LE PRÉSIDENT FRANÇAIS EMMANUEL MACRON S’INQUIÈTE DE VOIR LE MONDE DE PLUS EN PLUS FRAGILISÉ PAR LE RETOUR DES PASSIONS TRISTES QUE SONT LE NATIONALISME, L’ANTISÉMITISME, LE RACISME ET L’EXTRÉMISME.. QUE D’INDICES QUI ANNONCENT L’ÉMERGENCE DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE SUR TERRE AU 21EME SIÈCLE……

Le multilatéralisme à l’honneur à Paris, au Forum sur la paix

Le président français Emmanuel Macron s’inquiète de voir le monde de plus en plus fragilisé, par « le retour des passions tristes » que sont le nationalisme, l’antisémitisme, le racisme et l’extrémisme. Lors de l’ouverture du premier Forum sur la paix de Paris dimanche, il a plaidé pour que les nations présentes trouvent des solutions pour répondre aux préoccupations de la population.

Un texte de Philippe-Vincent Foisy, correspondant parlementaire à Ottawa et animateur du balado La mêlée politique

Le président s’est demandé si l’image des chefs d’État et de gouvernement unis plus tôt sous l’Arc de triomphe pour célébrer le centième anniversaire de l’Armistice est le « symbole d’une paix durable » ou « une photographie d’un dernier moment d’unité avant que le monde ne sombre dans un nouveau désordre ».

Selon lui, les crises d’ordre économique, climatique ou migratoire affaiblissent la confiance des citoyens de partout dans le monde en l’efficacité du modèle de gouvernance mondial actuel, notamment parce qu’ils souffrent de certains effets néfastes de la mondialisation

La chancelière allemande Angela Merkel, dans son discours à l’ouverture du Forum, a aussi abordé ces menaces, soutenant que la solution ne passera pas par « une seule nation; cela peut uniquement être réglé par nous tous ».

À lire aussi :
•Des visiteurs de partout dans le monde commémorent les 100 ans de l’Armistice à Paris
•Des dizaines de dirigeants réunis pour le 100e anniversaire de la fin de la Grande Guerre
•100e anniversaire de l’Armistice : le Canada se souvient

Trump, le grand absent

Ces propos sont une attaque à peine voilée contre le président américain, Donald Trump, qui n’a jamais caché son mépris pour la gouvernance internationale multilatérale et qui se désengage des différents forums internationaux.

D’ailleurs, M. Trump a refusé l’invitation du président Macron à ce forum, auquel participent une soixantaine de chefs d’État et de gouvernement, mais aussi des représentants d’ONG, des entrepreneurs et des membres de la société civile.

Il avait pourtant participé aux cérémonies de commémorations du 100e anniversaire de l’Armistice, plus tôt dans la journée.

Le président américain s’est plutôt rendu dans un cimetière militaire américain de Suresnes près de Paris, où il a pris la parole en même temps que les discours d’ouverture du Forum.

Trudeau plaide pour une presse libre

De son côté, le premier ministre Justin Trudeau s’en est pris à ceux qui attaquent les journalistes « ce qui augmente le niveau de cynisme de la population envers toutes les institutions qui protègent les citoyens ».

« Quand la population sent que leurs institutions ne peuvent plus les protéger, ils cherchent des réponses faciles : le populisme, le nationalisme, la peur de l’autre, la fermeture des frontières et du libre-échange », a-t-il affirmé, lors d’un événement organisé dans le cadre du Forum par l’organisme Reporters sans frontières RSF).

RSF invitait les dirigeants politiques à appuyer la « Déclaration internationale sur l’information et la démocratie ».

Cette déclaration précise les garanties démocratiques pour la liberté, l’indépendance, le pluralisme et la fiabilité de l’information, dans un contexte de mondialisation, de numérisation et de bouleversement de l’espace public.

« Nous sommes à un tournant majeur pour la liberté d’expression, a lancé d’entrée de jeu le président français lors de cet événement. Internet et les réseaux sociaux permettent d’être mieux informés, mais ils offrent aussi une occasion de manipuler l’information à grande échelle. »

«Hannah Arendt a tout dit : “ La liberté d’opinion est une farce si l’information sur les faits n’est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l’objet du débat”.»

—Emmanuel Macron

Trudeau et Poutine

Par ailleurs, Justin Trudeau a écouté les discours d’ouverture du Forum sur la paix assis à côté du président russe Vladimir Poutine. Les deux hommes ont discuté quelques minutes.

« Le premier ministre a souligné que le peuple russe a fait des sacrifices extraordinaires lors des deux Guerres mondiales, par conséquent, c’est important que la Russie participe à ce Forum pour parler de la paix », a indiqué le bureau du premier ministre (BPM).

Début du graphique (passez à la fin)

Fin du graphique (passez au début)
Justin Trudeau s’est levé pour applaudir Emmanuel Macron et Angela Merkel lorsqu’ils sont entrés dans la salle, alors que M. Poutine est resté assis.

Les relations entre le Canada et la Russie sont tendues depuis plusieurs années. De concert avec une quinzaine de pays occidentaux, Ottawa a expulsé des diplomates russes au printemps dernier, dans la foulée de l’empoisonnement d’un ex-espion russe.

Le premier ministre s’est aussi entretenu avec l’Aga Khan. L’échange cordial s’est conclu par une longue accolade. En 2016, la commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique avait blâmé le premier ministre pour s’être rendu sur l’île privée de ce chef spirituel des ismaéliens.

« Ils ont discuté de leur famille respective », a affirmé le BPM.

—————
SUR YOU TUBE
Michel le concierge et ses deux documentaires
«le pays œuvre d’art?» et «Philosophie?»