All posts by Pierrot le Vagabond Chercheur

EN 1970, NOTRE GROUPE DE FOLKLORE «LES CONTRETEMPS» REPRÉSENTAIENT LE CANADA À L’EXPOSITION D’OSAKA AU JAPON

sur Google

LES CONTRETEMPS- CHÔ-FRET 1972 TRANS-CANADA

—–
Ici Pierrot Rochette
vagabond céleste du Québec, Canada

Merci à Michel Claveau, Pierre Angers, Monique Desroches, Fabienne Desroches, Roselyne Lebel avec qui , par notre groupe de folk song LES CONTRETEMPS, j’ai pu vivre une jeunesse INOUBLIABLE faite d’amitiés fusionnées par un rêve passionnant, qui nous émerveille encore 46 ans plus tard:))).

Oui, en 1969 les Contretemps ont remporté le championnat nord-américain des groupes de folk-song, ce qui leur a permis de représenter le Canada à l’exposition d’Osaka au Japon en 1970.

JAMAIS JE N’OUBLIERAI
c’est à l’expo 67 de Montréal
que j’ai rêvé Osaka

de là l’idée de consacrer ma vie intellectuelle
à la recherche d’un algorithme social
qui bouleverserait les éco-philosophes
de l’espace-monde…

car par une seule vie personnelle œuvre d’art, un pays œuvre d’art peut naître un jour parce que sa masse critique est et sera toujours UN.

 

1-QUEL EST TON RÊVE?

2- DANS COMBEN DE JOURS?

3- QU’AS-TU FAIS AUJOURD’HUI POUR TON RÊVE?

4- EN QUOI TON RÊVE PREND-IL SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

sur Google,
Pierrot vagabond

www.lepaysoeuvredart.com
Michel le concierge

HORS DE LA VIE USTENSILAIRE, SUBLIMINAIRE OU PROTOCOLAIRE, MON VAGABONDAGE BIBLIOTHÉCAIRE S’ÉPANOUIT

HORS DE LA VIE USTENSILAIRE

Pour être certain de ne pas être décentré intellectuellement, je n’ai pas de loyer, je dors sur un plancher, aucun bien matériel à manipuler, aucun souci. 7 jours par semaine je rentre à 10 heures le soir et je repars pour Concordia à 7h.30 du matin. S’il y avait droit de dormir en dessous de ma table de travail à la bibliothèque de Concordia, j’en ferai mon château Walt Disney nuit et jour.

HORS DE LA VIE SUBLIMINAIRE

Ego sum pauper (je suis pauvre) nihil habeo (je n’ai rien) et nihil dabo (je ne demande rien). Ne rêvant d’être quelqu’un ni pour les autres et encore moins pour moi-même, ne pensant ni à Dieu ni au diable, 7 jours par semaine, 15 heures par jour, je suis mon programme de recherche: compléter l’argumentaire par une larche culture d’un pays œuvre d’art au moyen de vies personnelles œuvre d’art.

HORS DE LA VIE PROTOCOLAIRE

Mes journées sont dédiées à ma recherche en philosophie politique dans le silence. Je ne vais à aucune manifestation sociale, ni de nature privée (mariage, baptême, enterrement) ni de nature publique (des réunions de 2 personnes ou plus)

MON VAGABONDAGE BIBLIOTHECAIRE S’ÉPANOUIT

Je suis fébrile du matin au soir et je ne l’écris sur un blogue que pour garder une trace poïétique pour la rédaction de mon doctorat. Comme je n’ai pas d’ordi, pas de t.v., pas de téléphone cellulaire, je passe à la bibliothèque nationale tenir mon journal de vagabond-chercheur.

Je viens de terminer la lecture du dictionnaire des économies (1500 pages). Je tombe dans l’étude systématique de l’école de Franckfort (Adorno, Benjamin, Hockeiamer, Marcuse) dont la préoccupation philosophico-politique pour la condition humaine de l’homme précaire me bouleverse.

j’adore leur posture philosophique qu’Adorno résumait en ces termes: AVOIR UN REGARD AIGUISÉ PAR LA HAINE POUR TOUT CE QUI EXISTE, aphorisme qui va dans la tradition de Kierkergaard, Schopenhauer, Nietzsche…

Mais comme je suis incapable de vivre de la haine pour quoique ce soit, et pour qui que ce soit, une fois ce pan de recherche terminé, je reviendrai à ma posture première, UN SOURIRE BIENVEILLANT INDISPENSABLE À QUI VEUT ALLUMER DES RÊVEURS

sur Google
Pierrot vagabond

www.lepaysoeuvredart.com
Michel le concierge

SAMEDI 23 AVRIL 2016…LE VAGABOND CÉLESTE DE SIMON GAUTHIER À VAL-DAVID DANS LES LAURENTIDES

Share on Facebook

Event in Val-David

1287 Dufresne,Val-David

Saturday 23 April 2016, 19:33

Organized by : Lezarts loco

Centre de création, de diffusion et de formation artistique de Val-David

Sign-in / Sign-up

Submit an event

Activities Val-David / Description

à la demande générale ….

Le Vagabond Céleste

Simon Gauthier et Benoit Rolland, de retour de France, offrent à ceux qui ne l’ont pas vu comme à ceux qui souhaitent le revoir, ce conte poétique ayant pour personnage principal Pierrot Rochette qui a vécu à Val-David et que d’autres connaissent de par les Deux Pierrots à Montréal.

Le Vagabond Céleste est un conteur, un chanteur et un menteux capable d’adoucir le passage de l’hiver au village pour le bien de tous. C’est une légende, un personnage phénoménologique, un poète du quotidien, un chasse-morose qui fait du bien. Le Vagabond Céleste réchauffe tel un poêle à bois dans l’hiver des questions sans réponse.

Quand je l’ai croisé, il vagabondait la beauté du monde. Appuyé sur son bâton, il m’a demandé : c’est quoi ton nom ?

C’est à ce moment que tout a commencé.

“Il est important d’avoir des rêves

assez grands pour ne pas les perdre de vue

lorsqu’on les poursuit.”

(Oscar Wilde)

J’ai rencontré Pierrot le Vagabond Céleste en 2008, à Natashquan, au bout de la route 138 Est. À entendre sa détermination entremêlée de poésie, mon pays intérieur reçut alors une secousse sismique. J’éprouvais, à l’écoute de ses récits, un tremblement d’Être.

Il avait tout abandonné pour aller poser aux gens quatre questions qui, pour lui, revêtaient une grande importance et qui lui paraissaient fondamentales.

Quel est ton rêve ?

Ton rêve est pour quand ?

Qu’as-tu fais pour ton rêve aujourd’hui ?

Et comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde ?

Sans intérêt caché, il marcha à la rencontre de rêveurs et de rêveuses du quotidien. S’il se trouvait devant des gens qui avaient perdu l’enchantement de leur vie, il partageait avec eux son temps comme l’on partage sa place auprès du feu qui danse la chaleur de l’espoir. Pour ceux qui étaient écrasés par l’envergure de leur rêve, souvent démesuré, il plantait alors son bâton dans le sol pour en faire une poutre. Il soutenait ainsi leur moral, tout en soufflant sur les braises de leur rêve.

Après nos nombreuses rencontres, je n’ai pas voulu devenir un Vagabond Céleste mais j’ai voulu répondre moi-même à ces 4 quatre questions afin de sublimer mon errance sur terre et d’en faire un acte créateur d’énergie positive!

(Simon Gauthier)

Une seule représentation

réservez tôt !

Entrée : $ 10 en pré-vente au Général Café, ou au LézArts Loco 819 322-6379

$ 12 à la porte.

MICHEL LE CONCIERGE, LE CRÉATEUR DE L’ART DYNAMIQUE PAR L’INFILTRATION ICONIQUE

Ce qui est exceptionnel dans la démarche poïétique de Michel le concierge, c’est son génie de la formule définissant son art.

Ce matin, au conseil d’administration de la créativité, Michel le concierge avait réuni sur son bureau tout ce qui a été filmé depuis 2007… il y en avait certainement pour 70 heures… beaucoup plus que je le pensais… l’objectif en est un de nature MUSÉAL…. dont le titre de l’exposition sera celle du deuxième documentaire: BROTHER,WHERE IS THE MONEY?

Comment se construit une vie personnelle œuvre d’art en ne trichant pas avec son rêve, le tout documenté de façon à ce que muséalement, l’on puisse un jour en suivre le développement de l’archétype fondateur et d’un pays œuvre d’art et d’une monnaie œuvre d’art permettant à ces vies personnelles œuvre d’art de s’unir dans l’art dynamique d’une infiltration iconique produisant les variables mêmes d’un pays œuvre d’art.

Pour qui connait bien l’histoire de l’art, Michel le concierge se situe au même niveau d’intelligence que Duchamp quand il a créé le contexte pour lancer l’esthétisme de l’indifférence et ses ready made, et au même niveau de contemporainité que l’oeuvre de l’artiste britannique officiel britannique sur la guerre d’Irak Steve McQueen, bien documenté par Didi huberman dans son petit livre LE FIL.

Comme McQueen utilise politiquement une collection de timbres de photos de soldats britanniques morts en Irak, Michel le concierge lui utilise l’icone que représente son propre visage cadré pour le téléphone cellulaire, comme un fil déroutant du monde numérique parce symbolisant l’archétype de l’homme du 21eme siècle, dans un monde politique nano-planétaire à la recherche d’une monnaie équitable.

Son œuvre, à mon humble avis, en fera un artiste-créateur majeur de l’art muséal québécois du 21eme siècle, parce que depuis 207, chaque matin que nous vivons en symbiose créatrice, recèle une magie créatrice en progression poïétique qui ne s’est jamais démentie. J’intuitionne que Greenberg n’a jamais eu autant d’émerveillement avec Pollock que j’en ai eu depuis 2007 avec Michel le concierge. Sa formation en art, désign, monde des affaires, fait de sa démarche un évènement performatif dont la banque des 70 heures témoignera un jour muséalement.

Pierrot vagabond

————-

Georges Didi-Huberman

Sur le fil
Série « Fables du temps »
2013
96 p., 19 illustrations in-texte
L’artiste est inventeur de temps. Il façonne, il donne chair à des durées jusqu’alors impossibles ou impensables : apories, fables chroniques.
Le Temps scellé, une sculpture de Pascal Convert, a fait partie d’une grande exposition ayant le chef-d’œuvre pour thème. On s’interroge sur les tensions qui surgissent alors entre l’autorité de l’œuvre (créatrice de valeur) et l’inestimable modestie du travail (qui comporte, chez Convert, un aspect archivistique et historien). On s’interroge aussi sur les tensions inhérentes à Queen and Country, une œuvre de Steve McQueen sur la guerre d’Irak, et où se révèle la position sur le fil de l’artiste dans le monde politique. Histoire de relire aussi les phrases de Jean Genet sur le funambule, cet être qui danse avec le temps qui le tuera pour sûr.

TABLE DES MATIÈRES

L’ŒUVRE SANS CHEF

Pascal Convert : Le Temps scellé, 2009. Paradoxes de la notion de chef-d’œuvre et question des limites. De l’exception au paradigme et à la règle (5). — L’œuvre en sa fonction heuristique, ou l’œuvre « sans queue ni chef ». Déterritorialisation, ou l’infixable valeur. Une œuvre capable de décevoir la quiddité de l’art et le capital spectaculaire (7). — Inépuisable, inestimable. Reposer ailleurs, « pour autrui » et non « pour soi », la question de la valeur. Walter Benjamin : quand « l’interruption de la carrière artistique représente une part essentielle » de l’œuvre elle-même. Pasolini vs Warhol (10). — Calme bloc de cristal brisé. Travailler « pour autrui » : faire migrer le travail plastique vers les dimensions critique, civique, documentaire, politique, anthropologique, historique. Force de l’art et connaissance partagée : l’hétérotopie (13).

COMMÉMORER SUR LE FIL

Steve McQueen : Queen and Country, 2003-2010. L’artiste est-il souverain ? Georges Bataille et l’équivoque de la culture (19). — « Sur le fil », ou le beau risque. La ligne et l’écheveau, le lien et la tranche, la tenue et la cassure, la voie et l’égarement (22). — Un « artiste officiel » pour la guerre d’Irak :

…/…
l’impossibilité de voir (24). — Forme mineure et forme commémorative : une oraison funèbre en timbres-
poste (27). — L’exigence et l’aporie : l’artiste face à l’institution (30). — Souveraineté, servitude : l’artiste « accueilli » et « méconnu » (32). — Une citoyenneté critique ? Prendre parti, prendre position. Le litige de mémoire (35). — Guerre et art, entre l’archaïque et le postmoderne. Une réflexion « médiale » (38). — Le timbre-poste, forme mineure, survivante, allégorique. Aby Warburg et Walter Benjamin philatélistes (43). — L’artiste comme artificier, l’auteur comme producteur. « Working with people » et « le peuple qui manque » selon Gilles Deleuze. Danse sur le fil et regard terre à terre (49).

———–
sur Google
pierrot vagabond

www.lepaysoeuvredart.ca
Michel le concierge

LE VAGABOND CÉLESTE AU CENTRE NATIONAL DES ARTS À OTTAWA, LE 22 AVRIL 2016

LE VAGABOND CÉLESTE, AU CENTRE NATIONAL DES ARTS À OTTAWA , LE 22 AVRIL 2016

Pierrot le Vagabond Chercheur

Simon Gauthier, cet égoïniste (il joue de la scie) est arrivé au conte comme on tombe amoureux, avec fougue et passion. Il sera accompagné du musicien Benoit Rolland dans une mise en scène de Daniel Gaudet.

Le Vagabond céleste, c’est l’histoire d’un gars qui a une licence en humour, une maîtrise en vagabondage, un doctorat …….. Rien ne fait peur à Pierre Rochette, alias Pierrot. Il troque sa maison contre une paire de bottes pour aller plus loin dans la vie. Certains le croient fou, d’autres crient au génie. Une chose est certaine : quand on choisit la liberté, on ne laisse personne indifférent…

sur Google
Pierrot vagabond

www.lepaysoeuvredart.com
Michel le concierge

MICHEL LE CONCIERGE ET SON DOCUMENTAIRE «LE PAYS OEUVRE D’ART?…»

À PROPOS DE MICHEL LE CONCIERGE ET SON DOCUMENTAIRE «LE PAYS OEUVRE D’ART?»

Pierrot le Vagabond Chercheur

Depuis plusieurs années, le samedi ou dimanche matin, notre conseil d’administration de la créativité tient une réunion… quelle joie… notre équipe bâtie sur l’amitié philosophique est solide et joyeuse….

Ce matin, le documentaire de Michel le concierge «LE PAYS OEUVRE D’ART?» étant complété, nous avons réfléchi sur la phrase la plus importante à déposer et sur le blue ray et sur l’affiche s’il y a lieu.

L’OEUVRE D’ART DE MICHEL LE CONCIERGE, C’EST SON AMOUR POUR MARLENE LA JARDINIÈRE.

Ce documentaire raconte une histoire vraie.. un vagabond qui dort sur le plancher de sa salle de couture dans son sac de couchage convint Michel le concierge de concevoir son amour pour son épouse Marlène comme une œuvre d’art, suivant en cela l’intuition de l’historien Souriau dans son dictionnaire esthétique.

Et Michel, suite à une série de 30 heures filmées d’une année à l’autre décide de témoigner de son œuvre d’art par un documentaire… On n’y voit jamais le vagabond, on l’entend…

Les 16 premières minutes du documentaire, on assiste à un lever de soleil et en vocal, une discussion à 5h.30 du matin entre le vagabond et le concierge, prémisse de la poïétique filmée de Michel…

Michel ira donc déposer son documentaire au festival international du documentaire de Montréal, en vue d’une présentation en novembre prochain.

—–
De mon côté, j’entreprends un cycle de lecture sur le système monétaire international en vue du prochain documentaire «BROTHER, WHERE IS THE MONEY?» Car une question y sera posée: Quelle forme pourrait prendre la monnaie dans un pays œuvre d’art?

sur Google
Pierrot vagabond

www.lepaysoeuvredart.com
Michel le concierge

LE CONTEUR INTERNATIONAL SIMON GAUTHIER PARCOURT LA FRANCOPHONIE DEPUIS 5 ANS AVEC SON CONTE LE VAGABOND CÉLESTE

Événement : ‘St-Élie-de-Caxton (Le Rond Coin) : Spectacle « Le vagabond céleste » du conteur Simon Gauthier’ Print

Sorties

Date: Dimanche, 20 Mars, 2016 – 20:00

Information:

819 221-3332

Courriel: info@lerondcoin.com

Site web: http://www.lerondcoin.com

Spectacle « Le vagabond céleste » du conteur Simon Gauthier

Vagabond céleste

Où : Le Rond Coin, Saint-Élie-de-Caxton
Quand : Dimanche 20 mars 2016, 20 h
Coût : 15 $

Le Vagabond Céleste est ni plus ni moins qu’un menteux engagé pour passer l’hiver au village, un chasse-misère, une légende phénoménologique, poétique, héroïque, un chasse-morose, un poêle à bois dans l’hiver des questions sans réponse. Appuyé sur son bâton, il m’a demandé c’est quoi ton nom? C’est à ce moment que tout a commencé.

Artistes :
•Simon Gauthier : conteur, auteur, chanteur et scie musicale
•Benoit Rolland : compositeur, colorieur sonore et guitare
•Daniel Gaudet : mise en scène

www.simongauthier.com

Facebook

ARCHIVES POUR DOCTORAT…REPRÉSENTANT DE L’AMBASSADE DU CANADA EN CÔTE D’IVOIRE

chansons québéquoises.Te souviens Saint-Clair le p’tit ivoirien?

6. Le samedi 15 avril 2006 à 17:25, par pierrot

wowwwwwwww

Cher Saint-Clair… il y aurait tellement à raconter sur ces deux années ou l’ambassadeur a sélectionné ma personne pour représenter le Canada en Côte d’Ivoire lors de la semaine canadienne. Depuis… Je me suis tellement cloîtré dans un monastère intellectuel que je ne peux même m’imaginer que c’est le même homme qui a vécu les deux aventures euphoriques.

A l’époque, t’ais-je remercié pour ta gentillesse, ton amabilité, ta générosité sur scène à mon égard. Ohhhhhh…. tu fus un compagnon-artiste si merveilleux. A cause de toi, dans l’avion entre l’Afrique et la France j’ai écrit le texte de cette chanson au retour. Je te l’offre en signe de merci, merci, mille fois merci de ta bonté pour un étranger dont tu as pris soin comme s’il était ton frère..

VOYAGE
chu rien qu’un chanteur qui voyage
tu m’verras jamais à t.v.
j’ai 35 ans j’fais pas mon âge
j’fais du flolklore dans mes tournées

j’ai comme des explosions dans tête
que j’ai besoin d’te raconter
d’un coup je meurs d’un hasard bête
dans des pays trop éloignés
—–
Au Japon j’ai connu l’boudhisme
avec des temples de 12,000 ans
pis en Afrique des musulmans
qui ont plusieurs femmes évidemment

moi catholique baptisé
thraumatisé par le péché
y a tellement d’religions sur terre
qu’aujourd’hui j’me sens libéré

——
j’ai vu des noirs bleus comme la mer
qui vendaient des serpents séchés
des noirs charbons en Côte d’Ivoire
qui m’ont donné leur amitié

du fond de la brousse ma peau blanche
a eu honte de ses préjugés
y a tellement de couleurs sur terre
qu’aujourd’hui j’me sens libéré

——
j’ai vu des langues par dizaines
des dialectes par centaines
sayonara good by je t’aime
midowo antimari midowo

moi québécois enraciné
qu’on a monté contre les anglais
y a tellement de languages sur terre
qu’aujourd’hui j’me sens libéré
————–

les religions sont des poètes
comme les langues et les couleurs
j’ai comme des explosions dans tête
qui font qu’aujourd’hui j’ai pu peur

d’être québécois dans l’fond du coeur
et j’ose crier à la jeunesse
maudit déniaise t’as 18 ans
je sais que la planète t’attend

j’sais pas si j’ai bien fait d’parler
mais pour le reste oubliez-moé.

Pierrot;)))

SUR GOOGLE
PIERROT VAGABOND

WWW.LEPAYSOEUVREDART.COM
MICHEL LE CONCIERGE

ARCHIVES POUR DOCTORAT DU SITE WEB 102.3 RPM

Pierrot le reveur équitable
Rencontre inoubliable avec le rêveur équitable Pierrot Rochette

Cette semaine, je suis allé dîner au Café l’Itinéraire et comme il n’y avait pas beaucoup de place pour s’assoir j’ai demandé à quelqu’un si je pouvais lui tenir compagnie, cette personne m’a répondu…avec plaisir……

Après quelques bouchées d’un délicieux et copieux repas, nous avons commencé à parler de tout et de rien. De fil en aiguille, j’ai commencé à découvrir un homme qui, à priori, me semblais je l’avoue honnêtement, un itinérant comme les autres. Quelle ne fut pas ma surprise au contact de cet homme à l’esprit vif, d’une grande culture, poète au grand cœur et d’une sensibilité que j’ai rarement vue depuis longtemps. Une belle phrase qu’il a dite m’a fait beaucoup réfléchir, surtout dans cette période de surconsommation où les valeurs d’amour à autrui, de partage, de sensibilité ne sont plus très à la mode…

Un rêveur équitable, ce serait toute personne qui prend la décision de prendre soin du rêve d’une autre personne qu’importe sa race, sa langue, sa religion et cela, sans intérêt personnel caché.
Vous imaginez un peu, prendre soin du rêve d’une autre personne sans rien demander, n’est-ce pas formidable tout cela, d’une grande sagesse, d’une grande générosité, que de pouvoir faire, tous ensembles, ne serait-ce qu’une toute petite partie de ce qu’a fait ce Monsieur? je crois que le monde où nous vivons s’en porterait peut-être un peu mieux.

Mais qui est ce Monsieur?… c’est Pierrot Rochette, le rêveur équitable, qui fut co-fondateur de la boite à chanson Les Deux Pierrots dans les années 1970, Pierrot décida de donner tous ses biens pour devenir un ermite des routes en parcourant tous les chemins du Québec pour aller à la rencontre des gens (des rêveurs) et leur serrer la main. Son but? tout simplement marcher pour allumer le rêve des personnes qu’il rencontre sur son chemin…Ce n’est pas beau tout ça!

Je vous présente donc Pierrot Rochette le rêveur équitable

ARCHIVES POUR LA POÏÉTIQUE DU DOCTORAT…GUIDEULYSSE.COM

Voyager au bout de ses rêves

Publié le 06/12/2010 par Anne Marie Parent
Crédit : Véronique Leduc et Geneviève Vézina-Montplaisir
Photo : Véronique Leduc et Geneviève Vézina-Montplaisir

J’ai assisté à la présentation d’un documentaire des plus touchants, rempli de tendresse et de sagesse, à laquelle Pierre Rochette (« Pierrot ») était présent. Mon ami Pierrot, le dernier homme libre, réalisé par Véronique Leduc et Geneviève Vézina-Montplaisir, raconte la vie d’un vagabond, « ermite des routes ». Un des cofondateurs de la boîte à chansons montréalaise Les deux Pierrots, Pierre Rochette a décidé de vivre son rêve de jeunesse : parcourir le Québec (et une partie du Canada) à pied, avec sa vieille guitare, un bâton de marche, un sac à dos et un cahier dans lequel il écrit plus de 100 chansons composées sur la route. Il n’est pas mendiant; il ne quête pas, mais il accepte ce qu’on lui offre sans qu’il le demande : un bout de chemin en voiture, un lit pour la nuit, une brassée de lavage, de la nourriture et, à l’occasion, de l’argent, dont il se sert pour acheter des cafés à ceux qui souffrent, dit-il…
Photo: Véronique Leduc et Geneviève Vézina-Montplaisir
Photo: Véronique Leduc et Geneviève Vézina-Montplaisir

Pierrot a entrepris ce voyage à 57 ans, afin d’aller à la recherche de « rêveurs équitables », des gens qui contribuent à réaliser les rêves d’autrui, « sans intérêt personnel caché », précise-t-il. Et il y en a tout plein, au Québec et ailleurs.

« J’allume la flamme enfouie dans le cœur des gens que je rencontre en les incitant à vivre leur rêve. Je vais là où il y a des rêveurs », affirme ce vagabond au grand cœur qui demande à tous ce qu’est leur rêve et quand et comment ils vont le réaliser. Ses conseils et encouragements, parfois ses quelques pièces de monnaie, servent de déclencheur à un projet ou à un rêve que Pierrot découvre en latence chez bien des gens croisés sur sa route.

La douce folie de ce musicien titulaire d’une maîtrise sur le rire, qui a entamé une propédeutique à l’université sur l’intelligence collective, est contagieuse. Pensez à lui durant vos prochaines vacances. Comment pourrez-vous faire une différence chez les personnes que vous rencontrerez? S’intéresser aux autres quand on voyage, à leur mode de vie, à leur culture, à leurs traditions, à leur cuisine, à leurs coutumes, à leur musique… fait de nous des touristes respectueux des peuples et pays visités. C’est aussi voyager au fond de soi, au risque de devenir une meilleure personne…

La prochaine soirée aura lieu le mardi 14 décembre à 20h au Café Qui fait quoi, au 3428, rue Saint-Denis. Toutefois, Pierrot n’y sera pas, mais la présentation du film sera suivie d’une discussion avec les coréalisatrices (voir les autres dates de présentation dans ce site).