LE GRAND OMBRE DES DEUX ASSEMBLÉES DES JUSTES (125 FEMMES ET 125 HOMMES) DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE, ÉLUES PAR TIRAGE AU SORT VILLAGE PAR VILLAGE ET VILLE PAR VILLE PARTOUT SUR LA PLANÈTE TERRE SERA LE FONDEMENT MÊME DU DROIT DE TOUT ENFANT À NE PAS MOURIR DE FAIM OU DE BLESSURES DE GUERRE… DE LÀ SA RHYZOMATIZATION ALGORITHMIQUE FOUDROYANTE AU 21EME SIÈCLE.

Notre équipe de recherche (Auld, Woodard, Rochette) a offert son invention de la nano-citoyenneté-planétaire pour qu’elle s’accomplisse, fondatrice de mutations inscrites non seulement dans une logique immanente de l’histoire, mais dans la beauté intrinsèque d’une nouvelle séparation des pouvoirs entre les nano-citoyen(ne)s et les états réduits à un jeu de force hobbien.

Michel, Marlene et moi sommes bien conscients que nos blogues (www.lepaysoeuvredart.com, www.lepaysoeuvredart.ca, www.wow-t.com) ciselés par des documentaires de Michel le concierge (le pays oeuvredart?, la pelle jaune, philosophie la nano-citoyenneté planétaire) et 150 heures d’archives filmées représentent une poïétique qui s’inscrit dans un 21eme siècle d’une nano-modernité des plus fascinantes.

Il n’est pas normal que des millions d’enfants meurent encore de faim et de blessures de guerre sur une planète où LA PESANTEUR SOCIALE cherche sa parole, la fin de son cri de Munch et de nouveaux outils socio-politiques pour que la droiture gagne sur le droit des plus forts (Michel)

sur Google
Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

L’INVENTION DE L’ARCHÉTYPE HOLOGRAMMIQUE DE MICHEL LE CONCIERGE PAR L’ÉQUIPE DE RECHERCHE (AULD, WOODARD,ROCHETTE) PERMET LE RENVERSEMENT PARADIGMATIQUE DU CAPITAL FAMILIAL ET DU CAPITAL SYMBOLIQUE CHEZ CHAQUE NANO-CITOYEN(NE) PLANÉTAIRE PAR L’ÉVÉNEMENT MÊME DES QUATRE QUESTIONS DE LA VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART

Ce matin, Michel, Marlene et moi avons vécu un formidable conseil d’administration de la créativité. Car nous avons fait le point sur notre invention d’un archétype hologrammique de Michel le concierge pour réussir le renversement du capital familial et du capital symbolique d’une nano-personne-humaine par l’acquisition du capital intellectuel que permet les quatre questions de la vie personnelle œuvre d’art.

De fait, le renversement en est un hiérarchique. Au sens où toute nano-personne-humaine qui se pose les quatre questions de la vie personnelle œuvre d’art

1: Quel est ton rêve?
2: Dans combien de jours?
3: Qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?
4: Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

réhiérarchise son engagement en fonction de sa vie personnelle œuvre d’art pour MIEUX SERVIR son capital familial et son capital symbolique.

Et en ce sens, Michel le concierge, de qui on a dit hier à son travail qu’il était un employé extraordinaire (capital symbolique) et de qui je dis qu’il est un conjoint extraordinaire de sa compagne (capital familial) possède toute la crédibilité pour faire voyager à travers ses documentaires les quatre questions de la vie personnelle œuvre d’art… pour qu’un jour les deux assemblées des justes (125 femmes, 125 hommes) puissent à travers l’invention de la nano-citoyenneté-planétaire qui en découle puisse faire advenir sur terre la cinquième question

COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

sur Google
www.simongauthier.com
www.lepaysoeuvredart.com
www.wow-t.com
www.reveursequitables.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

LE FAMEUR RING DES AVARS (TRÉSORS RAMASSÉS PAR DES ANC9ENS ROIS CACHÉS DANS UNE FORTERESSE) C’EST LE MÊME OR DU RING QUE LES DEUX ASSEMBLÉES DES JUSTES (125 FEMMES ET 125 HOMMES) DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE FORTERESSE MÊME DES DROITS UNIVERSAUX DE LA NANO-MODERNITÉ AU 21EME SIÈCLE.

George Minois
Charlemagne
Perrin
p.313
extrait

Le fameux ring des avars a fait rêver des générations de chroniqueurs et d’historiens, qui ont élaboré des théories fantaisistes à son sujet. A commencer par Notker de Saint-Gall, dont on aurait pu attendre un peu plus de sérieux, puisqu’il a connu un vétéran de la guerre des Avars…..

…. Quant aux trésors contenus dans ces camps, les historiens, après s’être longtemps montréa sceptiques, pensent âujourd’hui qu’ils devaient effectivement CONSIDÉRABLES.

Il s’agit après tout du fruit de 200 ans de pillages à grande échelle, butin entassé et jamais remis en circulation; les Avars accumulent, c’est bien connu, et ne participent pas à l’académie marchande; ce dont ils ont besoin, ils le prennent, ils ne le payent pas.

Le troc est lui-même très limité chez ces semi-nomades éleveurs de chevaux. Donc, l’or, l’argent, les bijoux, les pièces d’orfèvrerie religieuse sont thésaurisés en quantités considérables.

Les empereurs byzantins, par exemple, acquittaient depuis longtemps un tribu annuel atteignant parfois 200,000 pièces d’or, et l’on trouve encore aujourd’hui des richesses dans les tombes avars fouillées par les archéologues.

L’OR DU RING
A FASCINÉ LES CONTEMPORAINS;

Quinze charrettes tirées par quatre bœufs sont nécessaires pour l’acheminer à Aix-la-Chapelle et Charlemagne trouve là un moyen inespéré pour récompenser ses fidèles.

SES LARGESSES
CONSTIBUENT À SON PRESTIGE
À SA RÉPUTATION DE GÉNÉROSITÉ
ET DE PUISSANCE.

sur Google

www.simongauthier.com
www.wow-t.com
www.lepaysoeuvredart.com
www. reveursequitables.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

MERCI À MADAME RABIA LABBI (MÈRE DE LEILA 13 ANS) D’AVOIR DIT DE NOTRE ÉQUIPE DE RECHERCHE (AULD, WOODARD, ROCHETTE) QUE CELLE-CI NE RECHERCHAIT PAS LA RECONNAISSANCE (PRIX NOBEL POUR L’INVENTION DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE) POUR NOUS-MÊMES, MAIS LA RECONNAISSANCE DE CE PRIX NOBEL POUR L’ENFANT QUI SUR LA PLANÈTE TERRE MEURT DE FAIM OU DE BLESSURES DE GUERRE

Ce qui m’apparaît émouvant, c’est dès que je raconte l’histoire de notre équipe de recherche à des gens de l’UQAM que j’aime bien, que je leur mentionne la marche de Montréal à l’onu pour remettre et la charte de la nano-citoyenneté-planétaire en 2019 et le doctorat, la plupart me disant dans un grand élan du cœur: JE VEUX ALLER MARCHER AVEC VOTRE ÉQUIPE.

Effectivement… notre équipe de recherche misons sur le passage d’un jugement de valeurs à un jugement agonistique reposant sur des règles de jeux protégeant l’enfant de la planète terre.

Rabia Labbi, mère de Leila 13 ans, a ajouté: Ce n’est pas la reconnaissance pour votre équipe que vous recherchez (prix Nobel) mais la reconnaissance pour l’enfant qui se meurt de faim ou de blessures de guerre sur la terre.

Ca m’a beaucoup touché… 20 ans de recherche de vagabondage en vagabondage, 10 ans en équipe… et soudain une phrase qui résume tout.

Merci Rabia

sur Google
www.simongauthier.com
www.wow-t.com
www.lepaysoeuvredart.com
www.reveursequitables.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

DANS LA NANO-MODERNITÉ, L’UTILISATION EN OPEN-SOURCE D’UNE MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE CENTRÉE AUTOUR DE L’ÉTIQUETTE «POÏÉTIQUE CONSTRUCTIVISTE RADICALE» NOUS AMÈNE DIRECTEMENT AU PARADYGME «BIO-SYNTHÉTIQUE» DANS LA FAÇON D’OPTIMALISER EN ÉQUATIONS ALGORITHMIQUES LE TIRAGE AU SORT VILLE PAR VILLE, VILLAGE PAR VILLAGE, EN AUTANT QU’IL Y AIT UN CONSEIL MUNICIPAL (2 ASSEMBLÉES DES JUSTES , 125 FEMMES, 125 HOMES) LE TOUT IMMENSÉMENT OPÉRATIONNEL GRÂCEÀUX NOUVELLES TECHNOLOGIES 5 G

VOICI COMMENT LA RÉVOLUTION 5 G VA VHANGER NOS VIES

(SUR LE SITE DE RADIO-CANADA)
Publié aujourd’hui à 4 h 46

Un pictogramme à l’effigie du 5G : on y voit un individu qui porte des lunettes de réalité virtuelle, un drone, un téléphone dont l’écran affiche une résolution 4K et une tour de téléphonie cellulaire.
Ce visuel accompagnait un discours prononcé par Steve Mollenkopf, PDG de Qualcomm, lors du CES 2017 à Las Vegas, en janvier 2017. Photo : Getty Images/Ethan Miller
Tout est « intelligent » de nos jours : le téléphone, la montre, le téléviseur, le réfrigérateur, la maison et même la ville. Tout cela génère déjà un déluge de données. Mais pour que l’Internet des objets (IdO) prenne vraiment son envol, la planète a maintenant besoin d’un nouveau réseau, le 5G. Radio-Canada s’est entretenue avec des chercheurs canadiens qui travaillent à créer ce réseau de demain.

Un texte de Julien McEvoy

Avec le déploiement du réseau 5G, qui sera nettement plus rapide que le 4G, l’implantation de l’Internet des objets se fera « très rapidement », soutient Tho Le-Ngoc, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en communication à large bande.

Et puisqu’une « infrastructure comme ça permet de gérer beaucoup, beaucoup de données, ça crée des opportunités d’affaires. On ne peut même pas imaginer toutes les entreprises qui seront créées », lance-t-il avec enthousiasme.

«Il a beaucoup de façons d’utiliser le 5G. Certaines qu’on connaît déjà, et certaines dont on n’a aucune idée de ce qu’elles seront! Il reste beaucoup à faire.»

—Tho Le-Ngoc

L’entreprise ADT, déjà bien établie dans les systèmes de sécurité résidentielle, pourrait par exemple, dit le chercheur, utiliser le 5G pour offrir à un client montréalais en visite aux Bahamas de surveiller sa maison grâce à des capteurs qui l’alerteraient dès que quelqu’un s’en approcherait.

Le professeur au Département de génie électrique et informatique de l’Université McGill donne aussi l’exemple d’une entreprise qui ferait voler des drones et qui offrirait de prendre des photos sur demande.

Le professeur Sofiène Affes, de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), a lui aussi divers exemples du potentiel de ce qu’il appelle « l’industrie 4.0 ».

« Une des applications très attrayantes de la 5e génération sera tout ce qui est réalité virtuelle, réalité augmentée, mixed reality, souligne-t-il, puis tout ce qui est immersion, avec plein d’applications au-delà du divertissement. En santé, des études montrent que ça peut aider des patients. Pour l’industrie, ça peut aider dans le suivi de la production ou de la conception. »

Illustration des différentes composantes de la ville qui pourront bientôt bénéficier de la technologie 5G.
Le 5G permettra bien sûr de connecter les humains, et ce, avec un débit environ 10 fois supérieur au 4G. La technologie mobile permettra aussi de connecter les machines, les voitures autonomes, les objets, les infrastructures d’une ville et permettra même la médecine à distance. Le réseau sera le fer de lance d’une société ultra connectée. Photo : Radio-Canada/Francis Lamontagne

Le 5G incontournable pour répondre à la demande IdO

Un des défis de l’Internet des objets, explique Jean-François Frigon, professeur titulaire en génie électrique à Polytechnique Montréal, est la quantité d’objets qui vont tenter de se connecter à Internet : des téléphones, évidemment, mais aussi énormément de capteurs.

« Avec les véhicules autonomes, par exemple, les capteurs servent notamment à voir l’état des routes et la densité de la circulation », explique-t-il.

Dans une ville intelligente, ces mêmes capteurs pourront aussi servir à mieux contrôler l’éclairage urbain en fonction de la lumière naturelle.

Mais pour l’instant, l’Internet des objets n’est qu’embryonnaire, puisque le réseau 4G est déjà surchargé.

« Nos fréquences de 1 gigahertz ou de 2 gigahertz sont congestionnées et n’offrent pas suffisamment de bande passante », explique le chercheur de Polytechnique Montréal.

D’où l’importance de passer à la génération suivante de réseau sans-fil.

Les fréquences, poursuit M. Frigon, migreront progressivement des ondes micro-ondes vers les ondes millimétriques, ce qui va permettre des « bandes de fréquence plus élevée à 28, 40 voire même 60 gigahertz ».

«On change de fréquence avec la cinquième génération. On monte en fréquence, on est à une plus haute altitude. C’est comme si au lieu de parler de façon normale, on allait communiquer avec des ultrasons.»

—Sofiène Affes

Pas de 5G performant sans un esperanto informatique

L’ampleur du changement à venir est tel qu’il exige, en quelque sorte, la création d’un nouveau langage qui s’impose comme le standard pour le 5G.

« Il faut s’entendre sur un vocabulaire, sur un langage, une grammaire, une conjugaison, un dictionnaire, etc. C’est ça le standard », explique le professeur Affes de l’INRS.

Des chercheurs, des entreprises et des États de partout dans le monde travaillent d’ailleurs, en ce moment même, à développer ce langage, qui deviendra bientôt la colonne vertébrale du réseau 5G ainsi que la technologie qui soutiendra l’économie mondiale de l’information.

« Mais ce n’est pas juste un nouveau langage, poursuit M. Affes. Il faut aussi inventer les outils qui permettront d’articuler ce langage. »

«On est carrément en train d’inventer ou de chercher à créer une nouvelle bouche, des nouvelles oreilles, une nouvelle gorge, un nouveau diaphragme pour sortir ce langage. Les défis technologiques sont nombreux.»

—Sofiène Affes

Quel rôle pour le Canada?

Mais la participation du Canada à la révolution du 5G a de fortes chances de se limiter à la seule contribution intellectuelle de ses chercheurs, et encore. Pour le reste, le pays devra s’en remettre aux autres.

« En tant que chercheurs, explique Jean-François Frigon, on ne peut pas influencer la standardisation, ce sont plus les résultats de notre recherche qui sont ensuite récupérés par l’industrie ».

En effet, comme le rappelle Tho Le-Ngoc, de McGill, ce sont les États et les entreprises qui sont actifs dans l’Union internationale des télécommunications, ou l’on discute des technologies et des standards à adopter, et le coût de participation y est très élevé.

« Par exemple, dit M. Frigon, le fabricant chinois Huwei, qui a investi 2,45 millions dans la Chaire industrielle de recherche sur les technologies sans fil de l’avenir, de Polytechnique Montréal, va financer la recherche, et les résultats vont passer à travers eux pour qu’ils influencent le processus de standardisation ».

C’est donc à travers les fabricants et manufacturiers présents dans le secteur que nos chercheurs, indirectement, sont en train de jouer leur rôle, enchaîne le professeur Sofiène Affes.
Et ces manufacturiers sont pour l’ensemble tous étrangers.

« Il ne faut pas se cacher que l’essentiel des manufacturiers canadiens sont disparus », rappelle M. Frigon.

« Les grandes entreprises canadiennes sont prêtes à passer du 4G au 5G et à fournir les services, car c’est leur pain et leur beurre, poursuit Tho Le-Ngoc, de l’Université McGill, mais j’ai bien peur qu’elles n’investissent pas dans l’infrastructure ».

«Je le dis avec regret : je ne suis pas certain qu’on ait formé une masse critique assez importante pour être un acteur important et imposer quoi que ce soit.»

—Sofiène Affes

« Quand on regarde comment s’est déployé le 4G, le Canada n’a pas joué un rôle de leader, », ajoute M. Frigon. Et rien n’indique que ce sera le cas cette fois.

« Ça prend de la politique »

Et pourtant, tout n’est pas joué. Le Canada pourrait trouver sa place dans cette révolution qui se dessine, mais pour cela, il faudrait une réelle prise de conscience de la classe politique.

Malheureusement, déplore Sofiène Affes, le sujet des technologies de l’information (TIC) n’a jamais été un enjeu « sexy » auprès de nos dirigeants.

Il y a bien certains politiciens qui finissent par comprendre l’importance des TIC, constate M. Affes, « mais malheureusement, on remet tout à zéro lors de chaque changement de gouvernement ».

SI le Canada veut néanmoins occuper une place de choix dans le processus de standardisation et accentuer ainsi son influence, il doit développer une « masse critique » de chercheurs universitaires et industriels autour d’un projet, d’une initiative majeure.

« On le voit en Europe, explique M. Affes. Il y a des appels d’offres pour des projets multi-institutionnels, on parle de dizaines d’universités qui travaillent avec l’industrie. Il y a carrément la construction de démonstrateurs, ils injectent des dizaines de millions de dollars, il y a des labos au Royaume-Uni, en France, et c’est souvent financé par les grandes entreprises comme Samsung, Huawei. »

Au Canada, il n’existe rien de commun. « Ça reste une collaboration au niveau individuel, et encore, dit le professeur. Le plus qu’on peut obtenir, c’est quatre ou cinq universités qui collaborent ensemble dans un réseau stratégique, dans un centre de recherche. »

Quant à Tho Le-Ngoc, à l’Université McGill, son travail dans le développement du 5G est déjà terminé. « En fait, je suis déjà rendu plus loin que la 5G, parce qu’elle commencera en 2020, si le processus de standardisation suit son cours. Nous sommes maintenant à la recherche de la 6G. C’est maintenant ma mission de réfléchir à ça. »

SUR GOOGLE

www.simongauthier.com
www.lepaysoeuvredart.ca
www.lepaysoeuvredart.com
www.reveursequitables.com
www.wow-t.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté d monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

LA CHARTE DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE DÉPOSÉE À L’ONU EN 2019 SERA EN RÉALITÉ UNE PRÉMISSE À UN NOUVEAU CHAMP DE RECHERCHE SOUS LA FORME S’INSPIRANT AUTANT DE LA MAGNA CARTA (1215) QUE DU MANIFESTE (LA SPIRITUALITÉ DANS L’ART DE KANDINSKI)

En nano-modernité, la façon de concevoir une opération de conceptualisation se rapproche beaucoup plus des horizons énigmatiques de la physique quantique et de la cosmologie du big bang: Chaque étiquette conçue comme un trou noir où points morts et points aveugles s’illuminent de fluidité incandescente impossible à stratifier sous forme de définition formelle.

Séparation ontologique entre l’étiquette et ses attributs essentiels, glissement sémiotique et historique entre les constellations civilisationnelles contextuelles reliées à la sociologie configurationnelle, constructivisme radical fuyant la notion d’émergence de la post-modernité pour s’imbiber analogiquement des apories de la biologie synthétique.

De fait, le fait de concevoir un teste propédeutique à une charte de la nano-citoyenneté-planétaire comme une magna carta métissée à un manifeste, le tout en mode open-source pour permettre à une équipe trans-disciplinaire planétaire d’algorithmaticiens, de politicologues, d’éco-sociologues le tout financé par un consorsium d’universités supporté par une ou des fondations, respecte le fondement même de la nano-modernité reposant sur les droits de l’enfant À NE PAS MOURIR DE FAIM OU DE BLESSURES DE GUERRE OÙ QU’IL RÉSIDE SUR LA PLANÈTE TERRE.

En ce sens, les deux assemblées de 125 justes (une de 125 femmes et 125 hommes) élus par tirage au sort, village par village et ville par ville d’une façon algorithmique à partir des quatre questions de la vie personnelle œuvre d’art, en reste LE CRI DE MUNCH SOUS FORME DE DÉCLARATION DES DROITS UNIVERSAUTX DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE.

1: Quel est ton rêve?

2: Dans combien de jours?

3: Qu’as-tu fais aujourd’hui pour ton rêve?

4: Comment ton rêve prend-il soin de la beauté du monde?

Le tout menant à la cinquième question, fondement même des deux assemblées des justes (125 femmes et 125 hommes)

5- COMMENT NOS RÊVES PRENNENT-ILS SOIN DE LA BEAUTÉ DU MONDE?

sur Google
www.simongauthier.com
www. wow-t.com
www. lepaysoeuvredart.com
www.reveursequitables.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

ÊTRE QUELQU’UN, C’EST RIEN. MAIS CONTRIBUER PAR UNE INVENTION (LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE) QUI TOUT EN SOULAGEANT LA CONDITION HUMAINE PERMETTRA À CHAQUE PERSONNE HUMAINE SUR LA PLANÈTE TERRE DE DEVENIR LE QUELQU’UN DE SON RÊVE BIG-BANG, VOILÀ CE QUI M’APPARAÎT L’ENJEU DE LA NANO-MODERNITÉ AU 21EME SIÈCLE.

George Minois
Charlemagne
Perrin 2010
p.121
extrait

Personne ne soutient plus aujourd’hui des positions aussi tranchées et lourdes d’un manichéisme latent. Le problème n’est pas de savoir si les Germains et les arabes ont été des agents du bien ou du mal. Ce qui est certain, c’est qu’ils ont été des facteurs de transition et qu’ils ont contribué à l’apparition D’UNE PRISE DE CONSCIENCE EUROPÉENNE.

Transition entre un empire romain d’Occident dont le souvenir prestigieux reste omniprésent dans les symboles, la titulature et certaines institutions, et une chrétienté qui façonnera les mentalités médiévales.

TRANSITION ENTRE UN MONDE
BASÉ SUR UN ÉTAT DE DROIT, LE MONDE ROMAIN
ET UN MONDE BASÉ SUR LA CROYANCE RELIGIEUSE,
LE MONDE MÉDIÉVAL.

Ce nouveau monde qui est en train de naître au milieu du V111eme siècle, AU MOMENT DE LA NAISSANCE DE CHARLEMAGNE, c’est l’OCCIDENT, dont l’identité commence à s’affirmer face à trois civilisations ressenties comme hostiles: les païens slaves de l’est, les chrétiens de style grec de l’Empire byzantin au sud-est, et les sarrazins au sud.

DANS CETTE OPPOSITION
LA RELIGION N’EST QU’UN ÉLÉMENT PARMI D’AUTRES.

L’idée de guerre sainte est totalement absente en Europe à cette époque….

L’OPPOSISION EST AVANT TOUT
POLITIQUE ET MILITAIRE…

—-
sur Google
www.simongauthier.com
www.wow-t.com
www.lepaysoeuvredart.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

APRÈS LE DÉPÔT DE SA MAÎTRISE EN PERFORMANCE (ART ET BOXE) À L’UQAM, LA PRÉSENTATION D’ISABELLE MATHIEU DE SON OEUVRE FINALE SOUS FORME DE DOCUMENTAIRE (LA ROSE BLANCHE) FUT, HIER SOIR, LA DÉMONSTRATION D’UNE VÉRITABLE VIE PERSONNELLE OEUVRE D’ART EN ACTION (DIXIT MICHEL LE CONCIERGE)

Voici une jeune femme étonnante qui ira loin. Produire 100 pages quand on t’en demande trente, 6 pages de bibliographie (lectures assidues) enrobant une question fondamentale qui n’a jamais dévié en 5 ans, le tout ciblant un aphorisme (le ring est le tableau que j’habite) menant à une étiquette de recherche (l’arthlétisme) fondement d’un futur doctorat…. C’est remarquable.

En mars, il lui restera à vivre une étape finale… l’évaluation du tout par les membres de son jury.

Quel beau parcours universitaire…

intense, intègre, intelligent

c’est cela l’UQAM
une pépinière de cerveaux qui veulent changer le monde

Isabelle Mathieu va bientôt devenir à part entière
une MAÎTRE ES ARTS

Pierrot

L’INVENTION DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE ET SES DEUX ASSEMBLÉES DES JUSTES (125 FEMMES ET 125 HOMMES) PAR TIRAGE AU SORT, VILLAGE PAR VILLAGE ET VILLE PAR VILLE, C’EST COMME REMPLACER LE ROI ET LA REINE PATRIARCALISÉS D’UN JEU D’ÉCHEC PAR DE NOUVELLES RÈGLES DU JEU OÙ LES AUTRES PIÈCES DU JEU D’ÉCHEC (NATIONS) SORTENT D’UN ÉCHEC ET MAT CONFIGURATIONNEL, FONDEMENT MÊME DU TRAITÉ DE WESTPHALIE

Norbert Elias
la société de cour
extrait
p.231-232

Dans cet équilibre des tensions, LES DEUX GROUPES SE TENAIENT COMME DEUX BOXEURS DANS UN CORPS-À-CORPS., ni l’un ni l’autre n’osait changer de position, car l’adversaire aurait pu en tirer un profit; ET IL N’Y AVAIT PAS D’ARBITRE POUR SÉPARER LES COMBATTANTS! Les interdépendances se compensaient de telle manière que l’attachement et la répulsion réciproques s’équilibraient à peu près.

Nous avons vu que, pendant la dernière phase de ce régime, même les plus hauts placés sur l’échelle hiérarchique, LE ROI, LA REINE, les membres de la maison royale avec ses dames de cour et ses courtisans, ÉTAIENT TELLEMENT PRISONNIERS de leur propre cérémonial et de l’étiquette qu’ils les observaient en ployant littéralement sous leur poids.

Etant donné que chaque démarche, chaque geste symbolisait les privilèges de telles personnes ou de telles familles, que chaque entorse à l’étiquette risquait de susciter le mécontentement et la résistance active d’autres groupes et familles privilégiées, on renonçait à la moindre modification de peur qu’en touchant aux privilèges des autres ON NE COMPROMIT SES PROPRES PRIVILÈGES.

L’étiquette et le cérémonial de la cour symbolisaient en quelque sorte LES INTERRELATIONS DES ÉLITES DE L’ANCIEN RÉGIME en général.

Qu’il s’agit d’un monopole sur certaines charges, d’un droit sur certaines ressources ou d’avantages de rang et de prestige, toute la gamme nuancée de privilèges, non seulement de la famille royale, mais aussi de la noblesse d’épée, de la noblesse de robe, des grands fermiers et des grands financiers – qui malgré de nombreuses relations horizontales étaient néanmoins reconnaissables come groupes élitaires dotés de privilèges particuliers – était considérée comme une sorte de propriété privée que chaque groupe, que chaque famille gardait jalousement et protégeait contre toutes menaces.

L’extension des privilèges d’un autre groupe était souvent déjà considérée comme une menace. Louis X1V était encore assez puissant pour augmenter ou diminuer dans certaines limites les privilèges et adapter ainsi le réseau de tensions aux nécessités de sa position royale.

LOUIS X1V
AVEC TOUTE SA VASTE FAMILLE
FAIT DÉJÀ FIGURE
DE PRISONNIER DU MÉCANISME
RÉGLANT CES INTERDÉPENDANCES

Au lieu de contrôles, il se laissait dans une certaine mesure contrôler par lui. Semblable à UN MOUVEMENT PERPÉTUEL FANTÔME, il forçait tous ceux qui en étaient les rouages à défendre dans une émulation sans fin LA BASE PRIVILÉGIÉE DE LEUR EXISTENCE et de faire du surplace.

C’EST CE CORPS-À-CORPS SOCIAL
QUI IMMOBILISAIT LES GROUPES.

Chacun vivait dans la crainte qu’un déplacement du centre de gravité n’aboutît à sa propre perte….

sur Google
www.simongauthier.com
www.wow-t.com
www.reveursequitables.com
www.lepaysoeuvredart.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde

LA TRÈS BELLE HISTOIRE D’UN PRIX NOBEL… UNE RÉELLE INSPIRATION POUR NOTRE ÉQUIPE DE RECHERCHE (AULD, WOODARD, ROCHETTE) ET L’INVENTION DE LA CHARTE DE LA NANO-CITOYENNETÉ-PLANÉTAIRE… FONDEMENT DE NOTRE MARCHE DE L’ADRESSE DE BORDUAS ET SON ADRESSE À MONTRÉAL (LE REFUS GLOBAL 1948) À L’ONU NEW YORK POUR Y DÉPOSER CHARTE ET DOCTORAT À L’ÉTÉ 2019

Publié le 11 février 2018 à 05h00 | Mis à jour à 05h00

Mon coloc a un prix Nobel

Seth Shelden est un jeune avocat et professeur… (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Seth Shelden est un jeune avocat et professeur de droit à l’Université de la ville de New York.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Ma Presse

Ajouter à Ma Presse Ajouter

Partage

Partager par courriel

Rima Elkouri
La Presse

« Mon coloc a un prix Nobel. » Avouez que ça se glisse bien dans une conversation…

C’est le genre de choses que pourrait dire, sans vraiment exagérer, ma collègue Laura-Julie Perreault, qui a hébergé ces derniers jours son ami new-yorkais et ex-colocataire Seth Shelden, de passage à Montréal à l’invitation du Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CERIUM).

Seth Shelden est un jeune avocat et professeur de droit à l’Université de la ville de New York (CUNY). Laura-Julie l’a connu à l’époque où elle faisait ses études aux États-Unis. Un avocat atypique, homme de théâtre à ses heures, qui, par son parcours, incarne en quelque sorte les avantages collatéraux de l’ère Trump : l’émergence, dans l’adversité, d’une inspirante rébellion chez les progressistes américains.

Après l’élection de Donald Trump, Seth Shelden a décidé qu’il ne pouvait plus être simple spectateur d’une catastrophe annoncée et qu’il devait plus que jamais contribuer à changer les choses. Il aurait pu se complaire, avec un gros salaire, dans le confort d’un grand bureau d’avocats et ruminer ses idées progressistes dans des salons chics pendant quatre ans. Il a plutôt choisi de vivre simplement et de se porter volontaire pour donner un coup de main à la coalition antinucléaire ICAN, à l’origine de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires.

La coalition, établie à Genève, avait besoin d’un avocat pour faciliter les négociations d’un traité anti-armes nucléaires à l’ONU. « Pourquoi pas moi ? », s’est dit Seth Shelden.

Il a envoyé un simple courriel pour proposer bénévolement ses services à un comité d’avocats affilié à ICAN à New York. « Que puis-je faire pour vous aider ? »

Il ne se doutait pas que ce courriel l’amènerait à négocier aux Nations unies, aux côtés d’une petite équipe de militants, le premier traité international interdisant l’arme nucléaire, adopté le 7 juillet 2017 par 122 pays. Il ne se doutait pas non plus que ce travail de l’ombre le mènerait à Oslo un vendredi matin de décembre, alors qu’ICAN y a reçu le Nobel 2017 de la paix.

La nouvelle, inespérée, l’a pris par surprise. « Je me suis réveillé un matin avec un déluge de notifications sur Facebook. J’ai pensé que quelque chose de terrible venait de se produire. Et là j’ai vu cet article – je crois que c’était dans le New York Times – que tout le monde relayait. Je n’arrivais pas y croire ! Je n’ai jamais pensé que c’était même une possibilité ! »

Ce prix Nobel vient souligner les efforts déployés par ICAN pour en arriver à ce traité antinucléaire historique. Et Seth Shelden insiste pour dire que ce n’est pas « son » prix Nobel à lui, mais bien celui de toute une coalition. « Je partage un petit morceau de ce prix avec d’autres. »

Seth Shelden était préoccupé par la question nucléaire bien avant l’arrivée de Trump au pouvoir.

« Quiconque a grandi en Amérique dans les années 80 a nécessairement pensé à cet enjeu. Après la guerre froide, on a pensé que c’était réglé. On a pensé que ce n’était plus un problème. Mais c’en était encore un », dit-il.

Lorsque Trump a été élu, Seth Shelden était au Japon, où il enseignait dans le cadre du Fulbright Specialist Program. « J’ai visité Hiroshima et Nagasaki à ce moment-là. C’était très chargé d’émotion pour moi. Cela a ramené à mon esprit ces enjeux auxquels j’avais déjà réfléchi. Je savais à l’époque que, fort probablement, avec Donald Trump, le danger d’une situation déjà dangereuse allait augmenter. »

Il est rentré aux États-Unis le jour de la prestation de serment de Donald Trump. Il a participé à la Million Women March. Et il a senti l’urgence d’agir. « Je me disais que c’était maintenant ou jamais. »

Le jeune avocat, issu d’une famille de musiciens de Brooklyn, n’avait pas l’habitude de hurler ou de militer. Mais l’adversité l’a poussé à le faire. Lorsque le décret migratoire visant les musulmans a été adopté, Seth Shelden faisait partie de ces avocats qui se sont rendus spontanément à l’aéroport John-F.-Kennedy pour tenter de venir en aide aux voyageurs frappés par l’interdiction d’entrer au pays. Une façon de contribuer à ce mouvement de résistance prêt à dire haut et fort : « Nous n’accepterons pas qu’une telle chose soit considérée comme normale. »

Lorsque la chaîne américaine Fox a continué, 24 heures après un démenti de la police, de relayer la fausse nouvelle voulant qu’un jeune musulman de Québec soit un des suspects de l’attentat du 29 janvier, Seth Shelden ne pouvait pas non plus accepter qu’une telle chose soit considérée comme normale. Il a spontanément offert de représenter pro bono le jeune homme dans une cause de diffamation devant les tribunaux américains – ce qui ne s’est pas concrétisé finalement, le principal intéressé n’ayant pas voulu suivre cette voie.

Cette première année de l’ère Trump qui l’a mené jusqu’à un prix Nobel a plus que jamais convaincu Seth Shelden qu’il n’y a absolument rien d’irréaliste ou de naïf à l’idée de penser à un monde où les armes nucléaires seraient abolies. « Ce qui est irréaliste, c’est de penser que personne ne va, accidentellement ou volontairement, utiliser une de ces armes et détruire l’humanité. »

« Making America Nuclear Again », titrait la semaine dernière le magazine Time, en faisant référence au dangereux jeu de « poker nucléaire » de l’administration Trump. La nouvelle stratégie nucléaire annoncée par Washington, qui prévoit le développement d’armes nucléaires nouvelles de portée limitée, est aussi trompeuse que dangereuse, croit Seth Shelden. Et elle rend l’abolition encore plus urgente.

« Aujourd’hui, plus que jamais, nous nous trouvons au seuil d’une catastrophe nucléaire, car des dirigeants sont prêts à appuyer sur le bouton. »

– Déclaration de Beatrice Fihn, directrice générale d’ICAN, devant le Parlement européen, mercredi

« Je comprends que l’on puisse penser que c’est difficile de faire une différence, observe Seth Shelden. Mais si cette année m’a appris une chose, c’est que c’est vraiment possible. »

Il pense à ces mots célèbres de Margaret Mead : « Ne doutez jamais qu’un petit groupe de personnes peuvent changer le monde. En fait, c’est toujours ainsi que le monde a changé. »

Il n’en doute plus, déterminé à poursuivre le combat.

«Après l’élection de Trump, Seth Shelden a décidé qu’il ne pouvait plus être simple spectateur d’une catastrophe annoncée et qu’il devait plus que jamais contribuer à changer les choses.»

——–
SUR GOOGE

www.simongauthier.com
www.wow-t.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde