INTUITION 13: «WOW-T= 2.73» ÉTANT LA BANDE PASSANTE QUANTIQUE-COSMOLOGIQUE DE TOUT RÊVE BIG BANG QUI NE TRICHE PAS, «LES RÊVONS» QUI EN DÉCOULENT SONT L’ÉMERGENCE DU SAUT DE COMPLEXITÉ DÉCOULANT DE LA PROTO-COMBINAISON DES GÊNES-MÊMES DANS LEUR LUTTE MILLÉNAIRES ENTRE LES MÊMES RATIONNELS ET LES MÊMES IRRATIONNELS

David Deutsch
le commencement de l’infini
les explications transforment le monde
p.440-441
extrait

Cela a du se dérouler grosso modo de la façon suivante: Dans les toutes premières sociétés pré-humaines, il n’y avait que DES MÊMES très simples.- du genre de ceux dont les grands singes disposent aujourd’hui, bien que le répertoire de comportements élémentaires COPIABLES ait pu être plus vaste. Ces MÊMES concernaient des choses pratiques comme la façon de se procurer de la nourriture qui sans elles aurait été inaccessible. Ce type de connaissance a eu une telle importance qu’il a créé une niche tout prête pour toute adaptation permettant de réduire l’effort requis POUR RÉPLIQUER LES MÊMES. La dernière adaptation à occuper cette niche FUT LA CRÉATIVITÉ. Au fur et à mesure que se développait cette créativité, d’autres adaptations co-évaluèrent, comme UNE CAPACITÉ-MÉMOIRE PLUS GRANDE (POUR STOCKER PLUS DE MÊMES), un meilleur contrôle moteur, et des structures du cerveau spécialisées dans le traitement du langage. En conséquence, LA BANDE PASSANTE DES MÊMES ( LA QUANTITÉ D’INFORMATION MÉMÉTIQUE SUSCEPTIBLE D’ÊTRE TRANSMISE D’UNE GÉNÉRATION À UNE AUTRE) augmenta également. Les mêmes devinrent également plus complexes et plus sophistiqués.

C’est en cela que consistent le pourquoi et le comment de l’évolution de notre espèce, et la raison pour laquelle elle a évolué rapidement – tout au moins au début.

PETIT À PETIT
LES MÊMES PRIRENT LE CONTRÔLE
DES COMPORTEMENTS DE NOS ANCÊTRES.

Leur évolution se mit en route et ce fut, comme toutes les évolutions, DANS LA DIRECTION D’UNE PLUS GRANDE FIDÉLITÉ. C’est-à-dire…

jusqu’à devenir
TOUJOURS PLUS
ANTIRATIONNELS.

A un certain stade, l’évolution des mêmes conduisit à des sociétés statiques – PROBABLEMENT DES TRIBUS- Tous ces progrès de la créativité ne produisirent donc jamais de FLUX D’INNOVATIONS. L’innovation demeura si lente qu’elle en était imperceptible., bien que l’aptitude à la créativité augmentât rapidement.

Même dans une société statique, LES MÊMES ÉVOLUENT MALGRÉ TOUT, à cause d’indécelables erreurs de réplication. Mais ils évoluent si lentement que personne ne peut s’en apercevoir; les erreurs, imperceptibles, ne Peuvent donc être supprimées. Ils évoluèrent en général vers plus de fidélité de réplication, comme c’est l’habitude le cas avec l’évolution, et par conséquent, vers des sociétés plus statiques.

Dans de telles sociétés, LE STATUT SOCIAL BAISSE lorsqu’on transgresse ce que les gens attendent d’un comportement convenable., et MONTE lorsqu’on se conforme à ces attentes.

IL S’AGIT DES ATTENTES
DES PARENTS, DES PRÊTRES
DES CHEFS ET DES PARTENAIRES POTENTIELS
( OU DE CEUX QUI CONTRÔLAIENT LES UNIONS
DANS LA SOCIÉTÉ)-

qui se conforment eux-mêmes aux souhaits et aux attentes de la société en général. Leurs opinions sont déterminantes pour chacun concernant la possibilité de se nourrir, de se développer, de se reproduire et donc CONCERNANT LE DESTIN DE SES PROPRES GÊNES…..

——–
à lire
SUZAN BLACKMORE
THE MEME MACHINE
(OXFORD UNIVERSITY PRESS, 1999)
TRAD. FRANC.
BALTHAZAR THOMASS,
LA THÉORIE DES MÊMES: POURQUOI NOUS NOUS IMITONS LES UNS LES AUTRES (m. MILO 2006)

sur you tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. Philosophe-cinéaste-concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

INTUITION 12: « WOW-T=2.7K » OU L’INTRICATION ALGORITHMIQUE DE LA PHYSIQUE QUANTIQUE-COSMOLOGIQUE ET LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE PAR LA BEAUTÉ DU MONDE OBJECTIVE UNIVERSELLE ISSUE DU RÊVE BIG-BANG COMME SA RHYZOMATISATION PAR LA NON-TRICHERIE AU FONCEMENT MÊME DE TOUTE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART.

Une phrase extraordinaire de mon ami Michel le philosophe-cinéaste-concierge inventée lors de notre conseil d’administration de la créativité de notre groupe de recherche (Auld, Woodard, Rochette), ce matin 6h.15 am.

QUAND TU TRICHES
C’EST COMME SI TU ÉTAIS
SUR L’OCÉAN
ET QUE TU ARRÊTAIS
DE NAGER.

Ce qui m’a amené à réfléchir à tant de fausses philosophies parochiales de l’histoire de la pensée ignorant scandaleusement un axiome issu d’une tricherie historiale, historique autant que trans-systémique comme trans-historique  qui pourrait s’énoncer comme ceci:

COMMENT PEUT-ON OSER PARLER
DE L’AUTHENTICITÉ DE LA CAVERNE DE PLATON
QUI CONCERNENT QU’UNE TRÈS FAIBLE PARTIE
DES 20,000 HOMMES LIBRES d’ATHÈNES, ALORS QUE 350,000
ESCLAVE CROUPISSAIENT DANS L’ERRANCE FANTOMATIQUES CHAÎNES MÊME  DE L’ INAUTHENTICITÉ DE LEUR DÉSESPOIR DE VIVRE LIBREMENT SUR TERRE?

En ce sens, AU 21EME SIÈCLE, toute nano-théorie-planétaire doit viser à inventer, à proposer un chemin universel de la beauté du monde objective universelle par quatre simples questions de la vie personnelle œuvre d’art, FAISANT PASSER LA CONDITION HUMAINE DE L’ERRANCE FANRTOMATIQUE-AXIOLOGIQUE À L’ERRANCE POÉTIQUE POUR TOUS.

1: Quel est ton rêve?
2: Dans combien de jours?
3: qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
4: Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

Le tout menant à une nano-citoyenneté planétaire dont l’algorithme à décoder se retrouve sous la formule élégante (wow-t=2.7k), formule de la beauté du monde objective universelle à s’approcher par essai, erreur et falsifiabilité (Popper).

5: comment nos rêves prennent-ils soin de la beauté du monde?

NOTRE ÉQUIPE DE RECHERCHE
TRAVAILLE SUR L’INTRICATION
ENTRE LES LOIS DE LA PHYSIQUE QUANTIQUE-COSMOLOGIQUE ET CELLES DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLAN;ÉTAIRE, DONT LA RHIZOMATISATION CONDUIT À L’ÉMERGENCE PLANÉTAIRE DE LA COMPLEXITÉ DE LA BEAUTÉ DU MONDE OBJECTIVE UNIVERSELLE.

Le pouvoir attractif universel de la non-tricherie semble coder dans ce qu’on ressent comme beauté qualitative objective universelle.

CELA IMPLIQUE DONC
UNE CROISSANCE ILLIMITÉE
DE LA BEAUTÉ D MONDE
DONT LE CONCEPT
DU VOILE DE L’IGNORANCE DE JOHN RAWLS
TÉMOIGNE MÉTHODOLOGIQUEMENT.

Comme le dit si magnifiquement David Deutsh dans sa terminologie de la page 390

l’esthétique étant défini comme PHILOSOPHIE DE LA BEAUTÉ, l’élégance peut l’être comme la beauté des explications, des formules mathématiques etc. ce qui fait de l’élégance

UN GUIDE HEURISTIQUE VERS LA VÉRITÉ.
Le besoin de créer de la beauté objective pour permettre à des personnes différentes de communiquer.

RÉSUMÉ
DAVID DEUTSH
P.390-391
EXTRAIT

« Il existe en esthétique des vérités objectives. L’argument classique sur lequel il ne peut y en avoir est UN VESTIGE DE L’EMPIRISME. Les vérités esthétiques sont reliées aux vérités factuelles par le biais DES EXPLICATIONS, et aussi par le fait que des interrogations sur l’art peuvent émerger des situations et faits physiques. TOUS LES HUMAINS TROUVENT LES FLEURS BELLES, alors qu’elles ont évolué selon une logique sans lien apparent avec une recherche de beauté. L’EXISTENCE DE CRITÈRES DE BEAUTÉ CONVERGENTS résout le problème de la création DES SIGNAUX INTER-ESPÈCES-difficiles-à-simuler, LORSQUE L’INSUFFISANCE DES CONNAISSANCES PARTAGÉES ne permet pas à priori cette création.

———–

Il est lumineux de s’imaginer que, grâce à l’invention du téléphone intelligent, il sera bientôt possible, village par village, ville par ville de mettre en marche la nano-citoyenneté-planétaire par simple tirage au sort.

Ainsi, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, le concept DU VOILE D’IGNORANCE» de John Rawls pourra être expérimenté concrètement, permettant une séparation des pouvoirs innovatrice entre les états et les nano-citoyens-planétaires.

1: Quel est ton rêve?
2: Dans combien de jours?
3: Qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
4: Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

5: COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

———–
Le nombre d’abonnés au téléphone mobile dans le monde
Le nombre d’abonnés au téléphone mobile dans le monde 7,4 milliards d’abonnements mobiles étaient souscrits à fin 2016, selon les estimations de l’International Telecommunication Union, pour un taux de pénétration de 99,7%.
Dans le monde à fin 2016, ce sont près de 7,4 milliards d’abonnements mobiles qui étaient souscrits, soit quasiment la totalité de la population mondiale, selon les estimations de l’International Telecommunication Union. Cela correspond ainsi à un un taux de pénétration de 99,7%. 5,8 milliards de ces abonnements ont été souscrits dans des pays en développement.

Le marché approche la saturation : la croissance des abonnements n’est plus que de 2,2% par an (contre 2,6% entre 2014 et 2015 par exemple). Elle est surtout due aux pays en voie de développement (hausse de 2,5% en 2016).

————–

PLAN EN TROIS ANS POUR INVENTER LA NANOCITOYENNETÉ PLANÉTAIRE SUR TERRE

PLAN DU DOCTORAT DE L’ÉQUIPE DE RECHERCHE (AULD, WOODARD, ROCHETTE)

QU’EST-CE QUE LA NANODEMOCRATIE CITOYENNE PLANÉTAIRE OEUVRE D’ART?

Une nano-démocratie instaurant, PAR TIRAGE AU SORT, une assemblée constituante de 125 vies personnelles œuvre d’art pourrait-elle constituer le prélude au surgissement du premier pays œuvre d’art sur la planète terre?

pré-essai d’une MODELISATION THÉORIQUE

A) Imaginons un site web genre Google map où sont identifiés toutes les villes et tous les villages de la planète, sans exception.

B) Imaginons que quatre questions y sont posées dans toutes les langues, au désir de chaque vie personnelle œuvre d’art.

a) Quel est ton rêve?
b) dans combien de jours
c) qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
d) En quoi ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

C) Imaginons que dans chaque ville et dans chaque village de la planète, une invitation est lancée à toute vie personnelle œuvre d’art intéressée à ces quatre questions pour que se constitue une assemblée constituante mondiale à réfléchir sur la conséquence des quatre questions sur l’éco-système du mieux vivre ensemble,…. soit UNE CINQUIÈME QUESTION qui se définirait de la façon suivante….

D) En quoi NOS RÊVES prennent-ils soin de la beauté du monde?

E) Imaginons que qu’importe le nombre de vies personnelles œuvre d’art qui s’inscrivent dans chaque ville ou chaque village, UN PREMIER TIRAGE AU SORT SÉLECTIONNE UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART PAR VILLE ET UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART PAR VILLAGE.

F) Imaginons que sur toutes ces villes et villages de la planète entière qui sont maintenant représentés par une vie personnelle œuvre d’art, UN DEUXIÈME TIRAGE AU SORT SÉLECTIONNE 125 de ces vies personnelles œuvre d’art…. en vue d’une RENCONTRE PLANÉTAIRE.

G) Imaginons que ces 125 vies personnelles œuvre d’art se réunissent à tous les quatre ans pour LES OLYMPIQUES DE LA JUSTICE COMME ÉQUITÉ SUR TERRE, en assemblée constituante et cela en direct sur internet accessible à la planète entière.

H) Imaginons que….. la question….EN QUOI NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE? devienne soudainement, selon notre hypothèse forte, l’actualisation pragmatique du voile de l’ignorance de John Rawls.

I) Imaginons qu’une fois l’assemblée constituante des 125 vies personnelles œuvre d’art terminée, un premier vote soit pris par chaque vie personnelle œuvre d’art sélectionné comme représentant chacune des villes et chacun des villages…. SUR UNE QUESTION DE FOND touchent à la justice comme équité comme paramètre de la beauté du monde.

J) Imaginons qu’une fois LE PREMIER VOTE TENU, UN DEUXIÈME VOTE soit tenu par chaque conseil municipal de chaque ville et chaque village auprès de la population entière… et cela partout sur la planète terre.

EN CONSEQUENCE DE QUOI

K- Il n’est pas difficile d’imaginer que l’émergence d’une conscience citoyenne planétaire autour de la question EN QUOI NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?… puisse instaurer une pression éthique nano-démocratique invitant chaque état à cheminer vers une gouvernance qui respecte la modélisation planétaire d’une théorie de la justice et de l’équité au point d’en faire
un jour DES PAYS OEUVRE D’ARTS DIGNES DE LEUR CITOYENS VIES PERSONNELLES OEUVRE D’ART.

L- La priorisation des errants fantomatiques accompagnant l’éthisation des errants axiologiques, pour mieux faire de chaque humain un errant poétique face à son rêve personnel, la liberté reliée aux 5 questions de la vie personnelle œuvre d’art deviendrait enfin accessible à chaque personne humaine, tel un droit inaliénable inscrit en annexe à charte des droits de l’homme à l’ONU.

M– objectif:
nouvelle conscience éthique-esthétique
planétaire en vue de la réforme des états
pays œuvre d’art par la masse critique
nano-numérique des vies personnelles œuvre
d’art, éco-philanthropes de l’espace-monde.

————–
7- CONCLUSION (OUVERTE FINALE)…15 PAGES

L’implantation planétaire de la nano-démocratie pourrait être la condition éco-philanthropique nécessaire à l’émergence d’un premier pays œuvre d’art sur la planète terre, rêve universel potentiel d’une masse critique-citoyenne-numérique de vies personnelles œuvre d’art sous l’inspiration d’une cinquième question dont l’énoncé serait le suivant:

– retour sur les quatre questions
menant à la cinquième question
éco-philanthrope de l’espace-monde:
-COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

———-

SUJET DU DOCTORAT…. LA NANOCITOYENNETÉ PLANÉTAIRE

—————

DOCTORAT

SUJET
la nanocitoyenneté planétaire

QUESTION
Comment fonder la priorité juridique
du droit nanocitoyen planétaire
sur le droit juridique existant
des états?

OBJET CONTEXTUEL

La nanocitoyenneté planétaire n’aurait pu être possible avant la mondialisation virale de l’usage quotidien du téléphone intelligent. En conséquence de quoi, Il devient donc possible que l’histoire du 21eme siècle puisse s’écrire par le biais d’une masse critique INOUIE de personnes humaines se percevant d’abord et avant tout comme DES NANOCITOYENS PLANÉTAIRES réclamant une reconfiguration juridique majeure accordant désormais une priorité non négociable aux droits de l’humanité sur le droit des états.

Mais comment conceptualiser un nanocitoyen planétaire?

Notre méthodologie de recherche se concentrera sur le cadre théorique de la genèse d’une vie humaine… soit celle de Michel Woodard, 66 ans, tout en identifiant les différentes stratifications de son cerveau l’ayant conduit de Michel Woodard à Michel chansonnier du Vieux Montréal, à Michel le concierge à Michel W concierge du pays œuvre d’art ier nanocitoyen planétaire, le tout documenté sur film et sur blogue, dans un contexte des grandes avances d’une conscience planétaire et de ses enjeux.

Puis l’équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) suggérera un passage conceptuel pragmatique entre LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART, la nanocitoyenneté planétaire œuvre d’art et le pays œuvre d’art afin de proposer un laboratoire concret de mise en application d’une nanocitoyenneté planétaire par une chaire recherche universitaire.

L’objectif étant de proposer un dialogue performatif (Austin, Habermas) entre le droit juridique nanocitoyen planétaire construisant des mécanismes éthiques-juridiques permettant la priorité des droits de l’humanité sur le droit des états.
———————

sur you tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. Philosophe-cinéaste-concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

INTUITION 11: LE CONCEPT D’ARCHÉTYPE HOLOGRAMMIQUE DE MICHEL LE CONCIERGE RELIE LA NOTION D’HOLOGRAMME À CELLE DE MULTIVERS DE LA PHYSIQUE QUANTIQUE

Par une méthodologie «L.A.H» (lecture analogique hologrammique), j’utilise mon cerveau comme un ordinateur quantique, au sens où les variables de celui-ci prennent comme axiome premier le fait qu’il fonctionne à partir d’un algorythme de complexité émergente issu de la MATRICE DE SON RÊVE BIG BANG se protégeant de l’intrication avec TOUTE CONNAISSANCE STRATIFIÉE UNIVERSITAIRE), qui ne constitue qu’une histoire-conte parmi des milliards d’autres de l’horizon des champs de force ou se joue en univers multivers……  «WOW-T=2.7K»

Qu’est-ce que la connaissance stratifiée universitaire? C’EST L’APPROXIMATION DE LA RÉALITÉ PAR DES HISTOIRES INSTITUTIONNALISÉES, des contes pratiques utilitaristes dont il faut se dégager par une pensée imaginative et critique.

Ca fait 10 ans maintenant que j’étudie Michel le philosophe-cinéaste-concierge à titre d’archétype hologrammique d’un rêve big gang ( L’amour de Michel pour Marlene), une véritable œuvre d’art, un véritable rêve big-bang personnel (et pour l’un et pour l’autre) dont je puis témoigner qu’il correspond exactement à la vision qui m’habite de  la formule «WOW-T=2.7K.»

FAIS WOW SUR UN RÊVE

NE TRICHE PAS

ET TU AURAS UN ACCÈS PRIVILÉGIÉ AU 2.7K

ARTÉFACTE ONDULATOIRE QUI TE PROTÈGERA

DE TOUTE INTRICATION ÉVÉNEMENTIELLE INAPPROPRIÉE.

Ce n’est que tout dernièrement que mon intuition (celle à partir de laquelle je pose comme axiome que Michel par son rêve big-bang est devenu UN HOLOGRAMME, UN ARCHÉTYPE HOLOGRAMMIQUE DE TOUT RÊVE BIG-BANG) était relié à la notion de MULTIVERS DE LA PHYSIQUE QUANTIQUE.

Cet extrait du livre de David Deutsch «LE COMMENCEMENT DE L’INFINI» de la page 316-317 m’est apparu tellement révélateur d’un champ de force fascinant à explorer.

————
DAVID DEUTSCH
LE COMMENCEMENT DE L’INFINI
LES EXPLICATIONS TRANSFORMENT LE MONDE
P.315
EXTRAIT

————-
Dans cette version complète DU MULTIVERS QUANTIQUE, comment notre récit de science-fiction va-t-il se poursuivre? Presque toute l’attention que la théorie quantique a reçue, aussi bien de la part des physiciens et des philosophes que les auteurs de science-fiction, s’est concentrée sur son aspect D’UNIVERS PARALLÈLES. C’est amusant, car c’est dans l’approximation de l’univers parallèle que le monde ressemble le plus à celui de la physique classique, et cependant c’est l’aspect même de la théorie quantique que beaucoup de gens SEMBLENT TROUVER VISCÉRALEMENT INACCEPTABLE.

La fiction peut explorer LES POSSIBILITÉS OUVERTES PAR LES UNIVERS PARALLÈLES. Par exemple,

COMME NOTRE RÉCIT
EST UNE HISTOIRE D’AMOUR

les personnages peuvent certainement s’interroger sur LEURS HOMOLOGUES dans d’autres histoires. Le récit pourrait comparer leurs spéculations avec ce que «nous savons» S’ÊTRE PASSÉ DANS LES AUTRES HISTOIRES. Le personnage dont l’infidélité de l’épouse a été révélée par un évènement «aléatoire» pourrait se demander si cet événement a fourni une issue heureuse à ce qui était un mariage voué à l’échec de toute façon. Sont-ils encore mariés dans l’histoire où l’infidélité n’a pas été révélée par la suite? SONT-ILS ENCORE HEUREUX?

EST-CE QUE CELA
PEUT ÊTRE DU VRAI BONHEUR
SI «C’EST BASÉ SUR UN MENSONGE?»

Pendant que nous les voyons spéculer ainsi, nous voyons l’histoire «toujours mariés» et savons «dans la fiction» ce qu’il en est.

——-
COMMENTAIRE

La notion de TRICHERIE DANS LE MULTIVERS » RESSEMBLE à un pertubateur de l’horloge biologique de la personne humaine provoquant une rupture dysfonctionnelle entre son archétype et son pouvoir hologrammique de conscience cosmique profonde.

Je n’ai jamais vu Michel manquer de respect à Marlene (en 10 ans avec eux), et aussi jamais vu Marlene manquer de respect à Michel. De là ma conviction forte que leur archétype réciproque (Michel le concierge et Marlene la jardinière) se transmute par un aura (dans le sens de Walter Benjamin) hologrammique quantique permettant à leur condition humaine de sécuriser et d’équilibrer le rapport forme-contenu (Lukacs) de tout événement aléatoire d’intrication prédatrice. Peut-être Est-ce cela l’amour au 21eme siècle: UNE EUMÉTRIE SANS TRICHERIE PAR PUR POUVOIR ATTRACTIF DE LA BEAUTÉ DU MONDE ÉMERGEANT TEL UN FEU D’ARTIFICE PAR UN RÊVE BIG BANG.

sur You tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. philosophe-cinéaste-concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

«WOW-T=2.7K» OU LA NOTION DE «SIGNAL» ENTRE LES FRÉQUENCES 2.7K DU RÊVE BIG-BANG ET L’HORLOGE BIOLOGIQUE DES PERSONNES HUMAINES

Le commencement de l’infini
David Deutsch
le commencement de l’infini
les explications transforment le monde
éditions cassiny, 2016
extrait p.64

« En plus de la matière et de l’énergie, un autre pré-requis est essentiel, à savoir LE SIGNAL: l’information nécessaire pour tester les théories scientifiques. LA SURFACE DE LA TERRE REGORGE DE SIGNAUX. Il se trouve que nous avons pu tester les lois de Newton au XV11 siècle, et celles d’Einstein au xxe, mais le signal sur lequel nous sommes appuyés pour cela- LA LUMIÈRE VENANT DU CIEL- a inondé la surface de la terre pendant des milliards d’années auparavant, et il continuera de le faire pendant des milliards d’années. Même aujourd’hui, nous avons à peine commencé à examiner ce fait: par une nuit claire, il se peut que le toit de votre maison SOIT BOMBARDÉ PAR DES SIGNAUX VENANT DU CIEL et, si vous saviez seulement QUOI CHERCHER ET COMMENT, ILS VOUS VAUDRAIENT UN PRIX NOBEL.

————-

COMMENTAIRE

Se pourrait-il que la TRICHERIE (wow-t=2.7k) qui ne respecte par ce signal qu’on ne comprend par encore du rêve big bang affecte les mécanismes internes de notre horloge biologique interne? Souvenons-nous de ce que disait la fin de cet article sur le prix Nobel accordé à l’équipe de recherche qui a découvert ces mécanismes de l’horloge biologique

«Tous les êtres vivants sont pourvus d’une horloge biologique interne. Cette horloge permet de synchroniser le corps d’un organisme à son environnement selon un cycle de 24 heures, qu’on nomme le rythme circadien. Cette horloge joue un rôle dans la régulation du sommeil, du comportement, de la sécrétion d’hormones, de la température corporelle et du métabolisme. Une horloge perturbée peut engendrer plusieurs problèmes de santé, comme des problèmes cardiovasculaires et hormonaux, l’obésité, des troubles du sommeil et le cancere horloge biologique?»

sur you tube…. Michel le concierge

 

« WOW-T=2.7K» UNE AXIOMATISATION PARA-INTUITIVE LOGIQUE S’APPUYANT SUR DEUX DÉCOUVERTES HONORÉES PAR DEUX PRIX NOBEL: LA DÉCOUVERTE DES MÉCANISMES DE L’HORLOGE INTERNE DES ÊTRES VIVANTS ET L’AUTRE HONORANT LA DÉTECTION DES ONDES GRAVITATIONNELLES.

Le prix Nobel remis aux découvreurs de l’horloge du vivant

3 octobre 2017 |Miriane Demers-Lemay | Santé

Michael Young sourit à l’annonce de son obtention du prix Nobel de médecine, avec ses collègues Jeffrey Hall et Michael Rosbash, pour ses travaux sur les cycles internes des êtres vivants.

Photo: Seth Wenig Associated press
Michael Young sourit à l’annonce de son obtention du prix Nobel de médecine, avec ses collègues Jeffrey Hall et Michael Rosbash, pour ses travaux sur les cycles internes des êtres vivants.

Les chercheurs américains Jeffrey C. Hall, Michael Rosbash et Michael W. Young ont reçu lundi le prix Nobel de médecine pour leurs travaux sur les mécanismes de l’horloge interne des êtres vivants. Leurs découvertes dans les années 1980 et 1990 permettent aujourd’hui d’aborder une panoplie de problèmes de santé associés au dérèglement de cette horloge.

« Ces chercheurs ont ouvert la porte à la compréhension des processus fondamentaux chez tous les êtres vivants, de la bactérie à l’humain », explique Florent Storch, chercheur spécialisé en neurobiologie moléculaire et en rythmes circadiens à l’Institut Douglas de l’Université McGill.

« La présence d’une horloge interne était observée depuis des siècles », continue-t-il. « Mais avant [les travaux des trois lauréats au Nobel], on ignorait comment cette horloge fonctionnait. »

« Si on comprend comment fonctionnent les rythmes circadiens, on peut développer des manières innovantes de traiter les maladies qui en découlent », opine Diane B. Boivin, directrice du Centre d’étude et de traitement des rythmes circadiens de l’Institut Douglas de l’Université McGill.

Notre corps réagit différemment selon le moment de la journée, d’après cette dernière. De fait, explique-t-elle, l’effet d’un médicament varie selon le moment de la journée durant lequel il est administré. « Pour réduire les effets secondaires des médicaments, un collègue français utilise la chronopharmacologie — qui consiste à doser un médicament selon le moment du jour auquel il est administré », donne-t-elle comme exemple.

« On doit intégrer davantage la composante des rythmes circadiens dans la pratique médicale », ajoute-t-elle. Elle espère que la remise du prix Nobel permettra d’accroître la reconnaissance de l’importance des rythmes circadiens dans le domaine médical, ainsi que l’octroi de plus importantes subventions de recherche dans le domaine.

Une mécanique complexe

Les rythmes circadiens sont connus depuis plusieurs siècles. Au 17e siècle, on observe que les feuilles des mimosas ouvrent le matin, même en absence de lumière — un signe qu’ils possèdent une horloge interne. Mais c’est grâce à la mouche à fruit qu’on découvre, dans les années 1970, que la mutation du gène period provoque la perturbation des rythmes circadiens. Une découverte qui indique que ce gène est impliqué dans le mécanisme de l’horloge interne.

Dans les années 1980, les trois lauréats du Nobel — Jeffrey C. Hall et Michael Rosbash, chercheurs à l’Université Brandeis à Boston, et Michael W. Young, de l’Université Rockefeller à New York — travaillent en collaboration. Ils réussissent à isoler le gène period chez la mouche à fruit.

MM. Hall et Rosbash découvrent que ce gène est responsable de la fabrication de protéines PER. Ces dernières sont produites et accumulées dans les cellules pendant la nuit, pour ensuite être dégradées pendant la journée. Ce sont ces fluctuations des protéines PER qui pulsent le rythme de l’horloge interne.

Les deux chercheurs supposent alors que ces fluctuations sont régulées par la protéine elle-même. Lorsqu’elle est abondante, la protéine bloque l’activité du gène period et, par conséquent, la production de protéines supplémentaires. Une fois les protéines dégradées, le gène serait de nouveau activé, stimulant la production de nouvelles protéines PER.

Toutefois, les chercheurs ignorent comment la protéine, produite dans le cytoplasme de la cellule, réussit à entrer dans le noyau de la cellule pour agir sur le gène period. La question demeure sans réponse jusqu’en 1994, lorsque M. Young découvre qu’il y a au moins une autre pièce au mécanisme de l’horloge : le gène timeless.

Ce gène code pour une autre protéine, qui agit comme une clé permettant l’entrée de la protéine PER dans le noyau de la cellule. Le chercheur identifie également un autre gène qui permet d’ajuster très précisément l’horloge biologique à un cycle de 24 heures.

Si les trois lauréats ont découvert les mécanismes clés de l’horloge biologique, cette dernière n’a pas fini de livrer ses secrets. « Maintenant on sait qu’il n’y a pas qu’une seule horloge impliquée dans les rythmes circadiens, mais plusieurs, observe Mme Boivin. Il reste encore beaucoup de choses à apprendre sur les rythmes circadiens, comme par exemple sur les différences de ces rythmes entre les hommes et les femmes. »

Qu’est-ce que le rythme circadien ?

Tous les êtres vivants sont pourvus d’une horloge biologique interne. Cette horloge permet de synchroniser le corps d’un organisme à son environnement selon un cycle de 24 heures, qu’on nomme le rythme circadien. Cette horloge joue un rôle dans la régulation du sommeil, du comportement, de la sécrétion d’hormones, de la température corporelle et du métabolisme. Une horloge perturbée peut engendrer plusieurs problèmes de santé, comme des problèmes cardiovasculaires et hormonaux, l’obésité, des troubles du sommeil et le cancer

————–

SITE RADIO-CANADA

La détection des ondes gravitationnelles vaut le Nobel de physique à trois Américains

Publié aujourd’hui à 8 h 01 | Mis à jour à 8 h 11

Un ordinateur montre les photos des trois lauréats.
L’annonce de l’attribution du Nobel de physique a été faite mardi matin, à l’Académie royale des Sciences de Stockholm. Photo : Getty Images/JONATHAN NACKSTRAND

Trois astrophysiciens américains, Rainer Weiss, Barry Barish et Kip Thorne, ont reçu mardi le prix Nobel de physique pour « leurs contributions décisives à la conception du détecteur LIGO et à l’observation des ondes gravitationnelles ».

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters

La détection de ces ondes gravitationnelles, qui a permis de confirmer une prédiction faite par Albert Einstein en 1915, « a bouleversé le monde », a souligné le secrétaire général de l’Académie des sciences, Göran Hansson.

« Nous savions que des ondes gravitationnelles existaient, mais c’est la première fois qu’elles ont été observées directement », s’est réjouie Olga Botner, membre du comité de physique Nobel lors d’une conférence de presse.

«C’est quelque chose de complètement nouveau et différent, qui ouvre des mondes inconnus. Une moisson de découvertes attend ceux qui ont réussi à détecter ces ondes et à interpréter leur message.»

— l’Académie Nobel

Les ondes gravitationnelles, des ondulations de l’espace-temps, ont été détectées une première fois le 14 septembre 2015 grâce à l’instrument LIGO (Laser Interferometer Gravitationel-Wave Observatory), composé de deux détecteurs identiques basés en Louisiane et dans l’État de Washington.

L’annonce officielle de la découverte, qui ouvre une nouvelle fenêtre sur la connaissance de l’Univers, avait été faite le 11 février 2016.

Les scientifiques avaient déterminé que les ondes gravitationnelles, détectées dans un écart de 7,1 millisecondes par LIGO, étaient nées il y a 1,3 milliard d’années, pendant la dernière fraction de seconde avant la fusion de deux trous noirs.

Albert Einstein avait avancé dès 1915 que l’espace-temps se courbe en fonction de la distribution de la matière et de l’énergie. Il est localement courbé par une masse; la Terre, par exemple, courbe localement l’espace-temps dans son voisinage.

Si, par surcroît, cette masse bouge, la courbure produite va elle-même se propager sous forme d’ondulation. Lorsqu’elles sont produites par un corps très condensé, comme un trou noir ou une étoile à neutrons, ces ondulations de courbure agitent l’espace et produisent ces ondes gravitationnelles, qui se propagent à la vitesse de la lumière
—-

sur You tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. philosophe-cinéaste-concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

SUR 2.7 K « ET PUISQUE CE RAYONNEMENT S’EST POURSUIVI, PRATIQUEMENT DEPUIS LE BIG BANG, SANS RENCONTRER AUCUN OBSTACLE, IL DOIT VÉHICULER, COMME SI ELLE ÉTAIT IMPRIMÉE EN LUI, UNE INFORMATION SUR LA GÉOMÉTRIE SPATIO-TEMPORELLE DE L’UNIVERS

INVENTER L’UNIVERS
les problèmes de la connaissance et les modèles cosmologiques
Luc Brisson, Walter Meyerstein
P.127
EXTRAIT

tout se passe comme si laTerre et même notre galaxie ÉTAIENT PLONGÉES DANS UN FOUR présentant les propriétés thermiques d’un corps noir de Planck à cette très basse température (2,735…0,06k d’après les meilleures mesures). Ce rayonnement noir est essentiellement constitué de photons ayant une longueur d’onde de l’ordre de 1mm, correspondant À UNE FRÉQUENCE DE MICRO-ONDE.

L’isotropie que présente ce rayonnement noir de fond de ciel EST TOUT À FAIT REMARQUABLE; On l’estime voisine de une sur 10,000. Et puisque ce rayonnement s’est poursuivi, pratiquement depuis le big bang, SANS RENCONTRER AUCUN OBSTACLE, il doit véhiculer, comme si elle était IMPRIMÉE EN LUI, une information SUR LA GÉOMÉTRIE SPATIO-TEMPORELLE de l’univers.

SUR YOU TUBE
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. philosophe-cinéaste-concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

TIMÉE DE PLATNON, 30 B-C « IL FAUT DIRE QUE CE MONDE (…) EST VÉRITABLEMENT UN ÊTRE VIVANT, POURVU D’UNE ÂME ET D’UNE RAISON

Timée de Platon, 30 b-c-

Ayant donc réfléchi, (le demiurge) s’est aperçu que des choses visibles par leur nature (les choses sensibles) ne pourrait jamais sortir un tout (l’univers) dépourvu d’intelligence qui fut PLUS BEAU QU’UN TOUT INTELLIGENT. Et, en outre, que la raison ne peut être en nulle chose SI ON LA SÉPARE DE L’ÂME.

En vertu de ces réflexions, c’est après avoir mis la raison dans l’âme, et l’âme dans le corps (de l’univers) qu’il a façonné le monde, afin d’en faire une œuvre qui fût, par nature, LA PLUS BELLE ET LA MEILLEURE. Ainsi donc, au terme du raisonnement vraisemblable,

IL FAUT DIRE
QUE CE MONDE
EST VRITABLEMENT
UN ÊTRE VIVANT,
POURVU D’UNE ÂME
ET D’UNE RAISON

———-
WIKEPEDIA
LE BRUIT DE FOND COSMOLOGIQUE
2.7K

Le fond diffus cosmologique ou rayonnement diffus cosmologique, ou de plus en plus souvent fond diffus micro-onde ou fond cosmique de micro-ondes1, est le nom donné au rayonnement électromagnétique issu, selon le modèle standard de la cosmologie, de l’époque dense et chaude qu’a connue l’Univers par le passé, le Big Bang. Bien qu’issu d’une époque très chaude, ce rayonnement a été dilué et refroidi par l’expansion de l’Univers et possède désormais une température très basse de 2,728 K (−270,424 °C). Le domaine de longueur d’onde dans lequel il se situe est celui des micro-ondes, entre l’infrarouge et les ondes radio. Plus précisément, son spectre présente un maximum d’émission à la fréquence de 160 GHz ou à la longueur d’onde de 1,063 mm (conformément à la loi du déplacement de Wien).

Le fond diffus cosmologique est une conséquence des scénarios des théories de Big Bang et son existence a été prédite dans ce cadre-là. Sa prédiction remonte à la fin des années 1940, par Ralph Alpher, Robert Herman et George Gamow. Sa découverte, quelque peu fortuite, a été l’œuvre de deux chercheurs des laboratoires de Bell, Arno Allan Penzias et Robert Woodrow Wilson, en 1964. Tous deux ont été récompensés du prix Nobel de physique en 1978.

En 2010, le fond diffus cosmologique est un sujet de recherche extrêmement actif du fait qu’il donne un aperçu de l’Univers tel qu’il était très peu de temps après le Big Bang (environ 380 000 ans plus tard). En particulier, ce rayonnement présente d’infimes variations de température et d’intensité selon la direction, qui permettent d’obtenir quantité d’informations sur l’Univers jeune et sur son contenu actuel. Les premières fluctuations de température du fond diffus cosmologique ont été mises en évidence par le satellite artificiel Cosmic Background Explorer en 1992 et ont valu au responsable de l’instrument ayant permis cette découverte, George Fitzgerald Smoot le Prix Nobel de physique 2006, qu’il partagea avec le responsable d’un autre instrument du satellite, John C. Mather.

Ce faible rayonnement est aussi connu sous le nom de « rayonnement fossile » ou « rayonnement à 3 K » (en référence à sa température). Aucune de ces expressions ne correspond exactement à la traduction de l’anglais Cosmic Microwave Background Radiation (CMBR) ou désormais Cosmic Microwave Background (CMB), littéralement « (rayonnement) micro-onde de fond cosmique »). En français, le sigle le plus couramment utilisé pour le désigner est CMB ; on trouve également CMBR et le sigle français FDC (plus rarement).

En 1964, les radio-astronomes Penzias et Wilson, des laboratoires de la compagnie Bell Telephone, disposent d’une antenne qui servait initialement à la communication avec les satellites Echo puis Telstar 1. Ils souhaitaient transformer cette antenne en radio-télescope pour mesurer le rayonnement dans le domaine radio de la Voie lactée. Pour ce faire, ils avaient besoin d’étalonner correctement l’antenne, et en particulier de connaître le bruit de fond généré par celle-ci ainsi que par l’atmosphère terrestre. Ils découvrent ainsi accidentellement un bruit supplémentaire d’origine inconnue au cours d’observations faites sur la longueur d’onde 7,35 cm. Ce bruit, converti en température d’antenne, correspondait à une température du ciel de 2,7 K, ne présentait pas de variations saisonnières, et ses éventuelles fluctuations en fonction de la direction ne dépassaient pas 10 %. Il ne pouvait donc s’agir du signal émis par la Voie lactée qu’ils cherchaient à découvrir.

Penzias et Wilson ne connaissaient pas les travaux des cosmologistes de leur époque, et c’est presque par hasard qu’ils les découvrent. Penzias mentionne fortuitement sa découverte au radio-astronome Bernie Burke, qui lui dit savoir de Ken Turner que James Peebles a prédit l’existence d’un rayonnement de quelques kelvins, et qu’une équipe composée de Dicke, Roll et Wilkinson de l’université de Princeton est en train de construire une antenne pour le détecter. Penzias prend alors contact avec Dicke pour lui faire part de ses résultats. Ils décident alors de publier conjointement deux articles, l’un signé de Penzias et Wilson décrivant la découverte du fond diffus cosmologique, l’autre signé par Peebles et l’équipe de Dicke en décrivant les conséquences cosmologiques. L’histoire raconte que lorsque Dicke apprit la découverte de Penzias, il dit à ses collaborateurs une phrase restée célèbre : Well boys, we have been scooped (litt. « Bon, les gars, nous nous sommes faits devancer » ). On ne sait pas bien si ces derniers auraient pu effectivement détecter ce rayonnement avec les moyens dont ils disposaient mais cela semble probable. Ils ont en tout cas détecté le fond diffus cosmologique à la longueur d’onde de 3 cm2 dans le courant de l’année 1965.

Penzias et Wilson recevront chacun un quart du prix Nobel de physique 1978 pour leur découverte.

Il a parfois été dit que les publications conjointes de Penzias et Wilson et de l’équipe de Dicke résultaient d’une tentative de ces derniers d’acquérir le bénéfice de la découverte et obtenir le Prix Nobel. Cela semble peu probable, Penzias et Wilson ayant déclaré par la suite qu’ils préféraient publier leur mesure à part, au motif « que leur mesure était exacte, alors que l’interprétation de Peebles n’était qu’une interprétation qui pourrait se révéler fausse.» En fait, Wilson était même à l’époque partisan de la théorie de l’état stationnaire, il était donc, sans doute, réticent.

C’est à George Gamow que l’on attribue la prédiction du fond diffus cosmologique. Gamow a effectivement prédit l’existence d’un rayonnement issu du Big Bang, mais n’en avait pas prédit le spectre de corps noir. Cette attribution est toutefois remise en cause en 2014 dans une série de communications3 par Victor S. Alpher, le fils de Ralph, co-auteur du fameux article souvent cité, où il affirme que le rôle de Ralph A Alpher dans la prédiction du rayonnement fossile a été longtemps minimisé à cause de l’influence et de la place prépondérante de Gamow en matière de cosmologie de l’époque. C’est A. G. Dorochkevitch et I. D. Novikov qui, en 1964, sont les premiers à prédire que le spectre du rayonnement doit être celui d’un corps noir et donc situé dans le domaine micro-onde. Ces auteurs vont même jusqu’à citer l’antenne des laboratoires Bell comme le meilleur outil pour détecter ce rayonnement. En 1961, E. A. Ohm avait rédigé un rapport interne décrivant les performances de cette antenne. Mais, se basant sur ce rapport, Dorochkevitch et Novikov concluront que ce rayonnement n’a pas été observé. Il s’agissait cependant d’une erreur d’interprétation de leur part : le rapport de Ohm mentionnait une quantité T s k y {\displaystyle T_{\rm {sky}}} T_{{{\rm {sky}}}}, mesurée à 2,3 K, représentant la contribution de l’atmosphère terrestre. Dorochkevitch et Novikov semblent avoir interprété cette quantité comme la somme de la contribution atmosphérique et du fond du ciel. La température de 2,3 K correspondant à la contribution atmosphérique telle qu’elle était estimée à l’époque, ils ont alors conclu que la contribution du fond ciel devait être limitée à une fraction de 2,3 K, en désaccord avec les prédictions de Gamow.

Le fond diffus cosmologique apparaît comme un corps noir parfait dans la limite de la précision des instruments de mesure. Sa température a été mesurée à la fin de 1989 par le satellite COBE à 2,728±0,002 K, l’incertitude venant de la difficulté de calibrer précisément un corps noir de référence embarqué sur le satellite. Le maximum d’énergie est rayonné à une fréquence proche de 160 GHz (sa densité spectrale d’énergie possède son maximum à la longueur d’onde de 1,063 mm, domaine des micro-ondes et à la limite avec le domaine des infra-rouges).

Si la température absolue n’est déterminée qu’avec une précision de 0,1 %, la forme du fond, et sa concordance avec celui d’un corps noir, sont déterminées avec une précision bien plus grande. C’est l’instrument FIRAS (acronyme anglais de Far InfraRed Absolute Spectrophotometer), monté à bord du satellite COBE qui a déterminé le plus précisément cette température et quantifié l’absence d’écart entre le spectre observé et celui d’un corps noir4.

Du fait du déplacement de la Terre dans le Système solaire, et plus généralement du déplacement de ce dernier par rapport à la surface d’émission du fond diffus cosmologique, la température du fond diffus cosmologique présente une variation en fonction de la direction, conséquence d’un simple effet Doppler. Si l’on enlève la contribution due au mouvement de la Terre autour du Soleil, alors l’amplitude du dipôle observé est de 3,358±0,001 mK, correspondant à une vitesse du Soleil de 369 km/s de celui-ci par rapport à la zone d’émission du rayonnement. La direction de ce dipôle est, en coordonnées galactiques, l=264,31°±0,20°, b=48,05°±0,11°, soit 11 h 11 min 57 s ±23 s et -7,22° ±0,08° en termes d’ascension droite et de déclinaison. Cette direction est quasiment opposée à celle de l’apex solaire, c’est-à-dire à l’opposé de la direction vers laquelle se déplace le Soleil au sein de la Voie lactée. En tenant compte du déplacement du Soleil au sein de la Voie lactée, on calcule le dipôle du fond diffus cosmologique par rapport à la Voie Lactée. Sa direction est peu modifiée, l=276°±3°, b=30°±2° mais son amplitude augmente significativement du fait de la vitesse du Soleil par rapport au centre galactique, pour atteindre 5,70 mK, correspondant à une vitesse de 627 km/s.

Cet ordre de grandeur de vitesse est typique de la dispersion de vitesse que l’on observe dans les amas de galaxies, ce qui renforce l’interprétation du dipôle comme étant dû à un effet cinématique local. Il reste cependant difficile d’en être certain car la zone du dipôle est très proche du plan galactique et, de ce fait, il est difficile d’y cartographier toutes les concentrations de masses qui expliqueraient pourquoi la Voie Lactée se dirige dans cette direction. Cette direction reste relativement proche (45°) du Grand Attracteur et également proche de plusieurs autres concentrations de matière proche du Groupe local (moins de 30 Mpc), en particulier les amas de l’Hydre et de la Machine Pneumatique.

Une question cruciale est de savoir (voir ci-dessous) si ce rayonnement est un rayonnement de corps noir ou pas. Dans l’univers primordial, les interactions entre matière baryonique et photons ont permis à ces derniers d’être thermalisés, c’est-à-dire à acquérir un spectre de corps noir. Cependant, à mesure que l’univers se dilate et se refroidit, les interactions entre matière et photons diminuent et l’équilibre thermique n’est plus assuré. Les photons peuvent donc conserver un spectre de corps noir, mais celui-ci peut être détruit en cas de phénomène qui produirait de l’énergie sous forme de rayonnement électromagnétique (du fait de la désintégration de particules instables, par exemple). La présence ou non de distorsions au corps noir dans le fond diffus cosmologique permet donc de contraindre tous les phénomènes injectant de l’énergie sous forme de rayonnement.
•Une injection d’énergie à une époque tardive (z ≤ 105) se traduit par un dépeuplement des basses fréquences au profit des hautes fréquences (effet Compton y).
•Une injection d’énergie à des époques plus anciennes (105 ≤ z ≤ 107) se traduit par une transformation d’un spectre de corps noir en spectre de Bose-Einstein), c’est-à-dire un potentiel chimique non nul pour les photons.
•Des interactions entre le rayonnement et la matière chaude intergalactique à des époques beaucoup plus récentes (z ≤ 103) peuvent également déformer le spectre (distorsion free-free).

Aucune de ces distorsions n’a, pour l’heure, été détectée avec des limites supérieures très contraignantes sur la plupart d’entre elles.

Améliorations successives des observations des anisotropies (ou fluctuations) du fond diffus cosmologique. De haut en bas : (i) découverte du fond diffus cosmologique en 1964, qui apparaît parfaitement uniforme (à d’éventuelles contributions d’avant-plan dues à la Voie Lactée près), (ii) carte des anisotropies dressée par le satellite artificiel COBE, (iii) cartes des anisotropies dressée par le satellite WMAP.
Les modèles cosmologiques sont basés sur l’idée que l’Univers était par le passé extrêmement homogène et que les structures que l’on observe (galaxies, amas, superamas) se sont peu à peu formées par le mécanisme d’instabilité gravitationnelle (ou instabilité de Jeans). Pour que ce mécanisme opère, il faut cependant qu’il y ait de petites fluctuations de densité dans l’univers primordial. On prédit donc que ces fluctuations de densité se retrouvent sous la forme de fluctuation de température dans le fond diffus cosmologique. Inversement, la détection et la compréhension fine de ces fluctuations nous renseignent sur l’état de l’Univers au moment où il a émis ce rayonnement, ainsi que sur divers processus s’étant déroulés avant et après cette époque. L’étude de ces fluctuations représente à l’heure actuelle (2006) le principal outil pour la cosmologie.

Les fluctuations du fond diffus cosmologique ont été détectées pour la première fois par le satellite de la NASA COBE en 1992. Un grand nombre d’expériences au sol, dans des ballons stratosphériques, ont été effectuées depuis dans le but d’améliorer la qualité des observations. Les expériences les plus marquantes ont été BOOMERanG et Archeops. En 2001, la NASA a lancé un second satellite, WMAP qui a considérablement amélioré la qualité des observations, et distingué un point froid. Le 14 mai 2009, l’Agence spatiale européenne a lancé le satellite Planck de Kourou par une Ariane 5 ECA, en vue d’améliorer encore les données grâce à ses instruments HFI (High Frequency Instrument) et LFI (Low Frequency Instrument).

L’univers primordial, extrêmement dense et chaud était en état d’équilibre thermique, où l’énergie moyenne des particules de matière, quelle que soit leur nature, et celle du rayonnement est comparable. Les lois de la physique sont en mesure de déterminer la distribution en énergie des particules composant la lumière, les photons. Leur distribution suit une loi qui fut pour la première fois énoncée par le physicien allemand Max Planck en 1900 et porte le nom de corps noir.

Tant que la température de l’univers était plus élevée que la température d’ionisation de l’hydrogène (soit de l’ordre de la dizaine d’électron-volts), les photons étaient continuellement en interaction avec la matière qui absorbait ou émettait de la lumière, ou la diffusait comme dans un brouillard : l’univers se comportait comme un plasma. Le libre parcours moyen des photons était alors très court et ces photons n’ont pas pu nous parvenir directement.

L’expansion de l’Univers a ensuite considérablement abaissé cette température, si bien que ces réactions sont devenues de plus en plus rares, au point que les photons n’interagissent plus avec les autres particules : c’est le découplage du rayonnement. Les photons ont alors été figés à la température de l’univers à cette époque, en suivant une distribution de corps noir. L’univers étant toujours en expansion, cette température a continué à diminuer du fait de l’allongement de la longueur d’onde de ces photons provoqué par la dilatation de l’univers, tout en conservant une distribution de corps noir en raison de l’invariance relativiste du nombre d’occupation[réf. souhaitée] ( e h ν k T − 1 ) − 1 {\displaystyle \left(e^{\frac {h\nu }{kT}}-1\right)^{-1}} {\displaystyle \left(e^{\frac {h\nu }{kT}}-1\right)^{-1}}, ce qui implique un rapport ν / T {\displaystyle \nu /T} {\displaystyle \nu /T} constant. Les photons sont ainsi passés du domaine des rayons X hautement énergétiques vers le domaine des micro-ondes dans lequel ils sont observés aujourd’hui.

Le fond observé aujourd’hui, correspond donc à ce qui est appelé surface de dernière diffusion, au moment où l’Univers s’est suffisamment refroidi pour que la matière sorte de l’état de plasma et que le libre parcours moyen des photons devienne suffisamment grand (ce qui revient à dire que l’Univers devienne transparent), pour qu’ils puissent traverser les distances considérables nécessaires pour être observés de nos jours.

Le scénario du Big Bang explique pourquoi nous pouvons observer le FDC aujourd’hui, alors que le passage de l’univers à la transparence est un événement temporellement ponctuel. Comment se fait-il que les photons du FDC atteignent la Terre précisément aujourd’hui afin que nous puissions les observer ?

L’explication est que les photons du FDC sont présents en tout point de l’Univers primordial et que celui-ci, bien que plus dense que l’Univers actuel, était également très étendu spatialement (la question de savoir si l’univers, est ou n’est pas, spatialement infini n’est pas encore résolue à l’heure actuelle). Dans ces conditions, il existe toujours, centrée autour de notre planète, une sphère où des photons FDC ont été diffusés à l’époque de la transparence. C’est pourquoi le rayonnement FDC a toujours été, et sera toujours, observable.

Une image peut être utile pour comprendre cela. Imaginons-nous au centre d’une foule immense; et que cette foule entière pousse un grand cri, en même temps à un instant donné. Il sera alors toujours possible d’entendre ce cri : à chaque instant nous entendrions le son provenant d’un cercle de personnes, de plus en plus éloignées, dont nous serions le centre et dont le rayon correspondrait au temps nécessaire pour que le son parvienne à nos oreilles multiplié par la vitesse du son dans l’air.

La température du fond diffus cosmologique est très uniforme : elle est la même dans toutes les directions à une précision de 0,001 degré près. Cependant, si l’on observe le fond diffus cosmologique avec une très grande précision, d’infimes écarts de température apparaissent, dont l’amplitude est de l’ordre du cent-millième de degré (0,00001 degré). Ces différences de température en fonction de la direction d’observation sont appelées fluctuations ou anisotropies du fond diffus cosmologique. L’étude de ces anisotropies est un des sujets d’étude les plus actifs de toute la cosmologie car elle révèle divers aspects de la physique à l’œuvre dans l’univers primordial. En effet, ces variations spatiales de température sont liées à des variations dans la densité de la distribution de matière. En elle-même, l’existence de telles fluctuations de densité n’est pas surprenante : la répartition de la matière dans l’univers n’est aujourd’hui pas du tout uniforme, la structure à grande échelle de l’univers révélant des zones quasiment vides de matière et d’autres, principalement en forme de filaments où se concentrent les galaxies. Or cette différenciation de la répartition de matière résulte de l’action de la gravité, qui a tendance à accentuer l’hétérogénéité de la distribution de matière via un mécanisme appelé instabilité de Jeans. Ainsi, il est normal que dès les premières centaines de milliers d’années après le Big Bang, des fluctuations de densité aient été présentes dans l’univers : sans celles-ci, l’univers n’aurait pu évoluer jusqu’à former aujourd’hui les galaxies avec leur répartition spatiale.

En l’absence d’un canal hertzien, les téléviseurs analogiques affichent un écran blanc ponctué erratiquement de points noirs, « la neige ». Cette neige est composée dans un faible pourcentage5 – de l’ordre du pour cent6 – de signaux issus du fond diffus. L’appareil capte des photons de la surface de dernière diffusion et en établit une représentation visuelle7.

—–
SUR YOU TUBE
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. philosophe-cinéaste-concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

TIMÉE DE PLATON 54 A-B « ET SI QUELQU’UN POUVAIT DÉCOUVRIR ET DÉSIGNER UN AUTRE MODÈLE DE CETTE SORTE QUI FÛT PLUS BEAU ENCORE, QU’IL REMPORTE LE PRIX: NOUS VERRONS EN LUI NON UN ADVERSAIRE, MAIS UN ALLIÉ.»

ALBERT EINSTEIN
œuvres choisies 4
correspondance française
Parie, 1989

«CETTE PROCÉDURE, à y regarder de près, appartient elle aussi à LA SPHÈRE EXTRA-LOGIQUE (INTUITIVE) parce que les relations des concepts intervenant dans le S avec les expériences vécues dans le E, NE SONT PAS DE NATURE LOGIQUE. (…) LA QUINTESCENCE, c’est le rapport d’interdépendance éternellement problématique DE TOUT LE PENSÉ AVEC LE VÉCU.

——–
LUC BRISSON ET F.WALTER MEYERSTEIN
INVENTER L’UNIVERS
O,8
EXTRAIT

Or, entre ces deux mondes, le monde matériel du changement et du devenir et celui DES FORMES IMMUABLES, le monde de l’être et des théories mathématiques, IL N’EXISTE AUCUN RAPPORT LOGIQUE;

ENTRE CES DEUX SPHÈRES
GIT UN
HIATUS IRRATIONALIS.

——–

Publié le 01 octobre 2017 à 10h17 | Mis à jour à 10h17

Intelligence artificielle: Montréal a besoin de champions locaux, dit un expert

Yoshua Bengio, directeur de l’Institut des algorithmes d’apprentissage de… (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Yoshua Bengio, directeur de l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal (MILA) de l’Université de Montréal.

Célébrer les investissements des grandes entreprises multinationales ne suffira pas à implanter durablement le secteur de l’intelligence artificielle à Montréal. Il faudra aussi trouver des champions locaux, affirme l’un des plus grands spécialistes du domaine, Yoshua Bengio.

Le Canada et plus particulièrement Montréal sont des plaques tournantes de la recherche en apprentissage profond, un domaine qui pourrait trouver diverses applications dans des domaines aussi variés que la médecine ou les véhicules autonomes.

Après Google, Microsoft et Samsung, Facebook est le dernier géant de la Silicon Valley à s’installer à Montréal. L’entreprise a annoncé le 15 septembre qu’elle ouvrira un nouveau laboratoire de recherche en intelligence artificielle et investira plus de 7 millions US à Montréal.

Selon M. Bengio, qui est le directeur de l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal (MILA) de l’Université de Montréal, d’autres annonces semblables sont à prévoir.

Il croit que la réputation du Canada dans le domaine de l’intelligence artificielle est renforcée par sa capacité à attirer les meilleurs chercheurs mondiaux en raison des liens entre la recherche universitaire et l’innovation.

——–

Compiler les sondages pour prédire la tendance

Publié le vendredi 29 septembre 2017 à 16 h 07 | Mis à jour aujourd’hui à 6 h

Leur mission : prédire le plus précisément possible le résultat des élections. Leur place est grandissante dans la stratégie électorale. À un an des élections provinciales au Québec, ils ont déjà des prédictions.

Un texte de Mathieu Gohier, des Coulisses du pouvoir

Ils s’appellent Qc125, Too Close to Call ou encore ThreeHundredEight, et ils ont changé la façon dont on se sert des sondages. À l’aide d’algorithmes et de calculs complexes, les auteurs de ces blogues compilent les données de tous les coups de sonde publiés dans les grands médias et s’en servent pour faire des projections dans chacune des circonscriptions.

Pionnier dans ce domaine au pays, Eric Grenier a fondé ThreeHundredEight il y a près de 10 ans. Son travail a suscité tellement d’intérêt dans divers médias qu’il est aujourd’hui analyste de sondages à temps plein à la CBC.

«Il est possible de prédire avec une certaine précision combien de sièges un sondage, ou une moyenne de sondages, est capable de donner à chaque parti.»

— Eric Grenier

L’analyste de sondages pour la CBC Eric Grenier
L’analyste de sondages pour la CBC Eric Grenier Photo : Radio-Canada

Pour lui, l’analyse poussée des sondages permet une objectivité. « Il y avait plus de vérité dans les chiffres que dans la politique qu’on voit chaque jour avec la partisanerie », plaide l’analyste.

C’est cette même passion pour les chiffres qui a poussé Philippe J. Fournier à fonder Qc125, mais son parcours est bien différent. Astrophysicien et professeur au Cégep Saint-Laurent, à Montréal, il développait initialement un simulateur d’effondrement d’étoiles. Un outil de sciences pures devenu de fil en aiguille un algorithme d’analyses de sondages politiques.

« En discutant avec des collègues, on m’a demandé si j’étais capable d’appliquer ça avec les sciences sociales, avec les mouvements démographiques. C’était comme un défi », répond le professeur.

Ce qu’Eric Grenier et Philippe J. Fournier cherchent, ce sont des tendances et des mouvements dans l’électorat qui seraient décelés à travers une multitude de sondages.

«L’idée, c’est de ne pas donner trop d’importance à un sondage unique, mais de regarder quel va être le mouvement d’un sondage à l’autre.»

— Philippe J. Fournier

Chaque projecteur de sondage travaille avec un modèle de calculs unique et protège jalousement l’algorithme qu’ils ont parfois mis des mois à perfectionner. Ce qui ne les empêche pas de se mesurer entre eux, avoue Eric Grenier.

« Je regarde souvent les autres sites, juste de regarder le travail qu’ils font pour comparer ma performance à eux. Il y a des élections où les autres sites ont fait mieux que moi et des élections où moi j’ai fait mieux que les autres », ajoute-t-il.

Politiciens aux aguets

Les projections électorales qu’ils produisent suscitent leur lot d’intérêt, ces projecteurs comptent des milliers d’abonnés sur les réseaux sociaux, mais les mordus de politiques et de chiffres ne sont toutefois pas les seuls à consulter leurs projections.

« J’ai lancé officiellement Qc125 en janvier dernier; dès février, j’avais plusieurs députés, certains ministres qui me suivaient et m’envoyaient des messages me posaient des questions pour savoir si j’étais sérieux », relate Philippe J. Fournier.

Fondateur de Qc125, Philippe J. Fournier est professeur au Cégep de Saint-Laurent.
Fondateur de Qc125, Philippe J. Fournier est professeur au Cégep de Saint-Laurent. Photo : Radio-Canada

Un intérêt de la classe politique pour les projecteurs de sondage que confirme Claude Villeneuve, ancien stratège et rédacteur de discours pour Pauline Marois, qui est aujourd’hui chroniqueur au Journal de Québec.

Les partis politiques, qui produisent des sondages et des analyses internes, utilisent les projecteurs indépendants comme des baromètres. « On va interagir avec eux, on va comparer avec eux qu’est-ce qui différencie le modèle de projection d’un autre pour savoir comment on peut se placer, que ce soit Qc125 ou Too Close Too Call », indique M. Villeneuve.

Des données essentielles

Dans des campagnes électorales où chaque avantage est exploité, les données et les statistiques sont devenues des incontournables pour les organisations politiques.

«C’est rendu à peu près impossible de gagner une élection sans utiliser ce qu’on appelle en anglais le big data, les données très détaillées sur les électeurs.»

— Claude Villeneuve

Si l’utilisation de données pointues est devenue la norme sur la scène fédérale, l’ancien conseiller péquiste souligne que les partis politiques au Québec ont mis un peu plus de temps avant de les utiliser. Une question de coûts élevés, mais pas uniquement.

« Il y a aussi une question de culture. Vous savez, dans certains partis, on valorise le travail militant fait par des dames qui vont faire des appels le soir et qui parlent à chacun des électeurs un par un », explique-t-il. Impossible pour les partis politiques québécois d’aspirer sérieusement à la victoire aux élections de 2018 sans l’utilisation de ces données ajoute Claude Villeneuve.

Preuve que les projecteurs de sondages sont pris au sérieux, le créateur de Qc125 affirme avoir reçu des offres pour vendre son algorithme. « J’ai refusé pour la simple et bonne raison que, si je le laisse partir, il ne m’appartient plus et j’ai tellement de plaisir avec ce programme-là », confie Philippe J. Fournier.

Si la tendance se maintient…

À un an du scrutin, Eric Grenier et Philippe J. Fournier font la même lecture du portrait électoral québécois.

« Avec les sondages qu’on voit maintenant, c’est certainement un gouvernement minoritaire, mais ça peut changer dans les 12 mois qui s’en viennent », analyse Eric Grenier.

« À moins d’une énorme vague, présentement, on ne se dirige pas vers un gouvernement majoritaire au Québec », renchérit Philippe J. Fournier.

Si tout peut encore changer d’ici les élections, l’intérêt de la classe politique pour les projections, lui, restera aussi fort, conclut le fondateur de ThreeHundredEight. « C’est vrai qu’il y a beaucoup de politiciens qui disent qu’ils ne regardent pas les sondages, mais, dans les couloirs, c’est clair que ce n’est pas le cas. »

———–
sur you tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. philosophe-cinéaste-concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

«ON EST EN PHILOSOPHIE-SOCIO-POLITIQUE ET ON DÉVELOPPE UN ARGUMENTAIRE AXIOMATIQUE EN NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE» DIXIT MICHEL LE PHILOSOPHE-CINÉASTE-CONCIERGE

Ce matin,lLe conseil d’administration de la créativité de notre équipe de recherche  (Auld, Woodard, Rochette) fut d’une richesse intellectuelle fascinante.

Je dois dire que, quand je suis rentré hier soir après une épuisante journée de lecture analogique en physique quantique, je croyais Michel et Marlene déjà partis à leur propriété secondaire à Grande-îles.

Dans ce temps-là, mon réflexe est toujours le même.

J’ai tellement horreur de leur absence que pour ne pas habiter le rapport «carcasse axiologique» de l’axiomatique des étants que constitue la hiérarchie des objets (dans le sens de Walter Benjamin) que je préfère dans la noirceur retrouver mon plancher de la salle de couture pour continuer à inventer des concepts tout en dormant.

Quelle ne fut pas ma surprise ce matin de retrouver Michel et Marlene qui m’attendaient dans le salon avec un bon café pour notre conseil d’administration de la créativité hebdomadaire.

Cela m’a permis, dans un premier temps, de creuser tout le nouvel axiomatique relié à des notions en mode de conceptualisation (le tout relié bien sur à la quatrième grandeur que constitue le rêve big-bang comme attracteur étrange nano-cosmologique faisant suite aux trois grandeurs déjà institutionnalisées par l’histoire de la pensée scientifique (la matière, l’énergie et l’information) le tout dans une première approche méta-intuitive logique einsteinienne en signalant 10 pistes intuitives tout en  interrogeant des attributs essentiels architecturés en toile d’araignée glossairique.

Ca fait tellement d’années que Marlene, Michel et moi travaillons ensemble que la définition de nos rôles respectifs peut prendre cette année prend un envol somptueusement harmonieux.

Pierrot
est le chercheur de l’équipe qui vit dans l’anonymat de son monastère ascétique. Son objectif est de nano-théoriser en vue d’intéresser une fondation À DES RECHERCHES EN nano-citoyenneté-planétaire RÉUNISSANT ET RÉSEAUTAIREMENT PLANÉTAIREMENT  une multi-contextualité de chercheurs algorithmiques nano-quantiques DE DIFFÉRENTES SPÉCIALITÉS  dans le but d’ ouvrir un nouveau champ d’expérimentation, soit celui de la quatrième grandeur nano-quantique, LE RÊVE BIG-BANG COMME ATTRACTEUR ÉTRANGE ET DE LA NANO-COSMOLOGIE PRÉCÉDANT LE BRUIT DE FOND COSMIQUE (2.7K) RELIÉ À TOUTE NANO-VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART PAR L’INVENTION D’UNE NOUVELLE FONCTION ALGORITHMIQUE DE LA NON-TRICHERIE COMME VECTEUR DU MESSAGE SÉMANTIQUE VERSUS LE BRUIT DE FOND BROUILLÉ PAR LA TRICHERIE.

Michel
est le programmeur-communicateur
dont l’esprit de synthèse lui permet de maîtriser les quatre questions de la vie personnelle œuvre d’art dans une œuvre documentaire discours (fondement de son archétype hologrammique modèle par sa condition humaine de la condition humaine de la nouvelle multitude) reliée à l’invention planétaire du téléphone intelligent et de ses applications. Pour Michel
le nouveau programme sur lequel il travaille s’appelle LE PAYS OEUVRE D’ART ?… dont le premier concept est L’INVITATION À LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART ?… fondant ainsi une proposition appelée LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE.

Pour Marlene
son oreille fonctionne au WOW.
elle est comme l’arbitre du gros bon sens
avec un doigté absolument remarquable.il est rare qu’une personne si brillante manie la parole avec un minimalisme
si indicateur D’OBJECTIF À NE PAS RATER
en cours de route. Le faiT qu’elle soit professeur depuis tellement d’années nous sert à merveille.

————

Et comme dit Michel
si une note est un concept effectif
un accord un concept constructif
et la beauté musicale un concept prospectif

notre équipe de recherche (Auld-Woodard-Rochette) vise
À FAIRE DE LA MUSIQUE SOCIO-POLITIQUE
AVEC LES NOTES
ET LES ACCORDS
DE LA MUSIQUE
EN NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE
PAR UN PROGRAMME INTITULÉ
«PAYS OEUVRE D’ART ?…»

sur you tube
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. philosophe-cinéaste-concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

INTUITION 10: PARCE QUE LA NOTION ABSTRAITE DE LA NON-TRICHERIE FAIT L’OBJET D’UNE DÉFINITION SÉQUENTIELLE, ONDULEUSE ET VECTRICE D’UN PASSAGE AU TRAVERS DU 2.7K, BRUIT DE FOND HARMONIEUX DU RÊVE BIG BANG DE L’UNIVERS, CETTE NOTION ABSTRAITE DEVIENT UN CONCEPT FONDATEUR QUI SE PLACE AU CENTRE D’UN ÉDIFICE THÉORIQUE MÉTA-INTUITIF NANO-CITOYEN-PLANÉTAIRE

Axiomatiser, c’est préciser les réquisits formels qu’on exige d’un concept. Contrairement à la théorie de l’information de Shannon, le bruit de fond du big bang de l’univers (2.7k) est d’une nature platonicienne à ce point harmonieuse que le brouillage entre le rêve de la nano-personne-humaine planétaire et celui du big bang ne peut qu’être que la résultante DE LA TRICHERIE DE LA PERSONNE RÊVEUSE.

En ce sens, le concept de non-tricherie permet à la vie personnelle œuvre d’art de surfer à l’horizon du bruit de fond cosmologique et d’approcher ontolologiquement l’énigme même de la création big bang de l,univers (le fil d’or des mystiques de tous les temps dans des langues métaphoriques, analogiques ou dogmatiques tentent de témoigner du même phénomène) ( Le cantique des cantiques serait en ce sens le code nano-quantique de la non-tricherie universelle entre la nature humaine non tricheuse et le rêve big bang non-tricheur).

MAIS
LE CONCEPT DELA BEAUTÉ DU MONDE
ÉTANT PROSPECTIF

il faut quand même demeurer prudent. La méthode analogique ou même métaphorique d’exploration conceptuelle doit viser à une quantification soit logique, soit mathématique, soit logarithmique., la propédeutique de ce texte ne témoignant que d’une para-intuition logique (Einstein)

———–

Il ne s’agit pas ici « d’un emprunt conceptuel qui vise la persuasion où «il cherche ailleurs dans un savoir reconnu ou chez un ancêtre prestigieux l’éclat d’une caution ou la sécurité d’un argument validé par la cité savante». (C. Blanckaert «variations sur le darwinisme- épistémologie et transfert lexical, 1988 p.9-47) La citation de C. Ménard «la machine et le cœur»

sur you tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. philosophe-cinéaste-concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond