson Évangéline à ma petite Fée, comme vous l’avez appelé lors de l’enregistrement de ma chanson… et lui raconter cette belle histoire…

Je tiens vraiment à vous accompagner dans le Vieux Montréal… à Val David, aussi, j’aimerais bien… nous aurons quelques jours, à notre retour de La Tuque, avant que vous partiez pour Sherbrooke…

Que vous arriviez chez moi le 17 juin au cours de l’après-midi me va parfaitement. Je suis là… pour vous et avec vous… ça fait presque dix mois que nous créons de liens… qui sont très précieux pour moi !

Bonne nuit cher Pierre.

Claire

————————-

quel magnifique courriel d’amitié oeuvre d’art Claire… cela me va droit au k-oeur

Chère Claire

Quand on a mis sa vie à faire oeuvre sans tricher avec son rêve.. et que l’on rencontre soudainement une personne de votre qualité …. quel encouragement à réussir l’impossible. Oui vous avez raison… Gaelle arrive enfin en janvier à son impossible à elle … une directrice une co-direction, un doctorat à moitié conceptualisé, une pensée métaphysique d’une immence paradygmité…

Et moi-même… toutes mes recherches sur la vie personnelle oeuvre d’art, le paus oeuvre d’art et l’humanité oeuvre d’art vont enfin pouvoir s’écrire en doctorat en en livre parce que j’aurai bouclé la blicle avec la mise en théorie de mon concept des qwalias dans ce coyage à La Tuque si essentiel. Je suis si fier de le faire avec la bonne oreille:))))))))

Et surtout… nous avons réussi notre déménagement à Sherbrooke…. wowwww…. Qui ne triche pas avec son rêve reçoit des bénédictions de ses amis tout au long de son aprcours:)))) Il nous reste à déménager pour de bon le ier juillet… Une amie de Gaelle viendra nous y reconduire avec sa vanne… Nous avons pu amener laveuse sécheuse… Nous laisserons ici poele frigidaire et nous nous en trouverons des usagéd usagés …. Je suis et j’ai toujours été celui qui parie sur l’impossible… J’ai parié sur la pauvreté poétique et le vagabondage de la beauté du monde …pour me sensibiliser au sort de millions d’enfants qui n’ont rien dans le monde et pour suggérer une invention… la nano-citoyenneté-planétaire… Je croise des doigts… je crois à ma bonne étoile:)))

aujourfd’hui je vais chanter pour la femme d’un ami qui lui-même est atteint d’un cancer..

——————

 

Jeudi sera consacré au nettoyage lavage de l’appartement pour que Gaelle puisse continuer à créer en toute optimalité …. Vendredi.. banque alimentaire puis j,arriverai chez vous vers 4 heures…

Voilà…

merciiiiiiiiiiiiiiiiiii

infiniment de croire à mon intégrité

Pierrot

——————

encore un courriel magnifique Claire… quelle plume quand même et quel sens d’une épopée du rêve

onjour Pierre,

Ce que je perçois, c’est qu’en partant vagabonder, en abandonnant votre vie entre les mains du destin… qui saurait vous nourrir… vous étiez précédé par votre générosité, votre respect de l’être humain… dans toutes les zones de son humanité, de la plus noble à la plus triste… vous semiez le rêve… et ce faisant, vous semiez dans les cœurs une quête d’amour… la vie vous rendait votre magnanimité…

C’est tellement bien imagé et je dirais trèssss juste. j’étais porté par une humanité oeuvre d’art en devenir au nom du plus petit des invisibles par millions sur cette terre… Et je me disais que seule la poésie vécue par la marche pouvait témoigner de la beauté du monde sans prétention … au nom de notre k-ondition humaine à toutes et tous

En passant, est-ce que vous avez récupéré votre Drop Box?

Oui Gaelle a fait de la place sur le drop box )))))

« Avec nos yeux, avec nos mains, dont nous aurons été humains. Nous aurons mis tout notre enjeu à ne pas être malheureux. » Voilà ma totale antithèse! J’ai touché, embrassé, mordu… dans la vie. Et j’ai mis tous mes enjeux à être heureuse, et à rendre les autres heureux autour de moi… c’est ce que nous vivrons ensemble…

wowwwww….ce que nous avons vécu durant 2 jours chez vous me semble tellement une prémisse pleine de poésie… yessss je suis prêt :)))

Comme vous ne venez pas cette semaine, nous serons plus serrés dans le temps à notre retour de La Tuque. Le 26, nous irons chez David, je pense qu’il serait déçu si nous n’acceptions pas son invitation. Le 27 juin… comme nous aurons développé davantage de liens… j’imagine que je serai suffisamment à l’aise pour ouvrir devant vous ma boîte aux souvenirs… et si c’est le cas, j’aimerais que ça se fasse en douceur… sans être pressés par le temps…

J’aime le programme:)))

Aussi, le 28, si vous êtes d’accord, nous pourrions faire notre excursion dans le Vieux Montréal, que nous complèterions par un passage à la galerie de l’amie de Gaëlle, pour votre prestation sur sa petite scène. Et le 29 juin, nous irions à Val David. Puis le 30… il faudra nous dire à la prochaine… et vous rejoindrez Gaëlle pour partir à Sherbrooke.

auj. j’ai chanté pour la compagne de serge atteinte de alzeimer… Comme ce fut complice …. j’ai reçu beaucoup plus que j’ai donné )))))) Je rencontre finalement Sabia à sa galerie d’art demain soir alors que le matin je célèbre la fête de Raymond-Louis laquerre et demain p.m. je fais du ménage pendant que Gaelle complète ses demandes de subventions et de résidences d’artistes:)))

Jeudi Arnaud vient nous aider à 2h. p.m.  vendredi c’est la banque alimentaire puis je pars vers 3y. p.m. pour chez vous:))))

Je me prépare au départ… je pense que j’aurai plus de bagage que vous…  J’ai déjà mis le jeu de scrabble dans l’auto…

Bonne journée avec ces amis, que la vie n’a pas tellement choyés…

Claire

merci pour votre sens de l’épopée du rêve Claire

à demain je ne sais trop quand:))))

Pierrot

———————

Cher Pierre,

Depuis lundi, je me sens en vacances… et j’en avais besoin.

Dimanche, j’ai terminé mon épilogue… à ma très grande satisfaction. Il vient un moment, quand tu travailles sur un roman depuis presqu’une année, qu’il faut faire une pause. Au début juillet, après une superbe aération de mes méninges, je vais relier mes chapitres, en faisant un dernier peaufinage. J’ai eu un message de mon éditrice, aujourd’hui, et elle attend mon manuscrit pour lecture le 18 juillet, à son retour de vacances.

Je me lève toujours à 5h30… c’est difficile de changer une habitude. Mais ça me plaît bien comme ça, je ne manque pas de sommeil. Puis je me fais un café latté que je sors prendre dans ma balancelle… ces jours-ci, en imaginant notre épopée en Mauricie… J’ai vraiment envie de faire ce voyage avec vous… il me semble que nous allons tous les deux faire de belles découvertes.

Je reçois à l’instant un courriel de mon attaché de presse :

Bonjour Claire,
Je viens de recevoir un courriel de la recherchiste de Salut Bonjour Weekend :

Bonjour Cloé,

J’espère que vous allez bien!

Sachez que nous devrions parler à notre émission ce dimanche vers 7 h 45 du livre Dans l’ombre de la Sainte Mafia, de Claire Bergeron.

Bon après-midi,

C’est une belle surprise! (Et c’est vraiment gentil de nous avoir prévenu. )

Bonne semaine!

Cloé Lavoie

Relations de presse

Éditions Druide

Si on y pense, dimanche matin, nous jetterons un œil à Salut Bonjour week-end… à l’Hôtel Énergie, il y a sûrement une télé…

Pierre, nous sommes chanceux d’être en aussi bonne forme, et de pouvoir profiter de ce que nous avons semé… paisiblement, et surtout, au cœur d’une amitié aussi tendre et lumineuse que la nôtre…

Bon retour dans votre appartement vide…

Claire

———————

Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>

16 juin 2022 00:18
À Claire, moi

wowwww … détente, lenteur, poésie …. oreille talentueuse

je me couche

Arnaud arrive tot demain pour faire les derniers nécessaires pour la fin du déménagement … je vous écris plus longuement demain

:))))))))))))))))

yesssssssssssssss Claire, on y arrive

Pierrot

——————–

Bonjour Pierre,

Ce matin, en prévision des vacances, j’ai ré-écouté votre DVD, le bout sur les Contretemps… en prenant le temps de mettre sur pause, pour lire les textes.

J’ai répondu à Guy… il va passer nous prendre vers 15 heures, à notre hôtel. Sarah sera là, probablement avec sa maman… laquelle, j’imagine, a envie d’écouter vos chansons, et de rencontrer une écrivaine que sa fille aime beaucoup… et peut-être, qu’elle aussi aime un brin… Guy a terminé son courriel par ces mots : À samedi ! Merci la vie !

J’ai confirmé nos hébergements. J’ai contact la météo… un très mauvais service, ils ne peuvent pas faire les changements que je demandais… mais dans l’ensemble ce sera beau et frais…

Oui, détente, lenteur et poésie…

Bonne journée,

Claire

——————–

Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>

16 juin 2022 13:56
À Claire

Je termine le lavage de l’appartement ici….

yessss pour demain… yes pour Guy

je vous réécris plus  tard

Pierrot

——————–

une autre longue journée….. yesssssss pour demain

Boîte de réception

Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>

jeu. 16 juin 21:11
À Claire, moi

j

enfin la lenteur poétique d’un beau voyage de recherche à La Tuque

Boîte de réception

 

wowwwwwwwwww Claire

je suis en pleine forme

 

si la tendance se maintient

je devrais arriver vers 4 h. p.m.

 

merciiiiiiiiiiiiiiiiiiii

 

Pierro

———————

Je suis en pleine forme également.
Je vous attends…
Claire

Claire Bergeron

———————

quel magnifique courriel d’amitié oeuvre d’art Claire… cela me va droit au k-oeur

hère Claire

Quand on a mis sa vie à faire oeuvre sans tricher avec son rêve.. et que l’on rencontre soudainement une personne de votre qualité …. quel encouragement à réussir l’impossible. Oui vous avez raison… Gaelle arrive enfin en janvier à son impossible à elle … une directrice une co-direction, un doctorat à moitié conceptualisé, une pensée métaphysique d’une immence paradygmité…

Et moi-même… toutes mes recherches sur la vie personnelle oeuvre d’art, le paus oeuvre d’art et l’humanité oeuvre d’art vont enfin pouvoir s’écrire en doctorat en en livre parce que j’aurai bouclé la blicle avec la mise en théorie de mon concept des qwalias dans ce coyage à La Tuque si essentiel. Je suis si fier de le faire avec la bonne oreille:))))))))

Et surtout… nous avons réussi notre déménagement à Sherbrooke…. wowwww…. Qui ne triche pas avec son rêve reçoit des bénédictions de ses amis tout au long de son aprcours:)))) Il nous reste à déménager pour de bon le ier juillet… Une amie de Gaelle viendra nous y reconduire avec sa vanne… Nous avons pu amener laveuse sécheuse… Nous laisserons ici poele frigidaire et nous nous en trouverons des usagéd usagés …. Je suis et j’ai toujours été celui qui parie sur l’impossible… J’ai parié sur la pauvreté poétique et le vagabondage de la beauté du monde …pour me sensibiliser au sort de millions d’enfants qui n’ont rien dans le monde et pour suggérer une invention… la nano-citoyenneté-planétaire… Je croise des doigts… je crois à ma bonne étoile:)))

aujourfd’hui je vais chanter pour la femme d’un ami qui lui-même est atteint d’un cancer..

——————

 

Hier j,ai passé l’après-midi avec Arnaud pour lui dire merci….

Ce soir je poursuivrai ma tournée de mercis à ceux et celles qui ont cru au rêve de Gaelle… Je me rendrai à la galerie d’art de l’amie de Gaelle Sabia et du peintre Agnesco … pour lui dire merci et pour lui offrir une prestation  gratuite dans le bout du 28 juin sur la petite scène de sa galerie avec ma guitare et mes chansons….

Puis demain, mercredi ce sera un merci à mon ami Raymond-Louis Laquerre pour célébrer sa fête

Jeudi sera consacré au nettoyage lavage de l’appartement pour que Gaelle puisse continuer à créer en toute optimalité …. Vendredi.. banque alimentaire puis j,arriverai chez vous vers 4 heures…

Voilà…

merciiiiiiiiiiiiiiiiiii

infiniment de croire à mon intégrité

Pierrot

———————

merci Laurence ….et David

d’avoir cru en l’authenticité de mon rêve il m’a suffit d’un comptoir pour voir les yeux lumineux de mon jeune camionneur dans les vôtres et dans ceux d’Évangéline et d’Édouard…

Pierrot :)))))

——————-

alut!

C’était une très belle rencontre!

Au plaisir,

David

—————–

Je prend soin du rêve de Gaelle comme tu prends soin du mien Claire

hère Claire…

dèes que Gaelle t’as vu…. tu as conquis son k-oeur…instantanément … pour elle madame Claire c’est la distinction auréolé de beaux cheveux blancs…. J’entrerprends donc une nuit de nettoyage de l’appartement… Je te réécris quelque part ….dès que j’en aurai un temps de qualité:)))

le parfum de ces 12 jours … wowwww…. que de droiture…. du k-oeur… de délicatesse des gestes et le sentiment précieux d’une rencontre d’exception

Pierrot:)))

—————-
De savoir que j’ai conquis le cœur de Gaëlle, dont le rêve est si précieux pour toi, est pour moi un réel plaisir !

C’est étrange… j’ai le sentiment d’écrire à un nouvel homme… que j’ai appris à connaître avec tellement de bonheur, de douceur, et de tendresse au cœur de notre fabuleuse épopée de juin 2022… Quelle épopée, tout de même ! Pendant ces douze jours, j’ai eu l’impression de vivre dans un de mes romans, sur une trame finement ciselée… de merveilleuses découvertes en étonnantes surprises… à travers des lieux porteurs de ton histoire… Et quelle apothéose que ce spectacle devant tes amis réunis ! Ma plus grande joie a été que tu sollicites ma présence, afin que je vienne prendre place à tes côtés sur la photo. J’ai eu l’impression que tu m’ouvrais la porte de ta vie… et de ton cœur… devant tous ces gens venus là pour toi…

Et comme dans tous mes romans, il y a eu ces merveilleux petits punchs de la fin… inattendus et magiques… de notre retour à la maison, à mon réveil ce matin… je savoure très cher Pierre ! J’ai déjà hâte au prochain tome… moi qui n’en écrit jamais… vois-tu, je change mes habitudes pour toi…

Quel bonheur que tu sois dans ma vie…

Bon ménage !

Claire

————————-

Chère Claire

Parce que Gaelle t’a adopté profondément et qu’elle m’a dit… je suis vraiment contente pour vous deux… sans que je lui dise rien… j’aimerais que ma chambre à l’appartement de Sherbrooke soit notre chambre…. ça n’en fait beaucoup ce matin pour un homme qui a fuit dans son cerveau toute sa vie

Pierrot:))))

bon réveil

————–

rès cher Pierre,

En effet… c’est une profonde déclaration pour un homme qui a fui dans son cerveau toute sa vie… j’apprécie ton invitation à sa juste valeur !

Tu sais, Pierre, avant d’aller physiquement vérifier si tu es réellement un petit garçon, et moi, une petite fille… nous devrions apprivoiser nos corps, mûris par nos longues années de vie, de la même façon que nous avons apprivoisé nos cœur et nos âmes par un échange épistolaire de dix mois… Quand tu viendras me rejoindre dans mon lit, au petit matin, ou après une nuit de sommeil, tu découvriras, tout en délicatesse, mes seins, mon ventre, mes cuisses… et je ferai de même, blottie contre ton épaule… un apprivoisement qui peut durer une année, peut-être plus… peut-être moins… laissons notre si bel âge nous porter sur ses ailes… sans précipitation, et sans attente autre que d’être ensemble au creux d’un même lit…

Il est certain que cette année, je serai présente au Salon du livre de Sherbrooke, qui se tiendra du 13 au 16 octobre… probablement un premier rendez-vous dans notre chambre…

Une belle journée ensoleillée à toi !

Claire

————————–

le propriétaire de Sherbrooke a téléphoné à Gaelle auj pour lui dire qu’on avait sur place cuisiniere, laveuse, sécheuse fourbnis dans l’app. …. wowwwwwwwwwwwwwwww …

une nuit de travail… nous partons à 8h am demain matin … avec Aniocles

buvez un bon café laté à notre santé…

P.s.

je vais attendre à Sherbrooke pour répondre à votre dernier courrielcomme vous me connaissez bien… tous ces sujets m’intimident à l’écrit:)))))))))))))))))))))

Pierrot

toujours sur ces 12 jours de confiance en l’impossible que nous avons vécu

———————–

Très cher Pierre!
Je te souhaite un bon déménagement!
Je vais attendre de tes nouvelles… je vois que le sujet de mon dernier courriel t’intimide… tu es revenu au « vous »….
J’attends de tes nouvelles pour t’écrire à nouveau…
Claire

Claire Bergeron

———————-

Très cher Pierre,

Notre épopée de juin 2022…

Tu as sonné à ma porte le 17 juin, en fin d’après-midi… Pour commencer notre épopée dans la joie, tu as suggéré d’aller marcher au bord de la Rivière des Mille-Îles… et tu m’as prise par la main… un premier geste familier dans notre complicité à venir…

« Depuis notre départ, le 18 juin en avant-midi, en direction de Shawinigan, jusqu’à notre retour le 25 juin, en faisant un arrêt chez David, pour que tu chantes à Évangéline sa chanson, dans une ambiance familiale, détendue et accueillante… nous avons eu, tous les deux, le sentiment de vivre dans la poésie d’un conte des Mille et une nuits, écrit sans faille, avec délicatesse. »

D’abord ce rendez-vous chez Guy, et Isabelle sa conjointe, le 18 juin. Ils nous attendaient pour souper. Guy est un conteur qui s’est fait graver une de tes paroles sur un bras : Que vas-tu faire pour ton rêve aujourd’hui?  Il rêve de devenir écrivain. Quant à Isabelle, elle a été émerveillée de nous parler de son rêve, à ta demande… et quelle excellente cuisinière! Une agréable rencontre avec deux beaux rêveurs.

Puis le 19 juin, après déjeuner, sous un soleil resplendissant, nous avons pris la direction de Saint-Raymond…où nous attendait une petite chambre sous les combles. Le plus beau moment dans cette ville, le berceau de tes ancêtres, s’est produit au cimetière. Une prière s’il-vous-plaît : une phrase gravée sur un monument funéraire, qui a trouvé une place de choix dans ton imaginaire. Sans oublier ce hamburger avec frites, qui te faisait envie depuis si longtemps… qui s’est avéré exécrable, mais que nous avons dégusté avec plaisir.

Le lendemain, 20 juin, ce fut le départ vers La Tuque, toujours accompagné d’un chaud soleil, qui se plaisait à nous faire escorte… Ce qui me revient, c’est mon GPS qui nous a fait faux bond… Perdus au milieu de nulle part, on s’est regardé, et tous les deux de connivence, nous sommes entrés en mode solution… pas facile la technologie pour deux bons vieux. Après réflexion, nous avons décidé de retourner à la source de la défaillance… une jeune fille de vingt ans a rapidement réglé notre problème, en soulignant très candidement : c’est facile pour moi, je suis née là-dedans! Il a bien fallu accepter notre impuissance en toute humilité… et nous montrer fiers de la génération qui nous suit. Puis nous sommes arrivés à La Tuque. Notre séjour a débuté par une visite sur les bords du lac Saint-Louis, qui malheureusement, a perdu son air de jeunesse, son insouciance et sa festivité. Nous logions au Motel Marineau, là où ton père se produisait en spectacle… le son de sa trompette me semblait encore imprégné dans les murs. Une dame charmante t’a reconnu, elle se souvenait de la chanson du Lac Saint-Louis, composée par ton père. La guide au Centre Félix Leclerc, la connaissait aussi… Au centre Félix Leclerc, tu m’as fait découvrir la cabane où tu dormais lors de ton vagabondage… aussi, le tumultueux bruit des chutes que nous avons écouté dans un respectueux silence… L’eau… quelle sublime force de la nature!

Le 21 juin, nous sommes allés marcher vers la maison de ton enfance… qui n’existe plus… une voisine, qui n’a jamais pris le large, se souvenait de toi enfant, de même que de la chanson du Lac Saint-Louis… une mélodie qui doit tellement te rappeler ton père…  Mais, bien sûr, la voie ferrée était toujours là… ce long ruban d’acier qui a tracé la route vers ton avenir… alors que tu étais un jeune homme, assoiffé de poésie… Un moment spécial pour moi quand tu t’es assis sur les rails… j’ai retrouvé dans ton regard, rajeuni par les souvenirs, le petit garçon qui avait vu deux vagabonds sauter du train, alors qu’en son for intérieur il se disait : voilà ce que je veux être… un jour! Comme en ce bas monde rien n’est parfait, un grand moment que nous attendions, notre visite à la fête autochtone, s’est avéré décevant… n’en retenons que le maire en chandail orange, qui nous a bien fait rire. Dans le but de parfaire cette journée, nous sommes retournés au Centre Félix Leclerc, retrouver la chute et ses silences… Et voilà que par le plus grand des hasards, le musée était ouvert… pour cette journée seulement… comme s’il avait ouvert ses portes pour accommoder ton rêve… La guide, qui connaissait la chanson du Lac Saint-Louis, et qui se souvenait de ses glorieux moments, nous a reçu cordialement, en nous racontant de nombreuses anecdotes. De retour à notre chambre, ce soir-là, tu as gentiment accepté d’enregistrer une chanson pour la fête d’Isabelle, le lendemain : Votre fille a vingt ans, madame!

Le 22 juin, à mon réveil, je me suis souvenue qu’il y avait 52 ans que j’étais une maman, ça me rend toujours un brin nostalgique… ils ont grandi si vite mes petits. Puis, sous un ciel brumeux, nous sommes passés saluer Michel Scarpino, un journaliste à l’Écho de La Tuque, ravi d’enfin pouvoir te serrer la main, après t’avoir longtemps cherché… Un rendez-vous qu’il ne fallait pas manquer. Pour le remercier, tu lui as chanté une superbe chanson de tes compositions. Puis nous avons pris la route vers notre chalet du Bord de l’eau, sur les rives du Saint-Maurice… c’est en passant que tu as aperçu le restaurant Chez Annick, où tu dormais sur un congélateur. Annick était toujours là… mais dans ce décor triste à pleurer, ton congélateur avait disparu… Après avoir fait un brin d’épicerie, nous avons fermé la porte au monde extérieur, pour profiter pleinement de ce moment de repos… deux jours dans la nature, calme, paisible, auprès d’un bon feu en fin de journée… J’ai découvert que pour survivre au froid, tu avais appris à faire jaillir la flamme… Quelle détente que cette escale au bord de l’eau… je dirais plus, une escale dans notre monde intérieur… La complicité grandissait entre nous… À notre amitié tendre et lumineuse, il a fallu ajouter cette complicité, qui devenait de plus en plus tangible… Puis il y avait le jeu de scrabble, la petite lumière rouge, le soir… mais par-dessus tout, ces sublimes chansons que tu m’offrais… Merci, cher Pierre, pour ces délicieux instants où tu as chanté pour moi seule…  J’en garderai des débris de la mémoire impérissables, que je me rappellerai plus tard, quand sera venu le temps de me souvenir. Il pleuvait, au bord de l’eau… mais dans nos cœurs, le soleil brillait de tous ses feux. Deux journées mémorables!

Le 24 juin, direction Saint-Élie-de-Caxton, sous un soleil exquis, revenu pour nous tenir compagnie, et agrémenter la route… Une première rencontre à La Brocante, où nous avons croisé un rêveur qui semblait s’être perdu… impossible de l’aider, il ne savait pas écouter. Puis notre visite au cimetière, à la recherche de la tombe de Simon, en attendant l’arrivée d’Annick. C’est assis sur le perron de l’église, à regarder un spectacle de majorettes du second âge, que par hasard, tu as reconnu Normand, et Marie-Thérèse son épouse, des gens vraiment sympathiques, qui avaient aussi connu Simon, ce merveilleux conteur, parti trop tôt, et dont tu étais le mystérieux personnage. Croiser la mère de Fred Pellerin a aussi été une rencontre inattendue, et fort agréable. Puis Annick est arrivée. Dans le cimetière, près de la tombe de Simon, tu as pu rendre hommage à ton conteur, avec tes mots et ta guitare. Un moment de grâce, que tous ont grandement apprécié, ça se lisait sur leurs visages, émus et reconnaissants. Quand Normand et Marie-Thérèse nous ont rejoints pour souper, ce fut pour nous une agréable surprise : un couple charmant, dont nous avons apprécié la compagnie. Quant à notre dernier gîte, Le Grandelinois, il était des plus sympathiques, de même que ses propriétaires.

Je suis bien contente de mes choix d’hébergement… il est toujours possible de se tromper quand on cherche au hasard, mais pour cette épopée, mes choix furent judicieux, ils s’accordaient avec nos états d’âme… c’était comme si le bonheur nous attendait derrière chaque porte. Durant ce voyage, respectueux et sans faille, nous avons appris à nous faire de gentils câlins, nous avons eu de longues discussions, nous avons ouvert nos cœurs à l’autre, à travers les événements de nos vies respectives… Une douce intimité s’est installée entre nous.

Le 25 juin, de retour à la maison, après un arrêt sublime chez David, où nous avons été reçus avec élégance et jovialité, nous avons décidé de nous reposer. Les 26 et 27 juin ont été consacré au seul plaisir de profiter de l’instant présent… sauf, bien sûr, quand j’ai perdu au scrabble… mais ça, ce n’est que partie remise. Je compte bien prendre ma revanche un jour prochain. Des chansons, des conversations, des marches au bord de l’eau… du bonheur, quoi! Nous avons tous les deux pris conscience que notre amitié complice, tendre et lumineuse, s’était transformé en une amitié amoureuse…

Puis le 28 juin, la journée a été en grande partie consacré à la préparation la prestation que tu souhaitais offrir à tes amis, pour les remercier d’être présent dans ta vie… J’ai découvert l’artiste à l’œuvre… j’ai admiré ta rigueur, afin que tout coule de source au moment de ta présentation. Tu doutais de l’assistance… mais ta générosité a été récompensée… tes amis ont répondu au-delà de tes espérances. J’étais tellement heureuse pour toi de les voir arriver les uns après les autres, et la salle se remplir… Tu nous as fait vivre un moment magique, que tous se rappelleront quand viendra le temps des souvenirs. Ma plus grande joie, au cours de cette soirée, a été que tu sollicites chaleureusement ma présence, afin que je vienne prendre place à tes côtés, pour la photo de groupe. J’ai eu l’impression que tu m’ouvrais la porte de ta vie… et de ton cœur… devant tous ces gens venus là pour toi…

Puis il y a eu la magie du retour à la maison… quand tu m’as demandé un grand câlin… et que j’ai plutôt suggéré de danser un slow/collé, sur la chanson : Ce soir j’ai l’âme à la tendresse… que tu avais interprété pour moi… Dans les bras l’un de l’autre, nous avons savouré la magie de la soirée que nous venions de vivre… l’apothéose de notre épopée… Mais je ne me doutais pas, à ce moment-là, que le plus beau était à venir… soit le lendemain, dans les premières lueurs de l’aurore, quand du bout d’un doigt, tu as touché mon bras, pour me demander si tu pouvais te glisser dans mon lit… La tête appuyée contre ton épaule, une main sur ta poitrine, je me suis abandonnée à la tendresse de ce moment de grâce… qui venait clore une merveilleuse épopée, à deux, dans un conte finement ciselé…

Pour l’avoir si justement écrit ce conte, il fallait un conteur sublime…

Cher Pierre, est-ce qu’il t’arrive de penser que Simon, en marchant l’éternité, ait pu vouloir offrir au personnage qui l’a mené sur les routes d’Europe et du Québec, qu’il a admiré autant qu’il l’a apprécié, le plus merveilleux cadeau qui soit… celui de l’amour, le vrai, le grand, avec un A majuscule? Cet amour que tu n’as jamais cru important… dont tu as douté de l’existence toute ta vie… J’ai le sentiment que Simon guidait ta main, quand tu m’as écrit : « J’aimerais que ma chambre à l’appartement de Sherbrooke soit notre chambre…. ça n’en fait beaucoup ce matin pour un homme qui a fui dans son cerveau toute sa vie. »

Je découvre avec toi des sentiments qui m’étaient jusqu’ici inconnus…

Tendresse.

Claire

—————————

her Pierre,

Je te transfère une vidéo que Joséphine a fait pour s’introduire à destination Clic, qui la mène à Ottawa, jusqu’au 22 juillet.

Je pense qu’il y a un moment dans cette vidéo qui va beaucoup t’émouvoir…

—————————

Cher Pierre,

Ce que nous vivons est merveilleux… une personne présente dans notre vie, malgré l’absence!

Aussi, je me dis qu’il ne faut rien remettre à demain… le temps file trop vite.

Qu’est-ce que tu en penses, si après ta prestation à Trois-Pistoles, tu venais chez moi, plutôt de rentrer à Sherbrooke? Si c’est possible pour toi, et que tu es d’accord, je nous réserverais des billets d’avion, pour un court voyage à Calgary… Il faudrait que ce soit comme du 21 août au 28 août… J’en ai glissé un mot à Isabelle, et elle serait ravie de nous recevoir, et de nous faire visiter son coin de pays…

J’ai bien hâte de recevoir de tes nouvelles… nos échanges me manquent.

Claire

———————

chère Claire

yesssssssssssssssss pour Calgary )))))))

internet vient juste de rentrer

j’ai des commissions à faire

je te réécris ce soir ou cette nuit

Pierrot

———————–

Nous devenons peu à peu complices de l’exceptionnel Claire

Pendant que tu prends soin de ta famille et moi de Gaelle… il me semble que peu à peui, le plaisir de déguster une intimité créatrice entre nous commence à prendre forme… comme si les 12 jours passés ou tu as pris soin de mon rêve avec tellement de générosité avaient peu à peu tissé de l’impossible..entre nous.

Je suis un vagabond dans l’âme…. et quand je vois Joséphine dans ce clic nous citer l’un après l’autre…. Je me dis…. quand même…. quand on se reverra Claire… autour d’un bon café,laté une partie de scrabble ..il me semble que nous pourrons creuser certains sujets…avex encore plus d’authenticité…..j

Je te donne raison…. il vaut la peine de forcer les événéments entre nous juste pour voir si  l’exceptionnel continuera d’être au rendez-cous

Faut vraiment que tu sois convaincue de ma droiture pour M’offrir de partir à Calgary avec toi … et moi je me dis…. un gars qui a vocation de n’être rien et n’avoir rien pour réussir son oeuvre philosophique se doit d’accepter que la façon dont tu prends soin de mon rêve ait une portée majeure asur mon oeuvre……..

———————-

Ma seule inquiétude est que Gaelle qui commencera ses cours de propédeutique au milieu août   à l’université de sherbrooke soit en parfaite sécurité et optimalité..pour elle aussi réussir lk’impossible…

Si tu savais ce que je fais nuit et jour par pure mystique de son rêve… Nous aurons l’occasion d’en parler devant un bon café

Je prends le pari que tu as raison pour la suite de notre épopée

Pierrot :)))…

—————–

Bon matin, Pierre,

Je viens à l’instant d’ajouter l’épilogue révisé à mon manuscrit… je peux inscrire le mot FIN ! Dans un moment comme celui-là, pour la 12ème fois, en douze ans, je sens un vent de fraîcheur soufflé sur ma vie. J’en suis fière, c’est l’important…

D’abord, je dois te dire que j’ai été malade… Le 1er juillet, je me suis éveillée avec des symptômes grippaux : un mal de gorge, une toux grasse, des frissons. Mon test COVID était nettement négatif. J’ai pris des tylénols cold et j’ai passé la journée de ton déménagement étendue sur mon divan, ou dehors sur ma balancelle. J’ai dû annuler mon souper chez David ce soir-là, de même que mon invitation à Daniel et Joanne de venir souper le lendemain… nous avons fait un Face Time, à la place. Tous mes tests COVID se sont avérés négatifs… comme quoi d’autre petits virus circulent en douce.

Aujourd’hui, pour la première fois, David et Édouard vont venir me voir, car je suis parfaitement remise. Nous irons jouer une partie de mini-put ensemble, et ensuite, j’irai souper chez eux. J’ai bien hâte de les revoir, enfin!

Pour ce qui est de notre voyage à Calgary, avant de réserver, je veux m’assurer que tu as bien une pièce d’identité avec photo, valide à ce jour… avec toi, il est possible que ce genre de chose n’ait pas grande importance…   Aussi, je vais avoir besoin de ton adresse actuelle… et ta date de naissance est bien le 12 décembre 1948?

Cher Pierre, pour te dire la considération que j’éprouve à ton égard… depuis 17 ans qu’Isabelle habite à Calgary, jamais je n’y suis allée en compagnie d’un homme… ce qui en a fait râler certains…

« Faut vraiment que tu sois convaincue de ma droiture pour m’offrir de partir à Calgary avec toi … et moi je me dis…. un gars qui a vocation de n’être rien et n’avoir rien pour réussir son œuvre philosophique se doit d’accepter que la façon dont tu prends soin de mon rêve ait une portée majeure sur mon œuvre… »

Notre présence dans la vie l’un de l’autre n’est pas un hasard, nous avions rendez-vous, cher Pierre… je crois que ce qui en résultera sera formidable, nous n’en voyons que la pointe de l’iceberg… laissons-nous porter par les événements…

J’aime que tu me tiennes au courant de ton quotidien, de ce qui se passe avec tes amis, que désormais je connais… ta générosité à leur égard me fascine.

Bonne journée à toi,

Claire

PS : Au cas où tu ne l’aurais pas reçu, je te joins la photo de groupe, lors de la soirée du 28 juin, reçu de Michel Prévost.

——————-

Claire

15:54 (il y a 6 heures)
À moi

Voilà !

Nos vols sont confirmés : nous partons le 20 août, départ de Montréal à 7h du matin et revenons le 25 août à 9h40, départ de Calgary. Une autre belle aventure en perspective… j’imagine déjà tout ce que tu vas pouvoir ajouter à ton traité…

Bonne fin de journée… je pars jouer au mini-put.

Claire

————————–

je suis né le 12 décembre 1948 … je viens de me faire faire une carte d’autobus Sherbrooke avec photo…:))))) J’ai bien hâte Claire de t’envoyer par courriel le soir jour aorès jour toutes les cons.quences merveilleuses au niveau métaphysique de notre voyage à La Tuque que tu as si admirablement organisé pour ce qui est de la générosité de mes amis à mon égard tout repose sur deux principes métaphysiques

1) si tu donnes tout et que tu n’as rien et que tu prends soin du rêve des autres sans tricher et sans intérêt personnel caché le rien lui-même déposera sur ta route des personnes qui agiront en son nom….car ce ne sera jamais pour toi mais pour une rêveuse ou un rêveur qui sans ton RIEN se seraient dissolvés dans les méandres de l,excistence ainsi se définit l,abs-xistence

Je t’en reparle ce soir

Je retourne à mes explorations qwaliennes

Pierrot

———————–

la découverte de l,abs-xistence par la prise de risque du rien….

Chère Claire

D’ici le 27 août, je vais tenter de faire le récit en ordre … de l’épopée du rien que fut ma vie de vagabond céleste … d’autant plus que tu connais maintenant bien des bribes de ce récit qu’il me tarde tant de déposer en ton oreille élue… Quand nous prendrons l’avion pour Calgary …. ce sera d’abord pour partir à la découverte de tes qwalias à toi …. à travers ta fille, son conjoint et tes petits enfants….Car… tu t’es bien battue pour que des racines fassent de ton rêve la maison rêvée de ta descendance ….  J’apprécie particulièrement cette nouvelle tranche de notre intimité créatrice…. D’autant plus que je vagabonde Sherbrooke avec une question… est-ce que la question … quel est ton rêve? peut bouleverser une itinérante ou un itinérant? Je dors dans une chambre ou tout ce qu’il y a est une couverture par terre… et quelques coussins… Je réapprivoise le rien pour mieux te le reconter dans les prochains jours…

Je vais dormir un  peu… et j’enclencherai moin récit dans les procains jours

prends soin de ta santé nous avons rendez-vous avec l’excellence

Pierrot, ton  complice des jours exceptionnels

———————

bon matin Claire

J’espère que ta santé est optimale:))))Aujourd’hui, je continue à réfléchir sur la récolte des qwalias que m’a procuré ce merveilleux voyage avec toi… et cela tout en marchant Sherbrooke avec mon carnet de notes … dans le but de commencer mon récit ce soir:)))

Pierrot

—————

Ce lien sans faille qui nous unit…

Cher Pierre,

Ce qui fait la force de ce lien sans faille qui nous unit, c’est, je crois, la luminosité de nos rêves réciproques, dont les couleurs s’harmonisent… telles les nuances d’une même aurore boréale… dansant à l’infini, sur un fond de ciel magnifié par la délicatesse de nos sentiments !

Laurence et David, de même que les enfants, ont grandement apprécié notre visite chez eux. Ce matin, je leur ai fait visionner la vidéo de la chanson Évangéline, ils l’ont écouté émus, et ravis. Laurence l’a transféré sur son cellulaire, pour la faire écouter à sa mère. En m’embrassant au départ, David m’a dit que tu seras toujours le bienvenu chez lui… secondé par Laurence, qui a été très heureuse de faire ta connaissance.

Pierre, c’est important pour moi que tu connaisses mes enfants à travers l’amour que je leur porte, d’où mon bonheur de te les faire rencontrer dans leur milieu familial. Si tu veux vraiment connaître la personne que je suis, connaître l’oreille à laquelle tu confies tes secrets, il est important de passer par ceux qui me sont le plus précieux en ce monde. Isabelle est émerveillée à l’idée de nous recevoir, le 20 août prochain… je pense que tu vas découvrir une autre famille où règne l’amour et la tendresse. Toutefois, sois sans inquiétude, je respecterai toujours ton besoin de réclusion, loin des événements sociaux, quels qu’ils soient.

« Quand nous prendrons l’avion pour Calgary …. ce sera d’abord pour partir à la découverte de tes qwalias à toi …. à travers ta fille, son conjoint et tes petits enfants…. »

Je trouve que tu as une bonne idée de consacrer notre odyssée du mois d’août à la découverte de mes qwallias… nous y introduirons les lettres de mon père, mais surtout, les miennes, que je lui écrivais alors que je plantais mes racines dans une nouvelle vie… ma nouvelle maison pour réunir mes enfants…

« D’ici le 27 août, je vais tenter de faire le récit en ordre … de l’épopée du rien que fut ma vie de vagabond céleste … d’autant plus que tu connais maintenant bien des bribes de ce récit qu’il me tarde tant de déposer en ton oreille élue… »

J’ai bien hâte que tu enclenches ton récit… re découvrir à travers tes mots l’épopée du rien que fut ta vie de vagabond… ainsi que notre inoubliable épopée de juin 2022 !

Cher Pierre, savourons la vie… sa plénitude… créée par notre présence… dans l’âme et le cœur l’un de l’autre…

Tendresse.

Claire

———————–

le qwalia de la voie ferrée à La Tuque décrit dans sa dynamique de synchronivités.  D’abord merci … d’avoir pris soin de mon rêve avec une qualité  qui me semble d’une très grande sensibilité du k-oeur. Le fait  que nous avons presqu’un an d’échanges épistolaires archivés me semble un très beau fondement à te partager maintenant mes hypothèses métaphysiques de fond au sujet des qwalias…comme si la dramaturgie métaphysique des qwalias pouvaient s’intuitionner quand on se les raconte un après l’autre(ex… dans notre voyage… la voie ferrée, le congélateur, la tombede Simon et le comptoir de David).

————

EGO SUM PAUPER, NIHIL HABEO , ET NIHIL DABO Je suis pauvre, je n’ai rien, je ne demande rien  (pour moi-même)

Pauper Sum Ego – Latin – Traditional – YouTube

Quand j’ai chanté cette chanson pour la iere fois chez les louveteaux dans l”Église St-Zéphirin  de La Tuque que l’on pouvait voir de ma maison, et que le soir même, on m’a traduit les paroles…j’ai tout de suite vécu un choc spirituel qui m’est resté aussi frais et intense  toute ma vie … wowww… il était possible d’être pauvre, de n’avoir RIEN et de demander RIEN et d’être heureux… instantanément… même en le chantant? …. mais qu,est-ce donc que ce RIEN?. Ce n’est qu’il y a 3 ans envuron que j’ai su que ce canon était un chant franciscain et qu’il décrivait en 3 phrase toute la philosophie de François d’Assise… C’est drôle parce que… dès que j’ai vécu mes ieres cours de  philosophie au collège Jean de Brébeuf… quand je suis retourné dans ma famille pour les vacances de Noel… et que mon frère Gilles me posait des questions.. comme par exemple…qu’est-ce que la philosophie? Je lui répondais La philosophie… c’est étudier la DIFFÉRENCE ENTRE NE RIEN FAIRE ET FAIRE RIEN… Toujours ce rien qui venait me hanter… Et il me semblait que le rien absolu, le rien radical… pourrait représenter pour moi l’énigme d’une poésie intense… Pour tenter de mieux comprendre pourquoi je passe par le rien par la pauvreté poétique absolue pour tout demander aux autres lorsque je donne un coup de main à une rêveuse ou un rêveur alors que je ne rêve pour moi que d’un plancher, d’un vagabondage d’une pauvreté poétique la plus absolue possible… j’ai revisité un documentaire sur St-François d’Assise… J’y retrouve des mots-clés que j’aurais pu écrire moi-même  si j’avais été croyant:))) comme par exemple… LE PRIVILÈGE DE LA TRÈS HAUTE PAUVRETÉ … DAME PAUVRETÉ… IL A  ÉPOUSÉ LA PAUVRETÉ… LEITMOTIF DE TOUTE SON EXISTENCE

Les quwalias, dans mon cas, seraient donc des formes qui  les unes après les autres, m’auraient donc enseigné, une  après l’autre… le chemin du rien… la iere ayant donc été LA VOIX FERRÉE DE MON ENFANCE ou les 2 hobos en sautant du train avaient symbolisés au fur et ç mesure de ma vie la fuite de quelque chose pour libérer ma vie, telle une monrgolfière de tout ce qui l’empêche de monter un peu plus haute dans l’épopée de la k-ondition humaine.

————-

————————–

—————————–

DOCUMENTAIRE …EXTRAITS

 

=========== 

François d’Assise Parce que le Seigneur lui ayant accordé le privilège de la …. TRÈS HAUTE PAUVRETÉ .. il fit le voeu de ne la point pratiquer héroiquement, mais à côté des pauvres.. un voeu de pauvreté qui devait d’ailleurs lui coûter tr…. François eut dans ce lieu la révélation de sa vocation et épousa DAME PAUVRETÉ. François est un enthousiaste de la pauvreté. il en parle toujours en termes d’alliance, en terme sponsal. Pour lui , IL A ÉPOUSÉ LA PAUVRETÉ et c’est devenu pour lui une espèce de LEITMOTIV DE TOUTE SON EXISTENCE. Sa piété passe par ses épousailles avec la pauvreté.

============= 

La pauvreté pour François, c’est pas d’abord un voeu. C’est une relation particulière à Dieu.  Parce que pour lui, être pauvre,  c’est n’est pas se priver de quelque chose. C”est reconnaître que tout ce que je possède … la nature, les éléments, le frère soleil viennent de Dieu. Que tout ce que j’ai comme talent pour parler, pour avoir des relations avec des gens, d’intelligence tous les dons artistiques … tout vient de Dieu

=============== 

pauvreté… comme moyen de se purifier des maux  de la société … ainsi il est venu habiter dans cette cabane un lieu privé de toute richesse…

=============== 

St-François s’est ici libéré de tous les maux du monde. NOUS LE CONNAISSONS COMME UN HOMME LIBRE.

============== 

Comme François n’était pas un clerc, mais un laic, comme  il n’était pas prêtre…c’est quelqu’un qui voit les choses autrement que comme dans la hiérarchie cléricale… il ne retient que des versets de l’évangile qu’il réorganise Il a transformé ça en vertu de commencer des choses nouvelles

————— 

—————————— 

————————————- 

Ceci dit… je n’ai rien d’un saint ou d’un chr.tien… le chemin  du rien qui est le mien est parsemé de qwalias au service des rêveurs et des rêveuses… ou je pratique du ieux que je peux l’énigme de la beauté du monde par la pauvreté poétique tout en faisant en sorte de découvrir philosophiquement et métaphysiquement … les lois de l’abs-xistence..

voilà pour aujourd’hui

bon matin Claire

Pierrot

Après avoir lu attentivement ton dernier courriel, aussi, nos derniers échanges, depuis notre épopée de juin 2022… écouté aussi les documents audios que j’ai enregistrés, et que j’aimerais te partager… – on trouvera bien un moyen – je comprends mieux ce que veut dire pour toi, dans le cadre de tes hypothèses métaphysiques… à travers tes qwalias… être ton oreille élue !

Pour en arriver à l’étape actuelle, il a fallu nous découvrir l’un l’autre à travers la luminosité de nos rêves respectifs… à travers un échange épistolaire qui s’est étalé sur dix mois… puis à travers les moments complices de notre intimité créatrice, dans la douceur de mon chez moi… et vécus sur la route, au fil de notre superbe épopée… pour en arriver à croire en la parfaite harmonie de nos liens sans faille… qui nous permettent dorénavant d’ouvrir notre âme et notre cœur à l’autre… en toute liberté, sans inquiétude aucune…

Je souhaite que ma présence à tes côtés, ma paix et ma douceur…mon oreille disponible… t’apporte la plénitude indispensable à parfaire ton œuvre… et que tu puisses la terminer. En ce qui me concerne, ta présence dans ma vie, la tendresse que je ressens en ta présence… et même quand tu n’es pas là… me procure une plénitude que je n’avais pas anticipée…

Le stage de 3 semaines que Joséphine fait à Ottawa, pour lequel elle nous cite tous les deux comme source d’inspiration, c’est en grande partie pour tenter d’apprivoiser l’énigme de la poésie… En août, à Calgary, comme elle voyagera probablement avec nous, lors de nos visites sur les routes de l’Alberta, je pense que tu pourras avoir avec elle de belles conversations… la poète de l’avenir… elle est aussi grandement intéressée par les multivers…

Dans la vie, il n’y a pas de hasard… que des rendez-vous… j’ai le sentiment que l’avenir nous en réserve de merveilleux… sur la route de l’excellence…

Je pars tôt pour l’Abitibi. Daniel et Joanne seront ici vers 8 heures. Durant ce périple sur mes terres, j’aurai mon iPad, je pourrai répondre à tes courriels, seule de ma chambre… le soir venu, avec ma petite lumière rouge pour unique compagnie….

Douceur.

Claire

———————-

à la conquête des qwalias…de Calgary

Cher Pierre,

Après avoir lu attentivement ton dernier courriel, aussi, nos derniers échanges, depuis notre épopée de juin 2022… écouté aussi les documents audios que j’ai enregistrés, et que j’aimerais te partager… – on trouvera bien un moyen – je comprends mieux ce que veut dire pour toi, dans le cadre de tes hypothèses métaphysiques… à travers tes qwalias… être ton oreille élue !

Voilç effectivement Claire … la remarquable synthèse qui découle d’un an d’échanges épistolaires …. quand on est vagabond-chercheur …. dans la lignée des françois d’Assise et d’Ignace de Loyola… comme de margaret Sangers…ce que l’on porte en soi au service de l’humanité oeuvre d’art ne peut devenir une épopéeela beauté du monde que par un geste impossible… le mien fut de prendre le pari d’une oreille .lue:))))

Pour en arriver à l’étape actuelle, il a fallu nous découvrir l’un l’autre à travers la luminosité de nos rêves respectifs… à travers un échange épistolaire qui s’est étalé sur dix mois… puis à travers les moments complices de notre intimité créatrice, dans la douceur de mon chez moi… et vécus sur la route, au fil de notre superbe épopée… pour en arriver à croire en la parfaite harmonie de nos liens sans faille… qui nous permettent dorénavant d’ouvrir notre âme et notre cœur à l’autre… en toute liberté, sans inquiétude aucune…

De là je pense, l’importance du voyage à Calgary…. ou je vaisd pouvoir te rendre métaphysiquement ta propre récolte de tes qwalias de vie par les yeux de tes enfants et petits enfants… comme si de LaTuque à Calgary… se vivait un laboratoire du traité des abs…. qui me semble d’une très belle fraîcheur philosophique:)))

Je souhaite que ma présence à tes côtés, ma paix et ma douceur…mon oreille disponible… t’apporte la plénitude indispensable à parfaire ton œuvre… et que tu puisses la terminer. En ce qui me concerne, ta présence dans ma vie, la tendresse que je ressens en ta présence… et même quand tu n’es pas là… me procure une plénitude que je n’avais pas anticipée…

Il est certain que les rituels que nous avons peu  peu sculpté aussi simples que le partage d’un café, un jeu de scrabble et la douceur d’un bon repas en bonne compagnie viennent consolider chez moi ces ego sum pauper, nihil habeo, et nihil dabo ç travers duquel je continue de théoriser le vagabondage de l’impossible par la pauvreté poétique comme de ton côté tu théorise je crois la tendresse du k-oeur par l,arbre remarquable de l’âme de ton clan….

Le stage de 3 semaines que Joséphine fait à Ottawa, pour lequel elle nous cite tous les deux comme source d’inspiration, c’est en grande partie pour tenter d’apprivoiser l’énigme de la poésie… En août, à Calgary, comme elle voyagera probablement avec nous, lors de nos visites sur les routes de l’Alberta, je pense que tu pourras avoir avec elle de belles conversations… la poète de l’avenir… elle est aussi grandement intéressée par les multivers…

C’est de qui me rend le plus heureux dans ce voyage à Calgary… Notre jeune poète se nourrissant à deux sèeves de création…. Il y a là-dedans une poésie de l’étranger ….du survenant de Madame Guevremont… qui me fait dire qu’un vagabond, coureur des formes par la danse de la beauté du monde…. ça reste quand même un événement poétique au sens ou on ne sait trop … comme un feu dans lequel on dépose une bûche.. de quel côté vont s’envoler les étincelles d’un rêve de vie pour chacun de nous:)))))

Dans la vie, il n’y a pas de hasard… que des rendez-vous… j’ai le sentiment que l’avenir nous en réserve de merveilleux… sur la route de l’excellence…

La route de l’excellence … rien en bas de cela Claire…. et je sais que ma Gaelle ici à l’université de Sherbrooke saura émerveiller ses pairs par la qualité de k-oeur qui anime sa non-tricherie face à son oeuvre métaphysique…

Je pars tôt pour l’Abitibi. Daniel et Joanne seront ici vers 8 heures. Durant ce périple sur mes terres, j’aurai mon iPad, je pourrai répondre à tes courriels, seule de ma chambre… le soir venu, avec ma petite lumière rouge pour unique compagnie….

Douceur.

Ne t’inquiètes pas parfois si mes courriels s,espacent … Gaelle est en grande créativité et nos conversations enregistrées en préparation à la finale de son projet Québec-Mexique comme pour la synthèse de son dépot de projet de doctorat fond de nos nuits et jours des réclusions de plus en plus intenses et respectueuses…

Car en même temps le jour… je parcours Sherbrooke à la recherche d’itinérants avec qui je parle de leur rêve de vie…. On dirait que mon choix méthodologique de pauvreté poétique m’impose aussi de vérifier avec les plus mal pris de la société si mes recherches peuvent un jour soulager la condition humaine sur terre… J’ai la fierté d’être un philosophe du plus petit

Bon repos Claire

et salutation à ton frèere et à sa dame

Pierrot

————

wowwww Claire…. ta créativité est en marche

ntre Laval et Amos j’ai trouvé la trame de fond de mon roman à commencer en septembre… un mot: TESTAMENT ! Une étincelle a jailli et mon imaginaire s’est enflammé… avec mes deux comparses, nous avons commencé à élaborer l’intrigue… WOW…

Vraiment Claire …. c’est merveilleux cette complicité que tu as avec ton frère et sa dame… j’ai vraiment hâte de les connaître un jour… on dirait que c’est à ce niveau que l’on se rejoint le plus natuellement toi et moi… la fébrilité de créer l’impossible pour le bien des autres… 
Et au souper entre quelques fous rire et des discussions sérieuses, j’ai pensé à une couverture pour mon roman: Née sous un nébuleuse étoile… à paraître au printemps 2023…

C’est si essentiel d’avoir une garde rapprochée non toxique pour rêver la beauté du monde ….  Tu mérites amplement cette formidable complicité que t’offre tes comparses…
À peine débuté, notre voyage en Abitibi s’avère fructueux… Ah! Retrouver la terre de nos ancêtres… marcher dans les pas de ceux qui m’ont précédé… une source d’inspiration.
À la Société D’Histoire, je suis attendue par tout un comité d’accueil… du bonheur en perspective…
Et ce midi, nous irons dîner à Macamic… là où j’ai grandi…
Une belle journée à toi, cher Pierre.
Claire

Passe une belle journée Claire… de mon côté… pendant que Gaelle travaille à so n oeuvre… je poursuis mon exploration de l’âme des itinérants par la question … quel est ton rêve?

Pierrot ))))

———–

Je te réécris plus tard plus profondément … nuit très intense…. Gaelle est dans des phases d,exploration art-théorie ou je me dois d’être très à l’écoute:)))

Pierrot

———-

Nos courriels ont dû se croiser dans l’espace… nous sommes vraiment dans la pensée l’un de l’autre… je vais attendre la suite de tes mots….
Claire

————–

Le bonheur de créer pour embellir la vie…

Cher Pierre,

Un petit mot en prenant mon premier café…

on dirait que c’est à ce niveau que l’on se rejoint le plus natuellement toi et moi… la fébrilité de créer l’impossible pour le bien des autres… 

Tu as raison, notre créativité, la luminosité de nos rêves…. C’est notre façon d’embellir le monde… quelle fébrilité quand l’esprit entre en mode créativité à la recherche du merveilleux!

A la Société d’Histoire on nous a octroyé une table… l’archiviste, la bibliothécaire, un historien… tous sont attentifs à nos besoins… ils les devancent… À la maison Hector Authier, j’étais attendue… on m’avait préparé des documents à emporter…

Nous sommes allés dîner à Macamic… la mairesse… que j’ai connue il y à longtemps… a été heureuse de me saluer. Puis avec Daniel, nous sommes allés sur notre coin de rue… où tout ce qui fut n’est plus… comme dit la chanson… Sur le chemin du retour vers Amos, comme nous passions devant mon ancienne maison, nous avons pris un petit cinq minutes pour saluer mon ex-mari et sa compagne, assis à l’extérieur… Ça aussi, c’est pour moi un coin de vie disparu….

Je savoure ce voyage avec mes deux complices qui veillent sur moi comme des anges gardiens…

De retour à ma chambre… je me suis préparé pour aller au lit… puis j’ai fait jouer ta chanson: L’âme à la tendresse… et dans ma tête, les yeux fermés… j’ai dansé un slow avec toi… j’ai bien dormi…

Me voilà d’attaque pour une nouvelle journée…

Une superbe journée à toi aussi.

Claire

———————–

ma mystique du rêve de doctorat de Gaelle atteint une nouvelle intensité spirituelle ici à Sherbrooke

Boîte de réception

Chère Claire

 Tu as du connaître cela… te battre pour le rêve de chacun de tes enfants et de tes petits enfants…. Ici… je donne tout nuit et jour pour que Gaelle vive un doctorat qui la conduira à l’international de par toutes ses inventions stylistiques et métaphysiques…

De la voir ainsi aussi vocationnellement consacrée à son oeuvre est si impressionnant… du haut de mes 73 ans …. Je m’occupe de tout… mais vraiment de tout…. Et je dois prendre sur mes épaules toute la problématique de notre engagement à marcher son rêve… et cela sans jamais tricher au niveau de l’éthique: Je sais ce que je dois à mes amis qui m’ont aidé financièrement et je vise le gagnant gagnant pour chacun et chacune… et le remboursement intégral bien sûr:)))

Et pourtant, ce n’est rien versus la force de concentration et sa non-tricherie de Gaelle elle-même….

————– 

Et c’est peut-être  aussi ce que j’apprécie le plus chez toi… ta vocation d’écrivain empreinte d’une discipline personnelle heureuse et comblée par ton sens de la condition humaine par le biais de l’énigme…

Et je comprends ton frère et sa dame, comme ton lectorat d’ailleurs de se sentir aux premières loges d’une belle âme.. L’écrivaine au k-oeur d’or ne fut pas écrite pour rien:)))

Toute ma vie… je fus convoqué par l’excellence d’une vie consacrée à l,exploration du rien comme éblouissement du tout… De là mon incapacité à posséder et même à désirer quelque bien matériel que ce soit….. De là ces qwalias qui viennent me saisir dans la plus paerfaite contemplatio spirituelle… Comme cette voie ferré sur laquelle j’étais assis dans notre voyage à La Tuque … qui finalement est devenue le vrai trésor de notre visite de ma ville natale…. LES QWALIAS SONT LES LUCIOLES DE L’ÂME D’UNE HUMANITÉ HEUREUSE QUI SE FAUFILENT D’UNE GÉNÉRATION À L’AUTRE DANS LE DON DE SOI À L’AUTRE… 

Quelle chance j’ai eu que cette oreille élue que nous avons cultivé dans près d’un an de correspondance fut aussi celle qui prit soin de mon rêve le plus philosophique… celui de tenter de comprendre le vagabondage heureux que fut ma vie d’artiste…

===========

Au grand plaisir de ce voyage à Calgary….car à l’autre bout … il y a notre poète… si jeune et si tsalwntueuse du merveilleux qui n’a pas fini de nous surprendre

Pierrot:)))

——–

Cher Pierre,

Oui, veiller sur le rêve de Gaëlle devient de plus en plus important… elle est dans son dernier sprint avant de devenir autonome… J’ai effectivement connu ça avec mes enfants… Puis un jour, tu deviens le phare… celui qui demeure sur la rive, quand ils partent voguer au large… mais ils reviennent vers nous dans le tempêtes… même les toutes petites…

Ma petite Joséphine correspond avec moi ces jours-ci… elle est isolée dans sa chambre, atteinte de la COVID… elle n’est pas la seule de son groupe… mais elle est heureuse d’être seule dans sa chambre… jusqu’à dimanche…. Elle se dit inspirée pour écrire sur le bonheur que peut procurer la solitude… ma chère petite poète… Pour mes petits-enfants je suis surtout un havre de douceur et de tendresse… Si jamais tu as une minute, tu peux lui envoyer un petit mot… après tout, elle t’a cité comme personne inspirante…

Je te reviens plus longuement de retour chez moi, ce soir. Nous prendrons la route vers 8h30…

Une belle journée à toi.

Douceur.

Claire

———————

Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>

10:22 (il y a 3 minutes)
À Josephine, moi

Chère Joséphine

Comme ta grand-mère m’a écrit à ton sujet…. et que tu es en réclusion …. enchantée malgré tout … J’en profite pour t’envoyer quelques mots du k-oeur…

On naît poète…. et je définirais la poète comme une enquêteure du réel …. au sens ou … même l’isolement le plus imprévu se transforme soudain, malgré soi, en événément poétique tout en convoquation de sa danse des mots.. 

Et en ce sens, la poésie m’apparaît cet arc-en-ciel au-dessus de la k-ondition humaine … qui célèbre l’énigme du merveilleux, l’énigme de la vivance inspirée sur une terre qui en a bien besoin.

Oui, la poète est à la poésie ce que le vent est à la voile … une fascinante fraîcheur imprévue:)))

Bon rétablissement Joséphine

Pierrot vagabond

———————

Salut Pierrot,

Je viens de récupérer les vidéos sur Simon Gauthier…

Prépare-toi… tu vas pleurer… A+ Mike

 

——————-

Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>

12:09 (il y a 6 heures)
À Claire

courriel génial de Michel Woodard

 

on dirait que le doctorat oeuvre d’art prend maintenant une forme que jue n’avais même pas osé imaginer

Pierrot

———————-

Très cher Pierre,

C’est magique ! Vraiment, les étoiles s’alignent pour toi et la réussite de ton œuvre… une superbe constellation est sur le point de voir le jour… ça me ravit. Tous tes amis son formidables… il faut dire que ton rêve illumine leurs vies… tu leur inspire le dépassement dans leur propre existence… et cela, c’est merveilleux !

Je serai heureuse… et infiniment honorée… de t’accompagner à Saint-Élie-de-Caxton pour la projection de ce film, préparé par Michel… je prendrai alors conscience de l’immense importance de notre voyage au cœur de tes qwalias… de La Tuque à Saint-Élie… sur ces chemins où à travers Simon, tu as semé le rêve… et fait le bonheur de tellement de gens…

Je ne sais pas pour quand Michel prévoit organiser cette rencontre et la projection de son film… Au cas où se serait pour cet été, afin de lui éviter de possibles démarches inutiles, tu devrais le prévenir que tu ne seras pas disponible du 19 au 26 août… car nous serons en voyage à Calgary…

De là je pense, l’importance du voyage à Calgary…. Où je vais pouvoir te rendre métaphysiquement ta propre récolte de tes qwalias de vie par les yeux de tes enfants et petits-enfants… comme si de La Tuque à Calgary… se vivait un laboratoire du traité des abs…. Qui me semble d’une très belle fraîcheur philosophique:)))

Si beau ce que tu as écrit…

J’ai très hâte à cette rencontre à Saint-Élie… c’est merveilleux d’approfondir notre connaissance l’un de l’autre… tout en délicatesse…

Bonne fin de journée ensoleillée!

Claire

 

————————

 

on matin, Pierre,

Entre Laval et Amos j’ai trouvé la trame de fond de mon roman à commencer en septembre… un mot: TESTAMENT ! Une étincelle a jailli et mon imaginaire s’est enflammé… avec mes deux comparses, nous avons commencé à élaborer l’intrigue… WOW…

 

Vraiment Claire …. c’est merveilleux cette complicité que tu as avec ton frère et sa dame… j’ai vraiment hâte de les connaître un jour… on dirait que c’est à ce niveau que l’on se rejoint le plus natuellement toi et moi… la fébrilité de créer l’impossible pour le bien des autres… 
Et au souper entre quelques fous rire et des discussions sérieuses, j’ai pensé à une couverture pour mon roman: Née sous un nébuleuse étoile… à paraître au printemps 2023…

 

C’est si essentiel d’avoir une garde rapprochée non toxique pour rêver la beauté du monde ….  Tu mérites amplement cette formidable complicité que t’offre tes comparses…


À peine débuté, notre voyage en Abitibi s’avère fructueux… Ah! Retrouver la terre de nos ancêtres… marcher dans les pas de ceux qui m’ont précédé… une source d’inspiration.
À la Société D’Histoire, je suis attendue par tout un comité d’accueil… du bonheur en perspective…
Et ce midi, nous irons dîner à Macamic… là où j’ai grandi…
Une belle journée à toi, cher Pierre.
Claire

 

Passe une belle journée Claire… de mon côté… pendant que Gaelle travaille à so n oeuvre… je poursuis mon exploration de l’âme des itinérants par la question … quel est ton rêve?

Pierrot ))))

——————–

le plus fascinant Claire, c,est que tout avance en même temps avec magie

Chère Claire

Comment se porte ta créativité suit ç ce voyage de recherche pour ton prochain roman avec ton frèere et sa dame?

————- 

de mon côté…

Incroyable… Michel dépose le meilleur de lui-même dans un documentaire sur le conteur Simon Gauthier … en faisant un réel contact avec marie Thérèse et Normand que nous avons rencontré toi et moi par hasard à St-Élie de caxton parce que tu avaIs organisé magnifiquement le voyage de recherche de qwalias à La Tuque…. pendant qu’ici à Sherbrooke Gaelle avance à grand pas dans sa métaphysique internationale dont les audios la nuit se succèdent dans leur magnificence à un rythme étonnant d’inventions somptueuses auxquelles je me consacre à des transcriptions qui lui ouvrent de nouvelles fenêtres d’excellence pour son doctorat ….. doctorat … qui devrait avoir des conséquences majeures sur le doctorat des rêveurs équitables…pendant que de ton côté tout conspire pour que ton prochain roman soit une vraie réussite inspirée d’écrivaine… 

Je connais mon Michel… quand il est inspiré par un documentaire …. il y dépose toute son âme de créateur… avec Marlene qui en devient une complice dans un jugement bienveillant impeccable et complice au travail ciselé de Michel…

Comme tu les a rencontré à la fête des mercis…. tu as pu voir nos 16 ans de recherche à travers mes mercis…. l’archétype de Michel le concierge et celui de Marlene la jardinière comme celui ce Pierrot le vagabond-chercheur feront un jour partie de l,épopée de l’humanité oeuvre d’art … tel que je l’ai vu évolué matin après matin dans nos conseils d,administration de la créativité:))))

Comment te dire Claire…

QUAND ON NE TRICHE PAS AVEC SON RÊVE DE VIE… et qu,on est animé pour que chacune ou chacun qui a cru en nous soit gagnant gagnant… gagnante gagnante… il se produit des miracles… dans ce que j’appelle dans le traité des abs…. L,ABS-XISTENCE ET DES ABS-VÉNEMENT DE SYNCHRONI-VIE-TÉ.

———— 

Pour notre voyage du 19 août …à Calgary … quelques jours après le 17 aout à trois Pistoles … ou nous rencontrerons toi et moi ta jeune poète Joséphine et que nous partirons à la recherche de tes qwalias dans les yeux de ta fille et de ses 3 enfants., j’avertirai Michel pour que notre agenda ne rentre pas en conflit avec son projet pour les rêveurs équitables de présenter le documentaire sur Simon à St-Élie par le biais de Noirmand et Marie-Thérèse et par conséquence même une soirée des rêveurs équitables…

Normand qui est président de la chorale de St-Élie de caxton avait monté un spectacle qwalia avec les chansons de Simon chanté et joué par la chorale… Il doit exister soit des videos, soit des audios dont Michel pourrait se servir si nécessaire…

————- 

Tout ça pour te dire que parfois mes courriels s,espacent parce que Gaelle entre en contemplation profonde durant des heures et que les audios enregistrés qui en résultent sont d’une telle qualité qu’ils demandent des transcriptions incontournables à son doctorat… Elle doit terminer sa partie du projet Québec Mexique avant la fin aout parce qu’elle rencontre sa directrice de thèse et doit entamer ses 4 derniers cours de propédeutique et obtenir des A+ pour avoir une vraie chance d’obtenir une bourse prestigieuse qui nous permettra de survivre financièrement … et payer sa session de janvier ou … sa propédeutique terminée … elle pourra enfin entamer son doctorat… qui lui permettra de créer l’observatoire du merveilleux et ainsi accueillir… et le doctorat des rêveurs équitables… et le colloque international sur les dimensions du rêve… du moins tel est le programme rêvé:::

et je me sens privilégié d’être aux ieres loges… Gaelle e pourrait y arriver à ses A+ si elle devait travailler en même temps… c’est trop un jour et nuit avec une discipline de l’abdiquation heureuse qui ne demande aucune faille au niveau conceptuel… Je m,occupe de tout… Je veille à ce qu’elle ne manque de rien. Je le fais par mysticisme du rêve de l’autre que je pourrai également architectoniser dans le doctorat des rêveurs équitables… ou j,espère démontrer que Marlene Michel et moi avons été envers les uns les autres à travers nos archétypes… AU SERVICE DU RÊVE DES UNS ET DES AUTRES… DONC DE RÉELS RÊVEURS ÉQUITABLES À TRAVERS NOTRE DOCTORAT.

Pierrot

—————-

Bon matin, Pierre,

Ce que j’ai découvert, pendant ce court voyage en Abitibi, c’est à quel point la luminosité de mon rêve illumine l’existence de Daniel et Joanne, les rend heureux, mets des étincelles de joie sur leur route vers la retraite…

C’est la même chose pour toi… la luminosité de ton rêve illumine la vie de Michel et Marlene… sans cette brillance, Michel le concierge et Marlene la jardinière seraient d’illustres inconnus… Grâce à ta présence dans leurs vies, Michel et Marlene se surpassent, imaginent, rêvent à leur tour… et te rendent, au meilleur de leur possibilité, ce que tu leur apportes… comme le font Daniel et Joanne pour moi…

Tu me fais prendre conscience de cette magie du don de soi… pour illuminer la vie des autres… et mon rêve possède une telle brillance…

Aussi, les quelques mots que j’ai échangé avec Joséphine, que tu as si joliment complété, la pousse à profiter de sa solitude pour écrire un poème sur ce sentiment… à travers ses émotions du moment… que nous lirons peut-être un jour

Je suis certaine qu’elle et Normand vont trouver une salle pour le spectacle de Michel…

Dès qu’une date sera confirmée, je vais inviter David et Laurence à y assister… ils manifestent beaucoup d’intérêts à ton égard depuis notre passage chez eux…

Cher Pierre, je constate avec joie que notre présence dans la vie l’un de l’autre, se résume en un seul mot : plénitude!

Ce petit rien qui magnifie nos vies !

Prends bien soin de Gaëlle… je suis consciente qu’il faut, en ce moment, en faire ta priorité. Un bonjour, un bonsoir, un bon réveil… auquel tu ajoutes mon prénom, comme un petit mot gentil… venu de ton cœur… me comble de douceur et de tendresse…

Bon vendredi,

Claire

———————–

les journées sont intenses… totalement consacrées au doctorat de Gaelle

onne nuit Claire je te réécris quelquepart demain entre deux explorations spéculatives de Gaelle

Pierrot:)))

——————-

Bonsoir Monsieur Pierrot,

Nous nous sommes informés pour cette rencontre du 17 août à Trois Pistoles et nous y serons.  Nous pensons faire du co-voiturage avec Annick Bernatchez et peut-être Raymond Kalomiris. D’ici là, nous prenons aussi soin du rêve d’Annick pour la construction de son logis.  Elle était très près de Simon et cette visite en l’honneur de notre ami Simon lui sera bénéfique aussi. Merci pour cet honneur de nous inviter à cette célébration. Continuez, Monsieur le Vagabon à être utile à ces itinérants que vous rencontrez.  Ils ont un grand besoin de ce contact.

Bonne fin de journée,

Normand

——————-

her Normand

Je suis trèssss ému ….et très comblè de savoir qu’Annick, Raymond, Marie-Thérèse et toi Normand … seront présents sur ce traversier de Trois Pistoles pour la soirée hommage à Simon Gauthier à travers ma guitare et mes chansons et si la tendance se maintient… le documentaire de mon partenaire de recherche et de scène ….et sa guitare et ses chansons … et il se pourrait bien qu’à ce moment-là … le tout prenne une tendance événementielle que personne ne peut prévoir… comme ce le fut pour la soirée des mercis à la galerie d’asrt de Sabiha à Montréal Nord… Il est bien possible que le tout soit filmé à Marlene à sa caméra sur le traversier…pour le spectacle …  les billets sont gratuits… ier arrivés iers servis …

wowwwww Normand quelle belle fête à Simon cela sera

salutations à Marie-Thérèse

Pierrot

——————-

courriel de Normand

quand même… comme les étoiles s’alignent Claire

Pierrot

————————

allumer les autres par notre rêve à la hauteur de notre non-tricherie

Ce que j’ai découvert, pendant ce court voyage en Abitibi, c’est à quel point la luminosité de mon rêve illumine l’existence de Daniel et Joanne, les rend heureux, mets des étincelles de joie sur leur route vers la retraite…

C’est la même chose pour toi… la luminosité de ton rêve illumine la vie de Michel et Marlene… sans cette brillance, Michel le concierge et Marlene la jardinière seraient d’illustres inconnus… Grâce à ta présence dans leurs vies, Michel et Marlene se surpassent, imaginent, rêvent à leur tour… et te rendent, au meilleur de leur possibilité, ce que tu leur apportes… comme le font Daniel et Joanne pour moi…

Tu me fais prendre conscience de cette magie du don de soi… pour illuminer la vie des autres… et mon rêve possède une telle brillance…

———————

ET MON RÊVE POSSÈDE UNE TELLE BRILLANCE

WOWWWWWWWWWWWWW

JUSTE

être profondément lumineux pour les autres … toi et moi Claire possédons ce privilège à un degré hautement éthique … et je crois que ce trait de personnalité fait l’élégance de nos oeuvres réciproques … 

Ici à Sherbrooke … Je fais le tour de toutes les ressources pour que Gaelle ne manque jamais de rien… puis je fais vaisselle, ménage et repas pour qu’elle puisse se consacrer à son doctorat nuit e jour… c’est une personne de qualité qui ne manque jamais un merci…. de lui donner la chance de se consacrer à son doctorat… Mais le plus essentiel est que… devant ses avancées fulgurantes en spéculations métaphysiques.. je sois celui qui de par sa culture générale puisse lui redonner synthétiquement une confiance en elle car inventer comporte d’immenses efforts intellectuels… et de très grandes angoisses.. parfois même des paniques dans sa peur d’échouer par manque de ressources.

Pour ce qui est des doctorats des rêveurs équitables, j’ensemence la ville de Sherbrooke par la question … quel est ton rêve? comme je le faisais lors de mes vagabondages à travers le Canada…. mais prenant d’abord soin d’écouter les itinérants tout en apprenant leurs prénoms un à un…

Je réapprends la danse de  l’humilité, de la pauvreté poétique et du mysticisme du rêve de l’autre …. en peaufinant du mieux que je peux ,,, comment dire… l’importance de l’autre à ses propres yeux sans provoquer par mes connaissances de violences symboliques… 

Je ne m’en rends pas toujours compte… mais la connaissance pointue blesse facilement l’autre quand on n’est non vigilant… C’est comme l’éthique personnelle… elle doit être sans faille… ce que je pratique d’ailleurs par notre épistolaire… comme toi d’ailleurs …car une oreille élue vaut son pesant de k-oeur quand il s’agit de grandir spirituellement comme personne humaine

bon réveil Claire… 

Pierrot

———————

her Pierre,

Comme c’est beau la vie !!!!

Après ce spectacle à Trois-Pistoles, où seront présent un grand nombre de tes amis, pour célébrer l’homme extraordinaire que fut Simon Gauthier, à travers tes souvenirs et tes chansons, tu vas arriver chez moi le cœur en joie… avec encore dans la tête la résonnance de tellement d’amitié les uns envers les autres…  Quelle superbe préparation pour notre odyssée du mois d’août, à Calgary…

Pierre, tu connais mon sens profond de l’organisation… aussi, je serais vraiment rassurée si tu arrivais chez moi le 18 août. Nous ne pourrons pas communiquer durant ton séjour à Trois-Pistoles, alors je risque de m’inquiéter… je ne voudrais pas manquer notre vol… Nous devrons partir de chez moi dans la nuit du 19 au 20 août vers 4 heures du matin… notre vol pour Calgary est à 7 heures.

Je ne sais pas comment tu comptes te rendre chez moi le lendemain du spectacle… si tu te rends à Trois-Pistoles avec un ami, disons Raymond-Louis, par exemple, qui passe te prendre à Sherbrooke… et que c’est lui qui te ramène chez moi… je serai ravie de le recevoir à souper… lui… ou d’autres… selon avec qui tu voyageras…

Mais comme tes déplacements sont pris en charge par le Festival tu n’es pas obligé de compter sur quelqu’un… j’ai vérifié… il y a un bus d’Orléans Express qui part de Trois-Pistoles le 18 août à 8h50, et qui arrive à Montréal centre-ville à 15h45… de là, comme tu auras beaucoup de bagages, tu pourras prendre un taxi qui t’amènera chez moi, je défraierai la course… ça vaut bien quelques petits sous pour me sentir rassurée… Si tu choisis le bus, et que tu es serré dans ton budget, je peux acheter ton billet… de toute façon, il te sera remboursé…

Peut-être que je me mêle de ce qui ne me regarde pas… tiens-moi au courant…

J’ai un grand sens de l’organisation… à Venise, j’avais même réservé des passes/toilettes… pour ne pas à avoir à faire la file…

« C’est comme l’éthique personnelle… elle doit être sans faille… ce que je pratique d’ailleurs par notre épistolaire… comme toi d’ailleurs …car une oreille élue vaut son pesant de k-oeur quand il s’agit de grandir spirituellement comme personne humaine! »

C’est un cadeau de la vie, cette oreille élue, que nous nous offrons l’un à l’autre… un trésor précieux sur lequel nous nous devons de veiller avec une grande délicatesse…

Bonne samedi ensoleillé!

Claire

———————-

wowwww Claire

merveilleux

je pense qu’il serait plus sécuritaire que tu m’achètes le billet d,autobus d’avance (comme il me sera remboursé) je partirais de trois Pistoles à 8.50 du matin le 18 et j’arriverais à Montréal à 15.45pour ce qui est de défrayer le taxi …. j’accepte aussi cela me rassurerait également… vraiment Claire j’apprécie magnifiquement  ton sens de l’organisation moi qui n,en ai vraiment aucun

Pierrot Je compte arriver le 16 août à Trois Pistoles Je serai accueilli le 16 aout et le 17 aout chez ce monsieur

——————–

Merci de ma partager… ça me rassure, tu seras super bien accueilli à Trois-Pistoles! Je vais attendre de tes nouvelles pour le retour vers chez moi…

Claire

Claire Bergeron

————————–

Il est tellement important pour moi, Claire, de ne pas tricher quand je t’écris… surtout pour ne pas nuire à la fraîcheur de nos deux oeuvres :)))

chère Claire

Déjà deux semaines que je suis ici à Sherbrooke … en donnant tout ce que je suis.. et cela nuit et jour… pour que le rêve doctoral de Gaelle se réalise de façon optimale… Et à cet égard, j’en vois déjà les immenses conséquences  que je vais en façonner dans la précision glossairique future de mon traité des abs…

Et en même temps, ayant choisi la pauvreté poétique comme mode d’exploration d’une méthodologie en métaphysique … je suis étonné que le tout m’ait conduit à toi… presqu’un an de courriels, un voyage à La Tuque exceptionnel, une complicité évidente à travers nos cafés, jeux de scrabble, conversations et respect mutuel …

Comment qualifier le tout… je ne sais pas vraiment… amitié trèssss complice… certainement… Je me suis surpris ce soir à vivre beaucoup de joie à nos retrouvailles le 18 août…. Mais une vraie joie du k-oeur… droite comme je rêve que soit chaque journée de ma dernière étape de vie…

Oui… ce sera un beau voyage à Calgary….

Pierrot

————————-

Cher Pierre,

Je serais tellement triste si j’apprenais que tu doutes de ma droiture… dans nos échanges, à quelques niveaux que ce soit…

Comme toi, je suis étonnée de ce cadeau du destin qui nous a conduit l’un vers l’autre. Une phrase que j’avais écrite : Je veux vivre ma vie comme j’aimerais la lire quand sera venu le temps des souvenirs, qui t’a interpelée, au point de vouloir me faire part de l’émotion qu’elle suscitait en toi… Nous nous sommes reconnus, l’un dans l’autre, à travers nos rêves lumineux, notre passion des mots, notre amour de l’autre, dont nous cherchons à améliorer la condition de vie…

Autour de moi, ceux qui me sont chers et me connaissent bien, ont été étonnés qu’au cours de nos douze jours ensemble, il n’y a pas eu un seul moment d’ennui… ce que tu reconnais également, j’en suis certaine…

Comment qualifier notre relation ? Je n’en sais rien non plus… car ce que j’éprouve pour toi m’est inconnu… un sentiment qui jaillit au fond de mon âme, comme un élan de pure tendresse qui me fait apprécier nos échanges dans la joie… une joie droite et honnête… que je ne cherche pas à freiner, la vie est trop courte… que je ne chercher même pas à analyser… Tu es précieux pour moi, c’est ce qui compte.

Cher Pierre, ce que je souhaite, c’est que chacune de nos escales dans la vie l’un de l’autre, soit un havre de douceur, de tendresse… un sentiment si rare… un ressourcement aussi, qui nous donne la force de poursuivre notre œuvre…

C’est merveilleux que tu te surprennes à vivre beaucoup de joie à l’idée de nos retrouvailles… sans douter, je l’espère, de la droiture de mes sentiments à ton égard…

Il n’y a pas de hasard… que des rendez-vous… laissons faire la destinée qui nous a conduit l’un vers l’autre… comme toi, je veux que chaque journée de ma dernière étape de vie soit magnifiée par la brillance de mon rêve, qui rejaillit sur ceux qui me sont chers… enjolivée par ta présence, dont je ne doute pas de la droiture… sois-en assuré ! L’être humain a besoin de plénitude… c’est, je crois, ce que notre relation nous apporte de plus merveilleux… une oreille attentive l’un à l’autre…

Oui… ce sera un beau voyage à Calgary…

Claire

——————-

désolé pour le retard Claire

Je dors et te réécris dans ;a journée)))

Pierrot

—————–

Je remplis tous mes objectifs, un par un:)))

Chère Claire,

comment se passe ce retour depuis la mise en commun de vos imaginaires entre toi, ton frère et sa dame? De mon cöté, on dirait que j’ai enfin terminé un cycle très essoufflant d’apprivoisement de notre nouveau déménagement à Gaelle et moi. Ce fut intense et très enrichissant. le fait que nous nous connaissons très bien nous permet de vivre le tout dans la douceur et le respect mutuel:))))

Depuis deux semaines …j’ai finalement suffisamment marché la cartographie de la ville de Sherbrooke , assez pour pouvoir enfin passer à la phase théorique de ma recherche des qwalias … ici dans la ville… qui me semble se passer entre lr cegep à l’université… par l’autobus 14.

Quand je fais ce parcours à pied de l’autobus 14:)))… je réfléchis à notre voyage à La Tuque… la voix ferrée, le congélateur, la tombe de Simon et le comptoir de David… tout en rfléchissant à des analogies théoriques définitionnelles qui me serviront également pour notre voyage à Calgary dans la collecte de tes propres qwalias:))))

Gaelle avance phénoménalement dans la préparation et de sa collaboration Québec Mexique avec Mina qui fait la musique de ses animations et dans la mise en forme  d’un tableau de synthèse glossairique de ses inventions pour sa directrice de doctorat qu’elle rencontrera au milieu du mois d’août…

Comme nous avons rapidement trouvé nos repaires de contemplation heureuse au quotidien… Je puis enfin entrer dans la préparation de l’hommage à Simon à Trois-Pistoles ….  

Gaelle sait bien qu’une carri;re internationale en recherche métaphysique dépend à la fois de sa collecte de A+ dans ses cours de propédeutique de septembre en janvier tout en bossant nuit et jour pour rapidement construire le fil d’Arianne de sa problématique et de ses enjeux de façon à ce qu’elle puisse avoir une relation en majeure au niveau intellectuel avec sa directrice de thèse.

C’est magnifique de la voir aller… vraiment…. Je suis aux ieères loges d’une personne d’ecception … e tj’ai bien l’intention de tout faire pour qu’elle se rende à son rêve… 

à bientôt devant un bon café 

Pierrot

——————–

Cher Pierre,

Je savais qu’Isabelle était ravie de nous recevoir, mais hier, j’ai découvert que Kevin, mon gendre, est enchanté également. Sachant que tu es un chercheur, érudit et curieux, il est à planifier notre séjour là-bas… je pense que l’on ne va pas s’ennuyer. Kevin est un homme brillant, qui connaît extrêmement bien l’Alberta, et il adore en parler, surtout quand il sait que quelqu’un lui prête une oreille attentive.

Aussi, depuis 17 ans qu’ils habitent en Alberta, j’ai eu quelques copains, mais comme je te l’ai dit, je n’ai jamais emmené un homme avec moi en visite chez eux… alors, Isabelle et Kevin sont conscients que tu occupes une place privilégiée dans ma vie.

Je te joins le circuit que Kevin nous propose. Nous partirons tous les quatre, avec Joséphine, les deux autres filles ont un travail d’été. D’après ce que je vois, nous allons passer la majeure partie de notre voyage sur les routes de la province albertaine… Tu crois que j’ai le sens de l’organisation, tu vas découvrir un maître dans le domaine… Je leur ai aussi spécifié que tu étais un excellent compagnon de voyage, toujours de bonne humeur, curieux, qui sait apprécier chaque détail…

Isabelle et Kevin possède chacun une guitare… en bon état selon Isabelle… et connaissant mon gendre, elles doivent être de qualité. Ils en jouaient tous les deux, avant d’avoir des enfants… Si ça te convient, tu n’auras pas à apporter la tienne en avion, – une guitare est-ce comme un piano, sur lequel on joue aisément même si ce n’est pas le nôtre? – tu apporterais seulement ton cahier de chanson… sinon, on trouvera un moyen d’apporter la tienne… si tu veux en jouer au cours de notre odyssée albertaine, bien sûr. Parce que te connaissant, j’imagine que le soir, au coin du feu, ou sur une terrasse en fin de journée, tu aimeras en jouer… et chanter. Mais ça non plus, ce n’est pas une obligation… seulement si cela t’enchante…

Isabelle et Kevin sont un couple charmant, près de la nature… Ils habitaient une maison dans le style de celle de David, mais contrairement à lui, avec un tout petit terrain. Alors ils sont déménagés en banlieue de Calgary, à Bearspaw, si mes souvenirs sont exacts… là, ils sont propriétaires d’immenses terrains… celui sur lequel est construite leur maison, une construction qui date des années ’60, et deux autres, qu’ils pourraient vendre, après les avoir fait cadastrer. Isabelle se fait un jardin, elle a déjà eu des poules… Des orignaux passent régulièrement devant la maison, et lèchent le sel sur leurs voitures… il y a aussi des coyotes… deux chats sont disparus mystérieusement… la vraie nature, quoi…

À voir le plaisir de Kevin à nous organiser un circuit de visites, je pense que notre séjour à Calgary deviendra une odyssée enchantée…

J’adore ces petits voyages préparés à l’avance… l’attente est faite d’agréables moments à imaginer ce rendez-vous avec Isabelle et les siens… Parlant d’Isabelle, elle arrive vendredi avec Joséphine.

Oui, vivement une belle discussion devant un bon café latté…

Claire

——————–

quel sens de l’organisation tu as Claire et quelle écriture surtout pour le dire:)))

Cher Pierre,

Je savais qu’Isabelle était ravie de nous recevoir, mais hier, j’ai découvert que Kevin, mon gendre, est enchanté également. Sachant que tu es un chercheur, érudit et curieux, il est à planifier notre séjour là-bas… je pense que l’on ne va pas s’ennuyer. Kevin est un homme brillant, qui connaît extrêmement bien l’Alberta, et il adore en parler, surtout quand il sait que quelqu’un lui prête une oreille attentive.

Et moi qui adore écouter… wowwwww…. Il est vrai que je suis insatiable de curiosité dans tous les domaines … vraiment Claire… nous sommes privilégiés de vivre une telle épopée à Calgary avec des personnes si chères à ton k-oeur

Aussi, depuis 17 ans qu’ils habitent en Alberta, j’ai eu quelques copains, mais comme je te l’ai dit, je n’ai jamais emmené un homme avec moi en visite chez eux… alors, Isabelle et Kevin sont conscients que tu occupes une place privilégiée dans ma vie.

une amitié oeuvre d’art trèsss complice qui a bien des chances d enous amener à une luminosité de nos oeuvres respectives que nous n’avons pas prévu ni un ni l’autre …. une poésie du quoptidien dans la douceur et la dégustation rare de l’instant présent:)))

Je te joins le circuit que Kevin nous propose. Nous partirons tous les quatre, avec Joséphine, les deux autres filles ont un travail d’été. D’après ce que je vois, nous allons passer la majeure partie de notre voyage sur les routes de la province albertaine… Tu crois que j’ai le sens de l’organisation, tu vas découvrir un maître dans le domaine… Je leur ai aussi spécifié que tu étais un excellent compagnon de voyage, toujours de bonne humeur, curieux, qui sait apprécier chaque détail…

wowwwww… que dire de plus… sois certaine que je serai à la hauteur des attentes de tout le monde…:))))))

Isabelle et Kevin possède chacun une guitare… en bon état selon Isabelle… et connaissant mon gendre, elles doivent être de qualité. Ils en jouaient tous les deux, avant d’avoir des enfants… Si ça te convient, tu n’auras pas à apporter la tienne en avion, – une guitare est-ce comme un piano, sur lequel on joue aisément même si ce n’est pas le nôtre? – tu apporterais seulement ton cahier de chanson… sinon, on trouvera un moyen d’apporter la tienne… si tu veux en jouer au cours de notre odyssée albertaine, bien sûr. Parce que te connaissant, j’imagine que le soir, au coin du feu, ou sur une terrasse en fin de journée, tu aimeras en jouer… et chanter. Mais ça non plus, ce n’est pas une obligation… seulement si cela t’enchante…

J’adore le deal…. fais moi penser dz’apporter mon capot de guitare en métal… quel plaisir pour moi ce sera de constribuer à notre joie de nous vonnaître:))) par des chansons

Isabelle et Kevin sont un couple charmant, près de la nature… Ils habitaient une maison dans le style de celle de David, mais contrairement à lui, avec un tout petit terrain. Alors ils sont déménagés en banlieue de Calgary, à Bearspaw, si mes souvenirs sont exacts… là, ils sont propriétaires d’immenses terrains… celui sur lequel est construite leur maison, une construction qui date des années ’60, et deux autres, qu’ils pourraient vendre, après les avoir fait cadastrer. Isabelle se fait un jardin, elle a déjà eu des poules… Des orignaux passent régulièrement devant la maison, et lèchent le sel sur leurs voitures… il y a aussi des coyotes… deux chats sont disparus mystérieusement… la vraie nature, quoi…

À voir le plaisir de Kevin à nous organiser un circuit de visites, je pense que notre séjour à Calgary deviendra une odyssée enchantée…

J’adore ces petits voyages préparés à l’avance… l’attente est faite d’agréables moments à imaginer ce rendez-vous avec Isabelle et les siens… Parlant d’Isabelle, elle arrive vendredi avec Joséphine.

Oui, vivement une belle discussion devant un bon café latté…

Claire

—————-

Tu as tellement le sens de l’organisation… Claire….  si la tendance se maintient je partirai probablement avec Marlene et Michel vers Trois Pistoles… mais au cas ou ça ne marchera pas… tu pourrais te renseigner pour moi par internet …sur l’itinéraire Sherbrooke trois-Pistoles….

d’autant plus qu’au terminus d’autobus de Sherbrooke… on m’a dit que je devrai acheter mon billet par Internet avec le groupe la québécoise (car eux iils ne vendent pas leurs billets au comptoir…  paraît qu’il faut aller à autobus.qc.ca … 

si â ne te dérange pas trop…

ici pendant que Gaelle bosse dur… moi je cartographie Dherbrooke philosophiquement en visitant les commerçants… j’en ai visité 2 aujourd’hui… à qui je pose la question… quel est ton rêve?Je suis enchanté de la suite du monde avec toi

Pierrot

————————

Bon matin Pierre,

J’ai vérifié pour les bus de Sherbrooke à Trois-Pistoles. Il te faut 2 billets :

16 août 2022 :De Sherbrooke à Québec, gare du Palais, avec La Québécoise :     Départ de Sherbrooke à 9h10 – Arrivée à Québec à 12h45 (40.89$)De Québec, gare centre-ville, Orléans Express, à Trois-Pistoles :   Départ 14 h – Arrivée à Trois-Pistoles à 17h55 (49.90$) Si tu me donnes le OK, je réserve tes billets. J’ai aussi vérifié pour Toufik Kouider Araibi, qui doit te recevoir à Trois-Pistoles. Il est sur Facebook, mais ne semble pas très actif. Je lui ai envoyé une demande d’amitié, et pas de réponse à date.

Bonne journée.

Claire

—————–

wowwwwwwwwwwwww Claire cela me soulagerait que tu réserves pour moi Cette nuit j’ai enfin vécu une nuit de recherche contemplative impeccable par la méthodologie … pauvreté poétique … brosses d’être… attaques d’être couché sur mon plancher et je dois bien m’avouer que tu es au k-oeur de la qualité intrinsèque de l’évolution de mon oeuvre le rapport entre notre voyage à La Tuque et les abs-vénements de la cueillette des qwalias .me sont apparus thériquement et métaphysiquement dsns toute leur beauté spéculative… Je ne suis pas encore rendu à l’étape de l’écriture dans le traité des abs… mais mon exploration cartographique de Sherbrooke par le biais des itin.rants comme des dêveurs me prépare à poursuivre cette recherche à Calgary avec toi fascinant quand même cet impossible entre nous deux le meilleur reste à venir

Pierrot

———————

oici ton billet de Sherbrooke à Québec.

Je pense que tu devrais faire des copies de tes factures de voyage et les faire parvenir à qui de droit sur le Comité organisateur de Trois-Pistoles, ce serait plus facile pour eux de préparer tes remboursements. Informe-toi.

Claire

——————

Bien le bonjour Iléana

Je suis très enthousiaste à l’idée de présenter cet hommage à Simon Gauthier … sur le traversier de Trois Pistoles dans une performance d’une quarantaine de minutes….

Mon partenaire de recherche Michel Woodard..prépare en ce moment un documentaire sur Simon Gauthier qui, si la tendance se maintient , sera terminé pour le 17 août … Il est fort possible que Michel et Marlene sa compagne se rendent à Trois Pistoles pour le 17 août… afin de présenter ce documentaire… si cela est compatible avec votre festival….

.Quatre personnes de St-Élie de Caxton  qui furent des intimes de Simon et qui furent à son chevet dans les derniers jours…seront également présents à la soirée sur le traversier …..

Ce 40 minutes sur le traversier… si la tendance se maintient… sera également filmé … par Marlene et Michel…. si vous n’y voyez pas d’inconvénient.

voici comment tout s’organise de ce côté-ci de la vie:))))

——————-

J’ai pensé qu’il serait pratique que je vous envoie d’avance par courriel les prix de mes billets d’autobus aller retour Le premier aller de Sherbrooke à Québec (départ de Sherbrooke à 9h.10 le matin, arrivée à Québec 12.45 ) … le montant est de $40.89 puis de Québec à Trois Pistoles ( départ de Québec à 2h.p.m. et arrivée à Trois-Pistoles 17.55) . j’arriverai donc  à Trois Pistoles le 16 août au soir  à 17.55 …. lLe montant est de $57.38.. 

———–

j’ai déjà avisé monsieur Kouider que j’arriverais le 16 et que je serais chez lui le 16 au soir, le 17 au soir et que je repartirais pour Montréal le 18 août ce qu’il a accepté avec beaucoup de gentillesse:))))

——————

Le 18 aout… je prendrai un billet Trois-Pistoles Montréal … le départ se fera de trois-Pistoles à 8h.55 le 18 août au matin et l’arrivée à Québec sera à 12.15 … le départ de Québec se fera à 13 heures et l’arrivée à Montréal se fera à 15h.45. Le montant du transport Trois-Pistoles-Montréal étant de $84.92  Je vous envoie donc la preuve d’achat des trois billets  … facturés au nom de Madame Claire Bergeron une très grande amie …. qui a la générosité de s’impliquer très activement au niveau organisationnel de ma démarche d’artiste.

En espérant que tout se déroule à votre goût vous pouvez communiquer avec moi ou Madame Bergeron pour tout détail supplémentaire l’adresse- courriel de Claire Bergeron étant ajouté au.courriel suivant..

merci:))))))))))))))))))))))

Pierrot:)))

 

———————–

Michel Woodard

13:18 (il y a 20 minutes)
À Normand, moi

bonjour Marie-Thérèse et Normand,

Quelle joie  que de vous savoir intéressés. Cet automne, un samedi en soirée. L’idée est de ressembler 39 personnes pour le Rendez-Vous (RDV). Ce RDV sera dédié à la présentation du film le Vagabond Céleste par Simon Gauthier. À l’accueil les rêveurs équitables ouvrirons la soirée et procéderons à l’avancement du RDV jusqu’à la fin.

Je vous laisse réfléchir au meilleur samedi possible chez vous. Pendant ce temps je m’informe des disponibilités de Pierrot. On a aussi besoin d’un ou une volontaire pour assurer les invitations à St-Élie. Il faut que ce soit simple comme fonctionnement. On ne charge rien pour l’évènement. Les gens donne ce qu’ ils veulent dans  le  chapeau à la fin. Nous aurons aussi les cd disponibles. Mais tout cela peut être ajusté au besoin.

A+

Michel le concierge

———————-

Bonsoir Michel Woodard,

Je suis à la fois surpris et honoré de ce courriel.

…un film sur Simon Gauthier au sujet du Vagabon Céleste quel honneur ce serait pour les artistes et plusieurs villageois de Saint-Élie-de-Caxton. Évidemment que plusieurs seraient intéressés à visionner cette production. Et dans le cadre d’un rendez-vous des rêveurs équitables en plus… Laisse-moi en parler autour d’amis de Simon pour sonder leur intérêt … Vers quelle date cette rencontre pourrait-elle se tenir? Moi et Marie-Thérèse sommes partant.   Restons en communication pour donner suite à ce magnifique projet. Dès que j’ai des développements, je te les fais connaître.

Salutations à toi et Marlene

Normand

 

———————-

Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>

13:35 (il y a 3 minutes)
À Michel

wowwwwwwwwwwwwwwwwwww

Michel magnifique

 

À part le voyage à Calgary au retour de Trois Pistoles, du 18 aout au ier septembre probablement Je serais disponible pas mal tout le temps…ç partir du ier septembre:)))) j’ai d’ailleurs tellement hâte que nous arrimions nos créativités Marlene, toi et moi:))))))

———————

J’ai déjà réservé mes billets d’autobus aller retour pour trois Pistoles je partirai le 16 au matin Sherbrooke Québec puis Québec trois Pistoles je serai accueilli chez un particulier et je repartirai le 18 au matin car je prends l’avion pour Calgary avec Claire le 19 aout dans la nuit…

———————–

Je suis dans la transcription des dernières innovations conceptuelles de Gaelle

Je pense à toi

Pierrot

merciiiiiiiii pour tout ce que tu fais pour moi ::

—————-

Tu es dans mes pensées aussi…
Isabelle me fait suivre les liens de nos hébergements… ce sera un magnifique voyage en Alberta!
Claire

Claire Bergeron

———————

Pierre Rochette <pierrotvagabond412@gmail.com>

18:33 (il y a 1 heure)
À Claire, moi

Bonjour Pierre!

 

C’est OK pour vos amis qui veulent filmer. Notez qu’il y a deux autres artistes prévu.e.s pendant la soirée (Jérôme Bérubé et Renée Robitaille). C’est OK pour l’hébergement 2 soirs.
Pour la présentation du documentaire, je crois qu’on va manquer de temps. C’est un spectacle d’une soirée qui commence déjà tard, et à l’horaire il y a déjà un concert de baleinophones, une projection d’une entrevue longue de Simon pendant l’entrée du public, un cabaret de contes regroupant 3 artistes et l’observation des perséides. Combien de temps dure le documentaire?
Bonne journée!

——————

Certainement une bonne heure… comme Michel  est en création en ce moment…je ne peux donner plus de détails

———-

super la soirée autour de Simon merveilleux:)))

à suivre:))))

Pierrot

———————-

Vidéotron

19:25 (il y a 45 minutes)
À moi

Vous allez avoir une superbe soirée… très émouvante.

Claire
Claire Bergeron

——————-

dommage que tu n’y sois pas

mais bon….

on saura bien reprendre le tout

Pierrot

————

Cher Pierre,

J’y serai en pensée… surtout que le lendemain tu viendras me retrouver pour notre voyage en Alberta.  J’ai appris ce soir que Rosalie nous accompagnera pour un jour ou deux. Ça me ravit que tu la connaisses…

Bonne soirée!

Claire

Claire Bergeron

———————-

la notion de champ qwalien suite à mon vagabondage philosophqiue de Sherbrooke

Bonne suite à ta journée Claire

tout est intense ici…. Pendant que Gaelle bosse à son doctorat, de mon côté je bosse à celui des rêveurs équitables…

 Depuis le ier juillet….

Trois semaines de collecte intense ou j’ai rencontré des employés comme des usagers des organismes suivants: l’armée du salut, la chaudronnée, Moisson estrie, accueil Poirier, fondation Rock Guertin, université de Sherbrooke aide financiere aux étudiants, la popote roulante, la cuisine collective le fil d’or

qu’est-ce qu’un champ qwalien? c’est la délimation des espaces de pouvoir imaginaire ou le renversement des rôles par la sérenpidité  sous forme de synchroni-vie-t …. permet des abs-vénements de nature qwalienne

 

à travailler pour le traité des abs

 

à suivre

 

Pierrot

 

———–

&&&&&&&&&&
&&&&&&&&&&

Bonjour Pierre,

Pour ma part, je me sens réellement en vacances : lundi, le 18 juillet, j’ai envoyé mon manuscrit à Anne-Marie, mon éditrice. Un premier pas vers la publication de mon roman à paraître au printemps 2023. La pauvre Anne-Marie est revenue de vacances avec la COVID… elle devait se mettre immédiatement à la lecture de mon nouvel opus, mais elle a de la difficulté à lire. Elle semble plutôt affectée par ce vilain virus… malgré 3 doses de vaccins. Faisons attention à nous… (Pendant que je t’écrivais, j’ai reçu un courriel d’elle… elle a 50 pages de lues, et elle trouve l’intrigue captivante… ça me rassure.)

Cette semaine, je texte beaucoup avec Isabelle, qui est aussi en vacances. Nous choisissons nos hébergements sur le parcours de notre randonnée du mois d’août… toutes les deux, nous adorons ce genre d’occupation. Comme Rosalie devait repartir vers le Québec dans les jours de notre arrivée à Calgary, elle nous suivra donc avec sa voiture pour la première partie du voyage… je ne sais pas encore si ce sera un jour ou deux…

Nous arriverons à Calgary samedi le 20 août, ce premier jour nous resterons à Calgary… tu pourras faire la connaissance d’Éloïse, le milieu de la famille, l’artiste, qui ne fait rien comme les autres… et dimanche, nous prendrons la route, vers de belles découvertes… j’ai tellement hâte… voyager de nouveau avec toi… que de joies en perspective… surtout en partageant ces moments avec Isabelle et les siens…

Isabelle doit arriver chez moi ce samedi, après un arrêt à Ottawa pour cueillir Joséphine… qui est en pleine forme, n’ayant été affectée par aucun symptôme de COVID… David devait revenir aujourd’hui d’un voyage dans le Sud avec sa famille… Donc, dimanche je devrais avoir une bonne partie de ma famille avec moi… je ne sais pas ce qui est au programme pour la semaine prochaine…

Je vois que tu ne perds pas ton temps dans ton nouveau milieu… je suis certaine que tous ces gens que tu rencontres doivent beaucoup t’apprécier. C’est super que tu puisses poursuivre ton œuvre à Sherbrooke. J’espère que Gaëlle et toi ne souffrez pas trop de la chaleur… ici, ma climatisation fonctionne jour et nuit…

Tu es dans mes pensées.

Bonne fin de journée.

Claire

———————

quelle joie que de t’écrire ce matin

Bonjour Pierre,

Pour ma part, je me sens réellement en vacances : lundi, le 18 juillet, j’ai envoyé mon manuscrit à Anne-Marie, mon éditrice. Un premier pas vers la publication de mon roman à paraître au printemps 2023. La pauvre Anne-Marie est revenue de vacances avec la COVID… elle devait se mettre immédiatement à la lecture de mon nouvel opus, mais elle a de la difficulté à lire. Elle semble plutôt affectée par ce vilain virus… malgré 3 doses de vaccins. Faisons attention à nous… (Pendant que je t’écrivais, j’ai reçu un courriel d’elle… elle a 50 pages de lues, et elle trouve l’intrigue captivante… ça me rassure.)

Je suis émerveillé et par ton rêve et par ta discipline personnelle dans ton parcours d’écrivaine… Ce sens de la loyauté du k-oeur chez toi … est vraiment aguerri …

Cette semaine, je texte beaucoup avec Isabelle, qui est aussi en vacances. Nous choisissons nos hébergements sur le parcours de notre randonnée du mois d’août… toutes les deux, nous adorons ce genre d’occupation. Comme Rosalie devait repartir vers le Québec dans les jours de notre arrivée à Calgary, elle nous suivra donc avec sa voiture pour la première partie du voyage… je ne sais pas encore si ce sera un jour ou deux…

Que tu aies réussi un parcours relationnel si intéressant avec tes enfants et tes petits enfants en dit long sur la qualité de ta personne Claire

Nous arriverons à Calgary samedi le 20 août, ce premier jour nous resterons à Calgary… tu pourras faire la connaissance d’Éloïse, le milieu de la famille, l’artiste, qui ne fait rien comme les autres… et dimanche, nous prendrons la route, vers de belles découvertes… j’ai tellement hâte… voyager de nouveau avec toi… que de joies en perspective… surtout en partageant ces moments avec Isabelle et les siens…

En tout cas… Je suis obligé de m’avouer que malgré toutes mes peurs de manquer personnellement d’éthique et ma vigilance au quotidien pour que l’exceptionnel soit toujours au rendez-vous entre nous … Je suis de plus en plus confortable à l’idée qu’un jour pas si éloigné, mon oeuvre m’apportera cette base financière minimum. …qui témoignera … en soi … de mon authenticité à ton égard….

J’ai tout parié sur la pauvreté poétique pour que l’oeuvre soit à la hauteur de mes rêves… J’ai tout parié pour que parallèlement le doctorat de Gaelle soit aussi à la hauteur de ses rêves à l’international ….Je sais que ni elle ni moi ne trichons à queques niveau que ce soit… et n’eut été de notre devoir de prendre soin de ses parents en Afrique…. qui  vivent souvent des difficultés sévères… Je n’aurais pas eu besoin de faire appel à mes amis… car je n’ai jamais rien demandé pour moi personnellement… 

Tu vois Claire… plus l’essentiel grandit de mon côté à ton égard … plus je fonce sur mon oeuvre de chercheur …. Le fait de découvrir ici à Sherbrooke de nouvelles hypothèses pour la définition des qwalias, dont les lois des champs se rapprochent d’ailleurs de celles du burlesque sur scène, étrangement… plus je suis vigilant pour que tous ceux et celles qui m’ont fait confiance se retrouvent gagnant gagnant, à quelque niveau que ce soit…

Ce voyage à Calgary est le résultat de tes intuitions  …..et je sais que tu as eu raison de l’organiser… L’excellence sera au rendez-vous de tout côté:)))

Isabelle doit arriver chez moi ce samedi, après un arrêt à Ottawa pour cueillir Joséphine… qui est en pleine forme, n’ayant été affectée par aucun symptôme de COVID… David devait revenir aujourd’hui d’un voyage dans le Sud avec sa famille… Donc, dimanche je devrais avoir une bonne partie de ma famille avec moi… je ne sais pas ce qui est au programme pour la semaine prochaine…

Ta famille est vraient ton royaume des béatitudes au quotidien. Que c’est passionnant de le lire….

Je vois que tu ne perds pas ton temps dans ton nouveau milieu… je suis certaine que tous ces gens que tu rencontres doivent beaucoup t’apprécier. C’est super que tu puisses poursuivre ton œuvre à Sherbrooke. J’espère que Gaëlle et toi ne souffrez pas trop de la chaleur… ici, ma climatisation fonctionne jour et nuit… 

Ici au  ier étage… on a accès à beaucoup de vent… Notre appartement est magnifique, c’est très bien éclairé ….nos propriétaires supers et nos deux voisins d’en haut et d’en bas extrêmement confortables à cotoyer… Et Gaelle est heureuse…. elle travaille son doctorat d’ici son arrivée à l’université  fin aout comme une marathonnienne… Comme elle me disait au réveil ce matin… On a un bel appartement et on est en harmonie :)))

Quand je m’interroge sur mon éthique à tout niveau… je fais un triangle avec mes mains en marchant et me pose la question… Quel est ton rêve? … et là la luminosité de mon âme fait que je me donne une notre sur 10 pour mon éthique du jour avec mes points à améliorer….

bien hâte de te raconter cela autour de ton bon café

Pierrot

Tu es dans mes pensées.

Bonne fin de journée.

Claire

———————

Les jolis mots de Gaëlle, ce matin… et on est en harmonie…

Cher Pierre,

J’adore ces quelques mots… Tu vois, c’est ce que je ressens dans notre échange… qu’il soit épistolaire, ou en présence l’un de l’autre… toi et moi, nous sommes en harmonie!

Notre relation coule de source… une eau rafraîchissante… dans l’entente et la quiétude. Être ensemble parfait notre équilibre de vie, à travers une présence délicate à l’autre de tous les instants… nous possédons la même joie de vivre, le même amour du genre humain… qu’ils soient des inconnus ou ceux qui nous sont chers… Nous savons exprimer nos attentes avec des mots remplis de douceur…

Je pense que cette harmonie vient de nos rêves, aussi lumineux l’un que l’autre, qui illuminent chacune de nos vies… et qui se reflètent dans les gestes de notre quotidien. L’oreille que nous offrons à l’écoute de l’autre est paisible, généreuse… parce que nous vivons dans cette plénitude qui fait des humains que nous sommes, des êtres complets…

Oui, j’adore ce quelques mots : …et on est en harmonie!

Bonne fin de journée, Pierre…

Claire

——————–

j’ai enfin découvert mon point d’émergence des champs qwaliens à Sherbrooke , suite à notre beau voyage à La Tuque

Bon matin Claire … wowwww… une soirée de dévouverte intellectuelle suivie d’une nuit intense de contemplation conceptuelle …. Je me suis endormi tôt ce matin…

Quand tu viendras à Sherbrooke pour le salon du livre, je te ferai faire une visite de la ville à partir de mon point d’émergence de champs qwaliens découvert hier… qui a pour moi la valeur de la voie ferrée à La Tuque ….

Gaelle est dans une forme créatrice splendide… Vraiment….

mon oeuvre prend sa forme synthétique par le vagabondage d’une nouvelle ville… ce qui annonce bien pour le vagabondage commun que nous allons faire de Calgary

Ai bien hâte d’être à l’écoute des membres de ta belle famille, Isabelle en tête de liste et de leur témoigner la joie de ma pauvreté poétique par mes chansons

Je te réécris plus tard

Je fonce vers l’avenir

par la mystique du rêve de Gaelle

Pierrot

————————

émergence de champs de qwalias et synchro-ni-vie té …….la légende des rois heureux

Chère Claire

Ce sooir, je suis allé me ressourcer à ce point d’émergence découvert à Sherbrooke… puis j’ai remonté la wellington nord… Un itinérant nommé Yannick m’a crié PIERRE

Je suis allé à sa rencontre… sort du café un homme qui lui apportait à manger avec un café…. J’appris que cet homme et Yannick ne s’étaient pas revus depuis 4 ans.. alors qu’ils fréquentaient la même église…

Yannick me présente… Pierre philosophe…  et moi qui répond… philosophe et non prof de philo… la différence étant celle d’un être consacré à l’énigme de la question et non à la culture générale des réponses

L’homme me répond je m’appelle Benoit C.et je suis chargé de cours en philosophie et à l’université et au cegep de Sherbrooke… cela m’intrigue la différence que tu fais entre un philosophe et un prof de philo…. Je ris… je gardai silence… je lui posai milles questions… et il me répondit de milles réponses… comme un artiste de la didactique… comme un excellent prof de philo:)))

Ainsi va le rêve… d’un qwalia émergeant à une synchroni-vie-t impossible … le philosophe vagabonde là ou le prof gagne sa vie:)))

bonne nuit Claire

J’entreprends une nuit de contemplation métaphysique de mes parcours qwaliens pendant que Gaelle de son côté tisse une joie de vivre telle l’araignée oeuvrant sur sa toile.. de ses sublimes inventions métaphysiques

Pierrot

———————

vraiment Claire, je ne te remercierai jamais assez pour ce voyage de recherche métaphysique à La Tuque

Chère Claire… 

Ma force d’émerveillement de chercheur au niveau des champs qwaliens et de ses conséquences par la mise en merveilleux de son point d’émergence pour convoquer une chaîne d’abs-vénements de synchroni-vie-tés…

Je la dois au voyage à La Tuque …. à la qualité exceptionnelle de ta générosité à prendre soin de mon rêve … et par la suite une longue suite de nuits de contemplations pour distinguer les abs-ffects reliés à la voie ferrée de La Tuque, le congélateur manquant du lac à Beauce… la pierre tombale si esseulée de Simon et le comptoir en mode de métamorphose de David…

Quand je suis arrivé à Sherbrooke… j’ai eu un territoire à vagabonder …. avec comme fondement culturel… la façon dont les surréalistes ont marché Paris ( Louis Aragon … le paysan de Paris)_ et surtout la grande originalité avec laquelle, par la suite,  Walter Benjamin a réinventé la forme de la danse du rêve pour ensorceler poétiquement le réel…. quelques-uns de mes blogues en témoignent… 

——-

1305 .. (ERRANCE POÉTIQUE) LA FLÂNERIE OU L’ERRANCE POÉTIQUE DANS SA FORME DE VAGABONDAGE LA MIEUX CONCEPTUALISÉE

MAY 20, 2016

10 juillet 2011
(article tiré de la précarité du 
sage.blog.lemonde.fr
Le flâneur et le psychogéographe : Paris et Londres
Guide psychogéographique de Paris

La foule est son domaine, comme l’air est celui de l’oiseau, comme l’eau celui du poisson. Sa passion et sa profession, c’est d’épouser la foule. Pour le parfait flâneur, pour l’observateur passionné, c’est une immense jouissance que d’élire domicile dans le nombre, dans l’ondoyant dans le mouvement, dans le fugitif et l’infini. Etre hors de chez soi, et pourtant se sentir partout chez soi ; voir le monde, être au centre du monde et rester caché au monde, tels sont quelques-uns des moindres plaisirs de ces esprits indépendants, passionnés, impartiaux, que la langue ne peut que maladroitement définir.

Charles Baudelaire, Le Peintre de la vie moderne, 1859.

Parmi les types de récits de voyage contemporains, la flânerie urbaine a une place à part et doit faire l’objet, au moins une fois dans son histoire, d’un billet de blog précaire. Car la figure du flâneur, depuis la description de Charles Baudelaire et la théorisation par Walter Benjamin, ne s’est jamais éteinte à Paris.

Des esprits malins diront que c’est Edgar Alan Poe, non Baudelaire, qui a inventé la flânerie. Les esprits malins se trompent car L’Homme de la foule de Poe (traduite par Baudelaire avec des mots similaires à ceux de la citation ci-dessus!) décrit un comportement déviant, « le génie du crime profond », alors que le flâneur est un PRODUCTEUR. L’homme de la foule de Poe est un homme qui ne dort pas, qui respire et ne vit que dans le trafic, c’est un fantôme qui ne voit pas le narrateur qui le suit à la trace (même quand celui-ci se poste en face de lui). C’est un personnage de conte à dormir debout, magnifique, profond, mais ce n’est pas un flâneur. Baudelaire se sert de l’oeuvre de Poe pour élaborer cette figure de l’art moderne qu’est le flâneur : une autre façon d’être « de la foule », une autre façon d’ « épouser la foule ».

Charles Baudelaire

Et cela nous mène à établir tout de suite que « flâner » ne signifie pas « se promener, errer de-ci de-là sans but ». Ou plutôt, ceci est une définition courante, mais n’est pas celle que nous utiliserons dans un contexte littéraire. Pour nous, la flânerie signifie un DÉPLACEMENT CITADIN RÉFLÉCHI, qui a pour but de couvrir un certain territoire et d’expérimenter des états de perceptions variés. Je l’avais abordée brièvement dans une typologie des récits de voyage.

Du Spleen de Paris (commencé en 1855) à Zones de Jean Rolin (1995) et même Un livre blanc de Philippe Vasset (2007), les essais de littérature ne manquent pas, depuis 150 ans, pour décrire une action de déplacement individuelle dans la ville, mêlant UNE MÉTHODE STRICTE et INCERTITUDE TÉLÉOLOGIQUE, SCIENTIFICITÉ et désordre mental.

Le triptyque surréaliste Le Paysan de Paris de Louis Aragon (1926), Nadja d’André Breton (1928) et Les dernières nuits de Paris (1928) d’André Soupault, ainsi que Le piéton de Paris de Léon-Paul Fargue, sont autant de récits de déplacements dans la capitale française, qui constituent explicitement des tentatives littéraires pour déconstruire une forme bourgeoise de littérature. Walter Benjamin voyait dans la flânerie, si j’ai bonne mémoire (mais il faudrait vérifier), UNE LUTTE INÉGALE DE L’INDIVIDU MODERNE POUR RESTAURER UN RAPPORT CRÉATIF À LA VILLE, et ne pas laisser la marchandise et le commerce dicter les logiques de déplacement et de pratiques urbaines.

C’est cette association entre déplacement et résistance qui est au centre de la « psychogéographie » mise en avant par Guy Debord, dès 1955. L’année même où fut publié Tristes tropiques, qui se voulait une somme définitive sur le temps des voyages, un mouvement d’avant-garde parfaitement obscur prenait déjà une voie tangentielle pour concentrer le voyage dans un périmètre restreint et lui donner un objectif presque clinique, et quasi politique : « La psychogéographie, écrit Debord dans Les Lèvres nues, se proposerait l’étude des lois exactes et des effets précis du milieu , consciemment organisés ou non, sur les émotions et les comportements des individus. »

S’il n’y a pas de définition définitive du flâneur, et pour la raison avancée par Rebecca Solnit qu’il n’existe pas, il n’en reste pas moins que quelques paramètres descriptifs simples sont constants : « the image of an observant and solitary man strolling about Paris. » (Solnit, Wanderlust. A History of Walking.)

On peut ajouter à cela que s’il est seul, le flâneur entretient un rapport intense avec le collectif, auquel il se sent appartenir ; il observe la population et les bâtiments, mais son point d’observation n’est pas de surplomb (il est un « homme de la foule »). Il entre donc dans un rapport dialectique avec ses contemporains, tantôt s’en distanciant pour prendre du recul, tantôt y fusionnant pour apprécier les changements d’ « atmosphères psychiques » (Debord). Ainsi, s’il « flâne » dans une ville, le déplacement du flâneur n’est pas une promenade de pure détente, mais plutôt UN ART DE LA MARCHE qui cherche à SUBVERTIR les modalités utilitaristes des flux humains planifiés par l’urbanisme officiel.

Le situationnisme (d’où procède la psychogéographie, ou plutôt qui a fusionné avec elle) est généralement considéré, sous l’angle de la pratique des villes, comme un MOUVEMENT SUCCESSEUR DU SURRÉALISME, et un moment important de la théorie de la flânerie, mais il n’a pas nécessairement produit un ensemble de textes qui pourraient être considérés comme des récits de voyage. L’ensemble de sa production textuelle, branchée sur l’espace urbain, l’exercice de la « dérive » et les productions audio-visuelles centrées sur les territoires et leurs usages, forment cependant des composantes narratives et théoriques qui influent sur l’évolution du récit de voyage. De surcroît, l’importance de l’approche situationniste est considérable dans l’écriture du voyage des décennies suivantes, et c’est la raison qui me fait m’arrêter sur ce mouvement.

Un auteur comme Jean Rolin reprend la figure du flâneur dans les années 90 et rend hommage à Guy Debord à plusieurs reprises dans Zones. Plus généralement, la psychogéographie doit à ceux qui s’en sont revendiqués, ces dix dernières années, d’être étudiée dans le champ de la littérature des voyages. Paradoxalement, c’est surtout à Londres qu’elle a été reprise en considération, par la génération d’écrivains anglais de la fin du XXe siècle, comme le grand James G. Ballard (Concrete Island), Iain Sinclair (London Orbital), Will Self (Psychogeography) ou Peter Ackroyd (London: The Biography) redonnant à Londres le statut de haut lieu de la flânerie, reconnu comme tel depuis les travaux de Blake, De Quincey et Stevenson (selon le critique anglais Merlin Coverly, Psychogeography, 2005.)

A leur tour, ces écrivains anglais ont inspiré de jeunes auteurs français qui, dans les années 2005-2010, reprennent la ville de Paris comme territoire d’intervention, pour des récits qui sacrifient à une pratique géographique, géométrique, et cartographique, de l’écriture et des déplacements. Je pense par exemple à Un livre blanc de Philippe Vasset, qui explore les zones de Paris laissés en blanc sur la carte IGN. (Vasset paie clairement sa dette aux grands écrivains anglais). Je pense aussi au travail de Mathieu Bouvier dont le travail sur les terrains vagues et les zones herbeuses a déjà été décrit ici.

On assiste ainsi, à travers la figure du flâneur, à un aller-retour entre Londres et Paris qui nécessitera une étude à part, mettant en lumière ce que ces deux villes ont produit comme récits de flânerie urbaine.

———–
COMMENTAIRE

PIERROT LE VAGABOND CÉLESTE QUI INFILTRE LES BIBLIOTHÈQUES UNIVERSITAIRES ACCOUTRÉ DE SES PANTOUFFLES EINSTEIN ET DES SES GUENILLES ROYALES TITRÉES MONTE AU-DESSUS DU SURRÉALISME PUIS UNE COCHE AU-DESSUS DE LA FLÂNERIE… DESSINANT PAR SON ERRANCE POÉTIQUE UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART À L’ORIGINE MÊME D’UNE PSYCHO-GÉOGRAPHIE NANO-DÉMOCRATIQUE D’UN CANADA PAYS OEUVRE D’ART.

sur Google
Pierrot vagabond

www.lepaysoeuvredart.ca
Michel le concierge

———————- 

1635.. (PIERROT VAGABOND)ALEXIS LEMIEUX ET PIERROT ROCHETTE… DEUX CHERCHEURS SUR LE THÈME DE LA FLÂNERIE ET CE TEXTE COMME FONDEMENT DE LEUR DOCTORAT RÉCIPROQUE… MUSÉAL POUR ALEXIS ET NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE POUR L’ÉQUIPE (AULD,WOODARD,ROCHETTE)

APRIL 11, 2017

Helen Hessel
la femme qui aima Jules et Jim
biographie
Marie-France Péteuil
p.200-203
extrait

A Paris, tout ne tourne pas seulement autour de Roché. Franz est en contact quasi quotidien avec Walter Benjamin. Ils ont commencé la traduction (en allemand) d’un premier livre de Proust, A L’OMBRE DES JEUNES FILLES EN FLEURS. (on est en septembre 1925)

L’amitié de Franz Hessel et Walter Benjamin est déjà ancienne et ils ont beaucoup de points communs: tous deux fils de banquiers, tous deux juifs berlinois, épris de littérature.

Cette traduction les plonge dans l’univers des détails urbains qui enchantaient déjà Franz en 1912. Franz, qui connait si bien Paris, emmène Benjamin voir in situ les lieux écrits dans LA RECHERCHE (Proust). Il fait avec lui comme il l’avait fait pour Helen, le tour de ses «endroits divins». Les baraques foraines, les passages, bien sûr, les marchés, les places, les bals musettes. Il retrouve la trace des personnages étranges qui l’avaient fasciné dans sa jeunesse, comme « la môme Existence», une femme qu’il avait déjà croisée en 1910. Il initie Benjamin à CETTE FLÂNERIE CONTEMPLATIVE qui constitue depuis longtemps, et de plus en plus, l’essentiel de sa vie.

Comme il l’a vécu pour Berlin, qui fut le cadre (et bien plus que le cadre) de ses livres, Paris lui apparaît comme UNE ENTITÉ VIVANTE qu’il explore sans relâche. Il fait lire à Benjamin LE PAYSAN DE PARIS D’ARAGON. Cette lecture le bouleverse tant qu’il avoue à Franz ne pouvoir en lire que quelques pages par soir, tant son cœur bat d’émotion.

Franz fait sienne tour à tour Berlin et Paris. La ville est devenue pour lui un grand ventre chaud et plein d’odeurs, qui l’abrite, le protège, l’apaise, l’accueille. Elle se donne à voir, à comprendre, à aimer. Elle lui offre les émotions que les femmes ne lui donnent plus, ou sporadiquement. Il décrit les villes comme des amoureuses, toujours avec délicatesse et suggestion. Les vitrines et les portes à tambour lui renvoient les reflets multipliés d’autres vies soudainement offertes, d’autres vues inattendues sur les femmes qui passent, sur les lumières, et chaque possible intensifie ses émotions. Son Paris est ainsi. Toujours présent, secret, lisible, offert et consolant. Ville, organe vivant, sans cesse en mouvement, baignant dans les mythologies, les passages d’une époque à une autre, les changements, les réminiscences, les dernières traces de ce qui fut, de ce qui arrive.

MAIS BENJAMIN EST D’UN TOUT AUTRE TEMPÉRAMENT. Celui qui, comme dit si bien Hannah Arendt, n’avait appris ni à lutter contre le courant, ni à nager avec, celui qui est mort sans avoir jamais réussi à ouvrir une fenêtre du premier coup, se jette dans UN DÉCRYPTAGE MOINS POÉTIQUE, BEAUCOUP PLUS INTENSE, RICHE ET PHILOSOPHIQUE. La ville capture sa pensée, qui s’y déploie. Elle va devenir SA GRILLE DE LECTURE DU MONDE, telle qu’on peut le lire dans PASSAGES. Et c’est pendant ces années-là, avec Franz, qu’il commence à élaborer vraiment sa réflexion. La ville est là, tentaculaire et ne demandant qu’à être décryptée, méritant toute son attention.

S’il observe la ville actuelle, Benjamin étudie aussi ses représentations passées. Il commentera ainsi longuement les photos d’Eugène Atget, qui montraient déjà en 1900 un Paris de rues, de maisons, de passages, comme des décors vidés de leurs habitudes et par cela d’autant plus lisibles et inquiétants. Il lit dans les pierres l’évolution des quartiers, des constructions, des structures d’échange. Il y voit L’HISTOIRE EN MARCHE, ET CROIT POUVOIR EN FAIRE ÉMERGER LE SENS.

Helen vient souvent les rejoindre le soir à la Closerie des Lilas. Elle aime beaucoup Benjamin, et déploie pour lui le charme de ses sourires….

… Ils ont tous deux une dévotion pour l’ange d’une aquarelle de Paul Klee, qu’Helen désirait beaucoup acquérir en 1921, après avoir touché un petit héritage. Roché était alors en contact avec Klee à Munich et lui avait demandé de faire les démarches pour acheter le tableau. MAIS C’EST BENJAMIN QUI L’ACQUIT. L’ange aux bras ouverts et au regard effrayé le suit partout, et Benjamin scrute et décrypte dans cette figure énigmatique ses propres obsessions. « Il existe un tableau de Klee qui s’intitule Angélus novus, écrira-t-il en 1940. « Il représente un ange qui semble sur le point de s’éloigner de quelque chose qu’il fixe du regard. C’est à cela que doit ressembler L’ANGE DE L’HISTOIRE. SON VISAGE EST TOURNÉ VERS LE PASSÉ. Là nous apparaît une chaîne d’événements. IL NE VOIT LUI QU’UNE SIMPLE ET UNIQUE CATASTROPHE, qui sans cesse amoncelle ruines sur ruines et les précipite à ses pieds. Il voudrait bien s’attarder, réveiller les morts et rassembler ce qui a été démembré. Mais du paradis souffle une tempête qui s’est prise dans ses ailes si violemment que l’ange ne peut plus les refermes. Cette tempête le pousse irrésistiblement vers l’avenir AUQUEL IL TOURNE LE DOS, tandis que le monceau de ruines devant lui s’élève jusqu’au ciel. CETTE TEMPÊTE EST CE QUE NOUS APPELONS LE PROGRÈS.

sur You tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art

—————–  

3007,

3007, 11 MAI 2019,

UNE MÉTHODOLOGIE DE LA FRAÎCHEUR DES FORMES, PAR UNE ÉPISTÉMOLOGIE DONT L’AXIOME FONDATEUR REPOSE SUR L’ARCHÉ QUANTIQUE ( ÊTRE ET NE PAS ÊTRE EN MÊME TEMPS, INTRIQUANT LE TIERS NON EXCLUS) RENVERSANT MÉTAPHYSIQUEMENT L’ARCHÉ FONDATEUR DE LA PHILOSOPHIE PREMIÈRE D’ARISTOTE (RIEN NE PEUT ÊTRE ET NE PAS ÊTRE EN MÊME TEMPS, VALIDÉ LOGIQUEMENT PAR LE TIERS EXCLUS)

MAY 11, 2019

Que d’années de recherche… Je me rappelle le jour où je découvris l’invention de la poïétique par Paul Valery dans une conférence lors de son entrée au collège de France en 1939 je crois.

Je me sentis exactement survolté comme le fut Walter Benjamin quand Hesserl lui fit découvrir le paysan de Paris d’Aragon et qu’il lui apprit à flâner Paris à la manière des surréalistes. Benjamin savait qu’Aragon par Hesserl lui faisait vivre une révolution épisétmologique, mais bien plus, il intuitionnait que son chemin de l’errance poétique serait autre, infiniment autre….. (Ex: Il découvrir la porosité des lieux dans ses errances à Venise, et celle du 19eme siècle par l’invention d’un patrimoine immatériel par une méthode de lecture vagabondée à la bibliothèque de France (Paris capitale du 19eme siècle).

Donc, à partir de la poïétique de Paul Valery, notre équipe de recherche (AULD, WOODARD, ROCHETTE) inventa ce qu’on appelle aujourd’hui LA BLOGUÏÉTIQUE.

La différence! c’est retenir une trace quanto-cosmologique d’une fraîcheur des formes non seulement en émergence, mais un déclencheur big bang d’une métaphysique  non aristotélicienne.

J’avais 6000 pages d’écrit…. je recherchais la trace d’une sorte de bozon de Higgs, soit la particule du multivers…. Un déclencheur de la fraîcheur des formes qui me ferait basculer dans une brosse d’être fabuleuse, un chemin d’ontikhation exceptionnel.

Je mis quelques mois à transformer ce 6000 pages en base de données sur Word… rien… puis je retransformai cette base de données en glossaire alphabétique…. rien… puis je persistai à transformer cette base glossairique alphabétique en base glossairique thématique… puis soudain… soudain… cette fraîcheur inouie d’une forme impossible provoqua en moi une brosse d’être comme je n’en avais jamais connu.

Un simple extrait d’un livre où des drones tirés des États-Unis tuent CE QUI RESSEMBLE À DES ENFANTS… par accident, par corrélativité.

Ce fut instantané. je quittai la bibliothèque, sut instantanément que je ne lirais plus jamais aucun livre dans ma vie, j’allai me réfugier dans une salle 24 heures pour comme Mozart ou Beethoven, faire oeuvre, ne faire qu’œuvre, tout ce parcours propédeutique étant dérivant comme un iceberg.

Je saisis en cours de route que le renversement de la philosophie iere d’Aristote deviendrait l’événement fondateur d’une métaphysique quanto-kosmologique car, grâce à la physique quantique, être et ne pas être en même temps par intrikation libre du tiers exclus était enfin devenu possible.

La rationalité hollogrammique multiversielle venait de naître par ontikation, intrikation et recohérence, et cela tels que je l,avais toujours vécu comme vagabond céleste dans mes brosses d’être et mes attaques d’être.

La triangulation de la fraîcheur des formes venait de me livrer son secret. Toute personne humaine qui a pris la décision de ne pas tricher avec la vie personnelle œuvre d’art qui la convoque en elle permet instantanément le surgissement d’un champ constellaire où par l’encordement des désirs et le triangle d’or de trois formes dont la fraîcheur est unique à cette vie personnelle œuvre d’art- là, assiste non seulement à la création d’un rêve big bang unique en soi, mais aussi à un triangle d’or de trois fraîcheurs formalisées donnant métaphysiquement le cryptage du chemin hollogrammique et eumétrique de la beauté du monde.

Dans mon cas, le texte des drones qui à partir des États-Unis tuent par accident CE QUI RESSEMBLE À DES ENFANTS, ne put jamais entrer dans mon champ constellaire parce qu’il ne venait pas de moi. Par contre il transmagea les trois points nodaux garantissant le cryptage unique de la fraîcheur de trois formes intriquées:

Les 3 milliards d’enfants errants-fantomatisés billots de la rivière St-Maurice de mon enfance entre Trois-Rivières et La Tuque, Ulysse attaché au billot de son navire pour ne pas céder au chant des sirènes et Parménide dont la pensée est attaché au poteau de l’être avec l’interdiction de visiter le non-être qui n’existe pas.

La métaphysique non aristotélicienne par la décatégorisation du multivers venait de naître. UNE LOGIQUE DES TRANSMAGES, UNE MÉTHODOLOGIE DE LA FRAÎCHEUR DES FORMES, UNE ÉPISTÉMOLOGIE DE L’ERRANCE POÉTIQUE.

Je pouvais enfin comparer la descente du St-Maurice de ce curé dans deux versions du récit, celle de la philosophie iere d’Aristote et celle de la métaphysique quanto-cosmologique de notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) par nos trois archétypes hologrammiques réciproques…

à suivre…

Pierrot vagabond… au nom , par et pour notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette)

 ————— 

En conséquence de quoi, dans le blogue 4376, le 31 octobre 2020… j’écrivis cet extrait:

CELA RESSEMBLE À UN ENFANT SERA DONC… NON PAS UN AXIOME … MAIS UN AB-XIOME …

QU’EST QU’UN AB-XIOME?

UN AB-XIOME est la partie onérique d’un axiome ….. au sens ou la poiétique qui l’a vu naître relève d’un pari de l’impossible… celui DU JAILLISSEMENT PAR L’AB-XIOMATIQUE de la poésie k-onstellaire constituéE de débris de la mémoire du k-oeur , ou les taches textuales onériques d’ou se dégagent des champs de rêvons réenchante l’énigme du rêve big bang par wow-t=2.7k?

Pierrot vagabond

———— 

Cher Pierre,

Me faire remercier pour des moments qui furent pour moi du pur bonheur… c’est un extra de joie ! Ce voyage m’a aussi laissé de très beaux souvenirs… que je savoure en repensant à des détails, des instants précis… le feu de camp près du Saint-Maurice… la centre Félix Leclerc, ouvert par magie… ton plaisir à revoir la voie ferrée de ton enfance, à La Tuque… et tellement d’autres.

Ce matin, en prenant mon café latté dans ma balancelle, j’ai réécouté l’enregistrement que tu as fait de notre folklore… le canot d’écorce, les coureurs des bois… son canot qui est son rêve… tous tes commentaires au fil de la chanson… Je me disais que lors de notre odyssée en Alberta, un soir que l’occasion s’y prêtera, tu devrais refaire cette chanson, en la commentant… celle aussi pour entraîner les rameurs du rabaska, etc…  Je suis convaincue que Kevin et Joséphine seront passionnés de t’écouter…

Cet homme aussi, ce Benoît C., chargé de cours en philosophie à l’université et au CEGEP de Sherbrooke… qui ne comprend pas la différence entre un prof de philo et un philosophe… c’est étrange… mais je l’ai perçu comme un portier… je ne sais pas pourquoi…

La flânerie ou l’errance poétique… j’ai délaissé la bio de François Gendron pour ton texte… j’ai aimé… de belles découvertes… tu es généreux avec tes amis.

J’ai hâte de revoir Joséphine et Isabelle, qui arrive en fin de journée.

Je pense à toi.

Claire

PS : Je t’ai posté des masques, ce matin, tu me diras quand tu les auras reçus… prends soin de toi !

——————–

Re-bonjour, cher Pierre,

Alors je ne m’étais pas trompé… il me semblait bien aussi que ce prof de philo ouvrait une porte…

En préparation de notre voyage à Calgary, je te retourne cette vidéo qu’Isabelle avait préparée pour mes 75 ans… seulement pour revoir Isabelle, ce qu’elle disait de moi… aussi, découvrir un coin de leur maison… ça va t’ouvrir une perspective de leur famille… t’aider, peut-être dans ta recherche de qwalias dans ses yeux…

https://www.tribute.co/claire-bergeron/?password=Claire75&utm_campaign=website&utm_source=sendgrid.com&utm_medium=email

Bonne fin de journée.

Claire

——————-

les qwalias… des lumières abs-ŝsentielles dans l’absence des événements impossibles

Bon matin Claire

Peu à peu mon traité des abs … s’architectonise à partir de la notion des qwalias … qu’ici à Sherbrooke j’actualise par un chemin initiatique conduisant à un point d’émergence de champs qwaliens  à partir duqluel je convoque des absences d’abs-vénements impossibles… 

Comme hier.. je suis arrivé sur une rue ou marchait Benoit, le professeur de philo… Nous avons pris un deux heures d’échanges ou tous les deux, je crois, sommes sortis un peu déçus…. Comme si deux mondes tentaient de se comprendre…

Quand il m’a demandé sur quoi je faisais de la recherche… je n’ai pu lui répondre de façon cohérente … Il y en a trop… des milliers de pages,,, une vingtaine d’années consacrées au vagabondage de la beauté du monde sous différents outils d’expressions (chansons, roman philosophique, doctorat, bloguetique) …. 

Benoit me disait à quel point pour lui consacrer 7 ans de recherche à faire un doctorat qui finirait dans une bibliotheque lui paraissait insensé alors que ces 7 ans consacrés à ses élèves lui semblaient infiniment plus valables… Ce que je puis qu’admirer quand cela est vocationnel comme chez lui.

Pour moi, un chercheur en pnilosophie est un peintre … consacré à son art tel Van Goh ou Cézanne en prenant le risque que tout cela ne soit qu’une utopie insensée…

De là ma vision des qwalias… comme des lumières abs-ssentielles dans l’absence d’événements impossibles… De là l’importance que j’accorde à mon travail philosophique ici à Sherbrooke, qui de La Tuque à Calgary, aura certainement des conséquences sur ma façon de chanter le 17 août à Trois Pistoles… comme si certaines de mes chansons pouvaient se vivre comme des qwalias parceux et celles qui les reçoivent… car elles furent écrites comme des épopées d’un rêve en marche…

————

Benoît enseigne l’histoire de la pensée … et est très sensible à l’ouverture d’une logique philosophique de ses élèves, que ce soit au cegep ou à l’université.. Tandis que de mon côté… j’ai tout sacrifié pour faire de la recherche fondamentale en métaphysique ontikhative… 

De la ma métaphysique du rêve de Gaelle pour valider certaines parties de mon traité des abs:)))

bonne détente avec Isabelle

il y a tellement de souvenirs 

qui vous unissent 

Pierrot:))

——————–

Cher Pierre,

Ce matin, en prenant mon café latté… bien avant qu’Isabelle et Joséphine se lève, j’ai écouté le lien que tu m’as fait parvenir… « Se satisfaire de peu et trouver son bonheur en toutes chosesApporter sa contribution au monde afin de l’améliorer Faire éprouver à autrui le bonheur d’existerPenser ce qu’on vit et vivre ce que l’on pense. »

WOW! J’ai retenu beaucoup d’autres éléments, mais je suis pressée dans le temps… je te reviendrai avec mon ressenti…

Des éléments essentiels échappent à Benoît quand il parle d’éléments de recherche qui vont atterrir dans une bibliothèque… il oublie que ces années tu les auras vécues… avec tout ce qu’elles contiennent de merveilleux… à travers la beauté du monde… et le bien que tu auras semé sur ton passage…

Je fais ma sieste… tu en connais l’importance, et nous partons chez David.

Tu es dans mes pensées.

Bon dimanche !

Claire

——————–

Chère Claire, 

comment se passe tes retrouvailles avec Isabelle?

De mon côté …. Cette nuit j’ai visionné le documentaire de Michel …. Cela m’a beaucoup ébranlé… la poésie de ma prise de risque avec la beauté du monde par le vagabondage poétique y est splendidement illustrée.. Simon est un très grand poète de mon rêve et de mes 4 questions…

Michel avait filmé en 2015 le spectacle du vagabond céleste dans son entier (une heure et demie) … dans lequel Simon interprète 6 de mes chansons , dont en rappel la chanson du camionneur au complet… au moment ou personne ne la connaissait…

Michel va donc faire des démarches pour en vendre la diffusion de son documentaire  à Radio-Québec qui a déjà publié un document sur Simon … (radio, québec, la fabrique culturelle  au pays de l’imagination) … Il passera probablement par fred Pellerin pour imaginer le meilleurchemin possible… 

J’aurais aimé t’envoyer copie du lien… mais par respect pour sa demande de confidentialité … je m’abstiendrai:)))

https://fr-ca.facebook.com/LaFabriqueculturelle.tv/videos/simon-gauthier-au-pays-de-limagination-ceux-qui-content/26292623

——————- 

Tout en étsnt dans mon itinéraire initiatique du chemin des qwalias menant aux 4 questions ici à Sherbrooke (quel est ton rêve? dans combien de jours? qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve? et comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde? … ou je compte tenir mon journal du marcheur de ses rêves en parcourant jour après jour le même chemin….

…. Je suis également dans ma préparation pour ma prestation à l’hommage à Simon le 17 aout à Trois Pistoles …

Après une brève introduction au sujet des 4 questions… je demanderai … qui dans la salle a connu personnellement Simon… et je ferai monter sur la scène sur un banc à côté de moi des gens à rendre hommage à Simon tout en entrecoupant le tout des 6 chansons que Simon a chanté de mon dans son récit philosophique… le vagabond céleste… en terminant… comme Simon le faisait… par la chansoin du camionneur… 

Michel sera probablement là pour filmer avec Marlene…

————- 

Je partage donc mon temps aujourd’hui entre mes recherches des qwalias, la transcription des inventions géniales de Gaelle en métaphysique pour son doctorat en recherche création à l’université de sherbrooke et la préparation de mon hommage à Simon àTrois Pistoles

bonne suite à votre journée à Isabelle et toi

Pierrot

——————

Cher Pierre.

Merci pour l’encouragement au mini putt… tu m’as porté chance, j’ai fait le meilleur score, avec une belle avance sur Édouard, le 2ème… Comme on dit, la petite balle roulait pour moi…

J’ai vraiment hâte de visionner le travail de Michel… dès que tu auras sa permission, fait-moi signe, que je puisse ouvrir le lien. Je sens que ce film sera aussi très émouvant pour moi, qui ai suivi ton parcours, écouter tes souvenirs, avec tellement de passion… pendant les 12 jours de notre épopée de juin…

C’est une bonne idée de faire monter des gens sur scène… à condition qu’ils ne soient pas trop près de toi. La COVID est et sera encore très présente à la mi-août… C’est triste de parler de la sorte… mais ce serait encore plus triste si tu devais attraper ce méchant virus… qui nous empêcherait de partir… quand il n’y a pas d’avion à prendre c’est moins important de prendre autant de précautions… comme porter un couvre-visage, éviter les accolades… De mon côté, je fais aussi super attention… Bon, accrochons-nous à notre bonne étoile… ce voyage à Calgary sera magnifique… si tu voyais l’organisation d’Isabelle… et leur joie à elle, Kevin et les filles de te recevoir… Justement, Joséphine me disait qu’elle avait apprécié ton petit mot d’encouragement quand elle a eu la COVID… mais elle était gênée de te répondre, tu es impressionnant pour elle… Le fait de passer quelques jours ensemble, en Alberta, va certainement créer des liens…

Les enfants ont plusieurs activités plein air à venir… que je ne suivrai pas… mais on va se retrouver pour les soupers. Et vendredi, ils partent tous pour l’Abitibi, pour 4 jours. À leur retour, Kevin sera arrivé, et lui et Isabelle prendront ma voiture pour aller assister aux compétitions d’aviron de Rosalie, à Ste-Catherine, près de Niagara Falls. Et ils ne reviendront que le 8, pour repartir en Alberta le 11 août. Comme tu vois, je vais avoir de beaux intermèdes de repos… que je vais grandement appréciés. Ça va me donner du temps pour imaginer le roman que je commencerai à écrire après la fête du Travail… il m’arrive aussi de fuir dans mon cerveau, comme un homme que je connais, pour réfléchir à mes intrigues…

Je vais aller rejoindre Isabelle, ce soir nous soupons en tête à tête, elle et moi…

Bonne soirée à toi.

Claire

——————-

Chère Claire,

Une nuit complète consacrée au rêve de Gaelle …..après avoir vagabondé mes qwalias toute la soirée….  Peu à peu … je reconstitue la dramaturgie de la voie ferrée de mon enfance à La Tuque … par la convoquation du point d’émergence de champs qwaliens … situé au barrage de la porte du musée ou un mur de maison résiste à une charge d’eau impitoyable sans doute depuis plusieurs générations… 

Puis quand je ratisse la ville tel un sourcier … je suis alors en mode attractif abs-vénementiel … en mode synchroni-vie-té… comme hier soir… dans une ruelle de nulle part… je suis arrivé…. face à face avec un atelier d’une artiste qui avait ouvert sa porte de garage d’atelier… une grande rêveuse… me disant que le bloc comprenait des ateliers de plusieurs créatrices et créateurs… dont l’épopée de leur rêves réciproques les avait conduit vers un propriétaire qui loue moins chers ses locaux parce qu’il aime les artistes…

Je suis revenu p.m…. poser des questions au propriétaire… Pourquoi .. d’ou… Comment? …. quel est son rêve? … Puis un créateur qui y loue un atelier est venu…les yeux brillants… (lesateliersdufferin@gmail.com 

Puis j’ai rencontré une fille dont le rêve était d’ouvrir une librairie … elle l’a ouvert avec une amie… la librairie des deux soeurs… et jour après jour, soir après soir, je sers des mains de mes rêveuses et rêveurs ou j’allume le rêve des autres comme je le faisais en vagabond chercheur quand je parcourais le pays:))))

Je cherche donc à peaufiner mon traité des abs en montant sur les épaules de Hesserl vagabondant Berlin, Aragon vagabondant Paris et Walter Benjamin vagabondant Venise… en créant un circuit initiatique qwalien dont le point d’émergence aux chûtes des portes du musée me sert de point de ralliement d’un rêve à la conquête de l’amitié oeuvre d’art d’autres rêveuses et d’autres rêveurs…

Bon souper Isabelle et toi chez David

Pierrot

——————–

Bon matin, Pierre,

Cette jeune femme dont parlé Arnaud… à la recherche d’un compagnon de vie… ça peut sembler étrange, mais je connais un jeune pilote de ligne pour Air Canada… 36 ans… et qui correspond à sa recherche… Bon ce n’est pas mon genre d’être entremetteuse… mais sait-on jamais… seul l’impossible est vrai…  Les autres se lèvent chez David… je te reviens en cours de journée.

Claire

Claire Bergeron

——————–

cette jeune Isabelle dont j’ai été le tuteur … un de mes textes à propos d’elle ::)))

197 ….. 4 JUILLET 2018,

(ISABELLE MATHIEU) OU… UNE CONSCIENCE INOUIE…. DE LA CINQUIÈME VAGUE DU FÉMINISME PORTÉE PAR SON CONCEPT D’ARTHLÉTISME SUCCÉDANT INCONTOURNABLEMENT À LA QUATRIÈME VAGUE AYANT DONNÉ PRÉSÉANCE AUX DROITS BAFOUÉS SOUS ME TOO SUR L’ARTIFICIALITÉ DE LA TROISIÈME VAGUE DES GENRES…

JULY 4, 2018

Cela fait maintenant plus de 5 ans que j’assiste à l’auto-construction de «l’arthlétique» Isabelle Mathieu au travers d’un processus de maîtrise hanté passionnément et quotidiennement par la même question de fond:

En quoi la boxe est-elle un art? qui se traduit au quotidien par cette autre question:

En quoi le ring est-il le tableau que j’habite?

Tableau de sa vie, de sa société, des femmes, du droit arthlétique du droit des femmes.

Son mémoire de maîtrise est remis, son diplôme est acquis… mais elle poursuit avec une ténacité impressionnante une suite de lectures et de corrections avec un grand objectif: faire la différence au point de faire l’histoire, de faire partie de celles qui ont fait l’histoire du droit des femmes, et surtout de celles qui la feront.

Hier soir, il était 11 heures et elle retravaillait encore son troisième chapitre, faisant avancer ainsi ses intuitions créatrices conceptuelles an vue de les approfondir dans un futur doctorat, pendant que de mon côté, je lisais au nom de notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette)

Ligne après ligne, paragraphe après paragraphe, elle s’auto-construisait par son troisième chapitre sans cesse réfléchi…. Un cerveau formule un dans un corps intense et un cœur aux émotions primaires qui elles, seront si essentielles à sa plume dans son œuvre «service».

Cette jeune femme sera générationnelle ou ne sera pas…

Tout est trop authentique chez elle pour qu’elle rate sa cible. Tout est trop hygiénique pour qu’elle ne se transcende par un respect critique son milieu universitaire qui a bien besoin d’une inspiration intrinsèque autre que la diplomation par le conformisme rigide d’un protocole méthodologique traditionnel.

On ne fait rien de grand sans passion intrinsèque…

à suivre…

Pierrot vagabond
recteur poétique de l’université du Québec à Montréal

—————

e ne sais pas trop… en voyant son profil, hier soir, dans le courriel d’Arnaud, j’ai eu comme une intuition… elle correspond presque en tout point à la jeune femme que de son côté recherche mon neveu Mathieu… pilote à Air Canada, grand sportif, respectueux des femmes… qui a 36 ans, souhaite rencontrer une jeune femme dans ses âges, sérieuse, qui a envie de fonder une famille…

Peut-être qu’Arnaud pourrait nous donner le lien du site de rencontre, si toi tu as perdu contact… il faut parfois donner un petit coup de pouce au destin…

Ma gang est au cinéma… un film qui ne m’intéressait pas… alors je vais souper en compagnie de mon chat…

Je le retrouve demain… ça fait du bien de retrouver un moment de calme…

Bonne soirée à toi.

Claire

——————

mais les hasards existaient-ils vraiment? …. magnifique roman Claire… Je l’ai lu d’un trait

Elle croyait davantage à des rendez-vous, fixés dans le temps, auxquels NOUS NE POUVONS PAS ÉCHAPPER (p.281)

le fndement de tes ressors dans les rebondissements de l’intrigue

————–

La plupart du temps dans la vie, nous avons à prendre des décisions qui impliquent d’autres personnes que nous-mêmes (p.290) 

très beau motif à réflexions sonnant comme un proverbe

 

———— 

elle réalisait l’ampleur des torts que sa soumission à la volonté de son mari , ainsi qu’à celle de l’église, avait causé aux siens, À CEUX QU’ELLE AURAIT DU CHÉRIR ET PROTÉGER. Elle ne pouvait pas jeter tout le blâme sur Fitsroy, IL ÉTAIT LUI-MÊME PRISONNIER DES CONVENTIONS ET DE LA RELIGION qui se targuait d’être faite d’amour et de générosité … Mais quelle placea= accordait l’église à ses sentiments quand la sauvegarde de sa précieuse image devenait plus importante que la préservation des valeurs(p.316)

toute la philosophie et l’enjeu de libération que contient le roman s’y retrouve dans ce passage.

————— 

C’est inimaginable d’être une femme mariée à un homme , de partager le même lit, d’avoir des rapprochements de corps et de se sentir aussi incapable de lui faire part DE SES ÉMOTIONS PROFONDES , D’ÊTRE MORALEMENT DÉPENDANTE DE SA VOLONTÉ. (P.329)

MAGNIFIQUE

————– 

Si certaines années de la vie s’écoulent comme un long fleuve tranquille, il en est d’autres qui partent en cascades et nous entraînent sur leurs flots tumultueux SANS POSSIBILITÉ DE DEVINER SUR QUELLES RIVES ELLES NOUS FERONT ÉCHOUER NI DANS QUEL ÉTAT (P.443)

Comme c’est bien ramassé…

————- 

bravo

aucune longue … belle intrigue… profonds rebondissements… et surtout des personnages humains qui donnent de l’espérance à ton lectorat

Pierrot

——————

ton art d’écrire claire consiste en un renversement des formes par la fraîcheur de l’imagination

chère Claire

Je me serais attendu à ce que le thème de ton roman soit la mafia que constitue l’église catholique et la difficulté de toute femme prise dans un système de croyances patriarcales àse faire respecter comme personne autonome et libre de rêver sa vie.

Mais en réalité, quand j’y pense… de roman en roman … il me semble que ce que tu apportes à la littérature par ton art d’écrire, c’est un renversement des formes par la fraîcheur de l’imagination.

Oui bien sûr tu as un thème… des enjeux, des rebondissements une intrigue, une finale … une surprise à l’esprit par un punch de la fin… mais … quand on y pense… on dirait une danse de la vie sur les cendres de la tricherie … dont l’amour et la droiture du k-oeur en constitue le pari le plus heureux que tu puisses faire au quotidien… Et même si tu y perds en finale… tu y auras gagné dans ta façon de passer au travers de l’instant présent:))).

C’est comme si tu disais à ton lectorat… prends le pari que qu’importe ce que tu subiras sur cette terre…. le renversement des formes te sera toujours accessible même si il est en soi imprévisible et tout à fait signé par l’éblouissement même que constitue toute vie de se sentir vivante … soit par rendez-vous d’événements impossibles, soit parce que nul ne peut gagner au final quand il ou elle triche…

prends le pari de la droiture du k-oeur… voilà me semble-t-il la grande portée de ton art d’écrire

Pierrot

—————-

Claire

09:09 (il y a 1 heure)
À moi

Très cher Pierre,

Ton appréciation, les passages que tu notes, tes mots dans ce courriel… me font un bien considérable ! Mes yeux s’embuent…

J’ai eu une enfance à l’eau bénite…. faite de restriction et de soumission… moi qui avait des ailes immenses, et qui cherchais à m’envoler vers des rêves gigantesques…malheureusement, interdits aux femmes. Aujourd’hui, c’est vrai qu’à travers les mots de mes romans, je prends le pari de faire comprendre à mon lectorat ce que tu cites… tout en cherchant à m’en convaincre moi-même : C’est comme si tu disais à ton lectorat… prends le pari que qu’importe ce que tu subiras sur cette terre…. le renversement des formes te sera toujours accessible même si il est en soi imprévisible et tout à fait signé par l’éblouissement même que constitue toute vie de se sentir vivante … soit par rendez-vous d’événements impossibles, soit parce que nul ne peut gagner au final quand il ou elle triche…

L’été dernier, quand tu as communiqué avec moi pour la première fois, je me souviens t’avoir écrit quelque chose comme ça : Elle croyait davantage à des rendez-vous, fixés dans le temps, auxquels NOUS NE POUVONS PAS ÉCHAPPER (p.281)

Toi et moi, nous avions rendez-vous… quelle merveille, faite de tellement d’impossible, ce fait que les rivières de nos vies se soient croisées! Tu l’as écrit quelque part dans nos échanges… toi, qui avait choisi la pauvreté poétique… un chemin impossible qui t’a mené vers moi… et moi qui avait encore un tout petit rêve, avec un homme qui m’inspirerait… danser un slow… Quelques fois, la vie est généreuse, elle nous en donne davantage que ce que nous lui demandons…

Pierre, quel bonheur ces instants que nous avons partagés… et que nous partagerons… des escales de joie dans chacune de nos vies… qui vont se répéter très souvent… et pendant longtemps, je crois…

Prends le pari de la droiture du k-oeur… voilà me semble-t-il la grande portée de ton art d’écrire… Oui, la droiture du cœur me semble essentiel pour réussir un échange tel que le nôtre…

Bonne journée, Pierre.

Claire

—————–

Comme Gaelle est avec sa soeur en France sur messenger , en ce moment,  pour créer sur internet des design d’une ligne de vêtements …… WHERE THE DREAMS LIES …. ou à partir de ses semioias de doctorat … elle a le projet de convoquer les gens à rêver leur vie … toute en produisant pour son projet Québec Mexique, et en continuant d’architectoniser l’entonnoir spéculatif de sa thèse de doctorat … car pour elle tout ça fonctionne en même temps …. J’ai un peu de temps pour t’écrire… :)))

———-

Je vois de plus en plus se dessiner NOTRE AMITIÉ TRÈSSS COMPLICE …dans l’invention collaboratrice d’une dernière partie de vie ou nous inventons nous aussi une apothéose d’être vivant que nous n’avons pas connu auparavant, ni l’un ni l’autre.

être sensible au processus créateur de l’autre me semble un beau programme à travers des escapades intelligentes et profondément apaisées…

———— 

Il est certain que pour moi … tenir le cap dans tous les sens jusqu’à ce que Gaelle obtienne ses A+ en propédeutique dans ses 4 cours d’automne … de façon à ce qu’en janvier… elle puisse appliquer sous des résultats flamboyants à des bourses prestigieuses pour la suite de son doctorat… me donne des ailes pour mon propre doctorat…

Et en même temps Claire, que tu produises toi aussi LE ROMAN DE TA VIE… en septembre 2022… parce que tu as conquis tous les arc-en-ciels de ta liberté de femme et cela au quotidien…. à travers ma présence dans ta vie et ta présence dans la mienne … cela aussi me donne des ailes pour mon doctorat..

En fait… Je vois une grosse année de succès de tous les bords… parce qu’autant Gaelle, toi et moi… NOUS NE TRICHONS PAS avec la droiture du k-oeur…

Bien hâte de nous retrouver en face de ce café

le 18 août…

bravo encore pour ce beau roman

Pierrot

—————————

Chère Claire, 

Quelle belle journée nous avons vécu.. Arnaud et moi pendant que Gaelle bossait sur son projet Québec Mexique

Arnaud, depuis plusieurs  années maintenant… suit le développement de ma métaphysique ontikhative, de mon traité des abs et de mes intuitions stratégiques pour me rendre au prix Nobel de la paix… par la question… quel est ton rêve?

Je lui ai fait visiter mon chemin initiatique menant au point d’émergence des qwalias… au point précis ou … après avoir initié quelques centaines de citoyens de Sherbrooke… j’aspire à faire inscrire sur le rocher de ce point d’émergence les 4 questions du pays oeuvre d’art… Quel est ton rêve? Dans combien de jours? qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve? et comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

J’aspire à ce que ces 4 questions soient inscrites tout autour de la terre sur des points d’émergences qwaliennes dans le plus de villes possibles … comme Calgary par exemple … comme La Tuque par exemple…

————————

Cher Pierre,

Recevoir la visite d’un ami, surtout impliqué dans notre œuvre, est toujours un moment de joie. Savoure !

Hier, j’ai reçu ma gang pour souper… sushis, gravlax et pouding chômeur… nous avons profiter de ce moment pour rappeler des souvenirs de notre installation dans cette maison… ce qui a émerveillé les enfants. Pour eux, ma maison avait toujours existé… Ce matin, ils ont tous pris la route vers l’Abitibi… quatre jours chez leur père. Je retrouve ma douce solitude… avec plein de moments agréables qui valsent dans ma tête.

C’est tellement une bonne idée de faire écrire tes 4 questions à différents endroits… à différents points d’émergence, bien sûr… aussi à l’entrée des universités… des écoles… des théâtres… des clubs de sport… partout où naissent les rêves ! Je sens que ces 4 questions prennent un nouvel envol… qui va devenir une question planétaire !

J’ai bien hâte à ma visite à Sherbrooke… et découvrir ton nouvel univers.

« Être sensible au processus créateur de l’autre me semble un beau programme à travers des escapades intelligentes et profondément apaisées… »

J’aime bien ces escapades programmées à l’avance, des escales dans la vie l’un de l’autre… qui donnent à rêver l’avenir, en savourant le moment présent.

« Bien hâte de nous retrouver en face de ce café, le 18 août… » Comme tu me l’as demandé, il y aura du pâté chinois et de la pouding chômeur au menu, le premier soir…

———–

merci pour les masques, Claire … je viens de les recevoir

pâté chinois et pouding aux chomeurs wowwwww…

Claire ..

Ici Arnaud et moi vivons un véritable compagnonnage philosophique qui dure maintenant depuis 7 ou 8 ans …. trèssss agréable… et plein de synchronivités qwaliennes :)))

J’aurai beaucoup à te rencontrer sur les qwalias de Sherbrooke issus des qwalias du voyage à La Tuque…

Je t’écris brièvement en te souhaitant bonne nuit Je retourne à mon invité

Pierrot

——————

Bon samedi ensoleillé, Pierre!

Claire

PS : Hier, avec Isabelle, nous regardions les documents acceptés comme preuve d’identité sur les vols intérieurs. Le cartes des municipalités, comme une carte de bus, ça ne convient pas. Cependant, ta carte d’assurance-maladie, avec ta photo, avec une date valide, est acceptée. Nous voulions nous assurer que tu puisses prendre ton vol pour Calgary sans problème… Isabelle a bien hâte de te recevoir en Alberta.

Quand tu viendras à Sherbrooke Claire au salon du livre… je serai certainement beaucoup plus avancé dans la mise en marche de mon rêve comme vagabond urbain ::

à suivre

Pierrot

———————-

Chère Judith

 

Un philosophe (dans le sens de D.H. Thoreau)

THOREAU – Qu’est-ce qu’une vie philosophique ? – YouTube 

est un enquêteur du réel dont la méthodologie consiste à faire de sa vie philosophique sa pensée philosophique et de sa pensée philosophique sa vie philosophique:)))) De la même façon que j’ai vagabondé le pays oeuvre d’art, puis la connaissance oeuvre d’art dans 4 université … je m’apprête à vagabonder Sherbrooke dans le but de créer un sentier du rêve de vie …. basé sur les 4 questions

1- quel est ton rêve?

2: Dans combien de jours?

3: qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?

4- et comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

C’est donc en vagondant le coeur des gens par mon abs-xistence (traité des abs)  qu’est-ce que l’absxistence? c’est l’énigme déposée dès la naissance au k-oeur de toute personne humaine par la question… quel est ton rêve pour que même la plus petite d’entre elle aie au moins une chance dans sa vie de serrer la main à l’impossible… c’est dOnc en allumant des rêveuses et des rêveurs tout en serrant la main aux rêveuses et rêveurs de cette ville que je salue par tes 4 chaises et ta table la synchroni-vie-té … (traité des abs) qui nous a permis de rencontrer une rêveuse heureuse

Pierrot vagabond… philosophe

———————-

Cher Pierre,

En lisant un échange comme celui-là, je prends encore davantage conscience à quel point notre présence, dans la vie l’une de l’autre, est une brise de fraîcheur, un ressourcement… essentiel… nécessaire… à la poursuite de nos œuvres respectives…

Notre équilibre, notre joie d’exister, le bonheur de vivre chaque nouveau jour passionnément… nous sommes, toi et moi, des gens qui savons toucher le cœur des autres… capable par un mot, un encouragement… tes quatre questions… mes romans… les aider à grandir dans la douceur de l’âme…

Je crois que notre rencontre, le croisement de nos rivières de vie, est une reconnaissance existentielle, pour la joie que nous semons sur notre parcours… si généreusement…

Faisons de nos escales, dans nos vies réciproques, des étapes de pur bonheur… de joie profonde…

Vivement le 18 août… et son cortège de paisible douceur !

Claire

—————-

enfin un moment de profondeur pour t’écrire

Gaelle dort encore… Arnaud est parti faire du bicycle vers le lac Massawipi rencontrer un ami et revient vers 2 ou 3 heures p.m. et repars demain matin pour Montréal… heureux de son voyage philosophique à Sherbrooke… 

e crois que notre rencontre, le croisement de nos rivières de vie, est une reconnaissance existentielle, pour la joie que nous semons sur notre parcours… si généreusement… Faisons de nos escales, dans nos vies réciproques, des étapes de pur bonheur… de joie profonde…

Vivement le 18 août… et son cortège de paisible douceur !

Claire

==============

Oui, des étapes de bonheur, de joie profonde nous attendent. Prendre soin du rêve de l’autre dans l’apaisement de la droiture du k-oeur me semble un programme de vie qui tient vraiment la route.

Dès demain … je me préparerai pour le départ du 16 août à Trois Pistoles… serait-il possible que tu m’achètes le billets d’autobus du 16 aout comme tu as fait pour ceux du retour du 18 août? Je me sentirais plus en sécurité… n’ayant pas de réelles habiletés dans l’organisation concrète et pourtant si essentielles de la vie? :)))

J’apporterai mes masques noirs que tu m’as envoyer… J’ai bien apprécié ce signet dans l’enveloppe… TU ES PRÉCIEUX POUR MOI … moi qui est si dépourvus de mots pour exprimer des émotions … Je me disais… quand même cette Claire… c’est une femme complète…

J’en profiterai donc ce matin pour faire du ménage et me concentrer sur le rêve de Gaelle… Je te réécris plus tard

Pierrot

vivement ce café, ce pâté chinois et ce pouding au chomeur:))))))))))))

 …

ce qui est fou c’est que je suis tellement dans mes recherches en philosophie avec le traité des abs… (dont je te parlerai avec passion devant un café) que j’en oublie des éléments essentiels…à la suite des choses… Si tu savais comme ici à Sherbrooke… je suis en train de sculpter un événement philosophique qui fera de mon traité des abs un complément pour ma compassion pour celles et ceux qui n’ont aucune chance dans la vie…. tout en dessinant un SENTIER DU RÊVE DE VIE… par les 4 questionsdu pays oeuvre d’art… que je compte bien… pas à pas…. en faire un projet de la ville de Sherbrooke elle-même.

Pour me donner vigilance d’humilité… hier Arnaud et moi avons assisté à 2 séances des alcooliques anonymes dans deux lieus différents…. puis nous avons échangé intensément pour la suite de mon cheminement vers le prix Nobel de la paix… (Arnaud est au courant de ce rêve depuis le début de notre amitié oeuvre d’art… il y a plus de 6 ans maintenant… Je rencontre des gens,,,, je vagabonde un rêve et tente de faire rêver 110,000 personnes pour un jour en faire une oeuvre d’art de métaphysique ontikhative

merci de prendre soin de mon rêve Claire

Pierrot

—————————

 

Claire mar. 19 juil. 10:58
Voici ton billet de Sherbrooke à Québec. Je pense que tu devrais faire des copies de tes factures de voyage et les faire parvenir à qui de droit sur le Comité o

tu vois comme je suis… disons…. plus que lunatique Je t’en remercie infiniment Je les ferai imprimer demain

Pierrot

Super ! Ne change pas… je t’aime bien comme ça !

Claire

———————-

chère Claire

Si tu savais à quel point de mets toutes mes énergies philosophiques et métaphysiques pour créer ici à Sherbroome un réseau de bienveillance autour de Gaelle. Ce qui, en même temps honore certains éléments de mon traité des abs comme l’abs-aimance par exemple.

Je rencontre des gens de toutes les classes de la société et je sème dans le k-oeur de chacune et de chacun la question …quel est ton rêve? … comme le je faisais quand je vagabondais le Canada.

———–

Arnaud est parti…. les 5 jours que nous avons passé ensemble à sculpter ma marche vers le prix Nobel par le sentier de la vie personnelle oeuvre d’art (ou sentier du rêve de vie  … je ne sais trop encore quel nom lui donner) furent un véritable délice intellectuel.

Cet homme qui m’a donné à manger alors que je vivais 24 heures par jour dans un local informatique à l’uqam durant tout le temps des fêtes… a suivi mon parcours de chercheur… aux ieres loges durant plus de 6 ans …

C’est un être d’une très belle culture…. et Gaelle a pu continuer son nuit et jour… car il a su décoder ce qu’il fallait de délicatesse pour ne pas inquiéter sa force de concentration.

————– 

Le 8 aout… j’aurai fait le plein de nourriture à la banque alimentaire de l’armée du salut et à Moisson estrie… pour que Gaelle ne manque de rien… Je t’avoue que cela me rassure que tu m’aies avancé les sous pour l’aller retour à Trois Pistoles …. Je ne veux pas que rien ne la détourne de son épopée métaphysique…. C’est vraiment une marathonnienne sans faille… que sa directrice de thèse va être fière d’elle… Vraiment ce déménagement impossible du à la générosité de quelques amis …. je me suis juré un jour que chacun et chacune sera gagnant gagnant….

———— 

J’arriverai donc chez vous le 18 août en homme heureux parce que j’ai été sans faille en prenant soin du rêve de Gaelle… et je compte bien faire la différence sans que cela ne paraisse… dans la vie de notre jeune poète à Calgary

Bonne nuit Claire

Pierrot

————–

on matin, Pierre,

 Une nouvelle journée qui commence… c’est toujours du bonheur en perspective.

 Hier, Isabelle est partie pour Sainte-Catherine, en Ontario, pour assister aux compétions d’aviron de Rosalie. De nouveau je lui ai prêté ma voiture, elle prenait Kevin au passage à l’aéroport Trudeau… et en bonne belle-maman que je suis, j’avais préparé un sandwich pour Kevin… on ne mange pas très bien dans les avions. Aujourd’hui, Rosalie est en finale dans l’aviron à 2 places… elle et sa compagne ont de grandes chances d’obtenir une médaille. Elle compétitionnera ensuite dans le 4 places, et aussi, en solo… je me croise les doigts pour elle!

 Parlant de voiture… le petit accroc…les garages ce sont les derniers solides bastions du sexisme. Isabelle est bien d’accord avec moi, su ce fait. Tu te souviens du petit bruit sur ma voiture… Quand j’étais allé au garage, avant notre départ, le père du garagiste, un monsieur dans nos âges, m’avait dit que ce bruit était sûrement dû au fait que ma voiture n’avait pas assez roulé au cours de 2 dernières années. Il m’avait suggéré de me faire un chum et de partir sur la route pour une semaine ou deux, que ça règlerait probablement mon problème de bruit… Jamais il n’aurait dit ça à un homme! Quand Isabelle est revenue de l’Abitibi avec ma voiture, j’ai trouvé que ce bruit avait empiré… et là-bas, quelqu’un lui avait dit que ce bruit venait probablement des chokes. Alors j’ai pris ma détermination à bras le corps et je suis retournée au garage… La garagiste m’a reçu avec scepticisme, en me disant que des petits bruits comme ça c’était difficile à mettre le doigt dessus… J’ai insisté. Alors il a fait le tour de son garage avec ma voiture… et est revenu toujours sceptique. Il a demandé à un employé de mettre de l’huile à différents endroits… pour me contenter, sûrement. C’est alors qu’un vieil employé, dans la soixantaine, qui avait écouté de loin, s’est approché. Il est allé essayer ma voiture à son tour. Au retour, il a ouvert le hayon arrière, il a pesé sur la voiture à quelques reprises, puis il l’a fait lever sur le lift, pour finalement déclarer qu’il avait la certitude absolue que le problème venait des chokes… que j’avais fait changer l’automne dernier… juste avant que ce petit bruit commence à m’agacer… Tout ça pour dire qu’au retour d’Isabelle, on va me changer mes chokes… qui sont toujours sur la garantie… Je suis fière d’avoir tenu mon bout… mais fâchée de voir le manque de respect envers les femmes dans les garages… mais bon, on ne changera pas le monde en claquant des doigts…

Aussi, passons aux petits bonheurs… tellement plus agréable! Si tu avais vu la préparation des enfants pour le spectacle qu’ils nous ont présenté avant-hier… c’est beau de les voir travailler ensemble, à 13, 12 et 11 ans… Ils avaient même fait un programme, sur un thème que je te laisse deviner en découvrant le page couverture que je te joins… et leur programme… comme tu vois, il y avait beaucoup de travail pour ce spectacle… sur la chanson de Céline Dion, Joséphine et Évangéline exécutaient même un numéro de nage synchro dans la piscine. Édouard qui n’aime pas trop la danse et la nage synchro, s’occupait de la musique, de servir les drinks aux invités… et aussi de collecter le prix des billets à l’entrée… les places VIP, il y en avait seulement 2, coûtait 5$… et il fallait les réserver à l’avance… ce que j’avais fait bien sûr! Les autres étaient à 3$. L’open bar, incluant le service était à 2$. Mais Édouard s’est fait un plaisir de nous prévenir que les pourboires n’étaient pas refusés…  J’adore les voir créer de la sorte… et surtout, si bien s’entendre entre frère/sœur, cousins/cousines… Que de souvenirs ils emmagasinent ! Comme nous n’avons presque plus d’argent liquide dans nos poches, j’étais passée à l’épicerie pour me procurer du change…

Isabelle et Kevin reviennent ici le 7 août, pour reprendre l’avion vers Calgary le 11 août. Voilà en quoi consiste mon quotidien, actuellement… en fait, je me repose… ça fait du bien de se vider les méninges de temps en temps…

À travers ça, j’ai bien hâte à notre voyage en Alberta… tu m’avais envoyé une vidéo sur les multivers, il y a un bon moment… si tu vois laquelle, tu devrais l’envoyer à Joséphine… qui est passionnée par les multivers…  

Bonne journée à toi… repose-toi bien!

Claire

—————–

Chère Claire …. 

Ce que j’aime du style de ton écriture, que ce soit dans tes romans ou dans ton épistolaire… c’est ce formidable équilibre entre ton k-oeur et ta raison au service du bien commun. Tu as consacré ta vie au bien de tes enfants et petits enfants et cela depuis tes racines-maison aux différentes activités d’abs-bienveillance à leurs autonomie à rêver leur vie en étant sûrs d’çetre écoutés . 

Documentaire La magie du cosmos 1/4 L’illusion du temps. arte – YouTube

La Magie Du Cosmos – 2/4 – Qu’est-ce Que L’espace HD | Documentaire Astronomie – YouTube

La Magie Du Cosmos – 3/4 – Le Saut Quantique HD | Documentaire Astronomie – YouTube

La Magie Du Cosmos – 4/4 – Univers Ou Multivers (HD) | Documentaire Astronomie – YouTube

Pour ce qui est des 4 documentaires suivante…je vais les envoyer avec plaisir à notre jeune poète de Calgary … 

—————- 

Ce matin … je vais faire imprimer les billets d’autobus et les 10 pages du synopsis du spectacle hommage à Simon à Trois Pistoles …. ou quelques chansons sont transcrites et quelques courriels que Simon m’a envoyé ….. La grandeur de l’homme et sa bienveillance gagnante gagnangte y est tellement bien illustrée …. 

————– 

Gaelle m’étonne à tous les jours, toutes les nuits… concentrée, créatrice, travaillant en même temps sur sa personnalité… elle ne peut que réussir… Septembre sera un apothéose dans sa vie de rêveuse…

Et de mon côté… le fait d’illuminer poétiquement une ville par une simple question… quel est ton rêve? … me semble après un mois de cet exercice… une formidable méthodologie de validation de mon traité des abs… qui enrichira profondément toute l’âme du doctorat des rêveurs équitables…

Hier soir, je suis allé à ma 3ieme soirée des alcoliques anonymes …. pour  écouter… écouter…. écouter… car j,ai bien l’intention , peu à peu, d’emmener avec moi les plus en difficulté sur le sentier de la vie personnelle oeuvre d’art …. ou à un point précis d’émergence des qwalias… le mur et l,eau s,entrechoquent jusqu’çce que l’eau de la riviè;re coule comme par enchantement à travers les roches…

Il y a là un immense mur d’un bloc de quelques appartements ou j’aimerais bien faire inscrire les 4 questions du pays oeuvre d’art ….

Je compte bien rencontrer chaque locataire et surtout rencontrer le propriétaire du bloc….me rendre à la mairesse… mais le tout comme un philosophe, comme un entrepreneur poétique qui a fait de sa vie une question flottante et heureuse… Je t’en reparle le 18 août

Je pense à toi

Pierrot

—————–

Cher Pierre,

Voici le mot d’Anne-Marie, mon éditrice, pour donner suite à une première lecture de mon intrigue, pour le roman à paraître au printemps 2023 :

« Revoici ton roman, lu et annoté en entier. Je me suis gâtée! Bravo pour ce très bon roman, absolument captivant! J’ai trouvé très intéressant que tu nous racontes le monde des mineurs, la grève. Ta galerie de personnages est superbe et les quêtes principales sont fortes et prenantes. Fidèle à ton habitude, tu nous réserves d’excellents punchs! Ce récit a une belle envergure. Tes lecteurs en auront pour leur argent. 😉 »

Quand je reçois son appréciation, même si j’ai confiance dans mon intrigue, ça me soulage… il y a toujours au fond de moi la petite angoisse de la créatrice… qui fait parfois douter…

Aussi, presque en même temps, j’ai reçu ce mot d’une lectrice :

« Je viens de terminer : «  la Ste Mafia…. ». Je vous assure que vous savez nous tenir en haleine….
Depuis avril, mon état de santé se détériore….merci de me faire passer d’aussi beaux moments.
J’ai 75 ans, et que voulez-vous, la vie il faut en profiter au présent. J’ai une maladie pulmonaire dégénérative. Quel beau talent vous avez! Vous nous faites beaucoup de bien.
Merci,
Céline Fleurent »

Voilà des moments gratifiants, qui me donnent des ailes pour continuer…

Merci, Pierre, d’être là… ta présence dans ma vie est chaque jour plus précieuse.

Claire

—————

Claire c’est fantastique … ton éditrice comme ta lectrice te confirment ce que tu sais depuis toujours que ta vocation d’écrivaine est somptueusement au sergice du bien commun:)))) ça annonce tellement bien ce que nous vivrons ensemble à partir du 18 août… chacun de notre côté nous sommes gâtés par nos rêves réciproques.. est venu maintenant le temps de faire fleurir l’instant présent merci d’être dans ma vie, si scintillante et si désireuse de vivre le meilleur

encore et toujours

Pierrot

———-

couriel de Normand … réponse de Pierrot

Bonjour Cher Vagabond,

Par ici, nous avons été très occupés à notre bénévolat. D’un côté il y a jusqu’au 5 septembre l’exposition “les petits bateaux” à l’église de Saint-Élie. De l’autre, nous avons chanté avec l’Orphéon (notre chorale) au Festivoix de Trois-Rivières et aussi  au village de Saint-Élie-de-Caxton nous avons donné deux concerts dont celui de QWALIA que nous avons répété. …avec tout ça, on a pas encore vu l’été.Nous avons aussi planifié nous rendre à Trois Pistoles pour le 16 et 17 août. Nous apporterons aussi quelques “baleinophones”.  J’espère que nous aurons l’occasion de nous rencontrer.

Si tout va comme prévu, nous ferons du co-voiturage avec Annick. …la vie passe et nous apprécions ce temps avec les nôtres mais sans oublier les rêves que nous avons encore. Je suis tout heureux de communiquer avec un grand artiste vagabond.  

Comment va la vie à Sherbrooke?   P.S. je suis en contact avec Michel “le concierge” pour la préparation d’une rencontre à Saint-Élie-de-Caxton à l’automne à une date que nous attendons.  Nous avons déjà trouvé un endroit et lancé quelques invitations…et la réponse est bonne.

Bonne fin de journée

Normand

—————— 

chère Marie-Thérèse et cher Normand

je suis tellement heureux de toutes ces bonnes nouvelles que tu me donnes Normand

wowwwwwwwwww  De notre côté… la force de concentration de Gaelle dans la marche vers son rêve doctoralet cela nuit et nour, 7 jours semaines, ne cesse de m’émerveiller… Quand elle entrera en septembre pour la finale de sa propédeutique à l’université de Sherbrooke, elle sera magnifiquement  conséquente avec elle-même . C’est en janvier 2023 seulement, après son obtention de 5 cours en recherche création … qu’elle pourra enfin avoir droit à un accès à des bourses prodigieuses… n’ayant plus droit à ses prêts et bourses parce qu’elle a atteint le montant maximun, On croise des doigts financièrement et on fonce:)))))

Pour ma part… j’arriverai le 16 ao^t au soir à Trois Pistoles pour le spectacle du 17 sur le traversier J’aurai donc toute la journée du 17 août à votre disposition (Annick, Raymond, Toi et Marie-Thérèse)) puis le 18 je partirai de trois-Pistoles pour aller chez ma grande complice Claire … 

Ici à Sherbrooke, depuis un mois, j’arpente la ville tel un vagabond urbain pour serrer la main aux rêveurs et aux rêveuses tout en posant la question… quel est ton rêve? … Mon objectif est de créer ici en plein k-oeur de la ville entre les 2 rivières Magog et St-François LE SENTIER DE LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART … AVEC LES 4 QUESTIONS QWALIENNES MARQUÉES SUR UN IMMENSE MUR PRÈS D’UN BARRAGE.. Le tout comme exercice de validation de ma partie de notre doctorat des rêveurs équitables (Marlene, Michel, Pierrot) , soit de mon traité des abs…. Je compte bien me rendre à la maîresse pour faire avancer mon rêve:))))

Mon grand partenaire de recherche, Michel le concierge travaille de son côté à la partie audio-visuelle de notre doctorat et j’ai vu son documentaire sur Simon Gauthier… ainsi que son dernier clip sur la chanson de Simon… dont le titre est la mauvaise passe je crois…  wowwwwww…. pour cette présentation de Michel  à St-Élie …. comme ce sera un bel événement… Est-ce que la chorale ne pourrait pas présenter son spectacle que Michel filmerait? … (suggestion bien sûr)

Comme tu as pu voir à cette soirée des mercis ou tu es venu avec Marie-Thérèse (je t’en suis infiniment reconnaissant de t’être déplacé) … ce fut pour moi l’occasion de dire à toutes celles et ceux qui ont cru en moi comme en Gaelle… que je ne cesserai de bosser pour qu’à la fin de mon épopée de vagabond, toutes celles et ceux qui m’ont aidé en ressortent gagnants-gagnants … gagnantes-gagnantes…

CE DOCUMENT FILMÉ PAR MICHEL DE LA SOIRÉE DES MERCIS …SERVIRA D’AILLEURS DE CONCLUSION À MA PARTIE DE DOCTORAT…. EN ILLUSTRANT L’ITEM ABS-AIMANCE… au sens ou c’est prenant soin du rêve de l,autre que l’on peut le mieux illuminer son propre rêve… et donc de là en découle ma définition de la vie philosophique… une abs-xistence au service de la question QUEL EST TON RÊVE? … inscrite au k-oeur de toute vie personnelle oeuvre d’art… l’abs-xistence étant définie comme cette question, quel est ton rêve? … déposée dès sa naissance au k-oeur de toute personne humaine pour que cellle-ci ait au moins une fois dans sa vie la chance DE SERRER LA MAIN À L’IMPOSSIBLE.

A Trois Pistoles. Marlene et Michel seront là (si la tendance se maintient) … Nous sommes quelques artistes et conteurs qui rendront hommage à Simon … moi j’aurai une quarantaine de minutes à ma disposition… je chanterai quelques unes de mes chansons tout en lisant entre elles quelques courriels que Simon m’a envoyé et je demanderai à quelques personnes de la salle de témoigner brièvement au sujet de Simon… Il est fort possible que Michel y interprète une chanson pour rendre lui aussi un hommage à Simon…

Juste à penser que Michel, Marlene, Raymond, Annick Marie-Thérèse et toi seront à trois Pistoles… le 17 août …wowwww… quel party d’amitiés oeuvre d’art mon ami

Tu sais… il y a tellement d’années maintenant (16 ans) ou Marlene, Michel et moi avons rêvé ensemble des 4 questions, de la vie personnelle oeuvre d’art, du pays-oeuvre d’art et de la nano-citoyenneté planétaire… Grâce au doctorat de Gaelle, il sera possible par Gaelle créant l’observatoire du merveilleux ici à l’université de Sherbrooke … de déposer notre doctorat populaire tout en créant un colloque international sur les dimensions du rêve ou Michel pourra chanter sa magnifique chanson … je te demande pardon … car le thème de notre doctorat des rêveurs équitables …. est le suivant: 

AAA« JE TE DEMANDE PARDON»AAA

           UNE MÉTHODOLOGIE DES DÉBRIS MULTIVERSIELS DE LA MÉMOIRE DU K-ŒUR…

JE TE DEMANDE PARDON…, à toi qui, comme des centaines de millions d’enfants-errants-fantomatiques, se meurt, jour après jour, de faim ou de blessures de guerre, et cela, au nom des 193 états hobbiens onusiens qui, sous la féodalité de monarchies nucléaires, font passer la course aux armements, les guerres et les paradis fiscaux avant TON DROIT MULTIVERSIEL à une vie personnelle œuvre d’art par un rêve big-bang.

JE TE DEMANDE PARDON… au nom de notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) qui, depuis plus de 14 ans maintenant, cherche à répondre à la question suivante : AU 21EME SIÈCLE, QUELLE INSTITUTION FAUT-IL INVENTER POUR QUE SUR TERRE, PLUS AUCUN ENFANT NE MEURE DE FAIM OU DE BLESSURES DE GUERRE ?

JE TE DEMANDE PARDON… au nom de notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) qui S’ACHARNE à déployer concrètement L’INVENTION DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE, dans le but de contribuer à la déshobbiation de l’O.N.U.  Par  la mise en algorithme de milliards de téléphones intelligents « wow-t=2.7k? » , si possible avec la complicité de l’institut de l’intelligence artificielle du Québec ,  nous validerons politiquement la création d’une cour suprême nano-citoyenne-planétaire composée de deux assemblées des justes (39 femmes et 39 hommes) élues… ville par ville et village par village, et cela par tirage au sort, dans le but de représenter incontournablement et éthiquement toi et les centaines de millions d’enfants-errants-fantomatiques qui souffrent de la même criminalité étatique banalisée que toi.

Dans ce doctorat, PAR UNE MÉTHODOLOGIE DES DÉBRIS DE LA MÉMOIRE DU K-ŒUR (ier chapitre), le premier à te demander pardon sera moi, Pierrot vagabond (2eme chapitre), puis mon ami et partenaire de recherche Michel le concierge (3eme chapitre), pour enfin laisser la parole à sa compagne œuvre d’art, Marlene la jardinière (4eme chapitre).

Pourquoi nos trois archétypes hologrammiques veulent-ils tour à tour te demander pardon? Parce que notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) veut parler au  k-œur de l’humanité (5eme chapitre) et non à sa raison. Par le biais d’une CHANSON – MANIFESTE, nous affirmons que l’invention de la nano-citoyenneté-planétaire doit s’accompagner d’un « JE TE DEMANDE PARDON », en corollaire de la décision de ne plus tricher par chaque vie-personnelle-œuvre-d’art consacrée à l’ultime question : COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE? (6eme et dernier chapitre).

                                                       JE TE DEMANDE PARDON

COUPLET 1


S’il m’arrive de parler au travers de mon chapeau
S’il m’arrive de prendre trop de place trop souvent
Si je m’approprie sans te voir l’espace de ta vie
Si je préoccupe ton âme en secret dans la nuit…                                                                 Je te demande pardon…
Je te demande pardon…

COUPLET 2


Si je vagabonde céleste tout autour de la planète
Si je suis parti sans avis au détour de nos vies
Si je t’ai volé ton rêve, déserté, laissé meurtri,
Si j’en ai trop fait, trop dit, ou pas assez dans ta vie
Je te demande pardon…
Je te demande pardon…

COUPLET 3

Si je n’ai pas compris la beauté du monde d’ici
Si je n’ai pas admis qu’il y a la vie après la vie
Si je suis révolté parce que je suis enchaîné
Si je ne peux te rassurer quand je suis déchaîné
Je te demande pardon…
Je te demande pardon…

COUPLET 4

Et si je le savais tout ce temps que je te volais…
Et si je le savais tout ce temps que toi tu m’aimais…
Je n’ai pas d’âme pas de K-œur aujourd’hui je le dis…
Je veux changer de vie et d’amour te dire merci
Je te demande pardon…
Je te demande pardon….

CHANSON MANIFESTE DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE

Michel le concierge

 

——————–

VOILÀ MON AMI NORMAND

AU PLAISIR DE TE VOIR LE 17 AOÛT À TROIS PISTOLES

PIERROT

————–

wowwwwwwwww Claire… quel brillant courriel… tu penses vraiment à tout… j’adore…. J’adore… j’adore

onjour Pierre,

Quelle grande femme que Gaëlle, ta protégée! J’ai bien hâte de faire plus ample connaissance avec elle, et avec son œuvre. Probablement lors de mon passage à Sherbrooke, dans le cadre du Salon du livre… Ce sera une autre merveilleuse escale dans nos vies réciproques, que ce moment où tu me feras découvrir ton nouveau monde, ces nouveaux espaces, que tu vagabondes avec passion… et pour lesquels tu as de superbes projets.

wowwww…  Claire… quand tu viendras à Sherbrooke pour le salon du livre… je te suggères de louer une chambre à l’hotel Times… sur le bord de l’eau … d’autant plus que ton vagabond Pierrot dort par terre et que Gaelle dort sur son divan:)))))) et nous n’avons pas d’intention d’avoir de lit ni de table:)))) parce que ça ralentit notre créativité:)))))))

————

Tu devrais voir aussi son site en ligne que Gaelle va bientôt mettre en opération avec sa ligne de création vêtements et articles de maison… WHERE THE DREAMS LIES  …. qui est en rapport avec son objet de doctorat et ses semioias….  Pendant qu’Arnaud était là … nous avons tout fait pour protéger sa bulle… et elle a créé…. créé… créé… IMPRESSIONNANT  Claire ….. 

Oui Gaelle est une très grande femme… Claire… qui nourrit ses parents en Afrique et voit aux problèmes les plus cruels… tout en gardant son sang froid et en encourageant son père, sa mère, son frère séparé et les 4 enfants….. et Personne … mais personne n’est au courant de ses problèmes de santé… et malgré tout… elle fonce sur don doctorat tout en sachant qu’avec son diplôme elle pourra prendre vraiment soin de son clan….

J’ai vraiment confiance en son site de vente par internet de ses produits…. Tout ce qu’elle fait est magistral…. 

————-

Comme aucune date n’est fixée pour la rencontre organisée par Michel, à Saint-Élie-de-Caxton, à l’automne, ce serait peut-être une bonne idée de lui faire savoir que la fin de semaine du 13 au 16 octobre, le week-end du Salon du livre, tu ne seras pas disponible… si c’est ce que tu souhaites… je crains toujours de m’imposer…

Je viens d’envoyer une note à Michel là-dessus … brillant….

Je serais très heureuse de t’accompagner à Saint-Élie, pour la projection de Michel.

JE NE PEUX M’IMAGINER Y ALLER SANS TOI CLAIRE. De là…. tous ces courriels que je te partage pour que tu sois vraiment au courant de tous les paramètres faisant bornes à 

mon éthique pour que tous et toutes, sans exception soient gagnants-gagnants…. ou gagnantes-gagnantes… Jamais on ne doit douter de ma barre de mesure éthique …. car c’est elle qui donnera de ma philosophie de l’abs-xistence sa potentialité oeuvre d’art des 4 questions ….

Si tu es d’accord, tu pourrais me rejoindre chez moi et nous irions ensemble… maintenant que je connais le chemin, ce sera facile de nous y rendre. Aussi, si ça te convient, je pourrais réserver au Gîte où nous avons dormi en juin… Je ne sais pas pour toi, mais lors de soirée comme celle qui aura lieu à Saint-Élie, où c’est merveilleux et passionnant de rencontrer et de discuter avec des amis, une fois la soirée terminée, c’est plus intime et plus reposant, de se retirer dans un endroit calme, que de dormir chez des connaissances… Comme tu vois, mon sens de l’organisation prend le dessus…

wowww… ton sens de l’organisation est tellement talentueux… je ne peux que m’incliner de joie profonde… devant ton talent d’organisatrice:)))

À part ça, ici, tout va bien. Cet avant-midi je me suis plongée dans les notes qu’Anne-Marie a mise dans mon manuscrit au fil de sa première lecture, et j’ai encore quelques points à voir… Ça m’a fait plaisir de retrouver mes personnages… comme de vieux amis un peu mis à l’écart…

Aussi, pendant que j’y pense, n’oublie pas de mettre mon adresse et mon numéro de téléphone dans ton porte-monnaie, pour quand tu arriveras à la gare Centrale, le 18 août… tu vas en avoir besoin, surtout mon adresse, pour le taxi. Je te redonne le tout, au cas où…

686 avenue Marc-Aurèle-Fortin

Laval, PQ, H7L 5M7

Tél : 514-831-5722

C’est rendu dans mon portefeuille, Vraiment tu es irremplaçable… tout dans la douceur…. mais tellement soupoudré d’un solide sens de l’organisation…

Après notre voyage en Alberta, nous rentrerons chez moi dans la nuit du 26 août, vers 2 heures du matin. C’est un vendredi, j’ai pensé que nous pourrions prendre la journée pour nous reposer… et samedi, le 27 août, David aimerait que nous allions dîner… pour que tu puisses voir sa cuisine, avec le comptoir…   Ensuite, du bonheur chez moi jusqu’à la fin août si tu veux… peut-être une petite escale dans le Vieux-Montréal… que nous avons omis en juin…

Quel beau programme… Davis et sa compagne Laurence et leurs deux enfants…. une famille d’exception … et oui on doit conclure avec le Vieux Montréal….

Bon, le soleil me met toujours de nombreux projets en tête… le temps file si vite… je ne veux rien manquer…

Prends soin de toi… je me répète, tu es précieux pour moi!

Claire

merci de prendre soin de mon rêve

————– 

Quand tu connaîtras Gaelle tu verras une dame de la grandeur de tes 2 enfants

Pierrot

———————

tu aurais du voir la fierté de Gaelle hier quand je lui ai dit… prenons le pari que ça va marcher ton site:)

Chère Claire

Gaelle est vraiment une multi-tâche…. capable de coordonner à la fois des recherches mtaphysiques très pointues, une pratique théorisée de la calligraphie, un projet Québec Mexique à partir de sa pratique de l’animation de ses qwalias, la direction d’un colloque sur l’éco-responsabilité en imprimerie et sa thèse de doctorat… 

Mon travail à moi c’est de veiller à ce qu’elle ne s’épuise pas … et que tout soit cohérent dans la progression de ses inventions… Hier. quand j’ai vu ou elle en était rendue… je lui ai dis… Gaelle… on fonce… on prend le pari… ce qui a donc donné 12 heures sans arrêt de travail pour acheter son droit à publier un  site web et le rendre opérationnel…

Comme je suis fier à 73 ans de faire la différence dans sa vie de chercheure par une éthique sans faille et une mystique du rêve de l’autre sans intérêt personnel caché ))) 

Son doctorat sera superbe… Son cahier de synthèse théorique étqant constamment à ses côtés ainsi que le grand tableau vert sur le mur  prêt à accueillir ses inventions…

Depuis qu’elle est ici à Sherbrooke… elle est sortie dehors 4 ou 5 fois … s’est renfermée en contemplation des dizaines de fois et s’est inquiétée pour sa famille des centaines de fois….

C’est une femme d’exception… comme tu vas bien t’en rendre compte quand tu vas venir à Sherbrooke pour le salon du livre à l’automne….

—————– 

De mon côté, je continue d’engranger les avancées philosophiques et métaphysiques  que je dois à notre voyage à La tuque ….

Je prends soin ici d’écouter celles et ceux qui n’ont aucune chance dans la vie… Je travaille pour que mon sentier de la vie personnelle oeuvre d’ar6t soit la consécration du doctorat des rêveurs équitables… tout en préparant la prestation de trois Pistoles…

bien hâte d’arriver chez to pour que nous puissions enfin reprendre là ou on a laissé

Pierrot

————-

on matin Pierre,

Ce que j’apprécie le plus aux Éditions Druide, c’est leur profonde recherche de la qualité… dans le respect de l’auteur…

Anne-Marie a fait une première lecture rapide mon manuscrit, en l’annotant, comme si mes personnages devenaient pour elle, autant que pour moi, des personnes véritables… si elle a un doute sur une émotion ressentie par l’un d’eux, elle m’en fait part, pour que j’y réfléchisse, et ainsi de suite dans leurs agissements… C’est palpitant! C’est ce sur quoi je travaille tous les matins actuellement.

Ensuite, au cours de l’automne, elle le reprendra par étapes, que nous réviserons ensemble. Puis ensuite il y aura une réviseure de métier, qui à son tour, supervisera notre travail, en profondeur, pour être certaine que rien ne nous a échappé, et y aller de ses commentaires également. Pour finalement remettre le travail à une réviseure linguistique. 

Pendant ce temps, je dois trouver ma dédicace, ma citation, écrire mes remerciements et mon mot de l’auteure à la fin. Aussi, s’entendre sur une couverture… des choses qui ne sont pas faites, à l’heure actuelle. 

C’est la première fois, à mon 12ème roman, que je n’ai pas encore trouvé le titre… mais je commence à avoir de bonnes idées…

Chère Claire

Ce que j’apprécie le plus chez toi … c’est l’importance que tu accordes au k-oeur dans tous les domaines de ta vie … et ton engagement loyal vis-vis de chaque personne en relation avec toi dans une approche ou la délicatesse du dire liée à la fermeté du bon jugement se déposent au service du bien commun.

Parlant de qualité, c’est la même chose pour ma belle Rosalie. Elles se sont classées 5ème en finale à 8. Elles étaient quand même fières, elles ne s’attendaient pas à se rendre en finale. Je te joins une photo de son équipe… ma Rose est la 3ème à partir de la gauche. Quelle belle jeunesse! Leur «caller» est un garçon… pas de sexisme! Ses compétitions sont terminées… elle revient quand même avec une médaille de bronze, pour la course à 2. Isabelle, Kévin et Joséphine reviennent ici demain.

Et le plus éblouissant … c’est que tu as réussi à transmettre ces valeurs à tes enfants et petits enfants comme fondement même d’un art de vivre les uns pour les autres et les uns par les autres…

Tu comprends que pour moi … ce … ce soir j’aî l’âme à la tendresse comme fond d’instant présent sur jeu de scrabble  prend une valeur de programme… d’amitié trèsssss complice… qui , je l’avoue, m’invite à explorer des univers de sens que je n’avais pas prévu dans ma vie…

Cette nuit je me disais… tiens… je me vois avec Claire aller à l’opéra de Montréal voir l’oeuvre dur marguerite Yourcenar ou encore aller assister à un concert de l’orchestre symphonique…  et je me disais encore… le sens d’escapades ou on prend soin du rêve de l,un et de l’autre… est aussi pour moi une invitation à faire de mon oeuvre métaphysique et philosophique un succès de librairie… car il me semble que notre amitié doit s’accompagner de mon côté par une autonomie financière gagnée à la joie de ne pas avoir triché avec mon rêve…

En fait, je suis convoqué par le gagnant gagnant dans tous les domaines de ma vie…. quand je vois Gaelle marcher vers son rêve avec une telle profondeur d’engagement personnel … je suis fier d’y avoir consacré mes nuits et jours…. 

Comment te dire… Je ne sais si l’amitié profonde et sincère que je te porte se transformera en d’autre sentiments… ais une chose est sure… je ne tricherai jamais avec le rapport entre mon âme, mon oeuvre, ma vie métaphysique et ma relation avec toi …. car toute mon oeuvre en perdrait de sa luminosité

Oui je suis vraiment fier de nos 6 fichiers de courriels, nos escapades et le respect mutuel que nous nous sommes portés…. vraiment…. et surtout fier de reprendre le 18 août exactement là ou nous nous sommes laissés… au chapitre de l’âme à la tendresse:)))

J’écrivais d’alleurs à Michel ce matin

 

Pierre Rochette

11:11 (il y a 0 minute)
À Michel

en tout cas je peux te dire que Gaelle se bat fort pour réussir son rêve:))) et devenir autonome financièrement… merci d’être vraiment là pour notre doctorat des rêveurs équitables la directrice de doctorat de Gaelle arrive le 10 aout de vacvance la belle aventure métaphysique de Gaelle va enfin prendre son envoI elle qui a consacré tout son été nuit et jour autant à son rêve doctoral, qu’à son site where the dreamlies qu’à son projet québec mexique dont la collaboration avec Mina risque de la propulser à l’international car ce projet est d’une duréede 3 ans….

On fonce mon ami

l’idée d’un sentier de la vie personnelle oeuvre d’art ici à Sherbrooke le long de la rivière en plein centre ville et avec les 4 questions du pays oeuvre d’art écrites sur le mur près du barrage … fait son chemin Je compte bien me rendre à la maîresse lui faire vivre le sentier, els 4 questions, le pays oeuvre d’art et en fait un des points d’émergence des qwalias clé pour ma partie de doctorat… le traité des abs

comme tu peux voir, Michel mon enthousiasme pour notre équipe des rêveurs équitables est devenu exponentiel depuis que je suis à Sherbrookeet les jardins de marlene tout comme la chanson Je te demande pardon  en seront les perles d’un collier magnifique pour l’inventionde la nano-citoyenneté planétaire et le prix Nobel

Votre soutien à Marlene et toi a été essentiel tout au long de ces 16 ansdes conseils d’administration du pays oeuvre d’art et je sais que nous vivrons un magnifique feu d’artifice à la fin du parcours avec l,observatoire du merveilleux de Gaelle et notre colloque international sur les dimensions du rêve…

Je marche la ville du cegep à l’université… vais autant aux réunions des alcooliques aninymes que je parle avec les marcvhands que je rencontre des gens de pouvoir à différents échelons de la vie sociale ici… j’ai quelques années à poser la question … quel est ton rêve? à plus de 110,000 personnes …. et je peux te dire que la question en bouleverse plus d’un… Je suis en feu mon ami et je le suis pour au nom de notre équipe de recherche Cest le fun ce que tu organises à St-Élie avec normand wowwwww et je pense sincèrement que ton hommage à Simon  peut se retrouver un jour à l’antenne de radio-Canada

—————-

IL FAUT TOUJOURS PRENDRE LE PARI D’UN GRAND RÊVE ET NOUS Y ARRIVERONS

Pierrot

——————

VIVEMENT LE 18 AOUT CLAIRE

Pierrot

Et toujours parlant de qualité… j’apprécie celle sans faille de notre relation… quels beaux moments nous allons vivre, lors de notre périple en Alberta… et aussi, au cours de cette nouvelle escale de douceur et de joie, dans nos vies réciproques…  

Vivement le 18 août…

Claire

Très cher Pierre,

Si un jour je réalise que ma présence dans ta vie nuit à la luminosité de ton rêve, ou simplement risque de lui nuire, je vais me retirer…

Un des premiers éléments qui m’a attiré, et m’attire toujours en toi, c’est justement la profondeur de ton rêve, l’investissement profond de ta personne que tu y mets – prêt à mourir pour lui – et aussi cette non-tricherie de tous les instants que tu lui consacres. Je ne comprends pas toutes tes démarches, même tes explications me semble parfois flous, mais j’en sens tout le sublime… et je suis convaincue que d’ici peu, tu vas connaître un résultat au-delà de tes espérances. Voilà pourquoi j’éprouve tellement de joie à veiller sur toi, sur ton rêve… et à t’aider, aux meilleures de mes connaissances et de mes possibilités à parfaire ce rêve… qui je le crois, te mènera au prix Nobel…

Il y a quelques années, à un Salon du livre de Québec, à l’époque où Normand de Bellefeuille faisait partie de l’équipe – c’est un grand écrivain, poète aussi, dont l’œuvre est reconnue – nous avions cherché une qualité pour chacun de nous, et Normand avait décrété que celle qui me définissait le mieux était la luminosité… c’est vrai que je suis transparente, honnête, et que je ne cherche qu’à implanter des bougies de bonheur autour de moi à travers mes mots… Mais je suis aussi une boule d’émotions… une épicurienne, sensuelle dans les plus petits gestes de la vie, la façon de se vêtir, déguster un chocolat… l’univers des sens à une grande importance pour moi… mais là aussi, je souhaite être lumineuse… la vie pour moi est faite pour être savourée… se lever le matin et rêver d’un bon café latté… une main qui prend la mienne, celle d’un enfant ou la tienne… un regard… la douceur d’un mot…

Je pars chez David, dans quelques minutes. Isabelle et son mari arrive demain, et mardi, nous recevrons ma sœur Nicole et son fils Mathieu, pilote à Air Canada, qui est aussi le filleul d’Isabelle. Je serai peut-être moins prolifique épistolairement dans les prochains jours… mais tu seras dans mes pensées.

Je veux rester pour toi une halte de joie… et de ressourcement…

Nous aurons beaucoup à discourir lors de notre prochaine rencontre… sur fond de scrabble et d’âme à la tendresse.

Bonne fin de dimanche, Pierre.

Claire

———————

juuste à penser à la belle carrière internationale qui attend Gaelle après son doctorat

Chère Claire

Je suis habité ce matin par un immense sentiment de plénitude…. Quand on pratique la pauvreté poétique pour révolutionner l’art de la philosophie par les 4 questions du pays oeuvre d’art … on ne peut s’imaginer que de prendre soin de rêveuses et de rêveurs par la mystique du rêve de l’autre conduira un jour à de telles joies de la droiture du k-oeur.

Le 10 août… la directrice de thèse de gaelle arrivera de ses vacances. Cet été … Gaelle a bossé nuit et jour, 7 jours semaine…. et  tout s’annonce pour que sa rentrée universitaire soit à la hauteur de sa force de création…

Hier, pendant que je prenais soin du rêve d’une ville par la création d’un sentier de la vie personnelle oeuvre d’art… Gaelle était en réclusion créatrice …. orchestrant par ses spéculations métaphysiques et l’exercice de ses graphes le fondement synthétique méthodologique de sa proposition de doctorat… qu’elle a transcrit sur son tableau noir avant que je dépose sur elle des couvertures pour qu’elle puisse dormir en toute optimalité, en toute sécurité.

Je prends soin de son rêve… Je fais ménage, repas, et j’obtiens à chacun de mes gestes un merci …… mon traité des abs avance… et tu es là, toi oreille élue… à qui je peux, jour après jour raconter mon épopée poétique dont nos échanges épistolaires témoignant de son authenticité … que puis-je vouloir de plus de la vie?

————–

Je commencerai bientôt à faire visiter mon sentier de la vie personnelle oeuvre d’art à des personnes… Par exemple… Alain… artisan qui doit se réorienter… père de 4 enfants …. ou Ghyslain alcoolique toxicomane … ou Julie … alcoolique démolie par une enfance difficile… Parfois j’entends crier… Pierrot vagabond … on me voit marcher la ville… on sait que je suis le philosophe aux 4 questions… on aimerait en savoir plus…. et je leur dis… un jour… je prendrai un deux heures avec toi et je te ferai marcher ton abs-xistence …. mon abs-xistence? oui que je leur dis… l’abs-xistence… c’est l’énigme déposée dès ta naissance par la question… quel est ton rêve… pour que tu aies au moins une fois dans ta vie… la chance de serrer la main à l’impossible… tu devrais voir leurs yeux Claire… Je n’en dis pas plus… mais je crée chez eux le besoin d’en rechercher plus en eux… leur rêve…

Comment dire… si mes 4 questions peuvent concrètement soulager la condition humaine d’humains dans une ville parce qu’elles finissent par être cartographiées et inscrites dans le k-oeur de cette ville… et que ces 4 questions peuvent réellement inspirer des humains à rêver leur vie… et que j’ai vérifié cela sur le terrain… alors je saurai que j’ai réussi ma vie philosophique…

De là l’importance du voyage à La Tuque que nous avons fait … et de celui de Calgary que nous ferons … les qwalias… ou débris de la mémoire du k-oeur me semblant la racine même d’une vie réussie par un rêve à conquérir …

   Comme tu peux voir Claire… je suis en feu métaphysiquement…

merci d’être dans ma vie

salutations à ta gagne

Pierrot

——————

her Pierre,

Merci de ce beau courriel !

Je suis heureuse de faire de faire partie de ce sentiment de plénitude, que tu éprouves… Justement, hier soir, alors que les enfants écoutaient un film, j’étais dehors avec David et Laurence, et je leur disais à quel point ta présence dans ma vie me donnait un sentiment de plénitude. Toi et moi, nous étions parfaitement heureux dans nos vies, avant qu’elles se croisent, par un heureux hasard… et voilà que nous découvrons au fil de nos échanges, de nos rencontres, ce sentiment de plénitude qui nous fait immensément de bien… et nous donne des ailes pour poursuivre nos rêves. Je leur ai dit que tu partageais ce sentiment, que tu trouvais aussi que la vie nous avait offert un cadeau, en nous permettant de nous rencontrer… et ça leur a fait plaisir !

Ce soir, j’attends Isabelle et Kevin pour souper, ils resteront aussi à dormir chez moi. C’est super ce que tu fais à Sherbrooke… je sens que tu illumines les sentiers de ton rêve… Je suis heureuse d’y participer, à travers notre voyage à La Tuque, et celui que nous ferons en Alberta… merci de le souligner, ça me va droit au cœur !

Bonne journée, Pierre.

Claire

——————

voir toute personne humaine sous l’angle de son rêve… c’est ce que j’appelle dans le traité des abs… l’abs-aimance

Chère Claire … 

Hier c’était pour moi le passage aux banque alimentaires armée du salut et Moisson Estrie pour que Gaelle puisse se rendre à son rêve … vécu sous une grosse pluie et réchauffé par le doctorat des rêveurs équitables dont je vérifie par le peaufinement théoritique de mon traité des abs… la pertinence pour le soulagement de la k-ondition humaine…

 

Comme Gaelle et moi nous nous faisons un point d’honneur que ses parents, son frères et ses 4 enfants mangent … d”ici à ce que Gaelle puisse en faire plus par ses diplçomes… Nous faisons tout pour ne pas manquer à notre engagement métaphysique:)))

À l’armée du salut… j’ai donc été en contact avec Carl, criminel ayant connu plusieurs passages en prison … Un philosophe qui écoute… ce n’est pas la même chose qu’un psychologue ou un sociologue… En fait… c’est le crack qui mène sa vie… comme françois d’ailleurs suicidaire… Ils mentent, ils volent, ils trichent, ils souffrent….

Que peut faire une vie philosophique comme la mienne dans ces cas-là? se garnir de balises d’humilité… et espérer que son sentier de la vie personnelle oeuvre d’art puisse au moins allumer en eux l’espoir que de marcher vers leur rêve peut contribuer à leur donner la force éthique de changer de vie…

Puis quand je suis revenu… Gaelle et moi habitons un triplex… la famille africaine d’en bas… une jeune mère de famille avec deux enfants en bas âge qui ne sait ni lire ni écrire … a conquis le k-oeur de Gaelle qui jour après jour consacre quelques heureux à lui apprendre à lire et écrire…

Je suis donc devenu le grand-papa des deux petits enfants … comme je suis devenu le grand-père de notre voisine d’en haut qui vit seul  et doit vivre avec des angoisses, des maux de têtes dus à des chocs traumatiques du passé…

Donc hier soir… Gaelle étant en sécurité alimentairement … et surtout… heureuse de voir son rêve universitaire de doctorante prendre un envil mérité tellement elle y travaille jour et nuit… je me suis permis de … dormir….

Voir les autres … sous l’angle de leur rêve… c’est ce que j’appelle… l’abs-aimance…

———- 

Ça m’a touché que tu dises à Isabelle et à David que tu vivais de la plénitude par notre relation … car en fait… pour moi à 73 ans, je pense qu’il n’y a plénitude que dans des enjeux de complicité du prendre soin du rêve de l’autre….. c’est ce que j’appelle l’amitié oeuvre d’art… 

C’est du moins ce que j’essaie d epratiquer à un très haut niveau éthique… pour que jamais il n’y eut d’irritants au gagnant gagnant que doit être l’intimité consacrée à la beauté du monde.

La tricherie dans la vie … c’est d’abord le manque de confiance en la puissance de son propre rêve…

et c’est bien ce que j’essaierai d’illustrer par mon sentier de la vie personnelle oeuvre d’art, ici à Sherbrooke … qui j’espère sera la consécration de toute ma vie philosophique au k-oeur même du doctorat de gaelle en métaphysique

Pierrot

————–

accoucheur de rêveuses et de rêveurs

Chère Claire 

… aujourd’hui j’ai vécu un moment très émouvant… Pour la iere fois j’ai accompagné Gaelle à pied aller retour à l’université de Sherbrooke … J’avais maintes fois fait le trajet dans tous les sens, visité tous les départements … identifié toutes les ressources…

Je la voyais fière, heureuse, conquise par l’épopée de son rêve … rassurée d’être si bien guidée, accompagnée …mais en même temps nerveuse, fébrile…. 

Quand elle est entrée à la faculté des lettres et sciences humaines … je l’ai attendue sur le trottoir… Je réfléchissais à tous ces efforts impossibles que j’avais fait depuis près de 5 ans maintenant pour prendre soin de son rêve… ou inspiré par ma pauvreté poétique et ma mystique du rêve de l’autre… j’avais tenu le fort, sans faille … et des effets épistémologiques comme méthodologiques sur la création de mon traité des abs…

Quand Gaelle est ressortie… elle m’a dit s’être rendue au bureau de sa directrice de thèse madame Martelly….à la veille de son retour de vacances en Europe… Je me rappelais la quête de Gaelle ….  à travers le monde par internet… l’identification d’une possible directrice par sa spécialité en épistémologie marginale, leur rencontre à Montréal… puis le coup de k-oeur réciproque l’une pour l’autre… son cours de propédeutique avec elle au printemps … sa déception de n’obtenir qu’un A… alors qu’elle est habituée aux A + … puis ce déménagement inpossible… et enfin une vraie lumière offerte sur une carrière internqationale en métaphysique recherche création :))))

Et je me suis dis… Pierrot… encore une fois tu as réussi ton accouchement d’un rêveur ou d’une rêveuse …. Je me suis dis aussi que ce que j’avais fait pour Gaelle.. je le ferais pour la ville de Sherbrooke par le sentier de la vie personnelle oeuvfe d’art … puis aussi un jour pour chsque grande ville ou il y a un cours d’eau sur la planète terre… UN SENTIER DU PAYS OEUVRE D’ART… de là ma route vers le prix Nobel de la paix:))))

————– 

Comme je rentre systématiquement dans tous les commerces, un après l’autre ici pour poser 2 questions aux commercants… Pourquoi tu fais cela plutôt qu’autre chose et quel est ton rêve? … J’ai rencontré un garçon de 20 ans qui depuis l’âge de 15 ans travaille pour un commerce de chaussures sportives de très haute gamme… 

Il me racontait que , petit, c’était déjà sa passion de voir les athlètes ou les vedettes par les chaussures qu’ils ou elles portaient dans leurs pieds… puis de sa rencontre avec un jeune entrepreneur pour qui il travaille qui possède 5 magasins à travers le Québec… Un autre jeune rêveur qui a à peine 25 ans…

J’en ai parlé à Gaelle… pour qui sa marque de vêtements … where the dreams lies ….. s’adresse d’abord idéalement à une clientèle sportive… dont elle aimerait que ses créations logos soient déposés sur des vêtements de très grande performance technologiques … de très beaux tissus haute gamme… et sur des chaussures hautes gammes… Et là je me suis dit….

Je vais donc organisé une rencontre entre ce jeune entrepreneur de 25 ans, propriétaire de 5 magasins  et Gaelle… car j’ai remarqué que dans son magasin de chaussures sportives haute gamme… les autres vêtements n’étaient pas vraiment signés…. ce n,était que des accessoires à son produit principal … mais traités en éléments secondaires.

—————- 

Comme tu vois Claire….  que tu prennes soin de mon rêve est vraiment un cadeau inespéré pour moi… et j,espère bien que tu puisses dire à jamais la même chose de ma présence oeuvre d’art dans ta vie … 

Et comme mon rêve ressemble à celui de Molière… soit de mourir sur la route comme Moliere est mort sur la scène…. je me dis que ce voyage à Calgary est une occasion formidable de creuses mes sentiers de la vie personnelle oeuvre d’art et des 4 questions … dans un autre contexter:))))

——————– 

UNE DE MES 100 CHANSONS

21 JUILLET 2006

Chansons de Pierrot

 MOLIÈRE

21 juillet 2006 – 21 h 00 min

COUPLET 1

ca n’me tente pas
de chanter comme un vieux
que tout l’Québec tient s’es pilules
pour mieux le contrôler

dans un mélange explosif
d’anti-dépresseurs
de somnifères
moé ca m’écoeure

j’me suis jure d’mourir dans rue
mème malade même dans la gene
comme Molière sur la scène

EN HAUT

Molière, Molière, Molière
tu jouais l’malade imaginaire Molière

t’es mort sous les applaudissements
moi ce s’ra entre deux océans

comme cercueil le Canada que j’aime tant
comme cerceuil le Canada que j’aime tant

Oh Molière,
le dieu de ma langue française

COUPLET 2

ca n’me tente pas
de chanter pour un chef d’État
qui par une guerre s’amuse
à mieux nous controler

dans un mélange explosif
de trop de jeunes soldats qui meurent
des québécois, moi ca m’ecoeure

j’me suis juré
d’crier dans rue
pour une fois votez du bon bord
pour sortir nos trop jeunes soldats
d’la mort

EN HAUT

Molière, Molière, Molière
la guerre c’est rien d’imaginaire
Molière

t’es mort sous les aplaudissements
mais icitte entre deux océans

y a trop d’cercueils dans mon Québec
que j’aime tant

y a trop d’cercueils
dans mon Québec
que j’aime tant

oh Molière
le Dieu de ma langue française

COUPLET 3

ca n’me tente pas
de chanter comme un vieux
que tout l’Québec tient s’es pilules
pour mieux le contrôler

dans un mélange explosif
d’une immense colère d’électeur
parce qu’un malade imaginaire
cultive la peur

j’me suis juré d’chanter la rue
pour que mes mots s’rendent à l’ONU
au nom de millions d’enfants disparus

ne suis qu’un vagabond céleste
loin de la haine et de tout l’reste

qui trouve les pilules Oh Molière
comme les bombes dans une guerre

scandaleuses et obscènes

Oh Molière
le Dieu
de ma langue française
que j’aime

Pierrot
vagabond celeste

——————– 

Cher Pierre,

C’est merveilleux ce que tu vis avec Gaëlle… le résultat d’un incroyable investissement pour le rêve d’une autre…

Une idée m’est venue en lisant ton courriel… quand tu rencontres des chefs d’entreprise, pour leur parler de tes 4 questions, tu pourrais leur offrir de rencontrer leurs employés à travers tes conférences, inspirantes et motivantes, en leur remettant le nom de ton agence : Orizon.ca. Et tu leur dis, – ce qui est totalement vrai, à voir ce que tu as fait à date, et que tu fais avec Gaëlle, – que les sous gagnés de cette façon vont pour aider des jeunes en difficultés à pouvoir parvenir à faire des études universitaires… ce qui cadrerait très bien avec :  ma pauvreté poétique et ma mystique du rêve de l’autre… j’avais tenu le fort, sans faille … et des effets épistémologiques comme méthodologiques sur la création de mon traité des abs…

C’est la dernière journée pour Isabelle et les siens au Québec, ils partent très tôt demain matin, à 7 heures, comme nous le ferons nous-mêmes dans dix jours…

J’imagine que ta performance du 17 août commence à être fine prête…Bonne continuation de tous tes projets…

Claire

—————-

Une idée m’est venue en lisant ton courriel… quand tu rencontres des chefs d’entreprise, pour leur parler de tes 4 questions, tu pourrais leur offrir de rencontrer leurs employés à travers tes conférences, inspirantes et motivantes, en leur remettant le nom de ton agence : Orizon.ca. Et tu leur dis, – ce qui est totalement vrai, à voir ce que tu as fait à date, et que tu fais avec Gaëlle, – que les sous gagnés de cette façon vont pour aider des jeunes en difficultés à pouvoir parvenir à faire des études universitaires… ce qui cadrerait très bien avec :  ma pauvreté poétique et ma mystique du rêve de l’autre… j’avais tenu le fort, sans faille … et des effets épistémologiques comme méthodologiques sur la création de mon traité des abs…

—————

Vraiment Claire… tu as le sens d’une dramaturgie heureuse…. surtout que tu sais déposer en mot l’âme du monde qui m’habite… C’est un scénario qui m’apparaît vraiment le bon… à suivre donc:))))

quand je parle de pauvreté poétique …. je souligne l’importance de tout donner pour le rêve de l’autre… avec en prime ce que les autres me donnent pour moi-même) Car la qualité de la mystique du rêve de l’autre en dépend … tout le fondement métaphysique du traité des abs… en ressort architectonisé par l’authenticité même de mon rêve…

Je me prépare pour cet hommage à Simon le 17 août… Je marche… je pense à lui…. Je marche….heureux…. tellement heureux de pouvoir te raconter cela le 18 août

Pierrot 

—————-

Bonjour Pierre,

Isabelle, Kevin et Joséphine ont quitté la maison pour l’aéroport à 4h30, ce matin. D’habitude, quand ils partent, j’ai un moment de cafard… mais pas cette fois ! Comme nous irons bientôt les voir, les câlins de ce matin n’étaient pas empreints de nostalgie… au contraire !

Il y a des jours où je me sens particulièrement heureuse… ce fut une de ses journées !

J’ai trouvé le titre de mon roman : Née sous une insondable étoile…

J’ai terminé la première révision, et j’ai averti mon éditrice que je serai en vacances du 18 août, jusqu’à la fin du mois.

J’ai trouvé ma dédicace et ma citation. Je te donne en primeur, sous le sceau du secret, ma citation :C’est dans ses rêves que l’homme trouve la liberté, cela fut, est, et restera la vérité.

John Keating.

Aussi, quand tu arriveras chez moi, après ta performance du 17 août, je serai entièrement libre pour t’écouter me faire part des sentiments que tu auras ressenti à parler de Simon devant un public, devant des gens qui furent ses amis… Comme tu seras fatigué après toutes ces émotions, et de plus, après une journée en bus… tu trouveras le repos dans mon humble demeure… dans une atmosphère calme et paisible… nous parlerons à voix basse…

Oui, aujourd’hui fut une journée heureuse… à plusieurs points de vue…

Bonne soirée, Pierre !

Claire

——————

Chère Claire

J’ai trouvé le titre de mon roman : Née sous une insondable étoile… J’ai terminé la première révision, et j’ai averti mon éditrice que je serai en vacances du 18 août, jusqu’à la fin du mois. J’ai trouvé ma dédicace et ma citation. Je te donne en primeur, sous le sceau du secret, ma citation : C’est dans ses rêves que l’homme trouve la liberté, cela fut, est, et restera la vérité.

John Keating.

wowww… bravo….  tu as vraiment la finishing touch… c’est touchant et surtout performant… ça va marcher ce roman là:))))

————

Je n’en reviens pas comme chacune de mes journées sont devenues de véritables épopées oeuvre d’art dans ma conquête de la ville de Sherbrooke comme hôte de mon sentier de la vie personnelle oeuvre d’art .

Je commence d’abord par le parcourir…. jusqu’à ce que j’arrive au mur près de la chûte ou j’y vois mes 4 questions inscrites … puis je pars perforer la ville de ma vision philosophique… un humain à la fois… du plus petit au plus puissant… en naviguant dans des rivières d’impossibles qui me rendent si heureux…

———— 

De son côté Gaelle… se sculpte dans tout l’éblouissement de sa rareté entre son doctorat, son projet Québec Mexique et son site where the dream lies… Elle fait oeuvre… et son timing en vue de sa rentrée doctorale en propédeutique me semble vraiment impeccable…

Effectivement… je pense que j’arriverai chez toi bien plus reposé que je ne me l’aurais imaginé… On dirait que tout ce que je porte comme création et oeuvre d’art me rajeunit intérieurement…

J’arriverai à Trois Pistoles … grâce à ton sens de l’organisation d’ailleurs, tellement bien inspiré et c’est dans l’autobus que se construira le fil d’or poétique de mon rapport à Simon que je veux développer sur le traversier….

—————- 

 Ce voyage à Calgary sera sans doute d’une grande luminosité… d’une grande écoute aux qwalias déposés dans les yeux de ta fille et de ses 3 enfants … de ton gendre…. vraiment Claire… la plénitude sera au rendez-vous

Vive la création dans le respect du rêve de l’autre

Pierrot

—————

Cher Pierre,

Depuis quelques années, il y a une journée spécifique pour acheter un livre québécois, et c’est aujourd’hui. Depuis ce matin, j’ai reçu de nombreux courriel de lecteur, qui m’aime… ou me découvre… je t’en joins quelques-uns.

Évangéline est avec moi… elle est en ce moment concentrée sur un roman qu’elle écrit… il est commencé depuis un bon moment.

Demain, David et Laurence reçoivent des amis, qui ont des enfants dans les âges des leurs… mais ce ne sont que des filles. Alors Édouard va venir passer la journée avec moi, et rester à dormir… d’ici quelques années, je ne serais pas surprise qu’il change d’idée… mais pour le moment, il trouve que les filles l’aiment trop, et il trouve cela super achalant…

C’est tellement passionnant pour moi de voir évoluer tout ce beau petit monde… j’espère les voir grandir encore longtemps… et surtout, continuer d’avoir la santé pour participer à leur vie…

J’imagine que du haut de son nuage, Simon doit t’inspirer… je suis certaine que ce sera agréable pour toi de parler de lui… Est-ce que tous tes amis ont confirmé leurs présences?

Je te souhaite une excellente soirée, Pierre.

Claire

Bonjour Mme Claire,

Je vous écris pour vous féliciter de votre talent d’auteure. Je vous ai découverte en lisant le livre « À l’ombre de la Sainte Mafia» Quelle belle histoire! Aussitôt lu je suis allée à la bibli et je me suis procuré les autres, tous les autres œuvres. Quel talent! Bravo madame Claire et j’espère que vous aller continuer de nous divertir avec votre œuvre. Ginette Morisset.

Bonjour madame Bergeron,
Depuis quelques années, le 12 août est une journée importante pour moi! Et cette année, le hasard m’a dirigée vers vous… Dans l’ombre de la Sainte-Mafia. En lisant votre biographie, je sais que ce livre va me passionner. Je me souhaite donc une très bonne lecture… Ghislaine Otis

Je viens de terminer “Les secrets d’une âme brisée”. Je ne suis pas lectrice de roman, habituellement. C’est ma voisine qui m’a prêté son exemplaire et….dès les cinq premières pages, c’était fait…. je me suis laissé prendre par votre histoire bien tissée. Jusqu’au bout, je me suis attachée à cette incroyable et touchante histoire, aux personnages, à l’intrigue. Vous m’avez vraiment eue et je m’en ravis. Quel bon livre! Je vais lire les autres. Line Blouin

————–

tout en intensité métaphysique…. je navigue sur les 4 questions de la vie personnelle oeuvre d’art

 

Chère Claire

Quand j’ai rencontré Simon la iere fois à Natashquan … ce fut comme si un tremblement de terre avait été provoqué par la rencontre de deux rêves … de deux poésies du rêve…..  Je lui dis simplement… Je suis Pierrot, le vagabond céleste… et il me répondit… moi c’est Simon le conteur ….

7 années ont suivi ou lui et moi avons sculpté le même archétype… ce que j’appelle aujourd’hui un abs-chétysme … une espèce de fil d’or de la condition humaine dont le personnage Ulysse d’Homère en est l’ancêtre des ancêtres… comme le coureur des bois du Canada franâis en est la signature la plus inspirante pour un québécois…

La mort de Simon le magnifique a libéré les 4 questions du son conte pour en faire maintenant un événenemt inscrit dans la pierre d’un sentier….

Comme tout s’estompe pour ne laisser surgir que l’essentiel…. Je m,en vais à trois Pistoles avec l’intention de donner la parole à celles et ceux qui ont connu Simon… et je vais leur demander… d’après vous autres, quel a été le rêve de Simon?

Normand, Marie Thérèse et Annick … Michel et Marlene ont confirmé leur présence… Je m’attends à ce que la famille immédiate de Simon soit présente… ainsi que des amis conteurs…  Les organisateurs m’ont dit dans un dernier courriel  que vu la demande… ils ont pris la décision de prendre des réseervations sur le traversier pour le 17 au soir… Pour ce qui est de Danielle… je n’ai pas encore eu de confirmation

J’imagine que du haut de son nuage, Simon doit t’inspirer… je suis certaine que ce sera agréable pour toi de parler de lui… Est-ce que tous tes amis ont confirmé leurs présences?

———–

Ton lien avec ton lectorat est tellement mérité, Claire… c’est ton rêve d’écrire pour ce lectorat et je suis certain qu’ils le ressentent… Il est bien possible qu’Évangeline suive tes traces:)))))

Bonjour Mme Claire,

Je vous écris pour vous féliciter de votre talent d’auteure. Je vous ai découverte en lisant le livre « À l’ombre de la Sainte Mafia» Quelle belle histoire! Aussitôt lu je suis allée à la bibli et je me suis procuré les autres, tous les autres œuvres. Quel talent! Bravo madame Claire et j’espère que vous aller continuer de nous divertir avec votre œuvre. Ginette Morisset.

Bonjour madame Bergeron,
Depuis quelques années, le 12 août est une journée importante pour moi! Et cette année, le hasard m’a dirigée vers vous… Dans l’ombre de la Sainte-Mafia. En lisant votre biographie, je sais que ce livre va me passionner. Je me souhaite donc une très bonne lecture… Ghislaine Otis

Je viens de terminer “Les secrets d’une âme brisée”. Je ne suis pas lectrice de roman, habituellement. C’est ma voisine qui m’a prêté son exemplaire et….dès les cinq premières pages, c’était fait…. je me suis laissé prendre par votre histoire bien tissée. Jusqu’au bout, je me suis attachée à cette incroyable et touchante histoire, aux personnages, à l’intrigue. Vous m’avez vraiment eue et je m’en ravis. Quel bon livre! Je vais lire les autres. Line Blouin

————

De ce temps-ci… je suis tellement heureux d’être à Sherbrooke … Gaelle est heureuse… son doctorat avance… je sens que ce doctorat des rêveurs équitables sera lui aussi un événement …. Mes nuits et jours sont tout en contemplation de l’oeuvre à terminer

 Vivement ce bon café et cette joie de vivre un apaisement profond de prendre soin du rêve de l’un comme de l’autre

Pierrot:)))

—————–

her Pierre !

Quand je me lève chaque matin tellement heureuse, je ne peux que constater que je suis amoureuse de la vie, du moment présent… et davantage depuis que tu es là… parfois dans mes pensées… parfois à travers tes mots… et parfois, comme bientôt, le 18 août, en personne auprès de moi…

Toi et moi, nous possédons la richesse du temps présent… c’est merveilleux !

Tu as sûrement vu cette vidéo… je l’ai découverte ce matin, publiée par Marie-Thérèse :  https://www.facebook.com/LaFabriqueculturelle.tv/videos/385343977076954

J’en retiens que… l’impossible recule devant ceux et celles qui avancent… et que Simon Gauthier était un grand monsieur… Ainsi passe la vie, chacun son passage… avant d’aller marcher l’éternité…

Comme tout s’estompe pour ne laisser surgir que l’essentiel…. il est important pour toi et moi de savourer notre présent, cher Pierre, dans la beauté du monde qui nous fait escorte.

Bon samedi !

Claire

============

le fil d’or de l’hommage à Simon m’est venu cette nuit … celui qui me rendra heureux une fois sur scène:)))

Chère Claire

Tu as tout à fait raison… Nous avons reçu toi et moi le k-adeau de l’instant présent … Pour Simon… oui l’impossible recule devant ceux et celles qui avancent…. Mais pour moi… l’impossible surgit au k-oeur même de l’épopée sous forme de débris de la mémoire du k-oeur… Comme pour Simon… se marier avec l’éternité et se faire beau sur terre pour cet événement était sa croyance… alors que pour moi… traverser l’éternité en marchant la neige et le vent demeure ma croyance…. 

————–

J’ai vu mon hommage à Simon cette nit comme j’avais vu ta chanson l’écrivaine au k-oeur d’or… 

Je commence par la quête de Jacques brel… puis je raconte l’histoire de Darwin et de son impossible boyage sur le Beagle… pour ensuite raconter que pour moi… Simon serait Darwin et moi le capitaine du Beagle… 2 rêveurs que l’impossible a uni durant plus de 7 ans…

Par le biais de courriels … de chansons … je raconte l’histoire de Darwin Simon par celle du capitaine du beagle Pierrot … puis sur notre bateau… il y avait des passagers du rêve de darwin Simon que je fais monter sur la scène pour me parler de Darwin Simon … et je termine par la chanson du camion neur que Simon faisait en rappel… la seule chanson  au complet qu’il a chanté de moi …

Pour dire finalement que chacun de nous dans la vie est un Darwin qui a besoin de rencontrer son capitaine du beagle pour que notre vie prenne un sens par la question quel est ton rêve? … et que le l’abs-pothéose de ce voyage est que soudain, comme un vrai rêveur équitable… celui ou celle qui jouait le rôle de Darwin devienne à spn tour le beagle du rêve darwinien de l’autre…

Aujourd’hui, je marcherai ce fil d’or…. qui fut si intense entre Simon et moi

au plaisir du 18 août:)))

Pierrot

—————–

Claire

11:52 (il y a 1 heure)
À moi

Bonjour Pierre !

 

Je sens que cette fois tu tiens le fil parfait de ta prestation… je connais tellement bien le feeling de cette création nocturne.

Il m’arrive très souvent, quand je cherche le dénouement d’un suspens… ou une nouvelle piste vers laquelle orienté le lecteur… je confie mon questionnement à la nuit… quelquefois, ça va prendre deux ou trois nuits, mais il est très rare qu’en fin de compte, je n’obtiens pas le fil manquant pour parfaire mon intrigue…

Bonne marche sur ton fil d’or !

Claire

—————-

Arnaud Chauchoy

12:39 (il y a 30 minutes)
À moi

Salut pierrot,

Ça va.  Les ados, peu de sommeil mais je reste capitaine du brise-lames…

Je pense que ton hommage a simon va être très émouvant.  J’aime bien l’idée que le capitaine laisse sa place au passager afin que celui-ci soit l’apprenti-capitaine de sa propre vie dans une ”impossible quête” finalement… Avec ou sans lyrisme, avec ou non un mariage ou une traversée de l’éternité, chacun est en mesure de s’inventer une belle traversée  de sa courte éternité. Personne n’est prisonnier des exemples et des départs, réussis ou non,  qui l’ont précédé.   L’énigme du rêve semble être un gouvernail heureux dans ce cabotage existentiel.

Amitiés,

Arnaud

—————–

Une de ces nuits ou la métaphysique de gaelle brille dans tous ses éclats

Chère Claire

Il est 4 h. 20 du matin… Toute une nuit ou Gaelle fait le point sur les fondements épistémologiques de son doctorat… wowww…. quand elle va entrer en relation avec sa directrice de thèse madame martelly ….  àa va être un événement intellectuelle pour toutes les deux en épistémologie marginale…

Une carrière fabuleuse attend gaelle à l’international… et je suis fier d’être aux ieres loges

bon réveil

au plaisir d’un bon café

Pierrot

———-

quelle belle nuit consacrée au doctorat de Gaelle

PRÉSENCE RASSURANTE

JAMAIS DE BLÂME 

quel bel hommage rendu à ton père… trèssss touchant

wowwww Claire… voilà ton héritage que tu as transmis de façon exceptionnelle à tes petits enfants… je t’avoue aussi sans le savoir ….que je pratique le rassurant tous les jours en prenant soin de chacun et de chacune pour que tous et toutes soient gagnants gagnantes à travers ma mystique du rêve de l’autre…

————— 

Cette nuit…. toute une nuit en pensée pure… Gaelle et moi… très à l’écoute de mon côté… très fébrile du coté de Gaelle… tout en éblouissement créatif…

Nous avons enfin résolu le problème de la deuxième direction de doctorat en fonction de l’entonnoir spéculatif , des enjeux et des architectonies de sa problématique… Madame martelly deviendra en direction doctorale la spécialiste des épistémologies marginales er Gaelle choisira un ou une spécialiste de Descartes pour contrebalancer ses inventions paradigmatiques par le biais d’une épistémologie normative (Descartes).

Gaelle a tellement travaillé jour et nuit tout l’été… qu’elle arrivera au département de recherche création avec une panoplie d’habiletés intellectuelles qui la rendra fascinamment réseautable et engageable … d’autant plus que c’est un département ici à l’université de Sherbrooke qui est en pleine expansion … issu des cultural studies et du post-cololianisme américain  comme du post-féminisme planétaire …

Quelques heures de sommeil et nous voilà de nouveau au boulot… wowww… Je m’apprête à faire mon vagabondage de la ville de Sherbrooke pour le swntier de la vie personnelle oeuvre d’art … mpar la question quel est ton rêve?

Déjà le 14… je pars le 16 au matin… quand même… merci pour l’organisation de cette épopée en hommage à Simon.

Pierrot

—————-

rès cher Pierre,

Ça me rend vraiment heureuse de voir que Gaëlle est fine prête pour entrer à l’Université de Sherbrooke par la grande porte… les étoiles s’alignent pour elle, et c’est infiniment mérité! Tu as raison d’être fier de ta présence rassurante à ses côtés, à plusieurs points de vue…

Eh oui! C’est fou comme le temps file… dans 4 jours, à peu près à cette heure-ci, tu arriveras chez moi… et nous pourrons reprendre là où nous avons laissé… Je commencerai par te préparer un bon capuccino glacé… s’il fait chaud… Ou un latté fumant si c’est frisquet… Ou ce que tu choisiras… Isabelle a tellement aimé mes cafés, froid ou chaud, que je lui ai fait livrer un « mousseur » pour le lait, à Calgary… faut dire qu’en même temps, je pensais un peu à moi, quand je serai de passage chez elle…

Et dans une semaine, nous serons sur les routes de l’Alberta… n’oublie pas un vêtement chaud, c’est parfois frisquet en montagne – Kevin a hâte de faire ta connaissance… il ne faut pas oublier que lui, un pur Anglais de l’Ouest, il a rencontré Isabelle aux 2 Pierrots – tu es comme une légende pour lui. Les 2 Pierrots étaient le lieu de rendez-vous préféré des Anglais, dans le Vieux-Montréal… Cela a fait 29 ans hier qu’ils ont fait connaissance, aux 2 Pierrots… Ce fut un coup de foudre de part et d’autre…

En effet, dans quelques heures à peine, tu partiras pour Trois-Pistoles… Hier, j’ai eu un long échange sur Mésanger avec Marie-Thérèse, elle est à lire mon roman : Le crime de sœur Marie-Hosanna… Ils ont sorti leur petite roulotte, et ils ont loué un emplacement au camping municipal de Trois-Pistoles. En sachant que je ne serais pas présente, elle m’a offert de se servir de son téléphone, pour que j’assiste à ton spectacle en direct… Je l’ai remercié, mais je ne veux pas qu’elle se sente des obligations, et surtout, qu’elle se prive d’assister à ta prestation en toute tranquillité… De toute façon, tu vas me raconter… et Michel va filmer…

Toutefois, comme toi et moi nous ne pourrons pas échanger… si tu y penses, après le spectacle, tu peux lui demander de me faire parvenir un court message… pour me dire que tout s’est bien passé… ça me rassurerait…

Dans quatre jours… je vais t’attendre avec tellement joie…

Claire

PS : Petit rappel… pour monter à bord de l’avion, le seul document indispensable à mettre dans ton porte-monnaie, c’est ta carte d’assurance-maladie avec ta photo… ils acceptent aussi le certificat de naissance plastifié… et bien sûr le passeport.

—————

courriel de Serge…. ton dernier courriel est vraiment magnifique Claire… et cette belle relation avec Marie-Thérèse…

Claire…

Voilà, ‘en suis aux derniers prépartifs

bien sur que j’aurai ma carter d’assurance maladie

et un petit manteau par dessus ma veste brune

effectivement

quand je repense aux deux Pierrots de l’époque

je saisis à quel point L’autre Pierrot et moi

avons été des légendes vivantes

pour tout un public…

et de savoir que ta fille a rencontré son conjoint dans ce lieu

rend encore notre rencontre de Calgary encore plus intense…

Je saurai avec ma guitare et mes chansons

leur faire revivre le parfum de leurs iers émois

ce sera ma contribution qwalienne à ce voyage délicieux

parce que vécu d’instants présents qui se veulent authentiques:)))

Bien hâte d’arriver

 

Pierrot

 

C

 

Un premier anniversaire….

 

Bon matin, cher Pierre!

Qui aurait pu croire, le 15 août 2021, quand tu m’as fait parvenir un message via mon site web, un mot que j’ai reçu sur ma terrasse, alors que je déjeunais avec une de mes sœurs… qu’une année plus tard, toi et moi, devenus des amis très complices, nous serions sur le point de nous envoler vers l’Alberta, visiter ma fille et sa famille?

Au terme d’une superbe année, durant laquelle nous avons créé des liens d’une incroyable délicatesse… je me permets de remercier la vie pour ce cadeau tellement inattendu… le partage de nos rêves réciproques tout en tendresse… sur fond de la beauté du monde, que tous les deux nous savons si bien apprécier.

Un rendez-vous, fixé dans le temps, pour toi et moi… comme une récompense à ce bonheur, que nous semons autour de nous au fil des jours… merci la vie!

Savourons cette journée d’anniversaire, cher ami! À très bientôt, chez moi…

Claire

Je te joins nos premiers échanges… souvenir!

15 août 2021

Nom
Pierre Rochette

Message
«Je veux vivre ma vie comme j’aimerais la lire quand sera venu le temps de me souvenir.»

wowwww….
Juste pour cette phrase, il fallait que je vous écrive…
Il y a 20 ans j’ai tout abandonné pour vivre mon rêve (sur you tube… mon ami pierrot le dernier homme libre)… je suis devenu Pierrot vagabond céleste (google) ….. j’avais fondé les deux Pierrots dans le Vieux Montréal, vécu la poésie du café St-Vincent comme chansonnier…. mais mon rêve c’était de devenir vagabond et d’ensemencer le pays oeuvre d’art par 4 questions
1) quel est ton rêve?
2) dans combien de jours?
3) qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
4) comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

Je rêvais de faire la cartographie des grands rêveurs et rêveuses du Canada… tout en ne demandant jamais à manger, ni à dormir… je rêvais de donner espérance par 4 questions en changeant de village pour ne pas être indélicat dans le respect du libre arbitre…

Puis…. j’ai maintenant 73 ans, je prépare un doctorat en métaphysique onti-kha-tive (www.lepaysoeuvredart.ca)… j’ai un 1000 pages qui raconte cette histoire vraie (www.reveursequitables.com/cahier de presse/monsieur 2.7k ) mais surtout… je prends soin de serrer la main à chaque rêveuse ou rêveur de ce pays qui m’inspire telle une communauté de la condition humaine ennoblie par la beauté d’un rêve…

Bravo pour ce passage d’un terrible accident d’automobile à la force du rêve… et surtout je suis ému par le fait que votre force de rêveuse a aussi servi à appuyer le rêve de votre fils de fonder une maison de conférenciers…

Vous dégagez ce qui m’inspire le plus…
le sens de l’épopée dans une vie rêvée
«Je veux vivre ma vie comme j’aimerais la lire quand sera venu le temps de me souvenir.»
bonne suite Madame….
dans votre errance poétique dédiée à la création

Pierrot, vagabond céleste

!8 août 2021

Bonsoir Pierrot, vagabond céleste,

Quel charmant message vous m’avez fait parvenir!

C’est un plaisir de constater que ma philosophie de vie vous a interpellé… sans doute parce qu’elle a rejoint la vôtre.

Il est vrai que le rêve est là, tapi dans l’ombre, dans l’attente que l’on ose enfin lui céder la place. J’entendais son appel… écrire était pour moi un des plus grands rêves de ma vie. Justement, cette vie qui crée des obligations… nous voulons réussir notre vie, mais aussi, réussir dans la vie. Puis il y a les enfants, notre création, que l’on veut conduire vers des lendemains heureux…

Un jour, à soixante-deux ans, j’ai cédé à l’appel de mon rêve. La vie offre parfois des cadeaux : en assistant mon fils dans l’ouverture de son bureau de conférenciers, à écouter les gens parler de la façon de croire en nos rêves, j’ai fini par oser croire au mien… et depuis, j’ai le sentiment de vivre au cœur du plus beau rêve de ma vie, entouré de tous ceux que j’aime! Votre sensibilité de rêveur a compris ma maxime : « Je veux vivre ma vie comme j’aimerais la lire quand sera venu le temps de me souvenir. »

J’ai appelé David en fin de journée, et je lui ai parlé de vous. Il m’a dit vous avoir parlé ce midi… il a aimé votre message, rafraichissant dans le monde actuel. J’ai cru comprendre qu’il voulait vous entendre en conférence, et il a suggéré que je sois présente sur le Zoom. Alors je vous dis à bientôt.

Encore merci de votre sympathique message.

Au plaisir.

Claire

PS : Il y a 28 ans ces jours-ci, ma fille et son mari, les deux solitudes canadiennes, une Québécoise et un Anglais de l’Alberta, se sont rencontrés par hasard aux Deux Pierrots… le lieu a dû leur porter chance, car ils sont toujours amoureux, avec trois belles filles en héritage…

19 août 2021

Chère Claire,

Si on entretenait un échange sur courriel qui, un jour, pourrait constituer un livre sur l’importance du rêve dans une vie humaine… pensez-vous que cela vous serait confortable?

On se raconterait nos vies, les rêveurs et les rêveuses qui nous ont marqué…. Moi en tout cas, avec vous, j’aimerais bien…

Qu’en pensez-vous?

Pierrot

Bonjour Pierre,

Je suis une amoureuse de mots, de leur magie, des images qu’ils dessinent dans l’imaginaire, des émotions qu’ils font naître dans les cœurs… Avec le temps, mon rêve d’écrire s’est transformé en véritable passion, et, se découvrir une passion dans la vie, c’est comme s’ouvrir toute grande une fenêtre sur le bonheur de vivre.

Je trouve votre suggestion intéressante : un échange, de pensées sincères et franches, aussi de réflexions au fil de notre route… qui a plus de pas derrière que devant. Dans la vie, le meilleur moment est toujours le présent…

Votre philosophie de vie m’intéresse, je veux bien échanger avec vous, sans but fixé… Nous verrons sur quel sentier nous mènera cette correspondance… et si elle en vaut la peine, qui sait, nous en ferons peut-être un recueil de rêves.

C’est étrange la vie, ses hasards qui finalement sont des rendez-vous, qu’il faut savoir percevoir comme tels pour ne pas passer à côté, sans les avoir découverts… D’aussi loin que je me souvienne, j’étais une artiste dans l’âme. Il m’a fallu bien des rendez-vous manqués, pour céder enfin à mon rêve artistique, celui de devenir romancière… sans doute que les choses se réalisent lorsque le moment est venu pour elles d’éclore! Toujours est-il que je ne me suis jamais sentie autant à ma place dans la vie que présentement…

Au fait, votre chanson du camionneur est magnifique. Je l’écoutais souvent interprété par Fred Pellerin, elle me rappelait une époque de ma vie… ça m’a fait plaisir de l’entendre chanter pas son créateur.

Au plaisir de vos nouvelles,

Claire

Chère Claire,

J’aime bien… RECUEIL DE RÊVES …. cette belle expression qui vient de votre dernier courriel

Pierrot:)

—————–

un an déjà …. d’une amitié oeuvre d’art sans faille:))))

Chère Claire

Il y a de ces moments dans la vie qu’il faut fêter… oui durant un an déjà… nous avons eu le talent de la délicatesse, du respect et de la hauteur éthique .. et cela sans faille… 

Ce que j’aime de ces 6 fichiers de courriels …autant que dans le septième déjà entamé… c’est que chaque mot témoigne de notre droiture onirique… du respect de nos différences comme de la joie d’habiter le merveileux inscrit dans tout instant présent d’un rêveur ou d’une rêveuse qui ne triche pas avec son rêve de vie…

De ton côté… tu as l’honneur de voir tes enfants et tes petits enfants rassurés jour après jour par ta bienveillance du k-oeur…. tout en redonnant à ton lectorat la confiance au meilleur de la condition humaine à travers tes énigmes…