MÉMOIRES DE L’HARMONIE DE LA TUQUE… PAR PAUL-EMILE BOURASSA

Paul-Emile Bourassa a publié un magnifique livre de 650 pages sur l’historique de l’harmonie de La Tuque dont la fondation remonte à 1915 et l’on peut y voir de nombreuses photographies de mon grand-père Lucien, mon père Roger et de mon oncle Paulo, de notre passage à la place des arts en 1963 et même des photos du groupe Les Contretemps à notre retour du Japon à un spectacle pour l’harmonie de La Tuque je crois…. le tout est en vente chez E Bay..

p.s.
j’oublie souvent de dire que dans l’orchestre de mon grand-père, il y avait 4 enfants… mon père Roger, 5 ans à la mandoline, mon oncle Paulo, ma tante Dine et ma tante Micheline, la seule encore vivante qui rside encoreà La Tuque à plus de 85 ans….

———-

Prix

30,00 $
Adresse
Saint-Basile-le-Grand, QC J3N1G2

Afficher la carte

——————————————————————————–
À vendre par
Particulier

——————————————————————————–
Mémoires de l’harmonie de La Tuque. 1997. Édition limitée à compte d’auteur, no 92, autographié par l’auteur Paul-Émile Bourassa, 650 pages. Abondamment illustré. Rare. 30$

—–

sur Google
Pierrot Vagabond

www.lepaysoeuvredart.ca
Michel le concierge

QUEL ÉTAIT LE RÊVE DE MON GRAND-PÈRE LUCIEN, DE MON PÈRE ROGER ET MON ONCLE PAULO…. LE MÊME QUELE MIEN… LE DROIT UNIVERSEL À UNE ERRANCE POÉTIQUE PAR LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART

Il y a trois sortes d’errances… l’errance fantômatique (les sans-papiers du monde entier par exemple), l’errance axiologique (ceux ou celles qui se battent pour une cause contre une cause, exemple Trump contre Clinton) et l’errance poétique ( ceux et celles pour qui les malheurs de la vie ne sont qu’une gare où le bonheur de vivre fait le plein dans la marche vers son rêve épique).

Dans tous mes vagabondages poétiques, je n’ai trouvé qu’un seul environnement de nature poétique qui ressemblait à la ville de La Tuque où je suis né, et c’est Caraquet au Nouveau-Brunswick…

Oui Caraquet… Ce village cité comme le plus long du monde dans un dictionnaire était habité entre deux extrémités… par  les purs à un bout (les religieux avec un lieu de pèlerinage) et les impurs à l’autre bout (lieu des marins du monde entier vivant de la pêche).

Oui Caraquet… Dans un milieu presqu’uniquement catholique, le ciel d’un côté, le purgatoire dans le milieu et l’enfer à l’autre bout… le seul errant poétique possible était celui ou celle qui le marchait comme Ulysse dans l’iliade sans se faire endoctriner autant par les esclaves du spirituel que par les esclaves du materiel. Juste le temps de prendre un café chez Tim Horton, de dormir sous la galerie du musée local les jours de pluie et de s’enfouir entre les mouettes et les vagues dans l’intemporalité de l’errance heureuse…

Je peux dire que La Tuque du temps de la jeunesse de mon grand-père Lucien, était divisé par une voie ferrée entre les anglicans capitalistes nourris à la lecture de la bible et le devoir de réussir financièrement et les catholiques prolétaires mis à genoux par le chapelet, le papisme et la moutonisation des consciences frileuses.

Mais, les anglicans qui possédaient le moulin de La Tuque adoraient à ce point la musique classique qu’ils achetèrent des instruments de musique pour que leurs ouvriers jouent d’un instrument et forment une harmonie… Et les esclaves devinrent soudain les coureurs des bois d’un univers impossible pour eux: l’errance poétique.

La musique classique devint l’ancrage de l’errance poétique de toute une ville durant plus de 50 ans…. au point où il y eux deux harmonies musicales en guerre, 2 orchestres Rochette en guerre… et Simon Gauthier décrit magnifiquement cette scène où en 1929 mon grand-père promène sa femme et ses enfants jouer de la musique d’une maison à l’autre pour chasser la misère sociale par leur errance poétique…. Mon grand-père Lucien et mon père avec une mandoline dans les mains à 5 ans et mon oncle Paulo à 9 ans avec une guitare je crois et ma grand-mère Lumina… furent les premiers chasses-misères de deux esclavages spirituels … celui luthérien des riches et celui papiste ultramontain des pauvres….

Et les années passèrent…. arriva 1945

Parce que La Tuque était enclavée entre deux montagnes et que Trois-rivières était à plus de 100 kilomètres, sans radio, sans télévision, La ville de La Tuque devint un immense conservatoire de musique classique par ses citoyens et pour ses citoyens… chaque été dans les parcs, il y avait concert et à chaque fête, une parade et à Noel, une arrivée du père Noel au son de la musique classique.. Mon père, qui avait gagné le premier pris de trompette provincial en 1948 à C.K.A.C en était l’âme poétique……

Et les années passèrent… arriva 1965

Moi-même, avec Madame Mongrain et quelques enfants, je fis partie d’une imitation de la famille trapp quand l’harmonie de Latuque d’Aubert Montgrain envahit poétiquement la Place des arts, en 1965
(LATUQUOISERIES) www.latuquehistoire.blogspot.com

Et j’ai retrouvé sur Internet une photo de moi à 13 ans, avec la jeune harmonie de l’école Champagnat de La Tuque au moment où nous nous apprêtions à partir pour montreal, Place des arts… on me voit debout en avant…. dans une attitude que n’auraient pas renié Mon grand-père avec ses bottes pour aller plus loin dans la vie, mon oncle Paulo et son avion de chasse-misère et mon père avec sa trompette pour annoncer la beauté du monde cachée dans le cœur de sa musique…

 

ET LES ANNÉES PASSÈRENT… ET EN UNE NUIT…. lA TUQUE QUI S’ÉTAIT BÂTI SUR UNE LÉGENDE MOURRUT COMME ON SE MEURT DANS LES CONTES DE FÉE.

Tout ça s’effondra en une seule nuit, quand Le directeur de l’harmonie de La Tuque, Aubert Mongrain, qui devait avoir 50 ans à l’époque, s’enfuit avec une jeune musicienne de 15 ans pour vivre une grande histoire d’amour… qui dura plus de 20 ans…

Un jour que je retrouvai Aubert à Longueuil à plus de 80 ans… je lui demandai… Pourquoi il avait choisi l’errance poétique par une histoire d’amour impossible… ET IL ME RÉPONDIT… pierrot elle était musique et je n’ai fait que marcher ma liberté par la musique toute ma vie.

Quand Aubert Mongrain est décédé…. c’est la légende même de la musique chasse-misère qui s’enfuit avec lui….

et cette légende d’une ville coureuse des bois de l’errance poétique est venue se blottir au centre même de mes angoisses de chercheur universitaire.

Il en est ressorti quatre questions

QUEL EST TON RÊVE?

DANS COMBIEN DE JOURS?

QU’AS-TU FAIS AUJOURD’HUI POUR TON RÊVE?

EN QUOI TON RÊVE PREND-IL SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

sur Google
Pierrot vagabond

www.lepaysoeuvredart.com
Michel le concierge

QUI EST SARAH ROUBATO?

Depuis quelques temps, elle écrivait des lettres à des gens qui ne pouvaient pas lui répondre. Certaines restaient dans un cahier, d’autres étaient publiées sur internet. Puis le 20 novembre 2015, une lettre de plus, Lettre à ma génération, publiée sur Mediapart, est devenu le billet le plus lu de l’histoire du journal, avec plus d’un million de lecteurs. Sarah Roubato, pisteuse de paroles, chercheuse en trans-écritures, écouteuse à temps plein, qui vit entre la France et le Québec, publie toutes ces « Lettres à ma génération » chez Michel Lafon.

Comment dire la beauté du monde, comment la préserver, comment y participer, alors que des forces contraires – l’hyperconsommation, les renoncements politiques, l’ambivalence du progrès technologique – nous isolent toujours plus les uns des autres ? Sarah Roubato, artiste parisienne trentenaire, se questionne. Chacune de ses lettres écrite à qui ne pourra pas y répondre transpire l’expérience vécue et l’authentique. Mais si Sarah dévoile son cœur sur le papier, ce n’est pas pour parler d’elle. Chaque lettre pose une question de fond sur les enjeux de notre monde moderne. Sarah dit je, mais elle interroge le nous.

Ces quelques écrits qui semblent tant parler aux internautes vont se rassembler en un livre édité chez Michel Lafon. Dans celui-ci, Sarah revient sur l’expérience de son « buzz » inattendu dans sa Lettre à internet. Elle y questionne cet espace de communication ambivalent qui a inventé la « discussion désincarnée » où, dernière nos écrans, on peut tout dire, tout faire, sans prendre souvent conscience de la profondeur des mots : « Les mots n’ont plus de ton, plus de regard, plus de timbre pour les porter vers l’autre. ».

sarah stylo2

Continuant à l’exprimer à ces choses qui l’entourent, elle écrit aussi à son Indifférence, en forme de lettre de rupture : « Il y a avait aussi une autre violence, celle du silence des clients…et du mien. Ça ne nous regarde pas. C’est ça que tu as voulu me faire croire depuis mon enfance. Tu croyais que je n’allais jamais découvrir que cette violence silencieuse que tu m’as apprise participait à toutes les autres formes de violence ? La société est comme la peau d’un tambour : chacun de nos gestes – ceux qu’on fait et ceux qu’on ne fait pas – résonne partout. Aujourd’hui, ma chérie, je vais te quitter. Ne t’inquiète pas, on pourra toujours aller boire un verre de temps en temps. Mais ces moments ne seront plus que des parenthèses dans mon quotidien. »

Très vite, on réalise que l’auteure est comme une enfant qui a échappé par chance au formatage sociétal. De sa pensée libre, elle questionne tout, des rouages du monde à sa propre conception des choses. Sarah écrit alors à Émile Zola ou Denise Glaser, pour interroger le journalisme qui ne suit pas le mouvement de masse. À Louis Leakey, primatologue et mentor de Jane Goodall ou encore Dian Fossey : « Nous vivons dans un monde pour lequel on ne nous avait pas préparé. Nous sommes nombreux à ne pas travailler avant l’âge de trente ans. On nous avait pourtant dit : cette école pour devenir ceci, ce diplôme pour de venir cela. Mais ce monde s’essouffle. Nous sommes la génération qui a un pied de chaque côté d’une faille qui menace d’ouvrir la terre. Nous devons inventer les métiers de demain. Nous avons les idées, les outils, la puissance de travail, l’imagination. Nous ne demandons qu’à les mettre en œuvre, si on nous en donne l’espace. »

musicienne des rues

Elle touche également à l’éducation dans sa Lettre à ma maîtresse, d’un monde étouffé par l’image et le spectacle dans la Lettre à une cassette, ou encore de l’obsession de nos sociétés à vouloir préserver la beauté en l’isolant, ce qu’elle appelle « le complexe de Blanche-Neige ». En écrivant son admiration à des personnes en marge de la société, Sarah nous invite à poser un autre regard sur Pierrot, un vagabond du Québec qui se questionne sur le sens, sur Martin, un détenu qui a décidé de devenir souverain de sa vie, ou encore sur une musicienne des rues :

« Tu n’as pas de maison, pas de voiture. Mais tu es la personne la plus riche que j’aie jamais rencontrée. Où que tu ailles, tu pourras toujours gagner de quoi manger et trouver où dormir. Grâce à tes quatre cordes et à tes dix doigts. Tu vis dans une abondance qui ne subira jamais la crise économique. Ca partout dans le monde, il y aura toujours des gens avec quelques pièes dans la poche pour se regrouper autour d’un musicien. Tu as la sécurité de l’emploi et la liberté de changer de lieu quand tu le souhaites. Tes horaires sont flexibles, ta clientèle toujours renouvelée. » (Lettre à une musicienne des rue)

echo

Et quand Sarah écrit à Echo l’éléphant, c’est pour souligner le lègue qu’elle nous laisse, à nous, humains : « Vous leur avez montré que tout éléphant qu’on est, on peut s’arracher aux lois de son espèce. Pas pour les trahir. Pour les réinventer. Votre famille marche sur les routes que vous lui avez montrées. Des pistes de milliers de kilomètres que les hommes commencent à peine à cartographier (…) Ils avancent avec cette fausse lenteur qu’ont tous les géants. Marcher pour ne pas mourir. Tout quitter, pour mieux vivre ailleurs. C’est la force qui a permis à toutes les espèces de peupler la terre. Elle habite les papillons, les oies, les baleines, les éléphants, les tortues marines… et les hommes. Quelque part, un sac dans une main, un enfant dans l’autre, nous marchons aussi. Chassés, réfugiés, migrants. Puis installés, résidents, méfiants envers les nouveaux déplacés. Comme nous, vous avez des territoires à protéger. Vous avez sur trouver l’équilibre entre le territoire des uns et la route des autres, tous deux nécessaires à la survie de l’espèce. Nous cherchons encore. »

Qu’elles s’adressent à des objets, à des personnages réels ou fictifs, morts ou vivants, à des humains ou à un éléphant, ces lettres résonnent et raisonnent comme l’écho du cri que nous portons tous en nous, et qu’on aimerait lancer, même s’il n’y aura pas toujours de réponse… si ce n’est celle des lecteurs. Un livre à découvrir sur Michel-Lafon.fr.

sur Google
pierrot vagabond

www.lepaysoeuvredart.com
Michel le concierge

QU’EST-CE QUE LE RÊVE DANS LE CADRE DE LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART?….. c’EST UNE ERRANCE POÉTIQUE FABULEUSE PARCE QU’ÉPIQUE ISSUE D’UNE INTUITION FONDATRICE ENFLAMMÉE PAR L’INSTINCT SAUVAGE TOUT EN ÉTANT ÉCLAIRÉE PAR LE DIALOGUE CÉLESTEMENT JOYEUX ENTRE L’IMAGINATION ET LA RAISON.

Mon hypothèse forte en ce qui a trait à la définition de l’étiquette … RÊVE… dans le cadre d’une vie personnelle œuvre d’art me vient (sur une période de 20 ans de recherche)…….

a) de l’étude comparative et inductive des biographies des grands rêveurs et rêveuses de l’humanité

b) de l’étude historique et paradigmatiques des systèmes moraux et éthiques dans leurs apparitions successives (ex: l’eudémonisme chez les grecs, la téléologie de la grâce chez les chrétiens, la raison libératrice inventant l’autonomie chez Kant, le sentiment comme mode majeur opératoire chez Rousseau, la passion comme mode majeur de libération humaine chez les romantismes de la iere partie du 19eme siècle, la raison empiriste et constructiviste du positivisme européen autant que du pragmatisme américain, l’imagination comme mode majeur de libération de l’être humain chez les surréalistes, l’hyper-individualité du post-modernisme dans le fractionnement nano-monadiste (Leigniz) par l’émergence de la société nano-numérique du 21eme siècle…

Bref, le résultat en fut une systématisation des attributs essentiels de l’étiquette rêve….. à partir … DES CONFIGURATIONS COMME MON GRAND-PÈRE LUCIEN, MON ONCLE PAULO ET MON PÈRE ROGER QUI FURENT DES PASSEURS DE RÊVE… COMME MODE D’ERRANCE POÉTIQUE FABULEUSE PARCE QU’ÉPIQUE ISSUE D’UNE INTUITION FONDTRICE ENFLAMMÉE PAR L’INSTINCT SAUVAGE DANS UN DIALOGUE CÉLESTEMENT JOYEUX ENTRE L’IMAGINATION ET LA RAISON.

Une anecdote pour illustrer le tout….

La dynamique du rêve entre Mon grand-père Lucien et mon oncle Paulo ressemblait à celle entre Laurel et Hardy… un peu lunaire et complice…. tandis que la dynamique entre mon oncle Paulo et son frère… mon père Roger…. ressemblait à celle entre ABBOTT ET CASTELLO, un peu plus martienne… du fait que la base de mon père était les vertus théologiques de la religion chrétienne et celle de Paulo les quatre vertus cardinales encadrant son épicurisme intelligent.

 

donc allons y pour l’anecdote….

Quand mon père Roger est devenu réalisateur d’émissions de télévision à C.K.T.M. t.v. Trois-Rivières, il fut entre autres à la direction d’une émission musicale… durant plusieurs années.

Mon oncle Paulo qui habitait La Tuque et qui avait joué du piano et de l’accordéon dans l’orchestre de mon père Roger (donc son frère) durant toute leur jeunesse, avait souvent demandé à mon père de chanter une chanson au piano à son émission… Et mon père de lui répondre… jamais de mon vivant… je suis sur que tu vas me faire honte…. Et Paulo vécut ce refus sur plusieurs années comme un fabuleux évènement épique déchaîné par son intuition fondatrice enflammée par son instinct sauvage dans un dialogue célestement joyeux entre son imagination et sa raison…

Un jour, aussi grandiose que la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb (les paroles même de mon oncle Paulo) mon père Roger dit à mon oncle Paulo… ok… tu vas faire une chanson TI-OISEAU… AU PIANO… mais pour être sur que tu me feras pas honte… je ne réaliserai pas l’émission…. Je vais la faire réaliser par un autre réalisateur très autoritaire… une vraie police des ondes… et moi, dans la détente parce que la religion chrétienne me demande d’être charitable pour mon frère… je vais la regarder chez moi en direct…. dans ma télévision… en remerciant Dieu de m’avoir donné un frère qui fait honneur à son frère par le meilleur de son talent… Il faut dire que mon père était à ce point religieux inquiet qu’il s’était fait enterrer dans la même tombe que son ami le curé de la paroisse pour être sur d’entrer au ciel… mais ça c’est une autre histoire….

 

continuons l’anecdote….

Mon père s’installe donc  devant sa t.v…. mon oncle Paulo chante Ti-oiseau comme prévu assis au piano… performance remarquable… sauf que petit détail… Il était déguisé en femme avec un gros rouge à levres et disait entre chaque couplet… SALUT TI-FRERE… en lui faisant des by by….

Mon père fit une colère titanesque…

dans ce temps là… les émissions étaient enregistrées sur films… il alla de nuit au poste…. découpa la performance de mon oncle Paulo pour que cela ne traine pas dans les archives… et renferma le morceau de bobine dans une filière… morceau de bobine qui existe peut-être encore comme un message dans une bouteille à la mer… la Joconde de mon oncle Paulo déguisé en femme.. version La Tuque

l’anecdote a une finale…

Jusqu’à la fin de leur vie, chaque à leur manière, ni l’un ni l’autre ne purent s’empêcher de raconter cette anecdote dans un rire gargantuesque et d’eux-mêmes et des spectateurs, comme étant le symbole même de la réussite, chez l’un comme chez l’autre de leur vie personnelle œuvre d’art.

sur Google
Pierrot vagabond

www.lepaysoeuvredart.ca
Michel le concierge

LES QUATRE QUESTIONS DU PAYS OEUVRE D’ART… UNE APPLICATION HOLOGRAMME PRAGMATIQUE DES RECHERCHES D’aRISTOTE, KANT, SARTRE EN PHILOSOPHIE ET DUCHAMP EN HISTOIRE DE L’ART.

Les quatre années et demie où le remarquable Gérard Cadieux, la loyale Suzanne Fortin et moi Pierrot vagabond, avons travaillé dans une librairie alternative de Victoriaville (recyclo-livres) à un concept libérateur de l’humanité esclave des superstitions, mythologies et religions, nous sommes arrivés ….. d’abord à une formule logorithme dont Gérard Cadieux peut fièrement revendiquer la paternité finale ; WOW-T=G3….. Fais wow sur ton rêve, ne triche pas et une force G3 de l’univers va provoquer de la synchronicité dans ta marche intègre vers ton rêve….

Puis sur ma route de vagabond… la fin de la formule s’est modifié par suite d’essais et erreurs empiristes… elle est devenue pour moi et non pour Gérard… WOW-T=2.7K… fais wow sur ton rêve, ne triche pas et le bruit de fond cosmique de l’univers (2.7k) deviendra une onde radio provoquant de la synchronicité dans ta marche vers ton rêve…

Mais toutes mes années dans les bibliothèques universitaires ont fait surgir une question… Quelle est la formule que toute personne sur la terre, surtout celles sans aucune instruction formelle,  pourrait comprendre et qui respecterait les découvertes paradigmatiques d’Aristote, de Kant, de Sartre et de Duchamp….

Aristote créant une systémie eudémique, Kant inventant par la critique de la raison pure l’autonomie comme valeur premiere de l’existence humaine sur la terre, Sartre par sa conférence de 1948 L’EXISTENTIALISME EST UN HUMANISTE lançant l’existence qui précède l’essence avec le projet comme ier moteur de la construction de l’essence par l’existence et Duchamp faisant la preuve que la vie personnelle œuvre d’art est la plus grande œuvre d’art qu’un humain peut réaliser dans son passage sur la terre.

Mais voilà…. Peut-on créer une formule orale qui peut faire le tour de la terre et que quelqu’un qui ne sait ni lire ni écrire peut opérationnaliser comme si il avait une connaissance pointue d’Aristote, de Kant, de Sartre et de Duchamp?

De là les quatre questions du pays œuvre d’art…

QUEL EST TON RÊVE?
DANS COMBIEN DE JOURS?
QU’AS-TU FAIS AUJOURD’HUI POUR TON RÊVE?
EN QUOI TON RÊVE PREND-IL SOIN DE LA BEAUT. DU MONDE?

Michel le concierge par son documentaire sur le pays œuvre d’art déposé au festival international du documentaire de Montréal, Simon Gauthier par son spectacle du vagabond céleste un peu partout à travers la francophonie, Marlene la jardinière par le pragmstisme de son jardin rêvé depuis 12 ans et Pierrot par ses vagabondages universitaires comme son errance poétique à travers le Canada pour allumer des rêveurs… toute cette équipe fait voyager les quatre questions juste pour voir si (comme la chanson au clair de la lune)… elles vont s’emparer EMPIRIQUEMENT  de l’âme collective du Canada au point d’en faire un gâteau de fête de vie citoyenne œuvre d’art en vue d’un Canada pays œuvre d’art….

La question du doctorat étant la suivante… QUELLES SONT LES CONDITIONS ÉCO-PHILANTHROPIQUES PERMETTANT LE SURGISSEMENT DU PREMIER PAYS OEUVRE D’ART SUR LA PLANÈTE TERRE…

L’hypothèse forte étant la suivante: les conditions existent déjà… IL SUFFIT D’UNE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART POUR QUE LA MASSE CRITIQUE…. QUI EST UN….  ALLUME UN FEU DE FORÊT nano-numérique… DE VIES PERSONNELLES OEUVRES D’ART…

MERCI AUX ÉCHO-PHILANTHROPES DE L’ESPACE-MONDE DE FAIRE VOYAGER LES QUATRE QUESTIONS.

sur Google
Pierrot vagabond

www.lepaysoeuvredart.com
Michel le concierge

LE 18 MAI 2016 LE VAGABOND CÉLESTE DU CONTEUR INTERNATIONAL SIMON GAUTHIER PRÉSENTÉ À GRENOBLE

Le spectacle…
FESTIVAL DES ARTS DU RÉCIT
Mercredi 18 mai 2016 à 19h30.

Le Vagabond Céleste est un conteur, un chanteur et un menteux, capable d’adoucir le passage de l’hiver au village pour le bien de tous. C’est une légende, un personnage phénoménologique, un poète du quotidien, un chasse-morose qui fait du bien. Le Vagabond Céleste réchauffe tel un poêle à bois dans l’hiver des questions sans réponse.
Quand je l’ai croisé, il vagabondait la beauté du monde. Appuyé sur son bâton, il m’a demandé : c’est quoi ton nom ? C’est à ce moment que tout a commencé.
Simon Gauthier raconte l’abandon, l’abondance et le succès d’un homme qui avait tout pour être heureux. Mais un soir, cet homme décille. Pierrot rêve de tout changer, il troque sa maison contre une paire de bottes, pour aller plus loin dans sa vie.
Depuis, il marche le Québec. Réel, intense et actuel, Pierrot le vagabond enlumine la conscience des gens qu’il croise. Le rencontrer, c’est recevoir un grand souffle de poésie qui nous étreint, comme des bras chauds venus nous réconforter durant une nuit d’hiver, sans abri. Du bonheur à travers le froid. Un récit émouvant porteur d’avenir.

De et par Simon Gauthier
Mise en scène : Daniel Gaudet

sur Google
Pierrot vagabond

www.lepaysoeuvredart.com
Michel le concierge

MICHEL LE CONCIERGE M’A MONTRÉ LE VAGABOND CÉLESTE DE SIMON GAUTHIER À LA MAISON DE LA CULTURE FRONTENAC QU’IL AVAIT FILMÉ AVEC SA CAMÉRA PROFESSIONNELLE

Simon m’éblouit… il travaille lentement mais passionnément…. L’équilibre entre les trois générations, Lucien Rochette, Paulo Rochette et Pierrot Rochette…. la magnifique création de Morose… les quatre questions, le passage du conte à la réalité…. tout est d’une élégance conceptuelle à couper le souffle….

Si mon Grand-père Lucien était vivant, il n’en reviendrait pas qu’enfin un être humain a saisi la magie DE SES BOTTES POUR ALLER PLUS LOIN DANS LA VIE… Magie que je transporte encore tous les matins en portant aux pieds MES PANTOUFFLES EINSTEIN DU DOLLORAMA, une version nano-romantique des bottes de mon grand-père… Et surtout, mon frère François a une photo de Mon grand-père Lucien faisant répété sa femme et ses enfants sur la galerie… là-dessus mon père a 5 ans et tient une mandoline dans ses mains…..

Et que dire de mon oncle Paulo…. il n’en reviendrait pas qu’enfin une personne humaine raconte QUE SON AVION POUR ALLER PLUS LOIN DANS LA VIE… était réellement magique…

Et que dire de son portrait du vagabond céleste à l’ouverture… C’est une vraie histoire… Ca s’est passé à St-Bruno… dans une tempête de neige épouvantable au tout début de mon vagabondage… je ne pouvais ni avancer, ni reculer… et je criais MERCI MERCI MERCI…

C’est le jeune propriétaire du Mont St-Bruno qui m’a ramassé dans son camion…. parce quand il a vu ma guitare… il a voulu me jouer de ses chansons qu’il avait composées…..

Et ce rêve de vagabonder la vie…. de faire de l’éternité ma scène…. parce que la scène sur laquelle j’avais passé 32 ans était trop petite…depuis le ier jour d’ailleurs…

Simon a l’art de peindre plus vrai que nature….c’est immensément bouleversant…..

sur Google
Pierrot vagabond

www.lepaysoeuvredart.com
michel le concierge

J’AI COMMENCÉ À VAGABONDER LA BIBLIOTHEQUE DE L’UNIVERSITÉ McGILL

Ma stratégie contextuelle au niveau philosophique s’orientant dans le sens suivant:

KANT A INVENTÉ L’AUTONOMIE DE L’ÊTRE HUMAIN PAR LA RAISON, LE TRIO MARLENE, MICHEL,PIERROT VISE À LA MÊME LUMINOSITÉ LOGIQUE À INVENTER L’AUTONOMIE RÉATRICE DE L’ÊTRE HUMAIN PAR LE RÊVE.

Mon plan de match est le suivant… travailler assidument le jour à la bibliothèque de l’université Concordia, manger ma sandwich (souper) au IGA du métro atwater, pour ensuite redoubler d’effort dans l’étude systématique de Kant (la critique de la raison pure) au sixième étage de la bibliothèque de l’université McGill, jusqu’à 9 heures le soir.

Je me suis donc acheté de nouvelles guenilles royales… un long chandail capuchon rouge marqué en gros PHILOSOPHY MCGILL.

Hier j’ai passé devant trois gardiens de sécurité avec mon sac marqué UQAM, mon long foulard marqué CONCORDIA et mon chandail marqué PHILOSOPHY McGill…. et mes pantoufles du dollorama dans les pieds….tout pour passer incognito quoi:)))))))))))))))))

et je les ai salués en leur disant
BONSOIR MESSIEURS…

L’autre soir à Concordia un nouveau gardien m’a demandé… êtes-vous professeur? Je lui ai répondu… Bien mieux que cela… je suis chercheur…. Vous êtes payé par qui qu’il me dit?… et moi de répondre… par les deux paliers de gouvernement….

Un trait d’esprit signifiant logiquement que mon régime des rentes et ma pension de vieillesse ont l’intention de faire honneur au Canada pays œuvre d’art dont je rêve assidument par mes recherches intellectuelles.

sur Google
Pierrot vagabond

www.lepaysoeuvredart.com
Michel le concierge

LE VAGABOND CÉLESTE DU CONTEUR INTERNATIONAL SIMON GAUTHIER À DINAN EN BRETAGNE

Le conteur international Simon Gauthier vit une carrière consacrée aux contes, absolument unique…. je suis préviliégé qu’il se soit intéressé à mon aventure intellectuelle et existentielle

—–

Dinan (Côtes-d’Armor), Bretagne

mai 7 @ 22:30 – 23:55

Navigation de l’événement
« Ottawa (Ontario)
Riscles (Gers), France »

Spectacle Le Vagabond céleste, en duo avec le musicien Jean-Luc Priano.

Association Théâtre en Rance, Théâtre des Jacobins, espace cabaret, Dinan. http://www.theatre-en-rance.com/theatre-en-rance

• 22h30: LE VAGABOND CELESTE (1h10)
Simon Gauthier (Pros – Québec, Canada)
Simon Gauthier raconte l’abandon, l’abondance et le succès d’un homme qui avait tout pour être heureux. Mais un soir, cet homme décille. Pierrot rêve de tout changer; il troque sa maison contre une paire de bottes, pour aller plus loin dans sa vie.
Depuis, il marche le Québec. Réel, intense et actuel, Pierrot le vagabond enlumine la conscience des gens qu’il croise. Le rencontrer, c’est recevoir un grand souffle de poésie qui nous étreint, comme des bras chauds venus nous réconforter durant une nuit d’hiver, sans abri. Du bonheur à travers le froid. Un récit émouvant porteur d’avenir.

>>Espace cabaret, Théâtre des Jacobins

—–

SUR GOOGLE
PIERROT VAGABOND

www.lepaysoeuvredart.com
Michel le concierge