LA PLUME ÉMERGENTE D’ISABELLE LA BOXEUSE…. UNE ROSE QUI THÉORISE DE PLUS EN PLUS SES ÉPINES PAR L’ESPRIT, LA DOUCEUR, LA RAISON, LA FORCE ET L’HYPER-SENSIBILITÉ DANS LE RAFFINEMENT DE PLUS EN PLUS RAFFINÉ DES SES ÉPINES À LA DÉFENSE DU DROIT DES FEMMES PAR LA SPORTIFICATION…. BREF… UNE TÊTE DE DOCTORANTE MAJEURE QUI S’ANNONCE À L’HORIZON

Avec Michel et Michel, j’ai l’honneur de vivre l’amitié, avec Raymond Laquerre, la loyauté, mais avec Isabelle la boxeuse, j’ai découvert un nouveau régistre de l,aristocratie du cœur que j’étiquetterais par la transmission intergénérationnelle d’un grand-père de la beauté du monde.

Cela fait 5 ans maintenant que je cotoie cette étonnante boxeuse-créatrice dont le mémoire sur l,art et la boxe est d’une telle densité intellectuelle au niveau de l’authenticité de sa question: lA BOXE EST-ELLE UN ART?, de sa problématique (En quoi le ring est-il le tableau que j’habite) et au niveau de son cadre théorique (la sportification des droits de la femme par la boxe répond-elle aux enjeux sociaux, autant de la philosophie du sport, de la philosophie de l’art, que de la philosophie du droit).

Mais bien plus, Isabelle c’est une vraie plume… Ca fait 5 ans qu’elle me lit son journal, sans rien passer (surtout les passages où elle parle contre moi:))))) …) et je ris à plein éclats (surtout que je pars de ma maîtrise sur le rire comme mode d’écoute) avec une joie d’intellectuel vraiment inter-générationnelle.

Une écriture orale bien architecturée, un équilibre de plus en plus esthétique entre sa rhétorique et son argumentaire, une rose de tons coloristes (avec des épines au service du droit des femmes)

Il m’arrive de l’engluer de vantardises personnelles pour mieux lui faire vivre ce que le triomphalisme crée chez les autres, et sa brillance lui permet de saisir mes intentions didactiques… comme, dans ce cas-ci, l’avantage des grâces que procure l’exercice de la modestie, en particulier celles de plaire une seconde fois pour mieux enfoncer les épines du cœur à cœur.

Il m’arrive d’exagérer aussi en sa présence  dans mes salutations à la centaine d’employés de l’UQAM que je connais en les appelant par leur prénom accompagné d’un monsieur ou d’une madame… (Bonjour Madame Marie, Bonjour Monsieur Louis, comment va votre mère? comment va votre petite famille?) pour mieux lui transmettre mon héritage d’habiletés sociales.

Sa soif d’acquérir une personnalité à la hauteur d’un pays fera d’elle, après ma mort, une femme générationnelle.

Bonne rencontre avec tes trois correctrices, le 18 mars 2018, Isabelle, dernier passage avant tes corrections mineures finales et la passation d’une autre étape de ton capital symbolique, où ta qualité théorisée fera de toi une leader institutionnelle, j’en suis fascinamment convaincu.

sur Google
www.simongauthier.com
www.reveursequitables.com
www.lepaysoeuvredart.com
www.wow-t.com

Marlene, jardinière de la beauté du monde
Michel, concierge de la beauté du monde
Pierrot, vagabond de la beauté du monde