All posts by Pierrot le Vagabond Chercheur

«J’AI BEAU TRAVAILLÉ DES DEUX BORDS, JE NE FAIS JAMAIS D’ARGENT NULLE PART»… DIXIT MICHEL LE CONCIERGE

Ce qui m’apparaît vraiment fascinant quand on passe de la philosophie d’en haut (Pierrot vagabond) à la philosophie d’en bas (Michel le concierge) c’est la coupure radicale entre une posture épistémologique (Pierrot vagabond) versus une posture politico-existentielle (Michel le concierge).

Je pose l’hypothèse que pour la philosophie d’en haut, l’universalisme des concepts (ex: l’Homme) voile insidieusement le nominalisme concret de la philosophie d’en bas (ex: je suis cet homme qui souffre de sa condition particulière).

Et à mon avis, c’est un scandale intellectuel de toute philosophie d’en haut. Ce n’est pas pour rien que la révolte des masses historiquement confinée dans les marges de l’histoire et de la politique est d’abord une révolte CONCEPTUELLEMENT ET ABSTRAITEMENT NOMMÉE SOUS LA CATÉGORIE UNIVERSELLE DE MASSE par les classes dominantes… alors que la révolte d’un concierge dans son individualité archétype où sa condition humaine souffre sous des mots qui rejoignent le gros bon sens de la philosophie d’en bas résonne comme un ressentiment vomissant maladroitement et millénairement le dogmatisme abusif géré par les nantis sous toutes ses formes oppressives.

Pendant que le discours du nanti s’abstrait de l’objectivité politico-sociale existante, la révolte servile nano-individuelle, forme de révolution copernicienne au niveau axiologique de la philosophie d’en bas RÉSONNE ONTOLOGIQUEMENT DANS TOUTE SON INDIGNITÉ. Terminé le ciel à la fin de ses jours, terminé la lutte des classes, voici venu le temps de la justice comme équité par la nanocitoyenneté planétaire

La réalisation constructiviste de la liberté pour tous viendra d’abord de la nano-souffrance des philosophes d’en bas.

Les exigences des rejetés qui s’agitent, FERMENTS DE LA NANOCITOYENNETÉ PLANÉTAIRE DU 21EME SIÈCLE, passent par les quatre questions du pays œuvre d’art, permettant une SYMMACHIE (alliance entre 2 états grecs pour la guerre) entre la philosophie d’en bas et la philosophie d’en haut pour une dignité concrète et abstraite de toute personne humaine dans sa vie sur terre.

1- Quel est ton rêve?
2- Dans combien de jours?
3- Qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
4- Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

sur You Tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

RUPTURE HISTORIQUE DE LA PALINGÉNÉSIE SOCIALE PAR L’ÉMERGENCE DE LA NANO-ARISTOCRATISATION DE CHAQUE PERSONNE HUMAINE SUR TERRE AU MOYEN SUBVERSIF DES QUATRE QUESTIONS OEUVRE D’ART

La palingénésie sociale (retour périodique des mêmes événements) est crée par le ressentiment historique de la masse des esclaves (antiquité), suivie de celle des serfs (moyen-âge), suivie de celle des ouvriers (révolution industrielle) face à l’exploitation éhontée de la naïveté des non éduqués et non instruits par des hallucinations conceptuelles récurrentes (ex: ce platonicisme pour les pauvres que constitue le catholicisme quand il s’allie historiquement avec le pouvoir des bien nantis).

lA PRESSION PACIFIQUE SILENCIEUSE INCESSANTE DE LA FAIM, LA PEUR DU PROCHAIN LUNCH comme dit si bien mon ami Michel le concierge reste le moteur des errances fantomatiques (les pauvres) comme des errances axiologiques (les riches plongés das la gestion quotidienne et concrète de leur système d’exploitation).

Mais LE SYMBOLE MÊME DU NANO-PELLETEUR (un vagabond politique universel par la puissance et la parole de son archétype même) modélise en son CRI DU JUSTE la fin des inégalités des connaissances qui a permis aux élites le maintien des inégalités sociales. le temps de l’émergence des quatre questions du pays œuvre d’art est venu.

1- Quel est ton rêve?
2- Dans combien de jours?
3- qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
4- Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

Et si le rêve du nano-pelleteur architecturé par les quatre questions lui permettait de réfléchir sur l’origine des rangs, des propriétés, des institutions, au point où il pourrait filmer dans son documentaire une scène qu’il intitulerait:

LA CÉRÉMONIE DU PASSAGE DE LA PELLE

Une petite cérémonie pourrait être télévisée pour que le peuple voit, pour la première fois sur terre, un premier ministre qui vit un passage de la pelle et change sa fonction avec celle du nanopelleteur qui devient lui-même premier ministre durant un certain temps.

Cette scène ferait le tour du monde et l’on suivrait jour après jour le premier ministre devenu nanopelleteur et le nanopelleteur devenu premier ministre.

LA ROTATION DES CONTINGENCES COMME FIN PLANÉTAIRE DE L’EXPLOITATION DES PAUVRES PAR LES RICHES. fondement de l’errance poétique, création issue de la philosophie d’en bas.

Terminé le temps où être pauvre consistait à habiter l’enclos mélancolique d’une existence bornée.

Terminé le temps où être riche consiste à s’enniuyer de trop de richesses dans la peur incessante du ressentiment massif des pauvres en colère pouvant à tout moment faire vaciller l’ordre social.

La parfaite innocence du devenir par l’errance poétique viendra par l’aristocratisation DE LA ROTATION SOCIALE PORTÉE PAR LES QUATRE QUESTIONS DU PAYS OEUVRE D’ART.

Dans un 21eme siècle de polarisation extrême entre l’opulence et la pauvreté, L’ERRANCE POÉTIQUE émergeant de la philosophie d’en bas peut devenir le nouveau fondement ontologique de la vie sur terre.

Une plateforme idéologique possède un caractère insoutenable quand elle démassifie de tout côté les peurs individualistes de l’autre. Le poids de l’histoire et de la réalité risque soudainement de se dissoudre par la simple révolution nanonistique des quatre questions.

Chaque personne humaine sur terre peut devenir par les quatre questions du pays œuvre d’art nanoductile ( « ductilité » En résistance des matériaux, la ductilité désigne la capacité d’un matériau à se déformer plastiquement sans se rompre. La rupture se fait lorsqu’un défaut (fissure ou cavité), induit par la déformation plastique, devient critique et se propage).

Chaque nanocitoyen planétaire passe de philanthrophyque (dysfonctionnel) à philalèthe (ami ou chercheur de vérité) par son rêve prennant soin du rêve de l’autre pour la beauté du monde. QUE LA ROTATION EXISTENTIELLE SUCCÈDE À LA HIÉRARCHIE MILLÉNAIRE DES NANTIS SUR LES NON NANTIS.

La massification croissante de la société en révolte est une insulte à la vie sur terre. La révolution de l’en-delà présupposera la dissolution de l’au-delà.  ELLE SERA NANOCITOYENNE PLANÉTAIRE OU ELLE NE SERA PAS….. ELLE PARTIRA D’ABORD DU TRAVAIL DUR ET RÉEL DE CEUX ET CELLES QUI S’ÉLÈVENT À PARTIR D’EN BAS… PAR LA BEAUTÉ de leur rêve, par la pure portée virale comme rhyzomique des quatre questions

Dans le pays œuvre d’art, nul n’est maître, nul n’est esclave…. La rupture historique de la palingénésie sociale passera par les quatre questions ou ne passera pas.

sur You Tube….. Michel le concierge

sur Google… Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art, Michel W. concierge du pays œuvre d’art, Pierrot vagabond.

ENTRE L’OCHLOCRATIE (GOUVERNEMENT PAR LA FOULE) ET L’ÉLITOCRATIE (GOUVERNEMENT PAR LES BIEN NANTIS DE L’HISTOIRE) IL Y A LA RÉVOLTE DU NANO-PELLETEUR

Ce qu’il y a de beau dans le nouveau documentaire de Michel le concierge, ce sont ses phrases lapidaires qu’il lance soudainement… que je prends soin de noter dans un petit calepin pour les reproduire sur ce blogue

MICHEL LE CONCIERGE EST ESCLAVE DE LA BEAUTÉ DU MONDE

MICHEL LE CONCIERGE PARLE DE CELUI OU CELLE QUI NE MANGE PAS EN BAS DE LA CÔTE

LE PELLETEUR A À COEUR LA CONDITION HUMAINE.

Son archétype du concierge qui pellete pour le vrai pour gagner sa vie à 66 ans témoigne de la misère terrible de millions d’hommes et de femmes exténués de se battre pour survivre, échappant à la mort causée par la famine que par le fétichisme d’une marchandise qui semble toujours trop aléatoire.

La philosophie d’en bas, c ‘est le cri de Munch, dans un laboratoire existentiel qui hurle et se révolte intérieurement pour un travail créateur non aliénant, un salaire juste, une vie confortable et au droit au bonheur sans engluement permanent dans la précarité.

Comme dans l’histoire de l’humanité, la célébration du génie, de la personnalité d’exception a toujours sous-entendu l’oppression d’une masse non éduquée et non instruite (l’organisation militaire de l’armée, de toute religion comme base de l’état) a toujours empêché le soulèvement des forces opprimées, la philosophie par le bas nano-numérique individualiste… invitant à une dissolution des apories entre le dominant et le dominé par les quatre questions de nano-autonomie de toute vie personnelle œuvre d’art.

1- QUEL EST TON RÊVE?

2- DANS COMBIEN DE JOURS?

3- QU’AS-TU FAIS AUJOURD’HUI POUR TON RÊVE?

4- COMMENT TON RÊVE PREND-IL SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

Il est temps que sur terre, chaque nano-personne ait le droit par les quatre questions du pays œuvre d’art à une nano-autonomie passant par un intellectualisme abstrait simplifié intrinsèquement subversif.

Un concierge qui pellete depuis 15 ans pour prendre soin du rêve de sa femme…. devient symboliquement par ce documentaire UN ARCHÉTYPE LIBÉRATEUR DE PEUPLE PAR LE PEUPLE EN HONORANT LA CONDITION HUMAINE DANS SA DIGNITÉ ABSTRAITE LA PLUS NANO-FRATERNELLE.

sur You Tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

«NOUS ERRONS SANS BUT» LOUIS-PHILIPPE TREMBLAY, CITOYEN… ARTICLE DU DEVOIR…UN BEL EXEMPLE DE L’URGENCE D’UNE NANOCITOYENNETÉ PLANÉTAIRE BASÉE SUR UNE MASSE CRITIQUE DE VIES PERSONNELLES OEUVRE D’ART COMME FONDEMENT DES QUATRE QUESTIONS DU PAYS OEUVRE D’ART

Nous errons sans but

18 février 2017 | Louis-Philippe Tremblay – Citoyen, papa et scénariste | Actualités en société

«Trump a compris que les Américains veulent des chars, de belles maisons et de grosses télévisions», avance l’auteur.

Photo: Mark Makela / Getty Images / Agence France-Presse
«Trump a compris que les Américains veulent des chars, de belles maisons et de grosses télévisions», avance l’auteur.

Le but de l’Occident depuis l’après-guerre était de créer et de répartir les richesses de manière à garantir une forme de liberté, ainsi qu’une égalité des chances. C’est ce pourquoi la plupart des nations occidentales ont enlevé plusieurs formes de coercition dans leur espace public et facilité les échanges commerciaux entre elles, globalisant ainsi leurs droits, leurs cultures et leurs marchés ; le capital était un outil de cohésion, la réponse à la censure communiste, le droit au libre arbitre.

Mais, année après année, l’économie capitaliste se transforme. Elle devient de moins en moins un levier social et de plus en plus une machine que l’on doit graisser. On lui offre congés de taxes et nouveaux territoires, quitte à fermer les yeux sur quelques menues violations des droits de la personne. Bientôt, elle atterrit entre les mains d’une élite politique et d’affaires qui contrôle aujourd’hui les médias, les partis politiques et même l’alimentation. Le citoyen normal est aujourd’hui aliéné par cette élite dont il dépend pour se nourrir, se déplacer, se loger et même s’informer. Le rêve démocratique du pouvoir pour le peuple et par le peuple n’existe plus. Ce projet est mort.

L’économie, devenue monstre sacré de l’espace politique, est dorénavant la priorité. Celle qui autrefois était un outil de la démocratie a fait de son maître un marteau qu’elle utilise à bon escient. L’économie, lorsque menacée, emploie la démocratie pour aboyer. Elle utilise la peur et menace de couper les vivres quand on veut la forcer à payer des impôts. Elle est les banques, les multinationales et même les fonds de retraite. L’économie n’est plus humaine, elle est une entité qui existe sans humanité. Elle n’a pas d’éthique, car elle n’a pas été créée pour en avoir. Malgré tout, en 2017, elle sépare le bien du mal.

Retour aux années 1960-1970

L’élection de Trump est l’exemple parfait de son hégémonie. Le président a pour seules valeurs « les jobs volées » et le portefeuille des Américains. Il bâtit un mur pour empêcher les « ethnies » d’enlever des emplois aux Américains et aussi, collatéralement, de « violer des femmes ». Il déréglemente Wall Street pour faire pleuvoir la richesse sur son peuple.

En fait, Trump a compris que les Américains veulent des chars, de belles maisons et de grosses télévisions. Depuis 30 ans, ils sentent qu’ils ont de moins en moins d’argent. La solution ? Leur promettre que leur confort des années 1960-1970 reviendra. Make America great again ? There you are. Et, tenez-vous-le pour dit, cette nostalgie permet tous les écarts racistes, misogynes et démagogiques, car retrouver un train de vie doré excuse tous les maux.

L’économie capitaliste, avant outil de liberté rendant accessible la richesse autrefois octroyée à la noblesse, est devenue un moteur d’aliénation qui ostracise toutes les autres vertus de l’Occident. La liberté, l’égalité, la fraternité, la justice et la paix ne sont plus des valeurs fondamentales de notre société. Elles ont été sacrifiées sur l’autel du profit à tout prix et de la consommation.

Nous n’avons pas de projet social. Le rêve d’union des peuples et de la liberté de l’après-guerre a lentement glissé vers le chacun-pour-soi et le matérialisme. Autrefois salvateur, obtenir un bien est devenu une rengaine de fin de semaine. Autrefois, acheter signifiait construire un patrimoine pour les générations futures. Aujourd’hui, on s’instruit pour acheter, et on achète pour faire rouler l’économie. Certains voudront revenir à ce passé où les vertus existaient encore, mais ce serait donner raison à la nostalgie trumpienne. Ce serait un piège. Se redéfinir va demander beaucoup plus d’effort et sûrement moins de confort. Le prix à payer sera sans doute une génération.

Mais le constat est clair : nous n’avons pas de projet social. Nous n’avons pas de vertus et encore moins de rêves.

Pourquoi s’étonne-t-on alors que des jeunes se radicalisent ? Nous errons sans but. Notre soif intarissable de nous enrichir nous a fait oublier les grandes idées porteuses de l’Occident. En moins d’un siècle, nous avons créé un grand trou, un grand vide que comblent désormais les idéologies radicales, le cynisme et la violence

SUR YOU TUBE… Michel le concierge

SUR GOOGLE… Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art, Michel W. concierge du pays œuvre d’art, Pierrot vagabond

 

NOTRE CONSEIL D’ADMINISTRATION DE LA CRÉATIVITÉ ET L’ÉTUDE D’UN NOUVEAU TITRE POUR LE DOCUMENTAIRE DE MICHEL LE CONCIERGE… «LA FABRIQUE DE ROBOTS»

Ce matin, notre conseil d’administdfut hallucinant de joie pour notre équipe de recherche (Marlene Auld, Michel Woodard, Pierre Rochette)… Michel a mixé une improvisation audio sur ses images de pelletage…

Vraiment…. le rêve de George Sand de voir un ouvrier se lever debout pour honorer la condition humaine des exploités prend une dimension archétype des plus symboliques…

J’ai très hâte à la suite.. Michel se révèle un créateur passionné de la philosophie d’en bas, telle qu’elle doit se pratiquer pour que la philosophie d’en haut cesse d’ignorer la souffrance de 90% de l’humanité précaire.

Bravo Mike

sur You Tube
Michel leconcierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. concierge du pays œuvre dPierrot vagabond

« NOUS PROPOSONS UNE NOUVELLE INVENTION MÉTHODOLOGIQUE BASÉE SUR L’ÉQUITÉ INTELLECTUELLE MULTI-CONTEXTUELLE (DIXIT MICHEL LE CONCIERGE) DANS LA TRADITION ÉLARGIE DE L’ÉGOSOLISME PHILOSOPHIQUE DE MONTAIGNE, ROUSSEAU. KIERKERGAARD,THOREAU, AMIEL), DANS LE CADRE D’UNE PHILOSOPHIE DE L’EXISTENCE VÉCUE PAR LE BAS ET NON THÉORISÉE PAR LE HAUT (DIXIT PIERROT VAGABOND)

Au 21eme siècle, avec la mort des grands récits (post-modernisme) à laquelle succède l’émergence du nano-récit planétaire (nano-modernisme), soudainement l’égosolisme philosophique de Montaigne, Rousseau, Kiergergaard, Thoreau et Amiel axé sur la découverte de sa propre individualité dans le découpage existentiel de sa condition humaine….prend une direction que même Pascal avec sa méthode perspectiviste n’aurait pu imaginer dans ses apories infranchissables en butte avec la pensée aprioriste de Descartes (même si dans une certaine mesure, toute l’aventure intellectuelle de Descartes reste fondamentalement une autobiographie méthodologique qui se veut unique parce que destinée à lui-même comme chercheur de vérité).

C’est en ce sens que notre équipe de recherche (Marlene Auld, Michel Woodard, Pierre Rochette) proposons une nouvelle invention méthodologique basée sur l’équité multi-contextuelle dans la tradition élargie de l’égosolisme philosophique.

Michel le concierge réfléchit sa condition humaine par le bas. Et l’équipe en témoigne, l’archive, réfléchit avec lui comme à travers lui.

Hier soir, nous avons vu les premiers instants de post-production de son prochain documentaire « CONCIERGE T.V. .COM / LE LAB » où à 66 ans, on le voit pelleter durant près de 13 minutes, le tout accompagné de sa chanson MOI CHU PAS BON DANS RIEN.

Samedi matin, nous enregistrerons sa voix dans un texte où il dira…. les images et ma chanson symbolisent ce que la société pense de moi parce que je pellete pour prendre soin du rêve de ma compagne.

Mais dans mes mains, il y a des gants et par dessus des mitaines tricottées par ma défunte belle-mère Florence à qui j’ai juré de prendre soin du rêve de sa fille.

Ces mitaines ont été tricotées pour Marlene, par amour pour sa fille et ont une grande valeur humaniste, contrairement à celles vendues dans un magasin.

Et à travers moi, concierge de 66 ans, c’est ma défunte belle-mère qui pellete en m’encourageant à ennoblir ma condition humaine par la non-tricherie.

COMMENT MINIMISER LA TRICHERIE
CHEZ L’ÊTRE HUMAIN
EN PROPOSANT UN CHEMIN
OÙ LA DROITURE EST GAGNANTE?

Ce sera la grande question qui ressortira de son documentaire. Dans l’histoire de la pensée, les grands philosophes ont utilisés tour à tour les mythes (Platon), les utopies (Moore) les fables (Descartes), le roman (Voltaire)… Michel le concierge utilisera le récit épique d’un concierge de 66 ans qui pellete sa non-tricherie pour honorer son rêve.

Mais le soir, il se consacre à son récit épique, à la partie égosolique philosophique transmutée par les quatres questions du pays œuvre d’ART DANS UNBE FORME DE LABORATOIRE MODALISATEUR de chaque nanocitoyen planétaire dans sa potentialité créatrice existentielle par le bas (donc constructiviste et non aprioriste).

1: Quel est ton rêve?
2: Dans combien de jours?
3- qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
4- Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

sur You Tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

LES QUATRE QUESTIONS DU PAYS OEUVRE D’ART…. FONDATRICES CONSTRUCTIVISTES D’UNE PHILOSOPHIE PERFORMATIVE D’HUMAINS ARCHITECTES DE LEUR CONDITION COMMUNE INSPIRÉE PAR L’ERRANCE POÉTIQUE DE LEUR RÊVE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART MOBILISATRICE

Si Margaret Sangers a pu changer le monde par son rêve-projet de vie… (inventer la pilule anticonceptionnelle), je ne vois pas pourquoi chaque personne humaine sur cette terre ne pourrait pas faire de même…

Un rêve (projet de vie rationnel à long terme) fait la différence entre la sérialité témoignant de la viscosité du réel au quotidien et l’émergence d’une surréalité enflammée par le récit épique d’une marche orchestrée vers la dignité abstraite d’une personne épanouie de sens émotionnel créatif qu’elle donne à ses propriétés et fonctions existentielles de base (se loger, se nourrir etc…).

Les quatre questions du pays œuvre d’art mettent entre parenthèse toute aliénation de l’histoire, tout a priori des idéologies pour fonder de façon constructiviste une philosophie performative personnelle d’humains architectes de leur condition humaine commune inspirée par l’errance poétique mobilisatrice d’un projet rationnel prenant soin de la beauté du monde.

sur You Tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

LA RENCONTRE ENTRE L’ÉPISTÉMOLOGIE DE L’INDIVIDUALISME RADICAL (LE VAGABOND) ET LE REMARQUABLE SENS DU JUSTE ENTRE L’AUTONOMIE ET L’HÉTÉRONOMIE D’UN NANO CITOYEN MORALEMENT RESPONSABLE (LE CONCIERGE)

Ce matin, 6h.30 am, je suis allé filmé mon partenaire de recherche Michel le concierge dans son devoir de pelleter la neige faisant partie de ses tâches comme concierge industriel… le tout en vue et du doctorat de l’équipe de recherche (Marlene Auld, Michel Woodard, Pierre Rochette) comme en vue du prochain documentaire de Michel le concierge à être soumis au festival internatiional du documentaire de Montréal dont le titre devrait être «CONCIERGETV.COM/LE LAB»

Nos deux postures de chercheurs sont remarquablement multi-contextuelles.

La posture épistémologique de l’autonomie radicale pratiquée par le vagabond céleste repose sur le constat d’un esthétisme ascétique hors du joug de tous liens personnels autant que de toute subordination à quelque totalité socialisante que ce soit.

Tandis que je qualifierais la posture nanocitoyenne morale de Michel concierge du pays œuvre d’art, 1er nanocitoyen de la planète comme étant d’une élégance respectueuse de la fragilité, de la vulnérabilité comme de la responsabilité de la condition humaine par un REMARQUABLE SENS DU JUSTE au centre même de l’autonomie versus l’hétéronomie dans lequel le place son amour pour sa compagne de rêve, sa décision vie personnelle œuvre d’art de prendre soin de son rêve.

Dans un certain sens, nous sommes donc en présence de deux cadrages théoriques de la même question: COMMENT FAIRE ENTENDRE LA VOIX DE LA NANOCITOYENNETÉ PLANÉTAIRE QU’IMPORTE LA POSTURE ANTHROPOLOGIQUE COMME ACTEUR COMPÉTENT EN PROMOTION D’UN PRINCIPE D’ÉQUIVALENCE UNIVERSEL.

Je disais à Michel c matin que l’archétype même du concierge qui pellete la neige pour gagner sa vie SYMBOLISE la condition humaine dans sa subjectivité morale la plus agissante.

De la naissance à la mort, chaque personne humaine sur la terre ne pellete-t-elle pas la neige de la réalité du mieux qu’elle peut dans un système qu’elle  n’a pas ENCORE choisi?

La construction nano-citoyenne planétaire du 21eme siècle passe par LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART de chaque personne humaine autant que par ses compétences critiques…. qu’il soit concierge, vagabond ou autre… les quatre questions en étant le programme invitant l’humanité à un univers parallèle à habité par sa dignité abstraite

1-QUEL EST TON RÊVE?

2- DANS COMBIEN DE JOURS?

3- QU’AS-TU FAIS AUJOURD’HUI POUR TON RÊVE?

4- COMMENT TON RÊVE PREND-IL SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

sur You Tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

QU’EST-CE QUE LE PAYS OEUVRE D’ART?…« C’EST UN PROGRAMME PAR QUATRE QUESTIONS DONT L’OBJECTIF EST L’AMÉLIORATION DE LA CONDITION HUMAINE» DIXIT MICHEL LE CONCIERGE

Depuis ma rencontre singulière avec un jeune chercheur passionné de 23 ans (Eric) dont la question principale tourne autour des a prioris et de la nature de l’objet, j’ai vécu des relectures qui m’ont amené à mettre en parenthèse tout ce qui s’est écrit sur l’a priori et l’objet depuis Kant et à me concentrer en informatique sur l’entité PROGRAMMATION ORIENTÉ VERS L’OBJET… avec une réflexion (encyclopédie de l’informatique et des systèmes d’information) sur trois caractéristiques de l’objet constructiviste soit L’ENTITÉ, LES PROPRIÉTÉS ET LES FONCTIONS. N’étant pas un a prioriste mais un constructiviste, je me dois d’en explorer le glossaire-objet informatique 20017 pour mieux dynamiser analogiquement notre objet de recherche nanophilosophique.

Mon partenaire de recherche intellectuel Michel ayant une formation de programmeur, nous avons donc abordé ce matin la relecture de notre glossaire du nanocitoyen planétaire sous l’angle d’un programme. Et en ce sens, nous réfléchirons chacun de notre côté sur cette proposition de définition.

QU’EST-CE QU’UN PAYS OEUVRE D’ART?

C’est un programme par quatre questions dont l’objectif est l’amélioration de la condition humaine.

En conséquence de quoi
pour mieux servir théoriquement notre équipe de recherche (Marlene Auld, Michel Woodard, Pierre Rochette)…

j’entreprendrai donc aujourd’hui la lecture de l’encyclopédie de l’informatique et des systèmes de programmation.

à suivre…

sur You Tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A jardinière du pays œuvre d’art
Michel W. concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond

WITTGENSTEIN ET WALTER BENJAMIN… UNE FABULEUSE INSPIRATION POUR UNE MÉTHODOLOGIE DE DOCTORAT INUSITÉE

Vendredi soir, Alexis Lemieux et moi planchions sur la méthodologie de nos doctorats respectifs… Il est vrai que durant 2 ans et demie, nous avons été complices dans une réflexion sur le thème de l’errance. Je consacrais 15 heures par jour, 7 jours par semaine à des lectures qui me scandalisaient par le manque de génie pour traverser le mot ERRANCE, afin d’en atteindre l’étiquette d’une façon constructiviste où aucune rhétorique n’est nécessaire pour déconstruire et reconstruire intrinsèquement un champ de force conceptuel qui hors temps, hors réalité, hors servitude permet un point de vue théoritique décapant.

Nous en sommes arrivés à définir l’errance sous trois formes, ERRANCE FANTÔMATIQUE, ERRANCE AXIOLOGIQUE ET ERRANCE POÉTIQUE.

Pendant qu’Alexis dans son doctorat sur le thème de la flânerie muséale creuse la flânerie comme image dialectique par une mise en perspective fragmentée du Paris 19eme siècle (les passages et Baudelaire) où à la naissance de la modernité tout est flânerie sauf les musées, posant l’hypothèse que la dialectique de l’image de Benjamin par la flânerie démontre la faiblesse de son étiquette mais la force de ses attributs essentiels (le passage de l’errance fantômatique à l’errance axiologique à l’errance poétique)

De mon côté, par notre équipe de recherche multicontextuelle (Marlene Auld, Michel Woodard,Pierre Rochette) j’aborde le passage des trois formes de l’errance PLANÉTAIRE (fantomatique, axiologique,poétique) en documentant la vie de Michel concierge du pays œuvre d’art, 1er nanocitoyen planétaire, dans une nouvelle séparation des pouvoirs entre la citoyenneté et l’état, et cela depuis celle inventée par Montesquieu (exécutif, législatif et judiciaire).

Là où Wittgenstein et Walter Benjamin m’inspire le plus, c’est qu’ils ont littéralement inventé leur méthodologie de travail au point où ce constructivisme radical même impose une élégance de conceptualisation à laquelle aucun chercheur international ne peut échapper de nos jours. C’est ce qui, à mon humble avis, différencie le post-modernisme du nano-modernisme.

Je crois que l’invention de notre équipe de recherche (Marlene Auld, Michel Woodard et Pierre Rochette) la plus élégante fut celle de donner une valeur poïétique à une équipe multicontextuelle par un archivage où les esquisses des idées dans leur laboratoire anhistorique deviennent plus révolutionnaires que les résultats eux-mêmes.

Refuser de voir des mots sur les étiquettes suivantes: Nanocitoyenneté planétaire, vie personnelle œuvre d’art, pays œuvre d’art, mais plutôt construire des étiquettes-laboratoires où les axiomes mêmes deviennent une quatrième dimension d’un univers parallèle qui se télégramme sous la forme de quatre questions nano-androgynes

1- Quel est ton rêve?
2- Dans combien de jours?
3- qu’as tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
4- Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

J’espère que la nanocitoyenneté par le nano-androginat produirat des fruits théoritiques de la même qualité que LE VOILE D’IGNORANCE de John Rawls. (autant j’aime la démarche de Rawls, autant celle d’Habermas et de son agir communicationnel me tombe sur les nerfs).

Le nanoandroginat fut intrinsèquement l’essence de l’art de Marcel Duchamp…. la iere vie personnelle œuvre d’art qui a refusé le cadre-prison de l’histoire de l’art comme je refuse celui du cadre-prison de l’histoire du concept.

Un concept est un champ de force, une nano-étiquette-laboratoire qui pense le futur comme un univers laboratoire non-utopique, mais articulable en trois ans par un consortium universitaire au cœur d’une chaire en nanocitoyenneté planétaire des 125 ier nanocitoyens androgynes de la nouvelle séparation des pouvoirs entre les droits de la nanocitoyenneté et ceux des états

sur You Tube
Michel le concierge

sur Google
Marlene A. jardinière du pays œuvre d’art
Michel W concierge du pays œuvre d’art
Pierrot vagabond