All posts by Pierrot le Vagabond Chercheur

L’ERRANCE POÉTIQUE ACADIENNE FAIT DE MA PERSONNE UN VIEILLARD SANS ÂGE

Caraquet m’apparaît un Tadoussac avec des qualités esthétiques extrêmement intéressantes pour un vagabond-chercheur. Une longue route, un quai bâti pour le promeneur solitaire, un équilibre discret entre les artistes et la population, un potentiel touristique évident, des infrastructures d’accueil étonnantes (ex: une pizzeria avec magnifique verrière sur l’océan).

Et les gens du pays… wow…. Serge le gardien de piscine, Steeve Gravel le thérapeute humaniste, Claire Richard la bibliothécaire poète. Et je devrais rencontrer bientôt le conteur acadien Dominique Breau… wowwww… La poésie vient à mon bâton de pélerin… je suis comme émerveillé d’avoir accès au meilleur de la culture orale acadienne.

Oui l’acadie fera de moi un vieillard sans âge parce que mon oreille est prête à son chant social.

Pierrot vagabond

24 JUIN AU 28 JUIN 2015 À CARAQUET, FESTIVAL DES ARTS VISUELS EN ATLANTIQUE

Enfin, j’ai planté mes ancrages à Caraquet… Une cachette 5 étoiles pour dormir (sous la galerie arrière du muse de Caraquet, une piscine 2 fois par semaine, une buanderie, une bibliothèque et surtout un magnifique festival de 4 jours en art visual atlantique sur le thème de la beauté dans l’art avec conférenciers… wowwwww… ça cadre magnifiquement avec le projet du pays oeuvre d’art versus des vies personnelles oeuvres d’art. Voici ce qu’en dit le dépliant:

———

La 19e édition du Festival des arts visuel en Atlantique, dont le thème sera C’est beau!, vous propose une variété d’expériences artistiques pour toute la famille et une rencontre stimulante avec des artistes d’ici et d’ailleurs.

Dans l’histoire de l’art, un grand nombre d’artistes ont abordé le thème de la beauté. Qu’est-ce que le beau dans le domaine des arts? Que produit en nous la vision de ce que nous trouvons beau? Le but ultime de l’art est-il de créer de la beauté?

Et si, comme le propose Charles Pépin dans son ouvrage Quand la beauté nous sauve, la beauté avait le pouvoir de nous mettre en lien avec notre nature la plus intime?

« Nous avons besoin de la beauté… pour ainsi vivre le sens, pour développer cette dimension spirituelle de notre sensibilité, pour ouvrir grand le champ de notre rapport aux autres.

Nous souhaitons sincèrement que la 19e édition du FAVA vous entraînera sur les rails de la beauté et qu’elle alimentera votre réflexion sur la nécessité de préserver un monde porteur de beauté.

Pauline Dugas
Directrice artistique du FAVA

Pierrot vagabond

CARAQUET, VILLAGE ENSORCELEUR

Quand j’ai pris la route de bois, hier, le ciel était très sombre, une de mes sandales brisées, j’ai donc du faire du pouce…. Heureusement un jeune travailleur de l’Alberta m’a donné un passage et je suis arrivé au Tim Horton de Caraquet en même temps que la pluie….

Le temps d’une éclaircie… je me suis trouvé un nid 5 étoiles en dessous de la galerie arrière du musée de caraquet.

Wowww… Il a plu toute la nuit, j’étais au sec… Ce matin gros soleil, un cordonnier vient de retaper ma vieille sandale, j’ai pu aussi changer ma ceinture pour une en vraie cuir… Il me reste à tenter de me trouver un nouveau matelas soufflant parce que le vieux dessouffle la nuit.

Ici à Caraquet, je me sens comme à Tadoussac. L’élégance touristique de ce petit village, j’aimerais passer quelques jours pour en découvrir les secrets. Il doit bien y avoir quelques rêveurs à la hauteur d’un pays cachés par ici:)))).

Dans chaque ville ou chaque village, je tente d’asssister à une réunion des AA (même si je n’ai jamais bu), de découvrir une nouvelle église ou autre activité communautaire…

Le canada est un pays si paisible et si intrinsèquement démocratique… Il ne lui manque qu’une philosophie politique de la vie personnelle oeuvre d’art pour que de nouveaux leaders surgissent loin de l’ennui et du plafond de verre que constitue souvent les irritants de l’univers domestique d’une vie humaine.

Un pays oeuvre d’art a besoin de citoyens dont les pulsions démocratiques heureuses ou malheureuses s’harmonisent par la beauté de leurs rêves, dans l’amour des enfants qui ont tant besoin d’avoir une chance équitable de grandir.

Pierrot vagabond

LE POUVOIR DE LA GENTILLESSE, MONSIEUR REGINALD BOY DE BATHURST

Hier soir, je suis arrêté au Harbourview takeout de Bathurst tenu avec dignité par madame Pauline Armstrong, la compagne d’un homme exceptionnel de gentillesse, Monsieur Réginald Boys.

Un homme de certainement 250 livres, mais avec un sourire perpétuel et une conversation délicieuse. Il a fait carrière dans la vente d’imprimantes aux différentes institutions du Nouveau-Brunswick.

A sa retraite, il a ouvert un casse-croute avec son épouse. Nous avons parlé de son travail, de ses deux enfants, de la vie…

Quand je l’ai quitté, je me suis dit à quel point les gens qui le rencontrent sont chanceux. Sans la gentillesse, le JE est un camp de concentration dont la conscience est le bourreau et la victime l’autre.

J’ai passé le reste de la soirée au Tim Horton de Bathurst à améliorer mon anglais par l’écoute de radio-canada anglais… Si j’étais en Europe, j’apprendrais plusieurs langues car chaque langue apprise m’ouvre à la culture de l’autre.

Je repars ce matin, direction 134 sud Caraquet, heureux de mes oreilles de vieillard qui, marchant son pays, honore ses grands rêveurs, ses grands citoyens oeuvre d’art.

Pierrot vagabond